pouvoir de la parole

Top PDF pouvoir de la parole:

ÉCLATS DE MOTS : POUVOIR DE LA PAROLE ET VULNÉRABILITÉ

ÉCLATS DE MOTS : POUVOIR DE LA PAROLE ET VULNÉRABILITÉ

Instant/moment/temps de la vulnérabilité sont trois modalités logiques qui peuvent créer un mouvement de subjectivation. La vulnérabilité engendrée par le pouvoir et la parole d’un autre ne produit pas les mêmes effets que l’acceptation de la condition humaine vulnérable, structurellement et ontologique- ment constitutive de l’être de langage, de l’être-pour-la-mort selon la terminologie heideggérienne. Être interpellé et insulté traduit, paradoxalement, une reconnaissance à une place minorée, dévaluée, subalterne. Les discours dominants fabriquent des catégories, des hiérarchies et donc des exclusions : les discours politiques dominants, religieux ou encore les discours de la science ont produit des catégories d’exclus (esclave dans l’Antiquité, juif depuis Paul, femme du temps des sorcières, Noir, pauvre, handicapé, enfant, mère, homosexuel, transsexuel, toutes catégories dites ‘minoritaires’). Être ‘normal’, c’est se sentir à l’intérieur d’un cercle, d’un discours dominant, protégé de toute exposition, protégé contre toute faiblesse et toute vulnérabilité. La norme est une idéalisation de l’invulnérabilité.
Show more

19 Read more

La parole emmurée

La parole emmurée

D'autres personnages vont utiliser ce vocabulaire mais de façon plus anecdotique et moins systématique : il arrivera par exemple à Créon de l'employer une fois, pour s'adresser à son fils, au début de l'agôn qui va les opposer. Créon et Antigone ne parlent donc pas le même langage. Cette opposition entre les deux protagonistes est très nettement mise en valeur par le vers 523 : « ou1toi sune/xqein a0lla_ sumfilei=n e1fun » « je ne suis pas née pour partager la haine, mais l'amour » 192 . Antigone est celle qui aime et qui est aimée, l'accusation qu'elle porte indirectement à Créon dans ce vers est donc terrible dans sa bouche. Créon, qui incarne le pouvoir, ne sait partager que la haine, et ce même dans la mort. Pour lui, un ennemi mort n'est jamais un ami. Sa haine est très perceptible, la mort qui met tout le monde sur un même pied d'égalité ne suffit pas pour que Créon rende les honneurs funèbres au défunt, quel qu'il soit. C'est pour cette raison que la jeune femme le désigne à l'aide de l'hapax « sune/xqein ». Le fondement de leur nature est toujours bâti sur une opposition : Antigone est « sumfilei=n » tandis que Créon est « sune/xqein » ; leur symétrie inverse est sensible jusque dans la formation morphologique de ces deux hapax. Composés tous deux du préverbe « *sun- », induisant une notion d'accompagnement, de relation entre deux objets, ils sont formés de deux verbes que tout sépare : Créon continue à haïr 193 , alors qu'Antigone continue à aimer. Cette nature (elle utilise le verbe « fu/w » à l'aoriste) radicalement opposée est une des causes de leur incompréhension : étant de nature différente, ils parlent
Show more

101 Read more

L'autre parole des jeunes

L'autre parole des jeunes

L’ordre et le conflit. Le choix d’une vision plutôt « effective » de la participation, qui vise à maximiser le pouvoir des citoyens concernés, ou d’une vision plutôt « cathartique » qui a pour objectif essentiel de calmer leurs attentes est de fait souvent lié à la représentation que l’on se fait du conflit et de l’ordre dans les processus sociaux. Pour certaines philosophies sociales, le conflit est essentiellement destructeur, il est, comme disent les sociologues, producteur d’anomie. « Je préfère commettre une injustice que de tolérer un désordre » aurait dit Goethe. Même si l’intention de l’auteur n’était peut-être pas celle-là, la phrase a servi depuis deux siècles à alimenter les conceptions que l’on pourrait qualifier de « fonctionnelles » de la société. Dans ces philosophies sociales, la société « fonctionne » bien lorsque « tout est sous contrôle » et « qu’aucune tête ne dépasse ». Dans nos sociétés qualifiées d’« hypermodernes » 3 , on voit revenir cette phobie du conflit sous la forme de conceptions valorisant essentiellement le consensus. L’envahissement de tous les secteurs de la vie sociale par l’idée de gouvernance en est sans doute le symptôme le plus révélateur : la gouvernance est le degré zéro du choix politique, la tentative de se débarrasser du politique par la technique. Plutôt que d’affronter la (douloureuse) nécessité d’arbitrer entre des valeurs et des intérêts contradictoires, on s’en remet à la « gestion » par les experts, chargés de produire la solution « objectivement » la meilleure, à laquelle tous les citoyens raisonnables ne manqueront pas de se rallier. Comme l’avait remarqué Jean-François Kahn dans son heureuse expression « la pensée unique » 4 , il y a évidemment un germe de tentation totalitaire dans cette pensée qui fait du désaccord une forme de pathologie sociale. Mais si cette logique est très répandue dans les milieux gestionnaires, elle est aussi contestée par une grande partie des sciences sociales qui considèrent le conflit comme l’état normal de toute société complexe et, en particulier des sociétés démocratiques.
Show more

