Systèmes de transmission

Top PDF Systèmes de transmission:

Variantes de Format RZ et NRZ destinées aux systèmes de transmission optiques à haut débit

Variantes de Format RZ et NRZ destinées aux systèmes de transmission optiques à haut débit

Bien que RZ-DSB montre une grande tolérance de dispersion, la résistance contre les effets non linéaires, etc., implique l'envoi de deux bandes latérales avec exactement la même information. Avec des débits de données élevés jusqu'à 40 Gbps et éventuellement supérieurs à 160 Gbit/s, l'efficacité spectrale est le facteur clé des systèmes de transmission optique WDM de nouvelle génération. L'utilisation de la formation de RZ-VSB est nécessaire pour atteindre une efficacité spectrale élevée. Pour ce faire, le filtre passe-bande optique est conçu. En utilisant la plage de passage du filtre optique, la plus grande partie de la bande latérale inférieure peut être supprimée en laissant le côté porteur et le côté supérieur.
En savoir plus

66 En savoir plus

ÉTUDE DE TECHNOLOGIES AVANCÉES POUR L'OPTIMISATION DES SYSTÈMES DE TRANSMISSION OPTIQUE MULTIPLEXÉS EN LONGUEUR D'ONDE AU DÉBIT DE 40 GBIT/S

ÉTUDE DE TECHNOLOGIES AVANCÉES POUR L'OPTIMISATION DES SYSTÈMES DE TRANSMISSION OPTIQUE MULTIPLEXÉS EN LONGUEUR D'ONDE AU DÉBIT DE 40 GBIT/S

R EMERCIEMENTS Bon ben ça y est, cela fait donc trois ans que j’ai rejoint l’équipe OTS, d’abord au sein du centre de recherche du groupe Alcatel à Marcoussis, puis d’Alcatel-Lucent sur le site de Villarceaux à Nozay. C’est ainsi que, quelque part au milieu de la campagne essonnienne, j’ai pu contribuer à diverses études amont sur les systèmes de transmission par fibres optiques, dans le cadre d’une convention CIFRE. J’ai pu ainsi découvrir la joie des manips en laboratoire, avec le démêlage des fibres optiques, leurs connections après un nettoyage zélé des connecteurs, le réglage des émetteurs et récepteurs où lâcher un bouton nous donne le droit de tout recommencer, l’observation à longueur de journée de chiffres de taux d’erreurs qui bougent tout le temps et que l’on doit optimiser à l’aide du bouton sus-cité, ou bien encore l’observation de diagrammes de l’œil ou de spectres sur des oscilloscopes et analyseurs de spectre dernier cri ! Sans compter la joie des simulations numériques où il n’est jamais aisé de comprendre et d’interpréter les résultats fruits de plusieurs jours de calcul, et ce pourvu qu’ils soient justes ou que le logiciel n’ait pas bugué ! Voici donc un aperçu, certes rapide et simpliste, du monde de la recherche industrielle dans le domaine des télécommunications par fibres optiques, que j’ai découvert et auquel j’ai contribué. Cela n’aurait pas été possible sans tous les membres de l’équipe avec qui j’ai travaillé pendant tout ce temps, et à qui je voudrais rendre hommage ici.
En savoir plus

229 En savoir plus

Optimisation de la sécurité des réseaux électriques de puissance par des systèmes de transmission flexible en courant alternatif FACTS

Optimisation de la sécurité des réseaux électriques de puissance par des systèmes de transmission flexible en courant alternatif FACTS

