niveaux d’analyse d’une langue

Top PDF niveaux d’analyse d’une langue:

Production orale des verbes par des apprenants du Français Langue Seconde de différents niveaux : analyse linguistique et psycholinguistique.

Production orale des verbes par des apprenants du Français Langue Seconde de différents niveaux : analyse linguistique et psycholinguistique.

Dans la tâche de reformulation d’actions, les participants non sinophones produisent plus de réponses valides de verbes conventionnels et approximations sémantiques que les participants [r]

260 En savoir plus

2012 : WAWRZYNIAK Anna, Production orale des verbes par des apprenants du Français Langue Seconde de différents niveaux : analyse linguistique et psycholinguistique. Thèse de doctorat, sous la direction de Stacey Callahan et de Bertrand Troadec, Universit

2012 : WAWRZYNIAK Anna, Production orale des verbes par des apprenants du Français Langue Seconde de différents niveaux : analyse linguistique et psycholinguistique. Thèse de doctorat, sous la direction de Stacey Callahan et de Bertrand Troadec, Université de Toulouse.

Dans la tâche de reformulation d’actions, les participants non sinophones produisent plus de réponses valides de verbes conventionnels et approximations sémantiques que les participants [r]

259 En savoir plus

La diversité culturelle entre discours et pratique : une analyse multi-niveaux

La diversité culturelle entre discours et pratique : une analyse multi-niveaux

Yeganeh et Su (2006) nous rappellent que l’approche socio-constructiviste, favorisée par les « Cross-Cultural Studies » a émergé suite aux critiques adressées à des travaux considérés positivistes comme celui effectué par Hofstede (1980) dans son ouvrage Culture’s Consequences. Cette célèbre recherche, comme le décrivent les auteurs, a fait de la culture un élément fondamental dans l’étude d’une organisation (IBM). En effet, Hofstede (1980) a défini un style de management propre à l’organisation selon quatre dimensions « bipolaires » qui découlent de chacun des pays où l’organisation étudiée est établie. Toutefois, afin de mettre en exergue l’efficacité de l’approche socio-constructiviste dans les recherches organisationnelles « cross-culturelles », Yeganeh et Su (2006) ont expliqué que les résultats du travail de Hofstede demeurent limités parce qu’ils ont ignoré des éléments moins constants de la culture comme « la religion, la langue et l’histoire » (p. 365). Ces mêmes auteurs voient que si Hofstede (1980) a pris pour acquis les dimensions nationales, il a ignoré les paramètres culturels en constante mutation et leur renouvellement par les interactions quotidiennes. Ailon-Souday et Kunda (2003) indiquent à ce propos : « Merely the passive embodiment of a
En savoir plus

269 En savoir plus

Quels liens entre accentuation et niveaux de constituance en français ? une analyse perceptive et acoustique

Quels liens entre accentuation et niveaux de constituance en français ? une analyse perceptive et acoustique

Nous nous intéressons plus précisément à la manière dont les frontières et les proéminences ont été perçues dans chaque groupement. En effet, l’objectif de notre étude est de questionner les niveaux de constituance qui sont nécessaires à l’élaboration du phrasé prosodique en français. Nous questionnons notamment l’utilité du niveau du Mot Lexical dans la hiérarchie prosodique de la langue. Directement en lien avec la notion de domaine accentuel, nous tenons également à rendre compte du rôle phonologique de l’accent en français, et plus spécifiquement dans le marquage de la constituance prosodique. Nous remettons par ailleurs en question l’affaiblissement perceptif de l’AF en frontières prosodiques majeures, ainsi que le rôle purement rythmique, secondaire et optionnel de l’AI. Pour répondre à ces questionnements, nous proposons un test de perception composé de 3 tâches expérimentales. Dans les deux premières tâches, proéminences et frontières sont volontairement jugées séparément. Comme nous l’avons mentionné dans notre cadre théorique, le français est traditionnellement caractérisé par un syncrétisme entre la proéminence finale et la frontière prosodique. Il est donc intéressant de pouvoir tester séparément ces deux phénomènes prosodiques pour mieux rendre compte du rôle de chacun dans le marquage de la constituance. De la même manière, l’idée de juger la mise en relief de toutes les syllabes du syntagme dans la tâche de proéminence, vise à mieux distinguer les syllabes accentuées par rapport aux syllabes inaccentuées, toujours dans le but d’interpréter plus distinctement le rôle et les fonctions des proéminences initiales et finales en français, mais aussi à mieux délimiter la position de l’AI, traditionnellement considérée comme variable. Enfin, la troisième tâche de groupement sert plus spécifiquement à questionner les stratégies du phrasé prosodique : comment les auditeurs ont-ils découpé le flux de parole en groupes de mots ? Cette dernière tâche représente par ailleurs le point de départ de notre travail d’exploration. Nous supposons en effet que les auditeurs segmentent le flux de parole en groupements (en référence à l’analyse en
En savoir plus

