réaction catalytique

Top PDF réaction catalytique:

Bilan Massique et Thermique Sur une Réaction  Catalytique de l’Unité de Méthanol

Bilan Massique et Thermique Sur une Réaction Catalytique de l’Unité de Méthanol

A partir de ce mélange et après ajustement de la composition, il existe deux possibilités : La synthèse directe d’hydrocarbures liquides par la réaction de Fischer et Tropch ; La synthès[r]

172 En savoir plus

Etude expérimentale et modélisation d'échangeurs compacts multifonctionnels en réaction catalytique

Etude expérimentale et modélisation d'échangeurs compacts multifonctionnels en réaction catalytique

Les réacteurs catalytiques structurés présentent certains avantages par rapport aux technologies traditionnelles type lit fixe grâce au couplage de la réaction avec le transfert de chaleur dans le même appareil : on parle alors de réacteurs multifonctionnels. Le terme de réacteur multifonctionnel définit un équipement dans lequel les performances de la réaction chimique (conversion et / ou sélectivité) sont améliorées par l’association d’un ou de plusieurs phénomènes de transfert (masse, chaleur, quantité de mouvement), voire d’une autre réaction. Ainsi, des opérations unitaires sont combinées entre elles (Westerterp, 1992 ; Agar, 1999). Cette réduction du volume du procédé (par la diminution du nombre d’équipement) conduit à la baisse des coûts d’investissement et à une économie d’énergie par une meilleure maîtrise. De plus, l’amélioration de la sélectivité diminue la consommation en matière première, ce qui abaisse le coût de l’opération. Globalement, l’intensification des procédés à travers l’utilisation des réacteurs multifonctionnels permet une réduction significative des coûts d’investissement et de fonctionnement via l’optimisation du procédé (Charpentier, 2005).
En savoir plus

294 En savoir plus

Développement d’un procédé de réaction catalytique assisté par les micro-ondes : application pour le reformage du méthane par le CO2

Développement d’un procédé de réaction catalytique assisté par les micro-ondes : application pour le reformage du méthane par le CO2

l’utilisation du pétrole. Le 21 ème doit être le siècle des énergies nouvelles. Il apparait aujourd’hui crucial d’avoir non seulement une utilisation de notre énergie plus efficace, mais aussi une production énergétique plus variée entre les énergies fossiles, et renouvelables. Enfin, il faut trouver des moyens de limiter notre empreinte écologique, et pour cela, des voies pour réutiliser, recycler et augmenter l’emploi des ressources en cycle fermé. De nombreux experts prédisent aujourd’hui l’épuisement de ces dernières dans un futur très proche (pétrole, Lithium, phosphate). Cependant, tout n’est pas désespéré, il existe des pistes d’amélioration possible. Ce travail est relatif à l’une d’entre elles. L’un des défauts majeurs des énergies renouvelables (solaire, éolien, hydrolien …) est leur intermittence. Pour pallier cela, la principale solution est le développement de batteries et autres moyens de stockage pour permettre de lisser la production et la consommation. Une autre solution serait d’utiliser directement ces sources d’électricité. Afin par exemple de produire des produits chimiques ou des gaz. Ces produits serviraient ainsi de moyen de stockage pour récupérer l’énergie stockée, il s’agirait alors de faire la réaction. Ces solutions sont de plus en plus privilégiées on appelle cela le « Power To gaz » ou « Power to chemicals ». Elles pourraient non seulement s’avérer plus efficaces, mais aussi avoir un impact environnemental moins grand que la conception de batteries.
En savoir plus

