modèles de croissance

Top PDF modèles de croissance:

Analyse des sources de biais dans les modèles de croissance forestière dus aux changements d'échelle d'application

Analyse des sources de biais dans les modèles de croissance forestière dus aux changements d'échelle d'application

Ce travail nécessite des données relativement détaillées, comme c’est le cas des données issues du dispositif de la forêt tropicale en Guyane française et des forêts publiques du Québec. Grâce aux modèles de croissance utilisés dans ces deux forêts et grâce à des outils statistiques comme la modélisation, nous avons pu démontrer l’existence de biais de prédiction lorsque les modèles de croissance sont utilisés de façon à ce que la variabilité des paramètres d’entrée se trouve affectée. Par exemple, pour le modèle ARTEMIS utilisé dans les forêts publiques du Québec, utiliser une valeur moyenne pour résumer un ensemble de placettes conduit à sous-estimer le nombre d’arbres à l’hectare de l’ensemble de ces placettes. En effet les nombres d’arbres à l’hectare obtenus après une agrégation a priori sont généralement inférieurs à ceux obtenus lorsque toutes les placettes sont utilisées pour les simulations. Nous avons établis une première étape dans la modélisation de ce biais. Par exemple, il semble que la variabilité de la surface terrière au sein d’une strate soit une source de biais importante.
En savoir plus

52 En savoir plus

CAPSIS / plate-forme de développement de modèles de croissance et de dynamique forestière

CAPSIS / plate-forme de développement de modèles de croissance et de dynamique forestière

Contexte et situation productive: 1. Chronologie et éléments contextuels Dès ses origines, la recherche forestière s’est intéressée à la mise au point d’outils d’aide à la gestion sylvicole et à l’aménagement des forêts (Houllier et al., 1991). Les premiers outils assez synthétiques ont été les tables de production, qui présentent l’évolution des principales variables décrivant des peuplements forestiers réguliers et monospécifiques, en termes de production et de dimensions moyennes des arbres. Pour prendre en compte une plus large gamme de types de peuplements, et de nouveaux scénarios sylvicoles, les chercheurs ont construit des outils plus élaborés, connus sous le nom de « modèles de croissance ». Un modèle de croissance est un ensemble d’équations mathématiques correspondant aux relations entre les caractéristiques dendrométriques d’un peuplement forestier et les dimensions (ainsi que l’âge, le plus souvent) des arbres qui le constituent. Fondé sur la connaissance des relations de compétition entre arbres et tenant compte de manière plus ou moins simplifiée des conditions stationnelles, un tel modèle permet de représenter et de prévoir l’évolution des arbres et du peuplement au cours du temps, en fonction des interventions sylvicoles, qui régulent la compétition.
En savoir plus

13 En savoir plus

Modèles de croissance de populations de poissons

Modèles de croissance de populations de poissons

INTRODUCTION Dans la recherche halieutique, c’est-` a-dire qui concerne la pˆ eche, on peut utiliser des mod` eles de surplus de production (surplus-production model, SPM) pour ´ etudier l’´ evolution de la biomasse d’une pˆ echerie et estimer le rendement ´ equilibr´ e maximal (maximum sustainable yield, MSY), ce qui correspond ` a la prise maximale ne com- promettant pas la survie ` a long terme de la population. Ce sont les mod` eles les plus simples capables d’´ evaluer le stock de poissons ainsi que de d´ eterminer un taux de pˆ eche parce qu’ils regroupent en une seule fonction de production le recrutement de la biomasse, sa mortalit´ e et sa croissance. De plus, ils ne requi` erent que tr` es peu de donn´ ees par rapport ` a des mod` eles plus complexes tels les mod` eles de structure d’ˆ age : seulement une s´ erie temporelle d’indice d’abondance de stock (par exemple, le CPUE, Catch-Per-Unit-of-Effort, ( Edwards et al. , 2012 )) et les prises associ´ ees sont n´ ecessaires. Ils peuvent aussi ˆ etre utilis´ es lorsque les donn´ ees sont tr` es limit´ ees ( Chaloupka and Balazs , 2007 ). Mˆ eme s’ils sont critiqu´ es pour ˆ etre moins r´ ealistes que les mod` eles de structure d’ˆ age, les SPM restent tr` es utiles dans la mesure o` u ils peuvent donner des r´ esultats aussi utiles que ceux obtenus ` a l’aide de mod` eles plus complexes ( Ludwig and Walters , 1985 ). Ils sont par ailleurs toujours tr` es utilis´ es dans la gestion des pˆ echeries ( Panhwar et al. , 2012 ; Prager , 2002 ). Nous nous sommes int´ eress´ es au cas ` a temps discret, mais nous pensons que des r´ esultats similaires pour- raient ˆ etre obtenus en temps continu ( Ewald and Wang , 2010 ).
En savoir plus