439 En savoir plus

La coopération dans les interactions en classe de langue : analyse de deux groupes-classes de niveau hétérogène

La coopération dans les interactions en classe de langue : analyse de deux groupes-classes de niveau hétérogène

Conclusion générale Le « voyage » que nous venons de faire a imposé plusieurs arrêts. Un premier arrêt a été indispensable pour cerner les principes de la coopération. A cette fin, nous nous sommes appuyé sur des lectures notamment en sciences de l’éducation qui ont mis en évidence la diversité terminologique au sujet de la coopération dans l’enseignement. Cette première étape nous a permis de définir la coopération dans la classe comme un enchainement d’actions, involontaires ou souhaitées, d’un collectif qui y prend part. De ce fait, elle comprend, dans un but d’apprentissage, non seulement les réalisations de l’enseignant mais aussi celles des apprenants. Dans un cadre d’enseignement, la coopération nécessite ainsi une symbiose entre l’agir de l’enseignant et les actions des apprenants. L’idée de complémentarité s’est aussi manifestée dans le deuxième chapitre, où nous avons analysé la coopération sous l’angle des interactions en classe de langue. Cette étape a révélé que des liens coopératifs pouvaient apparaitre indépendamment du degré de connaissances des acteurs d’une classe. Nous avons appris que l’équilibre des savoirs n’était pas une condition sine qua non de la coopération. En effet, une disposition à un agir coopératif se manifeste aussi lors des interactions entre des acteurs de niveaux différents et dans plusieurs directions. Un autre élément que nous avons soulevé est que la coopération est un phénomène pluriel qui se nourrit des hétérogénéités de la classe. Durant les actions à plusieurs, l’enseignant et les apprenants sont amenés à occuper des rôles interactifs interdépendants et divers.
En savoir plus

144 En savoir plus

Analyse de vidéos en langue des signes : méthodes et stratégies

Analyse de vidéos en langue des signes : méthodes et stratégies

118 Route de Narbonne, 31062 Toulouse cedex 9 lefebvre@irit.fr, dalle@irit.fr R´esum´e Les langues des signes (LS) sont les formes les plus abou- ties de communication gestuelle. Leur analyse automatique constitue donc un r´eel d´efi qui implique de prendre en compte leur organisation aux niveaux lexical et syntaxique. Cet article pr´esente dans un premier temps les sp´ecificit´es des langues des signes pour montrer la difficult´e d’un trai- tement automatique de vid´eos en LS. Nous montrons com- ment des contraintes propres aux LS peuvent ˆetre int´egr´ees `a un syst`eme de suivi des mains et de la tˆete dans les vid´eos pour le rendre plus robuste et comment les r´esultats du suivi peuvent ˆetre int´egr´es dans un mod`ele de plus haut niveau rendant compte de l’organisation spatiale des LS.
En savoir plus

8 En savoir plus

Analyse des sentiments et des émotions de commentaires complexes en langue française

Analyse des sentiments et des émotions de commentaires complexes en langue française

