Soutien social perçu

Top PDF Soutien social perçu:

L'importance des conditions de l'estime de soi à l'adolescence pour le bien-être psychologique des jeunes et le rôle du soutien social perçu

L'importance des conditions de l'estime de soi à l'adolescence pour le bien-être psychologique des jeunes et le rôle du soutien social perçu

L'objet de la deuxième étude de cette thèse sera d'examiner dans quelle mesure le soutien perçu par les jeunes de leurs pairs et de leurs parents médiatise les liens entre les cond[r]

208 En savoir plus

Soutien social perçu suite à une agression sexuelle à l'enfance : problèmes relationnels et conjugaux à l'âge adulte

Soutien social perçu suite à une agression sexuelle à l'enfance : problèmes relationnels et conjugaux à l'âge adulte

18 Puisque le modèle initalement mis au point par Godbout et collaborateurs s’est avéré valide et stable dans ce nouvel échantillon, il a alors été possible d’en proposer une extension en le complexifiant et en y ajoutant une évaluation de la satisfaction sexuelle. Ce choix s’est appuyé sur la présences multiples conséquences sexuelles à l’âge adulte suite à une ASE dans la littérature scientifique (Arriola, 2005; Berthelot et al., 2014; Vaillancourt-Morel et al., 2015). D’ajouter la détresse sexuelle permet donc de créer un modèle plus complet intégrant simultanément les répercussions psycho-sexo-relationnelles. Cet ajout a permis de corroborer que plus le soutien est perçu négativement, plus les difficultés sur l’attachement sont présentes. Plus le niveau d’anxiété d’abandon est élevée, plus la détresse psychologique et relationnelle sont élevées. Toutefois, de hauts niveaux d’anxiété d’abandon ne sont pas nécessairement reliés à une augmentation de l’insatisfaction sexuelle. Les invidus présentant de haux niveau d’anxiété d’abandon sont plus enclins à utiliser la sexualité de manière à se rassurer. Il est possible que ce besoin de réassurance via la sexualité amène un état de satisfaction chez les individus anxieux, ce qui pourrait expliquer l’absence de lien entre un haut niveau d’anxiété d’abandon et l’insatisfaction sexuelle (Brassard, Shaver, & Lussier, 2007). En ce qui concerne l’évitement de l’intimité, on remarque que lorsque qu’elle est plus élevée, la détresse psychologique, relationnelle et sexuelle l’est également.
En savoir plus

49 En savoir plus

Le développement du soutien social par les groupes de cuisine collective comme stratégie de promotion de la santé mentale

Le développement du soutien social par les groupes de cuisine collective comme stratégie de promotion de la santé mentale

12 1.4.2 Appréciation subjective du soutien L’appréciation subjective du soutien fait référence à l’évaluation d’une personne à propos du soutien qu’elle estime recevoir de son réseau (Barrera, 1986; Streeter et Franklin, 1992 cités dans Beauregard et Dumont, 1996). Le soutien social reçu fait référence quant à lui au soutien véritablement reçu lors de situations difficiles ou à la suite d’une situation difficile (Houle, Mishara et Chagnon, 2005). L’appréciation subjective ne comporte donc pas une dimension objective, mais résulte davantage d’une interaction entre l’individu et l’environnement telle que perçu par l’individu en situation de besoin (Bruchon-Schweitzer, 2002). L’appréciation subjective du soutien comporte plusieurs dimensions telles que le sentiment d’avoir suffisamment de soutien, la perception de la disponibilité du réseau, l’adéquation du réseau et plusieurs autres dimensions variant d’un auteur à l’autre (Barrera, 1986; Vaux,1992). Certains auteurs ont émis l’idée que la perception de la qualité du soutien social serait un facteur plus important pour prédire la santé que le soutien reçu réellement (Baldwin, Keelan, Fehr, Enns et Koh-Rangarajoo, 1996). En effet, le soutien social perçu semble avoir un effet significatif sur l’état psychologique, et ce, de manière durable dans le temps (Fischer et Tarquinio, 2014). L’étude de 1994 de Tracy et Abell a démontré que la grandeur du réseau social ne pouvait pas fournir à elle seule une évaluation de la qualité et de la quantité du soutien social chez un individu. En effet, de petits réseaux de soutien peuvent apporter le soutien nécessaire chez la personne en difficulté comparativement à un grand réseau qui pourrait s’avérer très peu soutenant pour la personne.
En savoir plus

