Problèmes de comportement sérieux

Top PDF Problèmes de comportement sérieux:

Déterminants biologiques et maternels des problèmes de comportement chez l'enfant inuit d'âge scolaire

Déterminants biologiques et maternels des problèmes de comportement chez l'enfant inuit d'âge scolaire

Introduction Les Inuits du Nunavik (région du Québec située au nord du 55 e parallèle) sont exposés à plusieurs difficultés psychosociales susceptibles de mettre en péril le développement optimal des enfants. Parmi celles-ci, nous retrouvons des prévalences élevées de monoparentalité, de grossesses adolescentes, de violence conjugale et d’abus d’alcool, une grande pauvreté ainsi que l’un des taux de suicide les plus élevés au monde (Conseil national du bien-être social, 2007; Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, 2007). Les jeunes inuits sont ainsi à risque d’être exposés à ces facteurs de vulnérabilité qui sont associés au développement de difficultés telles que les problèmes de comportement (PC) externalisés (PCE) et internalisés (PCI). Au Nunavik, presque la moitié des références faites aux Directions de protection de la jeunesse concernent des jeunes ayant un problème de comportement sérieux (Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, 2007). De plus, un article récent fait état de prévalences élevées du trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (21.5%) et du trouble oppositionnel avec provocation et du trouble des conduites (22%), évalués par l’enseignant à l’aide du Disruptive Behavior Disorder Checklist, chez 277 enfants du Nunavik âgés de 11 ans (Boucher et al., 2012). Malgré la présence de nombreux facteurs de risque connus reliés au développement de difficultés chez l’enfant dans cette population, les facteurs associés à l’apparition des problèmes de comportement chez les jeunes inuits restent peu documentés. Par ailleurs, une revue de la littérature traitant de la santé mentale chez les jeunes des régions arctiques indique que les études dans cette population se limitent principalement aux troubles de l’abus de substance et aux comportements suicidaires, et que peu d’information est disponible concernant les causes de ces difficultés (Lehti, Niemela, Hoven, Mandell, & Sourander, 2009).
En savoir plus

79 En savoir plus

Facteurs associés aux conduites déviantes chez des jeunes suivis pour troubles de comportement sérieux en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse

Facteurs associés aux conduites déviantes chez des jeunes suivis pour troubles de comportement sérieux en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse

Conclusion II n’y a pas de solution simple à un problème aussi complexe que la déviance des adolescents. Il demeure tout de même important d’identifier les jeunes à risque de poursuivre dans cette voie afin d’élaborer des stratégies de prévention et d’intervention précoces et adaptées. La présente étude confirme que les jeunes suivis en vertu de la LPJ pour TC sérieux constituent un groupe à haut risque de déviance persistante. En effet, près de la moitié des jeunes de l’échantillon ont commis à la fois des actes de déviance avec et sans violence et ces jeunes semblent préoccupants en raison de la fréquence de leurs actes déviants violents et non violents, de leurs scores globaux de déviance violente et non violente plus élevés et de leur propension à avoir plus de problèmes liés à la toxicomanie. Malgré le caractère restrictif de l’échantillon, les résultats mettent en évidence qu’il s’agit d’un groupe hétérogène, s’engageant dans une étendue de conduites déviantes et se distinguant selon le type de conduites déviantes commises. Il apparaît évident, à la lecture des résultats, qu’une stratégie unique s’appliquant à l’ensemble de ces jeunes n’est pas optimale pour éviter l’adoption de conduites déviantes violentes et non violentes en milieu d’adolescence. Cela renforce l’importance d’opter pour des interventions basées sur une évaluation initiale rigoureuse documentant entre autres les conduites déviantes commises par le jeune et les forces et les difficultés rencontrées au sein de la dynamique familiale.
En savoir plus

104 En savoir plus

Trajectoires et profils des adolescents placés en centre de réadaptation présentant des troubles de comportement sérieux

Trajectoires et profils des adolescents placés en centre de réadaptation présentant des troubles de comportement sérieux

