Situation économique et sociale

Top PDF Situation économique et sociale:

[Recension d'écrit] Éducation à l’environnement vers des publics en situation de précarité économique et sociale.

[Recension d'écrit] Éducation à l’environnement vers des publics en situation de précarité économique et sociale.

ÉDUCATION RELATIVE À L’ENVIRONNEMENT, Vol. 12, 2014-2015 233 Également, dans cette première partie du livret, en s’appuyant sur les exemples concrets, certaines pistes de dispositifs participatifs sont présentées pour tenter de répondre aux interrogations des éducateurs en environnement quant à l’adaptation possible de leurs actions avec des publics en situation de précarité économique et sociale. On en conclut entre autres que les animateurs doivent faire preuve d’une grande adaptabilité, d’empathie et surtout, se centrer prioritairement sur ce qui a une réelle signification pour le public en question. Les acteurs sont ainsi invités à sortir d’un « entre soi » socioculturel (« le champ thématique de l’environnement a toujours été porté par des représentants de la classe moyenne », p.71) et réinterroger leurs repères et les paradigmes qui guident leurs actions. Une posture adaptée est donc celle de l’écoute et de l’ouverture afin d’entrer en relation et de tenter de comprendre le public cible des interventions. Il s’agit aussi de sortir de nos préjugés et d’envisager ces personnes comme des participants, comme des experts de leur situation et des acteurs de changement. On le voit : le contact humain donc essentiel quand on travaille avec ce type de public. Notons enfin que de nombreuses contraintes organisationnelles doivent être prises en compte : elles sont mentionnées au fil des divers projets : contraintes temporelles, contraintes méthodologiques pour le développement d’outils de vulgarisation et contraintes communicationnelles.
En savoir plus

3 En savoir plus

Quelques réflexions sur la situation économique et sociale africaine et les politiques économiques préconisées par le NEPAD

Quelques réflexions sur la situation économique et sociale africaine et les politiques économiques préconisées par le NEPAD

notamment de Dollar et Kraay (2000), la croissance suffise à réduire la pauvreté. Par ailleurs, il est possible que les inégalités soient un facteur empêchant le développement. Sur un ensemble large de pays, Dollar et Kraay (2000) montrent qu’en moyenne le revenu des pauvres augmente au moins aussi vite que le revenu des non pauvres ; l’ensemble des classes de revenu profiterait donc de la croissance. Les auteurs en concluent que “ la croissance est bonne pour les pauvres ”. Pour “ réconfortant ” que puisse être ce constat, il n’est pas satisfaisant pour en déduire qu’il suffit d’atteindre et de maintenir des taux de croissance économique à des niveaux suffisamment élevés pour que la pauvreté diminue. En effet, des études ont montré que l’élasticité de la pauvreté à la croissance est très variable et peut être très faible (Danielson, 2001). Par exemple, dans le cas de pays africains francophones qui ont connu un épisode de croissance économique positive et forte au milieu des années 90, cette reprise a été insuffisante pour limiter la pauvreté urbaine. C’est ainsi que la réduction du dualisme ville-campagne observé depuis les années 80 relève d’un ajustement par le bas, le niveau de vie des urbains chutant par rapport à celui des ruraux (DIAL, 2000). Il est nécessaire d’effectuer des recherches pour évaluer dans quelles mesures les réformes en cours ont permis d’améliorer les conditions de vie des ménages ruraux via, par exemple, des politiques d’ajustement des prix relatifs. Les mécanismes de transmission de la croissance et des réformes engagées sur la distribution des revenus entre les milieux urbains et ruraux et à l’intérieur de chacune de ces sphères sont complexes et multiples. Peu d’études 9 les ont jusqu’à présent identifiés.
En savoir plus

15 En savoir plus

Conditions de travail et syndicalisme en économie sociale : la situation dans les organismes de services aux personnes

Conditions de travail et syndicalisme en économie sociale : la situation dans les organismes de services aux personnes

