Modèles de la structure à terme

Top PDF Modèles de la structure à terme:

Trois modèles de structure par terme des prix du pétrole : une comparaison

Trois modèles de structure par terme des prix du pétrole : une comparaison

R ESUME 2 : La présentation de la théorie du stockage et de la notion de convenience yield permet d’exposer les fondements théoriques des modèles de structure par terme des prix des commodités. Ces derniers peuvent être utilisés pour réaliser des opérations de couverture ou dans le cadre de stratégies d’investissement (section 2). Trois modèles de structure par terme des prix des commodités sont ensuite présentés. Chacun repose sur une hypothèse différente quant au comportement dynamique du convenience yield : celui-ci est successivement supposé constant, avoir un comportement de retour vers une valeur moyenne, ou un comportement asymétrique (section 3). Les simulations réalisées à partir de ces modèles montrent que l’introduction d’une seconde variable d’état accroît le réalisme du modèle. Par ailleurs, elles permettent de souligner deux difficultés associées à l’application de ces modèles : les variables d’état auxquelles ils se réfèrent ne sont pas observables, et le nombre de paramètres à estimer est conséquent (section 4).
En savoir plus

41 En savoir plus

Une méthode d'inférence bayésienne pour les modèles espace-état affines faiblement identifiés appliquée à une stratégie d'arbitrage statistique de la dynamique de la structure à terme des taux d'intérêt

Une méthode d'inférence bayésienne pour les modèles espace-état affines faiblement identifiés appliquée à une stratégie d'arbitrage statistique de la dynamique de la structure à terme des taux d'intérêt

With respect to pennutation invariance, Loken (2004) writes "The likelihood and posterior distributions for these models have sorne peculiar properties, and at the very l[r]

182 En savoir plus

Structure et modèles élémentaires de la firme :une approche hypothético-déductive à partir des insights de John R. Commons

Structure et modèles élémentaires de la firme :une approche hypothético-déductive à partir des insights de John R. Commons

9 « La société économique est un complexe changeant de personnalités, de principes (politiques) et d’organisations qui sont inséparables en fait et sont unifiés dans le concept de going concern. C’est à cette complexité à l’intérieur d’un telle organisation que nous donnons le nom de politique (politics), de manière à la distinguer des simplismes antérieurs de la théorie économique dont le terme « individualisme » rend bien compte» (1934, p. 751). « A la place d’individus égaux nous avons les personnalités largement différentes des dirigeants et des dirigés, des patrons et des patronnés, des représentants officiels et des personnes privées représentées. Au lieu de la précédente hypothèse simpliste que chaque individu égal recherche son propre intérêt, nous avons des principes largement différents et conflictuels à partir desquels des individus inégaux recherchent un intérêt commun. Au lieu d’individus au comportement non régulé, nous avons des hiérarchies qui les régulent. Le tout de cette activité complexe est la politique » (ibid.).
En savoir plus

21 En savoir plus

Une structure de découpe efficace pour l'affichage de grands modèles B-Rep

Une structure de découpe efficace pour l'affichage de grands modèles B-Rep

la carte graphique, très performante, pour accélérer la clas- sification d’un grand nombre de fragments, pour les objets rapprochés. Nous avons testé cette dernière méthode pour les sur- faces planes. Nos travaux se poursuivent pour dégager un algorithme plus général pour traiter tous les types de sur- faces support. En particulier, les cylindres, cones et autres surfaces typiquement tesselés en [1, n] subdivisions peuvent voir leur performance réduite à l’affichage si l’algorithme est mal configuré, dans certaines circonstances. Nos tests mon- trent que le fait que le facteur de tessellation doive toujours être être aligné sur une puissance de deux n’est pas tou- jours profitable en terme de performances si nous ne pou- vons pas estimer d’une manière fiable le nombre de frag- ments générés pour une primitive suffisamment tôt dans le pipeline de rendu. Une heuristique pourrait être trouvée pour déterminer les facteurs de tessellation optimaux pour une surface dans un contexte dépendant de la vue, de sorte que, globalement, la classification de la surface soit la plus effi- cace possible, en prenant en compte le nombre de fragments et la complexité effective du quadtree. Notre méthode peut également être appliquée avec de la tessellation par subdivi- sion – le quadtree se prêtant fort bien à cet exercice. Il est également envisageable d’adapter l’algorithme de sorte que davantage de triangles puissent être rapidement classifiés, et non pas seulement ceux contenus dans l’enceinte d’un seul nœud du quadtree.
En savoir plus

