Personnel de santé scolaire

Top PDF Personnel de santé scolaire:

La distribution du leadership dans l’organisation d’interventions en santé mentale au travail chez le personnel scolaire : étude de cas dans une école secondaire du Québec

La distribution du leadership dans l’organisation d’interventions en santé mentale au travail chez le personnel scolaire : étude de cas dans une école secondaire du Québec

1 Introduction Malgré les préoccupations du Ministère de l’Éducation (MÉES), des employeurs (FCSQ), des associations de directions (AMDES, FQDE), des associations syndicales (CSQ, FAE) et les efforts déployés en matière de prévention et d’intervention en santé au travail, on constate une persistance de la problématique de la santé mentale chez le personnel scolaire. Cela nous amène à nous interroger sur les moyens utilisés et le type de leadership déployé pour contrer ce mal, notre objectif étant de chercher à mieux comprendre cette problématique pour contribuer à la résoudre. Dans les travaux abordant la prévention des problèmes de santé mentale au travail, on distingue trois niveaux de prévention habituellement inspirés de l’Organisation mondiale de la santé (OMS, 1999) : les interventions centrées sur les sources des problèmes (niveau primaire), les interventions centrées sur l’éducation (niveau secondaire) et les interventions curatives (niveau tertiaire). Or, en milieu scolaire, on constate que les approches centrées sur les personnes, dirigées vers des niveaux d’intervention secondaire et tertiaire, sont insuffisantes pour prévenir à la source les problèmes psychologiques au travail, car elles tendent vers l’individualisation et le repli sur soi contrairement à la recherche collective de solutions (Harvey et al., 2006). Par conséquent, l’idée d’une prise en charge collective de la santé au travail semble être une voie prometteuse (Karsenty, 2015). Ce projet de recherche vise à comprendre et à intervenir, par la clinique de l’activité, sur le processus collectif par lequel le leadership est déployé parmi le personnel scolaire et les contraintes au pouvoir d’agir en regard de l’organisation d’interventions en santé au travail. Considérant les difficultés de dissémination de l’Approche Écoles en Santé (AÉS) associées à une insuffisance de leadership chez les instances ministérielles et les directions d’école (manque d’investissement, de temps, d’accompagnement et d’implication) lors de sa phase d’implantation (Deschesnes et al., 2008), nous nous interrogeons sur des approches plus collectives du leadership, moins dépendantes de celui d’une personne, notamment celle d’un leadership distribué dans le cadre d’interventions visant la santé du personnel.
En savoir plus

291 En savoir plus

Prévention, dépistage et accompagnement des élèves en surcharge pondérale : état des lieux des pratiques et attentes du personnel de santé scolaire de l'académie de Clermont-Ferrand

Prévention, dépistage et accompagnement des élèves en surcharge pondérale : état des lieux des pratiques et attentes du personnel de santé scolaire de l'académie de Clermont-Ferrand

Résumé : CONTEXTE : Les enquêtes réalisées en milieu scolaire auprès de collégiens montrent que la prévalence du surpoids et de l’obésité est encore trop élevée dans notre pays. Cette problématique représente une préoccupation majeure pour les politiques de santé publique et l’importance de la prévention, du dépistage et de la promotion de la santé a pris toute sa place dans les stratégies de santé nationales et régionales. Les infirmier(e)s et médecins de l’éducation nationale ont un rôle important à jouer du repérage à l’accompagnement de ces élèves vers des partenaires de santé adaptés.
En savoir plus

107 En savoir plus

Engagement personnel et prescription scolaire dans les usages informationnels de l’internet ?

Engagement personnel et prescription scolaire dans les usages informationnels de l’internet ?

