rendu des scènes naturelles

Top PDF rendu des scènes naturelles:

Rendu de scènes 3D imitant le style «dessin animé»

Rendu de scènes 3D imitant le style «dessin animé»

Notre algorithme produit une image à partir d’une description géométrique de la scène 3D. Tous les types de représentation peuvent convenir; de ce point de vue, l’algorithme est relativement général. Dans notre implémentation, nous utilisons, en entrée de l’algorithme, des scènes représentées sous forme d’arbre OpenInventor [7]. Cette description nous permet d’utiliser des techniques de rendu projectif classique comme base pour notre algorithme. Ces rendus sont effectués via les librairies OpenInventor et OpenGL [3], ce qui permet de profiter des performances de la machine et de sa carte graphique pour accélérer le calcul. L’extension à d’autres techniques de rendu ne doit pas poser de problème.
En savoir plus

16 En savoir plus

Occlusion culling et pipeline hybride CPU/GPU pour le rendu temps réel de scènes complexes pour la réalité virtuelle mobile

Occlusion culling et pipeline hybride CPU/GPU pour le rendu temps réel de scènes complexes pour la réalité virtuelle mobile

Notre pipeline de rendu permet une exploration efficace de sc` enes dynamiques, grˆ ace au syst` eme d’occlusion culling ` a deux niveaux. D’abord, une ´ etape d’occlusion culling, bas´ ee sur la coh´ erence temporelle des objets, permet de d´ eterminer les objets visibles du point de vue courant, alors qu’une deuxi` eme ´ etape d’occlusion culling, au niveau tri- angle, permet de r´ eduire encore la charge de calcul. Cette deuxi` eme ´ etape, ex´ ecut´ ee apr` es l’´ elimination des triangles non visibles ` a l’´ ecran (par un test de back-face culling, un test de triangles ext´ erieurs et un test de triangles d´ eg´ en´ er´ es), permet d’obtenir un ensemble minimal de triangles visibles, par une discr´ etisation hi´ erarchique. Pour obtenir des perfor- mances temps r´ eel mˆ eme sur des architectures bas de gamme, nous proposons un rendu basse qualit´ e lors des d´ eplacements, en calculant la visibilit´ e ` a une taille inf´ erieure ` a celle du rendu final. En cons´ equence, des artefacts peuvent apparaˆıtre dans l’image finale, que nous corrigeons lors d’une ´ etape suppl´ ementaire de dilatation des triangles dans l’es- pace ´ ecran. Le rendu final est effectu´ e par un processeur d’affichage, logiciel ou mat´ eriel, ind´ ependant de notre pipeline de rendu, qui est charg´ e de la discr´ etisation fine des tri- angles, ainsi que de l’´ eclairage et de l’application des textures.
En savoir plus

142 En savoir plus

Accélération matérielle pour le rendu de scènes multimédia vidéo et 3D

Accélération matérielle pour le rendu de scènes multimédia vidéo et 3D

7.3.4 Architecture d’un op´ erateur La figure 7.23 pr´esente spacialement une d´ecoupe en bloc d’un op´erateur effectuant un rendu d’une tuile en s’appuyant sur le macropipeline pr´ec´edemment pr´esent´e : un contrˆoleur de DMA (Direct Memory Access) effectue l’interface entre cet op´erateur et le monde ext´erieur. Le contrˆoleur CTRL g`ere le s´equencement des tˆaches internes : le bloc INIT effectue l’initialisation et fournit les coefficients n´ecessaires au parcours g´eom´etrique `a la m´emoire d’initialisation InitM afin que le bloc DST puisse y acc´eder lors du prochain macrocycle du pipeline. Les adresses que d´etermine le bloc DST sont d´elivr´ees `a l’unit´e de gestion de la m´emoire MMU o` u la zone de texture est explicitement calcul´ee. Les adresses sont entrepos´ees dans la m´emoire d’adresses AM tandis que la recopie des donn´ees au travers du DMA s’effectue dans la m´emoire d’entr´ee IM (Input Memory). Les adresses ainsi que les donn´ees sont ensuite transmises au bloc de rendu Render qui effectue les op´erations de m´elange, le cas ´ech´eant, et de restockage des pixels dans la m´emoire de sortie OM (Output Memory). Une fois le traitement d’une tuile compl´et´e, l’´ecriture en m´emoire centrale des donn´ees de la m´emoire de sortie est accomplie au travers du DMA.
En savoir plus

