Souris NOD

Top PDF Souris NOD:

Étude de biomarqueurs pour la maladie de Fabry dans les tissus de souris NOD/SCID/Fabry

Étude de biomarqueurs pour la maladie de Fabry dans les tissus de souris NOD/SCID/Fabry

et de galabiosylcéramide (Ga 2 ) et leurs isoformes et analogues respectifs qui sont utilisés comme biomarqueurs pour la maladie de Fabry. Il est possible de les quantifier dans les liquides biologiques tels que le plasma et l’urine des patients. Le principal traitement consiste en une thérapie d’enzyme de remplacement (TER) qui n’est pas efficace pour tous les patients, car des complications peuvent survenir suite à une réponse auto-immune contre l’enzyme infusée. Le développement d’autres thérapies est au cœur de la recherche actuelle. La thérapie génique à l’aide d’un vecteur viral pour cette maladie lysosomale est en développement au Canada. Un modèle de souris NOD/SCID/Fabry (NSF) a été généré pour le développement du vecteur viral, la compréhension de la distribution des biomarqueurs au niveau des tissus de différents organes et l’évaluation des effets du traitement. Ce modèle est une souris avec une inactivation complète du gène GLA ainsi que l’absence de système immunitaire. Les objectifs du projet de maîtrise étaient donc de: 1) développer et valider une méthode pour l’homogénéisation des tissus, l’extraction et le dosage du Gb 3 et ses
En savoir plus

106 En savoir plus

Rôle du facteur de transcription STAT5b dans la fonction tolérogène des cellules dendridiques chez la souris NOD

Rôle du facteur de transcription STAT5b dans la fonction tolérogène des cellules dendridiques chez la souris NOD

Plusieurs évidences dans la littérature ont défini un défaut moléculaire clé dans la v01e Jak-STAT5b chez la souris NOD. Cette voie de signalisation, cruciale dans[r]

80 En savoir plus

Défaut de maturation et déficience fonctionnelle des iMACS chez la souris NOD : implication dans la pathogénie  du diabète de type 1 ?

Défaut de maturation et déficience fonctionnelle des iMACS chez la souris NOD : implication dans la pathogénie du diabète de type 1 ?

p<0,02. Ces cellules sont plus immatures chez la souris NOD (6,5%±2,8 Ly-6C + ) que chez la souris BALB/C (89,7%±6,8 Ly-6C + ) (p<0,01). Le défaut de maturation, mis en évidence in vitro à partir des progéniteurs hématopoïétiques et in vivo dans la rate après CyP, pourrait avoir des répercussions fonctionnelles. Les iMACS spléniques des BALB/C-CyP inhibent plus fortement la prolifération lymphocytaire T en présence de ConA que ceux des NOD-CyP (inhibition de 73,4%±11,6 vs 17,1%±17,1). Cette différence pourrait être liée à une moindre production de NO, connu pour participer à l’action suppressive de ces
En savoir plus

2 En savoir plus

Défaut de maturation et déficience fonctionnelle des iMACS chez la souris NOD : implication dans la pathogénie  du diabète de type 1 ?

Défaut de maturation et déficience fonctionnelle des iMACS chez la souris NOD : implication dans la pathogénie du diabète de type 1 ?

chez la souris BALB/C (89,7%±6,8 Ly-6C + ) (p<0,01). Le défaut de maturation, mis en évidence in vitro à partir des progéniteurs hématopoïétiques et in vivo dans la rate après CyP, pourrait avoir des répercussions fonctionnelles. Les iMACS spléniques des BALB/C-CyP inhibent plus fortement la prolifération lymphocytaire T en présence de ConA que ceux des NOD-CyP (inhibition de 73,4%±11,6 vs 17,1%±17,1). Cette différence pourrait être liée à une moindre production de NO, connu pour participer à l’action suppressive de ces cellules : 11,6±2,4 µ M (NOD) vs 18±7,8 µ M (BALB/C). Les iMACS des souris BALB/C-CyP, mais pas ceux des souris NOD-CyP, pourraient également agir par l’intermédiaire d’un mécanisme indépendant du NO puisqu’ils inhibent la prolifération après irradiation (absence de transcription de la NO synthase inductible).
En savoir plus

2 En savoir plus

en
                                                                    fr

en fr Physiopathological study of autoimmune myopathy in disabled NOD mice for the ICOS/ICOSL costimulation pathway Étude physiopathologique de la myopathie auto-immune des souris NOD invalidées pour la voie de costimulation ICOS/ICOSL.

