Théorie quantique des champs en espace-temps de de Sitter

Top PDF Théorie quantique des champs en espace-temps de de Sitter:

Supercordes en espace-temps courbe et theories conformes

Supercordes en espace-temps courbe et theories conformes

Quantification et développement perturbatif. Le point de départ de la quantification de la théo- rie est l’action de supergravité bidimensionnelle couplée aux champs X µ et ψ µ , donnée par l’équa- tion (I.17). Cette théorie classique peut être quantifiée dans le formalisme de l’intégrale de che- min, dite de Polyakov dans ce contexte [19]. Les amplitudes de diffusion entre des états initiaux et des états finaux des cordes se calculent en intégrant sur toutes les configurations des champs de la surface d’univers interpolant entre ces deux états asymptotiques. En particulier, nous devons intégrer sur toutes les géométries de la surface d’univers – étendues aux «super-géométries» du super-espace – ce qui se décompose en une intégrale sur la métrique (correspondant aux propriétés locales de la surface d’univers ) et une somme sur les topologies de la surface d’univers, c.-à.-d. les propriétés globales de la surface (fig. I.3). Le calcul des amplitudes s’effectue en général avec une surface d’univers euclidienne et non Minkowskienne, obtenue par la rotation de Wick : w = ¯ w ∗ . De cette façon l’intégrale de chemin est mieux définie et la géométrie de la surface d’univers s’étudie en termes de surfaces de Riemann dont les propriétés sont bien connues. En particulier la fonction de partition de la théorie, qui représente l’amplitude de probabilité du vide au vide, est donnée par l’expression suivante :
En savoir plus

372 En savoir plus

Sur quelques problèmes de quantification : en espace-temps de de Sitter et par états cohérents

Sur quelques problèmes de quantification : en espace-temps de de Sitter et par états cohérents

§.Éléments de quantification canonique Avant de quantifier des champs sur l’espace-temps de de Sitter, la particule dans un puits de potentiel ou l’espace-temps de de Sitter lui-même, nous rappellerons quelques propriétés de la quantification. Les méthodes de quantifications sont nombreuses et ce manuscrit n’a pas pour objet de toutes les recenser. Pour un aperçu de la variété de ces méthodes on consultera [9, 26]. Nous nous contenterons de présenter une quantification canonique et une quantification par états cohérents. Même pour ces cas particuliers nous choisirons un point de vue qui, bien que largement adopté par la communauté, n’est pas nécessai- rement celui enseigné à l’université. Ainsi, nous reparti- rons de la mécanique classique en rappelant que sa dy- namique est sous-tendue par une structure symplectique. Après ces rappels nous présenterons la quantification ca- nonique comme une application qui associe le crochet de Poisson au commutateur entre opérateurs sur un certain espace de Hilbert H . Appliquée aux coordonnées sur l’es- pace des phases ceci donne lieu à l’algèbre de Heisenberg A H . En intégrant cette algèbre on obtient l’algèbre de
En savoir plus

133 En savoir plus

La concordance des temps. La découverte scientifique comme terrain de luttes entre champs

La concordance des temps. La découverte scientifique comme terrain de luttes entre champs

