Représentations du corps

Top PDF Représentations du corps:

Utilisation d'une rétroaction virtuelle altérée pour évaluer les représentations du corps en présence ou en absence de douleur

Utilisation d'une rétroaction virtuelle altérée pour évaluer les représentations du corps en présence ou en absence de douleur

4 1.3. Les représentations du corps: support du contrôle moteur Percevoir la forme, la taille, la position et le mouvement de notre corps peut paraitre assez ordinaire au premier abord. Toutefois, contrairement à d’autres types de représentation, les représentations du corps sont un sujet complexe où le corps est simultanément acteur et observateur (Dieguez and Lopez, 2017). Les représentations du corps proviennent d’une intégration dynamique d’informations ascendantes (la proprioception, la vision, les informations tactiles, viscérales et vestibulaires) et descendantes (efférences motrices et connaissances antérieures) (Blanke, 2012; Maravita et al., 2003), et reposent sur un vaste réseau cérébral (Naito et al., 2015; Tsakiris, 2010; Di Vita et al., 2016). Ces représentations du corps sont le support du contrôle moteur tout en permettant à l’individu de se sentir agent de ses propres actions (sentiment d’agentivité) et de s’identifier comme un « soi » unique où chaque partie du corps appartient à « son » corps (sentiment d’appartenance du corps, body ownership en anglais) (Blanke, 2012). Comme le soulignent Di Vita et collaborateurs (2016), la complexité de telles représentations ne peut pas engendrer une seule et unique représentation du corps. Bien qu’il soit largement accepté dans la littérature qu’il existe plus d’une représentation du corps, il n’existe pas de taxonomie faisant consensus pour les définir (Di Vita et al., 2016). Ainsi, dans le cadre de cette thèse, le pluriel sera privilégié pour correspondre à une vision concordante avec la littérature scientifique suggérant des représentations du corps plutôt qu’une représentation (Dijkerman and de Haan, 2007; Longo et al., 2010; Paillard, 1999; Schwoebel and Coslett, 2005; Di Vita et al., 2016).
En savoir plus

199 En savoir plus

Quand l'eau nous touche : utilisation de l'eau en psychomotricité et évolution des représentations du corps chez des enfants polyhandicapés

Quand l'eau nous touche : utilisation de l'eau en psychomotricité et évolution des représentations du corps chez des enfants polyhandicapés

Lors d’un stage en cabinet libéral, une rencontre m’a particulièrement marquée, celle d’un petit garçon en situation de polyhandicap. Son expressivité et sa joie de vivre m’ont touchée. En deuxième année, j’ai pu réaliser un stage en Institut d’éducation motrice (I.E.M), celui-ci m’ a beaucoup intéressée. La verbalisation qui est parfois complexe ou rare chez ces enfants laisse place à une communication d’une toute autre nature. Par le biais de ce stage, j’ai pu observer que le polyhandicap touche à la fois l’intégrité corporelle et psychique de l’individu. Cela a des répercussions dans leurs représentations du corps.
En savoir plus

88 En savoir plus

Un corps qui émancipe : pratiques et représentations du corps dans les quartiers populaires vénézuéliens

Un corps qui émancipe : pratiques et représentations du corps dans les quartiers populaires vénézuéliens

dès lors qu’il fait l’objet d’une monstration publique, d’une apparition, ou qu’il opère comme une surface de dénonciation. Dès lors que le corps sert à exprimer un conflit, on serait en présence d’une « politique du corps ». À vouloir retenir cette première définition intuitive de « politique du corps », les modalités de la nouvelle présence des habitants des barrios dans l’espace public, et dans le sous-ensemble proprement médiatique de cet espace, témoignent déjà d’un changement – quoique très lent - dans les normes et les représentations sociales. Même si l’habitant des barrios continue à être associé à une violence irrépressible, sa présence n’est plus totalement assimilée à une menace. Non seulement la répétition des rendez-vous électoraux a familiarisé une partie de la population vénézuélienne avec le bastion électoral du Président Chávez, mais la visibilité publique des nouveaux comités participatifs a aussi produit une fêlure dans les représentations du corps populaire. Ce dernier, tout en restant lié dans les représentations à la violence de la phôné, du cri animal 29 , est montré
En savoir plus

