Stimulation cérébrale

Top PDF Stimulation cérébrale:

Modulation astrogliale de la stimulation cérébrale profonde dans la dépression

Modulation astrogliale de la stimulation cérébrale profonde dans la dépression

Des données récentes montrent que les astrocytes peuvent être activés par la stimulation cérébrale profonde (DBS, deep brain stimulation) et qu’ils peuvent ainsi moduler les effets neuro- biologiques de cette stimulation. La DBS est une technique de stimulation céré- brale invasive qui montre des résultats très prometteurs dans la prise en charge des patients souffrant de différents troubles psychiatriques résistants aux traitements. Malgré des effets cliniques remarquables, les mécanismes d’action de la DBS sont encore mal compris. Si les recherches se focalisent principa- lement sur les effets de la DBS sur les neurones (cherchant à déterminer com- ment les axones myélinisés, non-myé- linisés, les dendrites et les corps cellu- laires répondent à la DBS), le rôle des astrocytes est, à ce jour, très peu étu- dié. Plusieurs arguments sont toutefois en faveur de leur implication dans les effets cliniques de la DBS, par l’inter-
En savoir plus

3 En savoir plus

Analyse post-opératoire en stimulation cérébrale profonde basée sur des images multimodales : mise en place et validation des chaînes de recalage

Analyse post-opératoire en stimulation cérébrale profonde basée sur des images multimodales : mise en place et validation des chaînes de recalage

3 University of Rennes I, CNRS, UMR 6074, IRISA, F-35042 Rennes, France 4 Department of Neurosurgery, Pontchaillou University Hospital, F-35043 Rennes, France Résumé La stimulation cérébrale profonde (SCP) est une technique neurochirurgicale utilisée pour traiter les troubles moteurs, dont la maladie de Parkinson. Le traitement consiste à implanter au cœur du cerveau, dans les noyaux gris centraux, des électrodes qui diminueront de façon spectaculaire les tremblements par l’intermédiaire d’une stimulation électrique haute- fréquence. Cette étude préliminaire décrit les différentes étapes de la construction d’un atlas numérique anatomo- clinique pour une évaluation post-opératoire de la SCP, dans un cadre d’outil d’aide à la compréhension. La première version inclut 25 patients, qui furent reliés à un code couleur représentant l'amélioration clinique globale du patient (score UPDRS (Unified Parkinson’s disease rating Scale) pour évaluer l'évolution de la maladie de Parkinson). La projection de tous les plots stimulés sur cet atlas a permis au neurochirurgien d’évaluer qualitativement les précédentes implantations.
En savoir plus

8 En savoir plus

Unir les intérêts et accompagner les malades: ethnologie de la stimulation cérébrale profonde appliquée au TOC

Unir les intérêts et accompagner les malades: ethnologie de la stimulation cérébrale profonde appliquée au TOC

Moutaud B. (2008) « Unir les intérêts et accompagner les malades : ethnologie de la stimulation cérébrale profonde appliquée au TOC, » Abstract Psychiatrie, n°37 et Abstract Neurologie, n° 81, p. 9. trois questions peuvent être soulevées: Quelles mutations épistémologiques impose-t-elle? Quelles en sont les conséquences pratiques? Quelles sont les répercussions anthropologiques?

4 En savoir plus

Complications chirurgicales de la stimulation cérébrale profonde : expérience clinique à propos de 184 cas

Complications chirurgicales de la stimulation cérébrale profonde : expérience clinique à propos de 184 cas

