Semi-aride

Top PDF Semi-aride:

Valorisation des ressources en eau dans une zone semi-aride à aride (Cas bassin du moyen Chélif oriental)

Valorisation des ressources en eau dans une zone semi-aride à aride (Cas bassin du moyen Chélif oriental)

170 2. ETUDE QUANTITATIVE Depuis l’Antiquité, l’eau a toujours été considérée comme une source renouvelable et inépuisable. De nos jours, plusieurs pays sont touchés par l’épuisement de leurs ressources en eau, du fait des conditions climatiques et de l’accroissement de la demande (Blinda & Thivet, 2009), résultat inéluctable de la croissance démographique et du développement socio- économique. Le Moyen Chélif oriental, située entre la Méditerranée et l'Atlas tellien, est influencée par un climat semi Aride, l'origine d'une importante variation spatio-temporelle des ressources en eau. En effet, les précipitations moyennes annuelles varient de 400 mm à 600 mm. Ce gradient pluviométrique fait de moyen Chélif oriental une zone à ressources en eau renouvelables relativement rares.
En savoir plus

218 En savoir plus

Le blé dur (triticum durum desf.) sous l'effet des façons culturales en environnement semi-aride

Le blé dur (triticum durum desf.) sous l'effet des façons culturales en environnement semi-aride

précipitations au profit de la plante (Norwood, 1999; Mrabet, 2008). C'est sous cet aspect que les résultats obtenus ont été évalués. En effet, le précédent cultural et l’outil de labour du sol améliorent les performances du blé dur pour produire plus de rendement en grain. La productivité de Waha cultivée sur jachère est supérieure à celle semée après blé. Le travail du sol au scarificateur est plus efficient. La valorisation différentielle de la productivité du blé se déduit de la capacité de valorisation de l'eau pluviale par le sol sous l'effet du précédent cultural combiné aux modes de travail du sol. En agriculture pluviale, l'efficience d'utilisation de l'eau est liée à l'efficacité d'utilisation des précipitations (Hatfield et al., 2001; Nielsen, 2002). L'efficience de stockage des précipitations est la fraction qui tombe au cours d'une période et qui reste préservée dans le profil du sol (Nielsen et Vigil, 2010). Dès lors, la rotation des cultures et le travail du sol par des outils adaptés améliorent l'utilisation de l'eau pluviale. En environnement semi-aride, la productivité du blé dur résulte de la préservation d'une quantité d'eau limitée à des stades efficients en eau (Chennafi et al., 2005; Chennafi et al., 2011). Ces éléments explicatifs abordés méritent plus d'attention par un approfondissement diversifié de paramètres bien fondés à dimensions spatio-temporelles du milieu semi-aride des Hauts Plateaux, par
En savoir plus

10 En savoir plus

Contribution à l’amélioration des systèmes fourragers dans la région semi- aride de Sétif (cas des prairies naturelles).

Contribution à l’amélioration des systèmes fourragers dans la région semi- aride de Sétif (cas des prairies naturelles).

