Sapin baumier

Top PDF Sapin baumier:

Croissance et architecture du sapin baumier en réponse au broutement de l'orignal

Croissance et architecture du sapin baumier en réponse au broutement de l'orignal

broutement, abroutissement ou herbivorisme) est l’impact le plus fréquent et, parmi les types de tissus consommés, le broutement apical de la flèche terminale (c.-à-d. sommet du tronc ou des tiges) exerce une influence significative sur la croissance en hauteur des arbres (Bergqvist et coll. 2001, Moncrieff et coll. 2014). Lorsqu’imposée aux arbres juvéniles composant la strate inférieure de la forêt (ou régénération forestière), une pression chronique de broutement apical peut renverser la primauté de l’effet ascendant des facteurs abiotiques (ex. : nutriments, eau, gradient de lumière), en accentuant celui descendant des herbivores (Augustine et McNaughton 1998, Nugent et coll. 2001) sur la croissance des producteurs primaires. Lorsque distribuée largement dans un peuplement, cette pression compromet les rapports de dominance au sein de la régénération forestière, en ralentissant la vitesse de croissance de l’espèce dominant la voûte forestière (Danell et coll. 2003, Edenius et Ericsson 2015) — p.ex. le sapin baumier Abies balsamea (Linnaeus) Miller 1768 dans les sapinières de la forêt boréale (ex. : Terre-Neuve, CA, Gosse et coll. 2011). Dans les forêts matures non perturbées (ou forêts inéquiennes), les pressions chroniques de broutement apical peuvent réorienter la trajectoire de la succession écologique en retardant, relativement aux autres espèces moins broutées, l’accession des juvéniles de l’espèce dominante à la voûte forestière (Bergström et Bergqvist 1999, Gill 2006, Prins et Fritz 2008). Conséquemment, le potentiel de production de graines de l’espèce dominante diminue ainsi que sa dissémination, sa germination et l’établissement de nouveaux plants (Gill et Beardall 2001, Christie et coll. 2014), ce qui compromet ultimement la possibilité de renouvellement de l’espèce dominante. 2. COMPLEXITÉ DES RELATIONS PLANTE – HERBIVORE ET DES RÉPONSES DES ARBRES AUX PRESSIONS DE BROUTEMENT
En savoir plus

107 En savoir plus

Étude phylogéographique pancanadienne du sapin baumier (Abies balsamea [L.] Mill.) et de ses relations  avec le sapin subalpin (Abies lasiocarpa [Hook] Nutt.) dans l’ouest du Canada

Étude phylogéographique pancanadienne du sapin baumier (Abies balsamea [L.] Mill.) et de ses relations avec le sapin subalpin (Abies lasiocarpa [Hook] Nutt.) dans l’ouest du Canada

Une autre évidence notable de refuge glaciaire controversé est la « Driftless Area » située au sud-ouest de l’état du Wisconsin actuel (Attig et al., 2011). Cette zone, supposée toujours libre de glace durant la dernière glaciation, aurait permis au sapin baumier de survivre dans un refuge cryptique localisé très proche de la calotte glaciaire, tout comme pour d’autres espèces forestières (McLachlan et al., 2005; Gugger et al., 2008). Un second refuge en marge de la calotte glaciaire dans la région des Maritimes-Appalaches a aussi été confirmé. Ce refuge a aussi été identifié chez le pin gris (Godbout et al., 2010), une autre espèce boréale à la distribution similaire au sapin baumier, ainsi que chez le pin rouge (Walter & Epperson, 2005). Ces deux refuges glaciaires auraient permis une première vague de colonisation, antérieure à l’arrivée des populations réfugiées plus au sud, du fait de leur proximité des territoires libérés par la fonte glaciaire. Enfin, la distribution des diversités génétiques de l’ADNmt et de l’ADNcp du sapin baumier dans la région du Labrador confirmerait la présence d’un refuge dans l’extrême nord-est du Canada. Cette évidence de refuge controversé dans le nord-est du continent, aussi proposé chez d’autres espèces (Tremblay & Schoen, 1999; Jaramillo-Correa et al., 2004; Colbeck et al., 2008), tend à confirmer une colonisation postglaciaire par le Nord plus ou moins importante selon l’espèce, du Labrador, de Terre-Neuve, et de l’est et du nord du Québec. Cependant, l’étendue de la colonisation postglaciaire en provenance de ce refuge apparaît beaucoup plus importante chez le sapin baumier (chapitre 2 de la présente thèse), que chez l’épinette noire (Jaramillo-Correa et al., 2004, Gérardi et al., 2010).
En savoir plus