11 En savoir plus

Tests d'ajustement reposant sur les méthodes d'ondelettes dans les modèles ARMA avec un terme d'erreur qui est une différence de martingales conditionnellement hétéroscédastique

Tests d'ajustement reposant sur les méthodes d'ondelettes dans les modèles ARMA avec un terme d'erreur qui est une différence de martingales conditionnellement hétéroscédastique

Comme mentionné précédemment, la classe des modèles ARMA dans sa forme la plus générale suppose que le terme d’erreur est simplement non-corrélé. De ce point de vue, supposer un bruit blanc iid peut être considéré comme une supposition assez restrictive. D’un autre côté, on peut se demander l’importance ou la pertinence de permettre une structure de dépendance plus générale sur le bruit, car supposer seulement un bruit blanc non-corrélé est tellement général que cela complique l’étude asymptotique (l’hypothèse d’indépendance simplifie l’obtention des résultats théoriques) ainsi que la mise en œuvre pratique (des échantillons plus grands sont nécessaires afin d’estimer les différentes quan- tités avec précision). Cependant, les applications économiques suggèrent que plusieurs séries chronologiques financières ou économiques comme les rendements des actions et les taux de change ne sont pas corrélées, mais ne sont pas indépendantes.
En savoir plus

108 En savoir plus

Anticipations, prime de risque et structure par terme des taux d'intérêt: une analyse des comportements d'experts

Anticipations, prime de risque et structure par terme des taux d'intérêt: une analyse des comportements d'experts

d’état. Enfin, nous avons testé l’hétéroscédasticité des υ ˆ en utilisant la procédure de test proposée t par Harvey (1992) ; il ressort de la valeur de la statistique hH que l’hypothèse nulle d’homoscédasticité n’est rejetée pour aucun des modèles A et B. L’ensemble de ces résultats confèrent aux résidus υ ˆ les bonnes propriétés statistiques attendues, que les anticipations soient t exogènes ou endogènes. On se limitera désormais à discuter en détail les résultats du modèle à

34 En savoir plus

Un modèle de structure par terme des prix des matières premières avec comportement asymétrique du rendement d'opportunité

Un modèle de structure par terme des prix des matières premières avec comportement asymétrique du rendement d'opportunité

suffisamment éloignées l’une de l’autre. Ils doivent de plus être suffisamment échangés pour être considérés comme évalués en l’absence d’opportunité d’arbitrage. L’exposé de ce premier point permet de souligner une seconde difficulté liée à l’application empirique des modèles de structure par terme des prix des matières premières. Cette difficulté provient du caractère non observable des variables d’état utilisées. Comme cela vient d’être évoqué, le rendement d’opportunité ne correspond à aucun actif réellement échangé. De plus, dans la plupart des marchés de matières premières, il n’existe pas de séries statistiques fiables pour le prix au comptant. L’introduction de ces deux variables dans un modèle de structure par terme nécessite donc le choix d’une méthode de reconstitution de séries de données temporelles. Fréquemment, le prix au comptant est identifié au prix à terme rapproché, tandis que le rendement d’opportunité net des coûts de stockage est estimé, à une date t, à partir de la relation entre prix au comptant et prix à terme issue du modèle de Brennan et Schwartz (1985) 12 . Ce sont cependant des approximations, et des méthodes plus précises peuvent être requises pour améliorer les performances du modèle. Schwartz (1997) utilise par exemple un filtre de Kalman simple pour reconstituer les séries de prix au comptant et de rendement d’opportunité.
En savoir plus

32 En savoir plus

Simulations de l'adsorption des ions dans des carbones poreux modèles pour étudier les relations structure-performance dans les supercondensateurs

