Rétinopathie du prématuré

Top PDF Rétinopathie du prématuré:

La rétinopathie du prématuré - Rôle de l’acide trans arachidonique dans la dégénérescence des micro-vaisseaux de la rétine

La rétinopathie du prématuré - Rôle de l’acide trans arachidonique dans la dégénérescence des micro-vaisseaux de la rétine

> L’exposition à des concentrations élevées d’oxy- gène est une cause majeure de la rétinopathie du prématuré ; elle est caractérisée par une dégéné- rescence des micro-vaisseaux et par une isché- mie rétinienne suivie d’une angiogenèse anar- chique pré-rétinienne. Cependant, des données cliniques et expérimentales suggèrent que des concentrations élevées de dioxyde de carbone joueraient un rôle important dans cette patho- logie. L’hyperoxie et l’hypercapnie sont associées au déclenchement d’un stress azoté qui favorise la nitration de l’acide arachidonique qui se trans- forme en acide trans-arachidonique. À son tour l’acide trans-arachidonique peut lui-même cau- ser une dégénérescence micro-vasculaire dans la rétine par suite de l’induction de l’expression du facteur anti-angiogénique thrombospondine-1. Ces effets nouvellement décrits du stress azoté menant à des dommages micro-vasculaires et impliquant l’acide trans-arachidonique ouvrent peut-être de nouvelles avenues pour le traite- ment des affections liées au stress azoté comme les rétinopathies (autant celles des prématurés que des diabétiques) et les encéphalopathies ischémiques. <
En savoir plus

5 En savoir plus

Rétinopathie du prématuré : de la prévention au traitement

Rétinopathie du prématuré : de la prévention au traitement

Figure 3. Arbre décisionnel pour la prise en charge de la rétinopathie du prématuré. L’indication de traitement est définie par la maladie pré-seuil (ROP en zone 1 tout stade avec maladie plus ou stade 3 sans maladie plus et ROP en zone 2 stade 2 ou 3 avec maladie plus). Le traitement de choix est la photocoagulation laser, les anticorps anti-VEGF doivent être réservés à des cas ponctuels, notamment devant une ROP en zone 1 avec une vascularisation maculaire incomplète ; chez des prématurés trop fragiles pour supporter l’anesthésie générale et la procédure laser [51] (cette situation est souvent observée en cas de ROP type 1, zone I avec atteinte respiratoire sévère associée) ; ou encore en cas de faible visualisation empêchant la réalisation du laser (en l’absence de décollement de rétine). Il est préférable d’éviter les anticorps anti-VEGF en cas d’atteinte neurologique ou de suivi complexe. Par ailleurs, les anticorps anti-VEGF sont contre-indiqués dans les stades 4 et 5, car ils risquent de provoquer une contraction des membranes néovasculaires et d’aggraver un décollement de rétine [40] . Les stades 4 et 5 relèvent donc systématiquement d’une indication chirurgicale. En cas de traitement laser, la surveillance du fond d’œil se poursuit jusqu’à cicatrisation des impacts et régression de la maladie plus, avec aplatissement du bourrelet. En cas de traitement par injection intravitréenne d’anti-VEGF, le suivi est effectué jusqu’à vascularisation complète. En cas de persistance d’une zone avasculaire, un traitement laser complémentaire est recommandé [40] .
En savoir plus