152 Résumé : Aujourd'hui, avec l'augmentation continuelle de la demande d’électricité, la croissance des interconnexions entre pays et la montée en puissance des ressources énergétiques distribuées, les marges de sécurité des réseaux électriques diminuent et leur exploitation devient plus en plus complexe. En effet, les blackouts électriques qui se sont produits dans le monde ces dernières années sont la conséquence de cette situation. Les systèmes classiques utilisés pour améliorer la sécurité de ces réseaux demeurent insuffisants pour éliminer les différentes perturbations qui peuvent affecter une partie ou tout le réseau. Dans ce contexte, l'objectif principal de cette thèse consiste donc à trouver de nouvelles techniques qui aident les opérateurs à prédire et à éliminer les situations critiques qui vont souvent mener à des blackouts électriques. La première technique développée ici est basée d’abord sur utilisation des systèmes de transmission flexible en courant alternatif (FACTS). Ensuite un nouvel algorithme, qui est basé sur l’utilisation combinée des systèmes WAMS et SCADA et l'application des dispositifs SVC, est proposé pour empêcher les déclenchements intempestifs des lignes d’interconnexion par le fonctionnement de la zone 3 des protections de distance. Des tests de simulation exécutées sur deux réseaux réels, à savoir le réseau National et le réseau électrique 400 kV de la Turquie, ont démontré la capacité des techniques développées à atténuer le développement des perturbations qui mener à des blackouts électriques. Mots-clés: Sécurité des réseaux électrique, systèmes FACTS, prévention blackout, systèmes WAMS, système SCADA.
En savoir plus

152 En savoir plus

Utilisation de la détection cohérente pour les systèmes de transmission optique à 40 GB/s ET 100 GB/s

Utilisation de la détection cohérente pour les systèmes de transmission optique à 40 GB/s ET 100 GB/s

Fig. 4.6: (a) Transmitter scheme and (b) noise sensitivity of 40 Gb/s PDM-BPSK compared to 40 Gb/s PDM-QPSK. I consider here two different scenarios for 40 Gb/s PDM-BPSK corresponding to two different transmission fibres, namely SSMF and NZDF. Thus, the recirculating loop here incorporates four 100-km-long spans of either SSMF or NZDSF which are separated by dual-stage EDFAs including an adapted spool of DCF for partial dispersion compensation, according to a typical terrestrial transmission map. The DCF spools are different for SSMF and for NZDSF. At the receiver side, the channel under study is selected by a 0.4-nm bandwidth tuneable filter and sent into the coherent receiver. The characteristics of SSMF and NZDSF are discussed in section 1.1.2 and summarised in Fig. 2.25. Compared to SSMF, the use of NZDSF can emphasise nonlinear effects due to its low chromatic dispersion. Moreover, NZDSF has strong wavelength-dependent chromatic dispersion which results in different dispersion maps for the different wavelength channels of the multiplex. It is well known that NZDSF systems behave worse for wavelengths close to λ 0 (found in our set up at short wavelengths) due to the strength of cross nonlinearities induced by the low residual dispersion per span. This translates usually into a dramatic reduction of the reach of channels at wavelengths around λ 0 . In a laboratory environment, besides, NZDSF can be exploited to study different dispersion maps.
En savoir plus

198 En savoir plus

Contribution à l'étude de fonctions optiques pour la régénération du signal dans les systèmes de transmission à haut débit

Contribution à l'étude de fonctions optiques pour la régénération du signal dans les systèmes de transmission à haut débit

à la propagation, notamment lorsque l'infrastructure doit être préservée. An de surmonter ces limitations, le signal doit être régénéré au-delà d'une certaine distance de transmission. Trois niveaux de régénération sont dénis : 1R (réamplication), 2R (réamplication et remise en forme) et 3R (réamplication, remise en forme et resynchronisation). Le niveau 1R est aujourd'hui bien maîtrisé et utilisé couramment grâce à l'utilisation des EDFA qui ont fait leurs premières apparitions dans les systèmes sous marins en 1996 [ 11 ]. Le troisième niveau (3R) est aujourd'hui réalisé en insérant dans les réseaux des répéteurs optoélectroniques. Une approche alternative aux répéteurs optoélectronique est le traitement tout-optique du signal, qui consiste à régénérer le signal dans le domaine optique. Cette solution orirait la possibilité de réduire considérablement le coût d'installation par rapport à la solution optoélectronique surtout pour les systèmes à haut débit par canal (40 Gbit/s et au-delà). En eet, les composants tout-optiques, qui ne nécessitent aucune conversion du signal optique en signal électrique, permettraient d'augmenter la capacité des réseaux de télécommunication, tout en diminuant leur complexité et donc les coûts. De plus, la plupart des phénomènes physiques mis en jeu permettent de traiter des débits beaucoup plus importants que ceux accessibles aux composants électroniques, et peuvent aussi traiter plusieurs longueurs d'onde simultanément. De nombreuses techniques de régénération tout-optique du signal ont été développées, avec des solutions toujours plus performantes et des débits toujours plus élevés [ 1 , 12 ]. Les techniques tout-optique permettent notamment de réaliser des dispositifs de régénération de type 2R,  réamplication  et  remise en forme , moins complexes et plus compacts que les dispositifs de régénération 3R. Ces solutions de régénération 2R pourraient ainsi améliorer les performances et limiter le coût des liaisons. Cependant, ces technologies sont beaucoup moins matures et bénécient de moins d'investissement que les techniques électroniques de traitement du signal ce qui explique qu'elles ne sont pas déployées dans les réseaux de transmission optique.
En savoir plus

