Paris rive gauche

Top PDF Paris rive gauche:

Documenter Paris Rive Gauche

Documenter Paris Rive Gauche

Hors du commun, l’implication financière et politique de la Ville de Paris dans l’aménagement de Paris Rive Gauche a fait de ce territoire une vitrine des politiques municipales d’innovation et d’expérimentation urbaines. La fréquence des consultations d’idées qui y sont organisées depuis les années 1980 consacre le quartier en une véritable scène, où s’expriment doctrines urbaines et postures formelles. C’est ici qu’aura germé le principe de l’îlot ouvert, esquissé en 1989 par Christian de Portzamparc lors d’une consultation sur les futurs quartiers de la « Grande Bibliothèque » en 1989. Vérifié dans la ZAC de la porte d’Asnières avant d’être appliqué au secteur Masséna Nord, celui-ci incubera, selon certains, les formes et méthodes de l’urbanisme d’aujourd’hui7. C’est ici aussi qu’il est envisagé, dès 2002, d’autoriser à nouveau la construction de tours dans le ciel parisien, à la suite de la proposition, lauréate, d’Yves Lion pour l’urbanisme du secteur Bruneseau ; ici également que des précédents techniques, tels ceux de l’immeuble-pont (Marc Mimram, architecte) ou de la tour de la Biodiversité (Édouard François, architecte), sont créés ; ici enfin que la première Nuit Blanche de l’art contemporain est organisée en 2003 et que, depuis, la galerie Itinerrance investit l’espace public pour en faire un véritable musée du street art.
En savoir plus

4 En savoir plus

Pépite | Transition énergétique dans les projets urbains : conditions de mise en œuvre. Analyse des cas Paris Rive Gauche, Clichy-Batignolles et Paris Nord Est

Pépite | Transition énergétique dans les projets urbains : conditions de mise en œuvre. Analyse des cas Paris Rive Gauche, Clichy-Batignolles et Paris Nord Est

Afin de « faire ressentir le terrain au lecteur » (Garreau & Bandeira-de-Mello, 2010) et lui donner les clés pour comprendre notre analyse, nous aborderons dans cette deuxième partie chacun des projets que nous avons étudiés séparément. Il s’agit de décrire succinctement chacun des projets urbains, leurs caractéristiques principales, leur histoire, afin de comprendre leur finalité et le contexte dans lequel ils se développent, avant de se focaliser sur la question de l’énergie. Nous chercherons à transcrire les récits que nous avons pu construire à partir du discours des interviewés et de la documentation que nous avons recueillis, sur la manière d’appréhender les enjeux de l’énergie lors de la conception d’un projet urbain. Ces différents récits reflètent notre compréhension des projets, des postures adoptées par les différents acteurs face à la question de la qualité énergétique, mettant en évidence l’unicité de chacun. En revanche, nous ne chercherons pas à retranscrire les projets dans leur intégralité. Chaque projet a été regardé sous un prisme bien spécifique, l’énergie, ce qui ne nous permet pas de cerner leur histoire de manière exhaustive, contrairement à un travail de monographie. Puisque ce sont sur ces récits que nous fondons notre analyse, il nous parait essentiel de commencer par les énoncer pour donner au lecteur les clés de compréhension suffisantes pour appréhender et critiquer nos résultats. Nous avons fait le choix de présenter les trois cas par ordre chronologique, du projet le plus ancien, Paris Rive Gauche, à Paris Nord Est, projet qui, bien que lancé à la même période que Clichy-Batignolles se terminera dans plusieurs dizaines d’années. Ainsi, le CHAPITRE 5 s’attache { retracer l’évolution du projet Paris Rive Gauche suite { l’émergence des préoccupations énergétiques et climatiques à Paris
En savoir plus

438 En savoir plus

De l'expertise associative à la formation d'un contre-pouvoir. Action collective et concertation à Paris Rive Gauche