Résumé La présente étude a pour objectif la contribution à l‟amélioration de la production fourragère et pastorale des espaces naturels, notamment les prairies moyennement dégradées, pour assurer plus de ressources fourragères à l‟élevage afin de réduire le chargement ainsi qu‟une meilleure durabilité aux exploitations agricoles, à travers l‟introduction et l‟établissement de cultivars annuels et pérennes (graminées et légumineuses) nouvellement développés, dans différents systèmes agricoles. Le travail est conduit selon deux essais d‟une part sous conditions naturelles avec l‟ensemencement d‟une prairie dégradée à l‟aide d‟un mélange de semence fourragère en région semi-aride de Sétif. Les performances (production et composition floristique) de ce mélange fourrager et de la prairie naturelle préexistante ont été suivies pendant 4 ans (2006-2009) et d‟ autre part, en conditions semi contrôlés en évaluant l‟effet du stress thermique sur ce mélange fourrager. A partir d‟une étude fréquentielle du climat de la région de Sétif, un stress est réalisé à des températures de -3,2°c, -1,2°c, 0,5°c, pendant 3h afin de quantifier le degré d‟adaptation de ces plantes prairiales introduites par des réponses morpho- physiologiques (croissance des plantes et taux de chlorophylle). Les variations des paramètres mesurés sont suivies au stade végétatif des plantes. Les résultats de la production pour pâture et fauche des deux prairies étudiées sont variables d‟une année à une autre, la productivité de la biomasse de la prairie rénovée est significativement supérieure à celle de l‟ancienne prairie, ainsi que la quantité prélevée par les animaux. En outre l‟évolution de la composition floristique au cours des quatre années d‟expérimentation révèle que la proportion des deux familles a été variable d‟une année à une autre. La proportion des graminées augmente progressivement aux dépens de celle des légumineuses : l‟irrigation par submersion et la rigueur des températures hivernales et printanières peuvent être à l‟origine de cette dégradation floristique et des fortes fluctuations interannuelles. Alors que les résultats obtenus à partir de l‟étude des bio- marqueurs, montre que l‟effet du froid a provoqué une diminution significative sur les différents caractères étudiés et dépendent aussi de facteurs tels que la famille et le stress.
En savoir plus

197 En savoir plus

Performance de l’élevage bovin dans la région semi aride : approche globale : systémique zootechnique et métabolique

Performance de l’élevage bovin dans la région semi aride : approche globale : systémique zootechnique et métabolique

3 denrées alimentaires comblaient tout déficit et coûtaient une facture annuelle équivalente à 251 Milliards de Dinard (ONS, 2011). Une partie importante de l’assiette foncière algérienne est localisée dans la région semi aride ou la contrainte majeure est la déficience en ressources hydriques. Cette région relativement homogène sur le plan agro climatique détient plus de 5 millions d’hectares de la SAU (60% de la SAU nationale) et plus de 76% de la sole céréalière (Abbas et al. 2001). Elle regroupe aussi une partie importante des effectifs des ruminants, et plus de 60% de la population bovine. Ces étendus sont caractérisées par un sol plus ou moins pauvre en éléments nutritifs entravant la mise en place des cultures exigeantes. De plus, le niveau faible des précipitations (250 à 400mm) et l’irrégularité dans le temps perturbe aussi les rendements des cultures pluviales. L’activité d’élevage dans la région semi aride est souvent associée à l’agriculture et rarement spécialisé. En effet, plus de 80% des fermiers sont des agriculteurs éleveurs ou l’ovin représentait l’espèce de ruminant le plus répandus en effectif. Cette espèce jouait un rôle économique, sociale et culturel. Cependant, l’élevage bovin s’est développé dans cette région ces dernières années suite à une mutation des systèmes de production, conséquence des différents programmes de développement où les agriculteurs se sont trouvés voués à diversifier leurs activités agricoles notamment celles des productions animales. Le bovin laitier ou plutôt mixte (lait et viande) grâce à sa souplesse et les diverses fonctions qu’il peut accomplir occupe ainsi de plus en plus une place primordiale dans les systèmes de production. Celui-ci est généralement organisé en petits ateliers de quelques têtes et orienté vers la production de taurillons vendus jeunes ou maintenus et engraissés à un âge plus avancé (18 à 24 mois). Ce produit est couplé à celui du lait dont le rôle est plutôt l’alimentation de la trésorerie de l’exploitation par des ressources facilement mobilisables pour assurer la vie quotidienne de la famille et le fonctionnement de l’exploitation (Abbas et Mouffok, 2012). Les espaces réservés aux fourrages cultivés sont souvent réduits (<20% de la SAU) et exploités en sec (>75%). De plus, les races dominantes sont plutôt de type mixte adaptées aux objectifs des éleveurs, mais aussi aux contraintes climatiques et d’élevage. Cette adaptation s’est traduite par une réduction de la production laitière (fonction plus exigeante) dont les moyennes oscillent de 2500 à 4000kg par lactation et un fonctionnement assez régulier de la fonction de reproduction (Madani et Mouffok, 2008 ; Bouzebda et al. 2006).
En savoir plus