L’organisation du travail Les études statistiques rencontrent des limites pour comprendre l’organisation du travail. Complétons l’information quantitative avec des données qualitatives provenant de 10 monographies de coopératives de travail (Comeau et al., 2002b). On retrouve autant de cas d’organismes restreignant l’autonomie au travail que de cas d’ouverture à l’implication des travailleur(euse)s. Les situations d’ouverture se manifestent par : 1) la polyvalence : enrichissement et rotation des tâches intégrant notamment des activités de gestion et de production; 2) la possibilité pour les travailleur(euse)s de modifier les postes de travail; 3) le travail en équipe; et 4) la formation. Par ailleurs, on retrouve dans les situations de restriction : 1) une différenciation marquée de catégories de travailleur(euse)s à cause des tâches (bureau et production, par exemple) et des lieux de travail qualitativement différents (travail en industrie et à domicile pour la même coopérative); 2) le taylorisme qui se manifeste par un travail répétitif, la mesure du temps et des mouvements, la division sociale du travail (séparation des domaines de la décision et de l’exécution) et la division technique du travail (séparation et distinction étanche des sphères d’activités); 3) l’isolement des travailleur(euse)s qui ne permet pas une socialisation de la production; 4) la sous-traitance. Au moins trois phénomènes sont associés à ces situations. Premièrement, la concurrence explique une bonne partie des situations d’ouverture ou de fermeture à l’autonomie au travail. La configuration économique et technique d’un domaine d’activités influence l’organisation du travail, à moins que l’entreprise ait suffisamment de ressources pour faire de l’innovation technologique. Par exemple, dans une coopérative de travail de couture, c’est la vitesse des couturières qui influence le coût de production et la marge bénéficiaire qui permet à l’entreprise de survivre. Dans un autre domaine, la coopérative en imprimerie préfère limiter ses investissements et recourir à la sous-traitance étant donné la férocité de la concurrence et ses faibles marges excédentaires.
En savoir plus

99 En savoir plus

Portrait de la situation en matière de recherche scientifique pour l’économie sociale du Canada

Portrait de la situation en matière de recherche scientifique pour l’économie sociale du Canada

Les travaux de la Chaire se concentrent sur deux principaux terrains d’étude, soit celui des services de proximité (logement communautaire, aide domestique, cuisines collectives, centres de la petite enfance, etc.) et celui des services collectifs, notamment les services de soutien au développement (institutions financières, fonds de développement, corporations de développement économique communautaire, groupes de ressources techniques, etc.). Les recherches s’articulent autour de trois principaux chantiers. Le premier est celui de la gouvernance, afin de comprendre comment les instances plurielles et les partenariats favorisent la prise en compte d’objectifs relevant à la fois du marché et de l’intérêt général. Le deuxième chantier est celui des modes de développement et de financement, dans un univers où le capital n’est pas rémunéré par les profits. Le troisième chantier est celui des méthodes d’évaluation spécifiques à une double mission économique et sociale.
En savoir plus

50 En savoir plus

La valeur économique et sociale des espaces naturels protégés

La valeur économique et sociale des espaces naturels protégés

Pour ce faire, l’analyse coût bénéfice (ACB) est une méthode canonique qui vise à juger de l’efficience économique des décisions entreprises en comparant les bénéfices et les coûts sociaux de ces actions. Cette comparaison constitue par la suite un indicateur de modification de l’utilité sociale apportée par la décision publique. L’approche diffère sensiblement de celle de l’analyse des retombées économiques sur plusieurs points. Tout d’abord, l’analyse des coûts et des bénéfices n’est pas restreinte au territoire concerné par la protection. Ainsi, selon l’approche des retombées économiques, les budgets investis dans la mise en œuvre du programme sont considérés comme un flux de bénéfice pour le territoire, qui se traduit en développement d’activités et en emplois. Dans l’analyse coûts-bénéfices, que l’échelle de référence soit nationale ou régionale, il ne s’agit pas d’analyser le processus de transformation d’un système économique local mais de mettre en regard les dépenses investies pour la protection de l’espace avec les bénéfices produits par cet espace. Aussi les budgets investis sont-ils toujours considérés comme des coûts. Par ailleurs, l’ACB adopte une vision large de la valeur en mobilisant la notion de valeur économique totale pour appréhender les bénéfices. Ainsi, non seulement les bénéfices issus des usages de l’espace protégé sont pris en compte, mais également les valeurs hors usage. L’évaluation de l’action publique n’est donc pas réduite à l’analyse par les experts des coûts et des bénéfices attendus de chaque projet. Elle se fonde sur les préférences de la population affectée par la décision par le biais des consentements à payer des agents. Ces consentements à payer, censés représenter ce à quoi les agents sont prêts à renoncer en termes d’autres opportunités de consommation, fournissent les mesures monétaires de leur variation de bien-être pour accepter le changement de leur situation associé à la réalisation d’un programme d’action.
En savoir plus