en plus de présenter des difficultés comportementales, font l’objet de mesures de protection à la suite d’une victimisation résultant d’une forme de maltraitance. Cela éclaire sur la possibilité que les jeunes aux prises avec des troubles de comportement seuls puissent se distinguer de ceux qui ont également subi de la négligence ou de l’abus, par l’adoption de comportements et d’attitudes s’apparentant davantage à de la délinquance. Cette hypothèse porte à croire que la manifestation de comportements problématiques, chez les jeunes pour lesquels il y a cooccurrence, serait davantage symptomatique, c’est-à-dire qu’elle résulterait de stratégies d’adaptation négatives en réaction à des épreuves de vie difficiles reliées à un environnement familial inadéquat. Quant aux jeunes présentant uniquement des troubles de comportement, plusieurs hypothèses peuvent être émises afin d’expliquer leur dérive vers le système de justice pénale pour adolescent : les traits de personnalité, l’association à des pairs délinquants, la consommation de drogues, les problèmes de santé mentale, le désengagement scolaire sont, entre autres, des facteurs criminogènes largement cités dans la littérature afin d’expliquer l’étiologie de la délinquance (Bender, 2010 ; Coleman et Jenson, 2000 ; Jonson-Reid, 2002 ; Ouimet, 2009 ; Widom, 1991). Cela n’exclut pas, bien entendu, que les jeunes présentant de la cooccurrence puissent également être fragilisés par ces facteurs. Cette interprétation, en regard de la cooccurrence, doit cependant être considérée avec parcimonie et gagnerait à faire l’objet d’investigations futures. Les données utilisées dans la présente étude, outre la présence d’une prise en charge en PJ antérieure (dans les cinq années précédant l’entrée dans la cohorte), ne permettent pas de quantifier ni de qualifier l’ensemble des services de PJ offerts antérieurement. Ainsi, il s’avère impossible de savoir si un adolescent présentant des troubles de comportement seuls a bénéficié de services de PJ au-delà des cinq années précédant l’évaluation initiale ni de connaître le motif de toute intervention antérieure. De plus, en dépit du fait qu’ils soient pris en charge pour un motif de troubles de comportement sérieux, cela n’exclut pas la possibilité que certains jeunes aient pu expérimenter une forme d’abus ou de négligence inconnue des services de protection de l’enfance.
En savoir plus

122 En savoir plus

Modérateurs de la relation entre la supervision parentale et l'adaptation d'adolescents suivis en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse pour troubles de comportement sérieux

Modérateurs de la relation entre la supervision parentale et l'adaptation d'adolescents suivis en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse pour troubles de comportement sérieux

de 3 correspondant à un degré élevé de conflits. Les coefficients de cohérence interne sont excellents, de ,94 pour la version des adolescents et de ,95 pour la version des parents. Les problèmes de comportement de l’adolescent Les problèmes de comportement extériorisés et intériorisés du jeune sont mesurés à partir de l’inventaire des comportements de l’enfant, mieux connu sous le nom du Child Behavior Checklist/6-18 (CBCL) (Achenbach & Rescorla, 2001). Ce questionnaire de type Likert en trois points, complété uniquement par le parent dans le cadre de la présente étude, est construit de manière à différencier le comportement pathologique de celui dit normal. Il comprend 113 items qui décrivent des comportements pouvant être présents chez les jeunes et qui permettent de mesurer la perception du parent quant à plusieurs dimensions des comportements actuels du jeune. Pour chacun des énoncés, le parent doit évaluer, en pensant à la situation de son enfant au cours des six derniers mois, jusqu’à quel point il s’avère « toujours ou souvent vrai », « plus ou moins vrai » ou « faux ». Les scores aux sous-échelles des comportements dits délinquants et des comportements dits agressifs sont additionnés afin d’obtenir le score des problèmes extériorisés. Le score des problèmes intériorisés est la somme des scores attribués aux sous-échelles d’anxiété/dépression, de retrait et de somatisation. Les scores sont ensuite transformés en score T, dont la moyenne pour l’ensemble de la population est de 50 avec un écart-type de 10, selon le sexe et l’âge du jeune. Le score T permet d’établir si le jeune présente un problème de comportement dépassant le seuil clinique. Toutefois, dans la présente étude, le score brut sera utilisé pour l’ensemble des analyses. Cet instrument présente une excellente fidélité test-retest, de ,92 pour les problèmes extériorisés et de ,91 pour l’échelle des problèmes intériorisés. Il obtient également des coefficients de cohérence interne élevés, de ,94 pour les problèmes extériorisés et de ,90 pour les problèmes intériorisés (Achenbach & Rescorla, 2001).
En savoir plus

103 En savoir plus

Prédicteurs sociaux et scolaires des symptômes dépressifs chez les enfants du primaire ayant des problèmes de comportement extériorisés

