Populations locales

Top PDF Populations locales:

Négociation pour l'accès à la terre entre populations locales et société de plantation de palmiers à Kalimantan (Indonésie)

Négociation pour l'accès à la terre entre populations locales et société de plantation de palmiers à Kalimantan (Indonésie)

Mene´e dans des plantations de palmiers a` huile (PPH) re´cemment e´tablies a` Kalimantan Ouest par des filiales d’une grande entreprise, l’e´tude s’inte´resse aux modalite´s de ne´gociation autour de l’acce`s a` la terre entre les populations locales et l’entreprise prive´e de plantation. La plupart des villageois se montrent tre`s coope´ratifs avec l’entreprise, lui ce´dant une partie de leurs terres en e´change de promesses de de´veloppement e´conomique ; ces promesses incluant les opportunite´s d’emploi dans les plantations et les futurs be´ne´fices des plantations « plasma » (parcelles plante´es par l’entreprise et entretenues par les villageois, dont les revenus reviendront en partie a` ces derniers). Cependant, comme dans la majorite´ des cas expose´s dans la litte´rature, la ne´gociation entre villageois et entreprise est base´e sur une forte asyme´trie d’information : les termes du contrat e´tabli sont fixe´s par l’entreprise, mal connus des villageois et en cas de conflits, les autorite´s locales e´chouent a` de´fendre l’inte´reˆt des villageois. Les conditions requises pour un consentement libre et e´claire´ ne sont donc pas re´unies, contrairement aux objectifs de la certification Roundtable for sustainable palm oil (RSPO) accepte´s par l’entreprise e´tudie´e. Mots cle´s : agriculture commerciale ; droit foncier ; gouvernance ; Indone´sie ; palmier ole´ife`re.
En savoir plus

8 En savoir plus

Propager la foi catholique et la grandeur du roi en Orient : des capucins bretons et tourangeaux en terre d'Islam. Conditions de vie des missionnaires et interactions avec les populations locales

Propager la foi catholique et la grandeur du roi en Orient : des capucins bretons et tourangeaux en terre d'Islam. Conditions de vie des missionnaires et interactions avec les populations locales

1648, mais il est difficile de savoir pourquoi la première décennie des missions y est sous représentée. Il faut faire attention en étudiant les lettres précédemment citées, car pour la plupart, il s’agit de relations rédigées à un supérieur. Dans ces lettres, les missionnaires ont tendance certaines fois, à dramatiser les choses, ou au contrair e, le plus souvent d’ailleurs, à présenter les faits d’un œil optimiste en accentuant davantage sur les réussites que sur les échecs. De plus, on voit clairement dans certaines lettres la peur qu’elles soient interceptées par des ennemis de l’ordre, ou pire encore, par des musulmans. Cependant, étant donné que les lettres devaient seulement passer par des mains chrétiennes et étaient écrites dans une langue méconnue des populations locales, les missionnaires osaient y relater les conversions qu’ils réussissaient à réaliser, bien que ces dernières soient interdites par les autorités musulmanes. La quasi-totalité des lettres à notre disposition fut rédigée au Moyen-Orient, il nous manque donc les réponses venant d’Occident. De plus, le corpus n’est qu’un regroupement fragmentaire de la correspondance venant des missions orientales. Cette carence peut venir du fait que toutes les lettres n’ont pas été conservées, ou plus vraisemblablement, que certaines d’entre elles ne sont jamais parvenues à destination. Pour étayer cette hypothèse, on peut relever que les missionnaires écrivaient souvent qu’ils ne recevaient pas toutes les lettres qui leur semblaient destinées, et parfois ils en recevaient avec un grand retard si bien qu’elles n’arrivaient pas toutes dans l’ordre dans lequel elles furent rédigées. Prenons l’exemple du Père Adrien de la Brosse qui écrivit au Père Raphaël de Nantes qu’il lui avait « escrit par deux fois en chemin sans recevoir aucunes des vostres ; maintenant j’envoye celle cy au hasart » 8 .
En savoir plus

286 En savoir plus

Les populations locales face aux normes d'aménagement forestier en Afrique de l'Ouest. Mise en débat à partir du cas du Burkina Faso et du Mali

