Risques financiers et gestion des risques

Top PDF Risques financiers et gestion des risques:

Les déterminants de la gestion des risques financiers des entreprises non financières : une synthèse de la littérature

Les déterminants de la gestion des risques financiers des entreprises non financières : une synthèse de la littérature

Bien que le th´ eor` eme de Modigliani et Miller ait initialement ´ et´ e appliqu´ e ` a l’analyse du choix de la structure financi` ere, il est en r´ ealit´ e plus g´ en´ eral, et peut s’appliquer aux autres aspects de la strat´ egie financi` ere, notamment aux politiques de couverture. Un raisonnement par arbitrage analogue permet d’affirmer que chaque investisseur peut se couvrir en d´ etenant un portefeuille diversifi´ e ou en prenant des positions sur le march´ e des instruments d´ eriv´ es afin d’atteindre l’´ equilibre escompt´ e entre risque et rentabilit´ e. Par cons´ equent, aucun n’accepterait de payer une prime pour acqu´ erir les titres d’une entreprise au motif qu’elle g` ere ses risques financiers. Ainsi, nul besoin pour les entreprises de mettre en place des strat´ egies de gestion de risque destin´ ees ` a leur conf´ erer un profil de risque particulier puisque leurs actionnaires peuvent, par eux-mˆ emes, diversifier leurs investissements. Autrement dit, si les d´ ecisions de gestion des risques n’influent pas sur les cash flows engendr´ es par les actifs r´ eels, alors, en l’absence de frictions sur le march´ e, elles n’ont pas de r´ epercutions sur la valeur de l’entreprise. Cependant, l’existence d’un march´ e financier parfait qui sous-tend ce raisonnement repose sur les hypoth` eses tr` es restrictives suivantes :
Show more

36 Read more

Une stratégie originale de gestion des risques : les incitatifs financiers conditionnels sont-ils une avenue pour lutter contre les maladies chroniques?

Une stratégie originale de gestion des risques : les incitatifs financiers conditionnels sont-ils une avenue pour lutter contre les maladies chroniques?

malgré le malaise qu’il suscite, continue de se frayer un chemin au sein des politiques publiques de plusieurs États 4 . Tel qu’il sera exposé subséquemment, les programmes d’incitatifs financiers conditionnels actuellement en vigueur sont orientés vers la réduction de la pauvreté, majoritairement dans les États où le revenu moyen par habitant est faible ou moyen 5 . Or, l’objectif du présent article est d’examiner les incitatifs financiers conditionnels en tant qu’outil de gestion des risques dans le contexte précis des maladies chroniques. Aussi, ce texte n’est pas une prise de position, mais plutôt un exercice exploratoire d’un outil intrigant et d’actualité. Cette exploration est pertinente au moment où la gouvernance de la santé publique est en mutation. En effet, une transition épidémiologique a marqué le XX e siècle, allant de la prédominance des maladies épidémiques infectieuses vers celle des maladies chroniques non transmissibles 6 . Cette transition s’est d’abord manifestée dans les sociétés modernes et s’est concrétisée récemment dans les pays en développement 7 . Jusqu’à maintenant, si les autorités de santé publique ont joué un rôle important dans le contrôle des maladies infectieuses, leur
Show more

34 Read more

Apport de la théorie des valeurs extrêmes à la modélisation et la gestion des risques boursiers, financiers et hydro-météorologiques

Apport de la théorie des valeurs extrêmes à la modélisation et la gestion des risques boursiers, financiers et hydro-météorologiques

Sur le plan organisationnel, la thèse se décompose en deux grandes parties dis- tinctes. Dans un premier temps, nous nous intéressons aux fondements de la théorie des valeurs extrêmes, en mettant l'accent sur l'approche "Peaks Over Threshold (POT)". Nous nous focalisons sur l'étape cruciale de cette approche qui réside dans le choix d'un seuil optimal. Nous proposons la comparaison de plusieurs approches objectives basées sur des méthodes statistiques dévelop- pées. Ce premier bloc qui constitue la partie théorique de notre thèse, présente également diérentes extensions de la théorie classique, à savoir les copules extrêmes, les GEV non-stationnaires et le traitement des extrêmes dans le cas d'observations dépendantes. La deuxième partie, à vocation pratique, est consacrée aux applications et au traitement des données réelles. Ces applica- tions illustrent l'utilité de la TVE pour une meilleure modélisation et gestion des risques. Enn, nous avons proposé en conclusion, des perspectives et des pistes de recherche dont les fruits sont encore en cours d'exploration et d'achè- vement.
Show more