257 En savoir plus

Contribution à l'ingénierie des systèmes de transmission terrestres sur fibre optique utilisant le multiplexage en longueur d'onde de canaux modulés au débit de 40 Gbit/s.

Contribution à l'ingénierie des systèmes de transmission terrestres sur fibre optique utilisant le multiplexage en longueur d'onde de canaux modulés au débit de 40 Gbit/s.

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

377 En savoir plus

Systèmes de transmission avec précodage linéaire et traitements itératifs

Systèmes de transmission avec précodage linéaire et traitements itératifs

m´ethodes. Ce document est organis´e en cinq chapitres. Dans le premier chapitre, la description d’une chaˆıne de transmission num´erique permet d’´etablir les bases des syst`emes ´etudi´es par la suite. Tout d’abord, diff´erents mod`eles de canaux tels le canal `a bruit additif blanc gaussien, le canal de Rayleigh et un mod`ele de canal `a trajets multiples sont d´efinis. De plus, le cas d’un syst`eme comportant plusieurs antennes en ´emission et en r´eception est ´evoqu´e. Certaines hypoth`eses simplificatrices sont consid´er´ees, par exemple en se pla¸cant dans un cadre mono-utilisateur et en consid`erant une estimation parfaite du canal en r´eception. N´eanmoins, les syst`emes ayant une connaissance de l’´etat du canal `a l’´emission n’entrent pas dans le champ de cette th`ese. En effet, cette connaissance n´ecessite une voie de retour vers l’´emetteur et un canal qui varie lentement dans le temps. Ensuite, les modulations et les codes correcteurs d’erreur utilis´es sont d´ecrits. Les constellations utilis´ees sont des modulations par d´eplacement de phase `a deux ou quatre ´etats, ainsi qu’une modulation d’amplitude en quadrature `a seize ´etats. Quand aux codes correcteurs d’erreur, ce sont des codes convolutifs qui peuvent ˆetre poin¸conn´es pour en faire varier le rendement. Le logarithme du rapport de vraisemblance est introduit dans le cadre de l’´echange d’informations entre les diff´erents ´el´ements d’un syst`eme it´eratif. Enfin, des m´ethodes utilis´ees en turbo-´egalisation sont ´etudi´ees dans le cadre d’un mod`ele g´en´eral de syst`emes `a interf´erences. Ces m´ethodes permettent le traitement conjoint du codage de canal et de l’estimation des donn´ees en pr´esence d’interf´erence entre symboles. Elles seront utilis´ees dans les chapitres trois `a cinq pour le traitement it´eratif du pr´ecodage lin´eaire et des syst`emes multi-antennes pr´ecod´es. Pour les diff´erents algorithmes qui effectuent ces traitements, une limite inf´erieure des performances est donn´ee.
En savoir plus

155 En savoir plus

Contribution à la simulation et l’etude de la ferro-résonance dans les systèmes de transmission

Contribution à la simulation et l’etude de la ferro-résonance dans les systèmes de transmission

Le tableau 4.1 résume les modèles existants dans la bibliothèque de l’EMTP ainsi que les critères de choix. 4.6. La ligne de transmission Lorsqu’il s’agit des grandes lignes, leurs paramètres R, L et C sont distribués tout au long, et ne peuvent pas en général être traités comme étant des éléments concentrés. Certains de ses paramètres sont en fonction de la fréquence ce qui exclue aussi les paramètres constants. Pour l’étude des courts-circuits et l’écoulement de puissance, seulement les séquences positives et homopolaires à la fréquence du système sont nécessaires, ils peuvent être déterminés à partir de simples formules. Cependant, dans l’étude des régimes transitoires, ces formules ne permettent pas d’avoir des résultats admissibles, et l’on a donc recours à utiliser un modèle plus généralisé mais aussi plus compliqué. Ce modèle procure les paramètres détaillés d’une ligne de transmission qui pourrait prendre en charge :
En savoir plus