! v Place d’un traitement par ILY2!:E96!=>!:7ED`8>!M!! .344>! 93;6! l’EL396! L;! 5?@<@:>44>98j! ;9! :>6! 4@<E9764>6! >W5=7A;E98! =E! ?;58;?>! :>! tolérance chez les souris NOD et favorisant l’apparition du diabète est un défaut c!=E!B376!>9!&?>K! >8!>9!)/Y2j!les deux pouvant être liés puisque l’ILY2!>68!=E!<C83[79>!5?743?:7E=>!c!BE7D=>!:36>!:E96! l’homéostasie des Treg. Le traitement des souris NOD par ILY2!BE7D=>!:36>!79:;78!=E!6;?Y>W5?>66739! :>!\<=Y2!gI9.4??-?&,'5*,(-Ji!5E?!=>6!&?>Kj!5>?4>88E98!:>!bloquer leur apoptose, d’augmenter le;?! nombre et d’améliorer leur fonctionnalité g-5>9<>! E9:! &E9Kj! 2T"Pq! &E9K! >8! E=#j! 2TTRi#! />6! >W5@?7>9<>6!chez les souris NOD ont permis de montrer que l’injection d’ILY2!BE7D=>!:36>!5>?4>8!=>! 8?E78>4>98!5?@L>987B!4E76!@KE=>4>98!<;?E87B!:;!:7ED`8>!gG?79D>?KY\=>C>?!>8!E=#j!2T"Tq!&E9K!>8!E=#j! 2TTRi#!Maintenant que la dose utilisable chez l’homme est étED=7>j!=>6!79L>687KE87396!E<8;>==>4>98! en cours permettront d’établir si les résultats obtenus chez les souris NOD sont transposables <J>d! =>6! 5E87>986! E88>7986! :>! +&"! gXE?8>4E99! >8! E=#j! 2T"Fq! U;! >8! E=#j! 2T"Nq! .=797<E=!&?7E=6#K3L! %.&"TRP2"2Ti#!!
En savoir plus

157 En savoir plus

Etude des mécanismes cellulaires et moléculaires responsables de la résistance à l'autoimmunité des souris NOD déficientes en TSSP

Etude des mécanismes cellulaires et moléculaires responsables de la résistance à l'autoimmunité des souris NOD déficientes en TSSP

c) Role des lymphocytes dans la pathogénèse du Dt1 Les LT sont essentiels au développement du Dt1. Des souris NOD thymectomisées à la naissance ne développent pas la maladie. De même, des souris NOD portant la mutation SCID qui n’ont pas de LT ni de LB ne développent pas non plus le Dt1 (Christianson et al., 1993). De plus, le transfert adoptif de splénocytes de souris NOD diabétiques déplétés en LT CD4 ou en LT CD8 n’est pas suffisant pour induire le développement d’un diabète précoce chez des nouveaux nés NOD (Bendelac et al., 1987). En revanche, le transfert de splénocytes totaux induit un diabète précoce et intense chez les nouveaux nés. Les LT CD4 semblent jouer un rôle prépondérant dans la maladie. En effet, si le transfert adoptif de LT totaux isolés de souris NOD dans des souris NOD SCID induit une pathologie rapide avec une pénétrance totale, le transfert de LT déplétés en LT CD4 n’induit pas de maladie. (Christianson et al., 1993). En revanche, le transfert de LT déplétés en LT CD8 isolés de souris NOD induit le Dt1 mais avec une pénétrance et une intensité moindre que le transfert de LT totaux. Il faut noter que dans l’ensemble de ces expériences, les préparations de splénocytes semblent imparfaitement déplétés en LB qui sont ensuite retrouvés dans la rate des souris receveuses. De plus, les LT CD4 semblent requis pour le recrutement de certains LT CD8 pathogènes dans les îlots (Nagata et al., 1994). Cependant, les travaux des groupes de Janeway et de Serreze suggèrent que certains LT CD8 naïfs peuvent se différencier en CTL et induire la destruction des cellules β sans aucune aide des LT CD4 (Graser et al., 2000; Wong et al., 1996). L’analyse de clones T CD4 et T CD8 dérivés à partir des LT infiltrant les îlots de Langerhans suggère que les LT CD8 peuvent directement cibler et détruire les cellules β mais pas les LT CD4. Cependant, certains clones T CD4 comme le clone BDC2.5 peuvent également induire la pathologie en absence de LT CD8 en infiltrant les îlots de Langerhans (Katz et al., 1993; Kurrer et al., 1997). L’ensemble des données suggèrent que bien que les LT CD4 et LT CD8 soient tout deux indépendamment capables d’induire le Dt1, les LT CD4 seraient plutôt impliqués dans le recrutement et la différenciation de LT CD8 en CTL qui induiraient la destruction des cellules β par des mécanismes dépendants de la perforine ou de la voie Fas/FasL.
En savoir plus