28 En savoir plus

L'absence du cerveau dans les représentations du corps en Inde

L'absence du cerveau dans les représentations du corps en Inde

/39/ Quelques registres de représentations du corps Le corps imaginal des adeptes tantriques Les très nombreuses écoles ou voies ésotériques que l’on a pris l’habitude de subsumer sous le terme de « tantrisme » (le mot n’existe pas dans les langues indiennes) ont en commun d’établir une correspondance étroite entre le microcosme du corps humain et le macrocosme de l’univers. Différents procédés permettent à l’adepte de « réaliser » le divin en lui-même, notamment une construction mentale du corps qui ne s’appuie que partiellement sur la physiologie. Ce « corps imaginal » (Padoux 2002 : 172) mentalement édifié par celui qui pratique le yoga tantrique comporte un axe vertical médian au long duquel l’adepte doit faire s’élever une énergie initialement lovée à la base du pubis, lui faisant traverser de bas en haut une série de centres subtils successifs, les cakra (littéralement « roues »), figurés comme des fleurs de lotus dont le nombre de pétales varie selon le cakra. La liste des cakra n’est pas la même dans les différentes traditions, mais toutes placent le cakra ultime, souvent « à mille pétales », soit au sommet du crâne, soit légèrement au-dessus (tandis qu’il est fréquent qu’un
En savoir plus

11 En savoir plus

Microbiote intestinal et émergence de nouvelles représentations du corps - Une approche psychosociale

Microbiote intestinal et émergence de nouvelles représentations du corps - Une approche psychosociale

Pourtant il s’agit d’une « vieille histoire » que restaure et revalorise la présence de cet écosystème. L’origine de toutes les maladies se trouve dans l’intestin affirmait déjà Hippocrate. Mais ce qui est à noter dans « l’histoire moderne » du ventre, c’est que les intestins, dotés de leur capital microbien superpuissant, sont désormais le ventre. Ils occupent « toute la place », non seulement de l’espace digestif, mais de l’ensemble de l’être-corps. Ils ne parlent pas seulement de notre santé, mais de nous-même. C’est ainsi que le reformule, entre autre, une rubrique d’un magazine du mois d’avril 2016 : « ce que notre ventre dit de nous » [22] . La dynamique de ces « annonces » scien- tifiques/grand public, influencent à l’évidence la parution d’ouvrages et de traités de savoir-vivre et de santé qui font la promotion de l’intestin, contribuant à le positionner au centre de notre corporéité, à commencer par le plus célèbre d’entre eux « Le charme discret des intestins » [23] . Plus récemment encore, dans un numéro d’avril 2016 d’un magazine de vulgarisation scientifique, le ventre est « désormais reconnu comme un poste de commande central dans notre vie » [18] .
En savoir plus

7 En savoir plus

Culture du corps et technosciences : vers une « mise à niveau » technique de l’humain?
Analyse des représentations du corps soutenues par le mouvement transhumaniste

Culture du corps et technosciences : vers une « mise à niveau » technique de l’humain? Analyse des représentations du corps soutenues par le mouvement transhumaniste

jouent sur l’élaboration et la genèse d’une représentation. Par exemple, dans son étude de la psychanalyse (1961), Moscovici montre que le rôle de la communication sociale est primordial tout au long du processus de formation d’une RS. En fait, un postulat central dans l’étude des représentations est qu’il existe « une interrelation, une correspondance, entre les formes d’organisation et de communication sociales et les modalités de la pensée sociale, envisagée sous l’angle de ses catégories, de ses opérations, et de sa logique » (Jodelet 1989b : 63). Pourquoi produisons-nous des représentations sociales? Les raisons sont notamment d’ordre cognitif. D’abord, le facteur de décalage et de dispersion de l’information – faisant en sorte que la plupart des gens ne détiennent pas suffisamment d’informations pour se faire une idée nette d’un fait ou d’une situation (sauf dans certains domaines limités) – a pour conséquence que, selon le groupe, des thèmes seront plus ou moins connus et plus ou moins acceptés. Ainsi, « en partant de quelques principes, l’individu doit reconstruire lui-même toute une série de théories » (Moscovici 1961 : 361). Ceci renvoie également à la diversité des sources d’information auxquelles tous n’ont pas un accès égal. En second lieu, la pression à l’inférence fait écho à la nécessité de communiquer et d’agir, à tout moment de la vie courante, rapidement et de façon intelligible pour les autres. « La fréquence des ‘réponses toutes faites’ ou ‘des idées reçues’ témoigne du rôle de ce capital d’‘anticipation’ qui dirige rapidement les réactions et sélectionne les informations » (Moscovici 1961 : 362). Enfin, un troisième facteur cognitif concerne la focalisation, lorsqu’un groupe (ou individu) porte un intérêt particulier à certains domaines précis de son environnement plutôt qu’à d’autres, engendrant du coup une variation du degré d’implication. Par voie de conséquence, le sujet (individuel et social) est amené à utiliser plusieurs modes de compréhension de son environnement en vertu des principes d’analogie et de compensation (cohérence des raisonnements); c’est ce que Moscovici nomme la « polyphasie cognitive ».
En savoir plus

