Simulation aux grandes Echelles

Top PDF Simulation aux grandes Echelles:

Analyse de sous-maille par densité présumée en Simulation des Grandes Echelles

Analyse de sous-maille par densité présumée en Simulation des Grandes Echelles

turbulents r´eels. La Simulation des Grandes Echelles (SGE) est bas´ee sur une s´eparation entre grands et pe- tits tourbillons [1]. Les grandes ´echelles sont r´esolues de mani`ere directe. L’approche s’appuie alors sur l’hypoth`ese d’un comportement universel des petites ´echelles des champs de vitesse ou de scalaire. Elle pr´esente un grand int´erˆet puisqu’il n’est en g´en´eral pas possible de faire des simulations directes des si- tuations rencontr´ees en pratique. La difficult´e est cependant d’estimer correctement le comportement des petites ´echelles. Dans le cas d’une r´eaction chimique par exemple, les grandes ´echelles ne donnent que peu d’informations sur la proximit´e spatiale r´eelle des r ´eactifs. C’est ce type de probl`eme que nous allons ´etudier, en examinant finement le mod`ele de Cook et Riley [2], `a l’aide la notion d’estimateur optimal, un outil pertinent pour l’´etude fine des mod`eles.
En savoir plus

7 En savoir plus

Simulation aux Grandes Echelles d'un moteur à allumage commandé - Evaluations des variabilités cycliques

Simulation aux Grandes Echelles d'un moteur à allumage commandé - Evaluations des variabilités cycliques

Chapitre 6 Modélisation de l’allumage : le modèle ED (Energy Deposition) La séquence d’allumage d’un mélange réactif est la transition d’un état inerte à haut potentiel chi- mique à un état de combustion dont les processus physiques sont de nos jours relativement bien com- pris dans le cadre de configurations académiques. Dans des écoulements laminaires, les influences de l’énergie à la bougie [ 7 , 26 , 139 , 11 , 79 ], de l’écoulement moyen à la bougie [ 3 , 10 ], de la cinétique détaillée [ 74 , 142 , 140 ], de la pression [ 141 ] ont été largement étudiés. Cependant, dans des écoulements turbulents, les effets convectifs et d’étirement peuvent mener à l’échec de l’allumage [ 48 , 25 , 8 ]. Pour modéliser ces effets, plusieurs modèles développés en RANS [ 93 , 118 , 19 , 76 ] sont présents dans la littérature. La difficulté s’acroît en SGE étant donné que la plupart de la physique d’une phase d’allumage prend place à une échelle spatiale très petite ce qui augmente consérablement le coût de la simulation. De plus, l’allumage doit rendre compte de phénomènes qui ne sont pas pris en compte dans des codes de mécanique des fluides comme de très hautes températures, une phase de plasma et des transferts ra- diatifs. C’est pourquoi, l’étude de séquences d’allumage par SGE est un sujet relativement récent dans la littérature (allumage d’un jet partiellement prémélangé [ 82 ] ou un bluff-body annulaire [ 152 , 158 ]).
En savoir plus

258 En savoir plus

Modélisation de paroi et injection de turbulence pariétale pour la Simulation des Grandes Echelles des écoulements aérothermiques

Modélisation de paroi et injection de turbulence pariétale pour la Simulation des Grandes Echelles des écoulements aérothermiques

Partant de ce constat, nous estimons que l’approche WMLES mérite une étude spécifique dans le cadre des écoulements turbulents pariétaux aérothermiques en développement spatial et à géo- métrie complexe. Cette étude fera donc l’objet de la suite de cette thèse. En revanche, la simplicité apparente de cette approche pourrait faire croire qu’il suffit de coder une loi logarithmique dans un code de calcul LES pour obtenir une approche WMLES perfor- mante. Ce n’est pas le cas et, comme pour les autres approches hybrides RANS-LES, on vient de voir que la WMLES génère des erreurs que l’on peut regrouper sous deux grandes catégories : le choix du modèle de paroi et le développement des structures turbulentes sur un maillage grossier près de la paroi. On verra que l’approche WMLES est particulièrement sensible à la méthode nu- mérique et au maillage près de la paroi et que de nombreuses contraintes reposent sur la manière de construire ce dernier.
En savoir plus

283 En savoir plus

Simulation des Grandes Echelles de flammes de spray et modélisation de la combustion non-prémélangée