238 En savoir plus

Montagnes humides au cœur du Nordeste brésilien semi-aride : " montagnes-refuges " et châteaux d'eau

Montagnes humides au cœur du Nordeste brésilien semi-aride : " montagnes-refuges " et châteaux d'eau

l eS riSqueS liéS à la dégradation et à l ’ éroSion deS SolS Malgré des pentes fortes et des précipitations agressives, les manifestations de l’érosion hydrique sont plutôt discrètes dans les montagnes humides du Nordeste brésilien, surtout si on les compare à d’autres agrosystèmes tropicaux de moyenne montagne de socle. Dans le massif de Baturité, les pentes atteignent régulièrement 15 % sur les versants des demi-oranges et peuvent dépasser les 60 % sur les hautes pentes des zones de dissection périphérique et sur les versants bordiers. L’érosivité des pluies, comprise entre 8 000 et 10 000 MJ/mm.ha.an –1 (Silva, 2004), est deux fois plus élevée que dans la plaine semi-aride environnante. Quant à la vulnérabilité physique des sols, les Lixisols et les Acrisols sont réputés pour être vulnérables à l’érosion pluviale quand ils ne sont pas protégés par une végétation couvrante (Projeto Radambrasil, 1981 ; Leprun, 1994). Dans un tel contexte d’agressivité climatique et de vulnérabilité des ressources pédologiques, la bonne stabilité du milieu affichée face aux processus morphodynamiques actuels est a priori la marque d’une bonne « gestion conservatoire de l’eau, de la biomasse et de la fertilité des sols » (Roose, 1994) menée par les populations rurales de ces enclaves montagneuses. L’absence de tradition pastorale dans ces montagnes explique sans doute en partie cette relative stabilité du milieu, notamment face aux processus de ravinement, alors que le surpâturage et le piétinement des troupeaux sont souvent considérés comme des facteurs contributifs majeurs à la dégradation de la ressource en sol dans de nombreuses montagnes tropicales d’Afrique (Salomon, 2001).
En savoir plus

24 En savoir plus

Évaluation de la qualité des sous-produits de l'épuration pour usage en agriculture dans une région semi aride en Algérie

Évaluation de la qualité des sous-produits de l'épuration pour usage en agriculture dans une région semi aride en Algérie

kettab@yahoo.fr Les zones arides telles que l’Algérie, la Mauritanie…, souffrent d’une pénurie d’eau qui ne cesse de s’accentuer en raison du climat aride à semi aride. L’Algérie a un potentiel hydrique global mobilisable ne dépassant pas les 13.2 milliards m3 d’eau, ce qui offre un volume annuel de 412 m3 à chaque citoyen tout usage confondu. Ce chiffre théorique est un indicateur d’une situation de grave pénurie d’eau qui entrave tout le développement du pays. A fin de faire face aux impacts climatiques sur la ressource en eau, la réutilisation agricole des eaux épurées et des boues générées par le traitement, apparait comme une alternative pour la préservation de la ressource hydrique et de l’environnement et la promotion du secteur agricole. C’est autour de cet axe que s’articule ce travail basé essentiellement sur l’aptitude des eaux usées épurées et des boues d’épuration de la STEP Médéa à la réutilisation en agriculture. Pour ce faire, des analyses sur ces sous produits, ont été faites au niveau des laboratoires. Les SAR et la CE indiquent une forte salinité de l'eau et la concentration élevée des coliformes fécaux est due à l'absence de la chloration. La valeur du C/N de la boue constitue une importante disponibilité et une minéralisation rapide de l’azote. Ce rapport est en relation avec la quantité relativement faible de matière organique qu’elle contient, traduisant ainsi une boue stabilisée. Les eaux épurées de la STEP de Médéa, malgré leur forte salinité, sont réutilisables pour l’irrigation de certaines espèces tolérantes au sel et sur des sols bien drainés et lessivés. La concentration élevée des coliformes fécaux fait que ces eaux ne peuvent être réutilisées sans chloration. La boue d’épuration peut être considérée comme un fertilisant, plus qu’un amendement organique. Et pour éviter le lessivage de l'azote, l'épandage de la boue sera effectué pendant la période de croissance des plantes.
En savoir plus