146 En savoir plus

Analyse de la dynamique des peuplements mixtes de sapin baumier et d'épinette rouge après coupe partielle : contraintes et méthodologies statistiques

Analyse de la dynamique des peuplements mixtes de sapin baumier et d'épinette rouge après coupe partielle : contraintes et méthodologies statistiques

92 régénération de sapin baumier est généralement plus abondante que celle d’épinette rouge (Ray 1941; Brissette 1996). Peu importe l’espèce, l’augmentation de la surface terrière induit une diminution du recrutement. En fait, la surface terrière représente une mesure de densité et il apparaît tout à fait normal qu’une densité élevée réduise le recrutement, l’espace de croissance (cf. Oliver et Larson 1996) étant moins disponible pour d’éventuelles recrues. Les estimés des paramètres indiquent toutefois que la diminution du recrutement est moins marquée chez l’épinette rouge. Bien que les semis d’épinette rouge soient peu abondants (Brissette 1996), l’espèce possède la capacité de croître dans des conditions de faible luminosité (Seymour 1992). Dans des conditions de faible intensité lumineuse, les semis des espèces de sapin préfèrent diminuer leur croissance en hauteur et privilégient une croissance latérale (Messier et al. 1999). En ce qui concerne l’accroissement en diamètre, la réaction des gaules d’épinette rouge à l’éclaircie n’est pas aussi forte que celle de gaules de sapin baumier (Seymour 1992). Les résultats de cette étude vont dans le même sens. En effet, des surfaces terrières avoisinant les 10 m 2 ha -1 favorisent clairement l’accroissement des
En savoir plus

124 En savoir plus

Croissance et propriétés du bois de la tige et des racines de l'épinette noire et du sapin baumier après une coupe partielle en forêt boréale

Croissance et propriétés du bois de la tige et des racines de l'épinette noire et du sapin baumier après une coupe partielle en forêt boréale

En somme, 1 'étude de la formation du bois, de la croissance et des propriétés du bois dans la tige et les racines de 1 'épinette noire et du sapin baumier après une[r]

168 En savoir plus

Impact du longicorne noir, Monochamus scutellatus scutellatus, sur l’épinette noire et le sapin baumier à la suite de chablis en forêt boréale irrégulière

Impact du longicorne noir, Monochamus scutellatus scutellatus, sur l’épinette noire et le sapin baumier à la suite de chablis en forêt boréale irrégulière

10 Les risques de chablis sont régis par l’interaction simultanée de plusieurs facteurs, comme la topographie, le climat, les caractéristiques du sol et du peuplement ainsi que l’aménagement (Ruel, 2000; Mitchell et al., 2001; Ruel et al., 2002). Toutefois, parmi ces facteurs, la topographie est celui qui a le plus d’influence sur la susceptibilité d’un peuplement aux chablis (Larouche, 2005). La vitesse du vent est importante car elle détermine la force à laquelle les arbres sont soumis (Ruel et Benoit, 1999). La direction des vents est aussi importante puisque les arbres auront tendance à être plus susceptibles au renversement lorsque les vents empruntent des voies inhabituelles. En effet, l’enracinement des arbres témoigne généralement de leur acclimatation aux vents dominants (Larouche, 2005). La susceptibilité au chablis dépend aussi des caractéristiques de l’espèce d’arbre, comme la profondeur de l’enracinement ou la rigidité de la tige, ainsi que des caractéristiques du peuplement comme la densité, la hauteur et l’âge (Fraser, 1962; Coutts, 1986). Ainsi, le sapin baumier est plus vulnérable aux chablis à cause de sa plus grande susceptibilité aux caries de souche et de racines, qui affectent les arbres surtout à partir de 50 ans (Whitney, 1989; Lavoie, 2011). Les pratiques sylvicoles telles que les coupes partielles et les coupes totales (Rollinson, 1987) peuvent aussi influencer les pertes par le chablis en modifiant les caractéristiques du peuplement aménagé, ce qui peut augmenter l’exposition des arbres aux vents (Ruel 1995; Ruel et al., 2003). Quel que soit le principal élément responsable du chablis, cette perturbation modifie substantiellement l’environnement forestier (Vaillancourt, 2008). Les conséquences d’un chablis peuvent varier selon sa sévérité, sa taille et sa récurrence sur la même station (Vaillancourt, 2008). À la suite d’un chablis, la mortalité de la plupart des arbres est causée par le bris des tiges et le déracinement des arbres qui peut être partiel ou complet (Vaillancourt, 2008). Donc, les arbres ne meurent pas toujours immédiatement, ce qui ajoute une dimension temporelle aux effets du chablis.
En savoir plus

