Pollution des eaux et des sols

Top PDF Pollution des eaux et des sols:

Pépite | Pollution des sols et des eaux souterraines par les pesticides dans la région d’Akkar au nord du Liban : évaluation des risques sanitaires

Pépite | Pollution des sols et des eaux souterraines par les pesticides dans la région d’Akkar au nord du Liban : évaluation des risques sanitaires

VIII Chaza CHBIB ; Pollution des sols et des eaux souterraines par les pesticides dans la région d’AKKAR au nord du Liban : Evaluation des risques sanitaires. Abstract Akkar is the second agricultural zone in Lebanon and it covers 798 km 2 area in the north, near the Syrian borders. It is characterized by a coastal plain reaching a maximum width of 9 km to the Sea and High Mountains to the east. Potatoes, citrus, fruits, and vegetables crops are the main crops in this region. Pesticides are intensely applied in agricultural activities in this region, and the groundwater has been reported to be highly contaminated by some pesticides. Due to the absence of a public network for water distribution, groundwater is used as the main source for drinking water of local inhabitants. The present study focus firstly on the evaluation of groundwater and soil contamination by pesticides including organochlorines (OCPs), organophosphorus (OPPs) and organonitrogen (ONPs) and by heavy metals in order to better characterize the degree of contamination of Akkar groundwater. Secondly, the work is focusing on the risk assessment of pollution on the population of Akkar. High levels of OCPs, OPPs, and ONPs were detected in many villages in Akkar plain groundwater. Similarly, high concentration levels of OCPs were detected in agricultural soil. A huge difference between the contamination levels in cultivated area and tillage land. Moreover, a significant variation has been also established between soil depth from 0 cm to 1 m. The results showed that some prohibited pesticides including DDTs and HCHs are still currently use in Akkar plain. To complete the background of pollution in Akkar plain, trace metallic element such as As, Pb, Cr, Cu, Zn and Cd have been studied. The result showed that Akkar soils are moderately polluted by Cd. In parallel a health study was conducted, the prevalence of nervous diseases; birth defects and mental disorders; cancer and other chronic diseases were tangled and found exceeded those values reported in other regions. The significant correlations have been established between wells water consumption and the appearance of some diseases.
En savoir plus

249 En savoir plus

Valorisation de la Carte Numérique des Sols de Wallonie et d’une base de données disponible en analyse de sols, dans le cadre de l’évaluation du risque de pollution des eaux souterraines par les pesticides

Valorisation de la Carte Numérique des Sols de Wallonie et d’une base de données disponible en analyse de sols, dans le cadre de l’évaluation du risque de pollution des eaux souterraines par les pesticides

GeoPEARL, à partir duquel MetaPEARL a été mis au point, est un modèle mécaniste, dynamique, multi-couches et spatialement distribué. Il considère un flux transitoire d’eau et de soluté, une isotherme d’adsorption de Freundlich, une cinétique de dégradation du premier ordre et un prélèvement passif des pesticides par la plante. Il tient compte de la différenciation verticale (morphologique) du profil, alors que MetaPEARL considère le profil pédologique comme étant homogène, par l’utilisation de caractéristiques pédologiques moyennes (pondérées par les épaisseurs des horizons pédologiques) sur le mètre de profil. Il n’intègre donc pas la différenciation verticale des sols. MetaPEARL suppose également un flux d’eau et de solutés constant. Il considère par ailleurs un sol initialement « libre » de tout pesticide, sur lequel on applique une dose annuelle de 1 kg.ha -1 à la surface du sol, un jour après l’émergence
En savoir plus

18 En savoir plus

Canne à sucre, herbicides et pollution des eaux à La Réunion : bilan et perspectives au terme de la première décennie de suivi

Canne à sucre, herbicides et pollution des eaux à La Réunion : bilan et perspectives au terme de la première décennie de suivi

