Stratégies de gestion du risque

Top PDF Stratégies de gestion du risque:

Influence de la moralité populaire et des stratégies de gestion du risque dans le cadre de la vaccination des nourrissons au Québec

Influence de la moralité populaire et des stratégies de gestion du risque dans le cadre de la vaccination des nourrissons au Québec

Toutefois, outre la conception du risque et la perception de contrôle, il est également possible d’établir un lien entre les stratégies mises en place par les mères et leur compréhension des maladies infectieuses, de la vaccination, mais aussi, de la conception du système immunitaire. En effet, la majorité des participantes définissait les maladies infectieuses par les caractéristiques de propagation ; c’est pourquoi l’évitement des malades et l’importance accordée à l’hygiène correspondent à des moyens d’éviter d’être contaminé par des maladies infectieuses. Ensuite, la transmission des anticorps de la mère à son nourrisson par le biais de l’allaitement révèle également la manière dont les mères s’approprient les informations et conçoivent le système immunitaire, notamment comment il se construit. De ce fait, dans le cas des maladies infectieuses, les mères mettent en place des stratégies, les unes pour être moins vulnérables, les autres pour donner au système immunitaire les ressources nécessaires pour les combattre. Si la perception du risque a un rôle prépondérant dans la mise en place de stratégies de gestion familiale du risque, ces dernières sont également élaborées en fonction de la compréhension des maladies infectieuses, notamment leur propagation, et la conception du système immunitaire. Ces dernières correspondent, en partie, à la théorie du germe fondée sur l’hygiène et la propreté (Burton-Jeangros, 2006), mais aussi aux discours émis par la biomédecine sur la représentation du système immunitaire (Laplante et al, 2003). Dès lors, cela peut expliquer les raisons pour lesquelles la plupart des conduites mises en place par les mères sont normées par les discours des autorités de santé publique (hygiène, évitement des malades, allaitement). Malgré ce partage des représentations, j’ai observé des divergences en lien avec les capacités du système immunitaire. Pour certaines, la vaccination est un moyen de le stimuler pour qu’il produise des anticorps alors que pour d’autres, la vaccination l’affaiblit ou le stimule de façon trop importante. Cet aspect en lien avec les représentations est important, car la perception de contrôle sur les maladies infectieuses ou la vaccination peut en découler.
Show more

151 Read more

Planification dans le risque et l'incertain : optimisation des stratégies de gestion spatiale des forêts

Planification dans le risque et l'incertain : optimisation des stratégies de gestion spatiale des forêts

Titre : Planification dans le risque et l’incertain: Optimisation. des stratégies de gestion spatiale des forêts.[r]

1 Read more

Perceptions des éleveurs et stratégies de gestion du risque trypanosomien dans le bassin du fleuve Mouhoun (Burkina Faso)

Perceptions des éleveurs et stratégies de gestion du risque trypanosomien dans le bassin du fleuve Mouhoun (Burkina Faso)

L es trypanosomoses animales demeurent une entrave pour la production animale malgre´ les efforts des luttes mene´es a` ce jour (Sow et al., 2010). Au Burkina Faso, selon les chiffres officiels, 460 millions de francs CFA ont e´te´ de´pense´s en 2001 pour l’importation des trypanoci- des, soit 64 % des importations de me´dicaments ve´te´rinaires 1 . La quantite´ de trypanocides utilise´s est en re´alite´ au moins le double de la valeur officielle a` cause de l’importation illicite massive de me´dicaments ve´te´rinaires. Les agents pathoge`nes des trypanosomo- ses animales africaines (TAA) sont des protozoaires (les trypanosomes) qui sont transmis cycliquement par les glossines et, dans une moindre mesure, me´caniquement par des insectes he´matophages comme les tabanide´s, en Afrique en ge´ne´ral et, plus particu- lie`rement, dans notre zone d’e´tude ou` une e´tude re´cente a montre´ une forte association entre risque de transmission cyclique par les glossines et pre´valence des trypanosomoses (Pagabeleguem et al., 2012). Le risque trypanosomien conside´re´ dans cette e´tude correspond a` la probabilite´ qu’un animal soit infecte´ par un trypanosome. Ce risque ne de´pend pas seulement des facteurs lie´s aux vecteurs mais aussi des pratiques des e´leveurs qui exposent plus ou moins leurs animaux et des diffe´rentes strate´gies de contro ˆle des TAA (be´tail trypanotole´rant, trypano- cides pre´ventifs/curatifs, lutte anti-vec- torielle), d’ou` l’inte´reˆt de s’inte´resser a` la perception du risque chez les e´leveurs. La lutte anti-vectorielle pou- vant eˆtre mise en place par les e´leveurs repose essentiellement sur l’utilisation d’insecticides e´picutane´s applique´s au be´tail ou sur l’utilisation de pie`ges et d’e´crans impre´gne´s ou pas d’insectici- des (Vreysen et al., 2012).
Show more