62 En savoir plus

Réaction de la régénération préétablie de sapin baumier et d'épinette noire à différentes intensités de coupe dans des forêts boréales irrégulières

Réaction de la régénération préétablie de sapin baumier et d'épinette noire à différentes intensités de coupe dans des forêts boréales irrégulières

Par la suite, pour mieux comprendre les facteurs influençant la réaction à chaque type de coupe, nous avons fait des analyses de corrélation entre les paramètres de croissance cumulée (hauteur et diamètre) et les indices de vigueur (proportion de cime vivante et indice apical) ainsi que la hauteur initiale de la régénération. Ces analyses de corrélation ont été effectuées avec la corrélation de Spearman. Les calculs ont été faits séparément pour chaque espèce et chaque type de coupe. Enfin, des régressions simples et multiples pour modéliser la croissance en hauteur des deux espèces ont été faites. Pour les deux espèces, on a initialement inclus le pourcentage de lumière et la cime vivante mais, dans le cas du sapin baumier, l’effet de la cime verte n’était pas significatif et a été retiré. De même, les variables aléatoires qui ont été tenues en compte pour le modèle mixte sont : les sites, les blocs et les parcelles.
En savoir plus

60 En savoir plus

Ajustement de la stratégie de plantation de sapin baumier à un contexte de broutement controlé et de compétition pour les ressoures sur l'Ile d'Anticosti

Ajustement de la stratégie de plantation de sapin baumier à un contexte de broutement controlé et de compétition pour les ressoures sur l'Ile d'Anticosti

Le temps est maintenant aux remerciements. Je tiens principalement à remercier mon directeur, Jean-Pierre Tremblay. Pendant mon Bacc, nous nous sommes croisés extrêmement souvent dans les corridors, au point où se saluer est devenu un réflexe naturel. Cependant, il n’avait pas encore de charge de cours et, bien que je me doutais qu’il faisait partie du personnel de l’université, je ne pouvais pas mettre de nom sur son visage. Après des recherches, j’ai constaté qu’il était nouveau professeur au département et je l’ai contacté par courriel, question de pouvoir faire autre chose que lui envoyer la main la prochaine fois que je le croiserais dans un corridor. À mon grand étonnement, il a non seulement répondu à mon courriel, mais il m’a par la suite invité à l’aider dans l’élaboration des notes du cours qu’il préparait à l’époque. Après quelques mois, il m’a parlé d’un projet de maîtrise et m’a suggéré d’y réfléchir. Jamais je n’aurais cru participer à un projet à Anticosti et encore moins un projet sur le sapin baumier! Malgré tout, il a su me faire voir que le projet combinait le théorique et l’appliqué de façon intéressante. Ce fut assez pour me faire sauter dans un avion, les dents serrées un peu quand même, à cause du vertige. C’est sa facilité d’approche et ses talents de communicateurs qui font de Jean-Pierre un enseignant et formateur hors-pairs, autant au bureau que sur le terrain. Il amène toujours le bon argument et sait convaincre. Sa ténacité est un exemple pour toute personne entrant dans le domaine de la recherche. Sa bonne humeur et sa joie de vivre naturelle rendent les pires moments beaucoup plus faciles à tolérer (mes pilules de cheval oubliées à la roulotte quand on est à 1h de route sur le terrain).
En savoir plus

54 En savoir plus

Croissance et qualité du bois de l'épinette noire et du sapin baumier après une coupe avec protection des petites tiges marchandes (CPPTM)

Croissance et qualité du bois de l'épinette noire et du sapin baumier après une coupe avec protection des petites tiges marchandes (CPPTM)

