réécriture de l'histoire

Top PDF réécriture de l'histoire:

ASSIA DJEBAR ET LA RÉÉCRITURE DE L’HISTOIRE AU FEMININ

ASSIA DJEBAR ET LA RÉÉCRITURE DE L’HISTOIRE AU FEMININ

Paris - France ASSIA DJEBAR ET LA RÉÉCRITURE DE L’HISTOIRE AU FEMININ Résumé Dans L'Amour, la fantasia, Assia Djebar tend la main aux sans-voix, les femmes analphabètes de la guerre en Algérie, transmettant leurs récits oraux dans son écrit en français. Nous montrerons que, d'une autobiographie anonyme à une autobiographie plurielle, Djebar négocie un lieu spécifique pour l’autobiographie féminine écrite, dans une société traditionnelle inhibitrice du « je » de la femme. Ainsi, nous nous sommes intéressée à sa posture de « conteuse » : revisitant les archives françaises de la conquête de l'Algérie, elle donne une voix aux témoignages des femmes autrement silencieuses. Nous étudierons la façon dont Djebar écrit pour naître au monde, mais aussi pour aider les autres femmes à naître au monde en inscrivant leurs récits dans le discours de l’Histoire. Ce faisant, elle réécrit l’Histoire en un palimpseste au féminin.
En savoir plus

19 En savoir plus

Réécriture et histoire dans <i>Ulysse</i> de Joyce

Réécriture et histoire dans <i>Ulysse</i> de Joyce

de lecture. Tandis que la théorisation joycienne de l’histoire se présente grosso modo comme un refus de son influence sur le sujet, l’expérience de lecture anticipée par le roman viendrait à tout le moins mettre en cause le bien-fondé de cette influence et constituerait donc une amorce de réflexion à ce propos. La réécriture serait ainsi une possibilité romanesque instrumentalisée par les théories joyciennes sur l’histoire afin de faire de la relation du lecteur au texte un laboratoire expérimental du rejet de l’histoire. Dans Palimpsestes : la littérature au second degré, Gérard Genette définit l’hyper- textualité comme « toute relation unissant un texte B ([…] hypertexte) à un texte antérieur A ([…] hypotexte) sur lequel il se greffe d’une manière qui n’est pas celle du commentaire » (p. 11-12). Dans la définition extensive que donne Joyce de l’histoire, on pourrait, en reprenant la terminologie de Genette, associer cette dernière à une instance B, ayant une influence sur une instance A, qui serait le réel. Forcément, il faudrait, dans cette comparaison, rajouter une instance C, dans le cas de la réécriture, le lecteur, dans celui de l’histoire, le sujet ou, plus précisément, le personnage : cette instance C serait la média- trice des relations AB.
En savoir plus

17 En savoir plus

De l'intertextualité au transmédial : pratiques de réécriture autour de "Romanzo criminale"

De l'intertextualité au transmédial : pratiques de réécriture autour de "Romanzo criminale"

produites entre 2003 et 2008 et répondant à des critères similaires, bien que n’appartenant pas à un mouvement défini a priori. Dans l’article-manifeste du New Italian Epic (Wu Ming, 2008), cette vague littéraire est décrite comme un sentiment partagé, une manière de lire les événements du passé récent de l’Italie, à cheval entre témoignage et reprise nostalgique, entre réalisme et postmodernisme. Il s’agit d’un genre particulier de roman méta-historique, avec des traits spécifiques liés au contexte italien. Ces productions ont en commun la sympathie qu’elles affichent pour l’attitude pop, entendue comme l’opposition au goût highbrow, comme un ensemble de connaissances diffusées à travers les médias de masse et qui mettrait l’accent sur le geste d’appropriation de ses consommateurs (le renvoi à H. Jenkins est explicite, Wu Ming, 2008 : 18 ). Le phénomène est marqué, en outre, par une capacité à mettre en œuvre une circulation de stratégies d’écriture innovantes qui se concrétisent souvent dans la production « d’objets narratifs non identifiés » (Wu Ming, 2008 : 7) caractérisés par une récupération de l’oralité, chargés d’interrogations critiques sur les modalités de réécriture de l’Histoire nationale et sur la rencontre entre archives et « rue ». Contrairement aux modes d’écriture réalistes, qui recherchent une mise en scène le plus possible objective, dénotative, ce type de produit
En savoir plus