13 Read more

Définition d'un modèle théorique de gestion du risque d'espionnage par la fonction contrôle de gestion

Définition d'un modèle théorique de gestion du risque d'espionnage par la fonction contrôle de gestion

22 préalablement définies. Ce potentiel exploitable peut être atteint via l’apport de l’ensemble du personnel de l’organisation. Des chercheurs (entre autres : Berland, Sponem, Naro, Travaillé, Fasshauer) ont démontré au travers des études sur le terrain l’efficacité de la prise en compte des informations issues des concertations entre les différents employés de l’organisation. Contrairement aux outils du système de contrôle diagnostic qui subissent des réajustements pour appréhender les figures imposées du processus de contrôle de l’espionnage industriel, les outils du levier de contrôle interactif permettent de cerner directement les figures libres grâce aux caractéristiques de ses outils, qui permettent d’obtenir des informations pertinentes auprès du personnel de l’organisation. Il s’agit d’impliquer l’ensemble du personnel d’une organisation, au travers d’une concertation constante formellement ou informellement (débat, dialogue, réunion, brainstorming, discussion, etc.), dans la recherche d’informations pour détecter les failles qui subsistent dans les stratégies mises en place, pour prévenir les variables d’incertitudes stratégiques, en se démarquant de la concurrence et en assurant sa pérennité. L’objectif de ce système interactif (Simons, 1995) est la discussion constante et la remise en cause des stratégies préalablement définies pour faire face aux incertitudes stratégiques. Ainsi, les outils du système de contrôle interactif, ne nécessitant pas de réajustement pour cerner les figures libres, requièrent néanmoins une définition de certains éléments pour comprendre réellement leur mise en application dans l’organisation, notamment savoir : quand l’utiliser ? ; qui l’utilise(nt) ? ; où l’utiliser ?
Show more

32 Read more

Urbanisation et gestion du risque incendie de forêt en Gironde

Urbanisation et gestion du risque incendie de forêt en Gironde

massif des Landes de Gascogne dans sa portion girondine. Enfin, en recueillant et en analysant les points de vue des acteurs impliqués dans les actions de gestion du risque incendie de forêt sur le département de la Gironde, dans une optique de recueil de savoirs, de perceptions et de stratégies concernant le territoire, il s’est agi de préférer la méthode d’enquête par entretiens semi-directifs de manière à laisser libre court à l’interlocuteur sur le sujet tout en le relançant sur les thèmes portant le plus d’intérêt. Ainsi, douze entretiens (en présentiel ou téléphoniques) auprès de professionnels de la gestion du risque, de techniciens ou d’élus locaux ont été réalisés. Enfin, l’enquête s’est focalisée sur un certain nombre de communes apparaissant comme les plus pertinentes au regard de leur caractère très forestier ainsi que leur localisation (des communes forestières situées dans la zone la plus attractive du département, entre le littoral et Bordeaux). L’enquête a consisté en la mise en perspectives d’enjeux relatifs à la gestion du risque incendie à différentes échelles, de la commune à la région. Le choix des communes à interroger s’est fait en fonction de la présence ou non de PPRIF. Ainsi, ont été sollicitées les municipalités de Lacanau, Carcans, Andernos-les-Bains, Lanton, Naujac et Hourtin (commune présentant un PPRIF) puis, Le Temple, Le Porge, Arcachon et Brach (commune sans PPRIF ou PPRIF non approuvé). À l’échelon départemental, la DDTM a été choisie pour son rôle prépondérant dans l’intégration du risque à l’urbanisme et enfin, au niveau régionale, l’ARDFCI (Association Régionale de Défense des Forêts Contre les Incendies) a permis d’obtenir un regard plus global sur la problématique. Les principaux thèmes abordés ont été les suivants : d’abord le contexte territorial d’urbanisation, le risque incendie de forêt, sa gestion et son intégration à l’urbanisme et enfin le rapport Gironde/Landes dans l’appréhension du risque.
Show more