ibid., p. 2). In fine, la permanence des rapports de domination continuent d’exercer un pouvoir sur les positions et dispositions au sein des champs, quand bien même lesdites relations de force ont cessé de s’exercer au sein des champs spécifiques (ou entre ceux-ci et le champ du pouvoir). Par ailleurs, preuve de son souci pour le temps dans la structuration de l’espace social, la théorie des champs porte elle-même comme ambition de rompre avec un dualisme sclérosant opposant la structure à l’histoire ou la reproduction à la transformation (Boyer, 2003), quand bien même certains lecteurs de Bourdieu restent à ce sujet critiques (Hobsbawm, art. cit., 2016). Malgré cela, on ne trouve chez Bourdieu aucune conceptualisation de la temporalité comme élément structurant les rapports objectifs entre les champs. Outre cette prise en compte du temps au prisme de l’historicité, la logique interne aux champs de production reposant sur l’opposition du nouveau et de l’ancien, la dynamique entière des champs et « l’orchestration » qui s’en suit entre les champs spécifiques et le champ du pouvoir est donc dépendante de la temporalité des biens mis en circulation. De la même manière, la dotation en capitaux et les prises de positions au sein des champs de production tiennent de la logique opposant les tenants des prétendants, pour lesquels l’ancienneté (e.g. le temps d’occupation de positions, qui plus est proche du pôle du pouvoir) est un garant de légitimité (ce que Bourdieu appelle « âge social », confer 1979, op. cit., p. 259). Loin de dénoncer une absence de prise en compte de la temporalité dans sa théorie de l’espace social, il s’agira plutôt d’en faire un outil analytique en mettant en exergue les spécificités des temporalités de chacun des champs engagés dans l’organisation des vols habités, et de présenter celles-ci comme facteurs à part entière des logiques de relations entre champs spécifiques de production.
En savoir plus

22 En savoir plus

La méthode transcendentale chez Kant et Cassirer. Application à la théorie quantique

La méthode transcendentale chez Kant et Cassirer. Application à la théorie quantique

1. De la connaissance l’impasse sur tout le passage 84 de la « logique générale » (ou universelle) à la logique transcendentale chez Kant, par la « schématisation » des formes pures lo- giques de l’entendement dans l’intuition pure, pour obtenir les catégories. Chez Kant, en effet, la seule structure logique du jugement (fournie par l’entendement) ne suffit pas à expliquer la possibilité de l’objet : il faut en plus des structures a priori qui font le lien entre cette structure purement logique et le divers de l’intui- tion empirique (les perceptions). Ces structures sont bien sûr les intuitions pures de l’espace et du temps. Les pures formes logiques du jugement deviennent ainsi des catégories en vertu de leur schématisation spatio-temporelle, qui leur donne un contenu intuitif. La pure forme logique du jugement catégorique devient ainsi par exemple la catégorie de substance lorsqu’elle est schématisée en termes de représentation temporelle de la permanence ; celle du jugement hypothétique, en termes de représentation temporelle de la succession ; etc. (cf. Friedman, 2000, pp. 27 sqq.). Comme le résume Friedman (2000, p. 28), le néokantisme (de Marbourg comme de l’École du Sud-Ouest) finit ainsi par rejeter toute faculté indépendante de la sensibilité : « For the neo-Kantians, the a priori formal structures in virtue of which the object of knowledge becomes possible must therefore derive from the logical faculty of the understanding and from this faculty alone. Since space and time no longer function as independent forms of pure sensibility, the constitu- tion of experience described by "transcendental logic" must now proceed on the basis of purely conceptual - and thus essentially non-spatio-temporal - a priori structures ». Cependant, ce dernier point s’avèrera d’un avantage décisif dans la conception cassirérienne de la mécanique quantique par rapport à celle de Kant, comme on le verra.
En savoir plus

432 En savoir plus

Phénomènes hors équilibres de l'Univers inflationnaire en théorie quantique des champs

Phénomènes hors équilibres de l'Univers inflationnaire en théorie quantique des champs

En ce qui concerne le reheating les traitements quantiques existants se limitent le plus souvent à une étude du régime linéaire [21, 22, 23, 24, 25, 26, 27], au mieux à celui du champ-moyen [28, 29, 30, 31, 32, 33, 34]. Néanmoins les nombres d’occupation suffisamment grands permettent une très bonne approximation classique [35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43]. Certains d’entre eux étudient amplement le régime des collisions dans le cadre du reheating scalaire avec une excellente précision. L’approximation classique ne permet pas l’étude des temps très long décrivant la thermalisation du système. Cependant les travaux récents en théorie quantique des champs hors-équilibre [44, 45, 46, 47] montrent que l’étude quantique en champ-moyen introduit spurieusement un nombre infini de quantités conservées rendant cette approximation incorrecte dès ses premiers instants. Quelques travaux allant au delà de cette approximation [48, 49, 50, 51, 52, 53] incluent un traitement quantique complet permettant l’étude de la thermalisation dans la dynamique du système. Mon travail, original dans le contexte de la cosmologie, porte sur l’étude du reheating non-perturbatif aussi bien bosonique que fermionique dans le cas où l’inflaton est couplé à la matière via une interaction trilinéaire à l’ordre sous-dominant d’un developpement à grand nombre de champs.
En savoir plus