8 En savoir plus

Rétinopathie du prématuré : de la prévention au traitement

Rétinopathie du prématuré : de la prévention au traitement

7 Anticorps monoclonal complet qui inhibe le VEGF A. 8 Fragment Fab d’anticorps monoclonal qui inhibe le VEGF A. Figure 3. Arbre décisionnel pour la prise en charge de la rétinopathie du prématuré. L’indication de traitement est définie par la maladie pré-seuil (ROP en zone 1 tout stade avec maladie plus ou stade 3 sans maladie plus et ROP en zone 2 stade 2 ou 3 avec maladie plus). Le traitement de choix est la photocoagulation laser, les anticorps anti-VEGF doivent être réservés à des cas ponctuels, notamment devant une ROP en zone 1 avec une vascularisation maculaire incomplète ; chez des prématurés trop fragiles pour supporter l’anesthésie générale et la procédure laser [51] (cette situation est souvent observée en cas de ROP type 1, zone I avec atteinte respiratoire sévère associée) ; ou encore en cas de faible visualisation empêchant la réalisation du laser (en l’absence de décollement de rétine). Il est préférable d’éviter les anticorps anti-VEGF en cas d’atteinte neurologique ou de suivi complexe. Par ailleurs, les anticorps anti-VEGF sont contre-indiqués dans les stades 4 et 5, car ils risquent de provoquer une contraction des membranes néovasculaires et d’aggraver un décollement de rétine [40] . Les stades 4 et 5 relèvent donc systématiquement d’une indication chirurgicale. En cas de traitement laser, la surveillance du fond d’œil se poursuit jusqu’à cicatrisation des impacts et régression de la maladie plus, avec aplatissement du bourrelet. En cas de traitement par injection intravitréenne d’anti-VEGF, le suivi est effectué jusqu’à vascularisation complète. En cas de persistance d’une zone avasculaire, un traitement laser complémentaire est recommandé [40] .
En savoir plus

9 En savoir plus

Le rôle de sirtuine 3 dans la rétinopathie du prématuré

Le rôle de sirtuine 3 dans la rétinopathie du prématuré

personne dont le meilleur œil a une acuité visuelle de 20/200 ou moins avec correction est considérée légalement aveugle. [10] Les traitements actuels sont réservés aux cas de rétinopathie plus avancés et reposent sur l’ablation de la rétine avasculaire périphérique, soit par cryothérapie, soit par laser (diode ou argon). La cryothérapie est progressivement tombée en défaveur, car elle donne un résultat visuel légèrement inférieur à long terme, est associée à un taux de complications plus élevé et est moins facile d’utilisation. [11] Bien que le traitement adéquat de la rétinopathie du prématuré réduit de près du tiers le risque de détérioration sévère de l’acuité visuelle, environ 45% des yeux traités ont une acuité de 20/200 ou moins après 15 ans. [12] De plus, ces modalités thérapeutiques comportent un risque non négligeable de complications, notamment de saignement intraoculaire, de cataracte, de détachement du corps vitré, d’atrophie de l’iris et d’opacification cornéenne. [11] Bevacizumab et Ranibizumab, deux anticorps monoclonaux anti VEGF, sont parfois utilisés hors indication (off-label) pour traiter des maladies rétiniennes proliférantes, incluant la dégénérescence maculaire liée à l’âge, la rétinopathie diabétique et la rétinopathie du prématuré. Le traitement avec injection intravitréenne de Bevacizumab semble être associé à moins d’anomalies structurales que la thérapie laser conventionnelle dans la zone centrale de la rétine. [13] Cependant, depuis la publication des premières études, des effets secondaires sévères ont été décrits, incluant la progression de la maladie au décollement rétinien total [14] Comme VEGF est aussi un facteur de croissance angiogénique important dans la formation physiologique des vaisseaux rétiniens, une utilisation au mauvais moment pourrait endommager davantage l’œil en altérant la vascularisation normale. Le moment optimal pour procéder à l’injection demeure encore à préciser.
En savoir plus

97 En savoir plus

Bilan du dépistage par télémédecine de la rétinopathie du prématuré dans une maternité de niveau 3 en France sur une période de 6 ans

Bilan du dépistage par télémédecine de la rétinopathie du prématuré dans une maternité de niveau 3 en France sur une période de 6 ans

Analysis of incidence and risk factors of retinopathy of prematurity among very-low-birth-weight infants in North Taiwan.. García-Serrano JL, Ramírez-García MC, Piñar-Molina R.[r]

55 En savoir plus

Évaluation du dépistage des enfants à risque de rétinopathie du prématuré de type 1 par l’algorithme WINROP® dans une cohorte du Centre Hospitalier Sud Francilien

Évaluation du dépistage des enfants à risque de rétinopathie du prématuré de type 1 par l’algorithme WINROP® dans une cohorte du Centre Hospitalier Sud Francilien