81 Read more

Toxicité des émissions diesel et gestion du risque relatif

Toxicité des émissions diesel et gestion du risque relatif

Ce n’est qu’à la fin des années 1980 avec le développement des turbocompresseurs et des rampes communes d’injection que le moteur diesel devient réellement utilisable sur les automobiles légères. Depuis, son utilisation n’a cessé d’augmenter en s’appuyant sur des arguments de longévité et de sobriété en comparaison avec le moteur essence. Mais ce sont les stratégies économiques poursuivies par différents gouvernements qui ont fait grossir le parc de manière exponentielle. En France après la guerre, seuls les tracteurs, les camions et les engins de chantier roulent au gazole. Pour reconstruire l’économie et le pays, un avantage fiscal sur ce carburant est alors accordé dans les années 1950. Dans les années 1980, Peugeot est à l’avant- garde de cette technologie cette fois pour l’automobile, le gouvernement cherchant à relancer la filière concède encore un avantage fiscal au lendemain des chocs pétroliers (1,3).
Show more

164 Read more

Création de valeur, gestion de risque et options réelles

Création de valeur, gestion de risque et options réelles

portefeuilles de pratiquement n’importe quel profil de rendements, ce qui permet aux investisseurs de s’adapter à toute opinion du marché, aussi so- phistiquée soit-elle et ainsi gérer les risques financiers auxquels ils font face. Il peut s’agir par exemple des “Bull and Bear spreads” (le marché montera ou descendra), des “Butterfly spreads” (le marché sera tranquille), des com- binaisons “Straddle” (le marché sera volatil), des “Strips and Straps” (le mar- ché sera volatil mais il aura plus tendance à descendre qu’à monter et vice versa). Une caractéristique-clé de ces stratégies est que le risque baissier est limité lorsqu’on prend une position longue. Ceci illustre une autre caractéris- tique importante : les options peuvent non seulement servir des objectifs spé- culatifs, elles aident aussi à gérer le risque. Si l’on possède beaucoup d’ac- tions et que l’on craint un crash boursier imminent, une bonne assurance consiste à acheter des options de vente à un cours inférieur au marché.
Show more

35 Read more

Durabilité des mesures de gestion du risque : méthodologie d'analyse

Durabilité des mesures de gestion du risque : méthodologie d'analyse

L’analyse de ces mesures de gestion du risque doit prendre en compte la question de leur durabilité au travers de critères environnementaux, économiques et sociaux (Brundtland, 1987). Si les critères économiques sont généralement considérés lors de la mise en œuvre, les critères environnementaux et sociaux sont plus récemment ou rarement pris en compte alors qu’ils devraient jouer un rôle important. Pour les critères environnementaux, il s’agit de limiter les interventions, de considérer conjointement la prévention des risques et l’équilibre des écosystèmes (cadre GEMAPI – Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations par exemple) ou encore de proposer des alternatives SFN et hybrides. Pour les aspects sociaux, il s’agit d’analyser les mesures pour favoriser un usage complémentaire à la fonction première de réduction du risque, et notamment un service de loisirs, de culture, d’éducation, de liens sociaux... Les aspects économiques peuvent être également abordés avec les bénéfices que l’on peut tirer de ces nouvelles stratégies (élevage d’animaux contribuant au débroussaillage et donc à la réduction des incendies) : on vise alors à développer de nouvelles formes d’économie territoriale durable fondées sur les atouts des territoires. Des actions ont été menées dans ce sens sur différents territoires : par exemple, sur la commune de Vitrolles dans les Bouches du Rhône, le Vélodrome Aimé Constant, un bassin de rétention mixte, a également un rôle social puisqu’il est aussi un vélodrome homologué au niveau international et un terrain de football enherbé ; sur la commune de Bormes-les-Mimosas, l’éco-pâturage permet d’entretenir les pare-feu participant à la défense contre les incendies à des coûts peu élevés et avec un rôle social et pédagogique. Toutefois, les initiatives restent isolées et concernent rarement tous les aspects du développement durable.
Show more