332 En savoir plus

Commercialisation des produits de beauté, pratiques esthétiques et représentations du corps de la femme à Montréal, 1870-1915

Commercialisation des produits de beauté, pratiques esthétiques et représentations du corps de la femme à Montréal, 1870-1915

Dans le seconde moitié du xIxe siècle, le Québec connaît une phase d’industrialisation et d’urbanisation qui modifie la société et la culture. La production de masse, la presse à grand t[r]

160 En savoir plus

Quel corps soigne-t-on en psychomotricité ? La place de la psychomotricité dans l'étayage des représentations du corps chez l'enfant

Quel corps soigne-t-on en psychomotricité ? La place de la psychomotricité dans l'étayage des représentations du corps chez l'enfant

En effet, les interactions sociales restent parfois difficiles à comprendre pour lui, tout comme les événements du quotidien (déménagement d’un ami, mort d’un animal de compagnie…) et [r]

100 En savoir plus

Comique et sadisme : les représentations du corps dans le Struwwelpeter de Heinrich Hoffmann

Comique et sadisme : les représentations du corps dans le Struwwelpeter de Heinrich Hoffmann

und Funktionsgeschichte eines bürgerlichen Bilderbuchs, Stuttgart, Metzler, 1977, p. De rares contes merveilleux sont cependant considérés comme ayant dès le départ été d[r]

136 En savoir plus

Les représentations du corps dans le jeu sur le violon baroque

Les représentations du corps dans le jeu sur le violon baroque

5 LE CORPS ET L’EXPRESSION MUSICALE 10 musique, les amis de cet art doivent s’attendrent à ne rien trouver de ce genre dans ce livre. [Geminiani 1751, 1] Dans ces quelques lignes Geminiani semble définir ainsi les critères d’une bonne interprétation : il ne saurait y avoir de juste expression sans bien sûr une exacte intelligence de la musique, mais aussi sans que le corps ne soit plié « à une disci- pline de la réserve et de la retenue, conformément à la civilité corporelle » [Mabru 1998, 167]. Cette retenue est très sensible chez certains violonistes baroques et est elle aussi une réaction contre les excès présumés de l’école moderne. Il s’agit en même temps de faire preuve d’une économie de moyens qui ferait défaut aux mo- dernes : concentration et lenteur de l’archet, flexibilité du poignet et des doigts de la main droite sont désormais le principal arsenal de l’expressivité musicale, s’op- posant ainsi au grands mouvements d’archet et à l’expressivité de la main gauche (vibrato, pression des doigts) propre au jeu moderne. Parce que la main gauche tient le violon, elle délègue le rôle expressif à la seule main droite 8 .
En savoir plus

13 En savoir plus

Corps-objet / corps-vivant dans l'art contemporain : Le jeu des taxinomies au fil des métamorphoses du corps

Corps-objet / corps-vivant dans l'art contemporain : Le jeu des taxinomies au fil des métamorphoses du corps

Afin de comparer le rôle joué par ces dépouilles, carcasses ou ossements selon leurs “utilisateurs”, sur la scène élargie de l‟art contemporain international, on soulignera que les représentations du corps sous forme de cadavres ou non morcelés et de squelettes ou ossements, apparaissent souvent comme des moyens de rupture voir de provocation pour les artistes, cherchant une prise de conscience dans la réception de leurs oeuvres. Pensons par exemple à des artistes européens comme Damien Hirst, Wim Delvoye ou encore Delphine Gigoux-Martin qui questionnent le corps, les nouvelles technologies et l‟environnement en ayant recours aux ossements et à la taxidermie. Leurs oeuvres mettent en scène un autre rapport à l‟animalité et au corps, bien souvent d‟un aspect plus froid et médical. Pour Hirst par exemple, dans In the name of the Father (2005), un cadavre de mouton est conservé dans le formol et exposé crucifié dans une lamelle de verre ; chez Gigoux-Martin dans Don’t believe in Christmas (2002), des jambes de cheval tronquées sont placées sous un dispositif qui les « saupoudre » de neige. Les esthétiques sont morbides et poétiques, extrêmement mises en scènes, fabuleuses mais non naturelles, quand les ossements sont matières souvent utilisées brutes, évidentes et familières, pour les artistes amérindiens mentionnés plus haut. On pourrait ainsi probablement observer, par la comparaison de nombreuses autres œuvres, l‟influence exemplaire des schèmes culturels de représentations du monde, et donc de répartition des êtres et des choses en catégories, sur les créations des artistes comme sur les perceptions du public 12 .
En savoir plus