Simulation des Grandes Echelles de flammes de spray et modélisation de la combustion non-prémélangée

7.1 Objectif du modèle D’après la relation 6.22 , l’épaisseur de la flamme de diffusion est proportionnelle à l’in- verse du gradient de fraction de mélange, lui-même proportionnel à la racine carrée du gradient de vitesse. Cela signifie que dans le cas d’une simulation LES, cette épaisseur dé- pendra de la valeur du gradient de vitesse résolu sur le maillage. La flamme simulée s’adapte ainsi à l’écoulement résolu, ce qui constitue une différence importante avec les flammes pré- mélangées qui ont une épaisseur propre. Pour cette raison, il n’est pas nécessaire d’épaissir artificiellement la flamme de diffusion pour des questions de stabilité numérique. Néan- moins, si le calcul de la flamme est numériquement possible, le taux de dégagement de chaleur n’est quant à lui pas forcément estimé de façon correcte. L’objectif du modèle est donc de récupérer le taux de dégagement de chaleur exact, par exemple qu’on trouverait à partir d’une résolution DNS de la flamme. A partir des observations théoriques de la Section 6.2 , il semble que la différence entre le taux de dégagement de chaleur obtenu en LES et pour une DNS vienne d’une part, de la dissipation scalaire résolue qui diffère de la dissipation scalaire exacte et d’autre part, du défaut de plissement associé à la modification du nombre de Damköhler de la flamme résolue, induit par le maillage LES plus grossier.
En savoir plus

224 En savoir plus

Simulation aux grandes échelles d'explosions en domaine semi-confiné

Simulation aux grandes échelles d'explosions en domaine semi-confiné

1.2. ´ Etat de l’art des ´etudes d’explosion De plus, bien que la simulation URANS soit `a ce jour l’approche de r´ef´erence en industrie pour ´etudier les ´ecoulements r´eactifs turbulents lors d’explosions, les mod`eles de turbulence implant´es dans ces codes de CFD sont bas´es sur une hypoth`ese de moyenne statistique de la turbulence et ne sont adapt´es qu’`a certains type d’´ecoulements simples : r´egime stationnaire, lorsque la turbulence est compl`etement ´etablie notamment. Par contre, ces mod`eles ne sont pas adapt´es `a la pr´ediction de la transition d’une propagation de flamme laminaire `a une propagation turbulente. Or, les d´eflagrations d´ebutent g´en´eralement dans un environnement au repos. La transition du laminaire au turbulent est par cons´equent un ph´enom`ene primordial qu’il faut ˆetre capable de reproduire pour ´eviter d’obtenir des solutions erron´ees. Avec l’augmentation r´eguli`ere de la puissance des moyens de calculs, la LES s’annonce comme un outil prometteur pour la SCFD, qui a d´ej`a montr´e son fort potentiel `a reproduire des ´ecoulement r´eactifs turbulents en g´eom´etrie complexe sur des architectures informatiques massivement parall`eles [ 89 , 90 , 91 ]. Cette technique est glo- balement consid´er´ee dans la communaut´e de la combustion turbulente comme un outil d’avenir pour les simulations d’´ecoulements r´eactifs turbulents, que cela soit dans le milieu de la recherche ou dans le milieu industriel (pour la conception moteur par exemple). Au contraire de l’approche URANS qui mod´elise toutes les ´echelles turbulentes, la m´ethode LES r´esout explicitement les grandes structures turbulentes de l’´ecoulement (jusqu’`a la taille de maille) tandis que seules les structures les plus petites, qui montrent un comportement universel [ 92 ], sont mod´elis´ees. La LES offre ainsi une repr´esentation am´elior´ee de la turbulence, et par cons´equent des interactions flamme-turbulence ´egalement, par rapport `a l’approche classique
En savoir plus

279 En savoir plus

Contribution à l’analyse numérique de la turbulence quantique à l’aide de la simulation des grandes échelles

Contribution à l’analyse numérique de la turbulence quantique à l’aide de la simulation des grandes échelles