8 Read more

Prévention de la rechute en réalité virtuelle : stratégies pour faire face aux situations à risque

Prévention de la rechute en réalité virtuelle : stratégies pour faire face aux situations à risque

éléments intéressants qui pourraient encourager l’apprentissage de certaines stratégies soulevées par Rodda et al. (2018), telles que celle d’exprimer ses émotions sans causer de tort aux autres. Par exemple, lorsque les participants sont immergés dans l’environnement de RV, il est possible de voir un homme qui se met en colère devant les ALV suite à une possible perte financière. Par conséquent, cet élément pourrait être utilisé de façon spécifique pour introduire et enseigner des techniques de gestion de la colère pour aider les participants à mieux gérer les émotions négatives qui agissent souvent à titre de déclencheur des comportements de jeu (Ladouceur, Sylvain et al., 2000; Littman-Sharp, 2001; Morasco et al, 2007). Une autre avenue pourrait être de ne pas compléter entièrement les sept étapes du circuit et faire le choix, par exemple, de rester devant le bar et travailler des stratégies pour ne pas y entrer. L’intégration d’enseignements psychoéducatifs quant aux bienfaits d’une saine alimentation et d’une saine hygiène de sommeil pourrait alors être introduite à ce moment afin d’aider les joueurs à ne pas céder à la tentation d’entrer dans le bar. Il n’est toutefois pas possible de savoir si ses stratégies seront efficaces pour les joueurs, mais considérant l’importance de diversifier les stratégies pour prévenir les rechutes (Littman-Sharp, 2001; Moser & Annis, 1996; Morasco et al., 2007), ces enseignements pourraient ajouter une corde de plus à leur arc.
Show more

93 Read more

Quelles stratégies pour une gestion durable des ravageurs du cotonnier en Afrique subsaharienne ?

Quelles stratégies pour une gestion durable des ravageurs du cotonnier en Afrique subsaharienne ?

Une gestion durable des innovations Compte tenu de l’importance de ces inter- ventions sur seuil sur le bilan financier de la production cotonnière paysanne, le suivi de la sensibilité des espèces cibles et la mise en place de mesures de préven- tion restent des activités indispensables pour anticiper l’apparition de phénomè- nes de résistance qui remettraient en cause l’efficacité des pesticides utilisés. De la même façon, il est nécessaire d’accorder une importance toute particu- lière à l’introduction des cotonniers géné- tiquement modifiés pour la résistance aux insectes. Du fait de l’expression continue de toxines dans la plante, ces cultivars présentent en effet un risque majeur de susciter des résistances se développer vis- à-vis des toxines de Bt. Dans ce domaine comme dans le précédent, la modélisation constitue un outil de choix pour cons- truire des stratégies de gestion de l’inno- vation à moyen ou long terme [25, 26]. La mise en œuvre de la gestion raisonnée des écosystèmes doit se faire à l’échelle régionale, qui est celle où évoluent les populations des principaux ravageurs de la culture cotonnière. À l’instar de projets comme le PR-PRAO (Projet régional de prévention de la résistance en Afrique de l’Ouest), les programmes de protection intégrée du cotonnier doivent regrouper l’ensemble des acteurs de la filière coton des pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre pour valoriser au mieux les acquis scienti- fiques.
Show more