404 En savoir plus

Nord de L.-F. Céline : une réécriture des chroniques médiévales

Nord de L.-F. Céline : une réécriture des chroniques médiévales

l’auteur. En ce sens, la chronique de Céline est, pour peu qu’on garde à l’esprit le cas de conscience auquel elle confronte le lecteur, un observatoire exceptionnel des stratégies de récupération de lignées traditionnelles de l’histoire littéraire par l’idéologie d’extrême droite au XX e siècle. Si ce choix générique est confirmé dans toute la trilogie allemande, c’est aussi que les chroniques médiévales favorisent un mode d’écriture de soi dans l’histoire collective qui correspondait au vœu de l’auteur de justifier son épopée personnelle à travers la Seconde Guerre mondiale et sa situation historique. Aussi le chroniqueur de Nord accentue-t-il la propension à l’autobiographie qui caractérisait certains chroniqueurs en confondant ce genre avec la lignée de mémorialistes disgraciés fondée par Commynes. Seulement Céline fait de lui l’autoportrait d’un martyr de l’épuration. Son expérience vécue de la guerre est le récit d’une persécution censée servir de chef d’accusation contre la Résistance mais surtout de mise en scène « autohagiographique » de soi pour justifier a posteriori les pamphlets antisémites et sa fuite en Allemagne de façon à l’exonérer de toute forme d’aveu de culpabilité. Aussi intéressée qu’elle puisse être, cette réécriture assigne à la littérature la vocation d’être la mémoire des oublis de l’histoire. À ces derniers, Céline oppose une poétique de la réécriture qui a recours à des lignées littéraires oubliées. Alors que les avant-gardes du XX e siècle portent l’innovation au sommet des valeurs légitimes en art, le réinvestissement d’un genre désuet comme celui des chroniques médiévales suppose, sinon une posture d'héritier, du moins un rapport particulier à la tradition et à l'histoire littéraire qui favorise des filiations lointaines. Cette réactualisation invite à se demander dans quelle mesure la révolution esthétique du roman célinien oppose, aux mots d'ordre avant-gardistes de rupture et de table rase, une « modernité tributaire de traditions oubliées qui définissent un ensemble de savoirs techniques et de legs par rapport auxquels se situe l'innovation 248 ». En effet, le recours à la chronique de Céline répond autant à l’urgence de
En savoir plus

169 En savoir plus

Robinsons en fin d’école primaire : de la réécriture à l’invention

Robinsons en fin d’école primaire : de la réécriture à l’invention

jusqu’à un arbre et l’escalada. L’ours tourna autour de l’arbre pendant une heure ou deux (heures), puis, s’en alla. Sofian remarqua qu’il voyait toute l’ile et il se dit qu’il pourrait faire sa cabane ici. Il redescendit de l’arbre et alla chercher du bois. Mais sous un morceau de bois, il trouva un serpent ! Il lui coinça un morceau de bois dans la gueule et repartit avec le bois qu’il avait récolté. Le lendemain, après avoir passé une nuit dans sa maison de fortune, (il) décida de faire un grand feu pour attirer les bateaux. Après deux jours, l’un d’eux répondit à son appel. Mais ce bateau sombra et, seul survivant, Sofian construisit un radeau et, sans le savoir, retomba sur la même ile. Et cette histoire continua sans fin. À suivre... »
En savoir plus

17 En savoir plus

L'œuvre arthurienne de Rio et les réécriture de genre contemporaines

L'œuvre arthurienne de Rio et les réécriture de genre contemporaines

La formule du Chant de la Terre Coney reprend la matière arthurienne en imaginant un univers à plusieurs virtualités parallèles (ou plutôt buissonnantes), qu’il appelle aléapistes [happentracks], et tout un lointain futur assez baroque pour l’Humanité, avec des phases d’expansion spatiale, de régression post-apocalyptique, de mutations génétiques, de rébellions contre les machines, etc. Bien entendu, un Être supérieur hypergalactique surveille tout cela, donne un coup de pouce par-ci, sanctionne un excès par-là, et se fait appeler Dieu par les civilisations les plus primitives, mais en fait son vrai nom est Starquin le Cinq-en-Un. Jusque-là, rien de très original ; ce type de cadre est monnaie courante en science-fiction, notamment dans les œuvres qui s’attachent à brosser de vastes fresques d’« histoire des futurs », et qui semblent irrésistiblement associer les deux thèmes de la prise d’autonomie des machines et de la révélation métaphysique supérieure, comme deux pôles opposés de débordement de l’échelle humaine. Coney met son Starquin face à deux ou trois pépins, au nombre desquels les « Loups du Malheur » et les « Bombes de Haine » (fruit de la perversion des Humains), ce qui ne signifie rien moins que la fin du Monde. La mission sera donc de sauver Starquin, en faisant advenir les aléapistes sur lesquelles soit il n’est pas menacé, soit des sauveurs potentiels apparaissent. Or une aléapiste apparaît à chaque fois qu’un être pensant effectue un choix. Les aventures racontées dans Le Chant de la Terre sont, finalement, les récits potentiellement infinis d’aventures diverses et variées menant aux « bons choix » – c’est-à-dire à ceux qui ouvrent des aléapistes sur lesquelles Starquin est vivant et se promène bénéfiquement dans l’hyperespace (qu’on appelle Grand-Loin [Greataway] dans ce cycle). La légende arthurienne sera l’une de ces aventures.
En savoir plus