D’un point de vue théorique, la pratique est à rapprocher de l’intention individuelle. Elle-même répond donc de motivations diverses sensibles aux différents contextes. Cependant, du fait que les outils utilisés soient toujours et de partout accessibles et qu’ils soient parfois les mêmes d’un contexte à l’autre, ces contextes d’usage sont aujourd’hui de plus en plus entremêlés. Par exemple, il est possible d’utiliser Google pour faire une recherche personnelle, liée à un problème de santé par exemple, et de l’utiliser en même temps dans un cadre professionnel ou scolaire. Autre exemple, sur Facebook, relations amicales, amoureuses, familiales ou de travail se côtoient, pour le meilleur et pour le pire. L’utilisation des téléphones portables ou des messageries électroniques à des fins de conversation privées sur le lieu de travail constituent ainsi un thème de recherche à part entière (Broadbent 2011 16 ). Cela dit, la requête est partout et il devient difficile de dégager la pratique informationnelle en tant que telle de l’usage de l’internet au quotidien. Pour les jeunes qui nous occupent, il peut paraître ardu de chercher à distinguer ce qui relève des recherches scolaires et des recherches personnelles.
En savoir plus

10 En savoir plus

Les politiques d’éducation du Nouveau Brunswick de 1990 à 2006. Analyse et impacts des politiques scolaires canadiennes sur le personnel scolaire (Projet 2)

Les politiques d’éducation du Nouveau Brunswick de 1990 à 2006. Analyse et impacts des politiques scolaires canadiennes sur le personnel scolaire (Projet 2)

6- Nombre d'organismes : Des échanges continus entre l'école et la collectivité qui sont axés sur les activités physiques. Il est également possible de signaler, concernant les initiatives du gouvernement et la santé des jeunes, l’entrée en vigueur, en octobre 2005, de la politique Nutrition et amélioration de l’alimentation en milieu scolaire. Cette politique établit les exigences minimales en matière d’alimentation saine dans les écoles publiques du Nouveau-Brunswick. À cette fin, cette politique comporte des normes liées à la sensibilisation à l’alimentation saine, aux choix d’aliments disponibles dans les écoles et à la vente d’aliments dans l’ensemble du système scolaire public. Le but de la politique est de promouvoir la consommation d'aliments ayant une valeur nutritive maximale. Afin d'assurer une alimentation saine, cette politique exige l'élimination immédiate des aliments ayant une valeur nutritive minimale dans les écoles primaires. Dans les écoles secondaires, les aliments ayant une valeur nutritive minimale seront supprimés graduellement. L'exigence s'applique aux cafétérias, aux distributeurs automatiques, aux cantines ainsi qu'aux activités de collecte de fonds qui sont organisées par les écoles ou les élèves.
En savoir plus

50 En savoir plus

La formation de base en santé au travail des représentants du personnel

La formation de base en santé au travail des représentants du personnel

Cette diversité résulte d’une série d’autres paramètres : le profil du formateur (intervenant unique) ou du formateur/coordinateur (quand il y a plusieurs intervenants) ; la durée du stage ; le nombre et la professionnalité des intervenants – et de leur rapport au « terrain » - ; les publics - effectif, diversité ou homogénéité professionnelle, syndicalisation ; l’intensité du recours aux pédagogies actives et donc de la place accordée à la valorisation de l’expérience des apprenants. Autant de facteurs qui ne sont pas indépendants les uns des autres. Par exemple, quand est privilégié le modèle « technique », l’appel à l’expérience propre des stagiaires sera plus limité et les situations pédagogiques emprunteront davantage à la forme scolaire - et ce d’autant plus qu’il s’agit d’un stage court (3 jours) et multi- entreprises -, que lorsque c’est le modèle « ergonomique » qui domine. Ce dernier sera d’autant plus facilement développé qu’il est associé à des pédagogies actives, en stage plus long (5 jours) et mobilisant des apprenants venus du même CHSCT. Tout cela se traduit par la place relative accordée à chacun des thèmes susceptibles d’être traité, et par la manière de les traiter. C’est vrai en particulier des thèmes pour lesquels la règle juridique laisse une marge d’interprétation ou pour lesquels les usages montrent l’existence d’une telle marge. On en a vu de nombreux exemples, allant des participants habilités à participer aux réunions de l’instance, à l’importance accordée aux activités de préconisation en passant par le degré d’approfondissement de la notion de « travail réel ».
En savoir plus

56 En savoir plus

Les manifestations d’autodétermination par les élèves ayant participé à la TÉVA sur les plans scolaire, professionnel et personnel

