Système nerveux central (SNC)

Top PDF Système nerveux central (SNC):

TuberCulose du sysTème nerveux CenTral : ne pas manquer le diagnosTiC !

TuberCulose du sysTème nerveux CenTral : ne pas manquer le diagnosTiC !

La tuberculose du système nerveux central (SNC) comprend trois catégories cliniques : la méningite tuberculeuse, le tuberculome intracrânien et l’arachnoïdite tuberculeuse rachidienne. Ces catégories se rencontrent fré- quemment dans les régions où l’incidence de la tuberculose est élevée et où la prévalence de la dissémination post-primaire est courante. On la retrouve principalement chez les enfants et les jeunes adultes (2). La méningite tubercu- leuse représente environ 1 % de tous les cas de tuberculose et 5 % de toutes les maladies extra- pulmonaires chez les personnes immunocom- pétentes (3). Les facteurs de risque incluent : le voyage / séjour dans un pays à prévalence élevée de tuberculose, l’infection par le VIH, l’âge (les enfants et les personnes âgées sont davantage touchés), l’alcoolisme, la toxicoma- nie, l’itinérance et l’exposition à une personne atteinte de tuberculose pulmonaire, comme, vraisemblablement, dans notre cas.
En savoir plus

3 En savoir plus

Adaptation locomotrice suite à une lésion du système nerveux central

Adaptation locomotrice suite à une lésion du système nerveux central

CHAPITRE I: INTRODUCTION 1.1 Introduction générale Pour la majorité des individus en santé, la marche représente un moyen efficace de se déplacer ou une activité agréable permettant de maintenir une bonne forme physique. Nous percevons, à tort, cette tâche comme étant relativement simple, puisque rares sont les occasions lors desquelles nous devons réfléchir à comment mettre un pied devant l’autre. Par contre, les personnes présentant des déficits locomoteurs suite à une lésion du système nerveux central (SNC) deviennent, bien malgré elles, conscientes de toute la complexité que représente le contrôle de la marche. Pour ces personnes, la marche devient souvent une priorité de la réadaptation de façon à retrouver leur autonomie lors des déplacements. Cependant, malgré les efforts déployés lors de la réadaptation, il arrive que certains déficits locomoteurs persistent. Parmi ceux-ci, la capacité à adapter la marche aux différentes variations de l’environnement, telles qu’un trottoir enneigé ou une plage de sable, est fréquemment affectée. Nous croyons qu’un paradigme consistant à marcher en présence d’une perturbation pourrait être utile à l’évaluation de la capacité d’adaptation résiduelle suite à une lésion du SNC. Avant de valider le potentiel de cette approche, il est cependant nécessaire de mieux comprendre les mécanismes neurophysiologiques impliqués dans l’adaptation et l’apprentissage locomoteur lors de la marche en présence d’une perturbation.
En savoir plus

259 En savoir plus

Migration et pathogénicité des lymphocytes T CD8 dans les maladies du système nerveux central

Migration et pathogénicité des lymphocytes T CD8 dans les maladies du système nerveux central

SYNTHÈSE REVUES par le natalizumab (un anticorps monoclonal ciblant la sous-unité d’intégrine D4 et inhibant la migration des lymphocytes T et des monocytes vers le SNC), le risque de réactivation du virus JC est particulièrement élevé avec plus de 400 cas de LEMP rapportés à ce jour [21, 39] (Tableau II). En l’absence de traitement antiviral efficace, la restauration des réponses immunitaires dirigées contre le virus JC représente donc la seule alter- native thérapeutique. La détection dans le sang de LT CD8 spécifiques du virus est ainsi associée à un meilleur pronostic de la LEMP [22] . Toutefois, cette restauration immunitaire n’est pas toujours bénéfique et peut s’asso- cier à la survenue d’un SIRI. Ce syndrome résulte de la survenue, chez des patients immunodéprimés porteurs d’une infection opportuniste patente ou latente, de manifestations inflammatoires associées à la restau- ration immunitaire. Cette pathologie inflammatoire émergente a été particulièrement décrite chez des patients infectés par le VIH ayant débuté un traitement antirétroviral (ARV), mais peut aussi survenir lors de la levée d’une immunosuppression médicamenteuse [37] . Les SIRI affectant le système nerveux central au cours d’infections par le virus JC, par Mycobacterium tuber-
En savoir plus