105 En savoir plus

Réduction sélective catalytique des NOx par des composés oxygènes

Réduction sélective catalytique des NOx par des composés oxygènes

activités respectives sont différentes. Il a ensuite été montré que l’ajout d’argent sur ces alumines permet d’en améliorer significativement l’activité à basse température, mais que l’activité EtOH-SCR observée entre ces catalyseurs est de nouveau différente. Afin de déterminer le(s) paramètre(s) intervenant dans la réaction catalytique, ces différents catalyseurs ont été caractérisés par différentes techniques expérimentales. Dans un premier temps, la phase métallique a été examinée. Les mêmes populations de taille de particules d’argent ont été observées sur les cinq catalyseurs, ce qui a permit de conclure que la phase métallique n’est pas directement responsable des différences d’activité dans le cas de ces catalyseurs. Ensuite, le support a été étudié. Plusieurs paramètres ont ainsi été écartés, tel que la structure cristalline dans la mesure où ces cinq alumines présentent la même structure γ- Al 2 O 3 . La surface spécifique et le diamètre de pore ont également été écartés : bien que ces
En savoir plus

216 En savoir plus

Nouvelles stratégies d'amplification moléculaire d'un signal basées sur l'activation de dérivés pro-quinoniques : de l'activation d'un catalyseur biomoléculaire au déclenchement d'une réaction auto-catalytique

Nouvelles stratégies d'amplification moléculaire d'un signal basées sur l'activation de dérivés pro-quinoniques : de l'activation d'un catalyseur biomoléculaire au déclenchement d'une réaction auto-catalytique

F IGURE 1. 2 Modèle pour la consommation de la cible avec amplification Dans ce cas, la détection peut se faire par le suivi de la disparition de S ou de l’apparition de P, si ceux-ci ont des caractéristiques physico-chimiques particulières. Par exemple, P (ou S) peut être un colorant, un fluorophore, ou même une molécule électroactive. Dans un but de simplification, nous considèrerons par défaut dans la suite que P est la molécule qui permet de suivre la réaction. Dans la réaction présentée F IGURE 1.2 , la molécule X-A est conservée lors de la transformation de S en P, jouant ainsi un rôle de catalyseur. Ceci implique que pour la formation d’une seule molécule X-A, de nombreuses molécules S et P sont respectivement consommées et produites. Après un temps de réaction donné, la quantité de produit P accumulé est bien supérieure à la quantité de cible X initialement présente en solution. Cette stratégie de détection correspond à la forme la plus simple et la plus classique d’amplification moléculaire d’un signal. Cette amplification est linéaire en fonction du temps et son facteur d’amplification directement relié au rapport entre la concentration en produit P accumulé et la concentration initiale en X. Ce facteur dépend de la vitesse de la réaction catalytique, mais aussi du temps de réaction.
En savoir plus

249 En savoir plus

Conversion catalytique de la glycérine en acroléine dans un lit fluidisé

Conversion catalytique de la glycérine en acroléine dans un lit fluidisé

On chauffe le lit et on attend que la température se stabilise. On alimente le gaz de fluidisation (dans notre cas, on utilise l’argon) et on attend que la température soit stable. Avant d’injecter le liquide, il faut s’assurer qu’il n’y a pas de bulles d’air dans le tuyau d’injection. Pour ce faire, il faut laisser couler le liquide dans un bécher pour les éliminer. Ensuite on connecte le tuyau au réacteur et on démarre la pompe. Le débit d’injection maximum est de 10 mL/min; donc, un débit de 0.5 mL/min est suffisant au début du procédé pour ne pas avoir d’accumulation de liquide au fond du réacteur, ce qui mène à une évaporation partielle de la solution injectée. Dès que la solution arrive au fond du réacteur, elle doit s’évaporer complètement et passer à travers le catalyseur pour donner lieu à la réaction catalytique du mélange réactionnelle.
En savoir plus

104 En savoir plus

7-Réaction acide base

7-Réaction acide base

c. Relions ceci au constante d’acidité : Expérimentalement, on mesure le pH de différentes solutions acides de même concentration 1.0*10 -2 mol/L. On calcul alors le taux d’avancement de la réaction et on met en relation ces résultats avec le pK A des couples :