7 Read more

Un témoignage adressé. Parole du rap et parole collective

Un témoignage adressé. Parole du rap et parole collective

De « je vis » à « nous vivons que… » Cela ne signifie pas qu’il n’existe dans le rap que des propos assumés à la première personne du singulier ; certains visent la forme traditionnelle du porte-parole (le Nous), d’autres la plus grande généralité au travers de constructions impersonnelles. Toutefois, l’on reste dans ces cas dans le cadre d’une présentation de soi à travers ses convictions et surtout ses conditions de vie. Un exemple est « Qui paiera les dégâts ? » (N.T.M., 1993, J’appuie sur la gâchette, Epic) : ce morceau qui est une description de la situation générale des jeunes dans les quartiers dits « sensibles », remixé en 1995 et en 2001 par le groupe lui-même, a été maintenu dans le répertoire du groupe dans la mesure où le poste d’énonciation utilisé n’implique pas que l’énonciateur doive continuer à expérimenter ce qu’il décrit pour pouvoir au fil du temps toujours assumer un tel témoignage accusateur. Le Je y renvoie soit à des opinions sur la situation, soit à des expériences vécues mais jamais en propre (« Voilà ce qu’on reproche à mes proches à ce jour ») ; les autres pronoms personnels présents sont indexés à ce poste d’interprétation [48] . Alors qu’on trouve de nombreux exemples de chansons dans le rap qui sont abandonnées en cours de carrière : émanant d’un Je, elles ne correspondaient plus aux convictions ou aux conditions de vie de celui qui les proférait, et par là déclarait les expérimenter.
Show more

4 Read more

Tchekhov : la parole au féminin

Tchekhov : la parole au féminin

Elena Andreievna (Acte III, p. 74) Il n’y a rien de plus affreux que de connaître le secret de quelqu’un, et de ne pas pouvoir agir. (Songeuse.) Il n’est pas amoureux d’elle, c’est évident, mais pourquoi ne l’épouserait-il pas ? Elle est laide, mais pour un médecin de campagne, un homme de son âge, elle ferait une excellente épouse. Elle est si intelligente, si bonne, si pure… Non, ce n’est pas ça, ce n’est pas ça… (Pause.) Je comprends cette pauvre fille. Dans un ennui désespérant, quand autour de vous ne tournent, au lieu d’êtres humains, que des tâches grises, quand on n’entend que des trivialités, quand il ne s’agit que de boire , de manger, de dormir, et que soudain surgit un homme qui ne ressemble pas aux autres, un homme beau, intéressant, séduisant… ainsi que le clair de lune au milieu des ténèbres… subir le charme d’un tel homme, s’abandonner… Il me semble que j’ai moi-même ressenti ce charme. Qui, sans lui, je m’ennuie, et voilà que je me mets à sourire, rien qu’en pensant à lui… L’oncle Vania dit que dans mes veines coule du sang d’ondine. « Laissez-vous aller, au moins une fois dans votre vie… » Eh bien ! C’est peut-être ce qu’il faudrait… S’envoler comme un oiseau enfin libre, loin d’eux tous, de leurs figures somnolentes, de leurs conversations, oublier qu’eux tous existent dans ce monde… Mais je suis lâche, timide, j’aurais trop de remords… Il est ici tous les jours, je devine pourquoi il est ici, et je me sens déjà coupable, je suis prête à tomber aux pieds de Sonia, à lui demander pardon, à pleurer.
Show more