Les manifestations d’autodétermination par les élèves ayant participé à la TÉVA sur les plans scolaire, professionnel et personnel

rubrique suivante : « Marcher sur une ligne mince » 1 (p.42). C’est-à-dire que les deux groupes de participants expliquent le comportement limitatif des intervenants face à l’émancipation de l’autonomie des personnes ayant une déficience intellectuelle par la dualité des missions des établissements qui offrent les services. Les organismes de soutien pour les personnes ayant une déficience intellectuelle combinent une mission d’accompagnement, de soutien ou d’adaptation pour la personne et une mission de protection de l’individu. Puisque poser des actions de façon autonome comporte chaque fois une part de risque, ceci peut devenir un dilemme pour les intervenants. Il leur est parfois difficile de répondre au besoin d’autonomie de leur client tout en préservant sa sécurité. De façon générale, l’étude présentait que les intervenants avaient tendance à prioriser la sécurité, la santé et la protection des individus plutôt que de laisser leur client agir de façon autonome. Dans une autre étude, Wehmeyer et Palmer (2003) avancent que les enseignants amoindrissent les opportunités d’autodétermination chez leurs élèves ayant une déficience intellectuelle ou des troubles d’apprentissage puisqu’ils croient que leurs élèves en sont incapables. Pour leur part, les personnes ayant une déficience intellectuelle interrogées dans l’étude de Petner-Arrey et Copeland ne plaçaient pas leur santé et leur protection personnelle en priorité ni ne rapportaient même d’incident vécu où ils ont senti que leur intégrité physique était compromise. Par des extraits de verbatim, l’étude présente des exemples d’interventions faites par le personnel travaillant auprès des personnes avec une déficience intellectuelle dans le but de prévenir un accident. Ces comportements préventifs ont eu aussi pour effet de marginaliser davantage certaines personnes et de nuire au développement d’un réseau social de support dans leur communauté.
En savoir plus

89 En savoir plus

La santé des enfants scolarisés en CM2 à travers les enquêtes de santé scolaire en 2001-2002

La santé des enfants scolarisés en CM2 à travers les enquêtes de santé scolaire en 2001-2002

en 2001-2002 C ertaines pathologies telles que le surpoids, les problèmes respiratoires, ou encore les déficiences visuelles ou auditives, nécessi- tent d’être dépistées et traitées le plus précocement possible. Dans cette optique les ministères de la Santé et de l’Éducation ont conjointement élaboré un cycle triennal d’enquêtes menées en milieu sco- laire par les médecins et infirmier(ères) de l’Éduca- tion nationale auprès de trois générations d’élèves : en grande section de maternelle, en CM2 et en troi- sième. Ces enquêtes s’appuient sur des bilans effec- tués chaque année par le personnel de l’Éducation nationale auprès de tous les enfants de grande sec- tion et de certains élèves de troisième. Les enfants de CM2 sont examinés uniquement dans le cadre de l’enquête.
En savoir plus

12 En savoir plus

Recherche-action sur le leadership authentique et postconventionnel et la prise en compte du bien-être du personnel scolaire en contexte de changement

Recherche-action sur le leadership authentique et postconventionnel et la prise en compte du bien-être du personnel scolaire en contexte de changement

2.2.3. Le stade de conscience pluraliste Selon Laloux (2015), le stade de conscience suivant le stade de la performance serait le stade de conscience pluraliste qui est le premier stade postconventionnel. Lorsque les leaders scolaires adoptent des manières de penser, d’être et de faire dans ce stade, ils portent davantage une attention à ce que les gens vivent et ressentent dans l’organisation. Les relations basées sur la confiance et la transparence deviennent plus importantes sans négliger l’atteinte des résultats en fonction de priorités. On y développe des projets collaboratifs qui sont au service d’une finalité inspirante sur le plan individuel et collectif, ce qui crée du sens. Les leaders scolaires pluralistes cherchent à entendre toutes les voix et instaurent des processus de communication bidirectionnelle. Ils mettent également en place des processus de décision démocratiques donnant la parole à chaque employé.e afin de permettre à ces derniers de s’engager pleinement dans l’atteinte de la mission tout en pouvant s’actualiser au travail. Les organisations qui fonctionnent dans cette perspective n’ont pas renoncé à la réussite et à l’atteinte de résultats ambitieux du stade de la performance, mais valorisent davantage les relations positives et l’engagement du personnel pour atteindre leur but, deux composantes du bien-être retenues dans notre définition. On pourrait davantage parler d’un mode de gestion axé sur les apprentissages 13 , ce qui contribue, au bout du compte, à l’atteinte des résultats souhaités.
En savoir plus