112 Read more

Utilisation des instruments non-linéaires dans le portefeuille de gestion des risques financiers des entreprises non-financières

Utilisation des instruments non-linéaires dans le portefeuille de gestion des risques financiers des entreprises non-financières

Nos résultats indiquent que, dans le cas des compagnies aurifères qui utilisent la couverture, le choix entre les instruments de couverture n'est pas affecté par le[r]

122 Read more

Modélisation de la dépendance dynamique en tarification et en gestion des risques financiers sous modèles GARCH

Modélisation de la dépendance dynamique en tarification et en gestion des risques financiers sous modèles GARCH

Le quatrième chapit re t ra ite de la tarifi cation des opt ions exotiques sous les mo- dèles GARCH où nou définissons le con cept de dép end ance statique et dynamique via [r]

119 Read more

La Relation De La Gestion Des Risques Financiers Et La Gouvernance Des Banques -cas De La Banque Société Générale Algérie-

La Relation De La Gestion Des Risques Financiers Et La Gouvernance Des Banques -cas De La Banque Société Générale Algérie-

Et à partir de cette étude on a constaté qu’il existe une importante corrélation entre la gouvernance, la gestion intégrée des risques. L’Autorité considère ces éléments comme les bases sur lesquelles doit reposer la gestion saine et prudente d’une institution financière. La gouvernance bancaire vue sous l’angle de la réglementation prudentielle n’a pas été à la hauteur de sa tache et a accusé un retard par rapport aux évolutions majeures des techniques financières et du mode de fonctionnement des économies émergentes. Les principes fondamentaux et orientations publiés par le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire et exposent clairement la nécessité pour les institutions financières d’instaurer de saines pratiques en matière de gouvernance.
Show more

11 Read more

Evaluation des options et gestion des risques financiers par les réseaux de neurones et par les modèles à volatilité stochastique

Evaluation des options et gestion des risques financiers par les réseaux de neurones et par les modèles à volatilité stochastique

Cette prolifération a été, d’autant plus motivée, que l'accroissement de la volatilité et l'incertitude de l'environnement n'arrêtent pas de stimuler les agents économiques à gérer les risques de marché. Les risques de change, de taux d'intérêt et de variation des cours boursiers sont devenus un sujet de préoccupation omniprésent. La gestion de ces risques est une activité stratégique qui est en train de connaître un essor considérable et un gain d'intérêt de plus en plus important de la part des institutions financières, des gérants de fonds et de nombreuses entreprises industrielles et commerciales. Après des années de croissance effrénée et peu réglementée, nous assistons, aujourd'hui, à une phase de plus grande réglementation et de gestion plus contrôlée des risques. Cette gestion a fait des progrès notables grâce au développement des produits dérivés. Un produit dérivé ou contingent est un actif financier négocié sur un marché dont la valeur dépend du prix d'un autre actif appelé sous-jacent.
Show more

619 Read more

Organisation et gestion des risques en salle des marches financiers : appareil, marche, réseau.

Organisation et gestion des risques en salle des marches financiers : appareil, marche, réseau.

2. L'environnement de la salle des marchés Nous l’avons déjà souligné : le nouvel arrivant dans une salle est immédiatement frappé par la quantité et l'intensité des communications dont le front-office est le théâtre. Une salle bourdonne d'activité : aux téléphones, télécopieurs et interphones répondent les 'platines' Reuter et les systèmes électroniques de courtage, mais également les interpellations mutuelles et les exclamations des traders. De nombreux corps de métiers interviennent : contrôleurs de gestion, informaticiens, "back-officers", responsables administratifs... Toutes ces personnes avec lesquelles les opérateurs sont en rapport étroit ne sont pas toutes employées de l'établissement. Parmi ces dernières citons les courtiers, les opérateurs des autres salles intervenant sur le même marché et toutes les relations des opérateurs : camarades de promotion, anciens collègues, informateurs..
Show more

