Rapport au savoir scientifique

Top PDF Rapport au savoir scientifique:

Le principe de neutralité axiologique et le rapport au savoir scientifique des sociologues. Une exploration
compréhensive à partir de l’expérience de cinq professeurs d’un département de sociologie.

Le principe de neutralité axiologique et le rapport au savoir scientifique des sociologues. Une exploration compréhensive à partir de l’expérience de cinq professeurs d’un département de sociologie.

UNE EXPLORATION COMPRÉHENSIVE À PARTIR DE L’EXPÉRIENCE DE CINQ PROFESSEURS D’UN DÉPARTEMENT DE SOCIOLOGIE Résumé : Les entretiens menés auprès des cinq professeurs d’un département français de sociologie révèlent la place prépondérante que le principe de neutralité axiologique tend à avoir dans leur rapport au savoir scientifique, limitant l’usage et l’expression manifeste de leurs émotions et affects. Toutefois, la polysémie que recouvre ce principe permet aussi d’entrevoir l’ambiguïté de leur posture, une lutte idéologique ainsi que les traces d’une souffrance sociale pouvant se révéler derrière le refus affiché de leur implication. Si la taille réduite de l’échantil- lon et sa délimitation locale nous empêchent de dégager des idéaux-types valables pour l’en- semble du champ des SHS, ce travail de recherche qualitatif nous permet néanmoins d’entre- voir qu’un rapport au savoir scientifique émancipé du principe de neutralité axiologique peut y trouver sa place.
En savoir plus

15 En savoir plus

Le rapport au savoir scientifique d'élèves autochtones : vers une compréhension de l'expérience scolaire en sciences

Le rapport au savoir scientifique d'élèves autochtones : vers une compréhension de l'expérience scolaire en sciences

Or, dans le cas des jeunes interviewés, le fait que les enfants ne discutent pas avec les parents des apprentissages faits en sciences, ou bien le fait que certains paren[r]

236 En savoir plus

Des connaissances naïves au savoir scientifique

Des connaissances naïves au savoir scientifique

3.1 Les travaux sur les connaissances langagières relatives au monde matériel Les travaux présentés relèvent essentiellement de la psycholinguistique et des sciences du langage, ils prennent la mesure des relations entre langage et représentation du monde matériel, le mot est alors l'aspect essentiel. Le début de cette tranche d'âge (2 à 6 ans) correspond à un bouleversement par rapport aux âges précédents dû à l'acquisition du langage, qui prend une place essentielle dans la vie cognitive. Le langage (explosion langagière à 18 mois en moyenne) est déjà prometteur à deux ans. On peut considérer que le réseau des significations liées au langage qui s'établit en mémoire à long terme ouvre à l'individu des potentialités énormes dans le domaine de l'acquisition des connaissances quelles qu'elles soient. Soulignons que du côté des facteurs langagiers, l'expansion du vocabulaire, du réseau sémantique sous-jacent et la maîtrise de la langue ne peuvent être considérées comme terminées à la fin de la maternelle, nous en prenons pour preuve l'existence de manuels qui se focalisent sur ce point pour l'école primaire (Ters, Mayer &Reichenbach, 1969) et les travaux de recherche qui se centrent sur les effets de l'âge d'acquisition des mots (AAM) sur les tâches de nature sémantique (Brysbaert, Van Wijnendaele & De Deyne, 2000; Nazir, Decoppet & Aghabadian, 2000), ou plus généralement sur la lecture ou l'orthographe. Il faut également signaler que, si l'on a des publications en nombre sur l'évolution de la signification des noms d'objets (cf. Cordier, 1994), on a peu de travaux sur celle des adjectifs et des verbes. Avant d'aborder les recherches sur cette période, il nous semble nécessaire d'introduire cette partie par quelques observations générales sur les liens entre acquisition des connaissances et langage. Les connaissances naïves sur le monde se façonnent
En savoir plus