Chapitre 5 Le chapitre 5 c’est un chapitre extra qui n’était prévu au départ. Ce chapitre naît depuis une expérience et une collaboration avec un centre de recherche étranger (le Conseil National de Recherche du Canada – C-NRC). Dans ce chapitre on reprend la discussion entre émotion et sentiment qu’on avait abordé dans l’introduction. J’ai eu l’occasion de pouvoir tester un lexique qui est indépendant de la langue et de la culture d’origine. Ce lexique s’appelle NRC VAD lexicon et son nom vient de Valence (en français « polarité »), Arousal (en français « excitation »), Dominance (en français « dominance »). Ce lexique est normalement utilisé pour détecter les niveaux de ces trois valeurs entre une personne et une autre personne, ou situation. Il peut être utilisé pour comprendre comment une personne réagit par rapport à une situation ou à la présence d’une personne. Dans le cas de cette thèse on a utilisé ce lexique afin de détecter les différents niveaux de valence mais surtout excitation et dominance, entre le corpus des livres et le corpus de films et pouvoir donc répondre à la question qu’on avait déjà posé pendant le chapitre 3 : est-ce que les évaluateurs des films sont différents par rapport aux évaluateurs des livres ? Pour l’instant il semble qu’il n’y a pas de différences substantielles.
En savoir plus

140 En savoir plus

Analyse contrastive français-japonais du discours en langue de spécialité - modalité et définition phrastique

Analyse contrastive français-japonais du discours en langue de spécialité - modalité et définition phrastique

92 5-3-1-2. Politesse La phrase comporte principalement deux niveaux de politesse : neutre et poli. La forme neutre (常体) est généralement utilisée à l’écrit. La forme polie (敬体) n’exprime pas toujours la politesse elle-même ; elle est surtout usitée dans la langue parlée. À l’écrit, la forme polie est également possible. Dans ce cas, que l’on rencontre souvent dans les textes tels que des interviews ou des notices pour les clients, le ton devient intime et léger. La politesse est construite souvent au niveau du verbe. Les deux formes, la forme polie et la forme neutre se conjuguent différemment. Ex. 2 est exprimé en effet à la forme polie. Ex. 3 pour la même signification est à la forme neutre :
En savoir plus

312 En savoir plus

Analyse formelle d'exigences en langue naturelle pour la conception de systèmes cyber-physiques

Analyse formelle d'exigences en langue naturelle pour la conception de systèmes cyber-physiques

De nombreuses questions se posent alors, en particulier pour le traitement des énoncés ambigus. L’interaction entre le programme et l’utilisateur est une première réponse. Nous pourrions imaginer que le système propose plusieurs variantes pour l’énoncé. Cependant, cela demanderait un pré-requis important pour l’usage de l’outil, à savoir la maîtrise du langage formel utilisé. Cette solution ne serait pas satisfaisante sous cette forme. Il serait donc intéressant de travailler sur le cheminement inverse, c’est-à-dire le passage d’une représentation formelle vers un énoncé en langue naturelle intelligible. Nous pourrions d’ailleurs pousser la réflexion sur le développement de l’interaction. La théorie de la représentation du discours pourrait être une source d’inspiration. L’idée serait la suivante : l’analyse de l’énoncé permet de construire une première représentation avec un certain niveau d’ambiguïté ; les interactions du système avec l’utilisateur conduisent à la mise à jour de cette représentation, qui est validée lorsqu’il n’y a plus d’ambiguïté.
En savoir plus

14 En savoir plus

Parcellisation et analyse multi-niveaux de données IRM fonctionnelles. Application à l'étude des réseaux de connectivité cérébrale.

Parcellisation et analyse multi-niveaux de données IRM fonctionnelles. Application à l'étude des réseaux de connectivité cérébrale.