382 Read more

Risques d'exploitation, litiges financiers : le commissaire aux comptes et l'information de gestion de la PME

Risques d'exploitation, litiges financiers : le commissaire aux comptes et l'information de gestion de la PME

Les "Diligences directement liées ("DDL") sont là pour autoriser un certain niveau de re- gard critique du commissaire aux comptes, mais les travaux de recherche universitaire en la matière s’intéressent surtout aux grandes entre- prises. Au sein des PME, les experts-comptables sont des interlocuteurs naturels pour le mana- gement, quand du moins il y a un expert- comptable auprès de l’entreprise. Sinon, le commissaire aux comptes est légitime à éclairer l’entreprise sur la qualité de ses processus, ceux qui permettent d’avoir une fonction comptable de contrôle, ceux qui permettent d’éviter cer- taines fraudes internes ou certains litiges avec des partenaires… En vérité, le commissaire aux comptes est toujours légitime dans cette inter- vention car l’analyse de l’organisation et des risques est la base de la mission d’audit. Les travaux de recherche en matière de Corporate governance et de risques de fraude sont nom- breux à souligner la nécessité du regard du commissaire aux comptes : ainsi Turnbull 8 in- siste sur l'efficacité du regard du tiers indépen- dant (Piot et a. également 9 ). Brewster 10 insiste sur le fait que la détection des fraudes incombe aux commissaires aux comptes. De même Ca- liurt & Kaur 11
Show more

4 Read more

Gestion de la dette publique et analyse des notions d'optimalité de soutenabilité et des risques financiers : cas des pays de la Commission de l'Océan Indien

Gestion de la dette publique et analyse des notions d'optimalité de soutenabilité et des risques financiers : cas des pays de la Commission de l'Océan Indien

12 Ensuite, le seigneuriage correspond à une politique de financement basée sur la sollicitation de l’intervention des autorités monétaires par le Gouvernement (Mankiw, 2003) 8 . C’est une forme de financement basée sur la création monétaire qui peut être directe ou indirecte (Burda et Wyplosz, 2003) 9 . Le seigneuriage direct consiste à demander des crédits et concours à la Banque Centrale tandis que le seigneuriage indirect passe par les autres intermédiaires financiers et a lieu sur le marché monétaire des titres de créances négociables, son instrument principal étant le bon du Trésor (un titre financier de court terme d’une maturité inférieure à un ou deux ans au maximum et avec un taux d’intérêt généralement faible mais parfois élevé
Show more

417 Read more

Epargne et endettement : des risques financiers à la solidarité intergénérationnelle

Epargne et endettement : des risques financiers à la solidarité intergénérationnelle

(4) Voir sur ces questions le n° 2897 de Problèmes Économiques, la Documentation française, 12 avril 2006. (5) Gary Becker, prix Nobel, est un économiste de Chicago connu pour ses positions libérales (au sens français du terme). Il a été de ceux qui ont transposé le raisonnement économique d’optimisation à des sujets variés comme la gestion du temps, les relations conjugales, la délin- quance ou l’immigration. Sur ce dernier point, il est, par exemple, favorable à une vente aux enchères de « droits à l’immigration ». (6) La dette publique représente un revenu différé pour ceux qui détiennent les titres émis par l’État, notamment les banques et les cais- ses de retraite. Dans une certaine mesure, la dette publique d’aujour- d’hui est une garantie de ressources pour les retraités de demain !
Show more