188 En savoir plus

Liens entre les mauvais traitements du personnel éducatif envers les élèves et le climat scolaire dans les écoles primaires québécoises

Liens entre les mauvais traitements du personnel éducatif envers les élèves et le climat scolaire dans les écoles primaires québécoises

Les recherches portant sur la violence et l’intimidation en milieu éducatif soulignent l’importance de la qualité du climat scolaire dans la prévention et la réduction de la victimisation entre pairs (Benbenisthy et Astor, 2005; Cohen, 2013; Cohen et Freiberg, 2013, Steffgen, Recchia et Viechtbauer, 2013). En effet, de nombreuses recherches rapportent que la perception qu’ont les élèves du climat de leur école est associée de manière négative à la violence perçue (Steffgen et al., 2013). Cette violence peut être également la conséquence d’une culture d’établissement délétère et de mauvaises relations interpersonnelles entre les différents acteurs scolaires (Benbenishty et Astor, 2005). De ce fait, un climat positif, véhiculant par exemple un sentiment de justice, de sécurité, d’engagement et de saines relations interpersonnelles (Cohen, McCabe, Michelli et Pickeral, 2009), a été associé aux écoles dites efficaces (Collerette, Pelletier et Turcotte, 2013; Teddlie et Stringfield, 2007). Ces établissements se distinguent et se définissent ainsi en raison de leurs pratiques éducatives et organisationnelles qui soutiennent adéquatement tous leurs élèves pour qu’ils réussissent (Collerette et al., 2013). En d’autres mots, les écoles qui prennent soin à la fois des besoins cognitifs et socio-affectifs des élèves ont plus de chance d’établir un climat d’apprentissage positif et, par le fait même, de prévenir l’apparition d’incidents violents et les gérer plus efficacement (Cohen et al., 2015; Stout et Christenson, 2009).
En savoir plus

121 En savoir plus

Effets d'une formation du personnel à l’allaitement maternel sur la prise en charge et la santé des nouveau-nés

Effets d'une formation du personnel à l’allaitement maternel sur la prise en charge et la santé des nouveau-nés

ODOUX Pierre Introduction Si les avantages de l’allaitement maternel pour l’enfant et pour la mère sont démontrés de manière fournie dans la littérature scientifique (1–5), sa pratique en France reste insuffisante (6). Les années 90 ont connu une importante amélioration en matière de taux d’allaitement, pourtant il stagne depuis une dizaine d’année(7) . On remarque une forte réponse des femmes à la proposition d’initiation de l’allaitement : deux tiers allaitent à la naissance. En revanche, cette proportion chute de manière drastique dès le retour à la maison(7). En 2013, 66% des nourrissons étaient allaités à la naissance, 40% à 11 semaines, 30% à 4 mois et 18% à 6 mois (8). La France reste loin des objectifs proposés par l’Organisation Mondiale de la Santé, qui recommande 6 mois d’allaitement exclusif (9) . Devant une telle chute de cette pratique à la sortie de la maternité, il a semblé pertinent de s’intéresser d’abord aux raisons de l’abandon malgré un projet d’allaitement avant d’essayer de promouvoir son initiation pour augmenter le taux à la naissance.
En savoir plus

57 En savoir plus

Samenta : rapport sur la santé mentale et les addictions chez les personnes sans logement personnel d'Ile-de-France

Samenta : rapport sur la santé mentale et les addictions chez les personnes sans logement personnel d'Ile-de-France