223 Read more

Parole folle : parole de chaos ou parole de vérité, dans <i>Le Roi Lear</i> de Shakespeare

Parole folle : parole de chaos ou parole de vérité, dans <i>Le Roi Lear</i> de Shakespeare

22 c’est l’ensemble de cette tradition figée et ridicule sur laquelle s’appuie la démarche du roi. Comme le met en évidence Anne Larue, « le début du Roi Lear présente une brillante cérémonie de passation de pouvoir, dans l’atmosphère pompeuse et spectaculaire des défilés d’apparat qu’on appelle « pageants ». La parole, dans ce contexte, obéit à un rituel rhétorique : chacun enchaîne des topoi – la vieillesse s’allégeant du pouvoir, l’amour envers le souverain supérieur à celui porté à l’époux – sans que quiconque s’avise de croire le contenu de telles paroles. Chacun contribue, par sa faconde, à une image très harmonieuse, et quasi contrapuntique, d’une communication humaine bien réglée et bien tempérée. Cordélia brise la cérémonie musicale des voix qui se répondent, gâche l’ordre d’un superbe « pageant » ; elle manque sa réplique. Elle est folle, comme est fou celui qui, selon Erasme dans l’Eloge de la folie, enlève le masque des acteurs au beau milieu du spectacle. » 29 . Cordélia est folle, au sens d’outrageante, de démesurée, parce qu’elle met en évidence toute la fausseté de cette scène. Mais ce n’est pas seulement l’hypocrisie de la scène qu’elle pointe du doigt, c’est les fondements contestables sur lesquels se fonde « historiquement » le pouvoir du roi. Le geste de Cordélia ouvre une brèche dans un continuum établie de longue date, et ses mots annoncent la dernière réplique d’Edgar.
Show more

97 Read more

Désir de pouvoir et incertain pouvoir du désir

Désir de pouvoir et incertain pouvoir du désir

Rage et désespoir Dans sa posture de provocation exacerbée, Rodrigo Garcia, lui, refuse l’a priori d’empathie, celui d’une communauté des artistes et des spectateurs. Son théâtre conserve massivement le discours et même le message. À destination d’un public plus large que celui des spectateurs-pairs, il redit inlassablement l’inanité et le leurre que constituent les objets de consommation. Mais tandis que la parole de l’auteur s’affiche sur des écrans, les corps, eux, se débattent rageusement contre un ennemi invisible que vient matérialiser le lait, la mousse à raser, le miel ou l’huile, les cannettes de boissons dont on nous a signalé d’emblée l’inanité. Aussi les corps semblent-ils se retourner fébrilement contre eux-mêmes. La disparition de l’objet du désir rend toute lutte vaine, la frappe d’inanité : nul enjeu que ces traces matérielles sur scène que leur annihilation proprement dite, leur invalidation comme valeur, comme objet, fut-il théâtral.
Show more

5 Read more

Il ne leur manque que la parole ?

Il ne leur manque que la parole ?

Jamais les animaux ne constituent de boîte à outil, produit d’une structure analogue au langage en ce qu'elle rassemble des éléments qui peuvent être utilisés pour plusieurs tâches ou qui permettent d'accomplir plus ou moins bien la même tâche. Le choix d'un quelconque élément dans une boîte à outil procède également par oppositions et par contrastes par rapport aux autres éléments disponibles et aux tâches qu’ils permettent d'accomplir. L’animal, quant à lui, ne fait qu’opérer des liens immédiats entre moyens et fins, sans pouvoir abstraire son instrument de la situation dans laquelle il s’inscrit au moment où il l’utilise. Il ne pourra lui conférer, à quelques variations immédiates près, une autre destination que celle que la conjoncture lui impose. Alors que pour l’homme, tout au contraire, l’usage d’un couteau, par exemple, ne se limitera aucunement à telle situation, ni à telle fonction. Il lui sera toujours possible, de plus, de s’en servir pour autre chose que pour couper ou de le garder pour le seul loisir de l’avoir dans sa poche.
Show more