5 Read more

LA GESTION DES RISQUES DANS LES COMMUNES

LA GESTION DES RISQUES DANS LES COMMUNES

A l'origine, elle porte en fait sur les modalités de contrôle des dirigeants par les actionnaires (cf Shleifer et Vishny (1997), Nguyen et al (1996), Charreaux (1997), Hirigoyen et Caby (1998). Le modèle d'entreprise dominant, que Chandler (1977) nomme « the modern business enterprise », émerge avec l'avènement de la seconde révolution industrielle. Il était celui d'une entreprise intégrée verticalement, contrôlant une grande part des actifs grâce à un système de commande et de contrôle rigides. La concentration du pouvoir au sommet de la pyramide organisationnelle, ajoutée à la séparation de la propriété et du contrôle, fait du problème d'agence entre les dirigeants et les actionnaires le problème de la « corporate governance ». Le principal objectif était traditionnellement associé à celui de maximisation de la valeur des actionnaires dans un contexte où les frontières de l'entreprise étaient bien définies et où l'intérêt premier était de réduire les coûts d'agence. Dans ce cadre, Shleifer et Vishny (1997) déclarent que la « corporate governance » concerne « la façon selon laquelle les apporteurs de capitaux financiers s'assurent d'avoir un retour sur leurs investissements ». Cette approche a dominé les débats sur la « corporate governance » de ces dernières années.
Show more

18 Read more

Gestion des risques et réglementation prudentielle

Gestion des risques et réglementation prudentielle

3. B ALE 3 Les accords de Bâle 3, qui succèdent directement aux accords de Bâle 2, sont le fruit, comme ces prédécesseurs, du Comité de Bâle. Cette troisième série d’accords sur la régulation bancaire et financière mondiale, axée sur la stabilité, vient en réponse directe à la crise économique et financière que nous avons connu à partir de 2007. Jusqu’à présent, même si c’était moins le cas lors des accords de Bâle 2, ceux-ci s’étaient surtout intéressé au risque de crédit auquel était sujet les établissements bancaires mondiaux. Cependant, ici le raisonnement est différent. Cette troisième série d’accord arrive plus tôt que ces prédécesseurs, ce qui peut être considéré comme logique à la vue de la situation financière des années 2007 – 2008. Mais surtout, elle va également axer ses directives sur un autre point majeur des risques bancaires, et très peu pris en compte jusqu’alors : les risques de marché et de liquidité. Parce que même si nous n’allons pas ici réécrire toute l’histoire de la « crise des subprimes », cette crise vient d’abord des marchés. Les crédits « subprimes » octroyés par des établissements non bancaires aux Etats-Unis, ont été adossé à des produits dits « structurés ». La valeur de ces produits a rapidement chuté, ainsi que leur liquidité. Les marchés ont perdu totalement confiance en ces produits, ce qui causa une crise de confiance sur les marchés financiers et interbancaire, qui a fini par se bloquer. Les banques ne prêtant plus les unes aux autres, elles ont « failli » à leur rôle de moteur de l’économie, rôle qui pousse les banque à investir dans l’économie, via les prêts aux entreprises, aux particuliers, ce qui impacte la consommation, l’investissement, et donc le chômage. Bâle 3 a donc été créé pour répondre aux insuffisances des précédents accords, mais a également été pensé en fonction de la crise financière de 2007.
Show more

56 Read more

Gestion des risques : histoire, définition et critique

Gestion des risques : histoire, définition et critique

Nous pouvons isoler quatre problèmes majeurs de gestion des risques reliés au marché de la finance structurée durant cette période (Dionne, 2009): 1. Absence de contrats incitatifs en présence d’asymétrie d’information Les banques et les courtiers d’hypothèques immobilières étaient peu incités à la vigilance et à la surveillance des risques des emprunteurs immobiliers parce qu’une large portion de leur prêts était titrisée sans clause contractuelle optimale en présence de risque moral. En effet, ils pouvaient transférer tous leurs risques de défaut aux marchés financiers. Comme leurs pertes potentielles étaient transférées aux marchés financiers, ces institutions de première ligne étaient moins enclines à la vigilance face au risque de défaut de leurs clients. L’antisélection était aussi présente : des produits financiers BBB (note minimale pour avoir accès aux CDOs) ont été vendus à des fiducies alors qu’ils étaient en fait des BB avec des garanties supplémentaires provenant des assureurs via les CDS.
Show more

23 Read more

L’effet de l’annonce médiatique d’irrégularités financières sur les risques financiers des entreprises

L’effet de l’annonce médiatique d’irrégularités financières sur les risques financiers des entreprises