INTRODUCTION La canne à sucre, culture mineure au plan national français et a fortiori européen, est une culture importante dans les trois départements insulaires français d’outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Réunion). La Réunion est la principale île à sucre française : environ 24 500 ha de canne à sucre actuellement, soit 57% de la surface agricole utile du département (DAAF de La Réunion, 2012). Culture pérenne structurant les paysages, la canne à sucre protège les sols contre l’agressivité érosive des fortes précipitations et des cyclones (hormis une période de vulnérabilité de quelques mois à la plantation). Elle passe pour une culture une relativement ‘propre’, car en dehors des herbicides, elle consomme très peu de produits phytopharmaceutiques (‘pesticides’ par la suite). Les déclarations de ventes de pesticides au titre de la redevance pour pollutions diffuses entrées en vigueur à La Réunion en 2010 ont permis de dresser un premier état des lieux sur les ventes de pesticides. Moyenne annuelle pour les années 2009, 2010 et 2011 (Martin et al., 2013 a): 193 pesticides importés, dont 55 herbicides, dont 11 dédiés essentiellement ou partiellement au désherbage de la canne à sucre (par la suite, ‘herbicides canne’). Physiquement, les 11 herbicides canne représentent : 120 tonnes/an de substances actives (SA), 58% du total des importations de SA pesticides, 76% de la totalité des SA herbicides. A noter que dans cette estimation, 50% des désherbants totaux utilisables en traitements généraux, pour des usages agricoles et non agricoles, ont été considérés comme dédiés à la canne. Les herbicides canne représentent une dose approximative de 5 kg/ha/an de substance active, correspondant à un IFT annuel d’environ 3,6 doses homologuées par hectare (Martin et al., 2013 a).
En savoir plus

12 En savoir plus

Modélisation exploratoire de la pollution des eaux souterraines par deux pesticides : isoproturon et atrazine

Modélisation exploratoire de la pollution des eaux souterraines par deux pesticides : isoproturon et atrazine

2.3.4 Résultats de simulations pour l’atrazine .......................................................................................... 28 Conclusion ....................................................................................................................................................... 32 Introduction Le phénomène d’intensification des cultures a entrainé l’augmentation des recours aux produits phytosanitaires en vue d’assurer le maintien d’une production agricole abondante. La diversité des matières actives utilisées en agriculture pour protéger les cultures contre les ravageurs ou maladies et lutter contre les adventices a constamment augmenté ces dernières décennies, portant la France au rang de plus gros consommateur de pesticides de l’Union Européenne 1 (et 3 ème au niveau mondial 2 ). De récents inventaires de la qualité des eaux 3 font état d’une contamination significative par certains pesticides : plus de 90% des points de suivi de la qualité des cours d’eau ainsi qu’environ 60% pour les eaux souterraines indiquaient la présence de pesticides en 2015. Sur le bassin Seine-Normandie en particulier, la quantification de la somme des pesticides recherchés était supérieure à 0,5 µg.L -1 pour environ un tiers des stations de prélèvements. Outre des conséquences néfastes sur les systèmes aquatiques (difficultés de restauration de ces écosystèmes), les autres compartiments de l’environnement ne sont pas épargnés par ce type de polluants, les processus physico-chimiques et certains modes d’application de ces molécules facilitant la propagation dans l’atmosphère (pulvérisation, dérives) et/ou dans les sols (sorption, formation de résidus liés). Enfin, des études montrent l’implication de pesticides dans certaines pathologies humaines (cancers, maladies neurologiques, etc. 4 ).
En savoir plus

34 En savoir plus

Les agriculteurs et la pollution des eaux. Proposition d'une géographie des pratiques

Les agriculteurs et la pollution des eaux. Proposition d'une géographie des pratiques

connaissent les principes du bilan, ils sont peu nombreux à l’appliquer (Darré, 1983 ; Boiffin et al., 1984 ; Jeuffroy et al., 1987 ; Cerf et Meynard, 1988). Les raisons de ces difficultés ont été analysées sous plusieurs angles et nos enquêtes dans le Migennois corroborent les analyses qui ont été faites. Par exemple, Darré (1983) explique que les agriculteurs agrègent les critères agronomiques que les techniciens séparent, ils ne se réfèrent pas aux mêmes choses pour agir. De même, Aubry (1995) explique que les agriculteurs n’envisagent pas de prendre en compte la totalité des situations sols/cultures présentes sur leur ex- ploitation. Ils privilégient quelques « parcelles-guides » qu’ils surveillent de près et en fonction desquelles ils dé- clenchent des dates d’apports d’engrais sur l’ensemble des parcelles d’une même culture. Tout semble donc in- diquer que les agriculteurs ont une logique pratique fort différente de celle que présuppose le modèle technique. Or, le croisement entre fertilisation et risque de pollution nous livre une nouvelle piste d’analyse : celle du rapport à l’espace dans les pratiques.
En savoir plus