43 En savoir plus

Présentation coordonnée de différents modèles de croissance

Présentation coordonnée de différents modèles de croissance

être obtenu à partir d’une valeur de b égale à dix jours, si ce dernier est calculé pour le modèle logistique symétrique. Ces valeurs de b obtenues par deux modèles diffé- rents ne sont donc pas directement comparable ; seuls les temps de croissance peu- vent être comparés d’un modèle à l’autre.

19 En savoir plus

Développement de modèles de croissance harmonisés et simulation de l'évolution des peuplements purs équiennes d'épicéa, de douglas et de mélèzes en Wallonie.

Développement de modèles de croissance harmonisés et simulation de l'évolution des peuplements purs équiennes d'épicéa, de douglas et de mélèzes en Wallonie.

 Élimination des modèles biaisés  Sélection du modèle le plus performant (AIC et ECTr les plus faibles) Résultats:  dHdom = f(Essence; Age; Hdomi) R² = 70%  Observation de très grosses différences entre les essences  Remise en question des anciens modèles épicéa et douglas

38 En savoir plus

Quel est le niveau de détail pertinent pour modéliser la croissance d'une forêt mélangée ? Comparaison d'une famille de modèles et application aux peuplements mélangés chêne sessile - pin sylvestre

Quel est le niveau de détail pertinent pour modéliser la croissance d'une forêt mélangée ? Comparaison d'une famille de modèles et application aux peuplements mélangés chêne sessile - pin sylvestre

6.3.2 Améliorer ou compléter les modèles de croissance Plusieurs travaux pourraient être envisagés pour améliorer les modèles que nous avons construits. Ces travaux d'amélioration contribueront à augmenter le domaine de validité des modèles et donc à pouvoir les comparer dans de nouvelles situations. Tout d'abord, la modélisation de l'effet dispositif et de l'évolution des paramètres au cours du temps nous paraissent les premiers aspects à améliorer dans nos modèles. En ce qui concerne l'effet temporel, le travail pourrait se baser sur l'exploitation des données rétrospectives. Dans un premier temps, ces données pourraient permettre d'intégrer l'effet de l'âge sur les paramètres du MAID (voir paragraphes 4.1.4 et 4.1.5). Néanmoins, l'âge n'est pas très satisfaisant pour des peuplements hétérogènes et d'autres moyens devront être recherchés. Concernant l'effet dispositif, l'influence de la fertilité ou des caractéristiques dendrométriques du peuplement comme la surface terrière totale devra être modélisée. La prise en compte de la fertilité pourrait se faire en utilisant des variables quantitatives caractéristiques du milieu et en les reliant au potentiel de croissance des arbres (Lejeune, 1996 ; Monserud et Sterba, 1996 ; Pretzsch, 2002 ; Trasobares et al., 2004). Il nous semble également intéressant d'explorer la piste de l'utilisation des indices de fertilité (Puettmann et al., 1992 ; Gobakken et Naesset, 2002 ; Andreassen et Tomter, 2003 ; Lee et al., 2004 ; Hein et Dhote, 2006). Pour étudier correctement l'influence de ces facteurs, il pourrait être nécessaire d'intégrer de nouveaux dispositifs. Prochainement, le suivi du réseau de dispositifs installé par le Cemagref en forêt domaniale d'Orléans permettra de compléter nos données pour répondre à ce besoin.
En savoir plus