10 En savoir plus

Sélection pour la performance et la stabilité du rendement de blé tendre (Triticum aestivum L.) en zone semi-aride d’altitude

Sélection pour la performance et la stabilité du rendement de blé tendre (Triticum aestivum L.) en zone semi-aride d’altitude

Mots clés : Triticum aestivum, sélection, corrélation, héritabilité, rendement, stabilité, semi- aride. Abstract This study was carried out at the experimental site of the Sétif research unit belonging to the National Agronomic Research Institute of Algeria (INRAA), during the 2016/2017 and 2017/2018 cropping seasons. The objective was to evaluate 153 F6 and F7 advanced breeding lines of bread wheat (Triticum aestivum L.), to assess the genetic gain from selection relatively to the check Hidhab variety and to select the most performant and stable lines under the semi- arid conditions of the High-Plateaus of the Eastern Algeria. In F6, the grain yield was strongly correlated with the number of spikes/m² (r = 0.76, p <0.000) and the spikes weight (r = 0.97, p <0.000) while in F7, it presented a negative association with plant height (r = -0.29, p <0.000). Little similarities between F6 and F7 were observed. Moderate heritability of grain yield was revealed. At a selection intensity of 20%, the L55, L56, L81 and L104 lines were identified as the most performant and stable compared to other breeding lines and the check Hidhab. Key words: Triticum aestivum, selection, correlation, heritability, yield, stability, semi-arid.
En savoir plus

58 En savoir plus

Analyse des itinéraires techniques dans les exploitations agricoles céréalières en milieu  semi-aride de l’est algérien

Analyse des itinéraires techniques dans les exploitations agricoles céréalières en milieu semi-aride de l’est algérien

28 2.2 Caractéristiques physiques de la région d’étude La diversité régionale de notre zone d’étude, les hautes plaines de Sétifiènnes de l’est algérien, est appréciée au travers la diversité du milieu (carte 1, en annexe), notamment du climat et du sol que nous avons caractérisé en fonction du degré d’aridité (Benniou et Brinis, 2006). On distingue ainsi trois étages semi-arides: le semi-aride supérieur (SAS), qui reçoit 400 à 500 mm/an, le semi-aride central (SAC): 300 à 400 mm/an et le semi-aride inférieur (SAI): 200 à 300 mm/an. La pluviométrie moyenne baisse du supérieur à l’inférieur alors que la variabilité pluviométrique interannuelle augmente. Les deux campagnes climatiques de suivi ont été contrastées; C1 avec 180 mm de pluviométrie annuelle et C2 avec 462 mm. De plus, d’autres aléas climatiques (gelées tardives, siroccos) peuvent survenir et coïncident souvent avec des phases physiologiques sensibles des céréales.
En savoir plus

12 En savoir plus

Diversité des systèmes d’élevage bovin laitier et performances de reproduction et production de lait en région semi aride

Diversité des systèmes d’élevage bovin laitier et performances de reproduction et production de lait en région semi aride

le système mixte viande, lait mais davantage orienté vers la production de viandes bovine constitue le modèle de système d’élevage bovin dominant dans la région semi-aride , dans le fonc[r]

189 En savoir plus

Analyse et prévention des troubles du cycle reproductif chez les caprins en région semi-aride dans le nordeste brésilien

Analyse et prévention des troubles du cycle reproductif chez les caprins en région semi-aride dans le nordeste brésilien

Analyse et prévention des troubles du cycle reproductif chez les caprins en région semi-aride dans le nordeste brésilien... REMERCIEMENTS.[r]

7 En savoir plus

Etude de la stabilité du rendement de quelques variétés de blé dur (Triticum durum Desf) en milieu semi-aride.

Etude de la stabilité du rendement de quelques variétés de blé dur (Triticum durum Desf) en milieu semi-aride.