Cette enquête, initiée par les pouvoirs publics, vise à améliorer la connaissance sur les troubles psychiatriques et les addictions des personnes sans logement personnel d’Ile-de-France, dans un objectif opérationnel d’amélioration de la prise en charge médicale et sociale. La première question posée par les responsables politiques portait sur l’ampleur du problème et plus précisément, la taille de la population concernée par ces troubles et ces addictions. Aussi avons-nous choisi de réaliser une enquête « en population », c’est à dire d’interroger des personnes représentant la population sans logement personnel, et pas seulement celles qui ont recours au système de soins. Pour cela, nous avons utilisé une méthodologie déjà éprouvée par l’Ined en 1995 et l’Insee en 2000, afin de tenter de joindre et de décrire une population qui n’a pas de domicile propre mais qui fréquente les services d’aide qui leur sont destinés. Cette méthodologie a été complétée par des méthodes d’épidémiologie psychiatrique qui permettent d’évaluer la prévalence des troubles psychiatriques et des addictions. Nous nous sommes appuyés en particulier sur les travaux français de V. Kovess et C. Mangin- Lazarus, qui ont mené la précédente enquête française sur la santé mentale des sans domicile, et sur ceux de B. Falissard chez les personnes incarcérées, qui présentent des innovations méthodologiques intéressantes pour Samenta. Nous avons essayé de construire un dispositif d’enquête assurant les estimations les plus fiables de prévalence des troubles psychiatriques et des addictions. Ainsi, les personnes sans logement ont été interrogées par un binôme enquêteur professionnel / psychologue clinicien, avec un avis ultérieur de psychiatre, si nécessaire, pour coter un éventuel diagnostic. Si notre responsabilité est de fournir des résultats fiables, notre préoccupation est aussi de ne pas produire des informations qui stigmatiseraient, davantage encore la population étudiée, notamment en mobilisant des outils et des procédures de recrutement qui y surreprésenteraient indûment la maladie mentale. La méthodologie retenue permet en outre, de donner une image actualisée de la population francilienne sans logement en général.
En savoir plus

228 En savoir plus

La protection des données à caractère personnel à l’ère de la santé connectée Un droit européen perfectible ?

La protection des données à caractère personnel à l’ère de la santé connectée Un droit européen perfectible ?

Le développement de la santé connectée est prolifique et bénéfique. La santé connectée permet des avancées en matière de qualité de la santé, de qualité des soins, d’accès aux soins et, dans le même temps, est une source de réduction des dépenses de santé 3 . La santé connectée offre, en d’autres termes, tout à la fois des perspectives pour le renforcement de la qualité de la santé et pour l’assainissement des finances des systèmes de santé. Si les progrès, dont la santé connectée est porteuse, ne doivent pas être minimisés, les risques inhérents à cette dernière ne peuvent pas non plus l’être. En premier lieu, la santé connectée modifie la relation médecin-patient traditionnelle. Dans le cadre de la relation de santé, un certain nombre de données sont produites : certaines sont issues des examens médicaux ; d’autres du patient lui-même. Or, si la relation patient-médecin est majoritairement dématérialisée, les données produites par le patient lui même telles que son ressenti, son émotionnel peuvent échapper au médecin. Est-ce alors un problème pour la qualité des soins ? Dans la mesure où ces informations peuvent permettre de réfléchir sur les causes d’une maladie, d’une épidémie, elles sont nécessaires pour assurer une meilleure prise en charge du patient mais aussi pour améliorer la prévention médicale. Un raisonnement quasi mathématique priverait alors peut- être le corps médical d’informations fondamentales pour penser les causes de certaines affections. En deuxième lieu, la santé connectée tend à priver l’individu de son droit de ne pas savoir. En effet, un certain nombre d’applications, sans forcément être des dispositifs médicaux, indiquent, par exemple, aux individus les risques pour leur santé en fonction de leur activité physique, de leur âge ou encore de leur poids. A travers ces informations, ces technologies prédéfinissent ainsi le comportement à venir de l’individu et le prive alors d’une part de son libre arbitre. Il s’agit là surement davantage d’une question éthique que d’une question juridique qu’il ne fera ainsi pas partie de nos développements. Enfin, un autre risque
En savoir plus