R´esum´e Durant les derni`eres d´ecennies, l’IRM fonctionnelle a permis de cartographier les diff´erentes fonc- tions c´er´ebrales et, plus r´ecemment, d’identifier les r´eseaux fonctionnels qui d´ecrivent les interactions qui peuvent s’´etablir entre r´egions c´er´ebrales, proches ou distantes, lors de l’ex´ecution d’une tˆache cognitive. Pour identifier ces r´eseaux, une strat´egie r´ecente repose sur une parcellisation pr´eliminaire du cerveau en r´egions fonctionnellement homog`enes, puis sur l’identification des r´eseaux fonctionnels significatifs depuis une mesure des interactions entre l’ensemble des r´egions. Ainsi, la premi`ere partie de cette th`ese propose une nouvelle m´ethode de parcellisation du cerveau en r´egions fonctionnellement homog`enes. La m´ethode propos´ee est exploratoire et multi-niveaux : elle fournit plusieurs niveaux de parcellisation, et nous avons montr´e que les r´egions d´efinies par notre m´ethode se superposent de mani`ere satisfaisante aux structures anatomiques du cortex. Dans la deuxi`eme partie de la th`ese, nous avons propos´e une m´ethode originale d’identification des r´eseaux fonctionnels. L’approche d´evelopp´ee permet la significativit´e des r´eseaux ´etant donn´e leur taille et le seuil utilis´e pour leur d´etection. Une telle approche permet de d´etecter des r´eseaux de faible taille qui impliquent des liens tr`es significatifs, et ´egalement des r´eseaux plus grands impliquant des liens moins significatifs. Enfin, nous avons d´evelopp´e une approche permettant de classer les r´eseaux obtenus, de mani`ere `a r´ealiser une ´etude de groupe. L’information disponible sur l’ensemble des sujets permet alors de d´efinir des classes qui synth´etisent les caract´eristiques des r´eseaux les plus partag´es au sein d’une population de sujets.
En savoir plus

163 En savoir plus

La langue de l'Apollon de Delphes : analyse linguistique, poétique et systématique des recueils d'oracles

La langue de l'Apollon de Delphes : analyse linguistique, poétique et systématique des recueils d'oracles

Le premier, Amandry, écrit en 1950 une œuvre sur le fonctionnement de l’oracle de Delphes, augmentée en annexe d’un recueil de textes relatifs aux oracles (oracles, inscriptions, textes d’auteurs). Il y pose des questions d’actualité, notamment sur la figure controversée de la Pythie, dont il remet en cause l’inspiration qu’il juge contestable et dont il rend responsable la propagande chrétienne (1950 : 48 et 49, note de bas de page) : « C’est probablement dans le vocabulaire de la philosophie platonicienne qu’il faut chercher l’origine des thèmes chrétiens sur le désordre mental de la Pythie. […] il était aisé aux Chrétiens de présenter comme des déments, frappés d’aberration mentale, ces prophètes presque inconscients qui "privés de raison", "hors d’eux-mêmes", débitaient comme des automates des mots qu’ils ne comprenaient pas. » Il ne fait pour lui aucun doute que s’impose comme une forme d’autorité intellectuelle et religieuse ce que l’on appelle la mantique inspirée : cette pratique divinatoire en effet entretient des liens à la fois avec les modes d’intelligence, de raisonnement et avec les émotions, les états d’âme psychologiques de l’être humain (1950 : 46) : « À l’homme dans son bon sens, prétendant expliquer la nature des choses par les seules ressources de la raison et de la science (σώφρων, ἔμφρων, τεχνικός), s’oppose l’homme doué, par la grâce divine, de la faculté d’intuition (ἔκφρων, ἄφρων, μανείς, ἔνθεος). Dans cet état privilégié, l’âme en proie à la μανία se ressouvient de la réalité qu’elle a contemplée dans un autre monde, elle pénètre dans le domaine de la Beauté et de l’Idée. » Se définit ainsi l’image d’un sanctuaire qui sort du lot comme un haut lieu inspiré de l’esprit. La question des oracles rendus à Delphes est traitée en relation avec la mentalité des Grecs attirés par l’énigme, les mystères, les apories et les charades. Dans la lignée de Bouché-Leclercq et de Burkert, Amandry associe Apollon et Dionysos en se fondant sur des témoignages à la fois littéraires et archéologiques, la présence du tombeau de Dionysos dans l’adyton, l’existence des deux frontons, celui de l’est dédié à Apollon, celui de l’ouest à Dionysos. Mais aucune question n’est posée à propos de la langue des oracles.
En savoir plus