6 En savoir plus

Elimination de polluants aromatiques par oxydation catalytique sur charbon actif

Elimination de polluants aromatiques par oxydation catalytique sur charbon actif

Les travaux de Creanga et coll. [Creanga et coll., 2007] auxquels j’ai contribué au début de ma thèse s’inscrivent dans cette démarche. Nous avons étudié en réacteur batch l’OVHC d’un mélange équimolaire de phénol et d’acide 4-hydroxybenzoïque (4AHB) sur charbon actif et l’avons comparé à l’oxydation du 4AHB seul. Avant de démarrer l’oxydation effective, le charbon a été mis en équilibre d’adsorption avec le polluant à la température de réaction sous 12 bar d’azote. Dans le cas du mélange la concentration totale en polluants en début d’oxydation était de l’ordre de 6 g.L -1 , alors que la concentration du 4AHB était de 2-3 g.L -1 . La cinétique apparente d’oxydation, mesurée à partir des courbes de disparition des polluants en phase liquide, s’est révélée environ deux fois plus rapide pour le 4AHB seul par rapport à celle du même composé en mélange. Par ailleurs, dans le mélange la disparition du phénol était plus rapide que celle du 4AHB. En utilisant un modèle de réacteur batch qui traduit la diffusion transitoire de l'oxygène et des polluants à l'intérieur des pores du catalyseur et la variation des quantités de polluants adsorbées sur la surface solide, les constantes cinétiques intrinsèques de la réaction ont pu être aussi calculées. Pour le 4AHB, les valeurs de ces constantes sont en fait très proches, que le composé soit seul ou en mélange. C’est donc la diffusion de l’oxygène (plus limitante dans les conditions du mélange du fait de la plus forte concentration en polluant) qui explique les écarts observés entre les deux systèmes. De même, les valeurs des constantes cinétiques intrinsèques du phénol et du 4AHB dans le mélange sont du même ordre de grandeur. C’est cette fois la grande différence d’adsorption en mélange entre phénol (négligeable) et 4AHB qui conduit à la dégradation apparemment plus rapide du phénol par rapport au 4AHB. La quantité adsorbée constitue en effet une réserve de réactif qui ralentit la disparition du composé en solution.
En savoir plus

227 En savoir plus

Élaboration de matériaux fonctionnels à partir de polyoléfines par un système catalytique

Élaboration de matériaux fonctionnels à partir de polyoléfines par un système catalytique

polaires tels que les acrylates à même la chaîne de polyéthylène à l'aide d'un système catalytique en utilisant des complexes neutres de palladium de type Pd[P&#[r]

220 En savoir plus

Synthèse de nanotubes de carbonne dopés à l'azote et leur application catalytique

Synthèse de nanotubes de carbonne dopés à l'azote et leur application catalytique

Pan et al. [11], ayant étudié des nanoparticules d’un mélange de Rh, Mn, Li et Fe avec une proportion en poids de 1:1:0.075:0.05, ont nettement amélioré la sélectivité pour l’éthanol (>76%) à 330°C et diminué la sélectivité en CH 4 à environ 15%. Les nanotubes de carbone sont également sollicités comme supports ou catalyseurs dans les réactions en phase liquide. Ceci pour leur grande stabilité et leur résistance à l’agressivité du milieu. Ainsi, il a été montré que la sélectivité de la réaction d’hydrogénation de la liaison C=C est nettement améliorée en présence du Pd supporté sur des nanotubes ou nanofibres (80%) par rapport à environ 50% sur un catalyseur de Pd supporté sur charbon actif [12,13]. Comme la plupart des matériaux carbonés, en plus de leur utilisation comme supports, les CNT ont été aussi utilisés comme catalyseur pour certaines réactions spécifiques, comme la déshydrogénation oxydante de l’éthylbenzène en styrène, du propane en propène, l’oxydation sélective de l’hydrure de soufre H 2 S, l’estérification et l’hydroxylation [4]. Des résultats particulièrement remarquables concernant l'oxydation aérobie du 5-hydroxyméthylfurfural (HMF) en acide 2,5-furanedicarboxylique (FDCA) ont été observés. Cette réaction s’effectue généralement en présence d’une base. L’utilisation d’un catalyseur à base de Pt/CNT a permis de réaliser la réaction en milieu aqueux et en l’absence de tout additif. Les remarquables résultats obtenus sont dus essentiellement à la fonctionnalisation des CNT, ce qui augmente le pouvoir adsorbant du catalyseur et améliore le transfert d’hydrogène [14].
En savoir plus