De l'expertise associative à la formation d'un contre-pouvoir. Action collective et concertation à Paris Rive Gauche

où l’élu garde le monopole de l’intérêt général (Bacqué, Rey et Sintomer, 2005 ; Le Bart et Lefebvre, 2005). La participation des citoyens se limite so uvent à l’échelle des quartiers et à l’expression d’un savoir d’usage pour lequel les pouvoirs publics les sollicitent. La prépondérance des enjeux politiques et économiques et la domination des savoirs experts sont d ’autant plus fortes, et la marge de manœuvre des citoyens d’autant plus faible, que l’échelle du projet urbain est élevée et que la structure du partenariat se complexifie entre acteurs publics et privés (Nez, 2011). L’impact des dispositifs de démocratie participative sur les grandes transformations urbaines serait donc limité. Cependant, le cas de Paris Rive Gauche représente une exception en la matière, que nous analysons dans cet article afin de comprendre comment les associations parviennent à avoir un impact non négligeable sur un projet urbain de grande ampleur . Dans quelle mesure l’expertise associative a-t-elle été prise en compte dans cette opération ? Comment les associations ont- elles réussi à l’imposer face aux intérêts économiques et politiques présents dans le secteur ? Leur action s’est-elle située principalement au sein de la concertation institutionnelle ou repose-t-elle également sur des stratégies plus conflictuelles d’action collective ?
En savoir plus

13 En savoir plus

Les origines de Lutèce : acquis chronologiques. Nouveaux indices d’une présence militaire à Paris, rive gauche

Les origines de Lutèce : acquis chronologiques. Nouveaux indices d’une présence militaire à Paris, rive gauche

oublier le rôle tactique indéfectiblement attaché à ce secteur de la Seine, qui reste d'actualité bien après la conquête. par diverses rébellions, l'Île-de-France n'a e[r]

46 En savoir plus

Le déclin de la gauche au Maghreb : le cas du Maroc

Le déclin de la gauche au Maghreb : le cas du Maroc

circonscriptions urbaines et rurales et de s’emparer des fiefs historiques longtemps considérés comme la chasse gardée de l’USFP. D’un autre côté, l’attitude adoptée par certains partis politiques de gauche durant les soulèvements populaires de la fin de l’année 2010 et du début de 2011, témoigne de la profonde fracture qui existe entre ces partis et la société civile. Ces soulèvements ont dévoilé au grand jour l’incapacité de ces formations à avoir une résonance auprès des bases populaires, et ont mis en lumière la déconnection de la gauche vis-à-vis du peuple qu’elle est supposée représenter. Cette grande vague de mobilisation spontanée a aussi démontré que la gauche n’a pas su jouer un rôle déterminant avant comme après les manifestations populaires. Hormis une participation timide et limitée comme ce fut le cas par exemple au Maroc et en Tunisie, ces évènements ont pris au dépourvu l’ensemble des forces de gauche. Cette situation a également révélé la faiblesse structurelle et les incohérences qui caractérisent l’ensemble de ces formations politiques. Le rôle des forces et groupes qui se réclament de la gauche durant ces événements interpelle sérieusement les chercheurs qui se demandent comment ils ont laissé un moment historique révolutionnaire leur échapper. Certaines directions de partis comme le cas du Parti du progrès et du socialisme, l’ancien Parti communiste marocain, se sont particulièrement détournés en se prononçant officiellement contre les manifestations. La direction de ce parti a publié un communiqué pour exprimer clairement son refus de soutenir le mouvement de contestation. D’autres partis comme ceux de la gauche radicale représentée par la Fédération de la gauche démocratique (FGD) ainsi que le parti d’extrême gauche de la Voie démocratique ont certes apporté un certain soutien au mouvement contestataire, mais aucun d’entre eux n’a joué un rôle significatif.
En savoir plus

172 En savoir plus

Le tournant populiste : salut ou tombeau de la gauche ?

Le tournant populiste : salut ou tombeau de la gauche ?