Etude de la stabilité de quelques variétés de blé dur dans le milieu semi-aride : En zones semi-arides Algériennes exactement sur le site expérimental de station INRA de Sétif une expérimentation a été menée sur une période de cinq compagnes agricoles (2010-2016) et avec sept génotypes de blé dur pour étudier la stabilité du rendement qui est une caractéristique très complexe dépendant de l’interaction génotypes x milieu. L’utilisation d’indices paramétriques (basés sur la conjointe de régression et la variance), et non paramétriques (Si1, Si2, Si3, Si6, NP1, NP2, NP3, NP4,…) a montré que c’est les variétés Waha, Oued zenati et Hoggar qui sont les plus stables au cours de nos campagnes étudiées.
En savoir plus

62 En savoir plus

Effet de la synchronisation et de l’insémination artificielle sur les performances de reproduction et la productivité de l’élevage ovin dans la région semi aride Algérienne

Effet de la synchronisation et de l’insémination artificielle sur les performances de reproduction et la productivité de l’élevage ovin dans la région semi aride Algérienne

L’objectif de notre étude est de montrer l’effet de la synchronisation et de l’IA sur les performances de reproduction et de productivité chez la race Ouled Djellal élevée en système pastoral dans la région semi aride algérienne, l’étude a porté sur 193 brebis âgées de 2 à 6 ans et avec un score corporel de 1 à 4,75 réparties en deux lots, le premier a subit une lutte libre alors que le deuxième a subit une induction et une synchronisation des chaleurs par des éponges vaginales imprégnées de FGA (40mg) pendant 14 jours, suivis d’une injection de PMSG. Les brebis étaient inséminées 55 heures après le retrait avec de la semence fraîche préparée dans deux dilueurs différents.
En savoir plus

163 En savoir plus

Les cuvettes du Manga, un écosystème unique en milieu semi-aride objet d’une recherche interdisciplinaire et pluri-institutionnelle

Les cuvettes du Manga, un écosystème unique en milieu semi-aride objet d’une recherche interdisciplinaire et pluri-institutionnelle

Key-words: desertification, silting, circular lowlands, interdisciplinarity, Gouré, south-eastern Niger Résumé : Depuis un peu plus de trois décennies, le sud-est du Niger et plus particulièrement les Départements de Gouré, Goudoumaria et de Mainé-Soroa sont confrontés à un processus de désertification dû aux variations climatiques et aux activités anthropiques. Dans cette zone, l’une des formes les plus visibles du phénomène est la remobilisation des sables des dunes autrefois fixés par la végétation. Dans leur progression, ces sables menacent d’ensevelir les villages, les infrastructures socio-économiques, les espaces agro-pastoraux, mais aussi et surtout les cuvettes oasiennes qui constituent de véritables sources de productions agricoles et de revenus pour les populations. Le système oasien du Manga constitue un écosystème particulier qui renferme un potentiel de production agricole et des ressources environnementales à nul autre pareil dans ce milieu semi-aride. Pour aider à faire face au défi de la dégradation des systèmes oasiens du sud-est du Niger, la Commission Universitaire pour le Développement (CUD) a financé une première phase d’un programme interuniversitaire ciblé (PIC) intitulé « Envahissement des cuvettes du sud-est nigérien par apports éoliens : processus, impacts et moyens de lutte » qui a opté pour une démarche interdisciplinaire pour rechercher des solutions à ce problème d’ensablement des cuvettes dans le sud-est nigérien. Suite à l’évaluation de la première phase du programme, la nécessité d’un PIC de poursuite s’est imposée. Cette deuxième phase sur financement de l’Académie de Recherche et d’Enseignement Supérieur (ARES) est intitulée « Préservation des cuvettes oasiennes et de leur rôle socio-économique dans le sud-est du Niger (PIC REC-GOURE-2) » et a pour but de proposer une gestion durable de ces milieux, notamment par la conservation et l'augmentation du potentiel agricole des cuvettes oasiennes, zones de bas-fonds à haute valeur agricole. Cette étude illustre à travers la démarche interdisciplinaire utilisée les principaux résultats du PIC dans le Département de Gouré.
En savoir plus