536 En savoir plus

Analyse multi-niveaux en biologie systémique computationnelle : le cas des cellules HeLa sous traitement apoptotique

Analyse multi-niveaux en biologie systémique computationnelle : le cas des cellules HeLa sous traitement apoptotique

le nombre d’expériences in vivo. Modélisation Multi-échelle Notre objectif est de faire un modèle in silico qui représente fidèlement l’effet des concentrations protéiques internes sur des traitements tumoraux successifs. Deux niveaux différents doivent être considérés: Au niveau tissu- laire, le modèle doit prendre en compte la croissance naturelle de la tumeur et le traitement détruisant une fraction de la tumeur. Au niveau cellu- laire, le modèle doit représenter avec précision les concentrations des pro- téines dans la cellule et le devenir de la cellule après traitement. Il doit y avoir une identification claire de la mort de la cellule. Il a été montré que le clivage de PARP est un bon identificateur du processus d’apoptose [MF91, NDB+97, DNM+97]. Nous utiliserons donc une forte concentration de PARP clivé comme indicateur que la cellule est morte, comme utilisé par [BSDB14].
En savoir plus

112 En savoir plus

La demande d'aide à domicile est-elle sensible au reste-à-charge : une analyse multi-niveaux sur données françaises

La demande d'aide à domicile est-elle sensible au reste-à-charge : une analyse multi-niveaux sur données françaises

R´ esum´ e L’objet de cet article est le calcul de l’´elasticit´e-prix de la demande d’aide `a domicile des personnes ˆag´ees d´ependantes. En France, une allocation `a destination des personnes ˆag´ees d´ependantes, appel´ee Allocation Personalis´ee d’Autonomie (APA), a ´et´e mise en place en 2001. Cette allocation consiste en une solvabili- sation partielle de la demande d’aide `a domicile. Dans la plupart des cas, lorsqu’ils ont recours `a de l’aide professionnelle `a domicile les b´en´eficiaires de l’APA doivent payer un reste-`a-charge. Il d´epend de la poli- tique du d´epartement de r´esidence du b´en´eficiaire, du producteur d’aide `a domicile choisi et enfin du revenu mensuel de la personne ˆag´ee d´ependante. Cette variation dans les reste-`a-charge permet une identification ´econom´etrique de l’´elasticit´e-prix. Afin de r´ealiser cette estimation j’utilise deux bases de donn´ees et `a je les apparie : l’enquˆete “Territoire” qui porte sur les pratiques d´epartementales de mises en oeuvre de l’APA et l’enquˆete “HSM” qui fournit des informations socio-´economiques, de sant´e et de consommation d’aide des individus. Ceci permet d’approximer un reste `a charge individuel, c’est `a dire un prix net individuel de l’aide professionnelle `a domicile. J’estime un mod`ele multi-niveaux `a effets mixtes et obtiens une valeur de -0,15 pour l’´elasticit´e-prix de la demande d’aide formelle au point moyen.
En savoir plus

36 En savoir plus

Analyse de la variabilité interannuelle de séries temporelles des niveaux d'eau souterraine dans trois régions du Canada

Analyse de la variabilité interannuelle de séries temporelles des niveaux d'eau souterraine dans trois régions du Canada

Unsing composite analysis, Fleming and Quilty (2006) revealed linkages between ENSO and precipitation records in the lower Fraser Valley of British Columbia even tho[r]

68 En savoir plus

Quel dispositif pour l’activité de l’exposé ? Analyse des interactions verbales en classe de langue

Quel dispositif pour l’activité de l’exposé ? Analyse des interactions verbales en classe de langue