Prédicteurs sociaux et scolaires des symptômes dépressifs chez les enfants du primaire ayant des problèmes de comportement extériorisés

modérateur du sexe dans la relation entre les problèmes d’adaptation à 10 ans (symptômes dépressifs, PCE, faible rendement scolaire et problèmes sociaux) et les symptômes dépressifs à 21 ans. Quant à eux, Owens et Hinshaw (2016) ont utilisé une méthode de stimulation bootstrap pour vérifier si la victimisation par les pairs ainsi que les échecs scolaires et la discipline étaient chacun, de manière indépendante, des médiateurs de la relation entre les PCE à 6-12 ans et les problèmes intériorisés 10 ans plus tard. Enfin, Wertz et al. (2015) ont effectué des corrélations et des modèles de régression linéaire afin de voir si les associations entre les PCE à cinq ans et les problèmes intériorisés à 12 ans pouvaient s’expliquer par les expériences négatives (victimisation par les pairs, insatisfaction de la mère et difficultés scolaires) vécues à l’âge de sept ans. Bien que les auteurs de ces quatre dernières études (Burke et al., 2005; McCarty et al., 2008; Owens et Hinshaw, 2016; Wertz et al., 2015) aient utilisé des stratégies d’analyses des données différentes de la majorité des autres études, le niveau initial de PCE et de symptômes dépressifs (ou de problèmes intériorisés) ont aussi été contrôlés.
En savoir plus

68 En savoir plus

MyBestQuery : un jeu sérieux pour apprendre des utilisateurs

MyBestQuery : un jeu sérieux pour apprendre des utilisateurs

MyBestQuery : un jeu sérieux pour apprendre des utilisateurs Adrian Chifu 1 , Serge Molina 1 , Josiane Mothe 1 1. Institut de Recherche en Informatique de Toulouse, Université de Toulouse 118 route de Narbonne, 31062 Toulouse cedex, France, prenom.nom@irit.fr

3 En savoir plus

La prévention de l'aggravation des problèmes de comportement chez des élèves de la
quatrième et cinquième année de l'école primaire

La prévention de l'aggravation des problèmes de comportement chez des élèves de la quatrième et cinquième année de l'école primaire

le plan de la régulation émotionnelle. De ces déficits découlent des habiletés sociales inadéquates, qui, combinées à des comportements agressifs, provoquent le rejet par les pairs.. Ce [r]

101 En savoir plus

L'expérience de l'approche narrative des conflits moraux par des adolescentes présentant des troubles de comportement sérieux

L'expérience de l'approche narrative des conflits moraux par des adolescentes présentant des troubles de comportement sérieux

] exercer sa capacité d'effectuer des choix tout en se positionnant comme l'auteur responsable des conséquences bien concrètes qui en découlent» (Decoster, 2003, p. La pe[r]

93 En savoir plus

Les facteurs familiaux associés à la maltraitance psychologique subie par des jeunes présentant des problèmes de comportement extériorisés

Les facteurs familiaux associés à la maltraitance psychologique subie par des jeunes présentant des problèmes de comportement extériorisés

Par ailleurs, une recension incluant 25 études publiées entre 1987 et 2008 sur la prévalence du TOP montre qu’elle se situe entre 1% et 11 % avec une moyenne de 3,3 % selon les populations étudiées (Canino, Polanczyk, Bauermeister, Rohde et Frick, 2010). Ce trouble est légèrement plus fréquent chez les garçons que chez les filles, soit 1,4 garçon pour une fille (APA, 2013). Pour ce qui est du TC, sa prévalence chez les jeunes âgés entre 5 et 17 ans varie de 2 à 10 %, avec une médiane de 4 % selon les données d’une recension des études de prévalence réalisées entre 1993 et 2005 (Costello, Egger et Angold, 2005). Le TC est plus élevé chez les garçons que chez les filles. Sur une population générale provenant des États-Unis, la prévalence du TC se situe à 12 % chez les hommes alors qu’elle est à 7,1 % chez les femmes (Nock, Kazdin, Hiripi et Kessler, 2006). Il y a présentement peu d’études de prévalence du TOP et du TC au Québec. L’une d’entre elles (Déry, Lapalme et Yergeau, 2005) établissait que 47,9 % des élèves qui recevaient des services scolaires pour des problèmes de comportement présentaient un diagnostic de TOP et 28,5 % un TC.
En savoir plus

115 En savoir plus

Poursuis Ton Aventure : Programme de thérapie par l'aventure afin de prévenir les problèmes de comportement à l'adolescence

Poursuis Ton Aventure : Programme de thérapie par l'aventure afin de prévenir les problèmes de comportement à l'adolescence

Dans le second cas, l'enfance est apparemment normale ou du moins, sans problèmes d'agressivité apparents, mais en début d'adolescence, les jeunes suivant cette trajectoire commencent à [r]

137 En savoir plus

Les problèmes de comportement, les représentations d’attachement et le parcours de placement d’enfants relevant de la protection de l’enfance

Les problèmes de comportement, les représentations d’attachement et le parcours de placement d’enfants relevant de la protection de l’enfance