Les populations locales face aux normes d'aménagement forestier en Afrique de l'Ouest. Mise en débat à partir du cas du Burkina Faso et du Mali

En réponse à cette difficulté majeure d’organiser un contrôle plus efficace et plus juste vis-à-vis des populations qui gèrent durablement les ressources dont la gestion leur a été confiée, 3 éléments peuvent être livrés à la réflexion. Le premier élément est que de se cacher derrière des faux fuyants en matière de contrôle n’aide personne sur le long terme : ni les services forestiers, ni les populations locales, ni les arbres. Tout le monde peut s’accorder sur le fait qu’un contrôle à l’échelle d’un bassin d’approvisionnement est compliqué à mettre en place et coûteux. Cela demande des ressources humaines et financières qui, de l’avis d’un grand nombre d’agents des services forestiers, font actuellement défaut. Toutefois, il nous semble déjà qu’avec les moyens qui existent actuellement dans les deux pays, si les contrôles à l’entrée des villes étaient plus rigoureux, une grande partie de la question du contrôle serait réglée. Sur la foi des permis de circulation 12 , l’origine d’une grande partie du bois qui entre dans les villes, en terme de lieux de coupe et donc de qualité de gestion, serait connue. Et si le faible niveau actuel de financement du contrôle devait se maintenir, c’est selon nous à l’entrée des villes qu’il devrait se focaliser, en lien avec les autorités communales et les associations de bûcherons qui
En savoir plus

65 En savoir plus

Ethnobotanique quantitative de l’usage de Chrysophyllum albidum G. Don par les populations locales au Bénin

Ethnobotanique quantitative de l’usage de Chrysophyllum albidum G. Don par les populations locales au Bénin

9034 hautement dans la médecine traditionnelle (Denton et al, 1997 et Odugbemi et al, 2007). La valeur alimentaire de l’espèce a déjà été répartie par Edem et al, 1984) qui a montré que la pulpe du fruit contient 8,8 % de protéine ; 15,1 % de lipide, 68,7 % d'hydrate de carbone, 3,4 % de cendre et 4,0 % de fibre brute. Cette haute valeur alimentaire peut justifier l'importance relative de la consommation du fruit par les populations locales et par conséquent, sa présence dans le secteur. L'usage de C. albidum reste traditionnelle et l’espèce est négligée et sous-utilisée. Bien que l'espèce ait été rapportée pour être évaluée comme bois de construction dans d’autres régions (en Ouganda par exemple), du fait des propriétés mécaniques de ses bois (Sseremba et al, 2011) au Bénin, l’espèce est abattue généralement dans le cadre de la construction des maisons ou des routes. Contrairement à beaucoup d'autres espèces d'arbres, C. albidum ne semble pas être trop menacé. Cependant, il devrait être noté que l'habitat de cette espèce a été réduit considérablement à cause de l'urbanisation croissante au Bénin. Les résultats montrent des différences significatives sur la valeur d'usage de l'espèce pour la médecine entre les groupes d'âge et les sexes. Des études antérieures sur d'autres espèces végétales sont parvenues à la même conclusion et ont montré une distribution inégaledes connaissances endogènes pour l'utilisation des plantes locales (Ayantunde et al, 2008 ; Ekué et al, 2010 et Camou-Guerrero et al, 2008). Toutefois, dans cette étude, il n’y a pas de différences entre les groupes socio-culturels dans la valeur d'usage de C. albidum, ce qui est contraire à d'autres études sur les PFNL (Fandohan et al, 2010 ; Gouwakinnou et al, 2011 ;
En savoir plus

11 En savoir plus

Savoir-faire des populations locales des taxons du Jardin Botanique de Bingerville, Côte d’Ivoire

Savoir-faire des populations locales des taxons du Jardin Botanique de Bingerville, Côte d’Ivoire