149 En savoir plus

2013 — Optimisation des systèmes de transmission de puissance pour éolienne

2013 — Optimisation des systèmes de transmission de puissance pour éolienne

vitesse constante (Zinger and Muljadi 1997). Encore aujourd’hui, plusieurs éoliennes fonctionnent à des vitesses de rotation pratiquement constantes, ce qui élimine la nécessité d’un convertisseur électrique. Il va sans dire que les coûts reliés à l’implantation d’un tel système sont moindres. Toutefois, le choix du type de générateur (ou génératrice) est limité. Les éoliennes fonctionnant à vitesse constante présentent certains inconvénients non négligeables. Tout d’abord, lorsque la puissance générée par le générateur excède une certaine limite, ce dernier doit être arrêté ou freiné (Zinger and Muljadi 1997). L'arrêt ou le ralentissement est nécessaire pour éviter l’emballement de l’éolienne et limiter les charges induites au système. De plus, la quantité d’énergie électrique pouvant être produite par une éolienne fonctionnant à vitesse constante est étroitement liée au rapport de vitesse choisi pour la transmission (Zinger and Muljadi 1997). Le choix de la transmission doit donc être effectué de façon judicieuse, en connaissant exactement la nature du vent du site choisi. La vitesse exacte du vent ne peut par ailleurs jamais être établie de manière précise.
En savoir plus

267 En savoir plus

Méthodes de transmission d'images optimisées utilisant des techniques de communication numériques avancées pour les systèmes multi-antennes

Méthodes de transmission d'images optimisées utilisant des techniques de communication numériques avancées pour les systèmes multi-antennes

La qualité d’une transmission numérique dépend essentiellement de la probabilité d’occurrence d’erreurs dans les symboles transmis. Cette probabilité est fonction du Rap- port Signal à Bruit (RSB) . Pour améliorer la qualité de la transmission, une augmenta- tion de la puissance d’émission peut être envisagée. Malheureusement, cette solution implique des coûts énergétiques importants, ce qui en limite l’utilité. Il existe néanmoins une solution simple et efficace qui permet de diminuer le facteur de bruit du récepteur. Cette solution consiste à utiliser des Codes Correcteurs d’Erreurs (CCE) permettant d’aug- menter la fiabilité de la transmission. En effet, l’utilisation des techniques de codage canal permet la détection et/ou la correction d’éventuelles erreurs de transmission. Parmi les principales techniques existantes, on peut citer le codage en bloc et le codage convolu- tif. Une approche complémentaire permettant d’assurer une transmission sur des canaux sans fil avec un minimum de Taux d’Erreurs Binaires (TEB) à la réception, consiste à uti- liser certaines techniques de transmission, de codage et de modulation avancées au ni- veau de la couche physique. De plus, il est maintenant prouvé que l’usage des systèmes de transmission MIMO dans un environnement multi-trajets améliore significativement la fiabilité, la qualité et le débit de transmission comparé à un schéma Single Input Single Output (SISO) utilisant une seule antenne en émission et en réception. Sur le volet modu- lation, un schéma Orthogonal Frequency Division Multiplexing (OFDM) multi-porteuses permet de considérer la transmission du signal en bande large sur plusieurs canaux à bande étroite afin de minimiser l’effet des évanouissements fréquentiels.
En savoir plus