249 En savoir plus

Analyse intelligente de scènes

Analyse intelligente de scènes

(luminance, transparance, reflets). Les méthodes actuelles échantillonnent les surfaces afin de calculer l'illumination de façon précise ce qui pénalise énormément les vitesses d'affichage. Une évaluation des endroits et des valeurs de cette luminance (en tenant compte des gradiants de lumière su les surfaces) doit accélérer les algorithmes de rendu en déterminant les objets identiques en couleur, en texture, en exposition.

15 En savoir plus

Peinture de lumière incidente dans des scènes 3D

Peinture de lumière incidente dans des scènes 3D

Pour les matrices de rotation, nous avons choisi une r´esolution de 64×64 pour la carte d’environnement globale et une r´esolution de 32 × 32 pour les cartes d’environnement locales. Ce choix est un compromis entre la qualit´e et la vitesse de rendu, et la quantit´e de m´emoire n´ecessaire. Nous avons ´echantillonn´e ´egalement 32 × 32 normales sur la sph`ere. Donc, au total, on a 1024 matrices de transformation de taille 4096 × 1024. Puisqu’il s’agit d’un tr`es grand nombre de donn´ees, on quantifie les valeurs (float) des matrices, qui sont dans le domaine [−1, 1], vers des entiers courts, afin de r´eduire la quantit´e m´emoire de moiti´e. On pr´esente `a la figure 8.1 les temps de calculs, la quantit´e de m´emoire et le pourcentage des ´el´ements non nuls pour diff´erentes r´esolutions de matrices (le nombre de normales reste le mˆeme, soit 32 × 32). On rappelle qu’on ne doit calculer les matrices qu’une seule fois ; par la suite, ces matrices peuvent ˆetre utilis´ees pour toutes les sc`enes.
En savoir plus

129 En savoir plus

Modélisation de Scènes Naturelles à Partir de Séquences Vidéos Multi-vue plus Profondeur (MVD)

Modélisation de Scènes Naturelles à Partir de Séquences Vidéos Multi-vue plus Profondeur (MVD)

fin fin Algorithm 2: L’algorithme de Space Carving. utilisées afin de texturer cette surface et un nouvel algo- rithme de plaquage de textures multi-vues basé sur une métrique de photocohérence est proposé. Les principales étapes de cet algorithme sont présentées dans la Figure 5. D’abord, la visibilité est déterminée pour chaque triangle. Ensuite, chaque texture est projetée sur les triangles vi- sibles de cette surface. Les erreurs de projections photomé- triques sont calculées pour chaque triangle et pour chaque vue et sont sauvegardées dans des images d’erreurs. La meilleure texture pour chaque triangle est celle qui mini- mise une métrique de photocohérence. Les triangles qui ne sont visibles par aucune caméra sont texturés avec la tex- ture de la caméra intermédiaire. Les vues synthétisées sont extraites en faisant le rendu du maillage texturé, chaque triangle étant texturé avec la meilleure texture selon la mé- trique de photocohérence.
En savoir plus

7 En savoir plus

Automatisation de la création de scénarios pour les scènes de la visualisation scientifique

Automatisation de la création de scénarios pour les scènes de la visualisation scientifique

En définissant un objet central et en appliquant un flou qui serait assimilable à une profondeur de champ, il est possible de guider l’attention du spectateur lors de son interaction avec l’image. Les codes cinématographiques n’imposent pas que toutes les règles de l’image soient vé- rifiées à tout instant et à chaque plan. La méthodologie propose d’en choisir un certain nombre et de définir un pourcentage qui juge à quel point cette image respecte les codes qui la concernent. L’implémentation proposée par cet article est uniquement implémentée sur CPU et est dite conçue pour le rendu différé, toutefois l’auteur parle de la possibilité d’une accélération GPU qui pourrait faire passer cette technique en temps réel.
En savoir plus