211 En savoir plus

Synthèse des nanotubes de carbone dopés à l’azote et leur application Catalytique

Synthèse des nanotubes de carbone dopés à l’azote et leur application Catalytique

Par ailleurs, quel que soit les progrès réalisés dans la compréhension des mécanismes de synthèse et du mode d’action des CNT dopés ou non, leur application comme catalyseurs représente un tout nouveau champ d'investigation. Ainsi, les nanotubes de carbone dopés ont été utilisés comme catalyseurs pour la réaction de condensation de Knoevenagel [26]. Il a été montré que l'activité catalytique dépend de la quantité d'azote pyridinique incorporé dans la structure des N-CNT. Bien que la méthodologie utilisée ne soit pas très fiable, ce résultat a incité les chercheurs à se pencher sur le problème de sélectivité pour contrôler la nature des groupements à privilégier (Fig.2). Gong et al. ont également signalé que les nanotubes de carbone contenant de l'azote peuvent agir comme électrocatalyseur sans métal pour la réaction de réduction de l'oxygène (ORR) dans les piles à combustible alcalines, avec une bonne activité électrocatalytique et une stabilité de fonctionnement à long terme [27]. Dans une autre étude, l'activité électrochimique des CNT dopés à l'azote a été explorée et comparée à des CNT commerciaux non-dopés et imprégnés avec du Pt [28]. Ces catalyseurs azotés présentent une performance comparable à celle du catalyseur à base de Pt dans la réaction ORR. Le remplacement du catalyseur métallique par des CNT dopés sans métal contribue à réduire le coût de ces catalyseurs. Ikeda et al. ont décrit la réaction de réduction de l'oxygène sur les N- CNT dans un travail théorique [29]. Ils montraient que les atomes de carbone adjacents aux atomes d'azote de l'extrémité des N-CNT sont de meilleurs sites d'adsorption de l'oxygène. Une réduction complète d’O 2 est attendue pour ces sites.
En savoir plus

221 En savoir plus

Photodégradation catalytique de quelques composes aromatiques en milieu aqueux

Photodégradation catalytique de quelques composes aromatiques en milieu aqueux

la solution est mise dans le noir pour 1 heure de temps pour assurer l’adsorption du polluant sur les particules de dioxyde de titane TiO 2 avant de l’exposer au soleil pendant 7 heures d’irradiation pour un apport efficace on oxygène le milieu réactionnel est exposé a l’air libre pendent toute la durée de la réaction et a température ambiante et sous agitation. Pour mesurer la cinétique de la réaction, il faut Suivre l’évolution de la concentration en fonction du temps. Et pour cela des prélèvements de 10 ml après chaque heure ont été analysés afin de déterminer les concentrations en COV.
En savoir plus

99 En savoir plus

Hydrogénation catalytique des calix[4]pyrolles pour l'obtention de nouveaux ligands: synthèses, structures, complexes de cuivre et de manganèse et leur application dans des processus d'oxydation catalytique

Hydrogénation catalytique des calix[4]pyrolles pour l'obtention de nouveaux ligands: synthèses, structures, complexes de cuivre et de manganèse et leur application dans des processus d'oxydation catalytique