3 1. Introduction La stimulation cérébrale profonde (SCP) est une alternative thérapeutique au traitement médical de mouvements anormaux, et en cours d’évaluation pour certains troubles psychiatriques (Blond et al., 2000). Elle s’appuie sur de très nombreux travaux concernant les bénéfices cliniques et les effets indésirables stimulo-induits (Deuschl et al., 2006 ; Hariz et al., 2008 ; Krack et al., 2003 ; Rodriguez-Oroz et al., 2005). Les complications liées à la procédure chirurgicale ont été peu rapportées (Hariz et al., 2008 ; Joint et al., 2002 ; Lyons et al., 2004 ; Oh et al., 2002 ; Seijo et al., 2007 ; Umemura et al., 2003). La chirurgie de SCP est codifiée et maîtrisée par les équipes qui la pratiquent couramment mais reste une procédure relativement longue et délicate. Dans un souci d’évaluation de nos pratiques et pour compléter les données de la littérature, nous avons étudié le taux d’évènements indésirables (EI) survenus au cours de 184 interventions sur une période de 14 ans, au CHU de Clermont-Ferrand. Nous pratiquons systématiquement un ciblage direct primaire sur une imagerie par résonance magnétique (IRM), ceci pour une analyse fine de la fonction, de l’électrophysiologie et des structures anatomiques, et une réduction du nombre de trajectoires d’exploration.
En savoir plus

14 En savoir plus

« C'est un problème neurologique ou psychiatrique ? » Ethnologie de la stimulation cérébrale profonde appliquée au trouble obsessionnel compulsif.

« C'est un problème neurologique ou psychiatrique ? » Ethnologie de la stimulation cérébrale profonde appliquée au trouble obsessionnel compulsif.

réunion se calque alors sur le brainstorming décrit plus haut. Ils peuvent aussi inviter un chercheur pour qu’il présente ses travaux s’ils sont susceptibles d’intéresser le groupe. Enfin, le dernier moment est le staff d’inclusion. En alternance avec la réunion de 17h du mardi, une fois par mois, les neurologues, un neurochirurgien, un représentant du service de neuroimagerie, le psychiatre, la neuropsychologue et une psychologue, se retrouvent pour reprendre les dossiers des malades parkinsoniens candidats à la stimulation cérébrale. Chaque malade est suivi et évalué depuis une ou plusieurs années par l’ensemble de l’équipe et doit répondre a des critères stricts pour être implanté. Nous reviendrons sur les particularités des critères d’inclusion et le suivi de ces malades en troisième partie. Notre propos, ici, est d’observer que chaque discipline est mobilisée pour reprendre plusieurs mois de suivi d’un malade et évaluer s’il peut être opéré ou non selon les critères définis. L’équipe reprend les dossiers des malades en liste d’attente qui pourront être opérés dans les semaines à venir. On y revoit l’histoire clinique de ces malades (mais ils sont le plus souvent connus de la plupart des cliniciens). C’est la conjonction et la coordination de mois de travail et d’un suivi sur plusieurs années, d’évaluations, d’examens cliniques, d’imagerie, de psychologie et de neuropsychologie, dont il ne reste que quelques notes et chiffres sur une feuille standardisée. Tout doit être réunit le tout dans la même salle, autour d’une table. C’est alors en partie ici que se fait la régulation de la pratique de stimulation des parkinsoniens. Les critères d’inclusion ont été pensés à partir de l’expérience de leur prise en charge par l’équipe avec pour objectif de la simplifier. La technique est encore dans le domaine de la recherche. Comme nous le verrons, tous ses effets ne sont pas encore connus alors, pour inclure un malade, l’équipe se base sur ses connaissances cliniques mais aussi sur des savoirs encore expérimentaux ou non validés comme la réaction à la stimulation de certains profils de malades psychiatriques, psychologiques ou neuropsychologiques. Cette constante problématisation des critères dans l’inclusion valorise les compétences cliniques et les modes de coopération des médecins.
En savoir plus

500 En savoir plus

Prise en charge de la maladie de Parkinson par stimulation cérébrale profonde : Enjeux philosophiques d’un soin technologique.

Prise en charge de la maladie de Parkinson par stimulation cérébrale profonde : Enjeux philosophiques d’un soin technologique.