242 En savoir plus

Les régulateurs de croissance

Les régulateurs de croissance

Les conditions climatiques doivent être favorables à la croissance de la culture tant au moment du traitement que dans les jours qui suivent, pour assurer à la fois une bonne efficacité et une parfaite sélectivité du traitement. La température ne devrait pas dépasser 20 °C, et l’hygrométrie de l’air être supérieure à 50-60 %. Il faut éviter de traiter pendant les coups de chaleur. L’amplitude thermique entre le jour et la nuit ne devrait pas dépasser 15 °. L’efficacité diminue en condition de déficit hydrique au moment du traitement.
En savoir plus

12 En savoir plus

Les régulateurs de croissance

Les régulateurs de croissance

• Les résultats obtenus avec le Météor étaient similaires à ceux obtenus avec le CCC au stade 32 voire un peu meilleurs pour l’application au stade 31. Quel est l’impact de l’apport d’une même dose d’azote en deux ou trois fractions ? En termes de diminution de la hauteur des pailles, le report de la fumure azotée a diminué la hauteur du témoin de 2 cm en 2006, 4 cm en 2005 et 7 cm en 2004. Ceci est un paramètre non négligeable dans une phytotechnie raisonnée ou dans un mode de culture sans régulateur de croissance (mesures agri-environnementales ou cultures sous-contrat).
En savoir plus

14 En savoir plus

Les régulateurs de croissance

Les régulateurs de croissance

• prendre des précautions, au niveau des modalités culturales • utiliser correctement le ou les régulateurs de croissance Le risque de verse est particulièrement à prendre en considération dans les semis précoces, dans des champs où l'on suspecte des disponibilités importantes en azote minéral du sol, notamment dans le cas d'apports importants de matières organiques au cours de la rotation et/ou de précédent du type légumineuse, colza, pomme de terre, ou encore dans des systèmes de cultures excluant l’emploi d’anti-verse.

9 En savoir plus

La croissance par l'Orient ?

La croissance par l'Orient ?

L’analyse  géographique  des  IDE  en  Russie  est  certes  rendue  hasardeuse  par  le  fait  qu’une  majorité   d’entre  eux  n’ont  d’«  étrangers  »  que  le  nom  :  ce  sont  en  réalité  des  investissements  téléguidés  par   des  ressortissants  russes  qui  ont  abrité  leurs  actifs  dans  des  paradis  fiscaux 7 .  Toutefois,  la  place  de   l’Asie   peut   tout   de   même   être   comparée   à   celle   de   certains   pays   de   l’Union   Européenne  :   l’Allemagne,  avec  un  stock  de  15  milliards,  représente  à  elle  seule  4  %  des  IDE  entrants,  les  Pays-­‐Bas   (qui  peuvent  être  considérés  du  point  de  vue  des  IDE  comme  la  principale  tête  de  pont    en  Europe   des   multinationales   américaines),   10   %.   La   France,   avec   près   de   9   milliards,   devance   encore   largement   l’Asie   dans   son   ensemble.   Il   faut   cependant   garder   à   l’esprit   que   ces   chiffres   peuvent   évoluer   rapidement,   par   exemple   à   la   faveur   d’une   fusion-­‐acquisition   de   grande   échelle   qui   serait   menée  à  bien  par  une  entreprise  chinoise  sur  des  actifs  russes.  Mais  dans  la  dernière  décennie,  les   décisions  des  autorités  russes  n’ont  pas  donné  le  sentiment  qu’elles  souhaitaient  ré-­‐ouvrir  largement   le   capital   de   sociétés   de   secteurs   stratégiques   à   des   investisseurs   étrangers,   a   fortiori   chinois.   A   l’inverse,  on  peut  imaginer  que  des  entreprises  russes  souhaitent  profiter  de  la  croissance  asiatique,   à  un  moment  où  le  partenaire  européen  peine  à  se  dégager  de  la  crise  économique  :  les  flux  peuvent   donc  évoluer  rapidement  à  l’avenir.    
En savoir plus

16 En savoir plus

La Croissance Démographique Est-elle Un Moteur Ou Un Frein à La Croissance économique ?

La Croissance Démographique Est-elle Un Moteur Ou Un Frein à La Croissance économique ?