113 En savoir plus

Des conceptions initiales au savoir scientifique : le cas de la digestion

Des conceptions initiales au savoir scientifique : le cas de la digestion

internet. Cela aurait permis aux élèves d’avoir accès à un apport scientifique institutionnalisé. Si je devais refaire une séquence sur ce thème, j’introduirai l’utilisation des Tice, avec par exemple des recherches sur internet permettant de regarder des vidéos en 3D montrant le trajet des aliments dans le corps. L’outil informatique pourrait aussi être utilisé pour visualiser la dissection d’un animal (un lapin ?), ce qui permettrait de mettre en évidence la place des organes les uns par rapport aux autres et l’aspect des aliments dans les différents organes.
En savoir plus

95 En savoir plus

Responsabilité pour autrui et savoir scientifique

Responsabilité pour autrui et savoir scientifique

13 m’habituer : je devais analyser mes paroles prononcées lors de ces rencontres avec la même attention que celle portée aux paroles de mon interlocutrice ou interlocuteur d’alors. Outre les raisons indiquées ci-dessus, le fait d’analyser ma propre voix a eu un autre avantage très précieux. Cela me permit de mieux voir à l’œuvre le rapport de forces sous- jacent à chaque entrevue. En particulier, j’ai pu découvrir rétrospectivement comment je m’y prenais pour manipuler mon interlocuteur et le faire parler de ce que je voulais entendre, suscitant parfois d’importantes manœuvre de résistance que je m’efforçais alors de contourner (Piron n.d.). « Quand la parole, c’est la guerre totale », écrit Favret-Saada à propos de la sorcellerie (1977 : 30), l’ethnographe ne peut plus « continuer de revendiquer une neutralité qui n’était ni admissible, ni même crédible pour personne ». Il y a aussi de la guerre dans une entrevue destinée à faire parler autrui de lui-même sans que la réciproque ne soit prévue, simplement au nom de la recherche scientifique. Cette tentative de d’arracher à autrui « sa » vérité avec le plus de détails possible, cette demande qui l’oblige à porter des jugements sur ses proches, à dire clairement (et à répéter au besoin) ses peurs, ses humiliations, ses échecs, à confronter ses incohérences, ses erreurs, ses ambivalences, sa difficulté à parler : tout ceci ressemble fort à la technique disciplinaire de la confession et de l’aveu (Foucault 1984), destinée à produire des sujets d’un certain type, anticipant ainsi les techniques de gouvernementalité de soi et d’autrui. Au cours de l’entrevue, mon écoute plutôt phagocytante a peut-être masqué aux yeux de la personne ainsi interrogée comme aux miens cette circonstance de base de notre rencontre. Il était urgent de la « démasquer » dans l’analyse : comment ai-je exercé le pouvoir que me donnait a priori dans chaque entrevue ma position d’interrogatrice, mon droit légitime, tacitement reconnu, de contrôler la direction de la conversation et le « bénéfice » du locuteur que m’accordait mon statut de « scientifique »?
En savoir plus

26 En savoir plus

Gestion du passif minier. Rapport scientifique

Gestion du passif minier. Rapport scientifique

10.2.4.2. Une gestion complexe et source de malentendus Des compétences spécifiques segmentées au sein de divers organismes La problématique d’engravement fait intervenir aujourd’hui une multitude d'individus relevant de directions et services des collectivités gouvernementales et provinciales (divers secteurs sont concernés), de consortiums, de bureaux d’étude, etc. Ces acteurs, qu’ils soient de la DIMENC, de la DAVAR, ou encore du Fonds Nickel et de SOPRONER pour ne prendre que quelques exemples, participent plus ou moins régulièrement aux réunions se déroulant sur la commune (l’équipe du projet a entre autres participé à l’un des comités de pilotage « cours d'eau » 18 ) . Ces réunions rassemblant parfois jusqu’à une vingtaine de personnes peuvent être longues et ne sont pas toujours conclues par des décisions, les négociations à 20 étant difficiles. De plus, chaque organisme a des compétences bien spécifiques se chevauchant parfois. Il est donc complexe pour les élus et les techniciens de la commune de savoir vers quel acteur se tourner pour résoudre les problématiques sur la rivière et d'articuler les différentes compétences de chacun. À cela s’ajoute la question de la responsabilité de gérer les impacts causés. L'année 1975 est une référence clef puisqu'elle démarque la responsabilité attribuée aux dommages causés à l'environnement. Avant cette date, il s'agissait plutôt de responsabilités partagées entre les opérateurs miniers et le gouvernement. Toute dégradation pouvant être rattachée aux années après 1975 suit le schéma de type « pollueur-payeur ». Or, du fait de l'ampleur des dégradations sur l'environnement et les rivières et du coût des réparations, il est fréquent de voir les différents acteurs en charge de la gestion de cette question discuter leur responsabilité.
En savoir plus