Qu’une organisation navigue entre une ligne « populiste » et une ligne de gauche plus classique, n’a rien de surprenant. Cela s’appelle de la tactique, il s’agit de s’adapter aux circonstances. On ne fait pas la même campagne – parler de la « patrie » plutôt que des « travailleurs », terminer ses meetings par l’Internationale ou par l’hymne national, prôner ou non la sortie de l’Union européenne, s’allier avec d’autres organisations ou revendiquer son hégémonie sur un vaste espace politique, mettre en avant des sujets sociétaux ou des thèmes économiques, etc. – selon les candidats qu’on a face à soi. De même, on ne mène pas une campagne européenne, une campagne nationale et une campagne locale sur le même modèle, étant donné les différences de niveau de participation, du profil de l’électorat mobilisé et des enjeux qui dictent les préférences politiques de cet électorat. Si une organisation met sous le tapis certains débats houleux, c’est aussi parce que le noyau dirigeant, la base militante et l’électorat ne
En savoir plus

4 En savoir plus

La réélection de Lula : une reconduction de la gauche au Brésil?

La réélection de Lula : une reconduction de la gauche au Brésil?

« droite/gauche », en dépit des efforts réalisés par Geraldo Alckmin pour se détacher de l’image que lui attribuait son adversaire. Le thème de la « lutte des classes », depuis quelque temps délaissé par le PT, a été réactualisé pour opposer l’ouvrier Lula et le médecin Alckmin, les classes populaires et l’élite brésilienne. Les préjugés entourant les critiques faites à l’encontre des erreurs de Lula en portugais, ainsi que la distribution d’un tract représentant une main à quatre doigts entouré du symbole routier « sens interdit » ont consolidé la lecture « classiste » du scrutin proposée par le PT. Cette lecture repose toutefois uniquement sur la mobilisation de représentations symboliques et ne s’accompagne pas d’un engagement programmatique.
En savoir plus

10 En savoir plus

La gauche, le populisme et le Pérou d'Alan García

La gauche, le populisme et le Pérou d'Alan García

L’échec de la droite était également prévisible dans la mesure où le Pérou suit l’évolution de la réflexion latino-américaine, et même mondiale, autour des limites du modèle de développement néolibéral. Bien que cette réflexion soit loin d’être univoque ou homogène, et que, en conséquence, les modifications au modèle proposées sont multiples, la nécessité de concentrer les efforts de l’État autour des politiques sociales et de l’emploi est passé au premier plan sur la scène politique, au Pérou comme ailleurs. Pourquoi, alors, a-t-on vu un échec aussi éclatant de la gauche dite « traditionnelle », qui n’a même pas réussi à faire élire un seul représentant au Congrès ? Celle-ci, de filiation marxiste-populaire, avait pourtant fait une performance plus qu’impressionnante dans les années 80, sous la bannière de la Gauche Unie, remportant la mairie de Lima et emportant le tiers des sièges. Sa quasi-disparition dans les années 90 est liée à ses divisions internes
En savoir plus

7 En savoir plus

Caisse Desjardins de Lévis et ACEF Rive-Sud : quelle configuration partenariale ?

Caisse Desjardins de Lévis et ACEF Rive-Sud : quelle configuration partenariale ?

Le secteur d'activités : l’absence d’institution financière de crédit pour contrer les usuriers et assurer le développement local Les petits emprunteurs, face à l’insuffisance du crédit, sont souvent victimes des usuriers . Desjardins est fortement marqué en découvrant, lors des débats de la Chambre des communes à Ottawa, qu’en 1897, un Montréalais est condamné à payer des frais d’intérêt de 5 000$ sur un emprunt de 150$. Au moment où est créée la Caisse, il n’y a pas d’institution financière de crédit à Lévis, alors que les commerçants ont des besoins financiers. La seule institution financière présente est la Caisse d’économie de Notre-Dame-de-Québec qui a ouvert une succursale en 1868, mais cet établissement d’épargne ne consent pas de prêts. Les Lévisiens doivent se rendre à Québec pour obtenir du crédit et d’autre part, ils ne contrôlent pas l’investissement de leurs épargnes, drainées sur l’autre rive du fleuve. On reproche également à la Caisse d’économie de négliger le commerce généralement établi dans la haute-ville de Lévis. Les activités d’épargne et de crédit sont prises en charge par le secteur privé, dont les entreprises refusent de s’installer à Lévis (une succursale de la Merchant’s Bank ouverte en 1874 déménage quatre ans plus tard pour Québec, la Banque Jacques-Cartier refuse l’invitation de la Chambre de commerce de Lévis).
En savoir plus

71 En savoir plus

" Systèmes de riziculture pluviale innovants " Le cas de la rive Est du Lac Alaotra.