5 Read more

Gestion du risque de crédit au sein d'une compagnie d'assurance

Gestion du risque de crédit au sein d'une compagnie d'assurance

Nous avons également mise en avant l’implication de différents départements dans cette gestion du risque de crédit. Cette gestion est nécessaire pour les compagnies d’assurance, afin de sécuriser des revenus stables et prévisibles pour les actionnaires et les assurés, mais aussi pour garantir le dédommagement des assurés en cas de sinistre. En effet, en raison des contraintes assurantielles, les investisseurs doivent mettre en place des méthodes de gestion a priori lors de la définition des contrats (collatéral, garantie…) ou de la décision d’investissement (couverture CDS, stratégies d’investissement…). Si le portefeuille d’investissement n’est pas ou plus en accord avec l’appétit pour le risque du groupe, les investisseurs doivent également mettre en place des plans d’action sur celui- ci. Cette analyse du portefeuille d’actifs se fait au niveau du département de « Risk Management ». Les risk managers doivent identifier et comprendre les risques encourus afin de les quantifier et en mesurer les impacts pour le groupe. Ainsi, par l’application de scénarios de stress, ils analyseront le portefeuille et identifierons les positions, les émetteurs, les secteurs industriels ou géographiques sur lesquels des plans d’actions doivent être mises en place.
Show more

58 Read more

Règles de décision pour la gestion du risque : Application à la gestion hebdomadaire de la production électrique.

Règles de décision pour la gestion du risque : Application à la gestion hebdomadaire de la production électrique.

La deuxième approche étudiée est la programmation stochastique avec règles de décision constan- tes par morceaux (SPSDR). Nous rappelons que la SPSDR permet de palier au problème de croissance exponentielle de l’arbre en programmation stochastique classique en supprimant la contrainte de raffinement. De plus, l’utilisation d’experts indépendants permet d’avoir une bonne estimation de la solution tout en réduisant les temps de calculs. Cette approche est très origi- nale mais restreinte dans sa création aux aléas unidimensionnels et à des états sans contrainte. Nous proposons dans cette thèse deux extensions à l’heuristique initiale de [59] : le cas d’un aléa multidimensionnel et l’ajout de bornes sur les états. La gestion du cas multidimensionnel consiste à faire une partition des scénarios en ensembles de décision pour chacune des dimensions de l’aléa. Une optimisation indépendante par rapport à chaque dimension permet d’avoir des règles, qui constituent différents points de vue au même problème selon l’aléa pris en compte. La règle de décision finale (pour un expert) est finalement la combinaison des règles obtenues indé- pendamment sur chaque dimension de l’aléa. D’autre part, nous pouvons forcer la satisfaction des contraintes sur les états en introduisant des coefficients de sécurité. Les premiers résultats de cette approche sur des problèmes classiques sont relativement encourageants [59]. Cette ap- proche a été appliquée à la résolution du problème multi-étapes de couverture contre le risque de défaillance physique sur lequel nous reviendrons dans la sous-section suivante. Nous montrons notamment que, pour certains paramétrages (c-à-d avec des experts suffisamment nombreux et des experts suffisamment grands pour que les contraintes soient vérifiées sur le plus de scénarios possibles), les stratégies obtenues permettent en simulation de satisfaire le critère de risque à 1%. De plus, les performances économiques sont meilleures qu’avec une approche robuste ou une approche en boucle ouverte (jusqu’à 20% de gains). Ces premiers résultats montrent le réel intérêt de cette approche.
Show more

292 Read more

Stratégies féminines face au risque de transmission sexuelle du VIH au temps des antirétroviraux

Stratégies féminines face au risque de transmission sexuelle du VIH au temps des antirétroviraux