175 En savoir plus

Le soutien social et le trouble de stress post-traumatique chez les anciens combattants canadiens

Le soutien social et le trouble de stress post-traumatique chez les anciens combattants canadiens

Bien que la plupart des études existantes se soit intéressée aux effets du soutien social sur la symptomatologie de ce trouble, d’autres chercheurs ont plutôt constaté la relation inverse, c’est-à-dire l’influence des symptômes du TSPT sur les comportements de soutien positifs. Un déclin systématique et graduel du soutien social perçu a été observé chez des anciens combattants du Vietnam ayant un TSPT après leur retour de mission alors que le soutien est demeuré stable chez les anciens combattants ne présentant pas de TSPT (Keane, Scott, Chavoya, Lamparski, & Fairbanck, 1985). Chez les vétérans israéliens, des symptômes sévères d’un TSPT un an après la guerre au Liban ont été associés à un faible soutien social 12 mois plus tard (Solomon & Mikulicer, 1990). Il semble ainsi que les symptômes du TSPT engendrent l’érosion du soutien social à long terme chez les anciens combattants (King, Taft, King, Hammond, & Stone, 2006). La restriction des affects, l’engourdissement des émotions, le sentiment de détachement par rapport aux autres et la réduction de l’intérêt et de la participation aux activités importantes peuvent expliquer le fait que les personnes présentant un TSPT sont moins intéressées à s’engager dans des relations interpersonnelles avec leurs proches (Solomon & Mikulincer, 1987). Il est aussi possible que l’irritabilité, les crises de colère et les comportements agressifs fréquemment adoptés par les anciens combattants ayant un TSPT (Jordan et al., 1992; Schützwohl & Maercker, 2000; Taft, Vogt, Marshal, Panuzio, & Niles, 2007) contribuent à la réduction de la fréquence des comportements de soutien et mènent à l’isolement.
En savoir plus

110 En savoir plus

Processus d’adaptation des personnes vivant avec la schizophrénie et ayant un soutien social limité

Processus d’adaptation des personnes vivant avec la schizophrénie et ayant un soutien social limité

tout au long de l’analyse des données. Ainsi, l’analyse des données et le recrutement se sont poursuivis dans un processus itératif, jusqu’à l’atteinte de la saturation théorique, c’est-à-dire lorsqu’aucune donnée nouvelle ne venait modifier les catégories construites. La deuxième source de données était composée d’informations recueillies à l’aide de trois instruments de mesure : l’Échelle des provisions sociales (ÉPS), le Behaviors and Symptoms Scale (BASIS-24) et le Mini International Neuropsychiatric Interview (M.I.N.I.). Chacun de ces trois instruments a été validé en français, ainsi que pour les personnes présentant un trouble mental grave (29-31). L’ÉPS avait pour fonction de fournir un portrait du soutien social perçu des participants. Cet instrument comporte six sous-échelles (appelées « provisions sociales ») composant le soutien social : l’attachement, le sentiment d’être utile, la réassurance de sa valeur, l’aide tangible, l’intégration sociale et l’obtention de conseils. Il s’agit d’une traduction et adaptation de la Social Provisions Scale (32). La version française présente une bonne cohérence interne et le score global a un pouvoir discriminant élevé qui distingue la population générale des bénéficiaires de l’aide sociale et des personnes ayant un diagnostic associé à la psychose (29). Le BASIS-24 est un instrument servant à mesurer les symptômes et les difficultés actuelles de la personne selon les six dimensions suivantes : fonctionnement et dépression, relations sociales, auto-destruction (idées suicidaires ou d’automutilation), instabilité émotionnelle, psychose et abus de substance. La version française disponible a permis de confirmer la pertinence de la structure factorielle à six facteurs (30 ; 33).
En savoir plus