161 En savoir plus

L'espace-temps de la théorie de la relativité

L'espace-temps de la théorie de la relativité

Comme résultat, la modification que la théorie de la relativité générale fait subir aux concepts d'espace et de temps est encore plus radicale que la précédente, puisque, cette fois-ci, l'espace-temps n'est plus considéré comme indépendant des corps matériels qu'il contient. Sa structure n'est plus immuable et elle est donnée par la distribution de la masse-énergie des corps, autrement dit des champs de gravitation dont ces corps sont la source. Avec l'espace-temps matériel de la Relativité générale la dissociation entre le contenant et le contenu se voit abolie, les propriétés et la structure du premier se trouvant dépendre du second, c'est-à-dire des objets matériels et des phénomènes physiques auxquels ils donnent lieu. Les phénomènes liés à la gravitation ainsi qu'aux mouvements accélérés de toutes sortes déterminent les propriétés de l'espace-temps, dont la structure est donnée en chaque point par la métrique: celle-ci n'est plus 'quasi euclidienne' sauf, localement, dans le cas d'un champ nul ou très faible. La question se pose même de savoir ce que signifierait un espace-temps vide de tout champ; tien, sans doute, ne permettrait de le définir.
En savoir plus

19 En savoir plus

SUR L'’ESPACE-TEMPS D'’EINSTEIN

SUR L'’ESPACE-TEMPS D'’EINSTEIN

Z Ω hΨ µ | Ψ µ i dλ < +∞. On peut ainsi g´en´eraliser toutes les notions pr´ec´edentes. Il faut se rappeler quand th´eorie quantique des champs, on peut repr´esenter une particule par un couple de champ de l’univers, c’est-` a-dire, comme une section du complexifi´e du fibr´e tangent de l’univers Ω. Le d´eplacement dans l’espace-temps, au sens pr´ec´edent, n’est autre que la section locale d´efinissant le ”couplage” entre les deux champs d´ecrivant la particule.

17 En savoir plus

L'heure de vie de classe : un espace-temps d'éducation à la citoyenneté

L'heure de vie de classe : un espace-temps d'éducation à la citoyenneté

Ce n'est qu'en 2012 que la fiche La Vie scolaire et l'éducation à la citoyenneté affirme que l'heure de vie de classe constitue un temps d'éducation à la citoyenneté. Plus précisément, cette fiche énonce non seulement que les règles liées à la vie scolaire, auxquelles est intégré le respect de l'autorité, font partie de l'éducation à la citoyenneté, mais également que l'éducation à la citoyenneté est au cœur des heures de vie de classe tout comme elle est au cœur des disciplines d'enseignement. Les missions premières de l'heure de vie de classe, l'initiation au débat et à la prise de parole, existantes dans les textes officiels l'instituant mais reléguées au second plan en faveur de la régulation des comportements et des conflits, constituent désormais une priorité. Il ne s'agit plus seulement de faire acquérir aux élèves des compétences civiques, mais également des compétences citoyennes. En cela, l'heure de vie de classe ne relève plus seulement de la morale mais s'imprègne d'une dimension éthique : encore plus qu'un « cadre de compréhension 41 », elle offre aux élèves la possibilité
En savoir plus