L’état actuel de la démographie mondiale se caractérise par une extrême hétérogénéité, la répartition des hommes est fortement irrégulière à la surface des continents. De même, la répartition de la richesse dans le monde devient de plus en plus inégale. L’Afrique par exemple abrite près de 13% de la population mondiale, mai elle ne représente que 3% du PIB de la planète. L’espérance de vie est la plus faible de la planète (52 ans contre 78 ans pour l’Europe de l’ouest) et la croissance démographique y est la plus forte. Dans ce contexte et à travers cet article nous analyserons le rapport « Croissance économique/Croissance démographique » à l’aide des modèles de la croissance exogène et endogène.
En savoir plus

17 En savoir plus

Muséographies modèles et modèles de muséographies

Muséographies modèles et modèles de muséographies

L'Alsace, petite région coincée entre deux nations orgueilleuses dont la rivalité promène la frontière, en est un exemple particulier et remarquable. Nous avons pris les principaux musées locaux d'histoire et de folklore pour cadre d'analyse. Devant leur évident air de famille, nous avons été amené à poser une série d'interrogations à travers le prisme des « intérieurs» reconstitués. Une fois cernés les éléments composant ces savoureuses tranches de folklore, leur évidente unité est une problématique difficile à résoudre. Elle nous amène à l'institution de plusieurs modèles et de leur idéologie au siècle dernier jusqu'à leur démultiplication pendant tout le xx" siècle.'
En savoir plus

14 En savoir plus

Croissance endogène et croissance des régions (vers une théorie de la croissance endogène spatialisée)

Croissance endogène et croissance des régions (vers une théorie de la croissance endogène spatialisée)

l'apparition des rendements croissants. Face à l'internationalisation croissante des marchés et à l'incorporation de plus en plus importante de biens et services intermédiaires dans le[r]

34 En savoir plus

Estimation de la biomasse fourragère des prairies : apports du couplage entre modèles dynamiques de croissance et imagerie satellitaire : exemple de La Réunion et du Kalahari

Estimation de la biomasse fourragère des prairies : apports du couplage entre modèles dynamiques de croissance et imagerie satellitaire : exemple de La Réunion et du Kalahari

calibration du modèle grâce à des mesures de terrain, la RMSE obtenue se situe entre 464 et 526 kg.MS/ha pour des biomasses maximales similaires à notre étude. Dans la thématique télédétection, nous pouvons citer Nouvellon et al. (2001) qui étudient le couplage d’un modèle avec des images Landsat sur une période de 10 années. Ils utilisent le modèle SAIL afin de prédire le NDVI du modèle et tentent de réduire l’écart avec le NDVI réel. Le maximum de matière sèche récoltée sur un pic de croissance est d’environ 800 kg.MS/ha. La RMSE du modèle après couplage est de 100 kg.MS/ha. Duru et al. (2009) obtiennent une RMSE de 540 kg.MS/ha sur des prairies tempérées sans forçage de modèle. Yuping et al. (2008) constatent un baissent de la RMSE de 1 500 kg.MS/ha à 1 100 kg.MS/ha sur une production de blé dont la biomasse maximale est de 12 t.MS/ha. Les erreurs obtenues sont donc dans la moyenne basse par rapport aux études similaires. Cependant, quelques réserves sont émises étant donné le nombre de cycles restreints pour la validation du forçage.
En savoir plus

159 En savoir plus

Simulation de la croissance du blé à l’aide de modèles écophysiologiques : Synthèse bibliographique des méthodes, potentialités et limitations.

Simulation de la croissance du blé à l’aide de modèles écophysiologiques : Synthèse bibliographique des méthodes, potentialités et limitations.