DISCUSSION Composée d’un important nombre d’espèces, la flore du Jardin Botanique de Bingerville constitue une source d’intérêts divers pour le bien-être des populations locales de la ville de Bingerville. La présence des plantes alimentaires serait liée principalement à la pénétration des paysans dans le Jardin. En effet, le développement de la ville a entrainé la rareté des terres arables. Cette situation a amené les paysans à pénétrer dans le Jardin pour y faire des cultures. Pour le cas spécifique de Elaeis guineensis, la création de la palmeraie dans le Jardin, serait liée à la recherche de fonds propres. La consommation des fruits et le rejet des graines par les visiteurs pourraient être à l’origine de la germination incontrôlée et de la pérennisation de certaines espèces alimentaires dans le Jardin. Les travaux réalisés par N’Dri (1986), N’Guessan (1995), Tra Bi (1997) et Toure (2009)ont permis de constater que bon nombre d’espèces végétales rencontrées dans le Jardin procurent des aliments à l’homme en Côte d’Ivoire. L’abondance des plantes ornementales dans le Jardin constatée dans cette étude a été aussi rapportée par N’Douba (1990). Cette situation pourrait s’expliquer par leur utilisation massive le long des allées, autour des bâtiments des agents et dans l’espace préau au sein du Jardin. L’installation à divers endroits des jardiniers, partenaires au Jardin, pour
En savoir plus

20 En savoir plus

Populations locales et stratégies de développement de l’économie agricole à Bonon (centre-ouest ivoirien)

Populations locales et stratégies de développement de l’économie agricole à Bonon (centre-ouest ivoirien)

cultivée pour la production du vivrier devient considérable ; elle est passée de 0,2 hectares à 1 hectare (en moyenne), pour chaque exploitant agricole de Bonon. La production annuelle moyenne de tous les paysans enquêtés, s’élève à 250 tonnes (réparties entre l’oignon, l’aubergine, le concombre, la tomate et le chou) . De plus en plus de paysans, veulent se lancer maintenant dans l’exploitation maraîchère, ayant pu constater de leurs yeux que cette expérience novatrice obtenait de bons résultats et avait un impact réel sur le pouvoir économique et social des populations locales. En effet, les périmètres installés par les coopératives et associations agricoles prouvent sans équivoque qu’il est possible de retirer un revenu significatif (de l’ordre de 350 000 F. CFA par producteur sur 5 mois de campagne) de la culture maraîchère alors même que les conditions d’exploitation sont très loin d’être optimisées.
En savoir plus

17 En savoir plus

L'itinérance artistique en ruralité : un levier dans l'appropriation des droits culturels par les populations locales

L'itinérance artistique en ruralité : un levier dans l'appropriation des droits culturels par les populations locales

Enfin, l'addition de la visite de Françoise Nyssen et du conventionnement a permis à l'ECC de s'élever à un niveau de visibilité national jamais atteint auparavant. L'équipe a profité de cette occasion pour retravailler les stratégies et les qualités de communication de l'association, pour redéfinir la charte graphique, refonder le site internet, créer le logo, et être encore plus attentifs à la qualité et à la mise en forme de leurs communiqués. C'est une façon pour l'ECC, à l'aune de ce conventionnement, de s'en montrer à la hauteur. L'association a également opéré un travail interne afin de faire évoluer certains processus de fonctionnement et stabiliser l'équipe : ainsi, des évolutions de la rémunération de chacun·e ont pu être mises en place ainsi que l'élévation au rang de cadre de quatre membres de l'équipe, et la création d'un nouveau poste de coordination. En ce qui concerne l'affichage et le déroulement du festival, l'ECC peut toujours compter sur une mobilisation bénévole de la part des populations locales : car, à la différence des structures culturelles situées dans les grandes agglomérations, celles des zones rurales ont cette particularité qu'elles doivent compter sur un nombre important de personnes bénévoles. C'est essentiellement grâce à l'aide et au soutien apporté par les populations locales que des histoires telles que celle de l'Espace culturel de Chaillol peuvent s'écrire, permettant au projet de grandir et de s'épanouir sur la durée. Le récent conventionnement de l'ECC symbolise la reconnaissance de ce travail mené conjointement entre les membres de l'association et les bénévoles depuis vingt-trois ans.
En savoir plus