195 a) De l’identité personnelle à d’identité narrative. À la suite des études de Hansson, Hildt et Gisquet que nous avons déjà abordées en début de ce chapitre, la discussion concernant l’identité personnelle prétendument modifiée par la SCP se poursuit et s’étend principalement à partir de 2009. Dans le but de sortir du dilemme identité numérique versus identité qualitative, la discussion neuro-éthique appliquée à la SCP tend à trouver une issue grâce au concept d’identité narrative. Apparaissent en effet en 2009 deux études dont la première reste encore à ce jour particulièrement citée 525 . Publiée en avril 2009, l’étude du philosophe canadien Walter Glannon intitulé « Stimulating Brains, altering minds » se construit à partir de ce cas de patient présenté en 2004 dans l’étude de Leentjens 526 . Pour rappel, ce cas fait état d’un patient parkinsonien de 62 ans ayant choisi de garder la stimulation cérébrale activée et de vivre en hôpital psychiatrique plutôt que de choisir l’arrêt de la stimulation électrique et de se sentir, en contrepartie, en grande difficulté physique. Selon Glannon, ce cas est révélateur de changements relatifs à la personnalité du patient, à son identité, à son (état d’)esprit (Mind), à sa « psyché ». Glannon évoque de manière confuse tous ces termes en postulant, pour commencer, une « continuité psychologique » recherchée qui, dans le cadre d’une SCP, peut se retrouver altérée :
En savoir plus

424 En savoir plus

La dépression dans la maladie de Parkinson après stimulation cérébrale profonde‎ : hypothèse hypodopaminergique et intérêt du traitement par agonistes dopaminergiques

La dépression dans la maladie de Parkinson après stimulation cérébrale profonde‎ : hypothèse hypodopaminergique et intérêt du traitement par agonistes dopaminergiques

psychosociaux soient intriqués, le syndrome de sevrage spécifique en agoniste dopaminergique semble en cause, responsable d’éléments dépressifs et suicidaires, avec un passage à l’acte impulsif favorisé par la stimulation cérébrale profonde. On peut noter qu’elle était assez jeune, que sa maladie avait un début précoce et qu’elle avait un antécédent d’addiction comportementale (hyperactivité nocturne significative, et tendance au jeu pathologique). Dans les situations de syndrome hypodopaminergique plus chronique, les TS impulsives peuvent être liées aux éléments dépressifs, à l’anxiété mais aussi à l’apathie que les patients ne supportent pas, d’autant plus si ils présentaient une addiction comportementale ou dopaminergique en préopératoire. Le patient n°1 décrit par Soulas et al(63), présentait probablement une apathie associée à des éléments
En savoir plus

61 En savoir plus

La stimulation cérébrale profonde, l’équilibre, la marche et les troubles cognitifs légers chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson

La stimulation cérébrale profonde, l’équilibre, la marche et les troubles cognitifs légers chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson

50 littérature, mais certaines tendances ont toutefois été observées à travers les études effectuées (94). Tout d’abord, la stimulation du globus pallidus interne permettrait une réduction des fluctuations motrices engendrées par la prise de médication antiparkinsonienne puisqu’elle permet une diminution de la dose de médication prescrite (94). Ensuite, les effets sur le blocage à la marche, s’il répond bien à la médication (lévodopa-sensible), peuvent se faire ressentir de un à quatre ans suite à l’implantation du stimulateur selon la personne (94). Toutefois, les effets observés sur les troubles à la marche dans les premières années suivant la chirurgie ont tendance à s’atténuer dans le temps en raison de l’évolution de la maladie (94). Effectivement, les études s’entendent pour dire que la combinaison initiale entre la stimulation cérébrale profonde et la médication antiparkinsonienne est nettement supérieure aux effets observés avec la médication seule (94). Par contre, après en moyenne trois à quatre ans post-implantation du stimulateur, il n’est pas rare que les bénéfices obtenus ne dépassent plus de façon significative ceux qui étaient présents en préopératoire avec la médication seule (94). Enfin, si les troubles à la marche présents avant la chirurgie d’implantation du stimulateur ne sont pas améliorés avec la prise de médication antiparkinsonienne (lévodopa-résistants), ils ne le seront probablement pas en présence de SCP non plus (94). Cette intervention ne sera donc pas priorisée dans une telle situation (94).
En savoir plus

113 En savoir plus

Études des mécanismes d'action de la stimulation cérébrale non-invasive avec l'imagerie par résonnance magnétique : une perspective d'utilisation dans le trouble lié aux substances