Simulations de l'adsorption des ions dans des carbones poreux modèles pour étudier les relations structure-performance dans les supercondensateurs

l’atome i, ψ i ({q j }) est le potentiel ressenti par l’atome i dˆ u ` a tous les ions de l’´ electrolyte et tous les atomes constituant l’´ electrode, l’avant-dernier terme d´ ecrit l’interaction de la fonction gaussienne avec elle-mˆ eme et le terme ψ 0 correspond au potentiel appliqu´ e. L’importance de mod´ eliser l’´ electrode de mani` ere polarisable r´ eside dans la distribu- tion inhomog` ene et fluctuante des charges port´ ees par les atomes de carbone au cours de la simulation. Cette inhomog´ en´ eit´ e vient du fait que chaque charge atomique d´ epend de la configuration de l’´ electrolyte ` a proximit´ e en plus du potentiel appliqu´ e. Au del` a de la caract´ erisation des fluctuations pour un potentiel donn´ e, l’approche potentiel constant permet de simuler les dynamiques de charge et d´ echarge au sein des supercondensa- teurs. Plusieurs ´ etudes ont compar´ e les simulations ` a charge constante et ` a potentiel constant [ 90 – 92 ]. Celles-ci ont permis de mettre en ´ evidence des diff´ erences notables dans certains cas. La figure 2.5 illustre l’impact de ces deux types de simulation sur la dy- namique de migration de l’´ electrolyte en partant d’une mˆ eme configuration initiale. En g´ en´ eral, les simulations ` a charge constante acc´ el` erent le processus de charge et forcent les ions de l’´ electrolyte ` a compenser les charges port´ ees par les atomes de carbone. Dans le cas des simulations ` a potentiel constant, la dynamique de charge du syst` eme est progres- sive et plus proche de la r´ ealit´ e physique. Il est possible d’extrapoler les temps de charges observ´ es ` a l’´ echelle microscopique pour comparer avec les exp´ eriences [ 93 ]. L’application d’une charge constante a ´ et´ e utilis´ ee par le pass´ e pour atteindre rapidement la configura- tion d’´ equilibre mais les conditions non r´ ealistes en particulier la temp´ erature tr` es ´ elev´ ee atteinte au cours de ce type de simulation peut conduire ` a des r´ esultats non r´ ealistes [ 66 ]. Ceci est donc ` a ´ eviter.
En savoir plus

119 En savoir plus

Structure et dynamique de substances humiques et polyélectrolytes modèles en solution

Structure et dynamique de substances humiques et polyélectrolytes modèles en solution

Dans ce concept de stockage à barrières multiples, le milieu géologique constitue la dernière barrière. Chacune d’elles contribue à éviter la dispersion des matières radioactives dans l’en- vironnement pour une durée en principe suffisante à la décroissance de la majeure partie de la radioactivité. De plus, les radioélements présents seront toujours chimiquement toxiques même après leur cycle de desintégration radioactif. En particulier, le milieu géologique doit garantir le confinement à long terme (supérieur à 100 000 ans). Cependant, on peut noter que la loi de pro- gramme de 2006 prévoit que l’installation devra être réversible pendant une durée d’au moins 100 ans. Par ailleurs, les alvéoles de stockage seront construites progressivement. La concep- tion de l’installation prend en compte la possibilité de modifier les concepts de stockage au fur et à mesure des progrès techniques et/ou scientifiques. Enfin, la gestion réversible du stockage impliquera la mise en place de dispositifs d’observation et de suivi des ouvrages souterrains.
En savoir plus

171 En savoir plus

Quantification de l'incertitude sur la structure latente dans des modèles de Markov cachés

Quantification de l'incertitude sur la structure latente dans des modèles de Markov cachés

comporte deux inconv´enients majeurs : comme nous le montrons par la suite, l’incertitude sur les ´etats associ´ee `a ces profils conduit `a une perception surestimant l’incertitude globale sur S sachant X = x ; de plus la visualisation de ces profils est probl´ematique pour des graphes G quelconques, hormis le cas K = 2. Notre approche consid`ere l’entropie H comme la mesure canonique de l’incertitude ; ainsi H(S|X = x) quantifie l’incertitude sur les ´etats cach´es sachant les observations. Notre approche vise `a d´ecomposer cette quantit´e comme une somme d’entropies dont chaque terme correspond `a un sommet de V, et qui peut donc s’interpr´eter comme une contribution locale `a l’incertitude globale. Du fait du caract`ere univari´e de ces profils, ils peuvent ˆetre visualis´es sur des graphes G quelconques.
En savoir plus

7 En savoir plus

Elastomères renforcés modèles : effet de la physico-chimie d'interface à structure constante sur les propriétés viscoélastiques

Elastomères renforcés modèles : effet de la physico-chimie d'interface à structure constante sur les propriétés viscoélastiques