26 En savoir plus

Développer une attitude réflexive sur sa pratique scripturale grâce à la réécriture

Développer une attitude réflexive sur sa pratique scripturale grâce à la réécriture

Yves Reuter, professeur émérite et didacticien, retrace dans de nombreux articles l’évolution de l’enseignement de l’écriture depuis les années 1970 et montre qu’il a fallu un certain temps pour changer la pratique de la rédaction à l’école. Dans « l’enseignement de l’écriture. Histoire et problématique » publié dans le périodique Pratiques en 1989, il explique que la tradition des « rédactions » ou « expressions écrites » a été très présente durant de nombreuses années et que malgré les critiques, multiples, qui ont pu être soulevées, ce modèle a été prédominant, même après la proposition de nouvelles alternatives. Ce modèle n’était pourtant pas sans laisser apparaître plusieurs failles, à commencer par une « situation de communication artificielle » (Reuter, 1989, p. 69), la situation de communication étant essentielle —nous le savons aujourd’hui— pour donner du sens à l’activité scripturale qui est avant tout une activité de communication. À cette critique s’ajoute le fait que « le statut du texte reste ambigu » (idem) ce qui pose encore une fois la question de la finalité de l’écrit et qui ne permettait pas aux élèves de s’interroger sur la « fonctionnalité » de cet écrit. Ce « modèle traditionnel » se serait donc avéré « inefficace et cl[ôt] » puisqu’il s’agit de faire écrire pour évaluer, pour noter et non pas pour accompagner l’apprenant. Yves Reuter met donc en évidence qu’il s’oppose en cela « aux processus d’une évaluation formative » (idem). Finalement, il explique que les stratégies d’apprentissage se réduisaient bien trop souvent à l'imitation et les stratégies d’amélioration à des « renvois psychologisants » (idem). Toutefois, c'est le modèle que nous avons connu le plus longtemps et qui, selon Yves Reuter, était encore dominant à la
En savoir plus

95 En savoir plus

De l'écriture à la réécriture : comment aider les élèves à améliorer leurs écrits ?

De l'écriture à la réécriture : comment aider les élèves à améliorer leurs écrits ?

mises en place en vue de l'accompagnement de chacun. Cette attention portée à la genèse d'un écrit permet également la valorisation de la singularité de chaque texte produit. Aux axes d'évaluation proposés par le groupe EVA, il m'a semblé fondamental d'ajouter un niveau d'analyse relevant de la génétique textuelle, car, le processus d'écriture, s'il est placé au cœur des apprentissages, se devait de voir son importance transférée dans l'évaluation de ceux-ci.Ainsi, les grilles d'évaluations co-construites avec mes élèves 58 sont polarisées autour d'une évaluation du processus d'écriture, davantage que sur la structure du texte abouti. Cela passe alors par l'évaluation des étapes successives à la conception de l'écrit : sa phase de planification, évaluée à travers des critères tels que « Je suis capable d'imaginer des éléments qui seront présents dans mon texte (personnages, événements, fin de l'histoire) », sa phase de première mise en mots, dont le respect à la planification est mis en exergue : « J'ai écrit un premier texte basé sur ces idées », puis, sa réécriture, dont une part plus importante est laissée à l'ampleur des variations du texte, à travers des critères tels que « J'ai fait évoluer mon premier texte en prenant en compte les conseils ».
En savoir plus

58 En savoir plus

Polyphonie et réécriture dans « L’île de la Demoiselle »

Polyphonie et réécriture dans « L’île de la Demoiselle »