11 En savoir plus

Évaluation du retentissement des risques psychosociaux sur l'état de santé du personnel hospitalier du CHU de Rouen

Évaluation du retentissement des risques psychosociaux sur l'état de santé du personnel hospitalier du CHU de Rouen

Enfin, dernier pilier de cette approche préventive classique sous-entendue par le concept de risques, celui relatif à l’action de prévention : la prévention vise logiquement à éliminer les risques ou, à défaut, les réduire notamment par des dispositifs d’éloignement ou de protection par rapport aux contextes dangereux ; et ceci, souvent, par des processus de normalisation de ces contextes ou de normes d’hygiène du comportement (Clot 2008). Là aussi, cette approche est largement mise en défaut sur ce thème. L’approche du Réseau ANACT privilégie le point de vue que le travail est d’abord une opportunité essentielle pour construire sa santé par opposition à l’idée d’un travail d’abord « porteur de risques ». C’est dans le travail, en affrontant ses difficultés – et notamment au travers de la résolution des problèmes liés à l’écart entre le prescrit et le réel – que l’individu peut développer ses capacités, ses relations aux autres et ainsi construire sa santé. L’utilisation en intervention des concepts de « tensions » et de « régulation » (Sahler et al. 2007) met bien en avant les difficultés du travail comme inhérentes à la situation professionnelle, mais sont tout autant déterminantes les réponses individuelles et collectives des salariés comme modes de construction de la santé, dans un processus plutôt de type « chaotique » et dont le résultat n’est jamais acquis de façon définitive. L’objet de l’action en entreprise sur ce thème devient moins alors la « réduction de risques » que la recherche du développement de moyens de « régulation» des difficultés et de la création d’environnements de travail (Falzon et Mas 2007) qui permettent aux salariés de développer leurs capacités. Cette approche s’inscrit alors moins dans une approche « réductrice des risques » que dans une approche dynamique et constructrice de la santé en agissant sur les capacités des organisations, cibles principales de l’action, à favoriser des processus vertueux tant pour des raisons de santé au travail que de performance. On est loin aussi des processus de normalisation surtout lorsqu’ils portent sur les comportements des individus.
En savoir plus

149 En savoir plus

Transgenre en milieux scolaires : rôle de l’infirmière scolaire : comment l’infirmière peut-elle promouvoir la santé des jeunes transgenres en milieu scolaire ?

Transgenre en milieux scolaires : rôle de l’infirmière scolaire : comment l’infirmière peut-elle promouvoir la santé des jeunes transgenres en milieu scolaire ?

Dans le cadre du projet Frimesco, le canton fixe les interventions de l’infirmière scolaire selon trois piliers. Il s’agit de la prévention (dépistage, vaccination et contrôle des épidémies), de la disponibilité ainsi que de la collaboration et de la coordination (assurer un suivi, données statistiques, travailler avec les partenaires de l’école, donner des conseils, …). Ces tâches devraient être les bases de la médecine scolaire actuelle. Pour ce faire, ce projet cantonal propose l’établissement d’objectifs visant l’amélioration des conditions des élèves (Direction de la santé et des affaires sociales (DSAS) & Direction de l’instruction publique, de la culture et du sport (DICS), 2011). Afin d’améliorer celles-ci, Espace santé trans préconise d’offrir un accompagnement en santé pour les élèves trans*. Ce dernier se compose notamment de principes fondamentaux tels que l’acceptation de la personne transgenre et de son questionnement, le respect de son libre-arbitre, la possibilité de soins pour toutes, tous et finalement une relation équitable (Amsellem-Mainguy et al., 2017). De surcroît, le sentiment d’appartenance permet à ces jeunes de se sentir en confiance (Hahm, Ro, & Olson, 2018). En effet, la population transgenre fait partie de la communauté LGBT+. En définitive, si on « traduit » le terme de LGBT+, on obtient : Lesbien, gay, bisexuel, transgenre, « + » signifie qu’iel 1 englobe tous les genres existants. Pour ce travail, les auteures s’attarderont sur les personnes transgenres. Cette appellation définit une personne qui ne se reconnait pas, ou pas entièrement, dans le sexe qui lui a été attribué à la naissance (Transgender Network Switzerland, 2016). Depuis 2013, ce terme est classifié dans le DSM-5 sous trouble du comportement comme étant une dysphorie de genre. Ce diagnostic définit la douleur présente chez les personnes ne se sentant pas dans le bon corps (Crocq, Guelfi, Boyer, Pull, & Pull-Erpelding, 2016). Le transgenderisme peut se classer en sous- catégories, notamment non-binaire, agenre, en questionnement, queer et/ou neutre
En savoir plus