H 3 C H 3 C H 3 C 5.8 g (0.1 mol) d’acétone (83) sont dilués dans 45 ml d’éthanol anhydre dans un ballon tricol 100 ml équipé d’un réfrigérant et muni d’une agitation magnétique. 0.5 ml d’acide méthane sulfonique sont ajoutés rapidement à l’aide d’une pipette graduée. Puis, 6.71 g (0.1 mol) de pyrrole (82) sont ajoutés goutte à goutte, à l’aide d’une ampoule à brome, sous très vive agitation. Après avoir ajouté le pyrrole, un précipité blanc se forme. En l’absence de contrôle, la température croît énormément pour atteindre 60°C après 1 minute. Après adjonction totale du pyrrole, on laisse la réaction tourner ¼ d’heure en maintenant la température à 35°-40°C. Ensuite, il y a filtration et lavage avec 50 ml d’éthanol glacé.
En savoir plus

278 En savoir plus

Réaction de photocyclodéshydrogénation par catalyse photorédox

Réaction de photocyclodéshydrogénation par catalyse photorédox

équivalents  d'oxyde  de  propylène  (101)  à  un  temps  de  résidence  de  10  h  se  sont  avérés  être  le  meilleur système testé. À partir de ces conditions, il est possible d’essayer les divers précurseurs de  cyclisation  pour  déterminer  l'étendue  de  la  réaction.  Ainsi,  les  triarylamines  ont  été  testées  en  premier (Tableau 13). Il faut cependant préciser que le temps de réaction a été augmenté à 20 h par  recyclage  du  mélange  réactionnel  pour  avoir  une  conversion  complète  du  produit  de  départ.  À  l'entrée  1,  la  triarylamine  trisbustituée  donne  55%  de  rendement  de  3,6‐diméthoxy‐9‐(4‐ méthoxyphényl)carbazole  (279).  À  l'entrée  2,  95%  de  rendement  de  9‐(2,4,6‐ triméthylphényl)carbazole  (280)  est  obtenu  à  partir  de  la  2,4,6‐triméthyl‐N,N‐diphénylaniline  (260).  Ce rendement excellent peut être expliqué par le fait qu'aucune liaison C‐C ne peut être formée avec  le  noyau  2,4,6‐triméthylphényle,  donc  un  seul  régioisomère  à  la  possibilité  de  se  former 285 .  En  d'autres  mots,  la  probabilité  de  cyclisation  beaucoup  plus  grande  qu'à  l'entrée  1.  De  plus,  l'effet  stérique des groupements méthyles pourraient rapprocher les deux groupements phényles lors de la  formation du lien C‐C. À l'entrée 3 et 4, un rendement de 70% est obtenu dans les deux cas mais avec  une régiosélectivité différente, soit de 7:1 pour le 9‐(4‐méthylphényl)carbazole (281) et le 3‐méthyl‐9‐ phénylcarbazole  (282)  et  de  9:1  pour  le  9‐(4‐méthoxyphényl)carbazole  (283)  et  le  3‐méthoxy‐9‐ phénylcarbazole  (284).  Ces  deux  triarylamines  non‐symétriques  ont  donné  majoritairement  le  carbazole où le noyau aromatique substitué riche en électrons est exo par rapport au motif carbazole.  Toutefois, à l'entrée 5, le produit exo 9‐(4‐iodophényl)carbazole (285) est le seul qui est formé, à 50%  de rendement, comparativement aux résultats à l'entrée 3 et 4. Aussi, la présence de l'iode donne la  possibilité  d'une  fonctionnalisation  subséquente,  ce  qui  en  fait  un  choix  de  substrat  intéressant.  À  l'entrée  6  et  7,  55%  de  rendement  de  9‐phénylpyrido2,3‐bindole  (286)  et  60%  de  5‐ phénylpyrimido5,4‐bindole (287) est obtenu à partir des triarylamines 262 et 263. Il faut noter que  ces deux hétérocycles sont plutôt pauvres en électrons et que les rendements sont plus faibles de 10‐ 15%  comparativement  aux  triarylamines  ayant  des  noyaux  aromatiques  riches  en  électrons.  Par 
En savoir plus

