Rencontre avec un écrivain

Top PDF Rencontre avec un écrivain:

Profession ? Écrivain

Profession ? Écrivain

Je trouve qu’en allant à la fois dans le réseau de libraires, et dans les écoles, je rends un peu de ce qui m’a été donné. En soutenant le réseau de libraires, sans pour autant me prendre pour un Zorro. À l’époque où les chanteurs hurlaient à la dématérialisation du réseau du disque, eh bien si les chanteurs s’étaient donnés la main pour aller donner des petits concerts chez les disquaires et faire des séances de dédicaces, les disquaires auraient peut être tenu le coup par rapport aux mastodontes qui les ont tués. Je pense que l’avenir de la librairie face au géant Amazon repose sur...la vie à l’intérieur du réseau de libraires. Donc ce réseau, il faut le faire vivre. C’est le point de vue global. Moi j’ai cette chance extraordinaire d’avoir des ventes de livres qui me permettent de vivre très très bien de mes livres. Donc je fais ça bénévolement car c’est une façon de rendre au moins un peu de ce qui m’a été donné. Mais ce n’est pas le cas de tous les auteurs. Il y avait un article dans le New York Times, sur le métier d’écrivain qui était extraordinaire, écrit par un écrivain américain. Il disait que c’est le seul métier où on trouve normal de travailler gratuitement. C'est-à-dire que vous êtes sollicité en permanence, on te propose d’écrire des trucs, que ça donnerait de la visibilité. « Tiens, fais ça, ça va être bien »... Et c’est vrai qu’il faut que les écrivains vivent aussi. Donc, je peux comprendre absolument qu’à un moment donné un écrivain se fasse payer pour quelque chose qui... Si on appelle un plombier pour changer quelque chose, il vous demande une certaine somme d'argent, et bien si on demande à un écrivain de se rendre, de consacrer une journée de travail pour telle chose, c’est bien de le rémunérer. Moi, je ne le fais pas, pour l’instant. C’est une démarche de partage et de rencontre, et ce n’est pas une démarche commerciale. Mais si on me sollicitait dans le cadre d’une démarche commerciale, je ne le ferais certainement pas gratuitement, il n’y aurait pas de raison.
En savoir plus

285 En savoir plus

LÉON L’AFRICAIN À LA « RENCONTRE » DE LA RENAISSANCE

LÉON L’AFRICAIN À LA « RENCONTRE » DE LA RENAISSANCE

MULTILINGUALES N°8 Année 2017 53 l’occurrence l’Afrique du Nord et l’Afrique sub-saharienne. Il est d’ailleurs fort significatif, d’après cette chercheure, de savoir que c’est Giovanni Battista Ramusio, lui-même géographe et éditeur italien, qui le dit en guise de témoignage d’un spécialiste connu pour ses travaux dans l’Europe de la Renaissance – et sans ambages – dans la première édition de Geographia de Affrica en 1550 : « Je suis absolument certain qu’en lisant ce livre et en considérant ce qu’il contient et ce qui y est exposé, ils [les « seigneurs et princes »] que les informations qu’ils possèdent sont, auprès de celles-ci, brèves et insuffisantes et de peu de valeur » ( Zhiri, 1991 : 13). Mais le témoignage le plus important et le plus remarquable est peut-être celui de Charles-Henri-Auguste Schefer. Célèbre orientaliste, mais aussi écrivain, traducteur, historien et géographe français, il était membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, l’une des cinq académies de l’Institut de France. Dans son Recueil de Voyages et de Documents pour servir à l’Histoire de la géographie depuis le XIII e jusqu’à la fin du XVI e siècle (encyclopédie de récits de voyages annotés de quinze volumes), il mit en valeur l’exactitude ainsi que la pertinence des études et des découvertes géographiques qui ont été faites par le « lettré musulman » :
En savoir plus

28 En savoir plus

La thématique. Essai de repérage automatique dans l'oeuvre d'un écrivain (Le Clézio)

La thématique. Essai de repérage automatique dans l'oeuvre d'un écrivain (Le Clézio)