Chapitre 5. Simulation des Grandes Echelles LES 55 5.3.3.1 Problème de Fermeture La modélisation des petites échelles consiste en l'approximation des termes de couplage en se basant sur l'information que contiennent les échelles résolues. Mais le problème qui se pose est que ces petites échelles existent ou non dans la solu- tion exacte à n'importe quel point de l'espace et du temps. Utiliser les propriétés physiques pour relier l'existence des échelles sous maille à certaines propriétés des échelles résolues et introduire de nouvelles inconnues telles que l'énergie ciné- tique sous maille. Une fois l'existence des modes sous maille est déterminée, leurs interactions avec les échelles résolues doivent être reétées. L'élaboration de mod- èles sous-maille fait cependant appel à l'hypothèse selon laquelle si les échelles sous-maille existent, alors l'écoulement est localement (en espace et en temps) turbulent. Deux stratégies de modélisation existent. La première, appelée modéli- sation structurelle, consiste à modéliser le tenseur des contraintes sous-maille en fonction du champ résolu. La seconde, appelée modélisation fonctionnelle, consiste à modéliser les eets des contraintes sous-maille sur le champ résolu mais pas le tenseur lui-même. Devant la profusion de modèles décrits dans la littérature, nous n'aborderons que les modèles les plus utilisés, en essayant de mettre l'accent sur leurs avantages et inconvénients. Pour une revue détaillée des modèles proposés, le lecteur pourra se référer à [ 120 ]. Pour qu'une modélisation des petites échelles soit correcte, un ensemble de contraintes doit être pris en considération. En voici, une énumération, Sagaut [ 120 ] : Les propriétés des équations de Navier-Stokes doivent exister dans les équations de la SGE ; en particulier, les propriétés d'invariance et de symétrie. Le comportement des modèles doit conserver la dynamique des grandes échelles de tourbillons. Dans le cas d'un écoulement laminaire, l'eet du modèle sous maille doit être nul. Numériquement, le modèle et ses propriétés ne doivent pas dépendre du schéma de discrétisation et de l'opérateur de ltrage explicite. Le modèle ne doit pas engendrer des instabilités numériques. Enn, le modèle ne doit pas alourdir le temps de la simulation.
En savoir plus

120 En savoir plus

Pépite | Simulation numérique directe et analyse des grandes échelles d'une couche limite turbulente

Pépite | Simulation numérique directe et analyse des grandes échelles d'une couche limite turbulente

R´esum´e Cette ´etude est `a l’intersection de deux probl´ematiques que sont ( i ) la description des structures coh´erentes d’une couche limite turbulente et ( ii ) les m´ethodes num´eriques adapt´ees pour le calcul haute performance de ces ´ecoulements. Les principaux objec- tifs sont de caract´eriser les grandes structures de la turbulence et de d´evelopper de nouveaux outils num´eriques pour la simulation de couches limites turbulentes. Une nouvelle simulation num´erique directe de couche limite turbulente de plaque plane est r´ealis´ee avec le code Incompact3d. Une relation entre les structures coh´erentes at- tach´ees `a la paroi et le spectre d’´energie dans une couche limite turbulente est ´etablie et compar´ee `a une ´etude ant´erieure bas´ee sur des r´esultats exp´erimentaux. Une ap- plication particuli`ere de la m´ethode de squelettisation est propos´ee pour ´etablir des statistiques plus pr´ecises des structures coh´erentes de la turbulence. Les statistiques des structures grandes ´echelles de vitesse longitudinale (LSM) et les diff´erents com- posantes des tensions de Reynolds turbulent instantan´ees (quadrants) sont compar´ees. Dans un second temps, un nouveau module de tests est impl´ement´e dans le solveur Navier-Stokes incompressible d´evelopp´e en interne. La performance de ce nouveau code est analys´ee. Les probl`emes de stabilit´e `a nombre de Reynolds ´elev´e sont abord´es et certaines solutions sont propos´ees.
En savoir plus

225 En savoir plus

Simulation des grandes échelles d'écoulements de gaz dense à travers des grilles d'aube

Simulation des grandes échelles d'écoulements de gaz dense à travers des grilles d'aube