68 En savoir plus

Moyenne de phase spatiale appliquée à des champs PIV résolus en temps

Moyenne de phase spatiale appliquée à des champs PIV résolus en temps

f osc ~20 Hz et dépend de la vitesse de l’écoulement incident. Les images PIV sont enregistrées avec une caméra Photron Fastcam-APX RS 512x400 pixels 10 bits. La fréquence d’acquisition des images est de 500 Hz (f max = 250 Hz pour les champs PIV), ce qui garanti l’absence de repliement de spectre (f max / 2 = 125 Hz > f osc ). Un laser YAG Nd :YLF

3 En savoir plus

Codage Espace Temps pour les canaux MIMO à accès multiple

Codage Espace Temps pour les canaux MIMO à accès multiple

Résumé de la Thèse en Français Introduction Multiples travaux de recherche ont été munis ces denirères années pour construire des codes espace-temps optimaux pour les communications sans fil de point à point (i.e., mono- utilisateur). Plusieurs familles de codes, dont la construction utilise des outils algébriques avancés et qui atteignent le compromis Diversité-Multiplexage (DMT), ont été proposées dans la litérature. Ce compromis a été développé par Zheng et Tse [1] pour capturer les avantages duels d’un canal à évanouissement pour les SNR élevés : l’augmentation du débit (augmentation du gain de multiplexage) et l’augementation de la fiabilité (augmentation du gain de diversité). Depuis, le DMT devint un outil puissant de la théorie de l’information utilisé pour évaluer la performance et comme critère de construction des codes espace- temps.
En savoir plus

146 En savoir plus

Vacance(s) musicale(s) : le temps « présent » d’un espace suspendu

Vacance(s) musicale(s) : le temps « présent » d’un espace suspendu

interne qui détermine l’organisation rythmique de l’œuvre va se trouver remodelé et repensé par les compositeurs. 30 Györgi Ligeti illustre concrètement cette réévaluation des paramètres temporels du musical. Dans son Poème symphonique pour 100 métronomes composé en 1962, le temps est fondement de l’œuvre, à la fois construction et matière du discours musical. Objet du temps par excellence, chaque métronome est enclenché de manière déterminée et ne s’arrête qu’à la fin de son mécanisme. Il se produit dans cette œuvre une sorte de détournement : le temps devient matériau et l’espace sonore devient temporel. D’autres pièces de Ligeti s’appuient sur une reconsidération de la temporalité. Dans certaines de ses Études pour piano, il construit une polyphonie rythmique créant une mise en suspens de la dynamique temporelle de l’œuvre. Les pièces intègrent dans leur construction une volonté d’extrapolation qui passe notamment par la réévaluation du temps interne de l’œuvre ; « l’ensemble des Études […] vise moins le projet classique – tout ce qui peut être réalisé sur un piano à un moment historique donné (Liszt, Debussy) – que l’exploitation de nouveaux types de rapports entre le tout et les parties, entre le simple et le complexe » (Decarsin 130). Dans la première étude, Désordre, s’entremêlent deux lignes mélodiques aux mouvements identiques dont les accents rythmiques diffèrent, créant ainsi une instabilité dynamique mettant en suspens le temps interne de la pièce. Cette Étude illustre bien l’altération de la dimension temporelle par son instabilité et son dynamisme aléatoire, apparaissant comme suspendue dans le temps.
En savoir plus

12 En savoir plus

Chromodynamique quantique à haute énergie, théorie etphénoménologie appliquée aux collisions de hadrons

Chromodynamique quantique à haute énergie, théorie etphénoménologie appliquée aux collisions de hadrons