" Systèmes de riziculture pluviale innovants " Le cas de la rive Est du Lac Alaotra.

Conclusion L’analyse des données récoltées dans leur ensemble nous donne de précieux renseignements sur la performance des techniques de semis direct. Cependant, afin de simplifier le travail des agents de diffusion et d’affiner les conseils à prodiguer à chaque agriculteur, la construction d’itinéraires techniques standards s’est révélée indispensable. Ainsi, il est aujourd’hui évident que le découpage de la rive Est du Lac en deux lots bien distincts a été très pertinent, les deux zones ayant des caractéristiques totalement différentes.
En savoir plus

8 En savoir plus

REEVALUATION DES HERITAGES ET NOUVELLES DYNAMIQUES INDUSTRIELLES SUR LA RIVE NORD DE LA MEDITERRANEE

REEVALUATION DES HERITAGES ET NOUVELLES DYNAMIQUES INDUSTRIELLES SUR LA RIVE NORD DE LA MEDITERRANEE

Les entreprises dans le sud de la France sont plus précoces : à la veille de la première guerre mondiale, plusieurs tentatives de création de raffineries ont eu lieu à Marseille, mais [r]

17 En savoir plus

Une infiltration péri-rénale gauche

Une infiltration péri-rénale gauche

1. L’histoire Un homme, âgé de 81 ans, vivant en institution, était hospitalisé en urgence pour une douleur abdominale associée à une constipation (pas de selles depuis 4 jours). Ses antécédents notables étaient une hypertension artérielle, un accident vasculaire cérébral ischémique sans séquelle, une fibrillation auriculaire et des troubles cognitifs. Ses traitements comprenaient : bisoprolol, ler- canidipine, fluindione et paroxétine. À l’examen, les constantes hémodynamiques étaient conservées, sans fièvre. L’abdomen était tendu avec une matité sus pubienne. On notait aussi un important météorisme et une défense du flanc gauche. Le toucher rectal confirmait le fécalome. Il n’y avait pas de signes de décompensation cardiaque. La biologie objectivait une insuffisance rénale aiguë sévère (clairance de la créatinine : 8 mL/min/1,73 m2selon Chronic Kidney Disease Epidemiology Collaboration) et un syndrome inflammatoire (CRP > 350 mg/L) avec hyperleucocytose à polynucléaires neutrophiles, sans anémie. L’INR était à 6. La conduite thérapeutique immédiate consistait à la mise en place d’une sonde urinaire permettant l’évacuation de 4 litres d’urines hématuriques, une hydratation intraveineuse pour prévenir le syndrome de levé d’obstacle et la réalisation de lavements rectaux, ramenant des selles. Un traitement antibiotique par céphalosporine de troisième génération était débuté dans l’hypothèse d’une porte d’entrée infectieuse urinaire ou digestive. L’examen cytobactériologique urinaire confirmait par la suite une infection à Klebsiella pneumoniae sensible à la ceftriaxone. Les hémocultures restaient stériles. Aux urgences, devant l’INR élevé, l’insuffisance rénale aiguë et les urines hématuriques, la fluindione était suspendue et 2 mg de vitamine K était administrée. Le premier scannerabdominal sans injection retrouvait un épanchement périrénal et pararénal postérieur et antérieur gauche, de densité liquidienne avec sédiment dense, sans dilatation significative des cavités excrétrices urinaires. L’uro- scanner était secondairement réalisé après normalisation de la fonction rénale (Fig. 1).
En savoir plus

3 En savoir plus

La genèse de la gauche plurielle (1993-1997)