9 Read more

La parole de l'enfant

La parole de l'enfant

qu’ils n’aient aucun recul de type ethnologique qui leur permettrait de relativiser leurs propos. Lorsque les sociologues n’envisagent que le point de vue des transformations sociales que nos sociétés ont connues, ils occultent indéniablement une autre dimension du problème que les psychologues — et notamment les psychanalystes, qui sont en pointe sur cette question — mettent, eux, en avant. Ils ont ainsi tendance à ignorer la souffrance que l’enfant peut éprouver, faute de pouvoir lui donner un réel statut dans leurs modèles explicatifs. Par ailleurs, ils se trouvent souvent travaillés par une sorte d’égalitarisme naïf qui découle de la vision qu’ils ont du fonctionnement démocratique de nos sociétés. Cet égalitarisme vaut pour la femme par rapport à l’homme, bien évidemment, mais également pour l’enfant par rapport aux adultes qui l’entourent. De leur côté, les psychanalystes font valoir des notions qui sont parfois très critiquables. Lorsqu’ils évoquent par exemple la notion d’attachement, ils tendent à figer le rapport que l’enfant entretient avec son entourage immédiat dans une explication naturalisante et universalisante qu’un sociologue critiquera aussitôt avec raison ; ils réduisent des rôles parentaux, d’abord sociaux dans leur spécificité 1 , à des processus naturels qui vaudraient en fin de compte pour quantité d’autres espèces que celle de l’homme. On peut s’étonner que des psychanalystes puissent se fonder, pour appuyer leurs thèses, sur une théorie d’origine éthologique 2 qui occulte le fait que le petit de l’homme s’inscrit d’emblée, et avant même sa naissance, dans des formes d’interactions et de liens avec son entourage qui, étant sociaux, débordent très largement cet attachement et en relativisent totalement la portée.
Show more

24 Read more

Le pouvoir des mots

Le pouvoir des mots

Après une première écoute globale Amenez les élèves à comparer leur choix de rythme pour le refrain avec celui entendu. Quel genre de chanson Samian semble-t-il chanter? Chante-t-il du pop, du rock, du hip-hop…? Quelles seraient les principales caractéristiques du genre de chanson retenue? Le hip-hop est un genre propice pour les chansons dites engagées. En quoi cette œuvre de Samian pourrait-elle être considérée comme enga- gée? Avant la deuxième écoute, deman- dez aux élèves de surligner dans le texte les passages qui évoquent leur propre rapport aux mots et à la langue. À quoi peuvent servir, pour vous, les mots, la parole, la langue?
Show more

2 Read more

La perception de la parole

La perception de la parole

l’enfant à partir d’un ensemble de propriétés perceptives et cognitives générales, qui ne sont pas spécifiquement linguistiques. Malgré le succès qu’ils rencontrent aujourd’hui, les modèles à exemplaires se heurtent à différentes contradictions et laissent plusieurs questions majeures en sus- pens. Ainsi, les mécanismes permettant aux propriétés acoustiques détaillées d’exercer une influence dans l’accès au lexique restent à élucider. Paradoxalement, les modèles à exemplaires ont souvent été implémentés sous une forme très abstraite, en sché- matisant le mot d’entrée par une matrice de valeurs binaires par exemple [GOL 98]. En outre, l’hypothèse selon laquelle chaque mot est associé à une liste d’exemplaires qui s’allonge au fil du temps devrait paradoxalement rendre le système insensible à de petits détails dans la forme sonore du mot d’entrée (un peu comme la position du centroïde au sein d’un vaste nuage de points est peu sensible à l’introduction d’un élé- ment supplémentaire). Un autre problème fondamental tient au fait que les modèles à exemplaires font intervenir un ensemble de catégories – le plus souvent les mots – qui sont prédéfinies, et dont les mécanismes qui président à leur possible mise en place semblent échapper au pouvoir explicatif du modèle. Le modèle à exemplaires développé (en production) par Pierrehumbert [PIE 01, PIE 02] par exemple, définit une liste d’exemplaires E (L) comme l’ensemble {e L
Show more