En matière de risque de transmission sexuelle, les perceptions des femmes ont évolué de manière similaire à celles des hommes que nous avons interrogés : peur de la transmission avant les antirétroviraux, puis gestion du risque et de la prévention selon des stratégies diverses, puis perceptions hétérogènes d’un risque réduit. Les attitudes des femmes en matière de sexualité sont cependant assez différentes de celles des hommes pour deux motifs principaux : la conno- tation de la sexualité par le contexte de la contamination et la volonté de pro- création. En effet, les entretiens avec les femmes montrent que, même après plusieurs années d’expérience de la séropositivité, les notions de souillure, d’abus et de honte qui entachent leur rapport avec la sexualité sont toujours présentes et d’autant plus marquées que les femmes estiment avoir respecté les normes sociales ; ces représentations sont assez différentes de celles des hommes. La présence de perceptions similaires dans d’autres contextes, par exemple, en France dans les années 1990 [12], laisse penser qu’il s’agit peut- être là d’une interprétation d’autant plus affirmée que le contexte social attribue davantage la contamination par le VIH à la responsabilité individuelle et établit des rapports de genre inégalitaires en matière de contrôle de la sexualité, notam- ment lorsque les politiques de prévention reposent sur des mesures inefficaces pour les femmes [11]. L’impossibilité d’avoir des enfants apparaît chez les femmes comme un motif de souffrance psychique majeur, alors que cet aspect est présent chez les hommes que nous avons interrogés (comme le montre le cas de Thierno mentionné plus haut), mais rapporté de manière moins affirmée. Pour les femmes séropositives sous antirétroviraux, le désir personnel de pro- création paraît indissociable de la pression de l’entourage : elles se retrouvent dans des situations de vulnérabilité économique, de souffrance sociale, de risque de dévalorisation, à cause de l’absence ou de l’« insuffisance » de procréation. Se marier et avoir des enfants peut être le seul moyen de survivre pour celles en situation de dépendance et de précarité. Comme dans d’autres contextes sociaux en Afrique sub-saharienne et dans les pays du Nord [13-15], la valeur sociale et symbolique de la maternité en fait une stratégie pour « acquérir un statut social valorisant dans un contexte de dépréciation sociale » [16]. Les récits que nous avons recueillis conduisent à critiquer l’emploi du terme « désir d’enfant » qui ne prend en compte que l’aspect psychologique et individuel, comme celui du terme « pression sociale » qui ne considère que la dimension relationnelle et collective, alors que la dimension psychologique individuelle et la dimension sociale et symbolique collective sont étroitement intriquées. Dans ces circonstances, les femmes séropositives sont soumises à un véritable « besoin d’enfant » pour renforcer le vécu subjectif de leur féminité et sa reconnaissance sociale.
Show more

14 Read more

Performance des alliances : une gestion duale du risque relationnel

Performance des alliances : une gestion duale du risque relationnel

Performance des alliances : une gestion duale du risque relationnel Les alliances sont des stratégies souvent décrites comme instables, risquées et dangereuses étant donné les degrés importants d’incertitude auxquels s’exposent les partenaires : une incertitude liée à leur choix coopératif en raison de l’environnement dans lequel il s’insère mais aussi à une incertitude résultant du contexte coopératif lui- même. Dans le premier cas, l’incertitude est liée aux facteurs pouvant compromettre la réalisation des objectifs malgré un haut degré de coopération (telles des difficultés liées à la technologie, à l’évolution des marchés ou à l’apparition d’un nouveau concurrent). Cette forme d’incertitude génère un risque de « performance » auquel est confrontée toute forme d’organisation. Dans le second, l’incertitude est « liée à l’ambiguïté existante quant à la capacité des parties à créer des relations de confiance étant donné les problèmes de sélection adverse et de hasard moral potentiels » (Ring et Van de Ven, 1992). L’incertitude génère alors un deuxième type de risque, spécifique aux relations de coopération que l’on trouve sous le terme de « risque relationnel » (Das et Teng, 1996). Le risque relationnel est défini par la probabilité et les conséquences d’un comportement insatisfaisant ou d’un comportement opportuniste de la part du partenaire.
Show more