12 En savoir plus

Utilisation de la technique INAA dans l’analyse de la pollution des sols par les éléments traces

Utilisation de la technique INAA dans l’analyse de la pollution des sols par les éléments traces

I.3.5. Spécificité de la pollution par les métaux Comparés aux polluants organiques, comme les hydrocarbures par exemple, les métaux lourds ont l’inconvénient majeur de n’être pas dégradables par des processus chimiques ou biologiques dans le sol, on parle de persistance des métaux. Ils ne sont susceptibles que de changer de forme chimique — dont la répartition dans le sol est désignée sous le nom de spéciation, et de passer d’un compartiment du sol à un autre au gré de ces transformations. S’ils ne sont pas présents à l’état métallique, ils peuvent se fixer aux argiles ou aux matières organiques par liaison ionique, ou bien former des complexes en solution, ou des composés inorganiques, ou encore se fixer à la surface de particules par adsorption. De cette façon, ils s’accumulent dans le sol, ou ils sont lessivés par les eaux de ruissellement vers des horizons plus profonds, éventuellement jusqu’aux nappes phréatiques. Pour décrire l’origine, le devenir et la toxicologie des métaux dans les sols, on a recours à trois notions (Baize, 2004) :
En savoir plus

76 En savoir plus

Contribution à l'étude de la pollution des sols des zones humides cas de : "chott El Frain wilaya de Sétif

Contribution à l'étude de la pollution des sols des zones humides cas de : "chott El Frain wilaya de Sétif

05 L’azoteorganique est présent dans la matière organique. Lors de la décomposition de cette matière organique azotée, les bactéries présentes dans les eaux et les sols peuvent le transformer en nitrates. Ces derniers peuvent suivre différentes voies. Ces nitrates peuvent alors être assimilés par d’autres organismes (plantes, microorganismes) qui les utilisent pour leurs développements. Les nitrates étant très solubles dans l’eau, une fraction est systématiquement exportée vers les écosystèmes aquatiques localisés en aval et vers les nappes en profondeur. Les concentrations en nitrates des eaux souterraines et superficielles sont généralement inférieures à 1 mg/ldans les systèmes exempts d’activité humaine et la concentration naturelle en NO 3 - des cours d’eau est inférieure à 0,2 mg/l(MEYBECK, 1982 et 1989). La
En savoir plus

135 En savoir plus

Contribution à l’évaluation de la pollution saline et nitrique d'origine agricole des eaux souterraines dans la vallée d’Oued Souf

Contribution à l’évaluation de la pollution saline et nitrique d'origine agricole des eaux souterraines dans la vallée d’Oued Souf

Chapitre III Présentation de la région d'étude 23 2.3. Pédologie Les sols de la région du Souf sont généralement peu évolués. Les couches arables sont constituées d'un sol sablonneux de forte profondeur et ne constituent pas des couches rocheuses. Par ailleurs, ces sols se caractérisent par une faible teneur en matière organique, par une structure particulaire à forte perméabilité et par une texture sableuse. Le sable du Souf se compose de Silice, Gypse, de Calcaire et parfois d'Argile (VOISIN, 2004). Au Nord de la région, on rencontre le gypse sous forme des blocs rocheux profonds et tellement solides. A l’Ouest, la pierre gypseuse s'allonge vers la région de Hobba (HLISSE, 2007).
En savoir plus

65 En savoir plus

Mesure de la vitesse d’infiltration des eaux dans le sol : Cas des sols de la Vallée du Niari en République du Congo