59 En savoir plus

LES AIRES NATURELLES PROTÉGÉES : DE L'HUMANITÉ AUX POPULATIONS LOCALES UN BIEN COMPOSITE A LA RECHERCHE DE SON PUBLIC

LES AIRES NATURELLES PROTÉGÉES : DE L'HUMANITÉ AUX POPULATIONS LOCALES UN BIEN COMPOSITE A LA RECHERCHE DE SON PUBLIC

273 préoccupation de lutter contre la dégradation des sols agricoles et les inondations va souvent de pair avec la lutte contre la déforestation et la pression du développement des terres cultivées. Enfin, les politiques de protection des ressources naturelles ont également une troisième racine millénaire dans les réserves de chasse seigneuriales dont les origines remontent bien avant le début de l'ère chrétienne, avant de se poursuivre avec une grande continuité en Europe (célèbres par la geste héroïque d'un Robin des Bois, les mesures de Saint Louis, ou de Roi Soleil 13 ). Ce dernier motif des politiques de protection est important car il rejoint un des principaux motifs des politiques modernes des Parcs nationaux. Les réserves de chasse se sont développées à partir de la fin du XIXème siècle en Afrique sous l'égide des puissances coloniales lorsque celles-ci commençèrent à percevoir le phénomène d'extinction des espèces à l'échelle planétaire 14 . Le contrôle du gibier, puis des « espèces rares », tant dans sa dimension ancestrale que pour l'expérience coloniale africaine représente de manière emblématique la possibilité d'utiliser la justification du bien commun pour mieux assoir un ordre politique au service d'une petite élite qui se réserve les plaisirs de la chasse contre les intérêts des populations locales.
En savoir plus

24 En savoir plus

Accaparement des terres par les promoteurs nationaux et internationaux et stratégies de survie des populations locales : le cas de la commune de Nguéniène (Mbour-Sénégal)

Accaparement des terres par les promoteurs nationaux et internationaux et stratégies de survie des populations locales : le cas de la commune de Nguéniène (Mbour-Sénégal)

À l’instar des pays de l’Afrique sub-saharienne, le foncier est devenu une problématique majeure au Sénégal dans un contexte de montée en puissance du libéralisme économique et de la corruption foncière. Cette situation appelle à des études profondes autour des enjeux fonciers pour en faire ressortir les répercussions d’une mauvaise gestion foncière. Le contexte de la commune de Nguéniène est utilisé ici pour analyser les stratégies de survie des populations locales sénégalaises face à l’accaparement des terres par des prédateurs fonciers. Il ressort de nos analyses que Nguéniène est sujette à une forte spéculation foncière qui est alimentée par la mairie en général et par les paysans en particulier. L’analyse de ce territoire, souffrant d’accaparement, montre une prise de conscience des populations avec des stratégies allant de promoteur à ouvrier agricole. Mots clés : Accaparement foncier, spéculation foncière, ouvrier agricole, Nguéniène ABSTRACT
En savoir plus

19 En savoir plus

Utilités socioéconomiques et culturelles du Balanites aegyptiaca (L.) Del. (Famille Zygophyllaceae) chez les populations locales de la Région du Ouaddaï au Tchad

Utilités socioéconomiques et culturelles du Balanites aegyptiaca (L.) Del. (Famille Zygophyllaceae) chez les populations locales de la Région du Ouaddaï au Tchad

Les trois (3) terroirs étudiés renferment une grande diversité floristique parmi laquelle des espèces à usage multiple dont B. aegyptiaca qui a une utilisation très ancienne. Les connaissances et le savoir-faire des populations locales sur les plantes en général et sur B. aegyptiaca en particulier se lisent à travers le vocabulaire utilisé pour nommer les espèces ligneuses ou herbacées, leurs parties constituantes, leurs degrés de maturation ou d'exploitation, leurs produits ou leurs usages. L’étude a également montré l’utilisation de l’arbre par les populations locales à des fins alimentaires, médicinales, socio-économiques ou culturelles. Le fruit et le bois sont les parties les plus prisées de l’arbre. Les usages alimentaires de B. aegyptiaca concernent le fruit dont les parties les plus importantes sont la pulpe et le noyau, et les jeunes feuilles consommées comme légumes ou fourrages. Toutes les parties de l’arbre sont utilisées en pharmacopée traditionnelle pour soigner plusieurs
En savoir plus

13 En savoir plus

ETUDE PREALABLE A L'AMENAGEMENT DE LA RESERVE FORESTIERE DE MBALMAYO (CAMEROUN) : PRATIQUES ET MODES D'ACCES DES POPULATIONS LOCALES