8 En savoir plus

Impacts d'une exposition prénatale au bisphénol A sur la fonction thyroïdienne et le métabolome du système nerveux central fœtal

Impacts d'une exposition prénatale au bisphénol A sur la fonction thyroïdienne et le métabolome du système nerveux central fœtal

5 Figure 15 : effets de différents degrés d’insuffisance en hormones thyroïdiennes sur le développement du SNC observés chez l’homme et l’animal .......................................................................................... 44 Figure 16 : schéma de la relation existant entre la fonction thyroïdienne (maternelle et fœtale) et la mise en place des principales étapes du développement du SNC ....................................................... 45 Figure 17 : effets d’une hypothyroïdie congénitale sur le développement du cortex cérébelleux chez une souris à 12 jours post-natal ............................................................................................................ 48 Figure 18 : diminution de la concentration sérique de T4 et altération de la différentiation des précurseurs des cellules gliales en oligodendrocytes exprimant le facteur MAPG (myelin-associated glycoprotein) ou en astrocytes exprimant le facteur GFAP (glial fibrillary acidic protein) dans le corps calleux de ratons issus de mères traitées avec du propylthiouracile, un agent antithyroïdien ........... 49 Figure 19 : développement de la fonction thyroïdienne et du système nerveux central de la conception au 50ème jour post-natal chez l’espèce ovine ...................................................................................... 52 Figure 20 : relation entre le développement du SNC (C) et le système thyroïdien (A) chez l’espèce humaine ................................................................................................................................................. 52 Figure 21 : structure chimique du bisphénol A ..................................................................................... 53 Figure 22 : homéostasie glucidique sanguine (A) après un test de tolérance à l’insuline intra-péritonéale et (B) un test de tolérance au glucose intra-péritonéale chez des souris âgées de 6 mois et exposées in utero au BPA 10 (F1 BPA10) ou 100 (F1 BPA100) µg.kg -1 .j -1 (S.C.) ou au contrôle (F1-C) ..................... 55
En savoir plus

218 En savoir plus

Ninjurin-1 est une molécule d'adhérence de la barrière hémato-encéphalique impliquée dans le recrutement de monocytes au sein du système nerveux central

Ninjurin-1 est une molécule d'adhérence de la barrière hémato-encéphalique impliquée dans le recrutement de monocytes au sein du système nerveux central

RÉSUMÉ EN FRANÇAIS La sclérose en plaques (SEP) est caractérisée par des infiltrations périvasculaires de cellules immunitaires et par de la démyélinisation au sein du système nerveux central (SNC). Ces deux paramètres de la maladie sont associés à la fragilisation de la barrière hémato-encéphalique (BHE). En ce sens, le recrutement des cellules présentatrices d’antigène (CPA) myéloïdes, telles que les monocytes, les macrophages et les cellules dendritiques, dans le SNC à travers la BHE, est une étape cruciale dans l’initiation et la persistance de l’inflammation cérébrale. Nerve injury-induced protein (Ninjurin)-1 est une nouvelle molécule d’adhérence qui médie une interaction de type homophilique et dont l’expression sur l’endothélium vasculaire de la BHE humaine fut identifiée grâce à une analyse protéomique des protéines associées à la BHE. Les résultats présentés dans ce mémoire montrent que l’expression de Ninjurin-1 augmente dans un contexte inflammatoire dans les cultures primaires de cellules endothéliales de la BHE (CE- BHE) et sur les CPA myéloïdes humaines ex vivo et générées in vitro. De plus, les CPA infiltrantes retrouvées dans les lésions cérébrales de patients atteints de SEP et dans le SNC des souris atteintes d’encéphalomyélite autoimmune expérimentale (EAE), le modèle murin de la SEP, expriment de hauts niveaux de Ninjurin-1. À l’aide du modèle in vitro de la BHE, la neutralisation de Ninjurin-1 restreint spécifiquement la migration des monocytes à travers les CE-BHE sans affecter le recrutement des lymphocytes, ni la perméabilité des CE-BHE. Enfin, les souris atteintes d’EAE et traitées avec un peptide bloquant dirigé contre Ninjurin-1 présentent une maladie moins sévère ainsi qu’une diminution des CPA infiltrant le SNC et ce comparé au groupe contrôle. Ces résultats suggèrent que Ninjurin-1 est une molécule d’adhérence de la BHE impliquée dans le recrutement de CPA myéloïdes au sein du SNC et qu’elle peut être considérée comme une cible thérapeutique potentielle en SEP.
En savoir plus