136 En savoir plus

La transmission des infections à Pneumocystis

La transmission des infections à Pneumocystis

Eduardo Dei-Cas 2,3,4 > La pneumonie à Pneumocystis (PcP) est-elle une infection fongique transmissible ? Existe-t-il une PcP nosocomiale et/ou une transmission com- munautaire des infections par Pneumocystis ? Inabordables jusqu’aux années 2000, ces ques- tions peuvent être explorées à l’heure actuelle soit chez l’homme grâce au développement de méthodes de détection non invasives, soit au laboratoire où des modèles de transmission de l’infection ont été développés. Représenté par une seule entité (P. carinii) pendant presqu’un siècle, le genre Pneumocystis contient actuelle- ment plusieurs espèces, P. jirovecii étant la seule identifiée chez l’homme. Les études moléculaires associées à des expériences d’infection croisée ont révélé une forte spécificité d’hôte qui inter- dit la transmission interespèces. En revanche, la transmission respiratoire entre mammifères d’une même espèce est en général très active, même entre hôtes immunocompétents. D’autres voies de transmission existeraient. Les études montrent que le seul réservoir de P. jirovecii est l’être humain qui constituerait la seule source d’infection aussi bien à l’hôpital que dans la
En savoir plus

6 En savoir plus

Transmission du bruit dans les bâtiments

Transmission du bruit dans les bâtiments

Finalement il y a le problème de la transmission du bruit au-dessus de la paroi et du plafond suspendu. On peut remédier à cela (1) en installant des panneaux de plafond aux dos desquels se trouve un épais revêtement imperméable capable de réduire la pénétration du son dans le plafond ou (2) en prolongeant les parois dans l'espace qui se trouve au-dessus du faux plafond. L'ensemble du problème pourrait être simplifié en restreignant l'emplacement des parois principales aux intervalles modulaires coïncidant peut-être avec le module structural. Des parois adéquates pourraient être installées à ces intervalles au-dessus du plafond et des dispositifs commodes de jointure pourraient être incorporés dans le parement extérieur.
En savoir plus

8 En savoir plus

La transmission des savoirs et des connaissances

La transmission des savoirs et des connaissances

L’énumération parmi les connaissances de l’oralité Énumérer implique le corps et une action sur les objets (déplacement, pointage) qu’il faut prendre en compte un par un. Certaines de ces actions sont souvent transmises par imitation et sont incorporées sans que les raisons qui fondent celles-ci ne soient disponibles, c’est le cas en particulier pour le tri ou de dénombrement : on déplace les objets d’une certaine manière, mais les raisons ne sont pas connues. Une connaissance se manifeste en situation, mais elle n’est pas nécessairement explicitable ni même reconnue comme utile. Il est alors difficile de transmettre les savoirs d’énumération que nous avons identifiés. En effet, la transmission des connaissances est possible par imitation des gestes : on compte « comme ça », on trie « comme ça », etc. cependant, le problème est que le « comme ça » n’est pas identifié comme relevant d’un même savoir et de ce fait, il faut imiter ces gestes dans toutes les situations. Par exemple, on ne fera pas de lien entre le geste de dénombrer des jetons en poussant sur la table ceux qui ont été compté et le geste de trier les haricots en écartant dans des espaces bien séparés les haricots déjà épluchés et les haricots encore à éplucher : il faut donc apprendre utiliser l’espace pour dénombrer des jetons et apprendre à utiliser l’espace pour trier des haricots et apprendre à agir dans toutes les situations où il faut distinguer ce qui n’a pas été traité de ce qui a été traité sans faire de lien entre ces situations et donc construire des connaissances stables correspondant à un savoir reconnu.
En savoir plus

14 En savoir plus

La transmission de l'esthétique caribéenne

La transmission de l'esthétique caribéenne

Comment ces multiples dynamiques de transmission peuvent-elles se matérialiser dans l’espace de la créolité ? De quoi sont-elles le signe ? Notre recherche s’attèlera à corréler la conception glissantienne du rhizome et celle de l’Atlantique noir afin de faire ressortir deux axes principaux du champ des possibles : la voie du cosmopolitisme, privilégiant le dialogue transnational et transgénérique, et celle du nativisme, orientée vers l’enracinement et la quête de singularité du lieu. Bien entendu, ces choix ne sont pas exclusifs. Entre ces deux options existe tout un éventail de situations particulières que l’on pourrait associer au tiers-espace des styles et identités alternatifs et dont la transmission de la caribéanité esthétique favorise l’émergence.
En savoir plus