129 En savoir plus

Rapport scientifique du programme ANR Afrodesc

Rapport scientifique du programme ANR Afrodesc

Dřune manière plus spécifiquement articulée au programme Afrodesc a été élaboré un dossier pédagogique sur les discriminations, sous la forme dřune étude de cas en éducation civique, pour la classe de 5 e en France 56 . Celle-ci part dřun témoignage recueilli et commenté par Christian Poiret dans son article sur « Les processus dřethnicisation et de raci(ali)sation dans la France contemporaine : Africains, ultramarins et « noirs ». Le court extrait choisi 57 permet de montrer comment le processus de racialisation et dřaltérisation, la construction de lřidentité noire se fait dans et par le regard de la majorité, alors que la jeune femme interrogée se sentait faire partie dřun tout homogène, et non pas en situation minorée, lorsquřelle était écolière ou lycéenne. Cet exemple, par une « pédagogie du détour », permet dřaborder avec les élèves lřexpérience de la discrimination ou du racisme qui peut être vécue de manière particulièrement douloureuse. Pour les élèves, la question de lřexpérience de différences culturelles rabattues sur une soi-disant essence naturelle peut renvoyer à des situations vécues au sein même de la classe ou de lřétablissement. Il sřagit donc de déminer la question de la perception de la diversité individuelle ou des groupes, en choisissant par exemple de ne pas immédiatement renvoyer à des exemples vécus, et souvent traumatiques, qui en focalisant lřattention sur un cas individuel, pourraient empêcher de réfléchir et dřanalyser ce qui se joue. Une « pédagogie du détour » peut être particulièrement utile. En lřoccurrence, lřanalyse du récit dřune jeune femme dont lřidentité « noire » est construite progressivement, et surtout après ses années dřécolière et de collégienne, permet de sřappuyer sur une situation de contiguïté sans identité totale avec ce que peut être lřexpérience dřélèves. Cet exemple nřexerce donc pas de violence symbolique trop forte à leur encontre et peut être en revanche un déclencheur de leur réflexion sur lřélaboration des phénomènes de discrimination. Il montre aussi que lřécole nřest pas nécessairement un lieu dřexpérience de lřassignation identitaire. La question de savoir si celle-ci est toujours un lieu où il nřy a pas de discrimination raciste peut alors être posée aux élèves. Elle permet dřanalyser lřécole à la fois comme institution qui bannit lřexclusion du moins dans ses prescriptions et comme lieu de vie où certaines situations peuvent être vécues sur ce mode. Cřest alors un moyen de souligner
En savoir plus

130 En savoir plus

SAVOIR SCIENTIFIQUE ET SAVOIR PROFANE L’EXEMPLE DU SIDA

SAVOIR SCIENTIFIQUE ET SAVOIR PROFANE L’EXEMPLE DU SIDA

Puisque les représentations de la maladie, de son origine, de ses causes et les mécanismes de sa transmission naissent et se développent dans les conversations quotidiennes et par rapport à des circonstances culturelles et historiques (5) , cette recherche a prit en compte des éléments propres à la société algérienne et qui ont contribué à la construction des savoirs actuelles autour du sida. Un premier ensemble d’éléments se repère dans l’organisation politique et sanitaire à l’égard du sida et ses différentes stratégies pour lui faire face. Un deuxième ensemble d’éléments concerne l’organisation sociale et culturelle de la société algérienne, ses spécificités historiques et religieuses, ses visions du monde, de soi et de l’autre, du bien et du mal.
En savoir plus

9 En savoir plus

Compter et mesurer. Réflexions sur Le souci du nombre dans l'évaluation de la production du savoir scientifique.