130 En savoir plus

Cellules microgliales et développement du système nerveux central chez l’embryon

Cellules microgliales et développement du système nerveux central chez l’embryon

Pascal Legendre 1,2,3 , Hervé Le Corronc 1,2,3,4 > Les cellules microgliales sont les macrophages résidents du système nerveux central (SNC). La microglie a une fonction cruciale dans l’homéo- stasie du SNC adulte, mais des études récentes montrent que les cellules microgliales pourraient aussi jouer un rôle dans le développement du SNC. Dans cette revue, nous décrivons comment les précurseurs microgliaux ont été découverts, comment ces cellules envahissent le système ner- veux central chez l’embryon, quelles sont leurs interactions cellulaires précoces et quelles sont leurs fonctions qui ont été identifiées chez l’em- bryon. Ces découvertes ouvrent une nouvelle voie de recherche dans l’analyse des mécanismes qui
En savoir plus

6 En savoir plus

Nouveaux aspects du cholestérol dans le système nerveux central

Nouveaux aspects du cholestérol dans le système nerveux central

> Le cholestérol est une molécule aux multiples facettes, remplissant des fonctions essentielles pour l’organisme et impliquée dans diverses maladies. Cependant, son rôle dans le système nerveux central reste obscur. Nos travaux réali- sés sur des cultures de neurones hautement puri- fiés à partir du système nerveux central de ron- geurs suggèrent que, durant le développement cérébral, les neurones réduisent leur synthèse de cholestérol et l’importent des astrocytes via des lipoprotéines. Les neurones utilisent ce choles- térol d’origine gliale afin de former de nom- breuses synapses fonctionnelles. Ces observa- tions conduisent à de nouvelles hypothèses quant au rôle du cholestérol dans le SNC et à la fonction des astrocytes comme producteurs du cholestérol. Afin de vérifier ces hypothèses, de nouvelles études clarifiant les fonctions du cho- lestérol dans le cerveau et lors de maladies neurodégénératives seront nécessaires. <
En savoir plus

5 En savoir plus

Développement de vecteurs lentiviraux regulables pour le transfert de gène dans le système nerveux central.

Développement de vecteurs lentiviraux regulables pour le transfert de gène dans le système nerveux central.

type de cellule. Par conséquent, il est nécessaire d’exprimer les siARN localement et spécifiquement dans les structures cérébrales atteintes. De plus, au niveau cellulaire, il est important de maîtriser le type cellulaire ciblé afin d’éviter tout effet non désiré. Pour répondre à ces contraintes, l’utilisation des vecteurs viraux représente un moyen pour permettre l’application de l’ARNi en thérapeutique humaine. De nombreuses études ont montré l’utilisation de vecteurs viraux pour l’expression de shARN dans le système nerveux central. La preuve de principe a été apportée pour la première fois en 2002 par l’équipe de Beverly Davidson qui a montré que l’injection d’un vecteur adénoviral codant un siARN dirigé contre l’eGFP pouvait éteindre l’expression de ce gène dans le striatum de souris transgéniques le surexprimant (Xia et al., 2002). Un an plus tard, Chris Van den- Haute et collaborateurs ont montré l’efficacité des vecteurs lentiviraux dans ce type d’approches (Van den Haute et al., 2003). L’injection d’un vecteur codant un siARN dirigée contre l’eGFP dans le striatum de souris, suivie une semaine après de l’injection d’un vecteur lentiviral codant la protéine, a conduit à une inhibition de l’expression de celle-ci de plus de 75%. Cette inhibition s’est maintenue six mois après transduction, démontrant ainsi l’efficacité d’un vecteur lentiviral pour une expression à long terme d’un shARN (Van den Haute et al., 2003).
En savoir plus

186 En savoir plus

Modèles primates et innovations thérapeutiques contre les maladies du système nerveux central

Modèles primates et innovations thérapeutiques contre les maladies du système nerveux central