Les travaux pr´esent´es dans ce manuscrit ont permis de mettre au point et valider une strat´egie de simulation des grandes ´echelles (LES) qui a ´et´e appliqu´ee, pour la premi`ere fois dans la litt´erature, `a l’´etude de configurations de grilles d’aubes utilisant un gaz dense comme fluide de travail. Ces simulations haute fid´elit´e ont une grande importance dans le contexte des ´ecoulements de gaz denses, ´etudi´es dans le pass´e essen- tiellement `a l’aide de simulations en moyenne de Reynolds (RANS), voire non visqueux. Ces simulations donnent des informations d´etaill´ees sur la physique de ces ´ecoulements et permettent de compenser le manque de donn´ees exp´erimentales d´etaill´ees et fiables. Les LES pr´esent´ees dans cette th`ese (r´ealis´ees pour deux g´eom´etries grilles d’aubes et deux fluides de travail de nature tr`es diff´erente) permettent, par ailleurs, de r´epondre au moins en partie `a un certain nombre de questions sur les effets visqueux dans les ´ecoulements de gaz denses, la transition vers la turbulence des couches limites et leur interaction avec les ondes de compression ou d´etente se d´eveloppant dans la partie non visqueuse de l’´ecoulement. Elles permettent ´egalement, pour la premi`ere fois, une com- paraison d´etaill´ee avec les r´esultats des calculs RANS pour des configurations proches des applications. En effet, les donn´ees exp´erimentales disponibles pour des gaz denses sont essentiellement des mesures globales (comme des d´ebits ou des puissances) pour des configurations d´ej`a trop complexes pour permettre une validation fine des mod`eles de calcul ou bien des mesures de pression ou temp´erature en un nombre modeste de points pour des fluides moyennement complexes comme l’hexafluorure de soufre (SF6) [106] ou un siloxane l´eger (MDM) [60]. La LES permet, par contre, d’obtenir un grand nombre de donn´ees d´etaill´ees pour de nombreuses quantit´es d’int´erˆet.
En savoir plus

159 En savoir plus

Simulation des Instabilites Thermoconvectives de Fluides Complexes par des Approches Multi-Echelles

Simulation des Instabilites Thermoconvectives de Fluides Complexes par des Approches Multi-Echelles

ETUDE EXPERIMENTALE ET DE MODELISATION DU FORMAGE SUPERPLASTIQUE D’UN ALLIAGE D’ALUMINIUM AL7475 R ESUME : Le formage superplastique (SuperPlastic Forming, SPF) permet d’élaborer des pièces de forme complexe qui, de par les matériaux employés, allient faible densité et haute résistance mécanique. Toutefois, sa mise en œuvre nécessite la connaissance de la loi de pression à appliquer afin de contrôler l’endommagement tout comme la répartition d’épaisseur au sein de la pièce. Il est ainsi nécessaire de mettre en place des simulations numériques pour déterminer les conditions optimales du formage. L’exactitude des prédictions obtenues repose alors sur la description du comportement et de l’endommagement du matériau soumis à des conditions thermomécaniques représentatives du procédé considéré. Le présent travail propose donc une modélisation du comportement et de l’endommagement de l’alliage d’aluminium 7475 via une étude comparative de divers modèles. Les travaux peuvent ainsi être divisés en trois grandes étapes : (i) la caractérisation du comportement de l’alliage ; (ii) la caractérisation de l’endommagement de l’alliage et (iii) la mise en place de simulations numériques pour des formes types. Des essais de traction uniaxiale à chaud ont été réalisés afin de caractériser le comportement de l’alliage 7475. Une modélisation de ce-dernier par trois modèles (Norton-Hoff, Johnson-Cook et Zener-Hollomon) est proposée. Les résultats obtenus montrent que le modèle de Zener-Hollomon conduit à la meilleure description du comportement rhéologique de l’alliage dans les conditions thermomécaniques étudiées. Par la suite, l’endommagement de l’alliage 7475 dans des conditions représentatives du formage superplastique a été étudié. Un critère de type Gurson est proposé. Des observations par micro-tomographie aux rayons X ont d’ailleurs permis d’étudier plus précisément l’évolution de l’endommagement au cours de la déformation. À partir de ces résultats, des simulations numériques par éléments finis (sous ABAQUS) ont été mises en place.
En savoir plus

171 En savoir plus

Simulation des grandes échelles (SGE) d'écoulements de fluides incompressibles Large-eddy simulation (LES) of incompressible fluid flows.

Simulation des grandes échelles (SGE) d'écoulements de fluides incompressibles Large-eddy simulation (LES) of incompressible fluid flows.