12 En savoir plus

Les espaces du corps, le corps comme espace

Les espaces du corps, le corps comme espace

LES ESPACES DU CORPS, LE CORPS COMME ESPACE L ISA E L G HAOUI U NIVERSITE S TENDHAL - G RENOBLE Au cinéma, au théâtre tout comme dans la poésie de Pasolini, le corps et l’espace se définissent dans un rapport de réciprocité, de correspondance, d’analogie. Chaque espace décrit, mis en scène, représenté ne semble avoir de sens qu’en rapport avec le corps et le corps, à son tour, ne semble pouvoir être saisi, que dans son rapport à l’espace. Car l’espace est toujours vécu, ressenti, perçu par les corps qui l’habitent, le parcourent, le traversent, le rencontrent, le violent, le transforment. Mais, c’est aussi l’espace qui transforme les corps : en s’imposant comme une entité informe, infinie, illimitée face à la forme finie et limitée des corps, l’espace problématise le rapport de l’individu au monde et à son propre corps en faisait naître le désir d’un corps qui lui ressemblerait, le désir d’un corps qui se ferait espace, au sens sartrien du terme, c’est-à-dire qui ne saurait être une forme, qui ne serait plus simplement un lieu (c’est-à-dire une portion déterminée de l’espace) mais qui transcenderait les contingences physiques, matérielles, biologiques et deviendrait « immenso e unico come il deserto » 1
En savoir plus

9 En savoir plus

Modifié. Corps, identité. Identité, corps

Modifié. Corps, identité. Identité, corps

rendent compte avec une précision relative de l’importance de certains organes et de leur fonctionnement physiologique. Par exemple, plus qu’une modification esthétique du corps, la bifurcation linguale entraîne une modification de la mobilité des muscles linguaux, c’est-à-dire que le scalpel induit une perturbation dans le fonctionnement anatomique d’un organe dont la présence est plus affirmée que nous pourrions le penser. La langue est organe d’omniprésence, un organe de connexion, une connexion avec son propre corps mais aussi avec les autres, par le truchement de la communication verbale qu’elle articule à coup de dentales, mais aussi une communication des sens, dans la proximité des corps mus par une pulsion sensuelle ou sexuelle. Je n’ai jamais eu autant conscience de ma langue, de sa forme, de ses mouvements, de son utilité, que lorsque j’ai tranché dans le muscle. Se trancher la langue, c’est trancher dans cette connexion centrale et imposer à son corps une variation radicale de son fonctionnement. Par l’incision, elle acquiert une nouvelle forme, une autre manière de se mouvoir, chaque lobe musculaire pouvant se déplacer indépendamment de l’autre. Mais encore, dans le processus même de cicatrisation, j’ai pu découvrir l’hypersalivation et le champ des possibles capacitaires de mes glandes salivaires. J’ai aussi pu découvrir toutes les nuances que pouvait arborer mon corps au fur et à mesure de la cicatrisation, tout comme on peut observer l’évolution du visage d’ORLAN après son opération.
En savoir plus

193 En savoir plus

Du corps à la société. Représentations de la souffrance dans Soifs de Marie-Claire Blais

Du corps à la société. Représentations de la souffrance dans Soifs de Marie-Claire Blais