Compter et mesurer. Réflexions sur Le souci du nombre dans l'évaluation de la production du savoir scientifique.

tribution ` a cette surench`ere de classements, pour ´eclairer d’un jour nouveau les performances des ´etablissements fran¸cais. De fait, le classement publi´e en septembre 2007 par l’ ´ Ecole des Mines de Paris leur est tr`es favorable, mˆeme s’il a fallu pour cela abolir tout crit`ere en rapport avec la recherche et se concentrer sur le devenir des anciens ´etudiants au sein des entreprises )) (29) . En poussant l’exp´erience encore plus loin, chacun d’entre nous pourrait ainsi s’inventer apprenti-´evaluateur et improviser son propre classement sur le coin d’une table, choisissant des crit`eres dans le but d’optimiser les chances de voir son favori se placer dans le haut du panier...
En savoir plus

11 En savoir plus

Du débat à l'institutionnalisation, comment construire un savoir scientifique lors d'une démarche d'investigation ?

Du débat à l'institutionnalisation, comment construire un savoir scientifique lors d'une démarche d'investigation ?

Pour que chacun puisse s’exprimer lors de ces échanges, il est donc important que l’enseignant soit garant d’un climat de classe serein. Il doit faire attention à tous, sans jamais donner son avis. Cela ne doit pas pour autant l’empêcher de demander des précisions par rapport à l’une ou l’autre des thèses. Le professeur doit d’ailleurs favoriser l’échange d’arguments, et pour cela, il sera régulateur. Son rôle sera aussi décisif en amont du débat. En effet, lorsqu’il y a des productions à présenter à la classe ou des hypothèses à formuler, il est intéressant de faire travailler les élèves par groupes homogènes pour que toutes les conceptions puissent émerger. C’est donc à l’enseignant d’organiser les groupes ainsi que l’ordre de prise de parole et ainsi de favoriser l’émergence d’arguments. En plus de tout cela, il peut aussi recadrer le débat lorsque celui-ci s’éloigne de l’objectif initial. Il faut cependant faire attention à écouter et recevoir les questions des élèves, sans quoi certains pourraient avoir l’impression que leur parole à moins d’importance que celle des autres. Ils auraient donc tendance à moins s’impliquer dans le débat, donc dans la construction de leur savoir. Le rôle de l’enseignant est complexe. Il est important d’y attacher une attention particulière pour ne pas perdre le sens des débats scientifiques dans une démarche d’investigation.
En savoir plus

45 En savoir plus

Rapport final scientifique et technique du projet SAFARI

Rapport final scientifique et technique du projet SAFARI

SAFARI – 05-18 Il est alors possible de calculer un distance à ce modèle et de lui affecter un signe : si le point est au dessus de la droite, alors il y a moins de vert sur les feuilles (100 moins le % de vert est supérieur) que le développement moyen de la maladie (modélisé par cette droite) nous lui avons donc affecté le signé ‘+’ pour signifier que cette donnée est ‘plus’ malade que le modèle moyen. Et inversement pour les points au dessous de cette droite. Nous regardons ensuite comment l’ensemble des points se distancient par rapport à ce modèle moyen et nous obtenons les graphiques suivants :
En savoir plus