Modèle cluster-cluster agregation (CCA) Le modèle CCA [32, 33, 34, 35, 36] se base le fait que le réseau est formé cinétiquement par l’agrégation de clusters. Les clusters peuvent bouger autour de leur position d’équilibre. La longueur de fluctuation est comparable à la longueur de fluctuation dans l’élastomère. Lorsque des agrégats se rencontrent ils se collent irréversiblement entre eux. Ils forment ainsi un réseau d’agrégats au travers de l’échantillon lorsque la concentration est suffisante. A faible concentration cela crée des zones de clusters agrégés n’interagissant pas entre elles. Lorsque qu’ils effectuent le calcul il leur est nécessaire d’introduire une couche de polymère à la surface de la particule. Ils parlent alors de couche vitreuse. Cependant il ne vont pas plus loin dans l’interprétation de cette couche vitreuse et corrige leur équation en introduisant un terme constant qui leur permet de corriger la fraction solide.
En savoir plus

197 En savoir plus

Cycle économique et modélisation de la structure à terme du spread CDS : implémentation de la simulation de Monte Carlo au modèle dynamique de Nelson-Siegel

Cycle économique et modélisation de la structure à terme du spread CDS : implémentation de la simulation de Monte Carlo au modèle dynamique de Nelson-Siegel

Plusieurs travaux investiguent sur le lien entre le spread CDS et les conditions macroéconomiques, mais leurs approches ne permettent pas d’estimer ni de prévoir la structure à terme du spread CDS. En général, leurs modèles se focalisent sur les déterminants du spread CDS de maturité 5 ans. Alexander et Kaeck (2008) utilisent un modèle à changement de régime Markovien pour montrer que l’indice iTraxx Europe CDS est régime dépendant. L’indice se comporte différemment en période volatile et en période tranquille. Tang et Yan (2009) analysent l’interaction entre le risque de marché et le risque de crédit mesuré à l’aide du spread CDS. Ils trouvent que le spread CDS en moyenne baisse avec le taux de croissance du PIB, mais augmente avec la croissance de la volatilité du PIB. Jang et al. (2013) développent un modèle structurel pour conclure que le cycle économique influence le spread CDS. L’état courant de l’économie dans leur modèle est déterminé par la probabilité lissée (Hamilton, 1989), l’économie est en expansion si cette probabilité est supérieure à 0.5 sinon l’économie est en récession. Kim et al. (2015) utilisent la prime de risque espérée du marché comme proxy du cycle économique pour analyser son impact sur le changement des spreads CDS. Leurs résultats montrent que le cycle économique explique à 68 % le changement observé au niveau du spread CDS.
En savoir plus

77 En savoir plus

Thermal structure, composition, atmospheric dynamics and long-terme evolution of irradiated exoplanets

Thermal structure, composition, atmospheric dynamics and long-terme evolution of irradiated exoplanets

A better characterization of exoplanets atmospheres coupled with better measurements of their mass and radius will unveil the relationships between atmospheric properties and bulk compos[r]

253 En savoir plus

Effets de la structure tridimensionnelle des atmosphères d’exoplanètes chaudes sur les observations et les modèles d’inversion de données

Effets de la structure tridimensionnelle des atmosphères d’exoplanètes chaudes sur les observations et les modèles d’inversion de données

Vers de nouveaux outils plus performants 125 à la communauté un cadre clair où nous estimons que ces modèles sont fiables, et où ils le sont moins. Nos travaux ont montré que l’origine des biais les plus importants provient des hétérogénéités physico- chimiques jour–nuit. Ces effets horizontaux au travers des limbes dominent les spectres en transmission des atmosphères les plus chaudes, à partir de planètes dont la température d’équilibre avoisine les 1400 K. Les biais observés peuvent aller jusqu’à un facteur 100 sur les abondances inversées. Nous avons aussi établi que des effets le long des limbes affectent les spectres en transit, de façon moins marquées mais malgré tout observables. Ces asymétries est–ouest contribuent elles aussi aux biais observés sur les abon- dances inversées, mais pas pour les atmosphères les plus chaudes. Nos simulations GCM montrent en effet une diminution des différences le long des limbes dans les cartes en température à partir de tempé- rature d’équilibre de 1700 K. Ainsi, ces deux effets horizontaux sont présents pour les planètes dont la température d’équilibre est comprise environ entre 1400 K et 1700 K. Nos résultats concluent que pour les planètes plus froides, les effets verticaux dominent le spectre en transmission et donc qu’un modèle d’inversion 1D risque moins d’inverser des abondances erronées. Les diagnostics que nous recomman- dons, en particulier le test- ˜χ 2 , peuvent aussi être utilisé pour les analyses d’atmosphères plus froides,
En savoir plus