16 effet, en supposant que t=0 est la date de la première annonce sur le WSJ, la période « avant l’annonce » est de t=-130 à t=-31. De la même façon, la période « après l’annonce » est de t=+31 à t=+130, où t=0 est la date de la dernière annonce. Afin de tester l’influence de la fraude sur le changement du bêta, les auteurs ont ajouté des variables qualitatives (binaires) pour distinguer les types de fraudes 2   : la taille du bêta avant l’annonce de la fraude, la taille de l’entreprise (grande ou petite capitalisation), le type d’entreprise (institution financière ou non, rendement anormal avant l’annonce étant élevé ou non). Avec l’échantillon de 129 fraudes corporatives concernant 71 entreprises, les résultats montrent que le bêta augmente dans 42 des cas, reste stable dans 22 cas et diminue significativement pour les 65 cas restants. Dans les cas où le bêta s’accroit, les entreprises, qui sont des institutions financières, ont un bêta faible avant l’annonce. Les résultats sont inversés pour les cas de diminution de bêta. Cloninger et al. (2000) nous proposent deux hypothèses théoriques pour expliquer ce phénomène : l’hypothèse de couverture de position (hedging) et l’hypothèse de la  Rotten apple theory (RAT) (exemple de coût d’agence). Sous l’hypothèse de hedging, une irrégularité financière, en cas de succès, peut réduire le risque et donc augmenter le prix du titre. Autrement dit, une augmentation du bêta après l’annonce est le résultat de la détection de la fraude, ce qui est cohérent avec l’hypothèse de hedging. Cependant, une diminution du bêta après l’annonce de fraude n’est pas nécessairement incohérente avec cette hypothèse. Cette diminution reflète l’anticipation du marché quant à l’amélioration de la gestion de l’entreprise après l’annonce de fraude. Par ailleurs, la stabilité du bêta s’explique bien par l’hypothèse de RAT. Si les fraudes corporatives sont des actes aléatoires (non systématiques), alors la valeur de l’entreprise est affectée par les coûts d’agence, mais non affectée par l’annonce de fraude (en excluant les amendes anticipées, les frais et les pénalités). Dans ce cas, le bêta avant et après l’annonce de fraude de l’entreprise est similaire.
Show more

185 Read more

Politiques de gestion des risques en Équateur

Politiques de gestion des risques en Équateur

En avril 2008 est constitué le secrétariat technique de gestion des risques 8 en charge de la mise en place du SNDGR pensé dans la Constitution. D’après le texte, l’État doit garantir la sécurité des personnes, des biens et de la nature, et en diminuer la vulnérabilité. Mais c’est la responsabilité de tous les niveaux de gouvernement qui est engagée dans un système décentralisé de gestion des risques régi par un principe de subsidiarité en cas de dépassement des capacités d’action. Le système national repose sur les nouvelles compétences dévolues aux échelons les plus locaux des pouvoirs publics : les municipes ou GADs municipaux 9 . Une modification du COOTAD de janvier 2014 prévoit même la destitution des maires de ces municipes en cas de négligence dans les autorisations d’usage du sol qui ne tiendraient pas compte des conditions de risque. Les gouvernements municipaux sont en charge d’établir les plans de développement et d’aménagement territoriaux en tenant compte des conditions de risque. Mais en dehors des grands centres urbains 10 , la grande majorité des 224 municipes de l’Équateur ne dispose que de très peu de moyens, humains et financiers, pour mener à bien ces nouvelles missions. La coopération joue ici un rôle important, sans pour autant apporter de solution durable et généralisable à la problématique de la recomposition en cours de l’État. L’organe national de gestion des risques doit accompagner les institutions et échelons locaux dans une montée en compétences nécessaire, mais voit son organisation affectée par des options politiques fluctuantes.
Show more