85 En savoir plus

Descriptions de scènes multimédia : représentations et optimisations

Descriptions de scènes multimédia : représentations et optimisations

6.5.1 Distribution progressive de documents XML Comme nous l'avons indiqué dans le chapitre 5, la norme SVG permet le rendu progressif de scènes SVG. Cette technique permet notamment au lecteur SVG de présenter la scène reçue, par exemple via HTTP, avant qu'elle ne soit reçue entièrement, réduisant ainsi la latence de présentation. Afin de permettre un téléchargement progressif efficace, il faut qu'une première scène soit présentable rapidement après le début du téléchargement. Cette contrainte modifie la représentation SVG de la scène que nous avons présentée dans la section 6.3.2. En effet, celle-ci se base sur l'utilisation d'un unique dictionnaire dans lequel tous les éléments utilisés par la liste d'affichage sont présents dès le début de la scène. Cela implique que tous les objets, notamment vectoriels, soient définis avant même la description de la liste d’affichage initiale. Ceci n'est pas satisfaisant. Nous avons donc modifié cette représentation en profitant de la possibilité offerte par SVG pour définir un dictionnaire par trame. Ainsi, nous définissons un dictionnaire minimal initial et un dictionnaire par trame qui ne contient que les objets utilisés dans cette trame. Un exemple d’une telle représentation est décrit dans l’exemple Code 6.8.
En savoir plus

228 En savoir plus

Scènes de guerre dans les favelas de Rio de Janeiro

Scènes de guerre dans les favelas de Rio de Janeiro

Cette reconquête était évidemment nécessaire, et devra se poursuivre dans d'autres favelas de Rio, trop longtemps abandonnées par les pouvoirs locaux, une passivité qui a rendu nécessaires ces actions violentes, attendues depuis au moins vingt ans par des habitants otages du trafic de drogue, et qui ne supportaient plus de voir tous les actes de leur vie quotidienne régis par les trafiquants: les commerçants ont été plusieurs fois sommés de fermer leurs magasins quand un chef de gang avait été tué dans un règlement de compte, le trafic a progressivement accaparé la distribution du gaz, de l'eau, et de l'électricité et l'accès – piraté – à internet et à la télévision numérique. Mais une fois cette réoccupation acquise, il aurait fallu faire un travail de police approfondi pour arrêter les trafiquants, ce qui n'a pas été fait jusqu'à présent dans les treize bidonvilles pacifiés lors des opérations précédentes. Toujours selon Reinaldo Azevedo: « dans onze d'entre eux, le trafic fonctionne normalement. La logistique a changé, ainsi que le comportement des trafiquants de drogue, des droits minimums sont garantis par la police, mais le commerce de drogues est resté inchangé. Les soldats des trafiquants deviennent inutiles dans les bidonvilles où les UPP (Unités de Police de Pacification) sont arrivées, ils ont déménagé vers les bidonvilles où les policiers ne sont pas encore présents ».
En savoir plus

15 En savoir plus

Stratégie de perception active pour l'interprétation de scènes

Stratégie de perception active pour l'interprétation de scènes

(a) exemple de données brutes à traiter (b) exemple de ligne renvoyée par le RANSAC F IGURE IV.2 – Illustration de l’algorithme du RANSAC : à gauche les données brutes, à droites le résultat rendu par l’algorithme du RANSAC L’algorithme du RANSAC ou une de ses variantes sert souvent dans l’estimation de pose. En effet, un des avantages de cet algorithme est qu’il est peu sensible au bruit. Il est la plupart du temps capable de trouver le modèle avec une bonne précision même s’il y a cinquante pour cent d’outliers. Il est donc particulièrement robuste. Il est aussi dans sa conception très générique. Si un modèle peut être construit à partir d’un sous ensemble de primitives et qu’il est possible d’estimer une erreur entre le modèle proposé et les données, l’algorithme du RANSAC pourra être utilisé. Par contre, le RANSAC nécessite de fixer des seuils en fonction de l’application visée (pour déterminer le nombre maximum d’itérations, le nombre ou le taux minimum d’inliers nécessaire pour considérer le modèle viable etc). Un autre défaut de l’algorithme du RANSAC provient de sa nature aléatoire. Si elle lui permet de se séparer des outliers, elle a l’inconvénient de ne pas permettre de garantir que d’un appel sur l’autre, avec les mêmes données, le résultat sera identique. En cas de multiples objets similaires présents dans l’image, il n’est pas non plus garanti que l’algorithme du RANSAC parvienne à en trouver un seul. En effet les autres objets ne sont pas tout à fait du bruit puisqu’ils ont leur propre cohérence mais sont néanmoins des outliers les uns par rapport aux autres. Cela peut faire osciller l’algorithme du RANSAC entre des modèles qui ne représentent pas le même objet et qui se retrouvent pourtant en concurrence.
En savoir plus