Ces recherches, en général invasives, ne peuvent pas être menées chez l'Homme. Interface cerveau-machine - reconnecter les malades les découvertes concernant le fonctionnement du système nerveux central vont avoir de multiples applications dans les années à venir. en décodant les signaux émis par le cerveau, il sera notamment possible de créer des liens directs entre le cerveau et un ordinateur afin de contrôler par la pensée une prothèse. Ce type de dispositif permettra à des personnes souffrant de handicaps majeurs de retrouver une certaine autonomie. le développement de systèmes d’acquisition et de traitement des signaux cérébraux passe par des évaluations chez les primates et les résultats obtenus ont permis de développer les premières applications permettant à un humain tétraplégique de contrôler par la pensée un bras artificiel 3 .
En savoir plus

5 En savoir plus

Interféron de type I et sélectivité de l’infection des cellules du système nerveux central par le virus de la rougeole

Interféron de type I et sélectivité de l’infection des cellules du système nerveux central par le virus de la rougeole

virus par voie aérienne et la propagation de l’épidémie [3] . À l’échelle moléculaire, les glycoprotéines d’attachement H et de fusion F forment la machinerie de fusion à la surface de la membrane virale. L’enga- gement du récepteur d’entrée par la pro- téine H déclenche la transition structurale de la protéine F qui gouverne le processus de fusion des membranes virale et cellu- laire, donc l’entrée de la ribonucléocap- side virale dans le cytoplasme [4] . Le virus de la rougeole peut également se propager au système nerveux central et causer une encéphalite, presque tou- jours létale. La myéloencéphalite rou- geoleuse à corps d’inclusions (MIBE) survient chez les patients immuno- déprimés plusieurs semaines ou mois après l’infection, et la panencéphalite subaiguë sclérosante (PESS) se produit chez les patients immunocompétents encore plus tardivement, jusqu’à plu- sieurs décennies après l’exposition au virus survenant le plus souvent chez le très jeune enfant [5, 6] . Les étapes précoces de la neuro-invasion restent particulièrement peu documentées faute d’outils disponibles, et la plupart des
En savoir plus

4 En savoir plus

Nouvelles fonctions extranucléaires de la sumoylation des protéines dans le système nerveux central

Nouvelles fonctions extranucléaires de la sumoylation des protéines dans le système nerveux central

> Les modifications post-traductionnelles de pro- téines sont essentielles à la régulation de leur fonction et, par conséquent, au maintien de l’in- tégrité cellulaire. Ces modifications interviennent à tous les niveaux de la communication entre les neurones du système nerveux central. La sumoyla- tion est une modification post- traductionnelle qui crée une liaison covalente entre une lysine de la protéine cible et une petite protéine appelée SUMO. C’est un processus réversible qui fait intervenir des enzymes spécifiques. La sumoylation est un pro- cessus régulateur fonctionnel bien connu de l’acti- vité nucléaire et il est maintenant clairement établi que dans les neurones, il assure également un rôle majeur pour de nombreux processus extranucléai- res. De plus, la sumoylation intervient dans la transmission synaptique et a été impliquée récem- ment dans plusieurs désordres neurologiques. <
En savoir plus

6 En savoir plus

Efficacite et tolérance des anti-TNF alpha dans la neurosarcoïdoseavec atteinte du système nerveux central

Efficacite et tolérance des anti-TNF alpha dans la neurosarcoïdoseavec atteinte du système nerveux central

Discussion La neurosarcoïdose constitue une affection rare pouvant toucher l’entièreté du système nerveux central et ainsi mettre en jeu le pronostic fonctionnel mais aussi vital. La particularité de l’atteinte neurologique centrale, en particulier parenchymateuse, réside dans la susceptibilité particulière de celle-ci aux lésions permanentes, nécessitant un contrôle strict de l’activité inflammatoire via un traitement efficace. Les corticoïdes, utilisés en première intention, sont confrontés à deux limites. Tout d’abord, bien qu’ils soient généralement efficaces à la phase aigüe, il existe des formes résistantes nécessitant une thérapeutique anti-inflammatoire plus puissante. De plus, le caractère chronique de l’affection implique la nécessité du maintien du traitement au long cours, s’accompagnant donc invariablement des complications liées à l’usage prolongé des corticoïdes (voir tableau effets secondaires). 135
En savoir plus