44 Les auteurs suggèrent que WINROP® doit être utilisé en complément et non pas en remplacement du dépistage standard à l’ophtalmoscopie indirecte. Dans le cadre d’une étude, où une seule mesure hebdomadaire du poids (de la naissance à 32 SA) était réalisée, WINROP® a identifié les 35 cas sur 353 enfants de l’étude qui ont développé une ROP nécessitant un traitement et 76% de ceux qui n’ont pas développé de ROP sévère (74). Une étude multicentrique concernant environ 2000 enfants aux USA et au Canada a montré une sensibilité de 98,6% et une valeur prédictive négative de 99,7%, ce qui suggère que le nombre d’examens ophtalmoscopiques de dépistage peut être considérablement réduit lorsque WINROP® est associé au dépistage traditionnel (75). WINROP® identifie les enfants à risque de ROP sévère de manière précoce, en moyenne 3 semaines après la naissance (et dès la première semaine) ce qui suggère l’importance de la prise de poids précoce chez l’enfant prématuré.
En savoir plus

106 En savoir plus

La rétinopathie du prématuré

La rétinopathie du prématuré

 Radicaux libres détruisent les cellules endothéliales  Peu d’antioxydants dans la rétine du prématuré..  Protéines porteuses de vit E en faible quantité.[r]

57 En savoir plus

Interactions entre le thromboxane A₂, le facteur d'activation plaquettaire et le monoxyde d'azote dans la rétinopathie induite par l'oxygène chez le rat nouveau-né : implications dans la rétinopathie du prématuré

Interactions entre le thromboxane A₂, le facteur d'activation plaquettaire et le monoxyde d'azote dans la rétinopathie induite par l'oxygène chez le rat nouveau-né : implications dans la rétinopathie du prématuré

Because oxidant stress abundantly generates thromboxane A2 (TxA2) and platelet activating factor (PAF), and because nitric synthase (NOS) activhy and expression is augmented during the p[r]

443 En savoir plus

L'impact des cellules souches issues de la moelle sur la néovascularisation dans un modèle de souris de rétinopathie induite par l'oxygène

L'impact des cellules souches issues de la moelle sur la néovascularisation dans un modèle de souris de rétinopathie induite par l'oxygène

Introduction « L’oeil… Tout l’univers est en lui, puisqu’il voit, puisqu’il reflète » 1 . L’écrivain français, comme nous tous, reconnaissait le rôle primordial que joue la vision dans nos vies. Imaginez le plus beau moment de votre vie, votre endroit favori au monde, les personnes qui vous tiennent à cœur. Vous allez alors vous apercevoir combien nous sommes non seulement dépendants de la vision mais comment ce sens enrichit nos vies. C’est pourquoi la recherche en vision est un domaine de recherche indispensable. Selon un rapport produit par la National Coalition for Vision Health en 2007, le coût annuel qu’impose la perte de vision au Canada est 7.9 milliards de dollars. Si on considère aussi l’impact indirect de la cécité sur la société via le chômage et autres subventions ou pertes de productivité, ce montant grimpe à 15.8$ milliards 2 . La rétinopathie du prématuré est la cause principale de cécité chez les enfants. Cette pathologie, qui atteint les bébés prématurés, mène souvent à la myopie, à la réduction de la vision périphérique puis parfois la cécité. Présentement, les traitements utilisés en clinique sont des techniques invasives qui arrêtent la progression de la pathologie mais ne favorisent pas une revascularisation saine 3 . Dans le but de remédier à cette carence, nous avons évalué le potentiel thérapeutique des cellules souches issues de la moelle dans un modèle animal de rétinopathie.
En savoir plus

88 En savoir plus

L’hypernatrémie chez le nouveau-né prématuré de moins de 27 semaines d’aménorrhée

L’hypernatrémie chez le nouveau-né prématuré de moins de 27 semaines d’aménorrhée