207 En savoir plus

Les bases naturelles de la monnaie

Les bases naturelles de la monnaie

C’est une chose de dire que la monnaie est un fait social réalisé matériellement, par le moyen d’artefacts de différentes sortes, et une autre chose de chercher à comprendre comment ce fait social dépend de conditions de possibilités naturelles. Ce sont des problèmes du second type qui nous intéressent ici. Rien n’empêche en effet que le fait social monétaire tire certaines de ses spécificités des propriétés naturelles par lesquelles il est rendu possible. Cela n’enlève rien à sa réalité de fait social et au fait que les pièces de monnaie sont bien des artefacts sociaux munis de pouvoir économique générant la confiance. Ce que nous cherchons à mettre en lumière sont plus particulièrement certaines propriétés neurobiologiques qui sous-tendraient la perception de ces artefacts sociaux en tant qu’ils sont munis de pouvoir économique ou pas, c’est-à-dire, précisément, leur classification comme monnaie digne de confiance ou pas. Quelle est la nature de la relation possible entre les phénomènes neurobiologiques liés au traitement d’artefacts monétaires et le fait social monétaire ? On n’aura rien dit de précis en parlant de survenance ou d’émergence. Il est clair qu’un fait social survient généralement sur un ensemble très complexe de faits physiques. Il est également clair que ce fait social a dû « émerger » à un moment donné. Nous avons en tête un type de questions légèrement différentes qui ne portent pas sur l’ontologie des faits sociaux, mais bien, en revanche, sur certaines modalités de leur apparition. Certaines contraintes biologiques ont pesé sur
En savoir plus

14 En savoir plus

Des ressources naturelles à la santé

Des ressources naturelles à la santé

Fig. 1 – Zones d’études, partenaires du consortium et interdisciplinarité. © S. Burri. Du bois au goudron Environnement et ressources naturelles 3 Extraire du goudron, qui plus est de bonne qualité, fait d’abord appel à un savoir écologique et biologique qui se traduit par une connaissance fine des ressources végétales croissant sur un territoire (des essences botaniques, de la physiologie des arbres et du cycle végétatif) et des conditions environnementales, climatiques et sanitaires pouvant améliorer ou, au contraire, altérer la qualité de la matière première (influence des sols, des saisons, de la météorologie, état sanitaire du bois). Les enquêtes écologiques menées dans le Haut et Moyen Atlas marocain ont mis en évidence la forte intégration de la production de goudron de cèdre, de thuya et de genévrier au sein de l’économie rurale. Dans le Haut Atlas, cette production entretient un lien particulièrement étroit avec le pastoralisme semi-transhumant et transhumant. Ce lien est matérialisé par la corrélation entre le calendrier de la production et celui de l’ouverture des agdals pastoraux d’été 2 , à
En savoir plus

18 En savoir plus

Catégorisation rapide des scènes naturelles : L'objet, le contexte, et leurs interactions

Catégorisation rapide des scènes naturelles : L'objet, le contexte, et leurs interactions