Études des mécanismes d'action de la stimulation cérébrale non-invasive avec l'imagerie par résonnance magnétique : une perspective d'utilisation dans le trouble lié aux substances

remplacement!de!la!nicotine!vise!à!remplacer!la!nicotine!de!la!cigarette!par! un!autre!moyen!moins!nocif!pour!la!santé!générale!(p.!ex.!gomme!à!mâcher,! cigarette!électronique).!Dans!l’alcoolisme,!les!composés!fréquemment!utilisés! sont! les! anticonvulsivants,! antipsychotiques! et! anxiolytiques! et! visent! particulièrement! à! diminuer! l’importance! des! symptômes! de! retrait,! avec! un! taux!de!succès!limité!(Amato!et!al.,!2011).!Au!niveau!de!la!dépendance!aux! psychostimulants,! les! traitements! impliquent! généralement! l’administration! d’agonistes! dopaminergiques! indirects! afin! de! faciliter! l’abstinence,! en! diminuant! le! dosage! de! façon! graduelle! (Pérez>Mañá! et! al.,! 2013).! Pour! la! dépendance! aux! opiacés,! l’usage! de! la! méthadone! est! une! thérapie! de! remplacement! efficace,! mais! vise! surtout! la! rétention! des! patients! en! traitement,!étant!donné!le!taux!de!mortalité!élevé!chez!les!usagers!d’héroïne! (Mattick! et! al.,! 2014).! En! somme,! les! thérapies! pharmacologiques! actuelles! sont! efficaces! chez! certains! patients,! mais! sont! généralement! insuffisantes! pour!répondre!aux!besoins!cliniques!de!cette!condition!(Castells!et!al.,!2016).! L’addition! de! thérapies! comportementales! à! la! pharmacothérapie! permet! d’améliorer! l’efficacité! clinique,! mais! celles>ci! ne! parviennent! toujours! pas! à! cibler!toutes!les!facettes!neurocognitives!de!la!condition!(Knapp!et!al.,!2015).! Cela!dit,!plusieurs!métaanalyses!suggèrent!qu’en!général,!toutes!substances! confondues,! la! combinaison! de! pharmaco>! et! psychothérapie! (ou! suivi! psychologique)! peut! améliorer! la! rétention! au! traitement! de! patients! et! l’efficacité! clinique! (Amato! et! al.,! 2011n! Knapp! et! al.,! 2015n! Stead! et! al.,! 2015).!Le!consensus!dans!la!littérature!à!ce!sujet!est!simple!n!nous!sommes! toujours! à! la! recherche! de! thérapies! alternatives! permettant! de! réduire! le! craving! efficacement! et! de! promouvoir! l’abstinence! à! long! terme! chez! ces! patients.! Dans! cette! perspective,! l’utilisation! de! la! stimulation! cérébrale! non! invasive!pourrait!s’avérer!particulièrement!intéressante.!
En savoir plus

204 En savoir plus

en
                                                                    fr

en fr From deep brain stimulation to physiopathological study of some genetic forms of Parkinson’s disease De la stimulation cérébrale profonde à l’étude physiopathologique de certaines formes génétiques de la Maladie de Parkinson

4.2 NOTRE ÉTUDE TRANSCRIPTOMIQUE APPORTE-T-ELLE DES ÉLÉMENTS D’EXPLICATION AUX BONS RÉSULTATS DE LA SCP DANS LES FORMES GÉNÉTIQUES DE MP ? Nous allons nous intéresser dans ce paragraphe plus particulièrement à l’a lio atio des ou e e ts i olo tai es i duits pa la L-dopa. Des mécanismes multiples ont été évoqués pour expliquer les dyskinésies dopa-induite (revue dans [214]). Certaines perturbations moléculaires en cause coïncident avec des voies ou des gènes dérégulés chez nos patients SCA2p : dérégulation de kinases (notamment ERK1 et ERK2, mTOR), dérégulation des récepteurs NMDA, désensibilisation des récepteurs glutamatergiques. Un des principaux mécanismes impliqués dans les dyskinésies est la dérégulation de la potentialisation à court et long terme par le manque de dopamine, dont ous a o s u u’elle est possi le e t o t ôl e pa les P- odies de d iti ues où l’ata i e- 2 joue un rôle. La stimulation à haute fréquence du NST, pour sa part, entraîne une modification de la potentialisation synaptique, une modification du largage de glutamate, l’e p essio de g es o e -Fos ou c-Jun (revue dans [170]). Une étude transcriptomique réalisée chez le rat après une courte stimulation du NST a montré une dérégulation notamment de CaMKIIa (calcium/calmodulin-dependent protein kinase type IIA) et homer-1 (protéine dendritique qui régule les récepteurs métabotropiques au glutamate)[186]. Les modifications moléculaires observées dans la stimulation cérébrale profonde montrent donc u e odifi atio d’e p essio de g es ui peu e t t e li s a e e tai es oies de ot e tude. L’ l e t le plus i t essa t toutefois pou e pli ue l’effi a it de la SCP du NST semble êt e l’i pli atio de la pote tialisatio au i eau s apti ue da s la uelle l’ata i e- 2 est impliquée. Des modifications propres à la mutation de l’ATXN au niveau synaptique pourraient être bénéfiques dans la réponse à la stimulation.
En savoir plus