Mesure de la vitesse d’infiltration des eaux dans le sol : Cas des sols de la Vallée du Niari en République du Congo

Keywords: measurement, speed, infiltration, soil, pollution, water, Niary, Congo INTRODUCTION Le Département du Niari est l`un des dix départements que compte la République du Congo. Situé au sud-ouest du pays, il figure parmi ceux qui ont une vocation agricole au Congo mais malheureusement mal exploité. Martin G (1970) a écrit : « la méconnaissance des potentialités et aptitudes culturales des sols ainsi que des techniques de cultures conservatrices, a constitué un lourd handicap pour le développement agricole de la vallée du Niari». Les ressources en eau sont utilisées en agriculture : i) dans de grandes exploitations agricoles modernes et privées (supérieures à 1 ha) ; ii) dans de petites exploitations privées (inférieures à 1 ha) ; iii) dans de petites exploitations paysannes (inférieures à 0.1 ha). Tous ces exploitants ne sont pas organisés en associations d’usagers. L’exploitation des ressources en eau n’est assujettie à aucune imposition ni tarification (AGRICONGO, 2003). Le potentiel des terres irrigables du Congo est de 340 000 ha. La régularité des précipitations dans la majeure partie du pays a favorisé le développement des cultures pluviales au détriment des cultures irriguées. La principale technique d’irrigation utilisée en maîtrise totale est l’irrigation de surface et les principales sources de
En savoir plus

10 En savoir plus

Évaluation de la toxicité de mixtures de pesticides sur un bio-indicateur de la pollution des sols Helixaspersa

Évaluation de la toxicité de mixtures de pesticides sur un bio-indicateur de la pollution des sols Helixaspersa

Après la seconde guerre mondiale, les pesticides ont permis le développement de l’agriculture et ont contribué à l’augmentation des rendements et à la régulation de la production agricole. L’utilisation des produits phytosanitaires a également limité ou éradiqué un certain nombre de maladies parasitaires très meurtrières. Cependant, aujourd’hui, les pesticides sont soupçonnés de présenter un risque pour la santé de l’homme et pour son environnement. Ils sont en effet fréquemment mis en cause dans la dégradation de la qualité des eaux douces souterraines et des eaux côtières, dans la réduction de la biodiversité terrestre constatée dans les zones agricoles et dans les milieux "naturels" contaminés ou bien encore dans des cas de surmortalité des abeilles et de baisse de production des ruches. Par ailleurs, de nombreuses études épidémiologiques suggèrent une corrélation entre l’utilisation professionnelle des pesticides et l’apparition de certaines pathologies dans les populations concernées. Des effets cancérigènes, neurotoxiques ou de type perturbation endocrinienne des pesticides ont été mis en évidence chez l'animal. La question des risques pour l'homme est donc posée tant au niveau professionnel qu’à celui du consommateur.
En savoir plus

177 En savoir plus

Effets de l’irrigation par les eaux usées domestiques traitées sur la fertilité des sols

Effets de l’irrigation par les eaux usées domestiques traitées sur la fertilité des sols

1 Introduction Les eaux usées traitées sont utilisées dans l’irrigation à 10 % des récoltes dans le monde, selon une première étude mondiale sur l'irrigation par les eaux usées (Scott et al., 2004) . Ces eaux procurent à l'agriculture une ressource précieuse et renouvelable, et elles libèrent un volume supplémentaire d'eau de bonne qualité pour des utilisations prioritaires. Elles constituent en outre, une alternative aux rejets dans les milieux récepteurs qui peuvent présenter des capacités d'absorption limitées (Papaiacovou, 2001). Par ailleurs, le contenu de ces eaux en éléments nutritifs, notamment en azote, potassium et phosphore, permet de diminuer les frais de fertilisation des sols. L'utilisation des eaux usées peut également prévenir l'eutrophisation et éviter la croissance des algues dans les zones de rejets, telles les lacs et étangs. Si cette ressource constitue une valeur hydrique et un potentiel d’apport de matières fertilisantes, elle peut être également une source de pollution. Son contenu en éléments traces organiques et métalliques et en pathogènes ainsi que sa teneur élevée en azote peuvent présenter un risque pour l’environnement et la santé humaine.
En savoir plus

92 En savoir plus

Pollution durable des sols par la chlordécone aux Antilles : comment la gérer ?