96 En savoir plus

Angéite primaire du système nerveux central - RERO DOC

Angéite primaire du système nerveux central - RERO DOC

épaissie et peut contenir des cellules inflammatoires pouvant migrer dans l’espace sous arachnoïdien sous-jacent. On peut ainsi observer une prolifération de l’intima et une destruction segmentaire de la média avec fragmentation de la lame élastique interne donnant un aspect angiographique typique, bien que non spécifique, d’alternance de sténoses et de dilatations (voir 1.4 examens complémentaires). Le pathologiste distinguera ainsi l’angéite granulomateuse, l’angéite nécrosante avec nécrose fibrinoïde, l’angéite à cellules géantes et l’angéite nécrosante lymphocytaire. Toutes ces formes s’intégrant dans le diagnostic de PACNS et pouvant même coexister sur le même prélèvement de tissu (7, 10) (figure 2). Sur le plan macroscopique, le parenchyme cérébral montre le plus souvent des petits infarctus et parfois des hémorragies pétéchiales. L’examen du tissu extracérébral a occasionnellement révélé des lésions vasculitiques focales ou des granulomes dans le poumon, le rein et la prostate (13, 14). Aucune de ces atteintes en dehors du système nerveux central n’avaient eu un impact clinique et une reclassification nosologique à posteriori dans le groupe des
En savoir plus

69 En savoir plus

Infections virales du système nerveux central chez l’homme

Infections virales du système nerveux central chez l’homme

 Encéphalite auto-immune avec anticorps anti-neurones Phase chronique  Réactivation aiguë du virus latent au niveau périphérique ou dans le système nerveux central, le plus souvent lors d'une immunodépression (encéphalite à CMV, encéphalite à HHV-6)

25 En savoir plus

Les astrocytes contrôlent la neurogenèse dans le système nerveux central adulte

Les astrocytes contrôlent la neurogenèse dans le système nerveux central adulte

L’ensemble de ces donnés permet de modi- fier profondément notre conception de l’as- trocyte, qui apparaît maintenant comme une cellule très active qui participe en par- ticulier au contrôle de l’environnement local dans le système nerveux central.

2 En savoir plus

Imagerie cérébrale : vers une connaissance plus approfondie du système nerveux central

Imagerie cérébrale : vers une connaissance plus approfondie du système nerveux central

a ce titre prises en compte par le SNC (Damasio, 1994). Les sous-syst` emes responsables du contrˆ ole de ces fonctions sont topographiquement bien rep´ er´ es dans l’organisme. Toutes ces donn´ ees sont trait´ ees et int´ egr´ ees par les centres nerveux : substance grise du cortex, de la moelle ´ epini` ere et des noyaux gris dispers´ es dans la substance blanche. L’organi- sation hi´ erarchique s’est mise en place au cours de l’histoire ´ evolutive des vert´ ebr´ es, de telle sorte que puisse se r´ ealiser l’int´ egration globale de toutes les donn´ ees m´ etaboliques et physiologiques n´ ecessaires ` a la vie physiologique, psycho-sociale et intellectuelle. Gandolfo (2004) pr´ ecise les six domaines o` u s’im- briquent et s’interconnectent un ensemble de fonctions r´ egulatrices : (1) le cerveau est le centre r´ egulateur du syst` eme de communication endocrine, via les mol´ ecules messag` eres hormonales transport´ ees ` a dis- tance par le r´ eseau sanguin ; (2) le cerveau est le centre modulateur de notre syst` eme immunitaire (reconnais- sance du soi et du non-soi), maintien de notre int´ egrit´ e interne biochimique et biologique, r´ eactions d´ efensives face aux bact´ eries et aux microbes par phagocytose et s´ ecr´ etion d’anticorps sp´ ecifiques de l’agresseur (an- tig` ene) ; (3) le cerveau est le centre de r´ egulation des rythmes biologiques ; (4) le cerveau est l’organe de la vie affective et ´ emotionnelle, comme l’apprentissage du langage nous l’a fait pressentir, les ´ emotions ´ etant une des modalit´ es de la communication, i.e. l’infor- mation pour soi et en direction des autres ; (5) le cer- veau est le centre de la communication relationnelle : il r´ egit nos relations sociales, via nos comportements, via les informations fournies par nos sens et notre ca- pacit´ e ` a percevoir les ´ emotions, les nˆ otres et celles des
En savoir plus

12 En savoir plus

La ténascine-C : une molécule de la matrice extracellulaire impliquée dans le développement du système nerveux central

La ténascine-C : une molécule de la matrice extracellulaire impliquée dans le développement du système nerveux central