180 En savoir plus

Relations entre anatomie, IRM et électrophysiologie dans la région sous-thalamique lors de l'implantation d'électrodes de stimulation cérébrale profonde pour maladie de Parkinson idiopathique sévère

Relations entre anatomie, IRM et électrophysiologie dans la région sous-thalamique lors de l'implantation d'électrodes de stimulation cérébrale profonde pour maladie de Parkinson idiopathique sévère

Relations entre anatomie IRM et électrophysiologie dans la région sous-thalamique lors de l’implantation d’électrodes de stimulation cérébrale profonde pour maladie de Parkinson idiopathique sévère. J Coste (1,2) ; L Ouchchane (3,4) ; P Derost (6) ; M Ulla(6), F Durif (6) ; J Gabrillargues (5) ;

3 En savoir plus

Quelles relations existe-t-il entre le fonctionnement neurocognitif, le type de stratégie mise en place et les attentes préopératoires chez des patients parkinsoniens candidats à la stimulation cérébrale profonde, et quel est l'impact de ces facteurs en p

Quelles relations existe-t-il entre le fonctionnement neurocognitif, le type de stratégie mise en place et les attentes préopératoires chez des patients parkinsoniens candidats à la stimulation cérébrale profonde, et quel est l'impact de ces facteurs en postopératoire ?

Finalement, s’il nous parait essentiel d’approfondir lors de la période préopératoire et surtout durant le bilan d’opérabilité, la connaissance du profil psychiatrique des patients, en termes d’épisodes actuels ou d’antécédents personnels et/ou familiaux, l’entretien semi dirigé proposé par la MINI apparaît intéressant. En effet, on constate qu’une grande partie de l’échantillon rapporte des antécédents d’épisodes dépressifs ou d’épisodes psychotiques iatrogènes. Les symptomatologies les plus rapportées au moment de l’entretien sont de l’ordre de l’anxiété (anxiété généralisée, agoraphobie, phobie sociale) et de la dépression. Lors de la phase postopératoire à 3 mois, on observe surtout l’apparition de troubles psychiatriques transitoires chez 3 patients. Un épisode dépressif et une agoraphobie sont maintenus, mais on note surtout l’apparition de « signes » de tristesse ou d’anxiété, sans qu’un diagnostic formel de trouble anxieux ou dépressif ne soit retenu. Lors de la dernière évaluation postopératoire, on constate essentiellement le maintien voire l’accentuation des troubles dépressifs, avec des diagnostics formels pouvant être posés, ainsi que la persistance, moindre par rapport à l’évaluation précédente, d’épisodes psychiatriques transitoires. Ainsi, dans le contexte de la neurochirurgie fonctionnelle de la maladie de Parkinson, il semble que la dépression majeure soit la comorbidité psychiatrique la plus courante, de la période pré- à la période postopératoire, pouvant potentiellement être en lien avec les caractéristiques pathophysiologiques liées à la maladie de Parkinson, et probablement pas en lien avec l’intervention elle-même. Toutefois, l’apparition en période postopératoire de troubles psychiatriques transitoires pourrait, quant à elle, être en lien avec des caractéristiques liées à la baisse rapide des doses journalières de dopamine dès les premiers jours postopératoires, mais aussi avec l’effet de la stimulation cérébrale profonde, et notamment la propagation du courant électrique dans les autres parties du noyau sous thalamique, en particulier sa partie limbique.
En savoir plus