ETUDE PREALABLE A L'AMENAGEMENT DE LA RESERVE FORESTIERE DE MBALMAYO (CAMEROUN) : PRATIQUES ET MODES D'ACCES DES POPULATIONS LOCALES

À travers le monde, la gestion équitable des ressources naturelles se pose. Ce d’autant plus que certaines zones ont été classées et leur accès réglementé selon des normes inappropriées souvent imposées de l’extérieur ou faisant l’impasse sur les intérêts des acteurs locaux . Avec l’avènement des zones de conservation des milieux naturels, les communautés locales vivant dans les aires protégées ou à leur périphérie, et qui dépendent directement des ressources naturelles pour satisfaire leurs besoins essentiels se sentent lésées par les administrations forestières. Les politiques de gestion définies par les gouvernements sont ainsi imposées aux populations locales selon des logiques et des modalités souvent à l’encontre de leurs préoccupations réelles. Leurs actions sont de ce fait limitées : elles ne peuvent plus exercer librement leurs droits d’usage ni profiter des potentialités que devrait leur procurer leur établissement sur ces zones protégées. Pourtant, la création de ces espaces naturels protégés doit répondre à plusieurs soucis principaux dont : la sauvegarde de la richesse des écosystèmes et la diversité des espèces animales et végétales ; le développement de la recherche scientifique et celui d’un tourisme de vision et de l’écotourisme, mais aussi et surtout, un développement socio écologique durable (Fall, 2004).
En savoir plus

122 En savoir plus

Comment intégrer les populations locales au développement d'une structure touristique ?

Comment intégrer les populations locales au développement d'une structure touristique ?

On peut citer un exemple 21 particulièrement percutant et s’insérant parfaitement dans cette pensée : aux Etats-Unis, et plus précisément dans le Parc National du Grand Canyon en Arizona, un homme d’affaires, David Jin, originaire de Las Vegas, a imaginé un concept révolutionnaire permettant de « marcher » dans le vide, au dessus du Grand Canyon, afin d’en admirer d’avantage la beauté spectaculaire. Ce concept s’appelle le « Skywalk », et il attire chaque année depuis son ouverture en 2007 des dizaines de milliers de visiteurs. Cependant, pour rendre possible ce chef- d’œuvre de construction, David Jin a du s’associer avec la tribu indienne des Hualapai, le projet se trouvant sur leur terre, au sein même de la réserve. Cette association permet le partage des bénéfices du « Skywalk » entre les Hulapai et l’homme d’affaires, pendant les 25 premières années d’exploitation. Autant dire que la tribu souhaite profiter pleinement des retombées de l’attraction. Et cette idée en entrainant d’autres, des projets jouxtant le « Skywalk » sont en train de voir le jour tels que des restaurants, une boutique souvenir, ou encore une salle de projection. Ceci est donc un parfait exemple d’une collaboration saine entre les populations locales et les porteurs de projets touristiques.
En savoir plus

74 En savoir plus

Suivi des émissions de carbone dans la REDD+. Impliquer les populations locales, à quelles conditions ?

Suivi des émissions de carbone dans la REDD+. Impliquer les populations locales, à quelles conditions ?

données, à des résultats prometteurs en termes de gestion forestière et au soutien d’organismes externes. D’où la proposition d’adopter la gestion communautaire des forêts comme cadre de la PMRV. Toutefois, la plupart des forêts commu- nautaires n’ayant pas d’existence légale, d’autres systèmes qui reconnaissent le rôle et les droits de communautés locales doivent être explorés. Afin d’identifier les paramètres de succès ou d’échec de la PMRV, les conditions identifiées en Indonésie doivent être testées dans d’autres pays et dans différents contextes sociaux et écologiques. De nouvelles recherches sont nécessaires pour concevoir et mettre en œuvre une PMRV maxi- misant l’atténuation des émissions de carbone, partageant les bénéfices et assurant une protection sociale aux populations locales vulnérables. Davantage d’exemples de notification et de vali- dation participatives doivent être examinés pour développer un système permettant d’agréger les données collectées localement et de les incorporer dans un système MRV multi-niveaux.
En savoir plus

5 En savoir plus

La cité épiscopale d'Albi : Les effets du classement UNESCO sur les populations locales