371 En savoir plus

Étude de l'activation électro-catalytique de composés issus de la biomasse

Étude de l'activation électro-catalytique de composés issus de la biomasse

133 Q uoi qu’il en soit, il est clair que les nano-cubes présentant des domaines de surface définis (100) conduisent à une activité plus élevée que les nano-octaèdres à orientation de surface préférentielle (111) et nano-sphères sans orientation de surface préférentielle, car des densités de courant plus élevées sont enregistrées dès le début de l’oxydation au potentiel de 0,350 V / ERH. Dans la plage de potentiels allant de 0,350 V / ERH à 0,550 / 0,600 V / ERH, les surfaces de palladium ne devraient pas adsorber d'espèces hydroxyde, et il a été démontré que les nanoparticules de palladium à forme ne sont actives pour l'oxydation des polyols que pour des potentiels supérieurs à 0,60 V vs ERH [144,145]. Par conséquent, la voie d’oxydation n’implique pas un mécanisme semblable à celui de Langmuir-Hinshelwood. L'étude de l'oxydation du glucose sur le platine a montré que la gluconolactone était formée à des potentiels bas et intermédiaires qui, après désorption de la surface, pouvaient être hydrolysés en gluconate par des hydroxyles dans l'électrolyte alcalin [58,120,121]. Nous proposons raisonnablement que le même mécanisme se produise aux surfaces de palladium, en raison de la similitude du comportement catalytique du platine et du palladium [146]. Par conséquent, l'activité plus élevée des nano-cubes dans la plage de potentiel de 0,350 V à 0,750 V vs ERH est liée à la plus grande capacité des domaines de surface (100) à adsorber le glucose et / ou à désorber la gluconolactone. Il convient de noter qu'une observation similaire a été faite par Zalineeva et al. [145] pour l'électro-oxydation du glycérol sur des nanoparticules de palladium à forme.
En savoir plus

161 En savoir plus

Nouveaux procédés de réduction catalytique du CO2 en consommables chimiques

Nouveaux procédés de réduction catalytique du CO2 en consommables chimiques

75 5. Conclusion et perspectives Nous avons pu prouver au cours de ce chapitre que l’acide formique était un relais de liaisons C–H efficace. En effet la disproportionation de l’acide formique en méthanol peut être effectuée à 150 °C avec un catalyseur de ruthénium (II) portant un ligand triphos avec des rendements allant jusqu’à 50%. Les rendements les meilleurs sont obtenus en présence d’un additif acide, dont l’action a pu être déterminée grâce à des études mécanistiques. L’ajout d’un additif acide permet en effet de former le méthanol par transfert d’hydrogénation mais aussi par déshydrogénation/hydrogénation. Le mécanisme de la réaction a été élucidé grâce à des études théoriques et nous espérons que dans l’avenir, les connaissances que nous avons gagnées sur cette réaction nous permettront de designer des catalyseurs à bas de métaux non nobles. A l’heure actuelle, les catalyseurs de fer, cobalt et nickel que nous avons testés n’ont pas montrés d’activité en disproportionation en revanche certains catalyseurs, notamment, ceux au nickel, ce sont montrés très actifs pour la déshydrogénation. Enfin, afin de prouver que l’approche de réduction indirecte du CO 2 en acide formique est réalisable, nous avons voulu synthétiser
En savoir plus

179 En savoir plus

Développement d'une réaction d'amidation utilisant le diphénylsilane en tant qu'agent de couplage et d'une réaction de borocyclopropanation photochimique