356 En savoir plus

en
                                                                    fr

en fr Cortical mapping by electroencephalography of deep brain stimulation effects in patients suffering from psychiatric resistant pathologies and parkinsonian patients. Cartographie corticale par électroencéphalographie des effets de la stimulation cérébrale profonde chez les patients souffrant de troubles psychiatriques réfractaires et les patients parkinsoniens

Je remercie l’Ecole doctorale EDISCE qui m’a sélectionnée pour bénéficier d’une bourse du Ministère de la Recherche pour une durée de trois années. Je remercie également la Fondation pour la recherche médicale sans le soutien de laquelle cette thèse n’aurait pu être menée à bien. Je tiens à remercier toutes les personnes qui m’ont aidée et soutenue pendant ces années, au cours de ce parcours atypique. Tout d’abord, je remercie chaleureusement mon directeur de thèse, Olivier David, qui a eu confiance en moi en m’acceptant dans son équipe sur un sujet qui m’était entièrement nouveau et sans lien avec ma première année de thèse si ce n’est l’organe concerné (le cerveau). Je lui dois énormément, et notamment mon initiation à SPM, en EEG et la découverte de la DCM. Je remercie également toutes les personnes avec lesquelles j’ai eu la chance de travailler sur les effets de la stimulation cérébrale profonde, et particulièrement Mircea Polosan, qui m’a permis de découvrir les pathologies psychiatriques (TOC et dépression) et Tours, notamment la complexité des réseaux cérébraux chez ces patients et des réseaux ferrés liant cette ville à nos montagnes. Je tiens également à remercier chaleureusement l’équipe des troubles du mouvement dont Pierre Pelissier, Anna, Eugénie, Emmanuelle et tout particulièrement Raul Martinez et Paul Krack avec lesquels j’ai effectué l’étude sur des personnes atteintes de maladie de Parkinson, j’ai beaucoup apprécié les échanges scientifiques que j’ai eus dans ce cadre. Je remercie aussi Damien Benis avec lequel nous avons longuement discuté sur notre passion commune mais peu commune pour l’inhibition. Je remercie également mon cobureau Manik qui m’a souvent sortie de misères informatiques. Je remercie sincèrement les personnes de l’équipe 11 qui ont rendu le cadre de ce travail très agréable, notamment Ariana, Carole, Lena, Véro, JD, Brigitte et Stéphan. Je remercie Valérie pour ses conseils dans de nombreux domaines allant de l’impression à l’expérimentation animale canine. Je remercie également Bruno Bonaz, Didier Clarençon et Sonia Pelissier pour nos échanges sur les études en stimulation vagale et système autonome. Pour l’initiation à l’acquisition EEG, je remercie chaleureusement Sylvain pour son aide précieuse. Enfin je remercie Julien pour m’avoir encadrée dans mon expérience de l’enseignement. Je remercie les membres du Jury qui ont bien voulu consacrer leur temps et leur expertise à la lecture et l’évaluation de mon travail : Dr. Nathalie George, Pr. Luc Mallet, Dr. Olivier David, Pr. Mircea Polosan et Pr. Fabrice Wallois.
En savoir plus

220 En savoir plus

Stimulation cérébrale profonde et déplacement d’électrode : évaluation à moyen terme

Stimulation cérébrale profonde et déplacement d’électrode : évaluation à moyen terme

Caire F. et al. Société de Neurochirurgie de Langue Française - Novembre 2005 Stimulation cérébrale profonde et déplacement d’électrode: évaluation à moyen terme Caire F., Coste J., Gabrillargues J., Chabert E., Claise B., Derost P., Durif F., Lemaire J.-J.