305 En savoir plus

Perception du soutien social chez les adolescentes victimes d'agression sexuelle

Perception du soutien social chez les adolescentes victimes d'agression sexuelle

 ϵ On souligne également l’importance de considérer la perspective de l’individu sur sa propre résilience, puisqu’elle peut différer de la perspective du chercheur (Gordon & Song, 1994). Dans la littérature actuelle majoritairement d’approche scientifique positiviste, des facteurs favorisant la résilience ont été identifiés chez les adolescentes victimes d’agression sexuelle soit : la présence d’une relation chaleureuse et soutenante avec le parent non agresseur, un faible niveau de stress relié à l’agression, des stratégies d’adaptation impliquant peu de comportements agressifs (Spaccarelli & Kim, 1995), ou encore un sentiment de pouvoir (empowerment) et une capacité à faire confiance à autrui (Daigneault, et al. 2007). De plus, dans une méta analyse évaluant 77 études portant sur les facteurs de risque de l’état de stress post-traumatique (ÉSPT) parmi des échantillons d’hommes et femmes adultes victimes de divers types d’événements traumatiques, on a observé que le soutien social perçu, suivi par le stress subséquent à l’événement traumatique et la sévérité de cet événement, expliquaient le mieux la survenue de l’ÉSPT (Brewin, Andrews, & Valentine, 2000). Une réplication récente de cette méta-analyse confirme l’intérêt d’explorer davantage le rôle du soutien social comme facteur de prédiction de l’adaptation post-traumatique (Ozer, Best, Lipsey, & Weiss, 2008).
En savoir plus

56 En savoir plus

Concept de soi et miroir social des enfants en milieu scolaire : étude du rôle des processus de comparaison sociale de soi et du soutien social

Concept de soi et miroir social des enfants en milieu scolaire : étude du rôle des processus de comparaison sociale de soi et du soutien social

La perception du soutien social au niveau global (c.-à-d. pour les 4 familles de partenaires) ainsi que pour les camarades et l’enseignant semble sensible au niveau de classe de l’enfant (cf. tableau 34). Les enfants les plus jeunes expriment recevoir plus de soutien que les enfants plus âgés au niveau global et de la part des camarades et de l’enseignant. Pourtant, les études sur le soutien social chez les enfants indiquent que le soutien des camarades tiendrait un rôle plus important avec l’âge (Harter, 1985, 1999; Levitt, Guacci-Franco, & Levitt, 1993). Nos analyses ne confirment pas ces résultats, mais plaident plutôt pour une diminution de la perception de soutien en provenance des camarades. De façon similaire à la confiance en soi et aux perceptions prêtées de l’enfant à ses partenaires, il serait envisageable que les enfants plus jeunes évaluent le soutien social de façon très positive et qu’avec les capacités de se décentrer les enfants tendent vers une évaluation du soutien social plus nuancée. Toutefois, le soutien social en provenance des parents reste élevé quel que soit le niveau de classe. Le soutien social perçu par les enfants de la part des parents ne se différencie pas selon le niveau de classe malgré un effet de tendance. Ceci permet de corroborer l’idée selon laquelle cette forme de soutien par les parents ne semblerait pas diminuer de façon conséquente et aurait plutôt tendance à se maintenir de façon élevée durant le développement des enfants. Le soutien social perçu par l’enfant de la part de son ami proche reste élevé et ne se différencie pas selon le niveau de classe de l’enfant, dans ce contexte de passation en classe, l’ami proche semble être un partenaire dont les enfants perçoivent du soutien. Cette piste pourrait être intéressante à approfondir dans une future recherche.
En savoir plus

131 En savoir plus

Socialisation horizontale à l'adolescence. Entre soutien social et conformité extrême aux pairs

Socialisation horizontale à l'adolescence. Entre soutien social et conformité extrême aux pairs