103 En savoir plus

De l'apprentissage de la dissertation économique et sociale dès la classe de seconde

De l'apprentissage de la dissertation économique et sociale dès la classe de seconde

L'objectif était de reconstituer l'introduction du chapitre sur la population active travaillé en classe. Les élèves avaient une certaine habitude de la structure logique de l'introduction. Au niveau de l'apprentissage, on s'intéres- sait à l'aspect « imitation ». Les élèves n'étaient pas habitués à ce genre d'exercice. Ils se retrouvaient donc face à une situation-problème qu'ils de- vaient surmonter en se référant à l'organisation logique de l'introduction. Réussir cet exercice, c'était commencer à apprendre à faire une introduction. La notation sur seulement quatre points avait pour but de renforcer les con- naissances sans pour autant exclure de la suite de l'apprentissage des élèves qui auraient rencontrés des difficultés.
En savoir plus

30 En savoir plus

Impact de la situation socio-économique sur l’observance des personnes vivant avec le VIH

Impact de la situation socio-économique sur l’observance des personnes vivant avec le VIH

Aux personnes rencontrées pendant ma formation Aux médecins et internes que j’ai croisé durant mon externat au CHU de Dijon, les premières personnes ayant pris le temps de m’apprendre la façon de se comporter, devant le patient avec en mémoire les premières leçons : ne pas inquiéter, mais ne pas faire semblant. Merci en particulier à Jonathan Rouche, exemplaire chef de clinique de néphrologie, et son interne dont j’ai oublié le nom. Au docteur Sabine Berthier, interniste, probablement la première médecin à me faire tâter de la rigueur, il était temps en D4. A Arnaud Pforr et Vivien Moris, les premiers internes de chirurgie rencontrés m’ayant servi de contre exemple. Au docteur Rémi Bettinger, médecin généraliste à Châtillon-sur-Seine, où je suis allé de mon plein gré. Au docteur Dalilah Serradj, urgentiste extravagante toute en couleur. A cette interne qui m’a donné à l’issue de notre garde l’envie de faire pédiatrie. Enfin et surtout merci à toute l’équipe du service de médecine légale, qui m’a intégré à un moment où j’en avais besoin, en m’offrant l’occasion de vraiment mettre les mains dans la misère sociale.
En savoir plus

63 En savoir plus

L'évolution de la réponse normative de l'OIT en situation de crise économique et financière

L'évolution de la réponse normative de l'OIT en situation de crise économique et financière

Eu égard à l’ampleur du sujet que nous nous proposons d’appréhender, il nous paraît nécessaire de procéder à une délimitation préalable de notre objet d’étude. Aussi souhaitons-nous avertir notre lecteur que le présent écrit s’affirme avant tout comme une étude juridique des solutions proposées par l’OIT à la suite des crises économiques et financières qui ont ponctué son existence. Ainsi, notre propos ne s’intéressera ni aux causes ni aux conséquences de nature économique de ces crises. C’est avant tout la réponse sociale qui nous importe et comment celle-ci s’intègre dans un monde dominé par l’économie. La réponse sociale s’imprègne-t-elle d’économie ou au contraire arrive-t-elle à s’imposer ? Ou bien encore la réponse sociale est-t-elle utilisée par l’économie en vue de servir les propres fins de cette dernière (tirer profit économiquement de l’imposition de normes sociales)? Dans une société où l’on saisit aisément, au niveau microéconomique, les répercussions sociales d’une fermeture d’usine, le lien qui unit le social et l’économique est-il aussi tangible à l’échelle mondiale ? Par ailleurs, peut-on concevoir que des mesures sociales adoptées par une organisation internationale puissent influer sur l’économie ? Quelles sont les répercussions d’une économie globale en crise et comment le social peut-il être appréhendé comme un remède à cette situation ? Autant d’interrogations qui serviront de trame de fond à la présente étude.
En savoir plus