2 En savoir plus

La transmission des stéréotypes de sexe

La transmission des stéréotypes de sexe

l’essentiel du travail et des responsabilités familiales et domestiques et aux hommes les responsabilités professionnelles ». 48 Conclusion La construction identitaire, nous l’avons vu, est un processus dynamique au cours duquel la personne se définit et se reconnaît par sa façon de réfléchir, d’agir et de vouloir dans les contextes sociaux et l’environnement naturel dans lequel elle évolue. Les influences que subit l’individu dans ce processus, ainsi que la transmission des modèles sexués, façonnent garçons et filles dans leur devenir et dans leurs relations. L’un des enjeux, depuis Simone De Beauvoir, est de faire évoluer ces influences de façon positive afin qu’une égalité entre les sexes s’observe dans la sphère domestique et dans le monde du travail. Malgré une législation qui œuvre dans ce sens (accès à la formation égalitaire, égalité de traitement et de salaire, parité dans le monde politique…), les constats actuels montrent un système toujours inégalitaire en défaveur des femmes. En effet, nous l’avons vu, les hommes comme les femmes sont pris dans des injonctions culturelles exigeant qu’ils se conforment à un modèle et ce système reproduit ainsi une domination des hommes sur les femmes. Alors que nous avons actuellement les moyens intellectuels de remettre ce système en question, peu de personnes se sentent concernés et la plupart vivent ce système comme naturel et allant de soi. Ces idées sont ancrées dans la culture depuis toujours, dirons-nous, et la lutte contre « cette
En savoir plus

14 En savoir plus

La transmission « naturelle » des savoirs

La transmission « naturelle » des savoirs

savoirs implicites ne sont acquis et donc transmis que s’ils permettent à certains individus de se distinguer, de devenir eux-mêmes inattendus. En résumé, la raison d’être de la transmission des savoirs n’est pas l’augmentation du capital matériel ou immatériel de la collectivité. Un tel schéma n’aurait aucun sens d’un point de vue darwinien. Si nos ancêtres ont parfois supporté le coût d’acquérir des connaissances explicites et implicites, c’est avant tout pour en retirer un bénéfice social. L’objectif des individus qui transmettent ce qu’ils savent ne peut se résumer au plaisir éventuel qu’ils en retirent. Il doit exister une raison plus profonde. Cette raison est simple : en donnant une connaissance, on démontre qu’on la détient. Les personnes qui viennent à votre aide sur les forums techniques en retirent certainement une satisfaction. Il serait cependant illusoire de penser que la seule raison d’être de cette satisfaction est liée à la charité de leur acte. S’ils éprouvent un peu de fierté après avoir apporté une réponse brillante à un problème, c’est aussi parce que leur contribution démontre leur expertise au regard des autres experts du forum. Si l’on adopte cette manière de voir (qui n’est pas nécessairement celle qui est vécue consciemment par les acteurs), transmettre un savoir, sur les forums techniques comme dans la vie quotidienne, est un moyen, pas une fin. Autrement dit, la raison d’être de la transmission spontanée du savoir est qu’elle permet de produire un signal social. Imaginer qu’il s’agit d’actes de pure charité envers l’auditeur ou qu’il s’agit seulement de contribuer au bien être collectif serait une illusion. En faisant gratuitement profiter de sa connaissance, le contributeur montre qu’il sait. Ce bénéfice social ne réduit pas la « noblesse » de son acte, puisque celui-ci est précisément récompensé socialement 2 .
En savoir plus

10 En savoir plus

Systèmes.

Systèmes.

La méthode consiste à faire apparaitre le même facteur devant l’une des inconnues dans les deux équations en multipliant les deux équations par un facteur adapté, puis à soustraire (ou [r]