> Composée de l’agencement de différents colla- gènes, protéoglycanes et glycoprotéines, la matrice extracellulaire constitue un substrat essentiel pour la morphogenèse tissulaire et procure soutien et flexibilité aux tissus matures. De plus, elle agit en tant qu’entité épigénétique d’information dans le sens où elle transmet et intègre des signaux extra- cellulaires par le biais de divers récepteurs de la membrane plasmique cellulaire. Parmi les molé- cules de la matrice extracellulaire présentes au cours du développement du système nerveux cen- tral (SNC), la ténascine-C (TN-C) possède un pro- fil d’expression extrêmement particulier non seu- lement quant à sa distribution spatio-temporelle, mais, également, quant aux isoformes synthéti- sées. De nombreuses études réalisées in vitro ont suggéré des rôles spécifiques de la TN-C dans le développement du SNC, notamment dans la migration de précurseurs neuronaux ou dans la croissance et le guidage neuritiques. Aussi, l’inva- lidation du gène codant pour la TN-C chez la sou- ris, initialement décrite sans phénotype structural apparent, a permis d’explorer plus en détail et in
En savoir plus

7 En savoir plus

Stress, immunité et physiologie du système nerveux

Stress, immunité et physiologie du système nerveux

Depuis une dizaine d’années, de nombreux travaux por- tent sur les effets immunologiques et neurobiologiques du stress psychologique en fonction de ses caractères objectif et subjectif, de sa durée, de la capacité ou non du sujet d’y faire face, de son caractère interpersonnel ou non, ainsi que du contexte dans lequel il s’inscrit [3] . Parmi les facteurs de risque qui prédisposent certains sujets à la survenue de troubles, l’importance d’un contexte de traumatisme antérieur et d’insécurité de la première enfance, voire de stress pré-natal est souli- gnée [4, 5] . Ces observations cliniques [6] et les inves- tigations qui les accompagnent trouvent aujourd’hui un prolongement dans des constatations expérimentales recueillies au niveau neurobiologique. Les interactions entre le système nerveux central (SNC), le stress et le système immunitaire sont mieux connues, en particulier le rôle qu’y jouent les cytokines sur les cellules ainsi que comme acteurs de liaison et de médiation entre les deux systèmes. Il apparaît non seulement que ces agents peuvent être mobilisés au niveau biologique par des stress a priori très hétérogènes (psychiques, infectieux,
En savoir plus

7 En savoir plus

Corrélats neuronaux de la conscience : apport de l'étude des modèles lésionnels du système nerveux central et périphérique

Corrélats neuronaux de la conscience : apport de l'étude des modèles lésionnels du système nerveux central et périphérique

• Illusions perceptives de taille et de forme. Les expériences de modification de taille et/ou de forme (nous utiliserons le terme: illusions S) d’un membre au décours d’une ALR, ont été rapportées régulièrement dans la littérature [196-198]. Cependant, les premières études systématiques, ayant individualisé ce phénomène chez un nombre important de patients, sont de description récente [193-195]. Paqueron et coll. ont suivi de manière longitudinale 52 patients ayant bénéficié d’une ALR dans le cadre d’une chirurgie orthopédique [195]. Ils ont analysé l’altération des capacités sensitives épicritiques et proprioceptives associée au phénomène de modifications du schéma corporel. Dans ce travail, les sensations de modification de taille et de forme semblaient fréquentes (96% des patients) et leur survenue précoce (8 +/- 4 minutes après la réalisation du bloc nerveux). Dans tous les cas, leur durée a été supérieure à 45 minutes (durée de l’étude). Les illusions S ont eu un délai de survenue et une incidence significativement différentes de celles des modifications posturales. De manière intéressante, ces sensations anormales ont été accompagnées de « perceptions duales », décrites initialement chez les patients amputés [199]. Enfin il faut noter qu’une corrélation significative a été mise en évidence, entre le délai de survenue de ces illusions de taille/forme et l’altération de la perception des variations thermiques.
En savoir plus

165 En savoir plus

Distribution cellulaire et subcellulaire du récepteur 5-HT₂� de la sérotonine dans le système nerveux central du rat

Distribution cellulaire et subcellulaire du récepteur 5-HT₂� de la sérotonine dans le système nerveux central du rat

Telle que visualisée par inununocytochimie en microscopie photonique et électronique, la distribution du récepteur neuronal 5-HT2A de la sérotonine apparaît principalement intracellulair[r]

367 En savoir plus

Show all 4905 documents...