La genèse de la gauche plurielle (1993-1997)

3 e PARTIE – L’AMBIVALENTE CONCRÉTISATION DES ALLIANCES : NAISSANCE DE LA GAUCHE PLURIELLE Après l’élection présidentielle de 1995, les partis politiques de tous bords ont en perspective les prochaines élections législatives prévues pour 1998, Jacques Chirac n’ayant pas encore pris la décision de dissoudre une Assemblée nationale dans laquelle la droite est déjà fortement hégémonique. C’est donc à partir de 1'automne 1995 et plus fortement du printemps 1996, que s’amorce la concrétisation de l’alliance ou plutôt, des alliances, puisqu’il n’y a pas une union de tous les partis au sein d’un accord unique, mais une pluralité d’accords. Parmi eux, celui conclu entre les écologistes et les socialistes, objet du septième chapitre, se détache par le temps qui y a été consacré et par son caractère complet. Dès sa conception, la gauche plurielle n’est donc pas une alliance homogène et unie : elle se compose de multiples accords, différents et de natures diverses, et uniquement bilatéraux. Il n’y a ainsi pas de programme commun de la gauche plurielle. Le Parti socialiste est le seul à signer un accord avec tous les membres de la future majorité plurielle, ce qui correspond à son objectif de mettre en avant « sa crédibilité de Parti central de la gauche 674 ». Il conclut notamment un accord avec le PCF, le MDC et le PRS, ce que nous étudierons dans le huitième chapitre. De surcroît, tous les partis ne parviennent pas à s’allier : les Verts ne signent pas d’accord avec les communistes, malgré de longues négociations, tandis que le MDC est le seul autre parti avec lequel les communistes parviennent à s’allier en dehors du PS, deux éléments que nous analyserons dans le neuvième chapitre. Il y a donc une concrétisation ambivalente du processus de rapprochement, en partie en raison de la dissolution qui, en avançant d’un an les élections, l’interrompt. Il faut enfin souligner que cette absence de concrétisation générale et uniforme s’explique aussi par le fait que les frontières de la gauche plurielle n’ont pas été déterminées de manière définitive en amont. Avant les élections législatives de mai et juin 1997, la désignation de la gauche plurielle comme une coalition de gouvernement, unie et indivisible, n’est donc pas évidente, compte tenu de la variabilité des relations et des accords entre les partis de gauche, mais aussi de l’indécision concernant la participation à un possible futur gouvernement.
En savoir plus

263 En savoir plus

Jean-Michel Salanskis. La gauche et l'égalité

Jean-Michel Salanskis. La gauche et l'égalité

Comment les libertariens font-ils de la propriété le prolongement de la personne et dénoncent- ils pour cette raison l ‘Etat–Robin des Bois qui, prenant aux riches pour distr[r]

4 En savoir plus

La gauche et la diversité: une occasion manquée, de nouveau

La gauche et la diversité: une occasion manquée, de nouveau

clairs quant au bilan de la gauche : « Peu de choses ont changé dans la politique d’intégration française par rapport au gouvernement conserva- teur précédent, […] le nouveau gouvernement a encore à tenir ses pro- messes de développer l’aide à l’apprentissage du français pour tous les nouveaux venus, de lutter contre les discriminations à l’école, de promou- voir le droit de vote des étrangers aux élections locales, de mettre en place un permis pluriannuel de séjour, une procédure plus claire vers la résidence permanente 12 et une procédure moins discrétionnaire d’accès à
En savoir plus

11 En savoir plus

Le vote des ouvriers, de l'alignement à gauche à une " droitisation " ?

Le vote des ouvriers, de l'alignement à gauche à une " droitisation " ?

Le vote des ouvriers, de l’alignement à gauche à une « droitisation » ? Depuis un demi-siècle, les comportements électoraux et les attitudes politiques des ouvriers ont connu de profondes transformations. Les ouvriers constituent-ils un monde à part sur la scène politique ? Existe- t-il toujours une spécificité ouvrière ?