1 En savoir plus

Contrôle et transmission de l'information dans les systèmes de spins

Contrôle et transmission de l'information dans les systèmes de spins

Le contrôle quantique est un aspect émergent de la recherche qui touche un grand nombre de domaines. Nous pouvons citer par exemple les ordinateurs quantiques. Dans ces derniers les bits qui n’ont que deux états 0 ou 1 sont remplacés par des qubits pouvant avoir une infinité d’états grâce au principe fondamental de la physique quantique : la superposition d’états. Celle-ci stipule que si une particule quantique est caractérisée par deux niveaux d’énergie par exemple |0i et |1i, alors elle peut être dans un état a|0i + b|1i avec |a| 2 + |b| 2 = 1. Dans les ordinateurs quantiques, le contrôle peut apparaître pour réaliser des portes logiques quantiques. Certaines de ces portes sont équivalentes à celles que nous connaissons en classique, en particulier la porte not qui permet d’inverser l’état d’entrée. Par exemple si nous reprenons un qubit, et si à l’entrée de la porte il est dans l’état a|0i + b|1i, en sortie il sera dans l’état b|0i+a|1i. Mais, le contrôle ne touche pas que les ordinateurs quantiques, nous le retrouvons aussi dans la spintronique (nous utilisons la propriété quantique du spin de l’électron pour stocker de l’information), la quantronique (nous remplaçons les dispositifs électroniques par des atomes), l’information quantique, les nanosciences etc. Il existe plusieurs types de contrôles : le contrôle statique dans lequel nous imposons un jeu de paramètres à l’environnement (comme un champ laser) sur lequel nous n’agirons plus, le contrôle dynamique dans lequel nous faisons évoluer les paramètres de contrôle au cours du temps pour aller vers l’état cible ; les contrôles quantiques cohérents et incohérents qui comme leurs noms l’indiquent, font intervenir soit que des états purs, soit des distributions d’états quantiques ; le contrôle actif consistant à essayer expérimentalement le contrôle avec certains paramètres, et à ajuster ensuite ceux-ci en fonction du résultat jusqu’à obtenir le contrôle souhaité, et le contrôle passif qui consiste à étudier ab initio le système, et à le comprendre théoriquement afin de réaliser tout de suite le meilleur contrôle possible. Pour arriver à contrôler le système, nous avons besoin de mieux comprendre comment l’information quantique se transmet dans les systèmes quantiques (dynamique de l’information dans les systèmes) et comment elle se dégrade (décohérence, relaxation, etc).
En savoir plus

266 En savoir plus

Effective Transmission Conditions for Thin-Layer Transmission Problems in Elastodynamics

Effective Transmission Conditions for Thin-Layer Transmission Problems in Elastodynamics

Effective Transmission Conditions for Thin-Layer Transmission Problems in Elastodynamics M. Bonnet 1 A. Burel 1,2∗ , P. Joly 1 1 POEMS (UMR 7231 CNRS-INRIA-ENSTA), ENSTA Paristech, Palaiseau, France. 2 Equipe Analyse Num´ erique et Equations aux D´ eriv´ ees Partielles, Universit´ e Paris-Sud XI, Orsay, France. ∗ Email: alienor.burel@inria.fr

3 En savoir plus

La transmission des exploitations agricoles : stratégies des cédants et freins à l'installation-transmission : étude de cas en Bretagne

La transmission des exploitations agricoles : stratégies des cédants et freins à l'installation-transmission : étude de cas en Bretagne

Le statut du fermage permet aux agriculteurs d’être des entrepreneurs individuels sur les terres louées et exploitées. Ce statut évite aux personnes souhaitant s’installer d’engager des capitaux importants. De plus, l’encadrement des fermages limite l’augmentation des loyers ainsi que les prix des terres agricoles. Ce statut est favorable à l’installation des jeunes agriculteurs avec notamment la transmission familiale du bail rural soumis cependant à l’accord préalable du bailleur (La France Agricole, 2014a). Il facilite le maintien de l’activité agricole par la possibilité d’investir dans les actifs de production plutôt que d’apporter les capitaux nécessaires à l’acquisition du foncier. Tous les types de baux (baux de neuf ans, de vingt-cinq ans, à long terme et de carrière) peuvent être poursuivis par un enfant de l’agriculteur (Achard, 2008). Cependant, le propriétaire peut se permettre de ne pas renouveler le bail à échéance s’il décide que lui-même ou un de ses descendants continuera de cultiver la terre. Le dispositif législatif autorise les exploitants à appliquer un droit de préemption pour acquérir la terre. Ainsi, ils sont incités à devenir propriétaires de leur terre qu’ils entretiennent et travaillent. Ces dispositifs favorisent la sécurité foncière de l’agriculteur qui pourra par la suite louer ses terres à l’un de ses enfants (Boinon, 2011).
En savoir plus

123 En savoir plus

Show all 5056 documents...