R ÉSULTATS ET DISCUSSIONS 4.9 Résultats et discussions 4.9.1 Introduction Les simulations LES sont très coûteuses en temps de calcul. Le laboratoire LPBS est munit d’un calculateur munit de 32 processeurs. Il nous a permis de simuler notre étude sur des cas tests, notamment en 3D, avec différent type de mailles (non explicité dans ce rapport). Pour différents problèmes (complexité du maillage, stabilité du système, effets de bord, . . . ;), ces cas tests, nous ont amenés à la conclusion d’utiliser un maillage 2D, expliqué précédemment. Le temps de calcul, pour une simulation de 100 s d’écoulement 2D, sur mon Pentium 4, est d’environ 10 h. Ce temps de calcul n’est pas essentiellement dû à la LES. Les relevés de p et de
En savoir plus

64 En savoir plus

Plateforme de prototypage virtuel pour la simulation numérique en grandes transformations thermomécaniques rapides

Plateforme de prototypage virtuel pour la simulation numérique en grandes transformations thermomécaniques rapides

A partir des années 1990, les modèles numériques de coupe ont notablement évolué et ont commencé à devenir réalistes. Ces modèles numériques donnent des informations concernant les déformations et les contraintes, les zones de cisaillement et le champ de température dans le cas de comportements thermomécaniques couplés. Lin et al. [ 8 ] en 1993 présentent une comparaison entre résultats numériques et expérimentaux concernant les efforts de coupe. Marusich et al. [ 9 ] en 1995 et Obikawa et al. [ 7 ] en 1997 présentent les premières applications de coupe orthogonale discontinue transitoire. D’un point de vue commercial et industriel, sous la demande principale de grandes compagnies américaines, des outils spécifiques de simulation numérique de la coupe des métaux (Third Wave Systems [ 9 ]), ou du comportement dynamique de l’usinage (Cutpro [ 10 ]) ont été développés. Les évaluations effectuées sur ces logiciels montrent que si pour une approche industrielle, ils semblent attractifs, d’un point de vue scientifique, ils souffrent de lacunes au niveau de la physique du processus de coupe et de la possibilité de prendre en compte des lois de comportement complexes.
En savoir plus

106 En savoir plus

Simulation aux grandes échelles d'écoulements diphasiques turbulents à phase liquide dispersée

Simulation aux grandes échelles d'écoulements diphasiques turbulents à phase liquide dispersée

Parmi les différentes formes de simulation numérique, l’approche la moins coûteuse est la simula- tion 0D, permettant d’envisager la modélisation d’un véhicule complet. Chaque élément d’un système est pris en compte par un modèle physique. En reliant tous les modèles, on peut simuler le système complet (Fig. 2 ). Cette approche est très utilisée à l’IFP énergies nouvelles pour la simulation moteur dite "temps réel" ( Mauviot [ 2006 ], Dulbecco [ 2010 ]), de façon conjointe au contrôle moteur, ce genre de simulation étant réalisable à l’échelle du temps physique (un phénomène qui se passe en 10ms dans la réalité pourra être modélisé dans un temps de même échelle). Cependant, cette réduction de la physique est dépendante du cas test étudié, et cette approche, même si elle est très efficace, nécessite de pouvoir ajuster le comportement des modèles.
En savoir plus

220 En savoir plus

Implémentation de la technique de simulation des grandes échelles dans un solveur parallèle de dynamique des fluides

Implémentation de la technique de simulation des grandes échelles dans un solveur parallèle de dynamique des fluides

On s'intéresse maintenant à l'influence des paramètres numériques a et N qui doivent être fournis ou calculés avant la simulation. Cette étape servira plus tard à la dérivation d'un c[r]

130 En savoir plus

Simulation des grandes échelles de tourbillons longitudinaux soumis à une turbulence extérieure intense

Simulation des grandes échelles de tourbillons longitudinaux soumis à une turbulence extérieure intense

d’autres perturbations externes, les anneaux tourbillonnaire se déforment et après un temps de simulation de T=3 le domaine de calcul ne sera plus suffisamment grand pour traiter correctement l’évolution des ces anneaux tourbillonnaire. La deuxième situation étudiée est celle d’une paire des tourbillons longitudinaux sous l’influence d’une turbulence de type bruit blanc avec une très faible amplitude introduite à chaque pas de temps. Dans ce cas on observe l’apparition des instabilités à petites longueurs d’onde et après un certain temps des instabilités à grandes longueurs d’ondes. Dans ce cas on a remarqué l’apparition du régime turbulent ainsi qu’une compétition entre deux types d’instabilité: à petite longueur d’onde (instabilité elliptique) et à grande longueur d’onde (instabilité de type Crow). De même on a vérifié que le temps de développement de l’instabilité elliptique est plus petit en comparaison avec le temps de l’apparition de l’instabilité Crow.
En savoir plus