Nous avons démontré que la soif, dans ce premier roman du cycle, apparaît chez certains personnages comme une manifestation du monde souffrant dans leur corps. La technique du monologue narrativisé participe à ce que bien des pensées et des événements prennent un sens général et qu’une conscience collective émerge. La répétition de plusieurs préoccupations imprègne le texte d’une douleur presque obsédante. Un doute plane sur les perceptions des personnages, renforcé par l’emploi de la forme interrogative, en même temps que des descriptions détaillées à l’effet presque photographique révèlent les misères de certains de manière limpide et crue. La rumeur de l’Ombre se laisse entendre dans les pensées de bien des personnages; de la litanie douloureuse qu’entend Julio au « Tutti son pien di spiriti maladetti » des écrivains, leurs évocations témoignent d’une angoisse qui devient caractéristique de la « conscience collective » du roman.
En savoir plus

89 En savoir plus

Faire corps, prendre corps, donner corps aux ambiances urbaines

Faire corps, prendre corps, donner corps aux ambiances urbaines

FAIRE CORPS, PRENDRE CORPS, DONNER CORPS AUX AMBIANCES URBAINES Rachel THOMAS Dans son essai sur « les grandes villes et la vie de l’esprit », paru initialement en 1903, Simmel offre une analyse particulièrement fine de l’expérience sensible dans les grandes métropoles européennes de la fin du XIXe siècle. Suite à l’évolution rapide des techniques de communication, de transport et d’aménagement, suite à la diversification des activités économiques et sociales, suite aussi à l’accroissement des flux et des rythmes quotidiens, les villes modernes soumettent les citadins à « une intensification de la vie nerveuse » (Simmel, 2004, p.170). Ce changement de nature dans ce qu’il appelle « la vie sensible urbaine » opère non seulement sur les conditions de perception de la ville, sur la psychologie des habitants mais aussi sur leurs manières de gérer ensemble leurs actions et leurs relations. Ainsi, la ville apparaît au citadin dans une « poussée rapide d’images changeantes », dans une succession inattendue d’impressions fugitives qui rend toute perception confuse. Soumis à ces chocs perceptifs permanents et à une hyperstimulation visuelle, le citadin développe alors des traits psychologiques et des attitudes qui modèlent en retour la réalité sociale et les ambiances urbaines du XIXe siècle.
En savoir plus

11 En savoir plus

Corps vivants – Corps morts

Corps vivants – Corps morts

Or, le traitement infligé aux corps des prisonniers au sein des espaces de détention soviétiques, peut précisément être considéré comme le thème central de l’œuvre graphique de Dantzig Baldaev. Depuis les gros plans effectués sur les tatouages, jusqu’aux plans larges restituant des situations d’exécutions, en passant par des plans resserrés sur des scènes de torture, il n’existe que très peu de dessins de l’Album qui ne fassent pas figurer un – ou des – éléments corporels et qui ne puissent être lus comme une illustration du traitement du corps des détenus, corps vivant ou corps mort. C’est ainsi que l’ensemble de l’Album permet une analyse du système pénal soviétique dont relèvent à la fois les prisons ordinaires et les espaces proprement concentrationnaires du Goulag. Les dessins du gardien représentent à cet égard un point d’entrée sans égal pour mener à la fois une analyse des principes de fonctionnement des espaces carcéraux en URSS tout autant qu’une anthropologie du corps détenu.
En savoir plus

10 En savoir plus

Les corps des hommes, le corps de la nation Introduction

Les corps des hommes, le corps de la nation Introduction

19 Quoi qu’il en soit, il n’est pas rare que le féminin soit associé à des valeurs négatives et suscite méfiance ou rejet. D’ailleurs, ce dénigrement fonctionne généralement en opposition au masculin qui s’en trouve alors valorisé. Aussi la troisième partie du numéro se centre-t-elle sur plusieurs types de résistances, que l’on pourrait qualifier de masculinistes. Chez Montherlant, par exemple, la féminité est présentée comme une gangrène qui met en danger non seulement le corps du héros des Jeunes filles (1936-1939), mais aussi celui d’une nation menacée d’émasculation, même si, selon l’analyse de Pierre Damamme, cette horreur du féminin n’est peut-être pas à prendre au premier degré. En revanche, c’est bien contre le féminin que se construit l’identité nationale mise en avant par la revue espagnole Nuestro Cinema, au début des années 1930. Évelyne Coutel montre comment, face à la montée du pouvoir des femmes, cette publication défend une masculinité hégémonique et normative qui rejette les représentations hollywoodiennes, jugées déviantes, pour prendre exemple sur le modèle viriliste offert par le cinéma russe. Il apparaît donc que, contrairement aux idées reçues, idéologie libertaire et féminisme ne vont pas nécessairement de pair. Dans son article sur la révolution sandiniste au Nicaragua dans les années 1980, Viria Delgadillo rejoint cette analyse. Les textes et les images étudiés révèlent une logique masculiniste et hétérosexiste, en contradiction avec le projet de société égalitaire mis en avant par le discours révolutionnaire.
En savoir plus