14 En savoir plus

Biodiversité et valorisation des groupements phytoplanctonniques dans le barrage de oued charef en region semi aride d’oum el bouaghi

Biodiversité et valorisation des groupements phytoplanctonniques dans le barrage de oued charef en region semi aride d’oum el bouaghi

1 er Séminaire National Biodiversité et valorisation des produits Biologiques dans les régions arides et semis arides Biodiversité et valorisation des groupements phytoplanctonniques dans le barrage de oued charef en region semi aride d’oum el bouaghi

1 En savoir plus

Etude du comportement de quelques variétés d’abricotier (Prunus armeniaca L.) dans la région Semi-aride (Wilaya de Bordj Bou Arréridj).

Etude du comportement de quelques variétés d’abricotier (Prunus armeniaca L.) dans la région Semi-aride (Wilaya de Bordj Bou Arréridj).

. Résumé : L’abricot est un fruit riche en vitamines et en fibres, plusieurs variétés sont cultivées. La wilaya de Bordj Bou Arreridj enregistre des superficies non négligeables consacrées à cette culture (811 ha). Le but de cette étude est de connaitre le comportement de trois variétés d’abricotier dans la région semi-aride d’El-Achir, afin de mieux comprendre l’effet des conditions climatiques sur chaque stade phénologique de l’arbre d’abricotier. Les résultats obtenus, ont montré que le les variétés Tounsi et Boulida sont plus précoces que la variété Louzi rouge et cela du débourrement jusqu’à la maturité des fruits. Les fruits de la variété Louzi rouge sont de calibre plus important que les fruits des autres variétés. Le rythme de croissance végétative des pousses terminales et le grossissement des fruits est pareil pour les trois variétés. Le rendement reste faible pour les trois variétés.
En savoir plus

50 En savoir plus

Analyse de la variabilité hydroclimatique et impacts des barrages sur le régime hydrologique d’une rivière de zone semi-aride : Le Sebou Au Maroc

Analyse de la variabilité hydroclimatique et impacts des barrages sur le régime hydrologique d’une rivière de zone semi-aride : Le Sebou Au Maroc

travers la relation pluie/débit qui diffère entre la période avant la construction des barrages (1939-1973) et la période après la construction des barrages et aussi à travers la réduction des apports liquides qui engendre des déficits hydrologiques variant entre 40 et 90% respectivement sur le Sebou et sur l’Ouerrha. Les résultats de cette étude constituent une importante base de données pour l’évaluation de la vulnérabilité aux changements climatiques et les effets importants sur les régimes hydrologiques des cours d’eau aménagés en zone semi-aride. Dans ce contexte, l’amélioration et le renforcement des systèmes d’observations des pluies et des débits au niveau des différentes stations s’avèrent nécessaires afin de mieux caractériser l’évolution du climat et contribuer à une meilleure adaptation aux probables effets néfastes des changements climatiques sur les écoulements de surface.
En savoir plus

18 En savoir plus

Diagnostic des chantiers et des équipements de traite chez des troupeaux bovins hors sol en milieu semi-aride (Sahel Tunisien)

Diagnostic des chantiers et des équipements de traite chez des troupeaux bovins hors sol en milieu semi-aride (Sahel Tunisien)

2. Matériel et méthodes 2.1. Considérations générales 30 petits élevages bovins laitiers (dont 28 soumis à la traite mécanique et 2 à la traite manuelle), de même race (Frisonne Holstein), ont été suivis dans la région de Mahdia, zone semi-aride relevant du Sahel Tunisien. Le système d’élevage pratiqué est du type hors sol, caractéristique du site d’étude. Ce système se caractérise par l’insuffisance, voire l’absence des ressources fourragères, à cause des ressources en eau régulièrement restreintes tant quantitativement (zone semi-aride à pluviométrie couramment < 350 mm) que qualitativement (salinité élevée).
En savoir plus