32 Read more

Le territoire dans les stratégies de gestion de l'eau

Le territoire dans les stratégies de gestion de l'eau

Le secteur de la gestion des ressources en eau connaît actuellement une phase transitionnelle, entre omnipotence de l’Etat et désengagement progressif de ses administrations, entre domanialité de l’eau et protection des ressources, entre réforme agraire et développement rural. L’enjeu est double : mettre en cohérence les réseaux et les stratégies par la co- construction d’un référent commun, d’une part, et assurer, d’autre part, une place grandissante à des acteurs provenant de la société : associations et entreprises. En effet, le processus de décentralisation confère aux organes administratifs locaux des prérogatives de plus en plus complètes, exigeant des moyens techniques et humains de plus en plus importants auxquels on pallie par le recours à des sous-traitants, souvent des micro entreprises. La prise en compte des espaces et des populations de montagne, dans les programmes d’action faisant référence à la régulation et à la distribution de l’eau, est empreinte de ces enjeux entremêlés. Si les interventions procèdent par un accroissement de la part d’eau utilisable, tant en jouant sur la dimension anthropique du risque de pénurie (le gaspillage des réseaux) que sur sa dimension naturelle (le ruissellement et l’envasement des retenues), l’approche fait de plus en plus référence aux prérogatives énoncées par les financeurs internationaux : consulter la population et la faire participer aux aménagements pour qu’elle s’approprie leur entretien 18 . Peut-on s’attendre à une nouvelle organisation des territoires, dans ce contexte de décentralisation, de participation locale et d’ouverture au secteur privé ?
Show more

19 Read more

Gestion de contraintes et expertise dans les stratégies d'ordonnancement

Gestion de contraintes et expertise dans les stratégies d'ordonnancement

notre  premier  travail  de  doctorat,  sera  inséré  dans  cette  thèse.     Puis   nous   avons   mené   deux   études   assimilées   à   deux   situations   d’ordonnancement   manufacturier.  La  première  était  un  cas  d’école  d’ordonnancement  prédictif  impliquant  des   étudiants   et   des   experts   en   gestion   de   production.   Puisqu’il   s’agit   d’une   population   spécifique,  il  faut  noter  que  le  recrutement  des  participants  experts  a  été  fastidieux.  Cette   étude   a   été   soumise   à   International   Journal   of   Industrial   Ergonomics   (Guerin,   Hoc,   &   Mebarki,  2011,  actuellement  en  révision)  ;  la  version  soumise  sera  également  intégrée  dans   cette  thèse.  La  deuxième  étude  d’ordonnancement  manufacturier  s’inscrit  dans  un  contexte   pluridisciplinaire  entre  l’équipe  PsyCoTec 6  et  l’équipe  ACSED 7  à  l’IRCCyN 8 .  Son  objectif  était   d’évaluer  un  outil  d’assistance  à  l’ordonnancement,  développé  par  Pinot  (2008),  dans  une   perspective   de   coopération   homme-­‐machine).   Selon   l’approche   “ordonnancement   de   groupes”  proposée  par  ce  travail  en  recherche  opérationnelle,  la  machine  ordonnance  des   groupes   d’opérations   puis   l’humain   ordonnance   les   opérations   au   sein   de   chaque   groupe   (ordonnancement  intra-­‐groupes).  Contrairement  aux  deux  précédentes  études,  il  s’agissait   d’une   situation   impliquant   un   problème   d’ordonnancement   dynamique.   Le   manuscrit   d’article  n’étant  pas  encore  soumis,  cette  étude  donnera  lieu  à  un  chapitre
Show more

238 Read more

Les stratégies organisationnelles de gestion des rumeurs sur Internet : une analyse ventriloque

Les stratégies organisationnelles de gestion des rumeurs sur Internet : une analyse ventriloque

76 Face à tous ces commentaires animés par les sentiments, l’expérience ou la question technique, Facebook laisse ses consommateurs le défendre ou l’incriminer et ne prend pas la peine de répondre. L’interprétation que l’on peut faire de ce silence est plurielle. Comme nier la rumeur revient à contredire ses consommateurs, il est possible que Facebook préfère éviter un débat de voix d’internaute contre voix d’organisation. De plus, il est possible que la rumeur n’ait pas une assez grande ampleur pour que Facebook y consacre trop de temps, hypothèse qui rejoint le fait que Facebook parle de la rumeur au conditionnel. Enfin, contrairement à Nutella ou Carrefour, on note que la marque, à travers son démenti, n’essaie pas de se faire passer pour victime ou de provoquer des sentiments. Il semble que dans sa stratégie de gestion de communauté en général, Facebook ne répond pas nécessairement aux commentaires des internautes. Cette absence de dialogue impose une certaine distance entre la marque et ses utilisateurs mais permet en même temps à Facebook d’être défendue directement par ses internautes sans devoir prendre le temps de répondre aux nombreux commentaires de critique et de questionnements techniques.
Show more