174 En savoir plus

Responsabilité sociale et gouvernance d’entreprise : études de cas de firmes en situation de crise

Responsabilité sociale et gouvernance d’entreprise : études de cas de firmes en situation de crise

rendre transparents aussi bien les externalités négatives des activités de l'entreprise que les mécanismes qu’elle met en place afin de les limiter. Pasquero (2005b) explique que durant les années 2000, la conception de la responsabilité sociale évolue pour intégrer dorénavant la participation citoyenne. Il s'agit selon l'auteur d'un "[...] idéal nouveau, celui de l'engagement citoyen proactif de l'entreprise envers le bien commun" (2005b: 126) qui se concrétise par la mise en place de partenariats entre l'entreprise et ses parties prenantes. Gendron, Lapointe et Turcotte (2004) expliquent que ce discours relatif à la responsabilité sociale rompt avec la vision d'Adam Smith indiquant que c'est de l’agrégation d’une multitude d’actions individuelles intéressées (et plus précisément de l’intérêt individuel) mais non coordonnées, qu' émerge un ordre économique et social vecteur de bien commun. Pour ces auteurs: "le discours sur la responsabilité sociale suppose que chaque entreprise doit contribuer au bien commun tout en poursuivant ses propres fins. L’entreprise ne peut donc plus se contenter d’être au service de fins privées, elle doit formellement contribuer à l’intérêt général" (Gendron et al: 79). Ce questionnant sur la faisabilité d'un tel projet social alors que la recherche de valeur pour l'actionnaire (shareholder value) est encore privilégiée, les auteurs se questionnent sur les réels objectifs d'un tel discours de la part des entreprises. Ce discours n'est-il que du marketing stratégique ? (Gendron et al.: 80).
En savoir plus

340 En savoir plus

L’alimentation des populations en situation de précarité économique : éléments pour un diagnostic à l’échelle de la métropole de Montpellier

L’alimentation des populations en situation de précarité économique : éléments pour un diagnostic à l’échelle de la métropole de Montpellier

Pour autant, l’ensemble de ces études sur la Métropole ainsi que les études sur le lien santé et alimentation ont du mal à être comprise sur un autre aspect rarement mis en avant qui est celui de la maîtrise que les personnes et familles de précaires peuvent avoir sur leur alimentation. On voit bien que la santé, l’aide alimentaire restent des sujets séparés ne permettant pas de poser les questions de ce que pourrait être une démocratie alimentaire donnant à tous les citoyens de la métropole, l’opportunité de participer aux choix politiques sur l’amont de la production pour choisir les formes de leur accès à une alimentation. Penser ce sujet à partir des plus précaires est aussi une façon de concevoir la question de la justice sociale pour un bien commun (l’alimentation) concernant chacun et l’ensemble de la communauté. L’échelle d’une métropole est une bonne échelle pour concevoir à la fois la dimension sociale mais également politique de l’accès à l’alimentation.
En savoir plus

8 En savoir plus

Défi de l'insertion : équilibre entre mission sociale et viabilité économique. Cas des structures d'insertion par l'activité économique en paysage

Défi de l'insertion : équilibre entre mission sociale et viabilité économique. Cas des structures d'insertion par l'activité économique en paysage

► Premiers retours concernant le démarrage du projet La situation actuelle est compliquée car le dépôt du dossier Interreg a été reporté en raison d’une pièce manquante. Les financements ne sont donc pas garantis. Cependant, les graines collectées dans le milieu naturel par l’HEPIA ont été semées ; les structures se sont alors engagées de manière plus ou moins différente dans la suite des opérations et donc dans la prise de risques. Initiaterre s’est retirée de la mise en culture cette année car elle n’avait pas de responsable technique adapté. La Ferme de Chosal a planté 26 400 minimottes. Contrairement aux autres structures, elle n’a pas perdu de temps au moment de la pose de bâche grâce à la dérouleuse qu’elle utilise dans son activité de maraîchage. Cependant, la Ferme de Chosal est moins efficace concernant la plantation en raison de la productivité moindre des personnes handicapées. Alvéole a planté 49 600 minimottes et Champ des Cimes 50 100. Alvéole et Champ des Cimes sont assez proches en terme de rentabilité bien que Champ des Cimes soit un peu plus efficace notamment en ce qui concerne la plantation. La gestion de l’urgence n’a pas permis un déroulement optimal de la mise en culture.
En savoir plus