5. La distance lexicale. La connexion thématique des textes On ne veut plus cette fois isoler un thème, grâce à une sélection automatique ou raisonnée de mots privilégiés. Il s'agit de considérer le vocabulaire intégral de chacun des textes du corpus et de repérer ceux qui partagent des thèmes semblables. Mais on ne se préoccupe plus de fréquence. Pour un mot donné seul compte sa présence - ou son absence - dans le texte considéré. Ou plus exactement, pour deux textes dont on cherche à apprécier la connexion, un mot contribue à rapprocher ces deux textes s'il est commun aux deux et à augmenter la distance s'il est privatif et ne se rencontre que dans un seul. La collection des données est assez lourde parce qu'il faut considérer tous les mots sans exception et que pour chacun on doit prendre en compte tous les appariements de textes deux à deux (le nombre des confrontations pour n textes étant égal à n * (n - 1) / 2, et ici à 435). Elle est réalisée dans la phase d'indexation et le résultat auquel on aboutit est délivré par le bouton DISTANCE de la page STRUCTURE.
En savoir plus

12 En savoir plus

Rencontre avec Christiane Blaser

Rencontre avec Christiane Blaser

CHRONIQUE Rencontre avec Christiane Blaser Formation et profession 21(3), 2013 • 101 Profession chercheur, une permanente quête de cohérence Le chercheur universitaire subit de multiples pressions systémiques et institutionnelles, dans un contexte où l’évaluation de sa performance professionnelle dépend largement de l’obtention de subventions externes et de la publication d’articles scientifiques. Le travail d’équipe devient alors une condition essentielle, qui présente de nombreux avantages mais aussi des limites. Un projet porté par une équipe qui réunit des compétences complémentaires a plus de chances de réussir aux concours pour des subventions de recherche. Mais, s’il est très intéressant de mettre en perspective ses propres compétences et cadres de référence en participant à des projets variés, cela s’accompagne du risque de perte de cohérence dans l’ensemble du travail. Christiane reconnait que le travail d’équipe l’enrichit beaucoup, mais elle s’aperçoit aussi qu’il est essentiel de s’accorder parfois des moments de solitude pour mieux réfléchir et retrouver ses fondements, ses orientations et son fil conducteur. Elle compte d’ailleurs beaucoup sur son année de formation continue – l’an prochain – pour se ressourcer.
En savoir plus

3 En savoir plus

Une rencontre d'ethnomusicologie au Brésil

Une rencontre d'ethnomusicologie au Brésil

ethnomusicologique des conférences d’ethnomusicologie (voir notamment Doubleday 2000). Au Brésil, cette rencontre de Belo Horizonte est peut-être le signe du fleurissement tant attendu de l’ethnomusicologie dans ce pays 5 . Semaine de bon augure en tout cas, qui met notre science sur le chemin d’une ethnologie engagée 6 , d’une anthropologie

5 En savoir plus

Rencontre avec un braconnier de l'archive

Rencontre avec un braconnier de l'archive

Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors [r]

13 En savoir plus

La rencontre : du visible à l'invisible

La rencontre : du visible à l'invisible

XVIIe Congrès de l’AISLF : L’individu social : autres réalités, autre sociologie ?, Association Internationale des Sociologues de Langue Française AISLF, Jul 2004, Tours, France.. HAL is[r]

17 En savoir plus

Rencontre avec Simon Collin

Rencontre avec Simon Collin

CHRONIQUE Rencontre avec Simon Collin Formation et profession 21(1), 2013 • 85 Les discours sur les technologies en éducation sont très idéologisés et empreints d’intérêts stratégiques, politiques et économiques, soutient Simon Collin. Cela conduit à des stéréotypes qui apportent des biais substantiels à la compréhension des rapports éducatifs des apprenants au numérique. L’exemple le plus évident reste, selon le jeune chercheur, celui des « natifs du numérique », c’est-à-dire des générations nées au début des années 1980 et qui seraient nécessairement technophiles. La remise en question de la notion même de « natif du numérique » à la lumière de résultats empiriques permet de comprendre que, contrairement à la croyance commune, les rapports éducatifs au numérique dépendent autant, si ce n’est plus, d’aspects socioéconomiques et culturels que d’un phénomène générationnel. Une perspective critique de recherche s’impose alors, pour consolider les fondements épistémologiques des usages numériques éducatifs.
En savoir plus