118 Read more

Valorisation sociale des stratégies langagières de gestion d’un incident

Valorisation sociale des stratégies langagières de gestion d’un incident

Les études proposées s’intéressent à des pré-adolescents (9-12 ans) et ont pour objectifs est 1) d'identifier les stratégies langagières de gestion d'un incident et de montrer que les stratégies apaisantes (excuse rituelle, excuse sincère) sont socialement valorisées comparativement aux stratégies aggravantes (refus, justification) (Etude 1), et 2) de montrer que les stratégies apaisantes conduisent davantage à l'inférence de traits de personnalité liés à la désirabilité que les stratégies aggravantes, tandis que les stratégies mettant l'accent sur la responsabilité individuelle (excuse sincère, justification) amènent davantage à l'inférence de traits liés à l'utilité que les stratégies extériorisant la responsabilité (refus, excuse rituelle) (Etude 2).
Show more

3 Read more

Stratégies décisionnelles et gestion de projet : les contraintes en droit canadien

Stratégies décisionnelles et gestion de projet : les contraintes en droit canadien

2.5 La prise en compte des parties prenantes dans les appels d’offres La responsabilité sociétale peut également se voir définie par le truchement des contrats publics; c’est ce que prévoit la Loi sur le développement durable (LDD) adoptée par l’Assemblée na- tionale en avril 2006. Le législateur québécois y affirme sa détermination à restructurer la gouver- nance, le cadre de gestion, de l’administration publique québécoise. L’exercice des pouvoirs et des responsabilités des 150 ministères, orga- nismes et entreprises d’État (et après un éventuel décret, les universités, les municipalités et les hôpitaux) doit désormais s’inscrire dans la recherche d’« un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ». En d’autres termes, dans toutes formes d’inter- vention, que ce soit un projet […], une politique, une loi ou dans une situation précise (comme accorder un permis à Pétrolia pour forer à l’Île d’Anticosti), l’administration publique québé- coise doit désormais prendre en compte les impératifs de développement durable. Cela implique une vision à long terme de l’impact des décisions, de leur acceptabilité. La loi sur le DD se veut l’instrument d’une responsabilité plus prospective, plus disponible à une altérité multiple (autrui, l’environnement, le social, le monde, l’avenir à prendre en charge).
Show more

16 Read more

Évaluation du risque en gestion de projets

Évaluation du risque en gestion de projets

2. Événement préjudiciable, plus ou moins prévisible, qui peut affecter l'activité d'un agent économique, la réalisation d'un programme, d'un plan, d'une politique. Le risque doit être distingué de l'incertitude qui se rapporte à un événement dont la probabilité n'est pas mesurable et qui, par conséquent, est imprévisible. Toute activité économique est soumise à des risques liés à l'évolution des marchés. L'activité d'entreprise, commerciale ou industrielle comporte une part de risques, essentiellement commerciaux et financiers, que le chef d'entreprise doit assumer après les avoir appréciés. Dans les opérations spéculatives, la part de risque est plus élevée avec pour contrepartie l'espérance de profits supérieurs. Le progrès des connaissances et l'avancement des techniques ont rendu les risques prévisibles et mesurables jusqu'à un certain point. L'étude de la vie économique concrète montre d'ailleurs que les risques peuvent être réduits et leurs conséquences atténuées ou supprimées par diverses techniques dont : la prévision, qui encadre les probabilités et réduit l'incertitude; la marge ou la provision pour une part des risques, qui en ménage à l'avance la couverture, au moins partielle; la division des risques, qui fait que la matérialisation de l'un d'entre eux n'engendre que des pertes limitées au regard du chiffre d'affaires total; l'assurance, qui transfère le risque à un tiers; la prise de garanties, qui réduit la part de pertes risquées; les opérations à terme en ce qui concerne les risques de change. Le risque, son analyse et son traitement ont ainsi donné lieu à des disciplines très élaborées au sein de la vie économique. Il constitue même un élément central dans les domaines de l'assurance et du crédit. 3. Élément d'incertitude qui peut affecter l'activité d'un agent ou le déroulement d'une
Show more

54 Read more

Show all 8078 documents...