Selon Anne Hébert Le récit est-il moins édifiant chez Anne Hébert ? La morale est revisitée au point de suggérer une réécriture contestataire. La critique a d’ailleurs principalement montré les différences de traitement de l’histoire entre les deux récits et commenté le fémi- nisme du renversement de l’ordre patriarcal dans la pièce d’Anne Hébert (Marchese, 2003; Leontaridou, 2013). Marguerite, abandonnée sur l’île, se retrouve privée des cadres d’une société pyramidale tenue par les hommes au nom de la parole divine, société dont l’espace restreint du bateau concentre les effets caricaturaux et dont le tempérament de Roberval, sa jalousie d’amant éconduit, sa tyrannie de commandant tout puissant bafouant sans vergogne le respect dû à la noblesse, a encore accentué le caractère autocratique. Le portrait d’une Marguerite tenant le fusil et se libérant en apprenant à vivre par ses propres moyens est traité en abandonnant la hiérarchie des sexes encore présente pour dépeindre l’héroïne déjà combative de Marguerite de Navarre : « Le mary avecq sa harquebuze, et elle, avecq des pierres, se defendoient si bien, que, non seulement les bestes ne les osoient approcher, mais bien souvent en tuèrent de très bonnes à manger. » (H : 393)
En savoir plus

14 En savoir plus

La réécriture au cycle 3 : représentations, pratiques, propositions didactiques

La réécriture au cycle 3 : représentations, pratiques, propositions didactiques

Lors des productions d’écrits au cycle 3, les enseignants attendent souvent des élèves les textes les plus corrects possibles sur de nombreux plans (grammaire, orthographe, syntaxe, mais aussi texte dans son ensemble, cohérence, pertinence…). Néanmoins, les élèves ne peuvent pas produire un texte abouti dès le 1 er jet. Le fait d’améliorer son texte devient donc évident : c’est la réécriture. Cependant, les enseignants appréhendent cet enseignement qu’ils considèrent comme trop contraignant et nécessitant beaucoup de temps. De plus bien souvent, ils ne savent pas vraiment ce qu’ils doivent évaluer. Pour les élèves, le mot « réécriture » est seulement synonyme de « copie » : l’action consistant à réécrire n’est pas associée à une amélioration des textes. Par ailleurs, lorsqu’on demande à un élève d’améliorer son texte, il se retrouve souvent surchargé cognitivement face à ses différentes réécritures, ne sachant ni quoi ni comment rectifier.
En savoir plus

72 En savoir plus

La Vie d'Adelphe de Metz par Werinharius : une réécriture polémique ?

La Vie d'Adelphe de Metz par Werinharius : une réécriture polémique ?

perdues, dont auraient déj à été élim inés un certain nom b re d’élém ents parasites com m e la parenté f ab uleuse d’A delphe, et c’est ce genre d’hy potex te liturgique ou paraliturgique, que W erinharius aurait avoir devant les y eux . Mais la dépendance directe de W erinharius par rapport à sa source anony m e, pour rare que soit le cas représenté par une réécriture aussi éloignée de son hy potex te, n’est pas im possib le non plus : on pourrait alors lire le tex te de W erinharius com m e une réplique critique au choix hagiographique f ait par l’anony m e, qui pallie son m anque d’inf orm ation par des inventions f ab uleuses ; l’éloignem ent littéraire des deux tex tes s’ex pliquerait partiellem ent par leur éloignem ent chronologique. Mêm e suj ette à caution, cette lecture est plus séduisante que la précédente, et m érite au m oins qu’on s’y arrête un instant, serait-ce pour la récuser. C ’est elle que j e prends com m e « pacte de lecture » dans les lignes qui suivent.
En savoir plus

21 En savoir plus

Réécriture d'un modèle MCSE à l'aide du langage FIACRE

Réécriture d'un modèle MCSE à l'aide du langage FIACRE

Le travail présenté dans ce document s’inscrit dans ce contexte et propose une mé- thode de réécriture d’un modèle de conception MCSE avec le langage formel FIACRE. Ce nouveau modèle peut ainsi être vérifié par des outils dédiés afin d’en faire la vérifica- tion sur des propriétés comportementales. Ce travail impose de s’assurer que l’ensemble des propriétés du système original sont conservées lors de la transformation.