273 En savoir plus

Dissection des fonctions régulatrices des lymphocytes iNKT en situation auto-immune dans le modèle de la souris NOD

Dissection des fonctions régulatrices des lymphocytes iNKT en situation auto-immune dans le modèle de la souris NOD

Discussion 2000). Nos résultats permettent de conclure que c’est surtout en potentialisant la production d’IL-4 des lymphocytes iNKT en les ciblant directement que l’IL-12 contribue à l’hépatite induite par la ConA. Il est très probable que l’IL-12 participe aussi à la maladie en recrutant dans le foie les lymphocytes iNKT activés producteurs d’IL-4 de la rate. En effet, le traitement par l’IL-12 entraîne une augmentation du nombre de lymphocytes iNKT dans le foie des souris NOD exposées à la ConA. Cet effet est trop rapide pour être expliqué par une expansion locale des lymphocytes iNKT hépatiques. Et le fait que cette augmentation concerne principalement des cellules en apoptose n’est pas en faveur d’une survie facilitée par l’IL-12 (nos données non publiées). L’hypothèse d’un recrutement dans le foie facilité par l’IL-12 est d’autant plus probable que nous connaissons désormais le rôle majeur des lymphocytes iNKT producteurs d’IL-4 de la rate dans la maladie (cf. paragraphe 2-4). Il reste à compléter nos expériences en recherchant si l’augmentation du nombre des lymphocytes iNKT dans le foie sous l’impulsion de l’IL-12 est abrogée après splénectomie. Enfin, l’utilisation de souris IL-12 -/- a permis de vérifier « par défaut » l’influence majeure de l’IL-12 dans sa forme endogène tant sur la maladie que sur la fonction de production d’IL-4 des lymphocytes iNKT. Il reste à déterminer si le concept proposé par l’équipe de Brenner suggérant que l’IL-12 amplifie la production d’IFN-γ dérivée des lymphocytes iNKT en réponse aux ligands endogènes (Brigl et al., 2003) s’applique aussi à la production d’IL-4. Dans l’affirmative, l’IL-12 devrait alors être considérée comme un amplificateur de l’ambivalence fonctionnelle auto-réactive des lymphocytes iNKT et une re-évaluation de son influence sur les lymphocytes iNKT au cours des infections et en situation immune pourrait être envisagée.
En savoir plus

205 En savoir plus

Rôle de l'ubiquitine ligase MARCH I dans l'induction de la tolérance des cellules dendritiques dans le diabète de type 1 (DT1) chez la souris NOD

Rôle de l'ubiquitine ligase MARCH I dans l'induction de la tolérance des cellules dendritiques dans le diabète de type 1 (DT1) chez la souris NOD

En périphérie, les cellules dendritiques (CDs) de type tolérogènes induisent l'expansion et/ou la différenciation d'une population spécifique de lymphocyte T (Treg), qui contr[r]

78 En savoir plus

Mécanismes responsables de la protection des souris NOD contre le diabète de type 1 par les cellules dendritiques conditionnées à la TSLP

Mécanismes responsables de la protection des souris NOD contre le diabète de type 1 par les cellules dendritiques conditionnées à la TSLP

cause un défaut dans la sélection négative des lymphocytes T autoréactifs (Liston et al., 200:2.). Ces études montrent l'importance de la présentation d'antigènes du[r]

72 En savoir plus

Les souris ne sont pas des hommes et pourtant… - Ce que les souris humanisées nous apprennent sur les maladies infectieuses