26 En savoir plus

Rapport d'activité 2008-2010 : Culture Scientifique et Technique

Rapport d'activité 2008-2010 : Culture Scientifique et Technique

Le projet vise à conserver le patrimoine de l’uni- versité (matériels utilisés auparavant en recherche et en enseignement, collections diverses) dans des conditions satisfaisantes pour son maintien en l’état. La richesse de ce patrimoine, dont l’inven- taire s’effectue plus ou moins rapidement suivant les secteurs, s’avère considérable. Il existe par exemple plusieurs centaines d’instruments de physique, des dizaines de milliers de spécimens d’histoire naturelle, etc. La majorité des séries ou collec- tions sera conservée en réserve et constituera UN CENTRE DE RESSOURCES. Ces collections pourront être valorisées en expo- sitions permanentes ou tem- poraires internes ou externes à l’université afin d’illustrer un pro- pos scientifique, une démarche pédagogique ou une promotion de la recherche d’un laboratoire. Toutefois, quelques pièces, trop volumineuses pour être stockées en réserve, seront présentées comme par exemple : grands squelettes de mam- mifères comme l’éléphant ou la girafe.
En savoir plus

77 En savoir plus

Campagne  DRADEM – Juillet 2016 - Rapport scientifique

Campagne DRADEM – Juillet 2016 - Rapport scientifique

La mesure de la tension du câble présente un décalage constant d’une tonne (le zéro est à 1000 kg). Les pics de tension mentionnés dans ce rapport correspondent aux valeurs mesurées, sans correction du décalage. La drague est mise à l’eau avant que le bateau ne soit à la verticale du début de profil de dragage ; elle est descendue (câble filé) alors que la bateau avance (typiquement à 0,5 nœuds) de manière à être au fond en début de profil de dragage. Cela implique qu’avant comme pendant le dragage, la drague n’est pas à la verticale du bateau. Le bateau continue à avancer, et la drague commence à être remontée (câble viré au début de dragage) pour suivre le fond marin. Pendant le dragage, la tension du câble varie avec les oscillations du bateau et la longueur filée. Si la drague s’accroche, la tension augmente (croche) avec le déplacement du bateau et le virage du câble, jusqu’à ce que la drague soit libérée et que la tension du câble chute brutalement.
En savoir plus

47 En savoir plus

ABP.Amiante et Bonnes Pratiques : rapport scientifique final

ABP.Amiante et Bonnes Pratiques : rapport scientifique final

Rapport final - Amiante et bonnes pratiques – 2018 88 construction. Nous pouvons également citer le travail de A.R. Rohl et A.M Langer, 1974, qui ont quantifié du chrysotile et de la trémolite dans du Talc. Les proportions recherchées étaient comprises entre 0,5% et 5 %, le but étant de préciser si le matériau contenant du chrysotile respectait ou non le seuil maximum de 1% fixé, à l'époque, par l'agence américaine de protection de l’environnement (Dunn et al., 1982). Plus récemment, la technique d'analyse quantitative par diffraction des rayons X a été utilisée pour déterminer des proportions d’amphibole dans des matrices de chrysotile. La méthode utilisée comprenait une phase de digestion du chrysotile, ce qui augmente d'un facteur 10 la précision des mesures pour atteindre une limite de détection des phases amphiboles de 0,01 à 0,05 % en masse ‘(Addison et al., 1990). A partir du milieu des années 90, la quantification des phases minérales à partir des données de diffraction des rayons X a été améliorée à l'aide de l’approche par affinement Rietveld. Selon cette approche, un diffractogramme théorique est calculé en ajustant les paramètres de structures et les proportions des phases minérales dans le but d'obtenir la meilleure correspondance avec le diffractogramme expérimental. En utilisant cette approche numérique et la méthode RIR ou " Reference Intensity Ratio" (qui fait intervenir une phase minérale de référence au sein de l'échantillon), A. Gualtieri et G. Artioli, 1995, ont déterminé les proportions de chrysotile dans un matériau massique avec une précision comprise entre 0,5 et 1 %. La précision variait en fonction de paramètres tels que la statistique de comptage du signal ou l'absorption de la matrice dans laquelle la phase à étudier était incluse. Pour un diffractomètre enregistré sur un appareil
En savoir plus