1. Les scènes naturelles et leurs caractéristiques Prenons un instant pour découvrir de nouveau ce monde qui chaque jour nous entoure… De nombreux objets participent à notre environnement. Ils ont des formes variées, des surfaces plus ou moins grandes, respectent des règles physiques qui leurs sont propres, et pourtant, ils ont tous un point commun : en absence totale de lumière, leurs existences visuelles cesseraient. On perçoit le monde qui nous entoure uniquement grâce à la présence d’une source de lumière, la plupart du temps extérieure aux objets. Cette source de lumière peut être naturelle comme le soleil, les flammes d’un feu de camp, les lucioles mais peut être également artificielle comme les lampes électriques. La nature de la lumière a cependant été longuement débattue. Jusqu’au 18ème siècle, en grande partie sous l’influence d’Isaac Newton, de nombreux scientifiques prêtent à la lumière une nature corpusculaire : la lumière serait constituée de particules élémentaires, qui seront appelées plus tard « photons ». Par la suite, diverses expériences menées par Thomas Young et Augustin Fresnel (19ème siècle) mettant en évidence les phénomènes d’interférences et de diffraction de la lumière supporteront grandement l’hypothèse d’une nature ondulatoire de la lumière. Cette théorie ondulatoire se verra d’ailleurs confirmée par les recherches de Maxwell et de Hertz à la fin du 19ème siècle. Il faudra attendre les travaux de Millikan, puis d’Einstein (1916) sur la loi de Planck traitant des rayonnements du corps noir pour redonner à la lumière sa nature bimodale, à la fois corpusculaire et ondulatoire. Il est désormais reconnu que les photons, particules élémentaires électriquement non chargées, sont constitutifs d’ondes électromagnétiques et peuvent être échangés lors de l’absorption ou de l’émission de lumière par la matière. De manière anecdotique, ces études sur la lumière auront eu le mérite d’apporter la reconnaissance à ses investigateurs puisque entre autres, Max Planck (1918), Albert Einstein (1921) et Robert A. Millikan (1923) reçurent le Prix Nobel pour leurs travaux respectifs.
En savoir plus

314 En savoir plus

Segmentation de scènes urbaines par combinaison d'information

Segmentation de scènes urbaines par combinaison d'information

couvrent, une reconstruction 3D éparse est aussi cal- culée sur chaque paire d’images, comme illustré par la figure 3. Afin de développer des applications et ser- vices d’inventaire ou de détection de changement, la société imajing, comme beaucoup d’autres acteurs du domaine, souhaite interpréter, segmenter les images acquises, reconnaître les objets d’intérêt (panneaux, façades des immeubles, etc.). Notre objectif est de segmenter les images de scènes urbaines en combi- nant les informations 2D/3D disponibles en vue d’une description sémantique conforme à une vérité terrain que nous avons établie sur un corpus de données de références.
En savoir plus

9 En savoir plus

Sur un topos romanesque oublié : les scènes de banquets

Sur un topos romanesque oublié : les scènes de banquets

Le topos du banquet fait partie des ingrédients obligés du roman grec. Étroitement lié au développement de l'intrigue amoureuse, il possède souvent une dimension métalittéraire et porte volontiers la marque de la seconde sophistique. La prolifération des scènes de banquet dans les romans byzantins du XIIe siècle confirme le caractère topique de ce motif : on note toutefois quelques tendances nouvelles, goût pour les realia et dimension comique, imputables à l'influence des «festins» cyniques, et aussi place accrue faite à la réflexion morale.

30 En savoir plus

Les scènes du cinéma indépendant dans le Nord-Est parisien

Les scènes du cinéma indépendant dans le Nord-Est parisien

20. Titre d’un livre publié par le collectif du même nom. RÉSUMÉS Face aux logiques très verticales de l’industrie cinématographique, des individus s’auto- organisent et se structurent pour proposer un cinéma indépendant et en marge, inscrit dans le territoire Nord-Est parisien. L’émergence de ces nouvelles scènes répond à des envies de cinémas différentes. Nous mettrons en évidence les dynamiques de constitution, de structuration et d’organisation de deux scènes du cinéma indépendant bénéficiant sur ce territoire d’un fort engagement des politiques locales pour le soutien à la création artistique et à la diffusion. À partir de ce travail empirique, nous discuterons la pertinence des modèles explicatifs habituels des écosystèmes créatifs, à la lumière des débats dans le champ des études urbaines. Aux approches de géographie économique en termes de cluster, nous préférons la notion de scène pour mettre en évidence le rôle des proximités esthétiques dans l’émergence et la structuration des réseaux d’acteurs et de pratiques prenant vie sur des territoires partagés (résidences, lieux de tournage, de postproduction, salles de cinéma…).
En savoir plus