Ceci dit, nous avons fait le choix de travailler avec cette catégorie d’apprenants, au lieu d’une autre, dans la mesure où nous obtenons au final des enregistrements d’apprenants de langue étrangère. L’intérêt porté à cette dernière est lié aux attentes et aux besoins que peuvent manifester ces apprenants à la langue française ; celle-ci est perçue comme un moyen de communication et un moyen de découverte de la culture, que ce soit celle de la société spécifique à la langue (à travers les œuvres littéraires) ou celle de l’apprenant qui l’emploie (à travers des thématiques qui traitent de sujets sociaux). Ceci dit, ils s’intéressent à sa culture pour un besoin lié aux objectifs de l’activité et finissent par répondre aux objectifs que nous nous sommes fixés d’atteindre, à savoir l’exploitation des séquences interactives pour une analyse des données à partir d’un certain nombre de critères, dont les thématiques traités dans les échanges.
En savoir plus

338 En savoir plus

Niveaux de motivation (amotivation, extrinsèque, intrinsèque) et orientation (instrumentale et intégrative) en anglais, langue seconde chez des collégiens au Cégep de Rimouski

Niveaux de motivation (amotivation, extrinsèque, intrinsèque) et orientation (instrumentale et intégrative) en anglais, langue seconde chez des collégiens au Cégep de Rimouski

Le premier objectif a pour but d'identifier les niveaux des différents types de motivation (l'amotivation, la motivation intrinsèque et la motivation extrinsèque), l[r]

115 En savoir plus

Analyse de la propagation des incertitudes et données agrégées en analyse du cycle de vie : évaluation et prise en compte de différents niveaux de corrélations

Analyse de la propagation des incertitudes et données agrégées en analyse du cycle de vie : évaluation et prise en compte de différents niveaux de corrélations

CHAPITRE 1 INTRODUCTION 1.1 Contexte Toute mesure vient nécessairement avec une incertitude. Cette incertitude doit être prise en compte dans l’interprétation des mesures, en particulier dans le domaine du développement durable, celui qui sera étudié ici. Lorsque des informations portant sur des résultats d’impacts environnementaux sont communiquées, il faut être conscient que ces données présentent une incertitude et que les conclusions qui vont être tirées en dépendent directement. L’étude réalisée portera plus précisément sur l’incertitude des résultats issue de la méthode de l’ACV. Cette méthode permet d’évaluer les impacts d’un produit, d’un procédé ou d’un service en considérant l’intégralité de son cycle de vie. L’ACV se base sur la mesure des entrants et sortants des procédés qui composent un cycle de vie. Par la suite la manière dont ces différents procédés font appel les uns aux autres est représentée sous la forme d’un graphe. À l’aide de ce modèle ACV il est possible d’obtenir des résultats sur les impacts environnementaux du cycle de vie d’un produit analysé. Nous nous intéresserons ici à la propagation des incertitudes à travers le modèle de l’analyse de cycle de vie. Plus précisément, nous cherchons à connaître les incertitudes des impacts d’un cycle de vie complet à partir des incertitudes des impacts des processus isolés et les incertitudes sur la manière dont ils sont liés les uns aux autres. Les incertitudes en ACV apparaissent à de multiples niveaux. Tout d’abord les valeurs corres- pondant aux émissions ou aux interactions mesurées sont stockées dans des bases de données et présentent une certaine incertitude liée à la qualité des mesures (localisation, instruments, variabilité . . . ). Ensuite lors de la construction du modèle représentant les interactions des processus dans le cycle de vie su système, les choix méthodologiques ou de données sont aussi sources d’incertitudes. Les hypothèses sur les corrélations entre tous les flux et les procédés intervenants dans un cycle de vie sont au cœur de l’étude.
En savoir plus

102 En savoir plus

Expositions aux niveaux sonores élevés de la musique : recommandations sur les niveaux acceptables

Expositions aux niveaux sonores élevés de la musique : recommandations sur les niveaux acceptables