Cepe da t ette i flue e ’est pas toujou s di e te. L’i flue e du soutien social perçu est médiatisée par le sens, la valeur que les l ves a o de t à l’ ole. Ainsi, tenir compte du point de vue des adolescents, de leurs propres représentations est essentiel lo s ue l’o a al se les p o essus psycho-sociaux sous-jacents à leurs expériences sociales et scolaires. Il ressort ici que l’i flue e de la ualit des elatio s e t e pai s su la s ola it d pe d de la ep se tatio u’o t les l ves de l’ ole. Egalement, ette i flue e d pe d de la a i e do t le sujet s’app op ie e soutie social et l’i vestit : il p e d so se s e fo tio du positio e e t pe so el et de la représentation de ce soutien par chaque adolescent.
En savoir plus

9 En savoir plus

Le soutien social pendant la période périnatale : la perception de mères immigrantes de la ville de Québec

Le soutien social pendant la période périnatale : la perception de mères immigrantes de la ville de Québec

L'analyse de contenu proposée par L'Écuyer (1990) comporte six étapes. À l'exception du traitement statistique (échelles de satisfaction) auquel nous avons renoncé d'emblée, compte tenu du type d'entrevue, les cinq autres étapes ont été méticuleusement suivies. Elles se traduisent tout d'abord par des lectures préliminaires des Verbatim. Cette préanalyse permet d'avoir une vue d'ensemble du matériel, d'entrevoir le type d'unités de signification (ou classification) à retenir de même que les thèmes éventuels. À la seconde étape, il faut choisir et définir des unités de signification et découper le matériel en énoncés restreints. La troisième étape regroupe tous les énoncés par analogie de sens, en thèmes puis en catégories plus larges. Ces étapes ont été effectuées avec l'aide du logiciel NVivo 2.0. Dans le cadre de notre étude, seules les grandes catégories étaient prédéterminées (Grossesse, Accouchement, Post-partum), pour pouvoir prendre en compte de nouvelles dimensions qui émergeraient du discours des femmes. Sommairement, les énoncés (ou unités de signification) correspondaient à l'aide reçue et les thèmes, aux personnes qui l'avaient fournie (voir annexe 5 pour le détail). Les sous-catégories ou thèmes généraux utilisés pour la codification ont évolué en cours d'analyse et se référaient aux composantes du réseau social. La description des résultats, au chapitre 5, est présentée selon cette structure.
En savoir plus

167 En savoir plus

Le soutien social et les conséquences psychologiques d’une agression sexuelle : synthèse des écrits

Le soutien social et les conséquences psychologiques d’une agression sexuelle : synthèse des écrits

Le degré de soutien est également associé à la sévérité de l’agres- sion. Les agressions plus sévères, avec pénétration par exemple, sont liées à un soutien plus faible, ainsi qu’à moins de réactions positives et plus de réactions négatives (Golding et al., 2002 ; Ullman et Filipas, 2001a). Les agressions perpétrées par un étranger pour leur part génèrent plus de soutien émotionnel (Golding et al., 2002), ce qui pourrait s’expliquer par le fait que ce type d’agression fait davantage référence aux mythes adoptés par les aidants, entraînant ainsi plus de sympathie de leur part. Car en dépit des données suggérant que l’agresseur s’avère être une connais- sance de la victime dans la plupart des cas, il semble que l’attitude des autres à l’égard de la victime soit plus négative lorsque l’agression est perpétrée par une connaissance, contrairement à l’agression par un étranger qui serait perçue comme un crime plus sérieux (Tetreault et Barnett, 1987). Les agressions impliquant de l’alcool (chez la victime, l’agresseur ou les deux) sont également davantage associées à des réac- tions négatives de la part des aidants que celles n’en impliquant pas (Ullman et Filipas, 2001b). De plus, il semble que les victimes d’agres- sion sexuelle, comparées à des individus n’ayant pas été agressés, soient moins sujettes à être mariées et rapportent moins de contact avec des amis ou des proches. Elles obtiennent également moins de soutien émotionnel de la part des amis, des proches et des époux (Golding et al., 2002).
En savoir plus

21 En savoir plus

Aider et être aidé : système et structure du soutien social informel à Antananarivo et à Paris