Les souris ne sont pas des hommes et pourtant… - Ce que les souris humanisées nous apprennent sur les maladies infectieuses

hémorragique, parfois mortelle. Il est transmis à l’homme par des mous- tiques qui jouent à la fois le rôle de vecteurs et de réservoirs. Des souris NOD-scid, greffées avec des CPH puis infectées par voie sous-cutanée avec le virus, ce qui mime la transmission par les mous- tiques, développent des signes cliniques identiques à ceux observés chez l’homme : fièvre, érythème et thrombocytopénie [28] . De même, des souris BRG humanisées ayant reçu une greffon de CPH puis secondairement infectées par le virus de la dengue, développent pendant trois semaines une virémie éle- vée accompagnée d’une fièvre importante [29] . La production précoce d’anticorps de type IgM est suivie de celle d’anticorps IgG, dont certains sont neutrali- sants. Récemment, des souris NSG, exprimant la molé- cule humaine HLA-A2 ont été utilisées. Chez ces souris, l’éducation intrathymique des cellules T humaines s’effectue au contact des molécules HLA-A2 humaines exprimées par les cellules de souris. Ces souris huma- nisées reçoivent une injection de CPH HLA-A2 + , puis
En savoir plus

6 En savoir plus

Expression des nétrines dans la rétine de souris adulte

Expression des nétrines dans la rétine de souris adulte

III.4.1) R OLES DANS LA TRANSMISSION SYNAPTIQUE La localisation dendritique des récepteurs néogénine suggère que ces derniers pourraient se regrouper au niveau des densités post-synaptiques des dendrites des CGR, par exemple, et jouer un rôle dans la transmission synaptique. Il a été démontré que chez le rat adulte, l’exposition répétée aux amphétamines provoquait une régulation positive des récepteurs DCC et homologues à UNC-5 dans les neurones dopaminergiques (Yetnikoff et al., 2007) et que cette augmentation était inhibée par l’administration d’un antagoniste du récepteur N-methyl-d-aspartate (NMDA) (Yetnikoff et al., 2007). De plus, il a été démontré que des souris ne possédant qu’une seule allèle sauvage du gène dcc ne développaient pas de sensibilisation face aux amphétamines (Flores et al., 2004). Ces observations laissent supposer que chez l’adulte, les récepteurs des nétrines sont régulés par l’activité neuronale et pourraient être impliqués d’une quelconque façon dans la transmission synaptique. De même, l’expression des récepteurs de la nétrine-3 pourrait potentiellement jouer un rôle dans la transmission synaptique des cellules horizontales, amacrines ou ganglionnaires de la rétine.
En savoir plus

94 En savoir plus

La fibrose en deux parties : de la paillasse à la souris

La fibrose en deux parties : de la paillasse à la souris

En accord avec les résultats expérimentaux présentés dans cette thèse, nous démontrons que l’apoptose endothéliale initie la relâche de médiateurs paracrins qui viennent directement f[r]

281 En savoir plus

Étude de la réactivité des voies respiratoires des souris

Étude de la réactivité des voies respiratoires des souris

niveau des bronches inférieures. 6) Les prostaglandines induisent des relaxations de la trachée et des bronches de plusieurs souches de souris notamment les souches CD-1, BA[r]

226 En savoir plus

Une souris peut-elle fabriquer un pancréas d’éléphant ?

Une souris peut-elle fabriquer un pancréas d’éléphant ?

blastocystes (n = 139) de souris pdx1 -/- . Trente-quatre souriceaux viables furent obtenus, dont le pancréas était d’origine donneur (iPS de rat). Peu d’animaux ont atteint l’âge adulte, mais la réponse de ceux-ci à une charge en glucose était appropriée, validant la fonctionnalité du pancréas xénogénique et démon- trant que des iPS de rat sont capables de complémenter un défaut génétique chez la souris. So what now au-delà de l’exploit technique remarquable ? Hormis une spéculation un peu facile sur les chimères hommes-porcs, cette expé- rience pose des questions intéressantes de biologie du développement : la taille de la chimère, mais surtout l’organoge- nèse, indiquent des capacités de régu- lations morphogénétiques par le blas- tocyste hôte. Par exemple, la vésicule biliaire, normalement absente chez le rat mais présente chez la souris, existe dans les chimères où le blastocyste hôte est souris. On peut aussi rêver à cette occasion d’un débat serein sur l’intérêt, mais aussi les limites [6], que l’on pose à de telles démarches expérimentales
En savoir plus

2 En savoir plus

Ablation génique de bgp1 chez la souris

Ablation génique de bgp1 chez la souris

Plusieurs observations laissent croire que Bgp 1 serait impliquée dans les processus de différenciation ou de contrôle de la prolifération des cellules hépatiques. C- CAM, l'équivalent d[r]