13 Read more

Évaluation et surveillance des risques relatifs aux conglomérats financiers

Évaluation et surveillance des risques relatifs aux conglomérats financiers

Le développement de ces modèles se fait principalement par le biais expérimental et continuera de l’être. Les aspects techniques de l’agrégation des risques ne doivent toutefois pas paralyser, voire décourager, les institutions dans le développement, la mise en œuvre et le perfectionnement de ce type de système. Il est impératif que les conglomérats financiers soient incités à fournir des efforts dans ce champ (Henrard et Olieslagers [2004]). Dans leur contribution de 2001, Cumming et Hirtle ont souligné l’existence d’obstacles pour les entreprises financières dans la création de système de gestion consolidée du risque. Freins de diverse nature qui les incitent à gérer encore leur risque de manière relativement segmentée (existence notamment de coûts informationnels en raison de l’intégration et de l’analyse d’informations provenant de différentes lignes d’activités et de coûts réglementaires liés à la gestion et au contournement des barrières). Les autorités de contrôle doivent donc continuer à les y inciter. Les deux parties y ont autant intérêt l’une que l’autre. Pour ce faire, les autorités de contrôle doivent parfaire leur connaissance en la matière tout en s’assurant que les modèles internes élaborés par les conglomérats financiers sont adéquats. Elles doivent également être en capacité de les accompagner dans cette démarche. Cette prise de conscience n’est-elle toutefois pas en partie dépendante de la structure organisationnelle de surveillance des groupes financiers hétérogènes en place ? En effet, sous une architecture traditionnelle, suivant les lignes sectorielles, il y a fort à craindre que les conglomérats financiers soient plus incités à examiner et suivre le profil de risque de chacune de leurs entités et non celui du
Show more

276 Read more

LA GESTION DES RISQUES DE CHANGE ET LEUR COUVERTURE DANS UNE ENTREPRISE

LA GESTION DES RISQUES DE CHANGE ET LEUR COUVERTURE DANS UNE ENTREPRISE

Pour éviter d'arriver à cette situation, les banques centrales ont souvent cherché à stériliser les entrées de capitaux qui sont venues gonfler leurs réserves. Mais, dans le meilleur des cas, ces opérations ne sont efficaces qu'à court terme. Autrement, étant donné la taille relativement faible des marchés financiers intérieurs par rapport au volume des flux de capitaux internationaux, les efforts de stérilisation tendent à perdre leur efficacité avec le temps. Ainsi, les objectifs de maîtrise de l'inflation et de stabilité du taux de change poursuivis par les autorités deviennent de plus en plus manifestes.
Show more

105 Read more

Les risques financiers de la glorieuse incertitude du sport

Les risques financiers de la glorieuse incertitude du sport

pour combler les déficits. La solution pour rompre ce cercle vicieux serait de durcir 5 la contrainte budgétaire du club sportif. Selon la théorie économique standard, une des vertus de la cotation en bourse est de soumettre les dirigeants des sociétés cotées à la discipline des marchés financiers où ils sont exposés, en cas de mauvaise gestion, au risque de prise de contrôle ou de rachat en bourse par un actionnaire majoritaire plus exigeant. La cotation des clubs en bourse laisserait le marché évaluer le risque financier, disciplinerait la gouvernance des clubs et attirerait des investisseurs dans le sport. Une quarantaine de clubs de football professionnels, en majorité anglais, étaient cotés en 2000 après les introductions en bourse de 1998-99 pendant la période
Show more

11 Read more

Prévention et gestion des risques dans les collectivités territoriales - Quelles gouvernances et modalités d’actions face aux risques ?

Prévention et gestion des risques dans les collectivités territoriales - Quelles gouvernances et modalités d’actions face aux risques ?

- Les limites des pratiques antérieures des collectivités locales en matière de gestion des risques (Baromètre IFACI/AMRAE/ANDGGC, 08/2013) : cette étude montre en effet que le degré de maturité des collectivités locales est relatif/limité que cela soit en terme d’outils ou de culture. Dans ce cadre, il est tout d’abord montré que le risques les mieux gérés restent les risques financiers, d’après les répondants, grâce à des outils comme le contrôle de gestion, les PPI/PPF, des TdB financiers, un service de contrôle interne/audit interne, une cellule Performance des achats. Par contre, peu de collectivités ont mis en œuvre une organisation à la gestion globale des risques, notamment via une cartographie des risques par processus clés.
Show more

6 Read more

Show all 5675 documents...