Aider et être aidé : système et structure du soutien social informel à Antananarivo et à Paris

Juillet 2005 RESUME Le soutien social informel participe de différentes façons à l’intégration sociale des individus et à la réduction de la pauvreté. Cet article adopte une perspective comparative entre Antananarivo et Paris. Les données sont issues d’une enquête menée dans le cadre d’un programme de recherche international pluridisciplinaire intitulé « Santé, Inégalités et Ruptures Sociales ». Un même questionnaire a été passé à Antananarivo auprès d’un échantillon représentatif de 2 807 ménages et dans deux quartiers parisiens auprès d’un échantillon aléatoire de 889 ménages. L’analyse distingue l’aide que les individus ont reçue au cours des six derniers mois et celle qu’ils ont donnée à autrui pendant la même période, et identifie trois sphères de soutien social : la famille, les amis et les voisins. Les résultats soulignent que les différentes aides échangées ne sont pas distribuées aléatoirement mais qu’elles forment un système dont la structure diffère entre les deux capitales étudiées. Ils font aussi apparaître que le soutien social risque d’accentuer les inégalités dans la mesure où les plus démunis en ressources financières (à Antananarivo) ou culturelles (à Paris) bénéficient moins souvent que les autres de l’entraide informelle. Ils indiquent enfin l’importance de la position relative des individus dans le système de l’aide : en particulier, ceux qui ne reçoivent ni ne dispensent aucune aide sont dans une position psychologique (mesurée par l’estime de soi) nettement plus favorable que ceux qui reçoivent sans pouvoir rendre.
En savoir plus

24 En savoir plus

Une étude sur les conditions de l’organisation du travail, le soutien social hors-travail et l’épuisement professionnel

Une étude sur les conditions de l’organisation du travail, le soutien social hors-travail et l’épuisement professionnel

En somme, selon le modèle, la chronicité des demandes serait impliquée dans la dynamique de la santé ou du stress ce qui mènerait vers l’épuisement. Alors que les ressources seraient liées au processus de motivation au travail (Vandenberghe et al., 2009). Aussi l’inexistence de ces ressources aura un effet sur les travailleurs, effet qui à long terme amène un désengagement et une baisse du sentiment d’efficacité au travail (Bakker et al., 2003). Le désengagement fait référence ici à la distance que l’individu met entre son travail et lui-même, les attitudes négatives qu’il entretient face à l’objet du travail, le contenu du travail et le travail en général (Bakker et al., 2003). Ainsi, les emplois caractérisés par des demandes élevées sont plus fortement associés à différentes manifestations de détérioration de la santé mentale et physique, car ils mènent à une diminution de l’énergie du travailleur, alors que les emplois caractérisés par de faibles ressources sont plus fortement associés à une diminution de la motivation et de l’apprentissage et à une distanciation de celui-ci vis-à-vis de son travail (Demerouti et al., 2001). Ces auteurs rejettent donc l’hypothèse interactive du modèle demandes contrôle-soutien (Karasek & Theorell, 2000) et maintiennent que les demandes et les ressources initient deux processus distincts qui contribuent différemment au syndrome de l’épuisement professionnel.
En savoir plus

139 En savoir plus

Retour sur 6 ans de soutien à l'entrepreneuriat social par ImpulCera - Evaluation du programme par les candidats

Retour sur 6 ans de soutien à l'entrepreneuriat social par ImpulCera - Evaluation du programme par les candidats

Evolution des projets lauréats Abandonnée en cours Réalisée <50% Réalisée >50% Résultat négatif Candidature BL en cours EF terminée mais projet abandonné Organisation créée.. ENSEI[r]

22 En savoir plus

Caractéristiques des personnes âgées et des intervenants qui influencent la charge de travail en service social au soutien à domicile

Caractéristiques des personnes âgées et des intervenants qui influencent la charge de travail en service social au soutien à domicile