Nous souhaitons maintenant obtenir l’état du système après la collision, c’est-à-dire nous souhaitons calculer ˆ S |Pi ⊗ |Ci où ˆ S est la matrice de diffusion. Cela revient à calculer l’action de ˆ S sur des états du type |(k + , x, α, s), (k ′+ , y, c, λ), · · ·i⊗|Ai. En d’autres termes, il nous faut calculer comment les partons qui habillent le projectile diffusent sur le champ classique créé par la cible. Comme nous travaillons dans la limite de haute énergie, il est justifié d’utiliser ce qu’on appelle l’approximation eikonale : les partons qui habillent le projectile interagissent avec la cible de manière indépendante et le champ de couleur de la cible n’est pas affecté par l’interaction. Ceci est justifié car le projectile et la cible se déplacent à presque la vitesse de la lumière, et le temps d’interaction est beaucoup plus court que les échelles de temps sur lesquelles le projectile et la cible évoluent. Pendant l’interaction, les partons du projectile peuvent être considérés comme libres, et la cible peut-etre considérée comme une source de couleur statique.
En savoir plus

146 En savoir plus

L'instabilité de l'espace de Sitter

L'instabilité de l'espace de Sitter

En effet, dans le prochain chapitre, on va traiter les perturbations m´ etriques affec- tant un espace en expansion comme des champs quantiques, immerg´ es dans un espace purement classique. Autrement dit, ce n’est pas tout l’espace qui sera quantifi´ e, mais seulement les petites perturbations qui en alt` erent la forme. De plus, on va se limiter aux seules contributions de deuxi` eme ordre dans le d´ eveloppement de l’action gravitationnelle, en n´ egligeant tous les termes des ordres sup´ erieurs. Dans le cadre de cette approximation, les perturbations m´ etriques s’apparentent alors ` a des champs scalaires libres, poss´ edant des masses d´ etermin´ ees par la courbure de l’espace de base. C’est pourquoi on se pro- pose d’´ etudier, dans ce chapitre, la th´ eorie des champs scalaires libres se trouvant dans des espaces en expansion. Des termes d’interaction pour les perturbations m´ etriques ap- paraissent seulement lorsqu’on d´ eveloppe l’action gravitationnelle au-del` a du deuxi` eme ordre, ` a commencer par le troisi` eme ordre qui fournit des interactions cubiques.
En savoir plus

124 En savoir plus

POD et Méthode LATIN multiéchelle en temps et en espace

POD et Méthode LATIN multiéchelle en temps et en espace

Dans [1], une nouvelle stratégie de calcul multiéchelle basée sur la méthode LATIN [2] a été proposée pour l’analyse de structures dont le comportement est décrit à une échelle fine, tant en temps qu’en espace. Cette stratégie de décomposition de domaine conduit à la résolution d’un grand nombre de problèmes d’évolutions indépendants par sous-structures à chaque itérations.

7 En savoir plus

PGD espace-temps adaptée pour le traitement de problèmes paramétrés

PGD espace-temps adaptée pour le traitement de problèmes paramétrés

1 Le projet ANR OMD 2 Profitant du développement de l’ère numérique, les industriels se concentrent de plus en plus sur les phases de pré-conception de produits. Durant ces phases, on es- saye de trouver la « meilleure » solution technique par rapport à un ou plusieurs cri- tères (moins de pollution, plus économique à produire et à utiliser, plus silencieux ...) avec la contrainte du respect d’un cahier des charges fonctionnel. Pour cela, différentes variantes d’une même solution incluses dans un espace de conception sont testées (variation de la géométrie, des matériaux utilisés ...) et une fonction coût est calculée pour chacune des solutions afin de quantifier les performances d’une solution suivant les critères sélectionnés. Une solution « optimale », minimisant la fonction coût sous possiblement certaines contraintes (contraintes géométriques, poids minimal ...) est alors trouvée grâce à des techniques d’optimisation. Ces techniques conduisent donc à résoudre de nombreuses fois des problèmes similaires (pour lesquels seuls certains paramètres de la modélisation ont changé).
En savoir plus

116 En savoir plus

Croyance, temps et espace : un langage pour le jeu de plateau Yōkai

Croyance, temps et espace : un langage pour le jeu de plateau Yōkai

We have introduced a simple epistemic language for representing an artificial player’s knowledge and actions in the context of the cooperative board-game Y¯ okai. In the extended version[r]