189 En savoir plus

Démixtion et ségrégation superficielle dans les alliages fer-chrome : de la structure électronique aux modèles thermodynamiques

Démixtion et ségrégation superficielle dans les alliages fer-chrome : de la structure électronique aux modèles thermodynamiques

Les premiers modèles sont empiriques et macroscopiques. Certains ti- ennent compte de l’effet du magnétisme aux températures proches des températures de Curie et Néel [116, 14, 193, 194, 195], mais les calculs ab initio ont mis en évidence l’effet du magnétisme à l’échelle atom- ique (chapitre 2, [67, 66]). D’abord, ces calculs montrent que l’énergie de mélange de l’alliage est contrôlée par des couplages complexes entre in- teractions chimiques et magnétiques. Il a ainsi été observé le rôle des frus- trations entre moments magnétiques des atomes de Cr, voulant à la fois être anti-parallèles entre eux et anti-parallèles aux moments magnétiques des atomes de fer de la matrice. Ils ont également mis en évidence l’impor- tance de la dépendance en composition chimique locale du moment mag- nétique du chrome. C’est cette dépendance, difficile à prendre en compte dans les modèles simples, que différents auteurs ont tenté d’implémenter dans des hamiltoniens originaux. Nous les décrivons ci-dessous.
En savoir plus

187 En savoir plus

Critère de sélection de variables pour les modèles de régression logistique conditionnelle mixte lorsque la structure des effets aléatoires est inconnue

Critère de sélection de variables pour les modèles de régression logistique conditionnelle mixte lorsque la structure des effets aléatoires est inconnue

Bien que le modèle de régression logistique conditionnelle à effets fixes soit largement utilisé pour les données collectées selon un plan d’échantillonnage cas-témoins apparié, il existe plu- sieurs situations où celui-ci n’est pas adéquat : les strates doivent être indépendantes. Cette hypothèse n’est clairement pas vérifiée en présence de données groupées où les strates de mesures appariées proviennent d’un même individu ou groupes d’individus corrélés. C’est jus- tement le cas des études de sélection d’habitat, où chaque animal suivi génère plusieurs strates de mesures. En outre, Duchesne et al. ( 2010 ) montrent que les modèles à effets fixes risquent de fournir des conclusions erronées lorsque le comportement de sélection d’habitat n’est pas homogène dans la population suivie ou lorsque l’hypothèse d’Indépendance des Alternatives non Pertinentes (Independence of Irrelevent Alternatives (IIA), ( Revelt and Train ( 1998 ))) n’est pas vérifiée. L’hypothèse IIA stipule que le degré de préférence de l’habitat de type A par rapport à l’habitat de type B ne dépend pas des autres habitats également disponibles. C’est-à-dire, la probabilité relative qu’un animal choisisse l’alternative A plutôt que l’alterna- tive B ne dépend que des caractéristiques des alternatives A et B. L’IIA implique ainsi que le ratio des deux probabilités, P (A)
En savoir plus

80 En savoir plus

La structure de Jordan des matrices de transfert des modèles de boucles et la relation avec les hamiltoniens XXZ

La structure de Jordan des matrices de transfert des modèles de boucles et la relation avec les hamiltoniens XXZ

diques sont imposées dans les deux directions, il est manifeste que le modèle est invariant sous les translations verticales et horizontales du système. Lorsque N → ∞, le groupe des transformation sous lesquelles les modèles sont invariants grandit. Certaines manifestations de ce groupe de symétrie élargi sont apparentes à la figure 1.8. Par exemple, pour des conditions aux frontières autres que périodiques, l’invariance sous rotation et translation se manifeste comme ceci : dans les régions du réseau assez éloignées des frontières pour ne ressentir aucun effet de bord, les observables physiques sont invariantes de l’emplacement de la région dans le réseau et de l’orientation de celui-ci. Autrement dit, un observateur futé auquel nous fournirions le zoom d’une région du réseau aurait bien du mal à identifier l’emplacement de la région agrandie dans le reste du réseau. Dans les trois configurations sélectionnées lors de la simulation, l’invariance sous une rota- tion par 90 ◦ semble être étendue à une invariance plus grande, sous des rotations
En savoir plus