Pollution durable des sols par la chlordécone aux Antilles : comment la gérer ?

Est-ce que la pollution des sols se propage ? Propagation latérale Les mesures effectuées sur les parcelles instrumentées ont montré que le ruissellement - l’eau qui s’écoule en surface des sols - représente en moyenne annuelle moins de 20% de la quantité d’eau qui s’infiltre dans les andosols et nitisols acides. Par ailleurs, ce ruissellement est fugace, et peu efficace dans le transport de chlordécone : les concentrations de chlordécone n’y dépassent pas 2 µg/L là où elles atteignent plus de 8 µg/L dans les eaux de drainage. Des mesures effectuées sur des parcelles n’ayant pas reçu d’apports et situées immédiatement à l’aval de parcelles pollués ne subissent des contaminations que si des chemins d’écoulements concentrés (« talwegs ») relient les deux parcelles. Ces contaminations restent superficielles et très faibles, sur une dizaine de mètres tout au plus. Tant que l’on reste dans le domaine des sols acides et bien structurés (andosol, ferralsol, nitisol), la chlordécone ne « bave » pas et n’affecte que les sols sur lesquels elle a été apportée.
En savoir plus

18 En savoir plus

Le statut juridique des zones industrielles littorales et la pollution des sols : état de la réglementation et perspectives.

Le statut juridique des zones industrielles littorales et la pollution des sols : état de la réglementation et perspectives.

directive concernant la mise en décharge des déchets 253 n’étaient pas encourageants dans la prise en compte de la protection des fonctions du sol. En effet, le considérant n° 3 dispose qu’ « il convient d'encourager la prévention, le recyclage et la valorisation des déchets ainsi que l'utilisation des matériaux et de l'énergie récupérés afin de ménager les ressources naturelles et d'éviter le gaspillage dans l'utilisation des sols ». Or, l’idée de gaspillage dans l’utilisation des sols ne renvoit pas à la protection du sol en tant que milieu, ni à la protection des fonctions qu’il remplit, mais à sa potentialité en tant que support pour d’autres activités. Cependant, la lecture de l’article 1.1 de la directive précise qu’elle a pour objet « de prévoir des mesures, procédures et orientations visant à prévenir ou à réduire autant que possible les effets négatifs de la mise en décharge des déchets sur l'environnement, et notamment la pollution (…) du sol », confortant la protection du sol pour lui même et non plus pour son potentiel d’utilisation. De plus, l’annexe 1 qui définit les exigences générales applicables à tous les types de décharge comporte un point n°3 dédié à la protection du sol et des eaux. Elle prescrit notamment le respect du principe de prévention, ainsi que les méthodes à privilégier pour assurer la protection des eaux et des sols pendant les phases d’activité et d’inactivité. Enfin, la Commission affirme dans sa communication sur la stratégie thématique concernant l’utilisation durable des pesticides 254 que malgré les efforts effectués, on trouve une
En savoir plus

699 En savoir plus

Suivi des paramètres de pollution des eaux usées brutes et épurées au niveau de la STEP de Mostaganem

Suivi des paramètres de pollution des eaux usées brutes et épurées au niveau de la STEP de Mostaganem

Plusieurs milliards de germes pour 100 ml. [4] I.2.2 Les eaux pluviales Elles peuvent aussi constituer la cause de pollution importante des cours d'eau, notamment pendant les périodes orageuses. L'eau de pluie se charge d'impuretés au contact de l'air (fumées industrielles, particules de poussière), puis, en ruisselant, cette eau emporte les résidus déposés sur les toits et les chaussées des villes (huiles de vidange, carburants ainsi que les résidus de pneus et métaux lourds...). En outre, lorsque le système d'assainissement est dit "unitaire", les eaux pluviales sont mêlées aux eaux usées domestiques. En cas de fortes précipitations, les contraintes de préservation des installations d'épuration peuvent imposer un déversement de ce "mélange" très pollué dans le milieu naturel. Enfin, dans les zones urbaines, les surfaces construites rendent les sols imperméables et ajoutent le risque d'inondation à celui de la pollution [4].
En savoir plus