La cité épiscopale d'Albi : Les effets du classement UNESCO sur les populations locales

Toutefois, relevons qu’il existe à l’intérieur même du centre- ville des lieux que les populations locales disent plus fortement investir. À cet égard, et pour l’exemple, indiquons que les albigeois qui répondent fréquenter fortement et moyennement les brasseries et restaurants de la place du Vigan sont plus de 46%, alors qu’ils sont 26,9% à se prononcer de la même manière à propos des restaurants qui entourent la cathédrale Sainte-Cécile. Ces variations peuvent être interprétées comme un phénomène de polarisation urbaine et soulève la question de l’inégale présence des autochtones et des visiteurs dans la zone la plus touristique du quartier historique.
En savoir plus

12 En savoir plus

La vision de l’espace littoral sur l’île Wallis et l’atoll Rangiroa dans le contexte du changement climatique : Une analyse anthropologique de la perception des populations locales

La vision de l’espace littoral sur l’île Wallis et l’atoll Rangiroa dans le contexte du changement climatique : Une analyse anthropologique de la perception des populations locales

l'anthropologie, cette discipline a au moins reconnu que ce problème existe et qu'il est très difficile à résoudre. C'est dans l'autoréflexion et l'autocritique qu'il faut inclure ce fait. Au deuxième niveau, ce travail de thèse sort de l'anthropologie. Par sa nature pluridisciplinaire, il doit également correspondre aux critères des sciences dures. D'où l'intérêt de choisir une méthode d'analyse qui, tout en restant qualitative, puisse également avoir un caractère quantifiable - telle que la grounded theory (voir par exemple Strauss et Corbin 1990). Elle est basée sur des entretiens qualitatifs, qui sont par leur caractère narratif, la meilleure méthode pour comprendre les visions et motivations locales. Les résultats sont, en vérifiant les différents pas dans l'analyse, largement compréhensibles pour chaque personne qui veut vérifier le contenu de ces recherches. Naturellement, il y a également des décisions prises sur le terrain qui relèvent du choix de l'anthropologue qui peut diriger les recherches dans une direction ou dans une autre, mais ceci est inhérent au caractère de la nature humaine et donne l'occasion de suivre des pistes inattendues qui peuvent se révéler importantes. Ici, on rejoint un des éléments de la grounded theory : on part d'une question de recherche (dans ce cas : « Comment est perçu le changement climatique sur les îles du Pacifique, notamment sur deux îles de type géomorphologiquement différent? ») et non pas d'une hypothèse - l'hypothèse se développe au fur et à mesure de la recherche et s'adapte à la réalité. Il s'agit donc d'une méthode qui s'approche du sujet de recherche dans un sens inverse à beaucoup d'autres méthodes. Consciente que le changement climatique est un sujet très flou et difficile à cerner, l'auteur s'est laissé guider par ces principes.
En savoir plus

504 En savoir plus

Phénotypes et performances d'élevage chez des populations locales de volailles  du genre "Gallus gallus" au Congo Brazzaville

Phénotypes et performances d'élevage chez des populations locales de volailles du genre "Gallus gallus" au Congo Brazzaville

Matrice des corrélations phénotypiques entre les variables PP (poids de ponte).. OP (œufs pondus) et PO (poids de l'œuf).[r]

6 En savoir plus

Place des populations locales dans la mise en marché des produits : le cas de la brebis corse et de ses productions fromagères

Place des populations locales dans la mise en marché des produits : le cas de la brebis corse et de ses productions fromagères

Catégorisation et analyse des argumentaires de vente Identification des composantes associées à la qualité des fromages Thèmatisation Malgré les efforts longs et conséquents accomplis depuis 1987 (date de création du 1er collectif de gestion) pour obtenir une reconnaissance officielle de la race ovine corse, celle-ci demeure peu intégrée aux dispositifs de valorisation et aux arguments de vente des fromages (à l’exception du Brocciu AOP, où la race est mentionnée dans le cahier des charges). La race est jusqu'ici évaluée sur ses aptitudes zootechniques, notamment laitières, et en référence aux systèmes de conduite. Le premier enseignement de cette exploration de la place des populations animales locales à l’aval du marché, met en évidence que l’inscription officielle donnant « statut de race », ne confère pas, dans le cas de la brebis corse, une position directement mobilisable et une place automatiquement valorisée par les différents acteurs de la chaine de valeur. Le cas du Brocciu, produit certifié AOP, ne semble pas contredire ce constat.
En savoir plus