11 En savoir plus

Du corps biologique au corps capacitaire

Du corps biologique au corps capacitaire

post-partum du cerveau. Cette hypothèse est à la croisée des perspectives néoténiques d'explication de l'évolution et du développement humain 7 et des phénomènes d'hétérochronies 8 . « L'Homme a commencé par les pieds » nous dit Leroi-Gourhan (1982). En effet, avec l'augmentation du temps passé en position bipède, la fonction locomotrice des membres supérieurs disparaît et ceux-ci peuvent assurer d'autres fonctions. Ils peuvent augmenter leur participation à la préhension des objets et servir également au portage (rôles auparavant dévolus en partie à la bouche). Ils sont évidemment plus disponibles pour la fabrication d'outils. La bouche n'étant plus l'organe principal de manipulation et de portage des objets, elle peut être plus souvent mobilisée pour la parole. Insistons encore sur le fait que le développement du langage parlé est aussi une question d'habileté sensori-motrice car la parole résulte du contrôle précis de la coordination des muscles phonatoires. Ainsi « le langage et l'outil sont la même expression de l'homme » (Leroi-Gourhan, 1964). La bipédie a libéré la main pour l'outil et la bouche pour la parole. En effet, cet ethnologue et archéologue, élève de Marcel Mauss, dans sa recherche de la spécificité de l'espèce humaine, fait le lien entre l'évolution des structures anatomiques humaines et ses conséquences en terme de possibilités techniques (techniques du corps, aides techniques). Il introduit la notion de « chaîne opératoire » pour décrire les savoirs- faire des sculpteurs de silex, notion qui peut être utilisée dans le cadre général des techniques humaines. « L'acrobatie, les exercices d'équilibre, la danse matérialisent dans une large mesure l'effort de soustraction aux chaînes opératoires normales, la recherche d'une création qui brise le cycle quotidien des positions dans l'espace » (Leroi-Gourhan, 1965).
En savoir plus

15 En savoir plus

Corps sextiques contenant un corps quadratique (II)

Corps sextiques contenant un corps quadratique (II)

50 où Cn (resp. Dn) désigne le groupe cyclique d’ordre n (resp. diédral d’ordre 2n) ; enfin, dans les tables, le suffixe "r" (resp. "i" ) associé au type du corps If, indique l’existence d’un sous-corps cubique réel (resp.

55 En savoir plus

De la praxis à la praxie pour la mise en oeuvre du corps à corps en kinésithérapie

De la praxis à la praxie pour la mise en oeuvre du corps à corps en kinésithérapie

le patient pour obtenir une verbalisation de son senti et ressenti. Ce discernement des sensations et leurs prises de conscience constituent une aperception 58 . 1.4.1 De l’anatomophysiologie à la connaissance de soi La concentration recherchée du patient participe à la conscientisation de la gestuelle. Elle est évoquée par Prel (2001) quand l’étudiant masseur demande à l’étudiant massé de se concentrer sur ses sensations, mais aussi lors du déplaisir du massé provoqué par la distraction du masseur. La verbalisation du patient vient confirmer et guider le kinésithérapeute dans sa thérapie alors que le patient met en exergue tous ses sens et perceptions. Le toucher kinésithérapique contribue à orienter le patient dans la découverte ou la récupération de ses capacités fonctionnelles, à partir des sensations reçues, tout en l’invitant à l’éveil de ses perceptions intérieures. La définition de Dolto (1988) prend alors tout son sens quand cet auteur précise : « La kinésithérapie n’est pas un traitement par le mouvement, mais le traitement du mouvement » (p. 12) qui nécessite alors la participation conscientisée du patient durant l’acte thérapeutique. Le toucher apparaît ainsi plus intime, le kinésithérapeute n’agit pas que pour prescrire des exercices, mais il corrige directement par une intervention dont le toucher apparaît central. Il ne s’adresse pas seulement à un corps initialement puis à une conscience secondairement, mais à un être entier dans son unicité, requérant la conscientisation de la gestuelle. Les recherches de Bois (2007) viennent compléter cette approche du toucher :
En savoir plus

181 En savoir plus

Show all 3032 documents...