161 En savoir plus

Mesure de Longueur par Arduino et Souris

Mesure de Longueur par Arduino et Souris

Pour répondre aux besoins des marchands de tissus, de l’industrie, et pallier aux problèmes qu’on peut retrouver chez les appareils classiques de mesures de longueurs d’un objet, ce projet propose un prototype électronique. Pour réaliser ce travail, le choix s’est porté sur les différends composant électroniques selon leurs spécificités, caractéristiques propres : un bouton poussoir pour démarrer et arrêter le processus, une souris à bille servant de capteur de mouvement, une carte Arduino pour l’unité centrale et un afficheur LCD pour afficher le résultat. Pour voir le résultat de notre travail nous avons fait la simulation du circuit à l’aide du logiciel Isis proteus.
En savoir plus

58 En savoir plus

Coévolution des populations québécoises de cutérèbres (Cuterebra grisea et Cuterebra fontinella) et de souris du genre Peromyscus : la souris sylvestre (P. maniculatus) et la souris à pattes blanches (P. leucopus)

Coévolution des populations québécoises de cutérèbres (Cuterebra grisea et Cuterebra fontinella) et de souris du genre Peromyscus : la souris sylvestre (P. maniculatus) et la souris à pattes blanches (P. leucopus)

Boissonneault inclue cet article dans son mémoire de maîtrise qui a pour titre «Coévolution des populations québécoises de cutérèbres (Cuterebra grisea et Cuterebra fontineÏia) et de sou[r]

94 En savoir plus

Phylogéographie comparée de la souris à pattes blanches et de la souris sylvestre, deux vecteurs de la maladie de Lyme au Québec

Phylogéographie comparée de la souris à pattes blanches et de la souris sylvestre, deux vecteurs de la maladie de Lyme au Québec

III RÉSUMÉ FRANÇAIS Mon étude vise à évaluer la propagation d’une zoonose en émergence au Québec, la maladie de Lyme, en conséquence du réchauffement climatique. Le pathogène responsable de cette infection, Borrelia burgdorferi, est transmis par l’intermédiaire d’une tique parasite, Ixodes scapularis, de plus en plus commune au Québec en raison de l’augmentation de la température moyenne du climat depuis les dernières décennies. Puisque la tique a une capacité de déplacement très restreinte, on s'attend à ce que sa dispersion soit liée à celle de son hôte primaire, soit la souris à pattes blanches (Peromyscus leucopus). Je décrirai donc d’abord les espèces impliquées, leur écologie et leur rôle dans ce système à trois niveaux (hôte/pathogène/vecteur). Puis, à l’aide de séquences d’ADN mitochondrial, je comparerai la phylogéographie des deux principales espèces de souris au Québec, la souris à pattes blanches et la souris sylvestre (P.
En savoir plus

63 En savoir plus

Genotype delimitation in the Nod-independent model legume Aeschynomene evenia.

Genotype delimitation in the Nod-independent model legume Aeschynomene evenia.

This Nod-independent process is believed to represent a living testimony of the ancestral state of the rhizobium-legume symbiosis [7,16]. Its unravelling should therefore shed new light on the evolution of rhizobium-legume symbiosis and could have impor- tant agronomic implications, notably to identify new strategies to engineer nitrogen-fixing nodules in cereals [17,18]. To decipher the mechanisms of this new symbiotic process, the identification of an appropriate diploid species allowing the development of genetic approaches is required. For this, we previously explored the diversity of the 11 Nod-independent Aeschynomene spp. Among them, A. evenia C. Wright appears the most promising because it displays all the characteristics required for genetic and molecular analysis [19]. Besides its diploid character and relatively small genome (2n = 20, 460 Mb/1C), it is a short-perennial and autogamous species. A. evenia is nodulated by the well-characterised photosynthetic Bradyrhizobium sp. strain ORS278 and is efficiently transformed by Agrobacterium rhizogenes. Furthermore, A. evenia is genetically homozygous but polymorphism has been evidenced between accessions that can be successfully hybridized.
En savoir plus

11 En savoir plus

Perception et transduction du signal bactérien facteur Nod dans l'établissement de la symbiose rhizobium-légumineuse : recherche et caractérisation de partenaires du LysM-RLK LYK3, un récepteur putatif des facteurs Nod chez Medicago truncatula

Perception et transduction du signal bactérien facteur Nod dans l'établissement de la symbiose rhizobium-légumineuse : recherche et caractérisation de partenaires du LysM-RLK LYK3, un récepteur putatif des facteurs Nod chez Medicago truncatula

Rôle du récepteur kinase DMI2 dans la perception et la transduction du signal symbiotique Facteur Nod de Sinorhizobium meliloti chez la légumineuse Medicago truncatula.. Thèse de Doctora[r]

207 En savoir plus

Show all 467 documents...