58 En savoir plus

Impact socio-économique du microcrédit mis en place par le Crédit Municipal de Paris sur la situation des emprunteurs

Impact socio-économique du microcrédit mis en place par le Crédit Municipal de Paris sur la situation des emprunteurs

« Elle m’a appelé une fois. Elle doit me rappeler bientôt. Ça doit être une fois tous les trois mois je crois. Elle me suit financièrement et dans mon projet. Elle m’encourage donc ça me fait du bien mais je ne sais pas si c’est vraiment utile. » « Oui on m’appelle de temps en temps pour savoir comment se passe ma formation, mes remboursements. S’il y a le moindre problème pour le remboursement je peux appeler directement le Crédit Municipal de Paris, leur expliquer que j’ai des difficultés. S’il y a des problèmes on s’arrange. L’assistante sociale m’a appelé une fois pour savoir si tout se passait bien. Elle s’est vraiment impliquée et on a sympathisé. (…) Son aide m’a été très très utile. Est-ce que j’ai besoin d’être suivi ? Oui et non parce que je suis assez indépendant dans ma vie quand même donc qu’ils m’accompagnent ou qu’ils ne m’accompagnent pas ça change pas grand chose mais c’est vrai que quand on a quelqu’un derrière soi qui nous motive c’est valorisant. » (Crédit en rapport avec un projet de création d’entreprise).
En savoir plus

87 En savoir plus

Territorialité des relations collectives de travail : à propos de l'unité économique et sociale

Territorialité des relations collectives de travail : à propos de l'unité économique et sociale

B. Une telle solution n’est pas sans défaut. En imposant que la loi française s’applique dès que le travail s’exécute en France, elle ne suffit nullement, tout d’abord, à régler la question, le plus souvent passée sous silence, de la représentation collective de travailleurs en poste hors de France. Elle entraîne surtout un morcellement complet des relations collectives de travail, qui sont strictement enserrées dans les limites étatiques. Bien sûr, la solution de l’arrêt Generali est protectrice, en ce qu’elle a l’avantage de garantir à tous les salariés sur le territoire français la protection de la loi française. Mais elle a pour conséquence corrélative que l’internationalité de la situation est gommée. Imposer l’application de la loi française aux salariés d’une société italienne postés en France, c’est aussi imposer que la représentation des salariés de l’entreprise Generali soit régie par des lois différentes selon leur pays de travail.
En savoir plus

12 En savoir plus

Portrait de la situation en matière de recherche scientifique pour l’économie sociale du Canada

Portrait de la situation en matière de recherche scientifique pour l’économie sociale du Canada

Thématiques Le premier grand objectif du programme de recherche est de rendre compte de l'innovation sociale produite dans l'économie sociale et de mieux comprendre sa place et son rôle dans les transformations sociales 1 . Les travaux, dont près de la moitié sont conçus et réalisés en partenariat avec des acteurs du milieu, sont centrés sur deux principaux terrains d’étude, soit celui des services de proximité et celui des services collectifs. Par services de proximité, nous entendons le logement social communautaire mais aussi l'aide domestique, les cuisines collectives, les centres à la petite enfance, etc. Par services collectifs, nous entendons notamment les services de soutien au développement tels les institutions financières et les fonds de développement, mais également les dispositifs issus des politiques publiques ou sectorielles de développement de l'économie sociale, tels les groupes de ressources techniques, les corporations de développement économique communautaire, les fédérations, etc. Le programme
En savoir plus

72 En savoir plus

La grande prématurité en France métropolitaine et aux Antilles françaises : impact de la vulnérabilité sociale et économique