3 En savoir plus

Rencontre avec Donatille Mujawamariya

Rencontre avec Donatille Mujawamariya

D’heureuses rencontres ont façonné sa trajectoire personnelle et professionnelle. En premier lieu, Donatille souligne l’importance de sa mère Bibiana dans ce qu’elle appelle « sa rencontre avec la liberté » et l’importance de son père Bizimana dans « sa rencontre avec la responsabilité ». Parents avec peu d’instruction, ils ont su lui transmettre des valeurs profondément progressistes, qui ont nourri ses choix professionnels. Son enseignante en 4 e année du

4 En savoir plus

Rencontre avec Lizianne Lafontaine

Rencontre avec Lizianne Lafontaine

CHRONIQUE Rencontre avec Lizanne Lafontaine Formation et profession 23(1), 2015 • 81 complémentaires. À ce titre, elle donne l’exemple de l’équipe qu’elle pilote depuis 2012, ÉRLI (équipe en fonctionnement appuyée par le Fonds de recherche du Québec – société et culture, FRQSC). La collaboration ne se limite toutefois pas au travail des chercheurs. La professeure Lafontaine croit fermement en la nécessité d’établir de vrais liens de collaboration avec les praticiens. Dès que les chercheurs poursuivent l’objectif d’améliorer la qualité de la formation du personnel enseignant et par conséquent la réussite scolaire des élèves, ils n’ont pas de choix de considérer les besoins des milieux de pratique et d’y répondre de manière compétente et respectueuse. Adopter une perspective de collaboration en recherche signifie dès lors établir des rapports égalitaires avec les praticiens, les impliquer à part entière dans les projets de recherche, instaurer un climat convivial et basé sur la confiance.
En savoir plus

4 En savoir plus

Rencontre avec un braconnier de l'archive

Rencontre avec un braconnier de l'archive

À la question commune posée par le musée d’archéologie - « Qu’est-ce qui, pour vous, évoque le patrimoine et la mémoire ? » - la réponse est, pour M. Rebugai, évidente, même si elle s’avère pour nous étonnante : soixante tonnes de papier. M . Rebugai « fait les déchetteries » pour, du papier qu’il y trouve, faire « avec ses bras », des papiers. Il y rencontre parfois ceux qui s’en débarrassent, plus rarement il est appelé pour vider un grenier. Rien à voir ici avec une vocation historienne, une volonté de conserver les traces de la grandeur de l’État-Nation ou d’une aventure industrielle. Plutôt une sorte de destin commun qui se noue là, dans une décharge, entre « un document simple » rejeté bien
En savoir plus

13 En savoir plus

La rencontre et la non rencontre entre le monde de l'homme et le monde de l'animal dans la littérature de jeunesse

La rencontre et la non rencontre entre le monde de l'homme et le monde de l'animal dans la littérature de jeunesse

Pline l’ancien L’animal est très souvent utilisé dans la littérature de jeunesse, car ce dernier apparait comme l’élément capable d’exprimer une importante quantité de notions traitant des préoccupations humaines, plus ou moins délicates, auprès des plus jeunes. Mais il se dévoile également, et c’est d’ailleurs pour l’une de ces raisons que la plupart des albums usent de sa figure, comme l’intercesseur menant à une appréhension autre, libre et personnelle du monde et de soi. La figure animale excelle, dès lors, dans la retranscription de représentations fictives, ou non, des manifestations du Monde, et est, de même, à l’origine de l’émergence chez le lecteur de sentiments propres, souvent intentionnellement déterminés préalablement par l’auteur et/ou l’illustrateur dont la mise en place d’univers spécifiques, servant à la confection d’un ressenti précis à leur égard, s’avère être l’objectif principal. Ainsi, une rencontre positive avec les textes peut enrichir énormément, puisque via le rapport homme/ animal, un jeune individu posant sur le monde un regard admiratif et amical, se retrouve à même de comprendre davantage les événements de la vie qui réclament sa considération. Ce dernier peut, notamment, saisir le principe de liberté qui inclut la coopération et l’acceptation de contraintes indispensables à l’épanouissement de chacun. Ces œuvres peuvent, en fin de compte, entrainer le lecteur à rencontrer une humanité plus véritable, plus profonde, comme elles peuvent parfois émettre des arguments permettant la résolution de certains problèmes, causés par un monde souvent perçu hostile. L’animal, se met, par conséquent, efficacement au service de l’imaginaire, de la dénonciation, ou encore du savoir pour ne citer que ces dimensions.
En savoir plus