56 En savoir plus

Impact de l’irrigation avec les eaux usées sur la qualité des sols agricoles et des eaux souterraine

Impact de l’irrigation avec les eaux usées sur la qualité des sols agricoles et des eaux souterraine

Chapitre 1 synthèse bibliographique 4-2-1- Réutilisation pour l’irrigation Une des applications les plus communes est l’irrigation de cultures agricoles ou sylvicoles à l’aide d’eaux usées traitées, surtout dans les pays et régions où l’agriculture rencontre des problèmes quantitatifs ou qualitatifs d’eau [T RAD R AIS et X ANTHOULIS , 2006]. L’irrigation ou l’arrosage peut se faire autant sur des cultures destinées à la consommation humaines que sur des cultures assignées à la transformation ou à des usages autres [US EPA, 2012]. Les eaux usées contiennent des éléments fertilisants (azote, phosphore et potassium) ainsi que des oligoéléments (fer, cuivre, manganèse, zinc, etc.) qui sont bénéfiques pour les cultures, et qui peuvent augmenter significativement le rendement. L’utilisation de ces eaux à la place d’engrais de synthèse coûteux est économiquement intéressante pour les agriculteurs. De plus, l’arrosage avec des eaux usées constitue une sorte de fertigation, c’est-à-dire l’application combinée d’eau et de fertilisants via le système d’irrigation. La fertigation permet un apport fractionné et à faible dose des engrais ; en cela elle est bénéfique pour l’environnement car elle évite la pollution des sols et les dépendances aux fertilisants, qui sont des phénomènes qui apparaissent avec une fertilisation classique [A SANO , 1998].
En savoir plus

211 En savoir plus

Pollution persistante des sols aux Antilles par des insecticides organochlorés : HCH et chlordécone encore pour des siècles ?

Pollution persistante des sols aux Antilles par des insecticides organochlorés : HCH et chlordécone encore pour des siècles ?

CONCLUSION La pollution des sols des Antilles par le HCH, malgré l’importance des apports anciens, est en voie de résorption sous les effets couplés d’un lessivage relativement rapide du β-HCH et d’une biodégradabilité microbienne acquise du γ-HCH. La chlordécone pose au contraire un problème de persistance pour des décennies ou des siècles. La priorité est actuellement de comprendre et d’affiner les relations entre la pollution des sols et la contamination des eaux et des cultures, et au-delà la toxicité sur les organismes, afin de fournir des règles d’usage des sols et des milieux, sous une contrainte phytopharmaceutique malheureusement durable. Enfin, le modèle WISORCH permet de reconstituer des teneurs passées, notamment dans les eaux, et donc d’établir des niveaux d’exposition rétrospectifs qui ont été bien supérieurs dans les années 1980 et 1990.
En savoir plus

12 En savoir plus

Contribution à l’étude des agents de dégradation des ressources en sols et en eaux dans le plateau de Mostaganem

Contribution à l’étude des agents de dégradation des ressources en sols et en eaux dans le plateau de Mostaganem

37 d'autres, les pesticides les plus utilisés (en termes de quantité) sont les désherbants La dégradation des sols est assurée principalement par les organismes biologiques de la microflore (bactéries, actinomycètes, champignons, algues, levures),. Son action s'exerce surtout dans les premiers centimètres du sol. Il existe également des processus physiques ou chimiques de dégradation, tel que la photodécomposition. Ces actions contribuent à diminuer la quantité de matière active dans le sol et donc à réduire les risques de pollution. La cinétique de dégradation d'une molécule donnée est déterminée en estimant la persistance du produit. Pour cela, on détermine sa demi-vie qui est la durée à l'issue de laquelle sa concentration initiale dans le sol a été réduite de moitié. Cette demi-vie peut varier avec la température, le type de sol, l'ensoleillement, etc : ainsi, les pesticides se dégradent en quelques semaines dans les sols inondés des rizières, au Les sols se comportent comme un filtre actif en assurant la dégradation des produits phytosanitaires, et sélectif, car ils sont capables de retenir certains de ces produits.
En savoir plus