6. Conclusion Pour conclure, la forte prévalence de l’attachement désorganisé chez les enfants de notre population d’étude invite à porter davantage attention à la qualité des interactions parents-enfants dans la toute petite enfance. L’ampleur des problèmes présentés par ces enfants doit nous pousser à essayer de mieux comprendre comment les situations traumatiques vécues antérieurement influencent leur développement et leur bien-être et ce, à double titre. D’une part, la loi du 14 mars 2016, en se recentrant sur l’enfant, précise que « la protection de l'enfance vise à garantir la prise en compte des besoins fondamentaux de l'enfant, à soutenir son développement physique, affectif, intellectuel et social ». Dans cet objectif, il convient donc de pouvoir poursuivre les recherches afin d’améliorer les connaissances relatives à la psychotraumatologie des troubles relationnels, afin de mieux cerner les distorsions et les déficits auxquels les enfants sont exposés et qui, sans réponses spécifiques, auront des répercussions préjudiciables sur leur développement et leur santé mentale.
En savoir plus

19 En savoir plus

Le choix des jeux sérieux à l'Université de Guyane

Le choix des jeux sérieux à l'Université de Guyane

0 un appel à projets lancé par le consortium national Couperin. Notre proposition a été retenue et a abouti à une convention stipulant que trois jeux sérieux sur l’open access devaient être remis comme livrables et partagés sous licence libre à l’ensemble de la communauté universitaire. Le choix de miser sur des jeux de plateau et de cartes – et non sur des jeux vidéo – présentait à notre sens le double intérêt d’être économique, tout en préservant les avantages pédagogiques du jeu en termes d’apprentissage. Il s’agissait d’ouvrir une voie encore peu explorée (beaucoup d’universités ayant de prime abord misé sur les jeux vidéo) qui a depuis été suivie de belles initiatives du côté de La Réunion (avec notamment le jeu Libérez la science ! 3 de Nicolas Alarcon) ou de l’Inist
En savoir plus

8 En savoir plus

L'influence de la relation enseignant-élève sur les problèmes de comportement d'adolescentes hébergées en centre de réadaptation pour jeunes en difficulté.

L'influence de la relation enseignant-élève sur les problèmes de comportement d'adolescentes hébergées en centre de réadaptation pour jeunes en difficulté.

médiation se sont révélés non significatifs lorsque la dimension positive de la relation (la proximité) était évaluée. Ainsi, l’effet négatif de la relation enseignant-élève semble jouer un rôle davantage prépondérant sur les problèmes de comportement. L’étude d’Ewig et Taylor (2009) vise à établir si l’association entre la qualité de la relation enseignant-élève et l’adaptation comportementale en classe varie selon le genre et l’ethnicité des élèves. Les données ont été recueillies à partir d’une étude plus importante et sous le couvert théorique de l’attachement. Le tempérament et la relation enseignant-élève ont été mesurés à l’automne alors que les données relatives aux comportements ont été relevées au printemps. Les auteurs ont tenu compte des trois dimensions principales de la relation enseignant-élève soit : la proximité (closeness), le conflit et la dépendance. C’est d’ailleurs l’une des rares études à avoir observé les trois dimensions simultanément. Au-delà des effets expliqués par le genre, l’ethnicité et le tempérament, les trois dimensions de la qualité de la relation enseignant-élève prédisent l’ampleur des comportements d’agressivité et d’hostilité (29 % de la variance expliquée). Parmi les trois dimensions de la qualité de la relation avec l’enseignant, c’est spécifiquement la dimension conflictuelle qui prédit les comportements d’agression et d’hostilité (β = .58, p < .05), les dimensions de proximité et de dépendance étant non significatives. Les conflits avec l’enseignant constituent un prédicteur plus fortement imposant chez les garçons (explique 37 % de la variance chez les garçons en comparaison avec 5 % chez les filles). Si pour les garçons les conflits semblent être un prédicteur plus important, la relation positive, quant à elle, semble être davantage bénéfique pour les filles.
En savoir plus

105 En savoir plus

Quand plaisanter, c'est prendre les choses au sérieux

Quand plaisanter, c'est prendre les choses au sérieux

L’analyse de Ducrot selon laquelle « plaisanter c’est dire en espérant ne pas être pris au sérieux » n’est donc pas si évidente. Si cela est partiellement vrai pour les hommes gurunsi qui manifestent ainsi avec humour leur incapacité à exercer leur contrôle sur les femmes, ce qui finalement est une chose très sérieuse pour eux, les marins au long cours, eux, plaisantent pour éviter de dire des mots qui pourraient susciter des oppositions, voire des querelles entre eux, ce qui dans ce huis clos à risque qu’est le navire, serait de la plus haute gravité. Par conséquent, plaisanter, ce peut être, au contraire, prendre les choses très au sérieux.
En savoir plus

10 En savoir plus

Quelle place pour les jeux sérieux pratiqués en autonomie dans un CDI ?