5 INTRODUCTION : L’extrême prématurité est définie par une naissance survenant entre 22 semaines d’aménorrhée (SA) et 26 SA et 6 jours. Elle concerne 2,1 naissances vivantes sur 1000 en France (1). Cette population d’enfants nés extrêmes prématurés est exposée à une morbi-mortalité importante. En effet, au sein de la cohorte française EPIPAGE 2 (Etude Epidémiologique sur les Petits Ages Gestationnels), 69 % des prématurés nés à 24 SA décèdent avant leur retour à domicile, 41 % des enfants nés à 25 SA et 25 % des enfants nés à 26 SA. De plus, la majorité des enfants nés à ces termes précoces vont présenter au moins une morbidité sévère (hémorragie intra-ventriculaire sévère, leucomalacie péri-ventriculaire, entérocolite ulcéro-nécrosante, rétinopathie du prématuré ou dysplasie broncho-pulmonaire sévère). Si l’on considère les nouveau-nés nés vivants, c’est ainsi 11 % des enfants nés à 24 SA, 30 % de ceux nés à 25 SA et 48 % de ceux nés à 26 SA qui vont sortir de l’hôpital indemnes de ces morbidités (1). Le terme de 22 SA utilisé dans la définition de l’extrême prématurité est considéré comme le début de la période de viabilité d’après l’Organisation Mondiale de la Santé (2).
En savoir plus

49 En savoir plus

Implantation d’un système de téléophtalmologie pour le dépistage de masse de la rétinopathie diabétique à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont

Implantation d’un système de téléophtalmologie pour le dépistage de masse de la rétinopathie diabétique à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont

5.2 Phase 2 : L’application de téléophtalmologie Comme expliqué, le programme de dépistage de masse de la rétinopathie diabétique a pour but d’examiner le maximum de patients diabétiques possible nécessitant un suivi ou un traitement médical. Cet objectif pourrait être atteint dans le cadre de la valorisation des infirmières ou des technologues formés à la prise de photos et l’interprétation des photos. Autrement dit, il faut profiter de l’expertise de ces derniers pour augmenter le nombre de patient dépistés, libérer du temps des médecins spécialistes et améliorer la qualité de soins offerts aux patients. Pour ce faire, à part l’acquisition de la caméra rétinienne non- mydriatique et son logiciel d’analyse d’images, il faut un autre logiciel (application) qui pourrait enseigner, évaluer les infirmières formées et les guider dans leur interprétation des images du fond de l’œil. Ainsi, l’application doit offrir la possibilité de contrôle de qualité de leur interprétation aux ophtalmologistes ou au chef du programme d’ophtalmologie. De plus, les images saisies doivent archivées sur un serveur pour que les ophtalmologistes puissent y accéder et effectuer une deuxième évaluation. L’application doit offrir une visualisation globale de l’ensemble des patients et l’évolution de l’état d’avancement de leur maladie.
En savoir plus

89 En savoir plus

Rétinopathie diabétique en médecine générale, les obstacles au dépistage en zone rurale : une étude descriptive dans le Var

Rétinopathie diabétique en médecine générale, les obstacles au dépistage en zone rurale : une étude descriptive dans le Var

53 B. Rétinopathie diabétique Comme précédemment exposé, les données de prévalence de la RD en France sont peu nombreuses et très différentes avec des variations de 7,9% à 44% en fonction de la méthodologie, la population étudiée ou du pays. Un travail de 2011 réalisé par le SNOF sur les projections des besoins en ophtalmologistes d’ici 2030 [79], propose une évolution potentielle de la RD entre l’année 2000 et 2025. Le nombre de RD passerait de 500 000 cas en 2000 à 1 million de cas en 2020 soit une augmentation de 100%. Cette projection sous-estime probablement le chiffre réel car elle se fonde sur des estimations effectuées par la Caisse Nationale de l’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS) de la prévalence de l’obésité qui elle-même sous- estime la vraie mesure de cette pandémie non transmissible. Dans l’Etude Nationale Nutrition Santé de 2006 [85], la prévalence de l’obésité tous genre confondus était de 17%, très proche des résultats de l’étude ObEpi de 2009 avec une prévalence à 14,5% et de l’étude Constances de 2016 [86] portant sur près de 30 000 personnes et montrant une obésité prévalente à 15,7%.
En savoir plus