24 Read more

Le statut de la parole

Le statut de la parole

Tout autre est la situation chez les Gbaya de Centrafrique, société très peu hiérarchisée, où il n’y a pas de procédure d’évitement comme on vient de le voir. En ce qui concerne la façon de s’adresser aux autres, le gbaya a développé un système de vouvoiement valable seulement au sein de la famille qui reconnaît la situation des générations antérieures par rapport à soi-même ainsi que le statut d’aîné, pour les femmes comme pour les hommes. Mais le caractère formel et systématique du vouvoiement n’entraîne en rien une position de pouvoir des individus qui vouvoient sur les individus vouvoyés 11 . Contrairement à ce qui se passe chez les Dioula, l’âge n’a pas un rôle prépondérant, c’est la valeur de chacun qui donne à sa parole du poids, de la considération et jamais le statut objectif qu’il a dans la société. L’usage de formes de politesse permet de bien marquer les relations de génération ou d’aînesse qu’ont, entre eux, les membres d’un même groupe familial (parenté et alliance), elle ne confère aucun statut particulier autre. (Roulon-Doko, 1993).
Show more

15 Read more

La prise de parole entre filles et garçons au cycle 3 : le pouvoir aux garçons ?

La prise de parole entre filles et garçons au cycle 3 : le pouvoir aux garçons ?

Page 23 sur 53 En groupe non-mixte, le fait qu’être entre personnes de même sexe rendrait plus facile les discussions, serait vrai pour les garçons : ils demandent plus la parole (66,3% des demandes de parole sont masculines) et l’ont plus (62% des prises de parole). Les tours de parole circulent très bien et chacun peut exposer son point de vue, peu importe le niveau de l’élève. Le phénomène est inverse pour les filles de cette classe. Ainsi en situation de non-mixité, elles réalisent moins de demandes et de prises de parole que le groupe des garçons. Elles semblent être moins actives qu’eux, et la parole circule entre quelques filles seulement. Il nous est possible de remarquer sur les films que cette parole est échangée entre les filles les plus âgées du groupe. Dans cette classe, les trois niveaux creusent des difficultés pour l’expression des filles plus jeunes.
Show more

54 Read more

La Parole de l’enfant en Justice. Parole sacrée ? … sacrée parole !

La Parole de l’enfant en Justice. Parole sacrée ? … sacrée parole !

Le 2ème juge délègue lui aussi en principe les auditions d’enfants à un spécialiste dans les cas où il y a conflit entre les parents sur le sort de leur(s) enfant(s). Peu importe qu’il s’agisse d’un simple désaccord, de problèmes plus graves ou encore de situations très complexes telles que celles où existent des soupçons d’aliénation parentale. En cas d’accord des parents sur tous les points de la séparation concernant le sort des enfants, le 2ème juge entendra personnellement les enfants concernés. Ce principe peut souffrir des exceptions, en particulier dans les cas urgents, lorsqu’une décision doit être prise très rapidement. Ce magistrat mentionne une affaire, il s’agissait d’une procédure de mesures provisoires, où il avait quelques jours pour décider de l’endroit de résidence de l’enfant. Ce point devait impérativement être tranché rapidement car les deux parents vivaient dans deux cantons différents et l’année scolaire était sur le point de reprendre. Il était important que l’enfant puisse débuter l’année scolaire dans les meilleures conditions possibles, sans avoir à changer de classe, d’établissement scolaire ou même de système scolaire après quelques semaines. L’audition par délégation ne permettait dans le cas d’espèce pas de respecter cette nécessité de célérité et le 2ème juge avait alors entendu personnellement l’enfant afin de pouvoir prendre sa décision dans le temps à disposition. Dans cette affaire particulière, le 2ème juge avait par la suite mandaté un spécialiste pour une enquête sociale.
Show more

141 Read more

D’une prise de parole dans les médias à une prise de pouvoir sur les médias ? Les courriers au médiateur de la rédaction de France 2

D’une prise de parole dans les médias à une prise de pouvoir sur les médias ? Les courriers au médiateur de la rédaction de France 2

L'histoire des sciences de l'information et de la communication d’information, d’autre part, par les évolutions des nouvelles technologies qui ouvrent de plus en plus de perspectives aux usagers pour commenter l’information, voire l’élaborer eux-mêmes. l’étude des différentes prises de parole des téléspectateurs (à la fois critiques, identitaires et citoyennes) permet d’ouvrir des pistes de rélexions quant aux phénomènes contemporains de « prise de pouvoir » sur l’information par les profanes. celle-ci permet de comprendre les formes du débat qui se structurent entre usagers et professionnels des médias, un débat qui oscille entre l’expertise revendiquée, à juste titre, par des individus qui ont souvent des compétences réelles, et la subjectivité de tout un chacun qui cherche aussi à publiciser ses actions pour aller vers l’exercice de la citoyenneté. le service du médiateur semble recevoir des témoignages dont les formes d’expression n’ont cessé d’évoluer et qui révolutionnent indirectement les contenus médiatiques presque davantage que les pratiques journalistiques. en effet, on peut penser à l’apparition ces dernières années de débats télévisés dans lesquels les membres de la société civile sont de plus en plus mis en scène, de l’apparition des messages sms dans toutes sortes
Show more