238 En savoir plus

SIMULATION DU COMPORTEMENT MECANIQUE DES MILIEUX FIBREUX EN GRANDES TRANSFORMATIONS : APPLICATION AUX RENFORTS TRICOTES

SIMULATION DU COMPORTEMENT MECANIQUE DES MILIEUX FIBREUX EN GRANDES TRANSFORMATIONS : APPLICATION AUX RENFORTS TRICOTES

ƒ Modèles analytiques Ces modèles sont les plus anciens et proviennent du milieu du textile, mais ils sont toujours d’actualité et continuent d’être développés à l’heure actuelle. Ils consistent à faire des hypothèses sur la géométrie de la CER et sur sa cinématique afin d’en dériver des modèles mécaniques. Nous devons à Kawabata ([KAW89]) et à Postle ([POS87]) les modèles analytiques de tissus et de tricots en grandes transformations les plus connus. La géométrie des tricots y est approximée par un ensemble de portions de cercle et de droites. Une approche similaire a été récemment développée à l’Université Catholique de Louvin par Luo et al. ([LUO02]). Lomov et al. ([LOM00] et [LOM01]), de la même équipe, ont également mis au point des logiciels permettant calculer des déformées et des efforts sur des CER à l’aide de modèles descriptifs. Les géométries générées peuvent être 3D et permettent de générer numériquement des tricots complexes, à la manière d’Adanur et Liao ([ADA98]). Citons enfin une théorie originale de l’équipe de Ganghoffer pour modéliser les mèches et construire des modèles mécaniques de taffetas : [JUN99] et [MAG01]. La mèche est assimilée à un milieu micropolaire, cela permettant de construire une CER micropolaire équivalente. Le modèle analytique pourrait d’ailleurs être discrétisé numériquement avec la méthode des éléments finis.
En savoir plus

265 En savoir plus

Simulation aux Grandes Échelles des combustions anormales dans les moteurs downsizés à allumage commandé

Simulation aux Grandes Échelles des combustions anormales dans les moteurs downsizés à allumage commandé

Since SI engine configurations can exhibit important levels of cycle-to-cycle variations, the best way to evaluate the above cited numerical schemes and turbulence models would be to perform multi-cycle computations and to compare statistical results over several tens of cycles. Unfortunately, the computa- tional cost associated to the simulation of these numerous cycles prevents the use of this strategy for all the numerical tests. Thereby it has been chosen to perform a unique cycle calculation for each numerical scheme and turbulence model. Each computation starts at Intake Valve Opening (IVO) from the same initial conditions and ends after the combustion process. The comparison between the different set-up is performed at three levels of interest : trapped mass, flow field and combustion process. It is worth noting that this single-cycle strategy introduces a severe difficulty when comparing the results : it may be difficult to separate the differences due to a change in the numerical set-up from the differences due to "natural" cycle-to-cycle variations. In that sense, the objective here is not to establish a definitive hierar- chy between the different numerical schemes and SGS models, but only to extract firsts trends and new elements for future computations and to point out some possible unphysical behaviors as well.
En savoir plus

231 En savoir plus

Solution des systèmes de contrôle de grandes dimensions basée sur les boucles de rétroaction dans la simulation des réseaux électriques

Solution des systèmes de contrôle de grandes dimensions basée sur les boucles de rétroaction dans la simulation des réseaux électriques

La simulation des systèmes de contrôle est couplée à celle du réseau électrique. Les modèles doivent alors être adéquatement établis pour traduire le phénomène physique que subissent ou qu’engendrent les systèmes de contrôle vis-à-vis du réseau électrique. Pour illustrer comment s’intègrent les contrôles dans une étude de réseau, partons des applications de simulation d’un réseau en mettant en lumière le besoin du système de contrôle requis. Nous prenons, à cet effet, deux exemples de test d’équipement : un premier exemple de surtension temporaire nécessitant une surveillance des parafoudres et un deuxième exemple de tension temporaire de rétablissement (TTR) d’un arc de disjoncteur (avec modèle Cassie-Mayr : voir les cas introductifs dans [3]). Ces deux exemples peuvent être menés précisément lors de la planification des réseaux. Il s’agit respectivement de la simulation des pertes lignes ou des groupes et d’une étude de court-circuit. Notez que d’autres applications de la simulation font intervenir les contrôles sous d’innombrables manières, notamment lors des études de stabilité : stabilité statique, de fréquence et de tension, connaissance du comportement dynamique, etc. Les détails de la classification peuvent être trouvés dans [2], entre autres.
En savoir plus