247 En savoir plus

Quelle vision de la réduction des inégalités sociales de santé? Quelle action en milieu scolaire?

Quelle vision de la réduction des inégalités sociales de santé? Quelle action en milieu scolaire?

intégration et développement de la promotion de la santé, aide à la réalisation des projets santé initiés par les écoles et visite des locaux scolaires ayant pour but l’amélioration qualitative du milieu de vie • Suivi médical des élèves comprenant les bilans de santé individuels , les bilans spécifiques réalisés à la demande et la politique de

43 En savoir plus

L'état de santé des enfants de 5 - 6 ans dans les régions : les disparités régionales appréhendées au travers des bilans de santé scolaire

L'état de santé des enfants de 5 - 6 ans dans les régions : les disparités régionales appréhendées au travers des bilans de santé scolaire

Méthodes - Définitions des indicateurs d’état de santé des enfants Santé bucco-dentaire : Un examen a été pratiqué par les médecins lors de l’enquête pour relever le nombre de caries soignées et le nombre de caries non soignées. Cet examen ne peut a priori pas avoir la précision d’un examen effectué par un dentiste. Leurs résultats ne peuvent non plus être comparés avec des enquêtes effectuées auprès des dentistes et de leur clientèle, ces enquêtes n’atteignant pas les enfants malades mais non traités. Malgré cela, l’analyse géographique montre des points communs évidents avec les bilans bucco-dentaires effectués par des dentistes auprès des adolescents de 15 ans. Le critère retenu dans notre étude est la proportion d’enfants ayant au moins deux caries non soignées. Pour commenter ce critère, ont été utilisés également les indicateurs mesurant le nombre moyen de caries par enfant et la proportion moyenne de caries soignées. Sur 30 002 élèves enquêtés, 28 124 ont été examinés de façon à permettre l’analyse des problèmes dentaires.
En savoir plus

12 En savoir plus

Nunavut : Vers un développement éducatif endogène. Analyse et impacts des politiques scolaires canadiennes sur le personnel scolaire (Projet 2)

Nunavut : Vers un développement éducatif endogène. Analyse et impacts des politiques scolaires canadiennes sur le personnel scolaire (Projet 2)

Le projet de loi rend obligatoire la présence à l’école de l’âge de 5 ans à 18 ans sauf dispenses, dont celle pour participer à des activités traditionnelles sur les terres ancestrales ou pour l’apprentissage à l’extérieur de la collectivité. L’adaptation de l’enseignement représente un second thème qui regroupe les actions prioritaires suivantes telles que stipulées respectivement aux articles 10 et 11 et 16 et 17 de la loi : 1) la modification du programme scolaire d’un élève si nécessaire, afin de l’adapter aux aptitudes et aux besoins spécifiques de ce dernier; 2) la confection de plans d’études individualisés; et 3) des programmes d’enseignement à domicile. En outre, chaque administration scolaire de district (ASD) peut élaborer des programmes locaux d’enseignement. À cette fin, les ASD peuvent engager des moniteurs de programmes locaux selon leur savoir et leurs habiletés appropriés, dont d’office des Aînés conformément à l’article 59 de la loi.
En savoir plus

46 En savoir plus

Exploration des différents modes d'implication au sein d'un pôle de santé pluriprofessionnel : une étude qualitative sur le vécu du personnel du pôle de santé de Saint-Martin-d'Hères