24 En savoir plus

La réécriture de"d" : les déterminants complexes du français : lexique et syntaxe

La réécriture de"d" : les déterminants complexes du français : lexique et syntaxe

Cette categorie comprend les formes qui peuvent etre employees seules a gauche d'un nom et qui sont susceptibles de determiner ce nom, dans un syntagme nominal.Soit le contexte:.. N[r]

113 En savoir plus

Le détroit des augures ; suivi de Réécriture, traverse d'une subjectivité

Le détroit des augures ; suivi de Réécriture, traverse d'une subjectivité

Le temps du récit qu'il se racontait avait subi une dure ablation, mais il s'était renseigné: Sa Mère allait perdre graduellement l'usage normal de la parole, sa capac[r]

122 En savoir plus

Sur le chemin de mon école : réécriture filmique du quartier au cycle 2

Sur le chemin de mon école : réécriture filmique du quartier au cycle 2

Les questions des élèves se sont majoritairement portées sur l’utilisation de la feuille (à l’horizontale ou à la vertical), la prise de vue (de face ou de haut) et le tr[r]

55 En savoir plus

Interactions orales et réflexion sur la langue dans la réécriture chez l’adulte

Interactions orales et réflexion sur la langue dans la réécriture chez l’adulte

Outre les erreurs relatives à la norme élémentaire qui consiste ici à savoir faire une phrase comprenant un sujet, un verbe et un complé- ment, cet extrait a besoin d’être restructuré pour recouvrer toute sa cohé- rence. Il s’agit de résoudre des problèmes morphosyntaxiques, lexicaux et orthographiques dans le texte (des accords, des verbes conjugués, des marques de ponctuation, etc.). Quant aux idées, elles sont perti- nentes mais agglutinées les unes aux autres. La réécriture de cet extrait constitue un milieu, dans le sens d’un espace didactique où sont orga- nisées les conditions d’apprentissage pour susciter des conlits socio- cognitifs (Vygotski, 1997) dans l’accommodation à un savoir nouveau. Le travail de réécriture 3 par les stagiaires à partir du texte écrit par la
En savoir plus

17 En savoir plus

Histoire sociale, Histoire militaire et Histoire officielle

Histoire sociale, Histoire militaire et Histoire officielle

L’historien au-delà de l’histoire officielle En plus de l’histoire officielle, les historiens de la DHP participent aussi au développement de leur discipline en se trouvant tous engagés dans des projets personnels qui portent sur une variété de sujets, parfois assez éloignés du domaine militaire. L’historien de la DHP reste un historien à part entière, intéressé par les débats qui animent sa discipline et y participant aussi souvent qu’il le peut. Parmi les historiens actuellement à l’emploi de la DHP, certains ont produit des thèses de doctorat sur des sujets politiques, d’autres se sont plutôt intéressés à l’histoire des sciences et de la technologie et nous sommes même quelques-uns à avoir complété des études supérieures en géographie historique plutôt qu’en histoire. Loin d’être considérée comme un handicap, cette variété est plutôt perçue comme une garantie de la vitalité des recherches menées à la DHP.
En savoir plus

2 En savoir plus

Ensemble de termes accessibles en réécriture : aux frontières de la régularité

Ensemble de termes accessibles en réécriture : aux frontières de la régularité

Une analyse statique utilise un modèle formel du programme étudié. Ce modèle doit être correct, su ffisamment grossier pour que l’analyse termine à coup sûr mais suffisamment précis pour que le résultat de l’analyse soit intéressant. Les modèles formels utilisés par la complétion équationnelle, qui est l’objet principal de notre étude, sont basés sur les termes et la réécriture. Les termes représentent les états de la machine. L’exécution d’une instruction correspond alors à la réécriture du terme représentant l’état courant en le terme représentant l’état suivant. L’exemple suivant vise à représenter la fonction factorielle comme un système de réécriture.
En savoir plus

39 En savoir plus

La tempête et la réécriture de soi à l'aide de l'imagianire, processus de résilience

La tempête et la réécriture de soi à l'aide de l'imagianire, processus de résilience

Pour ce faire, je vais concentrer mes recherches uniquement sur le texte en faisant abstraction de l'auteur, mais bien en regard du narrateur, de son traumatisme, d[r]

147 En savoir plus

Systèmes de réécriture d’arbres de piles

Systèmes de réécriture d’arbres de piles

operations. Similarly to the way ground tree rewriting is performed at order 1. We also extend compound operations with edges labelled by tests. We can now define the notion of reduced o[r]

36 En savoir plus

Show all 1504 documents...