Développement d'une réaction d'amidation utilisant le diphénylsilane en tant qu'agent de couplage et d'une réaction de borocyclopropanation photochimique

des groupes des Prs. Castro et Coste, les sels de phosphonium ont été largement adoptés par la communauté chimique. 45 La réaction d’amidation utilisant un sel de phosphonium nécessite l’ajout d’une base, généralement la triéthylamine ou la N,N-diisopropyléthylamine (DIPEA) aussi appelée base de Hünig, afin de déprotoner l’acide carboxylique (Schéma 4). Le carboxylate peut ensuite réagir avec le sel de phosphonium, ici BOP, pour former l’acylphosphonium activé et libérer le OBt (forme déprotonée de HOBt) qui réagit rapidement avec l’acylphosphonium pour former un ester activé ; celui-ci subit ensuite une réaction d’aminolyse pour donner l’amide. Bien que l’acylphosphonium ait été proposé comme espèce active, les groupes des Prs. Castro et Dormoy ont suggéré qu’au vu de la haute réactivité de cette espèce, une réaction rapide avec les ions carboxylates présents dans le milieu pouvait conduire à la formation d’un anhydride symétrique. Cette hypothèse a été appuyée, quelques années plus tard, par le groupe du Pr. Hudson à l’aide d’études cinétiques. 46 Comme dans le cas des carbodiimides, la réaction peut passer par la
En savoir plus

365 En savoir plus

Étude de l'activation électro-catalytique de composés issus de la biomasse

Étude de l'activation électro-catalytique de composés issus de la biomasse

mL est alors prélevé et ajouté à la solution homogène de 37 g de n-heptane et 16,1 g de Brij®L4 préalablement préparée. Le mélange est alors agité jusqu’à ce qu’une microémulsion stable et translucide soit obtenue. 100 mg de borohydrure de sodium (NaBH 4 ) sont alors versés dans le réacteur et la réaction de réduction des sels métalliques débute instantanément (noircissement de la solution et dégagement d’hydrogène). Lorsque le dégagement d’hydrogène prend fin, la réaction est complète et la quantité nécessaire de carbone (Vulcan XC72, Cabot Corp.) est ajoutée pour obtenir un taux de charge en métal de 40 % en masse. Le mélange est alors filtré sur membrane PVDF hydrophile de diamètre de pores de 0,22 μm (Millipore) et lavé plusieurs fois à l’acétone puis à l’eau milliQ. La poudre catalytique est alors séchée toute une nuit dans un four à 70 °C, puis traitée thermiquement à 200 °C pendant une heure pour dégrader tout reste de tensio-actifs à la surface du catalyseur.
En savoir plus

161 En savoir plus

Trois brins d’ADN dans le centre catalytique des ADN polymérases

Trois brins d’ADN dans le centre catalytique des ADN polymérases

Ces observations nouvelles signifient que les ADN polymérases peuvent rompre les liaisons hydrogènes formant les paires de bases situées en amont du complexe de réplication, et ne nécessitent donc pas toujours une activité hélicase de déroulement des brins. Elles démontrent pour la première fois que les ADN poly- mérases peuvent accomoder transitoire- ment 3 brins d’ADN dans leur centre catalytique, contre 2 dans les conditions communément admises [7] .

3 En savoir plus

Optimisation d'un procédé de traitement des eaux par ozonation catalytique

Optimisation d'un procédé de traitement des eaux par ozonation catalytique

CONCLUSION GÉNÉRALE Cette thèse a été consacrée à l’optimisation d’un procédé de traitement des eaux par ozonation catalytique. Une présentation détaillée du traitement des eaux, en général, et des procédés d’oxydation avancée et de l’ozonation catalytique, en particulier, a été réalisée. Une unité pilote d’ozonation catalytique, présentant un réacteur continu de 19 litres, a été instrumentée. Les expériences d’ozonation ont été réalisées sur des solutions aqueuses de paranitrophénol. Préalablement à l’identification et à la commande de ce procédé, un long travail a permis la mise au point d’un capteur basé sur la mesure d’absorbance capable de représenter la DCO et le niveau d’abattement du polluant (Edzwald et al. (1985)). De là, le pilote d’ozonation catalytique a été considéré, dans une approche système, comme un système présentant une entrée, la puissance de l’ozoneur, et deux sorties, l’ozone dans les évents et l’absorbance.
En savoir plus

168 En savoir plus

Show all 395 documents...