11 En savoir plus

L’éfficience d’utilisation de l’eau pluviale chez des variétés de blé dur (triticum durum desf.) en environnement semi-aride

L’éfficience d’utilisation de l’eau pluviale chez des variétés de blé dur (triticum durum desf.) en environnement semi-aride

Les sols des régions semi-arides méditerranéennes se caractérisent par l'absence de couverture végétale et le tassement causé par les troupeaux, ce qui réduit le pouvoir d'absorption de l'eau. Dans ce contexte, les outils à dents, travaillant à faible profondeur, sont plus intéressants pour conserver l'eau (Amara, 2006). Le travail du sol est la première mesure à prendre pour lutter contre la dégradation du sol pour la préservation de l'eau, de la matière organique, pour la reconstitution des agrégats, l'économie de l'eau et pour réduire les effets de l'érosion (Chennafi et al., 2011). Le travail du sol réalisé à la charrue à disque accroît l’infiltration et l’emmagasinement des eaux de pluies, cependant, il favorise l’évaporation en augmentant la surface du sol exposé au soleil (Latreche, 2011). En agriculture pluviale, les pratiques du labour représentent une alternative d'amélioration par la préservation de l'eau dans le sol (Araus, 2004). Nielsen et al., (2002) considèrent que la disponibilité de l'eau pour la culture au stade critique dépend de la contenance du sol en eau au moment de sa plantation et il dépend du travail du sol, des résidus de cultures affectant l'efficience de stockage des précipitations. En environnement semi-aride, la productivité du blé dur résulte de la préservation d'une quantité d'eau limitée à des stades efficients en eau (Chennafi et al., 2005 ; Chennafi et al., 2011).
En savoir plus

128 En savoir plus

Comportement agronomique de lignées allochtones de blé dur dans un milieu semi-aride de Tunisie

Comportement agronomique de lignées allochtones de blé dur dans un milieu semi-aride de Tunisie

confirment que le rendement est aussi sous la dépendance des conditions envi- ronnementales influençant la croissance de la plante de blé et de leur interaction avec la constitution génétique de la plante. Comme illustré dans ces essais, le rendement potentiel varie d’une saison à une autre et dépend des variations des quantités de pluie ainsi que de leur répar- tition. Cette interaction génotype x envi- ronnement représente un des problèmes les plus importants que l’améliorateur doit résoudre. Si cette interaction est très accentuée il sera recommandé de créer des variétés spécifiquement adaptées à chaque type de milieu (Finlay et Wilkin- son, 1963 ; Eberhart et Russell, 1966 ; Rosielle et Hamblin, 1981). Cet objectif est difficile à atteindre lorsque les condi- tions du milieu sont très variables et imprévisibles. Dans la région semi-aride du Kef, la quantité de pluie et sa réparti- tion sont aléatoires. L’améliorateur doit par conséquent concentrer ses travaux de sélection sur la recherche de variétés spé- cifiquement adaptées ayant un fort poten- tiel de rendement et une résistance aux maladies.
En savoir plus

7 En savoir plus

INVENTAIRE DE LA FAUNE BLATTOPTERES DANS LES REGIONS ARIDE ET SEMI-ARIDE (LAGHOUAT) : CAS DES FORETS ET LES SITES URBAINS

INVENTAIRE DE LA FAUNE BLATTOPTERES DANS LES REGIONS ARIDE ET SEMI-ARIDE (LAGHOUAT) : CAS DES FORETS ET LES SITES URBAINS

INVENTAIRE DE LA FAUNE BLATTOPTERES DANS LES REGIONS ARIDE ET SEMI-ARIDE (LAGHOUAT) : CAS DES FORETS ET LES SITES URBAINS MASNA Fatiha 1,2 ; HABBACHI Wafa 3 ; BENHISSEN Saliha 4 , ADAMOU Alaa-Eddine 2 1. Département de Sciences NaturelleS, ENS Taleb Ebderrahman, B.P.4033, 03000 Laghouat, Algérie

1 En savoir plus

Show all 1549 documents...