2 En savoir plus

L'Alimentation des Populations locales de Madagascar productrices de Vers à Soie

L'Alimentation des Populations locales de Madagascar productrices de Vers à Soie

Les valala, Orthoptères, identifiés en tant que l’espèce Locusta migratoria capito Sauss. par Decary [1937], sont consommés dans cette partie du pays. Cependant, la pratique est bien moins courante qu’avant. En 1995, les invasions étaient encore intenses et apportaient de grandes quantités de l’insecte. Aujourd’hui, les pesticides de lutte contre les invasions en ont réduit les populations, ce qui en fait un aliment plus rare et moins sain (fréquence de citation : 6/31). Ces insectes difficiles à attraper sont disponibles aux mois de janvier et février et plus rarement en décembre et mars. D’autres espèces de sauterelles et de criquets, plus petites, seraient consommées. Leur disponibilité pourrait bien s’étendre à toute l’année. Souvent, ils sont attrapés avec le même outil que celui qui sert à enlever les adventices des rizières. Les enfants les mangent grillés. Du temps de leur abondance, on leur coupait les ailes avant de les faire frire ou de les cuire à l’eau bouillante jusqu’à ce qu’elle soit tarie, et d’y ajouter de l’huile et du sel pour l’assaisonnement, pratiques ancestrales. A cette époque, beaucoup de gens en consommaient, si pas tous les villageois.
En savoir plus

100 En savoir plus

Identification et étude de prévalence du Columbid alphaherpesvirus-1 dans un élevage de faucons de chasse et dans des populations locales de pigeons au Maroc

Identification et étude de prévalence du Columbid alphaherpesvirus-1 dans un élevage de faucons de chasse et dans des populations locales de pigeons au Maroc

Le Columbid alphaherpesvirus-1 (CoHV-1), présent dans les populations de pigeons, est un danger potentiel pour les faucons. Le CoHV-1 provoque une hépatosplénite foudroyante, aussi appelée maladie des corps d’inclusion, chez les falconiformes. En Juin 2015, trois faucons Gerfaut issus de l’élevage de l’Emirates Center for Wildlife Propagation au Maroc sont retrouvés morts. L’autopsie et l’examen histopathologique sont en faveur d’une infection par un herpesvirus. Cette hypothèse a été confirmée par tests PCR et séquençage des amplicons. Ces trois faucons étaient régulièrement nourris avec des pigeons. Le premier faucon a été en partie consommé par ses deux congénères peu après sa mort. Une étude de prévalence du CoHV-1 a été réalisée sur les faucons du Centre ECWP et dans plusieurs populations captives et sauvages de pigeons en lien épidémiologique avec les rapaces. Pour cela, des écouvillons cloacaux pour les oiseaux vivants, et des empreintes de foie pour les pigeons congelés ont été testés par PCRq. Aucun des faucons (n=101) et oiseaux sauvages (pigeons : n=160, gangas : n=8) prélevés n’était positif, contrairement à 7.8% (7/90) des pigeons captifs utilisés pour l’entrainement, et 9.8% (3/31) des foies de pigeons congelés. La séquence d’un échantillon positif était identique à la séquence identifiée chez les trois faucons décédés et au FaHV-1 S18 (KJ668231.1). La séquence de deux échantillons positifs était identique à la séquence de souches asiatiques de CoHV-1. A notre connaissance, il s’agit de la première mise en évidence simultanée du CoHV-1 chez des pigeons et des faucons en Afrique du Nord.
En savoir plus

121 En savoir plus

Caractéristiques zootechniques et hormones sexuelles chez les populations locales du lapin domestique oryctolagus cuniculus

Caractéristiques zootechniques et hormones sexuelles chez les populations locales du lapin domestique oryctolagus cuniculus

La concentration plasmatique moyenne de progestérone avant la saillie est de 0,44 ng/ml+ 0,11, une heure après le coit, cette valeur subit une augmentation très importante 5,99 ng/ml+ [r]

2 En savoir plus

Show all 1761 documents...