19 En savoir plus

La formation par le théâtre : scènes, acteurs et improvisations. Éditorial

La formation par le théâtre : scènes, acteurs et improvisations. Éditorial

Le sous-titre « scènes, acteurs et improvisations » met en avant deux éléments traditionnels : d’abord le formateur-acteur ou professeur théâtral ; puis la scène-estrade qui est le théâtre de la 1 Notamment : Erwin Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne 2

3 En savoir plus

Caractérisation des Scènes Urbaines par Analyse des Images Hyperspectrales

Caractérisation des Scènes Urbaines par Analyse des Images Hyperspectrales

acquises par les capteurs hyperspectraux actifs dans les r´egions spectrales VIS-NIR nous permet de b´en´eficier des informations li´ees `a la composition de l’environnement urbain, informations bas´ees sur les propri´et´es chimiques des objets. Consid´erant que cette technique produit des informations spectrales m´elang´ees concernant les zones ur- baines complexes, il faut donc appliquer des techniques de classification sophistiqu´ees avec les bonnes connaissances du comportement de composants urbains purs qui sont des clefs fondamentales pour r´eussir `a employer de fa¸con ad´equate la technologie hyper- spectrale. ` A cet ´egard, ´etudier et interpr´eter les caract´eristiques de mat´eriaux fr´equents en milieu urbain est une ´etape essentielle pour utiliser la technologie hyperspectrale dans des applications urbaines. En g´en´eral, malgr´e les absorptions et les perturba- tions atmosph´eriques, les capteurs sont capables de faire l’acquisition d’informations suppl´ementaires permettant d’assurer une classification pr´ecise. Dans un milieu ur- bain, il y a deux types de cibles int´eressantes pour la t´el´ed´etection : d’une part, des cibles naturelles comme le sol, l’eau, la v´eg´etation et les gaz, et d’autre part, des cibles artificielles comme des bˆatiments, rues, routes, ponts, piscines et v´ehicules.
En savoir plus

175 En savoir plus

Conflits et controverses : de nouvelles scènes de production territoriale ?

Conflits et controverses : de nouvelles scènes de production territoriale ?

Constructions de scènes locales de débat Dans les deux contextes analysés, les commissions - Comité de suivi de la charte du Vieux Tours, Commission consultative de l’aéroport - réunissant les représentants du système d’acteurs institutionnels et les associations proclament la possibilité d’un dialogue, d’une action concertée. Ces commissions apparaissent comme des structures permettant une insertion des représentants des habitants mobilisés au sein du système d’action publique. Elles localisent le débat, offrent aux associations un canal différent de celui de la presse et du recours aux stratégies de trouble à l’ordre public. Ces instances instaurent une scène au sein de laquelle les représentants des différents intérêts sont formellement représentés. A Tours, l’adjoint responsable du Comité de suivi évoque un « travail de pacification » entre les habitants, propriétaires de bars et restaurants. A Lyon, les représentants de l’administration soulignent l’impression de comparaître devant les associations lorsqu’ils doivent faire une présentation devant la Commission consultative de l’environnement. Inversement les associations semblent fonctionner comme relais
En savoir plus

19 En savoir plus

Détection et classification de changements sur des scènes urbaines en télédétection

Détection et classification de changements sur des scènes urbaines en télédétection

Introduction Nuts ! General Mc Auliffe La détection de changements en traitement d’images est un ensemble de problèmes regroupant des domaines aussi variés que la télédétection ou la microscopie. Il a fait l’ob- jet d’une quantité importante de publications et nombre d’approches méthodologiques ont été introduites afin de tenter de résoudre ce problème, souvent dans des conditions particulières. La principale difficulté de la détection de changements, dans la plupart des applications, est que le problème n’est pas de détecter les changements sur des images, mais sur des scènes sous-jacentes. La résolution de ce problème dans un cadre générique semble quasiment impossible, dans le sens où elle fait appel à un haut niveau d’inter- prétation. Les résultats les plus encourageants dans la problématique de la détection de changements sont donc tout naturellement liés à des applications bien particulières (mé- decine de précision, surveillance de construction de bâtiments,. . . ). Ceci est souvent lié au fait que l’on peut dans ces cas définir des hypothèses plus fines quant à la modélisation, ce qui facilite notre interprétation.
En savoir plus

131 En savoir plus

Show all 1768 documents...