239 En savoir plus

Rapport scientifique des études tensiométriques pour l'irrigation à la SIRANALA

Rapport scientifique des études tensiométriques pour l'irrigation à la SIRANALA

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

49 En savoir plus

De la crise épistémologique à la médiation scientifique. Nécessité heuristique et savoir engagé au Laos

De la crise épistémologique à la médiation scientifique. Nécessité heuristique et savoir engagé au Laos

de la grossesse jusqu’à la première année de vie de leur enfant, des femmes bénéficiant de programme de PTME. 4 Ce texte relate la généalogie et les modalités de mise en œuvre d’expérimentations méthodologiques et de médiations scientifiques au Laos, pensées et construites dans un contexte d’inconforts, de doutes et de remise en question ; en d’autres termes, lors d’une crise épistémologique traversée par l’anthropologue sur son terrain. Mon expérience de la recherche sous surveillance, mes questionnements d’ordre éthique, ma frustration de ne pouvoir m’engager pleinement dans la pratique ethnographique, couplée à mon désir maintenu d’une recherche plus engagée, ont fait évoluer ma façon d’aborder la méthodologie et les modes de restitution de celle-ci (Hancart Petitet, 2020). Au fil des rencontres et des envies, et durant les cinq années qui ont suivi, mon expérimentation de la médiation scientifique a pris plusieurs formes : la coréalisation de plateformes internet multilingue, la coréalisation d’un programme radiophonique hebdomadaire, celle un film documentaire ainsi que la co-construction de deux performances théâtrales et dansées, inspirées d’entretiens ethnographiques (Hancart Petitet & Mbina, 2020).
En savoir plus

13 En savoir plus

La fraude dans la littérature scientifique/rapport de recherche bibliographique

La fraude dans la littérature scientifique/rapport de recherche bibliographique

Bien que limitee a la fraude scientiflque dans le domaine biomedical, certains articles traitant de fraude scientifique en general sont conserves par ce qu'ils relatent un travail de [r]

28 En savoir plus

ARTheque - STEF - ENS Cachan | Le savoir scientifique : qu'en pensent les enseignants ?

ARTheque - STEF - ENS Cachan | Le savoir scientifique : qu'en pensent les enseignants ?

Le modèle d'apprentissage par réception "significative" des savoirs transmis de l'enseignant à l'apprenant est solidaire d'une vision empiriste de la science: l'évidence sensorie[r]

7 En savoir plus

ARTheque - STEF - ENS Cachan | Analyse du savoir scientifique et formation des enseignants

ARTheque - STEF - ENS Cachan | Analyse du savoir scientifique et formation des enseignants

Il nous semble que l'introduction de tels outils dans la formation des enseignants pennet d'expliciter la structure du savoir objet d'enseignement, condition indispensable pour construir[r]

6 En savoir plus

Conditions d'évolution du rapport au savoir mathématique de jeunes "décrocheurs"

Conditions d'évolution du rapport au savoir mathématique de jeunes "décrocheurs"

coNclusIoN les données de cette enquête exploratoire auprès des stagiaires de l’école de la deuxième chance de marseille apportent les éléments suivants. les souvenirs mathématiques de leur scolarité dans le système conventionnel sont précis. Ils évoquent le calcul et la géométrie, parfois de manière générique, parfois de manière spécifique en citant des points particuliers du curriculum. leur rapport personnel aux mathématiques est contrasté : on trouve des énoncés à valence négative mais encore plus d’énoncés à valence positive. les souvenirs positifs se réfèrent aux professeurs et à l’utilité sociale et professionnelle de cette discipline. au-delà du simple intérêt pragmatique, ce rapport instrumental met en exergue l’importance du sens des savoirs, dont ces jeunes soulignent la dimension didactique et éducative fondamentale, aussi bien pour l’engagement dans les apprentissages que pour l’adhésion à la scolarité.
En savoir plus

17 En savoir plus

Show all 4777 documents...