2 En savoir plus

Effets de la stimulation cérébrale sur la compréhension des métaphores dans la maladie de Parkinson

Effets de la stimulation cérébrale sur la compréhension des métaphores dans la maladie de Parkinson

secondaires de la SCP et, possiblement, élargir les critères de sélection afin de pouvoir offrir ce traitement à un plus grand nombre de patients.   Utilisation des iTBS pour diminuer les symptômes cognitifs dans la MP? Puisqu’il n’existe toujours pas de traitement reconnu pour diminuer les troubles cognitifs (incluant les déficits exécutifs et langagiers) dans la MP, il est pertinent de vérifier le potentiel thérapeutique des iTBS, susceptibles d’influencer les boucles PFDL et actuellement utilisées en recherche exploratoire. Les résultats de cette thèse présentent un point de départ en ce sens, car ils apportent de nouveaux éléments quant aux effets des iTBS chez un participant atteint de la MP sur une habileté cognitive de haut niveau, sensible au dysfonctionnement des boucles PFDL, la compréhension des métaphores. Les iTBS comportent de nombreux avantages, car c’est un protocole de stimulation cérébrale non invasive, ayant des effets à plus long terme que les rTMS conventionnelles (Huang et al., 2005; Ishikawa et al., 2007), potentiellement accessible à la grande majorité des gens atteints de la MP et sans effet secondaire majeur lorsqu’il est appliqué selon les normes acceptées (Benninger et al., 2011; Rossi et al., 2009). L’utilisation des iTBS en recherche clinique exploratoire est relativement nouvelle et ses effets sur les troubles cognitifs dans la MP (dont la difficulté à comprendre les métaphores) sont pratiquement inconnus. Ainsi, les données recueillies dans l’étude 3 de cette thèse sont importantes, car elles apportent de nouveaux éléments sur l’impact des iTBS et sur les mécanismes neurophysiologiques potentiellement associés aux iTBS dans la MP. Cependant, il sera important de confirmer ces résultats en réalisant des études de groupes avec plus de participants atteints de la MP avant de pouvoir les généraliser.
En savoir plus

172 En savoir plus

Stimulation cérébrale profonde : développement d'un prototype pour étude chez le petit animal

Stimulation cérébrale profonde : développement d'un prototype pour étude chez le petit animal

Notre micro-stimulateur peut, selon sa programmation, atteindre différents paramètres de stimulation. Le fait que ces paramètres électriques soient aussi flexibles permettra son utilisation dans plusieurs autres contextes pathologiques. Une mise au point a aussi été amorcée pour l’utilisation de tests comportementaux en cours de protocole. Ceux-ci pourront être rapidement mis à l’essai. En effet, de par la liberté de mouvement qu’il procure à la souris, le micro-stimulateur que nous avons développé rendra possible l’utilisation de tests comportementaux. Les tests tels que le champ ouvert et le cylindre pourront être mis à l’essai sans risque. En ce qui concerne le test de la poutre, les souris sauvages réussiront bien, mais il pourrait s’avérer difficile pour certaines lignées de souris présentant des difficultés à réaliser le test et, ce, avant même d’être munies d’un micro-stimulateur (exemple : dans un modèle de la MP). Aussi, il sera possible de réaliser de l’imagerie in vivo en cours de protocole grâce à l’utilisation d’un certain type d’électrode développé à cet effet (voir section matériel et méthode et résultats concernant les électrodes).
En savoir plus

96 En savoir plus

en
                                                                    fr

en fr Deep brain stimulation for obesity in the normal non human primate: A preclinical approach. Stimulation cérébrale profonde hypothalamique pour l'obésité chez le primate non humain : Une approche préclinique.