3.2.3 Dimensions qualitatives de la charge de travail Les aspects qualitatifs de la charge de travail demeurent pertinents, quoi qu’ils soient très difficiles à mesurer. On note les aspects physiques, cognitifs et émotifs. Les aspects physiques peuvent se présenter sous forme de fatigue. Les aspects cognitifs sont, par exemple, une réflexion constante pour effectuer le travail visible, pour jongler avec les imprévus et les échéances en planifiant et en organisant continuellement. Enfin, l’analyse que doit faire le travailleur social pour prendre du recul, demeurer empathique et se protéger d’une situation abusive relève davantage d’aspects émotifs de la charge de travail (Cole, Panchanadeswaran, & Daining, 2004; Curtis, Moriarty, & Netten, 2010). Il est important de ne pas sous-estimer le côté subjectif inhérent à la charge de travail. Par conséquent, chez deux travailleurs sociaux qui ont un travail semblable, l’un peut se sentir surchargé et l’autre non. Brun (2009) suggère donc de s’intéresser à ce qui est ressenti par les travailleurs sociaux. Dans certains cas, le manque de connaissances et de compétences face à une problématique (ex. : les troubles cognitifs) peut provoquer un sentiment de stress, d’épuisement ou l’impression de ne pas être en plein contrôle de ses moyens (Curtis et al., 2010). Ici, ce n’est pas tant la quantité de travail qui prévaut, mais bien le sentiment de ne pas avoir l’expertise nécessaire pour agir. Le sentiment d’être débordé et en surcharge est encore plus difficile à saisir (Cesta, 2005). Par exemple, ce qui n’est pas terminé, une activité abandonnée, ce qu’un travailleur social souhaite faire sans y parvenir, constituent aussi le volume de la charge de travail (Brun, 2009). Ainsi, idéalement, l’examen complet de la charge de travail réelle devrait inclure ce qui est demandé au travailleur social et ce qui est ressenti par ce dernier. Un outil complet de la charge de travail devrait considérer ces deux volets pour examiner adéquatement le travail réalisé.
En savoir plus

299 En savoir plus

L’exploration des liens entre le soutien social et la qualité de sommeil chez les consommateurs âgés de benzodiazépines

L’exploration des liens entre le soutien social et la qualité de sommeil chez les consommateurs âgés de benzodiazépines

32 Indeed, Segrin et Domschke (2011) showed that low availability of social support was indirectly (through loneliness) associated with poor sleep quality in adults aged between 18 and 81 years. It is thus possible that some variables that were not considered in our study – such as participants’ level of loneliness – influenced results. In other words, the absence of a significant link between the availability of social support and quality of sleep could be explained by the fact that those reporting a more limited availability of social support were not necessarily those feeling lonelier. Additional studies are thus needed to better understand the relationship between availability of support, level of loneliness and quality of sleep in older BZD users. Another way to interpret our results is to consider the nature of social ties available. As a matter of fact, a recent study, carried out with American women aged between 48 and 77 years demonstrated that the availability of positive and helpful social contacts was significantly associated with a better quality of sleep, while the opposite was observed for negative social relations. Results of that study also showed that ambivalent or neutral relations were not associated with sleep quality (Kent, Uchino, Cribbet, Bowen, & Smith, 2015). The absence of a significant link between the availability of social support and quality of participants’ sleep in our study could thus be explained by their multiple neutral or ambivalent relations, which we did not evaluate. Further research is needed to better understand how the nature of relations (i.e. positive, negative or neutral ties) can influence quality of sleep in older BZD users.
En savoir plus

104 En savoir plus

Étude des liens entre le soutien social, l'ajustement universitaire et la persévérance en première année de baccalauréat

Étude des liens entre le soutien social, l'ajustement universitaire et la persévérance en première année de baccalauréat

À titre de rappel, les éléments introduits dans l'analyse se nomment comme suit: les sources de soutien social (amis et pairs, famille et université) sous les angles de [r]

302 En savoir plus

Le soutien social et l'anxiété : les prédicteurs de la santé mentale et validation d'un nouvel instrument de mesure

Le soutien social et l'anxiété : les prédicteurs de la santé mentale et validation d'un nouvel instrument de mesure