9 En savoir plus

De Inharmonique à Resonant Sound Spaces : temps réel et mise en espace

De Inharmonique à Resonant Sound Spaces : temps réel et mise en espace

Fig. 1 À partir de cette explicitation, Antonio de Sousa Dias a pu vingt ans plus tard reconstituer ces structures par synthèse en utilisant d'autres logiciels, à savoir d'une part Csound, d'autre part MaxMSP. Daniel Arfib a repris la mise en œuvre sur MaxMSP et l'a aménagée pour qu'on puisse commander la synthèse soit en temps réel, en cliquant sur les boîtes correspondant aux structures déclenchées et au profil dynamique souhaité, soit hors temps réel, en réalisant une partition spécifiant à l'avance toutes les informations nécessaires, comme dans MusicV ou Csound. Jean-Claude Risset a utilisé les deux processus pour réaliser un "carillon virtuel" : différentes structures sont répétées à des rythmes différents qui convergent occasionnellement — le carillon est conclu par deux grands accords "tutti". Ce passage mélange des sons du genre cloche et des variantes inharmoniques utilisant des fonctions d'enveloppe non percussives qui donnent lieu à des textures fluides ou rebondissantes.
En savoir plus

7 En savoir plus

Théorie des ensembles flous et science géographique : trois champs d'application, des pistes de convergence

Théorie des ensembles flous et science géographique : trois champs d'application, des pistes de convergence

d’appartenance apparaissent alors plus pertinents que le raisonnement booléen qui sous-tend la détermination des classes en tout ou rien. Pourtant, si la problématique de l’incertitude n’est plus omise des travaux des géographes et si le raisonnement flou est de plus en plus mobilisé pour formaliser la complexité, l’incertitude et le flou ne constituent pas un axe majeur des recherches récentes. Plusieurs raisons peuvent être avancées : un certain malaise face à l’incertitude et l’incomplétude de la connaissance, la place hégémonique de la théorie des probabilités face à la théorie des possibilités, le mépris du qualitatif, le rejet du non mesuré, la méfiance vis-à-vis des variables linguistiques, la réticence à employer le raisonnement approximatif plutôt que le raisonnement booléen conventionnel, enfin, la place relativement faible du courant modélisateur en Géographie.
En savoir plus

9 En savoir plus

Le parcours à l’oeuvre. Temps, espace et déplacement dans l’oeuvre de Matthew Barney

Le parcours à l’oeuvre. Temps, espace et déplacement dans l’oeuvre de Matthew Barney

performances d’acteur de cinéma et performances plasticiennes. Les différentes trames narratives entrelacées au sein de chaque vidéo font également écho aux récits des autres parties du cycle /1 , ren- voyant à l’architecture globale du projet. Le fil des narrations est à la fois entrelacé, multiple et rhizomatique. Le contenu du cycle est cryptique, sa lecture conjecturale. Ici, tout est jeu de confluences : récits entrelacés, pratiques artistiques confondues, mélanges des genres – dans tous les sens du terme. La lecture du cycle est inévi- tablement multiscalaire et nécessite un va-et-vient permanent entre les différentes strates de l’œuvre. En soi, le jeu auquel se livre Barney est singulièrement hybride. Ses vidéos sont le lieu d’une pratique d’exercices variés de performances chorégraphiques, de jeux athlé- tiques et de sculptures corporelles. À la fois captées et dirigées, à mi- chemin entre la saisie documentaire de performance et la réalisation cinématographique, ces actions /2 adviennent dans un flux d’images dont la nature n’aide guère à la compréhension de ce qui y est mon- tré, en raison de tant d’ellipses, de temporalités confondues. Les séquences y sont alternées, déconstruites par un montage ouvert à la scansion. Le temps de l’énonciation est fragmenté, sa réception forcément parcellaire.
En savoir plus

14 En savoir plus

Tomographie des temps d'arrivée au-delà de la théorie des rayons

Tomographie des temps d'arrivée au-delà de la théorie des rayons

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

199 En savoir plus

Show all 4687 documents...