273 En savoir plus

Confrontation entre modèles et données réelles pour la structure spatiale des molécules d'ADN par le biais de la réalité augmentée

Confrontation entre modèles et données réelles pour la structure spatiale des molécules d'ADN par le biais de la réalité augmentée

La modélisation 3D de l’ADN est de plus en plus abordée en recherche biologique et bioinformatique. Les chercheurs s’intéressent à l’étude du comportement spatial des séquences génomiques par la visualisation et l'analyse de ces données tridimensionnelles. Cette approche permet d’avoir une vision globale de la structure spatiale de l’ADN ainsi que de percevoir les possibilités d’interactions avec d’autres molécules (protéines). Le logiciel ADN- Viewer a justement été développé pour exploiter la puissance de ces données (Fig.1.a) [3,5]. Pour optimiser le modèle 3D nous le confrontons à des données réelles * (Fig.1.b) (images microscopiques).
En savoir plus

5 En savoir plus

Relations structure-effet de nanovecteurs à base de copolymères à blocs pour la thérapie photodynamique : utilisation de modèles de membranes

Relations structure-effet de nanovecteurs à base de copolymères à blocs pour la thérapie photodynamique : utilisation de modèles de membranes

14 techniques de diffusion, mesurant un grand nombre de particules à la fois, vont donner une meilleure représentation statistique de l’échantillon analysé mais elles perdent en précision lorsque que celui-ci est composé de plusieurs populations d’objets de tailles et structures différentes. De manière générale, les techniques de diffusion, qu’elles soient des rayons X, des neutrons ou de la lumière, statique (SLS pour Static Light Scattering) ou dynamique (DLS pour Dynamic Light Scattering), permettent, par le biais de modèles mathématiques, d’accéder à différents rayons observables des objets, à savoir le rayon de giration, le rayon hydrodynamique ou encore le rayon du cœur de la particule (Figure 5). En combinant les techniques, il est possible d’accéder aux facteurs de formes des objets renseignant sur leur morphologie. Dans le cas des mesures par microscopie, qu’il s’agisse de microscopie optique, électronique ou à balayage, il est possible d’imager directement les objets et d’obtenir leur taille et structure sans avoir à passer par des modèles mathématiques. Ceci permet d’analyser des échantillons polydisperses mais nécessite un grand nombre d’observations pour atteindre une précision statistique garantissant une mesure objective. De plus, bien souvent les techniques de microscopie opèrent sur des échantillons séchés, ce qui génère un biais lors de l’étude d’auto-assemblages dans l’eau.
En savoir plus

130 En savoir plus

Relations structure-effet de nanovecteurs à base de copolymères à blocs pour la thérapie photodynamique : utilisation de modèles de membranes

Relations structure-effet de nanovecteurs à base de copolymères à blocs pour la thérapie photodynamique : utilisation de modèles de membranes

(ii) Nanovecteurs à base de copolymères (a) Structure des copolymères Une autre solution est d’utiliser la chimie de synthèse moderne, pour obtenir des polymères issus de la copolymérisation de plusieurs monomères, permettant ainsi de combiner leurs propriétés chimiques. Les copolymères les plus souvent utilisés lors de la formulation de nanoparticules sont les copolymères à blocs. Il s’agit de polymères composés d’au moins deux monomères différents structurés en groupe (—AAABBB—). Les cas les plus couramment utilisés sont les di-blocs (AA—AABB—BB) et les tri-blocs (AA—AABB—BBCC—CC) (Figure 3-a, b et c). Une autre famille de copolymères utilisée dans la conception de nanoparticules est celle des copolymères greffés (Figure 3-d). Dans ce cas, sur une chaine principale sont greffées plusieurs chaines composées d’un autre type d’unités monomère. Notons le cas particulier des dendrimères, polymères hyper-ramifiés issus d’une croissance par générations successives d’un ou plusieurs groupements fonctionnels (Figure 3-e). Leur structure se présente en trois zones : une surface pouvant être modifiée chimiquement, une couronne externe possédant une microstructure contrôlée et un cœur protégé de l’extérieur 53 . Il est
En savoir plus

131 En savoir plus

Show all 7724 documents...