Pour le sapin baumier, l'accroissement en volume était significativement plus élevé chez les témoins pour les huit années avant CPPTM, mais les arbres traités surpassent les témoins dès [r]

81 En savoir plus

Isolation et caractérisation de composés bioactifs de la résine de sapin baumier (Abies balsamea (L.) Mill)

Isolation et caractérisation de composés bioactifs de la résine de sapin baumier (Abies balsamea (L.) Mill)

Figure 1 — Taxus canadensis (a) et Panax quinquefolius (b) 33 Figure 2 - Aiguilles, cônes et écorce du sapin baumier 8 Figure 3 - Distribution du sapin baumier en Amérique du Nord 9 Figu[r]

77 En savoir plus

Effets de la proximité des sources de graines et des lits de germination sur la régénération de l'épinette blanche et du sapin baumier observées 70 ans après feu

Effets de la proximité des sources de graines et des lits de germination sur la régénération de l'épinette blanche et du sapin baumier observées 70 ans après feu

La structure verticale de la population de sapin baumier ainsi que la distribution des cohortes en fonction de la distance de la zone preservee montrent que les[r]

89 En savoir plus

Contributions des effets directs et indirects du broutement et de la compétition à la performance des plants de sapin baumier

Contributions des effets directs et indirects du broutement et de la compétition à la performance des plants de sapin baumier

La surabondance du cerf de Virginie à Anticosti a entraîné une forte pression de broutement sur les espèces végétales préférées du cerf et ainsi la quasi-disparition de la strate arbustive et de la régénération du sapin baumier (Potvin et al. 2003). Un suivi mené sur 3 ans estimait que les cerfs étaient responsables de 64 ± 11% de la mortalité des semis dans les blocs de coupes étudiés (Tremblay et al. 2007). La végétation potentielle en sapinières à bouleau blanc occupait près de 40% de la superficie de l’île avant l’introduction du cerf et n’en recouvre aujourd’hui plus que 20% (Barrette et al. 2010). Cette raréfaction des sapinières s’est faite au profit d’autres espèces plus résistantes ou tolérantes au broutement et l’on assiste maintenant à une lente conversion des sapinières vers des pessières à épinettes blanches et graminées. Cette conversion occasionne une modification de qualité de la litière et peut entraîner une diminution de la minéralisation de l’azote (Pastor et al. 1993). Cet effet négatif sur le cycle de l’azote a le potentiel de réduire à long terme la productivité de l’écosystème et de le maintenir dans un état alternatif si aucune action n’est rapidement prise (Harrison et Bardgett 2004, Dufresne et al. 2009). Des mesures de gestion doivent par conséquent être entreprises afin d’améliorer la régénération du sapin baumier si l’on ne veut pas assister à la disparition des sapinières, ce qui est possiblement à prévoir d’ici 30 à 40 ans (Potvin et al. 2003).
En savoir plus

81 En savoir plus

L'entomofaune des cônes de sapin baumier (Abies balsamea (L.) Mill) et son impact sur la régénération

L'entomofaune des cônes de sapin baumier (Abies balsamea (L.) Mill) et son impact sur la régénération

Les espèces s'attaquant au sapin baumier (Abies balsamea) sont mal connues, tout comme leur impact sur la production de graines et sur la régénération des peuple[r]

198 En savoir plus

Colonisation, par les insectes xylophages, du sapin baumier défolié par la tordeuse des bourgeons de l'épinette

Colonisation, par les insectes xylophages, du sapin baumier défolié par la tordeuse des bourgeons de l'épinette

développement des larves (Ryan et Hurley, 2012). La plupart des larves restent dans les 4 premiers centimètres de la surface des billes et la longueur des galeries varie de 5 à 15 cm (Schiff et al., 2012). Les larves de Sirex en développement creusent des trous dans le bois des conifères et obtiennent des avantages nutritifs soit en mangeant le champignon (Madden et Coutts, 1979), soit en utilisant des enzymes fongiques qui aident à la digestion du xylème (Kukor et Martin, 1983). L’espèce de mélandryide, Serropalpus substriatus, est connue pour être attirée par le champignon symbiotique de la pourriture blanche que porte Sirex cyaneus (Talbot, 1977). Cette espèce s'est avérée avoir un impact économique par la production de trous dans le bois d'œuvre (Ross, 2019). Elle n’est pas couramment rencontrée et n’est généralement pas abondante (Bittner et al., 2016) cependant, en contexte d’épidémie de TBE, cette espèce semble trouver des conditions propices puisqu’elle a été parmi les espèces les plus abondantes retrouvées dans les pièges à interception et dans les cages d’émergence. Les galeries des larves de Sirex cumulées à celles des larves de Serropalpus et la présence du champignon rendent ce cortège d’espèces nuisible pour le sapin baumier.
En savoir plus