Quelle place pour les jeux sérieux pratiqués en autonomie dans un CDI ?

La médiation élève /contenu vient du fait que le jeu en lui-même doit être transmissif : il doit permettre de transmettre des contenus tout en rendant ce moyen ludique. Ainsi, certains jeux sérieux vont réussir ou échouer à transmettre efficacement des contenus ou à intéresser le joueur. Cela vient souvent du fonctionnement économique du serious game : vu qu’ils sont à visée éducative, ces jeux sont souvent gratuits et doivent avoir un coût de développement réduit. Les commanditaires doivent donc faire appel à de petits éditeurs 12 et faire avec des moyens restreints. Cela a pour avantage de cibler les apprentissages (on reste souvent dans un seul thème) et de permettre des sessions de jeu courtes, donc potentiellement exploitables durant une heure de classe ou au CDI. Cela peut également entrainer des jeux peu aboutis avec des défauts de
En savoir plus

60 En savoir plus

Utilisation d'un jeu sérieux de diagnostic dentaire

Utilisation d'un jeu sérieux de diagnostic dentaire

Les sŽances de crŽation de jeux sont aussi importantes pour cette m•me raison, ce qui leur permet de bien comprendre les difficultŽs de crŽations et les contraintes qui leur [r]

5 En savoir plus

Comportement asymptotique de différents problèmes de contact avec frottement en film mince dans le cas isotherme et non-isotherme

Comportement asymptotique de différents problèmes de contact avec frottement en film mince dans le cas isotherme et non-isotherme

Comportement asymptotique d’un fluide de Herschel-Bulkley dans un domaine mince avec frottement de Tresca. Le premier chapitre, est consacré essensiellement dans une première étape aux rappels des résultats principaux sur les équations générales de la mécanique des milieux continus ainsi les conditions aux limites de contact avec frottement dans le cas stationnaire et dynamique. Ensuite nous don- nons un rappel de quelques résultats théoriques généraux de l’analyse fonc- tionnelle et qui nous permettent de mieux comprendre le contenu de ce travail.

104 En savoir plus

Le développement des problèmes de comportement extérisés chez les enfants vivant en contexte de défavorisation : une nouvelle conceptualisation de la pauvreté

Le développement des problèmes de comportement extérisés chez les enfants vivant en contexte de défavorisation : une nouvelle conceptualisation de la pauvreté

Les résultats obtenus laissent croire que la relation entre le contexte de défavorisation et les comportements extériorisés n’est pas continue, mais se situe plutôt aux extrêmes (i.e. [r]

90 En savoir plus

Caractéristiques individuelles et familiales des enfants manifestant des comportements sexuels problématiques et présentant des problèmes de comportement ou non

Caractéristiques individuelles et familiales des enfants manifestant des comportements sexuels problématiques et présentant des problèmes de comportement ou non

D’ailleurs, en raison de la forte proportion d’enfants ayant des CSP qui présentent des difficultés comportementales, maints auteurs considèrent pertinent que les cibles de traitement à prioriser auprès de ces enfants incluent également des pratiques probantes visant à réduire les problèmes de comportement de nature non sexuelle (Allen, 2017; Boisvert et al., 2016; Chaffin et al., 2008; Dufour et al., 2017; St-Amand et al., 2017), avec l’ajout de composantes spécifiques aux CSP telles que la réduction de l’exposition à la sexualité dans le milieu familial, la gestion adéquate des comportements sexuels de l’enfant ou l’éducation sexuelle (Boisvert et al., 2016). Ceci est cohérent avec les résultats de la présente étude qui identifie peu de différences entre les populations d’enfants présentant des CSP avec ou sans problèmes de cette nature. En raison de ces besoins communs, il appert que certaines approches d’intervention spécifiques aux problèmes de comportement chez l’enfant pourraient être bénéfiques chez l’enfant aux CSP.
En savoir plus

90 En savoir plus

Vers un jeu sérieux pour enseigner la programmation

Vers un jeu sérieux pour enseigner la programmation

Ainsi, le jeu s´erieux que nous souhaitons concevoir doit respec- ter un ensemble de contraintes : le type de jeu utilis´e doit ˆetre connu et appr´eci´e des ´etudiants, le jeu doit ˆetr[r]

6 En savoir plus

Show all 3298 documents...