La grande prématurité en France métropolitaine et aux Antilles françaises : impact de la vulnérabilité sociale et économique

12.3 Des chiffres clés sur la santé périnatale dans les D.O.M Globalement, les Antilles françaises semblent engagées dans un processus de rattrapage avec la Métropole en matière d'Etat de santé mais la situation sanitaire reste marquée par des difficultés persistantes comme la forte prévalence de pathologies chroniques ou de mortalité infantile avec de forts taux de naissances prématurées. En ce qui concerne la santé périnatale, on assiste dans les D.O.M à une augmentation du taux de prématurité qui passe de 11.9% en 2003 à 13.9% en 2010 contre 6.6% en France Métropolitaine [11]. Quant à la grande prématurité elle était estimée à 3.5% des naissances alors qu'elle est de 1.4% en France métropolitaine en 2010. Cette situation est plutôt préoccupante puisqu’il a été montré qu’en dépit des progrès déjà réalisés pour l’amélioration de la survie des enfants grands prématurés, que la grande prématurité reste une situation particulièrement à risque de handicap avec un retentissement sur la vie entière [52]. Le dernier rapport public de la cour des comptes en date de Février 2012 qui consacrait un chapitre à la santé périnatale en France faisait état de plusieurs faiblesses dans ce domaine avec une forte insistance sur la situation dans les D.O.M. Il faisait notamment remarquer que près de la moitié des cas (45.0%) de décès maternels 7 avaient lieu dans les D.O.M et en île de France, avec comme particularité pour les D.O.M des causes surtout obstétricales indirectes 8 . Ce même rapport soulignait déjà des actions très insuffisantes du fait d'une absence d'une stratégie politique en faveurs des femmes les plus vulnérables et surtout des femmes habitantes des D. O.M alors même que l'essentiel des marges d'amélioration des performances est à attendre dans ces populations.
En savoir plus

228 En savoir plus

L'intégration sociale et économique des femmes immigrantes en région au Québec : le cas de Rouyn-Noranda

L'intégration sociale et économique des femmes immigrantes en région au Québec : le cas de Rouyn-Noranda

Un autre constat qui se dégage comme facilitant l‘intégration des participantes est le besoin de la validation des diplômes. Les résultats démontrent que les femmes interviewées valident l‘importance de cette démarche administrative, car elle implique la reconnaissance des acquis de leur pays d‘origine et ouvre les portes autant pour le travail que pour des études de niveau supérieur; ce fut le cas de trois répondantes (3/13). De plus, nos résultats témoignent que l‘insertion sociale et économique des trois participantes les plus scolarisées a été possible grâce à la validation de leurs diplômes. Cela correspond aux résultats de l‘étude de Boulet, 2012; Boyd et Pikkov, 2005; Houle, 2003; Houle, 2012. À la lumière de ces données, nous estimons que, sur le plan de la reconnaissance des diplômes, il serait d‘abord pertinent de bien informer les futures immigrantes, avant même leur arrivée au Québec, des difficultés existantes sur le marché du travail québécois. Sans résoudre le problème directement, ces informations pourraient atténuer le genre de frustrations qu‘ont expérimentées les participantes. Ainsi, leurs attentes de départ seraient plus réalistes. En outre, la non-reconnaissance des diplômes apparaît comme une autre variable importante présente dans les facteurs qui nuisent à l‘intégration des participantes. Cela correspond aux conclusions de plusieurs études portant sur des populations immigrantes (Boyd et Pikkov, 2005; Campani, 2000; Cardu et al., 2002; Cardu, 2007; Grenier et Li, 2010; Man, 2004; Wilkinson et al., 2006) et qui soulignent que la non-reconnaissance des qualifications et des diplômes revient de manière récurrente dans la littérature, et que cela engendre une situation de sous-emploi et de déqualification chez les femmes immigrantes. Dans ce même ordre d‘idées, une participante considère que la région de l‘Abitibi-Témiscamingue n‘offre
En savoir plus