résultat indique que des mécanismes d’ homéostasie pancréatique compensent en juste proportion cette période anabolique. Le GH, le cortisol, la prolactine, le FSH, ont présenté une grande variabilité. Les valeurs de la LH et la testostérone semblent avoir une tendance à l'augmentation pendant la stimulation (à toutes les fréquences) mais aucune différence significative n'a été trouvée. Egalement, aucun changement n'a été trouvé dans l’axe Thyrotropine, excepté le T3 libre, qui a une tendance d'augmentation quand la stimulation était à une fréquence de 30 Hz (p=0.056). La stimulation électrique du VMH et probablement de DMH ne produit pas la sécrétion directe des facteurs de libération hypothalamiques. Cependant, il est bien connu que la stimulation du VMH est associée à un tonus sympathique élève, avec une augmentation du taux de change de la noradrénaline dans la graisse brune du rongeur (Minokoshi et autres, 1986).Le tonus sympathique associé à la dépense énergétique basique métabolique augmente peut conduire aux changements des hormones de stress (Vissing et autres, 1989). Il se peut qu’ un mécanisme compensateur ait été actif dans notre étude et cela aide à expliquer pourquoi les hormones sont restées dans des niveaux de référence. Par ailleurs des mesures additionnelles du taux métabolique devraient être faites dans la chambre métabolique pour mesurer la consommation d'O2, la chaleur, la fréquence cardiaque,le taux respiratoire et d'autres variables reflétant l'état catabolique, ce qui nous permettra de comprendre le mécanisme de la modulation du poids pendant la stimulation hypothalamique.
En savoir plus

253 En savoir plus

Etude physiopathologique de la douleur dans la maladie de Parkinson : approches pharmacologique, en neuroimagerie et évaluation des effets de la stimulation cérébrale profonde du noyau sous-thalamique

Etude physiopathologique de la douleur dans la maladie de Parkinson : approches pharmacologique, en neuroimagerie et évaluation des effets de la stimulation cérébrale profonde du noyau sous-thalamique

Pour chacune des questions suivantes, entourez le chiffre qui correspond le mieux à l'intensité de vos douleurs spontanées en moyenne au cours des 24 dernières heures.. Entourez le chiff[r]

280 En savoir plus

Évolution de l'impulsivité et des troubles du contrôle des impulsions après stimulation cérébrale profonde des noyaux sous thalamiques dans la maladie de Parkinson idiopathique

Évolution de l'impulsivité et des troubles du contrôle des impulsions après stimulation cérébrale profonde des noyaux sous thalamiques dans la maladie de Parkinson idiopathique

Lorsqu’un patient apparait candidat à la chirurgie, la première étape du bilan consiste à s’assurer que ses symptômes soient dopa sensibles, au moyen du test à la L-Dopa. La bonne réponse au traitement dopaminergique constitue la meilleure valeur prédictive d’un résultat postopératoire persistant et de qualité sur les symptômes moteurs ; les symptômes résistants au traitement dopaminergique sont généralement également résistant à la SCP. Le principe de ce test est l’évaluation de l’évolution de l’état moteur entre la période Off, après interruption des traitements pendant environ 12 heures, et la période On, après administration d’une dose de L-Dopa, correspondant généralement à la prise habituelle augmentée d’au moins 20%. Le neurologue évalue le score moteur au moyen de l’échelle UPDRS III. Si celui-ci diminue d’au moins 50% ou plus, on estime que la dopa sensibilité est bonne et que la réponse à la stimulation peut l’être de même 93 . Ce test doit avoir été réalisé
En savoir plus

114 En savoir plus

Chirurgie robotisée en stimulation cérébrale profonde : étude de précision et expérience clinique

Chirurgie robotisée en stimulation cérébrale profonde : étude de précision et expérience clinique

We achieved significant improvement of UPDRS scores in all parts and reduction of LEDD under chronic bilateral STN-DBS for advanced PD, as compared with the patients’ preoperative status. The observed improvement in motor symptoms (UPDRS III score) under Off med/On stim condition compared with the baseline Off med condition represents the ultimate clinical outcome to evaluate the effectiveness of bilateral STN stimulation alone. It can be represented as well as the quality index. Our study showed a mean improvement of 38% and a mean quality index of 0.67. This means that on average, the stimulation is as effective as 67% of the medication. Significant reduction of LEDD is also a reliable marker of how effective the stimulation is in regards to the quality of life achieved after the surgery. In our study, we obtained a strong reduction of LEDD of 49% on average. Non-motor symptoms (UPDRS I score), activities of daily living (UPDRS II score) and complications under treatment, dyskinesia in particular (UPDRS IV score), also improved significantly. Compared with the extensive literature available, our results are in the same range of those obtained with traditional frame-based techniques, especially in regards to the major PD DBS trials 2–7,32 . Deusch and colleagues published a recent review in 2013 33,34
En savoir plus

142 En savoir plus

Show all 909 documents...