107 En savoir plus

L'établissement de la relation parents-enfant prématuré à l'unité néonatale

L'établissement de la relation parents-enfant prématuré à l'unité néonatale

Historiquement, une UNN est conçue pour supporter les besoins médicaux des enfants et pour satisfaire les besoins des gens qui y travaillent (Griffin, 2006). Selon Johnson, Abraham et Parrish (2004), l’organisation typique d ’une unité néonatale ne soutient pas pleinement la relation entre l’enfant et sa famille. De plus, ce nouvel environnement représente de nombreux défis qui influent sur les parents et leur enfant prématuré qui sont à l’aube de leurs processus interactionnels. L’admission de l’enfant prématuré dans l’environnement technologique de l’UNN et plus partucilièrement à l’USIN, crée un stress important pour les parents (Bakewell-Sachs & Gennaro, 2004; Holditch-Davis, Bartlett & Belyea, 2000; Latva, Lehtonen, Salmelin, & Tamminen, 2004, 2007; Lundqvist & Jakobsson, 2003; McGrath, 2001; Phillips & Tooley, 2005; Tilokskulchai, Phatthanasiriwethin, Vichitsukon, & Serisathien, 2002). Précisément, l’altération des rôles parentaux ainsi que l’apparence et les comportements de l’enfant sont les plus grandes sources de stress pour les parents (Dudek-Shriber, 2004; Holditch-Davis, et al., 2000; Phillips & Tboley, 2005). De plus, les inquiétudes en lien avec la condition médicale et la survie de leur enfant les affectent profondément (Board & Ryan-Wenger, 2003; Docherty, Miles & Holditch-Davis, 2002). Assurément, la vue de leur enfant relié à de l’équipement par des tubes et fils peut être très bouleversante pour les parents (Franck, Cox, Allen & Winter, 2005). Selon Latva et al.(2004), la condition médicale de l’enfant, le stress parental et l’environnement de l’UNN compliquent l’interaction précoce entre celui- ci et ses parents. À cela s’ajoute la présence de l’infirmière qui dispense la majorité des soins à l’enfant, ce qui fait en sorte que la relation dyadique entre l’enfant et son parent devient une relation triadique. Une telle relation crée des barrières supplémentaires au processus de création de liens (Kenner & McGrath, 2004) puisque les soins dispensés à l’enfant sont partagés entre les parents et les infirmières (Bialoskurski, Cox & Hayes, 1999). Tous ces facteurs contribuent à la vulnérabilité des parents et créent des défis pour initier la relation parents-enfant à l ’UNN.
En savoir plus

348 En savoir plus

Intérêt de l'introduction précoce des lipides chez le grand prématuré

Intérêt de l'introduction précoce des lipides chez le grand prématuré

Notre étude présente plusieurs limites du fait de ses effectifs réduits et du caractère rétrospectif pour la moitié des données recueillies. Ceci a également induit un biais non prévisible lié aux apports protéiques différents. Par ailleurs, il aurait été intéressant d’évaluer la croissance staturale et du PC. En effet, Fischer et al retrouvent une corrélation inverse entre la date d’introduction des lipides et le PC à J28 [ 16 ]. Une autre étude s’intéressant à la croissance chez le grand prématuré avec une nutrition parentérale optimisée [ 25 ] avait également montré un bénéfice sur la croissance staturale, mais pas sur la croissance pondérale, avec là également de faibles effectifs. D’autres études sont donc à mener avec des effectifs plus importants afin de confirmer un effet sur la croissance pondérale.
En savoir plus

27 En savoir plus

Menace d'accouchement prématuré : circonstances d'hospitalisation et pronostic de la grossesse

Menace d'accouchement prématuré : circonstances d'hospitalisation et pronostic de la grossesse

Pourtant, la réalisation du toucher vaginal systématique en vue du dépistage de modifications cervicales pathologiques à risque d’aboutir à un accouchement prématuré est une pratique bien française. Pour d’autres pays européens, comme l’Angleterre, le toucher vaginal de dépistage ne fait pas partie de l’examen systématique. Et divers travaux, telle l’étude de P Buekens, S Alexander et M Bousten, ont démontré la non efficacité du toucher vaginal de routine en terme de prévention de l’accouchement prématuré [9]. Force est même de constater que celui- ci peut conduire à une inflation des hospitalisations maternelles pour « modifications cervicales pathologiques (MCP) », improprement qualifiées de MAP lorsque ces modifications cervicales sont isolées, non associées à des contractions utérines.
En savoir plus

34 En savoir plus

Le psychomotricien à la rencontre du bébé prématuré et de ses parents : étayage de la parentalité

Le psychomotricien à la rencontre du bébé prématuré et de ses parents : étayage de la parentalité