146 En savoir plus

Vue de L' entreprise sociale entre performance économique et utilité sociale

Vue de L' entreprise sociale entre performance économique et utilité sociale

Les associations s’occupant des personnes handicapées et celles qui œuvrent dans le domaine social n’ont pas étaient épargnées de cette démission et désengagement de l’Etat. En effet, avant 2011, l’Etat tunisien assuré le financement de ces associations en octroyant un budget annuel couvrant toutes les charges au prorata du nombre d’handicapés inscrits. Ce budget servait pour assurer le fonctionnement et offrir les services nécessaires à cette catégorie. Mais, après 2011, l’Etat s’est désengagé de cette obligation en assurant uniquement les salaires des employés de ces associations. Cette nouvelle situation a conduit plusieurs associations à entreprendre dans des activités à caractère économique ce qui a posé des vrais défis devant les responsables de ces associations qui doivent assurer la pérennité. Doivent-ils trouver d’autres bailleurs de fonds ou devraient-ils se transformer en entrepreneurs pour assurer la survie de leurs associations ?
En savoir plus

10 En savoir plus

TRAUMATISME PSYCHIQUE ET ENVIRONNEMENT DÉFAILLANT CHEZ LES INDIVIDUS EN SITUATION DE PRÉCARITÉ SOCIALE

TRAUMATISME PSYCHIQUE ET ENVIRONNEMENT DÉFAILLANT CHEZ LES INDIVIDUS EN SITUATION DE PRÉCARITÉ SOCIALE

Comme le propose Houseman (1986, 2012), la situation paradoxale ne fait sens qu’à partir du moment où l’individu lui en donne. C’est le principe des rites initiatiques, dont, en réalité, le novice n’a rien à apprendre que le sens qu’il va donner à cette expérience de non-sens. L’expérience de la précarité, quand elle s’exprime dans la rue, peut se comprendre de différentes manières, mais, toujours, dans la logique de survie qui est la leur. Ces différents niveaux de compréhension ne peuvent se synthétiser entre eux, selon la règle proposée par la méthode complémentariste. Ils expriment tous un point de vue, qui ne s’oppose pas aux autres, mais les complète : ces différents niveaux se traduiront par une compréhension de ce que vivent les sujets d’un point de vue intra-psychique, intersubjectif et social.
En savoir plus

38 En savoir plus

Étude éthologique des comportements adaptatifs de jeunes enfants en situation de nouveauté sociale

Étude éthologique des comportements adaptatifs de jeunes enfants en situation de nouveauté sociale

Par exemple, le fait que se distraire forme une seule stratégie suggère qu’en phase A ce comportement participait à la gestion du stress en permettant l’exploration de l’environnement to[r]

251 En savoir plus

L’inclusion sociale d’un enfant en situation de handicap au sein d’une classe

L’inclusion sociale d’un enfant en situation de handicap au sein d’une classe

On ne peut définir le rôle du référent ASH sans expliquer en premier lieu le fonction- nement de la Maison Départementale des Personnes en situation de Handicap. Suite à la loi du 11 février 2005, ces structures ont évolué et travaillent en lien avec l’Educa- tion Nationale en passant par le référent ASH. Pour qu’un enfant relève de la MDPH, les responsables légaux doivent faire une demande qui est ensuite étudiée. Une fois que l’enfant est rattaché à la MDPH, un référent ASH travaillant pour l’éducation na- tionale est en charge de cet élève, en lui trouvant une école spécialisée ou non, en mettant en place certains dispositifs (humains, matériels…). Il est en lien avec les pa- rents, les services de l’éducation nationale et la MDPH. C’est également la personne qui permet la rencontre de tous ces intervenants. Le référent de scolarité est le premier interlocuteur des parents, il a pour mission de les aider dans les démarches adminis- tratives pour obtenir des aides et accompagner l’enfant dans son Projet Personnalisé de Scolarisation. Il assure le suivi de ce PPS auprès des établissements scolaires et il propose des adaptations et remédiations pédagogiques. Cette personne organise ainsi les Equipes de Suivi de Scolarisation. De plus, il est tenu de maintenir un contact constant avec la MDPH. Il fait office de tierce personne assurant la liaison entre les différents intervenants.
En savoir plus

65 En savoir plus

Show all 5258 documents...