6 En savoir plus

Les differentes voies d'abord de l'oreillette gauche

Les differentes voies d'abord de l'oreillette gauche

I N T RO D U C T I O N La situation postérieure, et donc profonde, de l’oreillette gauche par rapport au cœur droit place la valvule auriculo-ventriculaire gauche dans une situation où la qualité de l’accès déter- mine en grande partie la précision du geste chi- rurgical envisagé. L’importance d’une bonne exposition est un principe fondamental de la chi- rurgie. En ce qui concerne la valvule auriculo- ventriculaire gauche, celle-ci est suffisamment déterminante pour qu’à elle seule, elle face l’ob- jet de techniques diverses, qui tirent leur origi- nalité d’une connaissance précise de l’anatomie intracardiaque et permettent d’obtenir une visualisation claire du contenu de l’oreillette gauche en toutes circonstances, qu’il s’agisse de réinterventions multiples, de l’oreillette gauche de petit diamètre ou, paradoxalement, de très grand diamètre, ou des impératifs de l’exposi- tion liés à l’utilisation des minivoies d’abord.
En savoir plus

5 En savoir plus

Légitimité du décubitus latéral gauche systématique

Légitimité du décubitus latéral gauche systématique

Titre et Résumé Le décubitus latéral gauche (DLG) est recommandé aux femmes en fin de grossesse afin de libérer la compression aorto-cave et favoriser le bien-être fœtal. Cependant, d’autres paramètres semblent intervenir. C’est pourquoi, un lien a été envisagé entre la position maternelle spontanée de repos, l’orientation du dos fœtal et l’insertion placentaire en vue d’un bien-être fœtal optimal. Une étude prospective expérimentale a été menée sur 119 patientes en fin de grossesse au centre d’explorations fonctionnelles de Port Royal. Une analyse comparative des RCF a été réalisée en DLG ainsi qu’en position libre. De plus, une étude sur l’orientation du dos fœtal et l’insertion placentaire a été menée. Une prédominance du DLG ainsi que du dos fœtal à gauche est retrouvé. Aucune association n’est démontrée entre ces deux paramètres. Il n’y pas de différence significative du bien-être fœtal si la mère est en DLG ou si elle est en position libre. Il n’y en a pas non plus si le fœtus a le dos du côté du décubitus maternel et qu’il ne repose pas sur le placenta ou dans les autres configurations. Cependant, une augmentation de la pression artérielle maternelle ainsi que de la fréquence cardiaque est retrouvée en position libre. Il semble alors vain de conseiller le DLG systématiquement.
En savoir plus

66 En savoir plus

La classe ouvrière, la gauche et le PCF

La classe ouvrière, la gauche et le PCF

penchait massivement à gauche : 68 % en 1967, 70 % en 1981, soit 22 à 13 points de plus que l’ensemble des électeurs. Or, si le PS et le PCF se voulurent « partis de classe », l’ancrage politique des ouvriers leur était antérieur, à l’instar du clivage gauche/droite issu de la Révolution française. Les modalités et les acquis de celle-ci, puis les temps forts des combats politiques ultérieurs ont érigé le volontarisme en quasi-principe républicain, condition de sa réception dans les milieux populaires auprès desquels la République apparut comme le cadre approprié d’une démocratisation permanente tendue vers l’idéal de bonheur pour le plus grand nombre.
En savoir plus

3 En savoir plus

Tourner la page des convergences à gauche

Tourner la page des convergences à gauche

Ce dernier scénario est aujour- d’hui, sans doute, le moins probable parce que cela impliquerait une dé- faite (ou un reniement) pour la pré- sidence du parti et tous ceux qui l’ap- puient. Mais il n’est pas exclu : la gauche européenne a développé une compétence toute particulière à transformer ses victoires politiques en défaites idéologiques. On vou- drait croire que le PS wallon est im- munisé mais c’est peut-être beau- coup demander. C’est peut-être le moment pour ceux qui, au sein des deux partis, tiennent à la conver- gence des gauches de le faire sa- voir. ■
En savoir plus

3 En savoir plus

Show all 1614 documents...