121 En savoir plus

Caractérisation des eaux et des sols de la haute vallée de la Medjerda

Caractérisation des eaux et des sols de la haute vallée de la Medjerda

I I n n t t r r o o d d u u c c t t i i o o n n G G é é n n é é r r a a l l e e Parmi les grands défis du XXI ème siècle, celui de l’eau est évidemment au premier plan, au même titre que les sols cultivables et l’énergie. Est-ce à un problème de quantité d’eau disponible auquel l’humanité sera confrontée dans les prochaines décennies ? Est-ce plutôt un problème de qualité d’eau qu’il faudra surmonter ? Certains pays en développement, déjà dépourvus de ressources en eau suffisantes, connaîtront inévitablement un ralentissement de leur développement lié à l’appauvrissement quantitatif de leurs ressources en eau. Certains autres de ces pays, « riches » en eau, verront la pollution (déjà très importante) de leurs ressources s’accroître à un niveau tel qu’il sera difficile d’y remédier. Parallèlement, et quelque part indécemment, les pays économiquement développés seront de plus en plus exigeants sur la qualité de leurs eaux ainsi que sur la sensibilité et le nombre des contrôles à effectuer sur les eaux distribuées et les eaux
En savoir plus

170 En savoir plus

CARACTERISATION HYDROCHIMIQUE ET POLLUTION DES EAUX SOUTERRAINES EN CONTEXTE URBAIN : CAS DE L'AGGLOMERATION ORANAISE (ALGERIE)

CARACTERISATION HYDROCHIMIQUE ET POLLUTION DES EAUX SOUTERRAINES EN CONTEXTE URBAIN : CAS DE L'AGGLOMERATION ORANAISE (ALGERIE)

Introduction générale Depuis quelques décennies, la protection et la conservation des milieux naturels, en particulier la qualité des eaux, est devenue une préoccupation majeure et un objectif principal dans les programmes de développement. Les eaux souterraines représentent une excellente source d’approvisionnement en eau potable. Le filtre naturel constitué par les matériaux géologiques produit le plus souvent une eau de bonne qualité. Leur exploitation présente des avantages économiques appréciables, du fait qu’elles ne nécessitent que peu de traitement et parfois même aucun. Le maintien de cet avantage relatif requiert cependant que des mesures soient prises pour préserver de façon durable la qualité de cette ressource. En effet, ces dernières années même les eaux souterraines ne sont pas épargnées par la pollution, un danger qui menace notre environnement et dont l’homme en est le responsable. L’exploitation non rationnelle des ressources, les rejets domestiques et industriels non contrôlés, utilisation excessive de fertilisants chimiques ont un impact néfaste sur la qualité des eaux souterraines.
En savoir plus

169 En savoir plus

Impact de la mise en culture irrgue sur les sols et eaux dans un bassin endoreique en zone aride

Impact de la mise en culture irrgue sur les sols et eaux dans un bassin endoreique en zone aride

fréquence des apports d’eau, sont des facteurs qui pourraient influencer la salinisation des sols de cette région. L’utilisation des eaux de la nappe profonde semble ne pas provoquer la salinisation des sols lorsque la quantité d’eau d’irrigation permet le lessivage des sels contrairement à l’eau de la nappe phréatique. L’étude révèle des sites inondables relativement fertiles localisés loin du chott. Dans ces milieux, la mise en valeur en irrigué pourrait être rentable à condition de bien lutter contre l’érosion éolienne par des brise vents et par un système de rotation des cultures ne laissant pas trop de temps à la jachère. Néanmoins, le lessivage des sels doit être pris en considération pour éviter des problèmes de salinisation secondaire. L’essai en colonnes de sol a mis en évidence, sur une période très courte, un bilan salin positif, même si, statistiquement l’augmentation de la salinité globale n’est pas significative.
En savoir plus

209 En savoir plus

Show all 2437 documents...