L’examen psychomoteur se réalise généralement en plusieurs séances suivant la disponibilité du bébé. Un nouveau-né, qui plus est prématuré, ne peut être disponible plus de 20 minutes. Une séance d’évaluation est souvent plus longue puisqu’elle comprend en amont un moment de discussion avec les parents et/ou les soignants s’occupant de l’enfant, concernant l’état de l’enfant et ce qui s’est passé dans la journée. Le psychomotricien interroge aussi les parents sur ce qu’ils ont pu observer ces derniers temps : s’il s’éveille plus, comment il bouge… Il peut y avoir des différences entre ce que l’on va observer et ce qui est rapporté par les parents. Il faut alors, au moment de l’évaluation, réajuster en traduisant ce qu’on observe, rassurer les parents sur les mouvements réflexes qui sont normaux et sur le développement psychomoteur de leur enfant.
En savoir plus

110 En savoir plus

Effet d'une hyperbilirubinémie modérée sur le contrôle cardiorespiratoire chez l'agneau prématuré

Effet d'une hyperbilirubinémie modérée sur le contrôle cardiorespiratoire chez l'agneau prématuré

Un com ptage des neurones apoptotiques dans les deux groupes perm ettrait ainsi de conclure sur l’effet neurotoxique de l’HB m odérée et de l’hypoxie dans notre m[r]

174 En savoir plus

L'impact des soins maternels kangourous sur les interactions mère-enfant prématuré

L'impact des soins maternels kangourous sur les interactions mère-enfant prématuré

Les chercheurs qui ont évalué l'impact de la prématurité sur la qualité des interactions mère-enfant montrent qu'ils développent des patrons d'interactions différents de ceux de dyades[r]

73 En savoir plus

Évaluation anténatale des connaissances des futures mères sur l’allaitement maternel de l’enfant prématuré

Évaluation anténatale des connaissances des futures mères sur l’allaitement maternel de l’enfant prématuré

Il possède des propriétés anti-infectieuses avec passage d’immunoglobulines A et de lactoferrine, permettant de bloquer les germes, et confère à l’enfant une immunité passive. (4, 6, 7) Ainsi, l’incidence et la gravité des infections, notamment des infections respiratoires et gastro-intestinales, sont diminuées. (8) Chez l’enfant prématuré, le lait maternel est primordial entre autre en raison de leur immaturité digestive. (9) D’ailleurs, les recommandations et sociétés savantes en France sont l’utilisation du lait maternel, ou de lait de femme issu de don de lait si le lait de leur mère n’est pas disponible pour l’alimentation entérale des grands prématurés. (2, 10) Cela permet une meilleure tolérance de l’alimentation, grâce aux protéines déjà fractionnées et plus facilement absorbées par le système digestif de l’enfant. (5) Une enzyme, la lipase, permet également un meilleur apport énergétique par facilitation de la digestion des graisses. (11) Il diminue le risque d’entérocolite ulcéro-nécrosante (ECUN) en permettant l’apparition d’un microbiote intestinal favorisant une meilleure digestion. (2, 10, 12)
En savoir plus

52 En savoir plus

Utilisation du sildénafil dans l'hypertension artérielle pulmonaire du prématuré atteint de dysplasie bronchopulmonaire

Utilisation du sildénafil dans l'hypertension artérielle pulmonaire du prématuré atteint de dysplasie bronchopulmonaire

V. PERSPECTIVES Le marqueur biologique B-type natriuretic peptide (BNP) commence à être utilisé dans le diagnostic d’HTAP en plus de l’échographie cardiaque. Kim a décrit son utilisation dans le diagnostic d’HTAP secondaire à la DBP. Dans son étude, le BNP a une bonne corrélation positive avec la PapM, les RVP et la pression moyenne du VD. Des valeurs élevée de BNP ou son augmentation sont le reflet de la sévérité de l’HTAP (14). Cependant, un BNP élevé alors que l’échographie cardiaque est normale est rare alors qu’il est fréquent que le BNP soit normal alors que l’échographie cardiaque est pathologique. Le BNP ne peut donc être utilisé actuellement en routine chez le prématuré (96) par son manque de sensibilité et spécificité et par le fait qu’il nécessite un prélèvement sanguin non justifié à ce jour.
En savoir plus

137 En savoir plus

Show all 104 documents...