Exploration des différents modes d'implication au sein d'un pôle de santé pluriprofessionnel : une étude qualitative sur le vécu du personnel du pôle de santé de Saint-Martin-d'Hères

La signature de contrats avec l’ARS permet aux regroupements de professionnels d’obtenir une aide financière au fonctionnement de leur structure ainsi que pour des projets en lien avec leur territoire de soin. Ces projets doivent concerner des « actions de prévention, de promotion de la santé et de sécurité sanitaire » (7). Les territoires de santé ont été créés par l'ordonnance de simplification de septembre 2003. Une fois définies, ces zones permettent de proposer un projet territorial de santé adapté aux besoins d’un bassin de population (8).
En savoir plus

75 En savoir plus

Conditions de vie, état de santé et recours aux soins des femmes sans logement personnel hébergées en Ile-de-France

Conditions de vie, état de santé et recours aux soins des femmes sans logement personnel hébergées en Ile-de-France

3.2. Les avancées des décrets, des lois sur l’hébergement des personnes sans-domicile A la suite de la publication d’un rapport sur la santé des personnes sans chez-soi, remis à la Ministre de la Santé et des Sports, en novembre 2009 (Girard et al. 2009), un programme expérimental « un chez soi d’abord » a été mis en place entre 2011 et 2015 dans quatre villes (Lille, Marseille, Toulouse et Paris) coordonné au niveau national par Pascale Estecahandy et évalué par l’équipe du Pr Auquier à Marseille. Cette expérimentation a la même visée que le modèle « Housing First » mis en place à New- York en 1992 : partant du principe que le logement est un droit fondamental et que l’absence de logement a un impact important sur la santé, cette expérimentation propose aux personnes sans-abris souffrant de pathologies mentales sévères un accès à un logement « ordinaire » avec un accompagnement médico-social pluridisciplinaire aidant au maintien dans le domicile (Estecahandy et al. 2015). Les premiers résultats de l’expérimentation ont démontré l’efficacité du programme avec « un maintien dans le logement de plus de 80% personnes, mais aussi une diminution de leurs symptômes, une amélioration de leur qualité de vie, bien-être psychologique et estime de soi » (Premier ministre et al. 2016). Le 3 janvier 2017, la ministre des Affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, la ministre du Logement et de l’Habitat durable, Emmanuelle Cosse, et Ségolène Neuville, secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte
En savoir plus

258 En savoir plus

Pratiques d'accompagnement et de supervision pédagogique du personnel enseignant par des directions d’établissement scolaire : une analyse de besoins pour une recherche-action-formation

Pratiques d'accompagnement et de supervision pédagogique du personnel enseignant par des directions d’établissement scolaire : une analyse de besoins pour une recherche-action-formation

23 2.2.2.1 Le modèle de supervision classique Selon l’UNESCO (2007), ce modèle est apparu suite à l’expansion des systèmes éducatifs et à la déconcentration de l’accompagnement du système administratif. Dans ce modèle, le rôle de la supervision est de «contrôler et d’apporter un support en lien avec la pédagogie et l’administration» (p.8). L’UNESCO (2007) explique que ce modèle est dit «classique», puisqu’il a peu changé depuis sa création. Selon cet organisme, la supervision classique a deux forces principales : son aspect global, c’est-à-dire que toutes les écoles, incluant le personnel enseignant, a une chance d’être supervisées, et le fait que le superviseur accompagne sa pratique de support et de conseils. Ce modèle a toutefois quelques faiblesses. Premièrement, les coûts qu’il engendre sont élevés, puisqu’il faut former des superviseurs professionnels. Deuxièmement, la supervision dans ce contexte est caractérisée par des conflits entre le supervisé et le superviseur dus à l’ambiguïté de la description de la tâche de l’inspecteur ainsi qu’à la lourdeur administrative de ce processus. Ce modèle demeure actuellement une source d’inspiration importante dans plusieurs pays, bien que des réformes soient mises en place pour intégrer des outils de supervision variés.
En savoir plus

113 En savoir plus

Show all 5127 documents...