Manne et ses collaborateurs (1997) rapportent également dans leur étude effectuée sur des patients atteints d'un cancer, que le soutien social est associé positivement et [r]

174 En savoir plus

Adolescence et tentative de suicide : devenir, soutien social, facteurs de risque et prévention de la récidive suicidaire

Adolescence et tentative de suicide : devenir, soutien social, facteurs de risque et prévention de la récidive suicidaire

22 L'étude de Nardini et Maillard a été menée à Genève en 1976 sur 130 sujets suicidants de moins de 20 ans ayant fait une TS entre 1969 et 1970 : 5 étaient décédés par suicide, 6 n'ont pas été retrouvés. Sur les 62 patients pour lesquels les chercheurs ont pu avoir des informations récentes, seuls 13 ont accepté de venir en entretien. Ces entretiens ont permis de réaliser différentes évaluations portant sur l'avancée du processus de séparation-individuation, la sexualité, la relation d'objet et les mécanismes de défense du Moi. Aucun suicidant interviewé n’avait encore franchi l’étape de séparation-individuation qui se fait habituellement durant l’adolescence, mais 2 suicidants s’en approchaient avec un soutien psychologique ; des difficultés d'identité sexuelle ou dans les relations sexuelles ont été retrouvées chez 11 des 13 sujets, la relation d'objet restait anaclitique 1 (85) chez les sujets étudiés et les mécanismes de défense du Moi étaient psychiquement coûteux, hormis pour 1 sujet (28). Autant de résultats qui, même s'ils sont limités par le nombre de sujets étudiés, révèlent des difficultés persistantes dans le temps pour les adolescents suicidants.
En savoir plus

120 En savoir plus

Comment le sentiment de compétence parentale des parents ayant été victimes de maltraitance et/ou d’abus sexuel durant l’enfance est-il modulé par le soutien à l’autonomie, la satisfaction conjugale et le soutien social ?

Comment le sentiment de compétence parentale des parents ayant été victimes de maltraitance et/ou d’abus sexuel durant l’enfance est-il modulé par le soutien à l’autonomie, la satisfaction conjugale et le soutien social ?

quatre de la version originelle. Le sujet doit y répondre au moyen d’une échelle de Likert en quatre points allant de « fortement en désaccord » (1) à « fortement en accord » (4) (Curtona & Russell, 1987). L’ÉPS-10 conserve cinq des six sous-échelles de l’ÉPS : l’attachement, l’intégration sociale, la confirmation de sa valeur, l’aide matérielle et l’orientation. Le besoin de se sentir utile et nécessaire a été exclu. Dans l’instrument originel, chacune de ces sous-échelles comporte quatre items : deux avec une formulation positive et deux avec une formulation négative. L’EPS-10 ne conserve que les items formulés positivement afin de faciliter la passation lorsque l’instrument est autoadministré. L’ÉPS-10 présente une excellente validité concomitante. Sa corrélation est très élevée avec l’échelle originelle (r = 0,930, p < 0,001). Sa consistance interne est excellente (alpha de 0,880). Des analyses de corrélation entre les sous-échelles et le score global et une analyse factorielle indiquent que l’ÉPS-10 conserve sa validité de construit. Il explique 14,1 % de la variance de la détresse psychologique et 25,4 % de la variance de la qualité de vie et conserve un pouvoir prédictif équivalent à l’ÉPS à vingt-quatre items. Ainsi, l’ensemble des analyses suggère que l’ÉPS-10 est un instrument fiable et valide pour mesurer la disponibilité du soutien social avec un temps d’administration réduit de moitié. Il s’avère un excellent choix pour les enquêtes épidémiologiques. C’est pour toutes ces raisons que nous avons choisi de l’utiliser.
En savoir plus

128 En savoir plus

Être parent d'un fils adulte détenu : conséquences et soutien social

Être parent d'un fils adulte détenu : conséquences et soutien social

Étant donné que les conséquences associées à l'incarcération sont nombreuses, tant pour le détenu que pour chacun de ses proches, un regard plus spécifique a été porté sur les conséquenc[r]

280 En savoir plus

Show all 3768 documents...