Ce rapport concerne uniquement les effets auditifs de niveaux sonores élevés. Les expositions aux niveaux sonores élevés peuvent également avoir des effets extra-auditifs physiologiques et psychologiques. Les données scientifiques sur les effets physiologiques extra-auditifs portent essentiellement sur des effets cardiaques, circulatoires et de stress. Les données scientifiques sont nombreuses mais restent contradictoires ; lorsque des effets délétères sont observés, ils sont assez faibles et il est impossible d’assurer qu’ils sont la conséquence des expositions et non d’autres facteurs associés. Par contre, des effets psychologiques semblent clairement établis sur l’attention et les performances cognitives. En accord avec les données scientifiques, les normes internationales ont défini un seuil de dangerosité de 85 dB A pendant 8 heures qui, selon la règle d’égale énergie, associe une augmentation du niveau acoustique acceptable à des diminutions du temps d’exposition. Par exemple, si le temps d’exposition est divisé par deux, le niveau acceptable peut être doublé, c'est-à-dire augmenté de 3 dB, on obtient ainsi 88 dB A pour 4 heures, 91 dB A pour 2 heures, 94 dB A pour 1 heure, 100 dB A pour 15 minutes… Selon ce même principe des sons très brefs (impulsionnels), de quelques fractions de secondes, mais de très forte intensité sonore comme les bruits d’explosion, sont aussi dangereux. Dans la réalité, les niveaux sonores sont le plus souvent fluctuants et pour cette raison les mesures acoustiques sont couramment moyennées sur quelques minutes. Or, un son ayant un niveau moyen acceptable mesuré sur quelques minutes peut contenir des sons impulsionnels dangereux. C’est pourquoi des mesures complémentaires de niveaux crête sont associées aux mesures de ce niveau moyen. Il est d’usage depuis des décennies d’utiliser une courbe de pondération en basses fréquences des niveaux acoustiques mesurés qui correspond bien à la sensibilité et à la fragilité de l’oreille : c’est la pondération A, qui s’exprime en dB A. Il est aussi important de conserver l’usage de mesurer avec une pondération plate pour toutes les fréquences, comme la pondération C, exprimée en dB C.
En savoir plus

37 En savoir plus

Une analyse didactique et épistémique en termes de "jeux" (De l'action conjointe pour analyser la pratique de la langue)

Une analyse didactique et épistémique en termes de "jeux" (De l'action conjointe pour analyser la pratique de la langue)

pour eux, ça, c'est… C'est une question diablement intéressante. » Nous pouvons en effet nous interroger sur le sens d’une action conjointe lorsque le professeur surplombe trop les transactions en soustrayant le but/la finalité du jeu. Est-il possible de jouer au jeu didactique si le gain du jeu n’est pas clairement identifiable pour les élèves ? Peut-on ainsi gagner le jeu didactique ? Certes, des réponses attendues font gagner des jeux d’apprentissages, mais nous n’observons pas de construction en « jeu second ». On ne secondarise pas les activités scolaires du jeu d’apprentissage. L’élève joue le jeu pour jouer le jeu, semble-t-il, sans le gain espéré d’apprentissage ou alors avec un « faible gain ». Pourtant, le gain d’apprentissage nous paraît relever idéalement dans la capacité à raisonner la langue, à favoriser une réflexion critique sur les phénomènes de la langue afin d’élaborer sa grammaire (Clauzard, 2014). C’est savoir examiner les points de divergence, de concordance ou d’achoppement tout comme les régularités et les irrégularités qui appartiennent à la langue, pour mieux s’en emparer.
En savoir plus

16 En savoir plus

Les repères culturels dans les ensembles didactiques en français langue d'enseignement au primaire : analyse descriptive

Les repères culturels dans les ensembles didactiques en français langue d'enseignement au primaire : analyse descriptive

Dans le deuxième chapitre, le cadre conceptuel sera l’occasion de présenter la recension d’écrits liés au concept de culture, tant en ce qui concerne la culture scolaire que la culture p[r]

162 En savoir plus

Show all 10000 documents...