239 En savoir plus

Modélisation de la consommation électrique à partir de grandes masses de données pour la simulation des alternatives énergétiques du futur

Modélisation de la consommation électrique à partir de grandes masses de données pour la simulation des alternatives énergétiques du futur

Chapitre 5. Validation et calibration du modèle 112 Comparaison sur la consommation en énergie de la partie non thermosensible Les clients tertiaires ont été simulés de manière à respecter la consommation mesurée, mais pas les clients résidentiels. La comparaison entre la consommation annuelle non thermosensible mesurée et celle simulée est présentée dans le tableau 5.7. L’erreur relative est calculée comme étant la différence entre la consommation non thermosensible issue de mesures et celle simulée avec le simulateur de courbes de charge. On remarque une tendance assez marquée pour les 3 zones à surestimer la consommation annuelle, entre 13 et 20% en moyenne. Cela est assez surprenant étant donné la calibration en énergie effectuée des usages résidentiels à la section 5.3. De plus, les pertes dans le réseau n’ont pas été modélisées. On aurait donc tendance à sous estimer la simulation par rapport à la consommation mesurée au niveau des départs HTA de quelques pour cent (on a 6% en moyenne sur le réseau d’Enedis). Cette surestimation de l’énergie non thermosensible simulée vient probablement du fait qu’une partie de la consommation des usages hors chauffage est aussi thermosensible. Par exemple, l’arrivée d’eau des chauffe-eau est plus froide l’hiver que l’été. L’éclairage est aussi plus utilisé l’hiver que l’été, car les journées sont plus longues. Il y a probablement aussi un lien entre température extérieure et présence des personnes dans les bâtiments, menant à des modifications dans les consommations hors chauffage avec la température. Une dernière explication pourrait provenir du fait que la dépendance au nombre de personnes et à la surface de la consommation électrique a été modélisée comme linéaire pour de nombreux usages (voir figure 4.19, 4.20). Le domaine de validité de cette loi linéaire, bien qu’issue de campagnes de mesures, est probablement limité à 3-4 personnes par logements, maximum souvent observé dans les études. Dans les départs HTA avec une proportions importantes de foyers avec un nombre de personnes élevé, les consommations peuvent être aussi surestimées.
En savoir plus

193 En savoir plus

Pépite | Réponse viscoélastique-viscoplastique en grandes déformations du polyéthylène : observations expérimentales, modélisation constitutive et simulation

Pépite | Réponse viscoélastique-viscoplastique en grandes déformations du polyéthylène : observations expérimentales, modélisation constitutive et simulation

for the three specimens. According Bridgman equation, the initial stress triaxiality ratio is equal to 0.33, 0.44 and 0.6 for R80, R10 and R4 specimens, respectively. IV.2. Simulation model The FE model was designed according to the dimensions and geometry of the experimental test sample employed by Hachour et al. (2014) using 8-node meshing elements, isoparametric and arbitrarily hexahedrics, the dimension of specimens are indicated in Fig. 3.17. In order to reduce the computational processing time, the axisymmetric assumption (geometric property) has been used. To avoid geometry defect and obtain regular mesh, the rouled surface has been employed in curvature surface of specimens, and quad surface has been used in rectangular surface, resulting in the regular mesh obtained, in Figs. 3.18 and 3.19. The cartesian coordinate system is fixed in the centre as mentioned before. Fig. 3.18 shows the meshing used to simulate the polyethylene materials, while Figs. 3.19 show that used to simulate multi-layered materials. These later are designed from three different polyethylene materials with different crystal volume fraction (HDPE, LDPE, ULDPE), each specimen consisting in three layers of equal radial thickness (materials
En savoir plus

118 En savoir plus

L'ARTICULATION DES ECHELLES AU SERVICE DU DEVELOPPEMENT DURABLE : EXEMPLE DE LA PROTECTION DE L'EAU

L'ARTICULATION DES ECHELLES AU SERVICE DU DEVELOPPEMENT DURABLE : EXEMPLE DE LA PROTECTION DE L'EAU

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

11 En savoir plus

Show all 4950 documents...