83 En savoir plus

Dynamique des racines fines dans les écosystèmes forestiers de sapin baumier (Abies balsamea (L) Mill.) et d'épinette noire (Picea mariana (Mill.)) situés le long d'un gradient climatique

Dynamique des racines fines dans les écosystèmes forestiers de sapin baumier (Abies balsamea (L) Mill.) et d'épinette noire (Picea mariana (Mill.)) situés le long d'un gradient climatique

Articulee autour de 1'evaluation de la densite des racines fines dans des ecosystemes de sapin baumier {Abies balsamea (L.) Mill) et d'epinette noire (Picea mariana (Mill.) B.S.P.) loc[r]

83 En savoir plus

Mesure de la compétition de l'épinette noire par le sapin baumier en Gaspésie

Mesure de la compétition de l'épinette noire par le sapin baumier en Gaspésie

Sur les sites contenant des anciennes pessières à sapin baumier, l'évolution des peuplements avant le traitement tendait vers une sapinière avec une faible proportion d'EPN (moins de 27 [r]

82 En savoir plus

L'effet du couvert et du lit de germination sur la germination et la survie du sapin baumier (abies balsamea (L.) Mill.) de l'épinette blanche (picea glauca (moench) voss.) et du thuya (thuja occidentalis L.) au sud de la forêt boréale

L'effet du couvert et du lit de germination sur la germination et la survie du sapin baumier (abies balsamea (L.) Mill.) de l'épinette blanche (picea glauca (moench) voss.) et du thuya (thuja occidentalis L.) au sud de la forêt boréale

Pourcentage de germination moyen des graines viables semées par traitement dans le boisé des sites résineux (R), mixte (M) et feuillu (F).. Les moyennes surmontées de lettres ident[r]

78 En savoir plus

Étude de l'influence de la tordeuse des bourgeons de l'épinette (Choristoneura fumiferana Clem.) sur la composition chimique du sapin baumier (Abies Balsamea (L.) Mill) en forêt boréale

Étude de l'influence de la tordeuse des bourgeons de l'épinette (Choristoneura fumiferana Clem.) sur la composition chimique du sapin baumier (Abies Balsamea (L.) Mill) en forêt boréale

La première hypothèse qui stipulait que les composés de défense se retrouveraient en plus grande quantité dans les aiguilles des arbres affectés par la TBE, c'est avérée pour sa part, êt[r]

118 En savoir plus

Impacts de la tordeuse des bourgeons de l’épinette sur la régénération de l’épinette noire et du sapin baumier selon différents types de coupes forestières

Impacts de la tordeuse des bourgeons de l’épinette sur la régénération de l’épinette noire et du sapin baumier selon différents types de coupes forestières

We aimed specifically to measure the defoliation of balsam fir and black spruce seedlings, on the basis of stand characteristics attributes, in relation to stand type (pure black spruc[r]

98 En savoir plus

Vulnérabilité du sapin baumier aux attaques de la tordeuse des bourgeons de l'épinette en fonction de l'âge des peuplements après feu

Vulnérabilité du sapin baumier aux attaques de la tordeuse des bourgeons de l'épinette en fonction de l'âge des peuplements après feu

L'examen du patron de croissance des arbres survivants dans les différents peuplements indique que l'épidémie a affecté la région en deux vagues. Ces deux périodes correspond[r]

83 En savoir plus

Influence du peuplier faux-tremble sur la régénération du sapin baumier dans la pessière à mousses de l'ouest du Québec

Influence du peuplier faux-tremble sur la régénération du sapin baumier dans la pessière à mousses de l'ouest du Québec

We hypothesize that understory balsam fir are more abundant when aspen is present in the canopy because the mixedwood stands not only provide suitable sites for [r]

71 En savoir plus

Show all 41 documents...