20 Read more

"Trouver les mots pour le dire" : s'approprier un certain pouvoir sur l'expérience de la folie à travers la prise de parole

"Trouver les mots pour le dire" : s'approprier un certain pouvoir sur l'expérience de la folie à travers la prise de parole

En examinant plus particulièrement les langages sur lesquels s'appuient ces récits, et les rapports de force dans lesquels s'inscrit le recours à ces idiomes, cette recherche tente de ce[r]

153 Read more

L'album : un déclencheur de parole ?

L'album : un déclencheur de parole ?

L'élément clef retiré de cet entretien est le choix d'albums aux illustrations lisibles, simples et redondantes par rapport au texte, et à la structure répétitive. Ces critères ont donc guidé mes recherches. De plus des constats sur le terrain ont orienté cette sélection. Lors de la présentation d'un album à toucher contenant un loup en volume (Si le loup y était de Philippe Jalbert), deux élèves ne prenant pas la parole de manière spontanée (Tom et Nicolas) ont réagi, l'un en imitant le cri du loup et en disant le mot « loup », l'autre en se rapprochant de l'album et en essayant de communiquer. Enfin, une autre élève faisant partie des cinq repérés pour le travail de recherche n'est pas non plus restée indifférente puisqu'elle s'est levée et est partie du coin regroupement, effrayée par le loup. D'autre part, lors de la lecture d'un autre album à pop-up : Quand je serai grand de Keith Faulkner, j'ai constaté une réelle attirance des élèves pour ce format (commentaires, volonté de s'approcher des images).
Show more

99 Read more

Pouvoir et négociation

Pouvoir et négociation

Cette opposition conceptuelle un peu superficielle à laquelle se sont arrêtés beaucoup de commentateurs en glosant sur le contraste en tre l’individualisme et l’apparent utilitarisme, voire machiavélisme caractéristiques de la notion de straté- gie et la perspective apparemment plus sociale et coopérative de l’approche reynal- dienne, passe pourtant à côté d’une convergence de fond beaucoup plus grande autour de l’idée d’interdépendance et d’échange social. En effet, le couple concep- tuel pouvoir/stratégie est en réalité un trio, puisqu’il n’a de sens qu’arrimé au con- cept de « jeu », concept qui sup pose et souligne l’interdépendance des acteurs, l’existence de « règles du jeu » qui sont à la fois con trainte et ressource pour les participants, et un processus de construction-modification-recréation de ces règles. C’est ce qui explique que la négociation est tout autant que dans l’approche reynal- dienne, une notion centrale dans l’analyse stratégique des organisations. Dans l’ar- ticle qui suit, je voudrais développer cet argument, et en discuter quelques unes des implications.
Show more

9 Read more

POUVOIR ET ENTREPRISE

POUVOIR ET ENTREPRISE

En effet, l'intégration n'a ici qu'une conséquence mais elle suffit à garantir le résultat que nous venons d'énoncer : les n entre- prises une fois intégrées fon[r]

448 Read more

Le pouvoir de gouvernement

Le pouvoir de gouvernement

Une question de vocabulaire doit ici être relevée. Le code de 1917 privilégiait le terme jurisdictio alors que celui de 1983 parle d’abord de potestas regiminis tout en reconnaissant que ce terme équivaut à potestas iurisdictionis. Cette option est le résultat d’une double considération. D’une part, l’expression potestas regiminis est plus conforme à Vatican II qui parle de munus regendi. Et d’autre part, dans le langage des droits étatiques actuels le terme juridiction désigne l’exercice du pouvoir judiciaire. Or pouvoir judiciaire et potestas iurisdictionis sont deux choses distinctes en droit canonique et il ne faudrait pas se laisser entraîner dans cette confusion qui constituerait une erreur majeure.
Show more

8 Read more

Show all 1303 documents...