67 En savoir plus

Rencontre avec... Danielle Tardif

Rencontre avec... Danielle Tardif

Nous organisons pour les étudiants de pre m i è re année une visite obligatoire de la Bibliothèque de la santé sui- vie d’un devoir.. Ils suivent ensuite une session de formation obligat[r]

2 En savoir plus

Vulnérabilité partagée : un point de rencontre ?

Vulnérabilité partagée : un point de rencontre ?

Pourtant, l’expérience de la vulnérabilité est réhabilitée par certains courants de pensée (la philosophie du soin, l’éthique du care) qui y voient le chemin vers une plus grande sensibilité aux situations, une intelligence plus fine des relations, ou encore l’orientation vers une primauté de la solidarité sur l’individualisme. C’est sur ce terrain que nous situerons notre réflexion, en nous demandant comment la vulnérabilité peut favoriser la rencontre ou affiner la relation.

9 En savoir plus

Rencontre avec une patiente schizophrène hallucinée

Rencontre avec une patiente schizophrène hallucinée

Mais n'étais-je pas moi-même sourd, muet, aveugle ? N'étais- je pas sourd lorsque je ne pouvais entendre ce qu'elle avait à dire, à m'adresser, n'étais-je pas muet quand je ne pouvais prononcer les mots qui auraient permis d'entrer en contact avec elle, et lui signi- fier que j'étais là, prêt à prendre le risque d'une rencontre, n'étais- je pas aveugle quand je n'étais pas apte à appréhender la réalité à partir de son point de vue (ou de son vertex comme dirait Bion (1965)), ou encore lorsque je n'arrivais pas à partager son expé- rience ici et maintenant...
En savoir plus

4 En savoir plus

Conférence-rencontre avec Bernard Wesphael

Conférence-rencontre avec Bernard Wesphael

§ « Pour l’heure, me voici donc transféré dans une cellule voisine avec un nouveau codétenu. J’y suis accueilli par le large sourire d’un jeune homme de 35 ans (…). » § « Un courant positif passe instantanément et nous échangeons très vite sur nos ‘affaires’ respectives. Il en est fréquemment ainsi. Lorsqu’un détenu rencontre un autre détenu, la première question est souvent:

47 En savoir plus

La rencontre de l'Autre en voyage

La rencontre de l'Autre en voyage

propriétés. Ce travail d'apprentissage se compose de deux facettes: humilité et orgueil; et de deux mouvements: les leçons à prendre et les leçons il donner. Il s'intéres[r]

182 En savoir plus

ARTheque - STEF - ENS Cachan | Connaissez-vous Étienne Tabourot écrivain et scientifique de la Renaissance ?

ARTheque - STEF - ENS Cachan | Connaissez-vous Étienne Tabourot écrivain et scientifique de la Renaissance ?

Étienne Tabourot (1549-1590) est le premier auteur des "Bigarrures", et nous lui devons l'honneur de l'invention de ce renne. Il en a été le pierrier qui a amassé les pierres et [r]

6 En savoir plus

La rencontre socialiste de Grenoble

La rencontre socialiste de Grenoble

• Parmi les participants à la rencontre se trouvaient des personnalités comme Pierre Mendès France, des gaullistes de gauche comme André Philip, des animateurs de[r]

10 En savoir plus

Dominique Chancé, <em>Patrick Chamoiseau, écrivain postcolonial et baroque</em>

Dominique Chancé, <em>Patrick Chamoiseau, écrivain postcolonial et baroque</em>

Chancé pense donc que l’œuvre de Chamoiseau se tient précisément au lieu de cette commutation entre Imaginaire et Symbolique et que, si elle semble privilégier l’i[r]

8 En savoir plus

Show all 330 documents...