Une approche plus sophistiquée pour évaluer à la fois la distribution a posteriori des paramètres et l’incertitude sur la prédiction des modèles réside dans l’emploi des chaines de Markov-Monte Carlo (MCMC, Markov Chain Monte Carlo) (Metropolis et al., 1953 ; Vrugt et al., 2009). En effet, les simulations MCMC se basent sur une représentation formelle de la fonction de vraisemblance, ce qui permet d’échantillonner correctement les régions de l’espace paramétrique multidimensionnel et de séparer les régions de haute densité de probabilité des autres solutions dites « non comportementales» . En 1970, Hastings a étendu la théorie MCMC pour inclure tout type de distributions de probabilité. Cette extension, appelée l’algorithme de Metropolis Hastings (MH), est à l’origine de la plupart des approches bayésiennes formelles actuelles.
En savoir plus

11 En savoir plus

Modèles et pratiques ou pratique des modèles et exigences pratiques

Modèles et pratiques ou pratique des modèles et exigences pratiques

L’utilisation « souple » de modèles « durs » Elle est fort utile dans les cas où les données disponibles ne sont pas suffisantes pour « alimenter » les équations de modèles mathématiques. La procédure n’est pas sans analogie avec l’expérimentation en laboratoire. Elle consiste à produire des simulations avec des données limitées, simplifiées, dont les ordres de grandeur sont seulement vraisemblables, et à confronter ensuite le résultat de ces simulations avec les situations réelles, en ne retenant que des ressemblances générales, décrites en termes qualitatifs. Si les capacités du modèle à produire des analogies de forme sont suffisantes, on peut considérer que ses hypothèses de base sont validées. Pour des raisons qui pourront éventuellement être développées par la suite, il est possible de parler dans ce cas de « modélisation à double contrainte ».
En savoir plus

4 En savoir plus

5. Les régulateurs de croissance

5. Les régulateurs de croissance

 prendre des précautions, au niveau des modalités culturales ;  utiliser correctement le ou les régulateurs de croissance. Le risque de verse est particulièrement à prendre en considération dans les semis précoces, dans des champs où l'on suspecte des disponibilités importantes en azote minéral, notamment dans le cas d'apports importants de matières organiques au cours de la rotation et/ou de précédent du type légumineuse, colza, pomme de terre, ou encore dans des systèmes de cultures excluant l’emploi d’anti-verse.

14 En savoir plus

4. Les régulateurs de croissance

4. Les régulateurs de croissance

2.2.3 Les variétés et les bris de tiges en 2017 Le bris des tiges est un terme peut être exagéré et ne concerne pas une cassure du col de l’épi ; il s’agit en fait de la formation d’un coude au niveau d’un nœud de la tige en fin de maturation de la plante. Quand la pliure est peu importante ce phénomène n’est pas dommageable, mais quelquefois la pliure peut être telle que les épis se trouvent proches du sol et ne peuvent être ramassés en totalité par la moissonneuse surtout dans les traces de roues. Par commodité et pour faire le lien avec les tableaux des précédents Livre Blanc l’expression « bris de tiges » est maintenue pour ce symptôme. Il diminue avec un traitement fongicide en montaison (qui suffit certaines années pour l’éviter) et plus encore avec le régulateur de croissance.
En savoir plus

14 En savoir plus

Quelles alternatives à la croissance infinie?

Quelles alternatives à la croissance infinie?

p.169). Il est peut-être temps de changer la machine politique. Une réforme de la démocratie s’impose. Une vision à long terme des problèmes évite les méthodes superficielles qui visent à éliminer les symptômes sans avoir diagnostiqué les causes (King et Schneider, 1991, p.90). Les décisions politiques se basent principalement sur des rapports d’experts qui, bien que très précis sur des domaines particuliers, oublient souvent plusieurs dimensions dont celle du temps (Ridoux, 2006, p.155). Pour prendre des décisions éclairées, les politiciens doivent étudier un éventail de modèles et choisir objectivement la meilleure solution (Pestel, 1988, p.65). La durée des mandats de la plupart des politiciens évacue trop souvent la notion d’avenir. Au nom du capital politique, ils hypothèquent le futur pour offrir maintenant ce que tous devront payer plus tard. Les citoyens ne sont pas plus prévoyants, ils se laissent séduire par les belles paroles et l’appât du gain immédiat. Lorsque vient le temps de réparer les pots cassés, ils blâment le gouvernement en place en oubliant leur propre responsabilité. À quand les plans décennaux d’usage courant? Qui aura un jour le courage de proposer des plans centennaux? Alors que les objectifs fixés à moyen terme par le Protocole de Kyoto ou la Politique québécoise sur la gestion des matières résiduelles sont constamment repoussés, les conséquences ne sont qu’amplifiées. Il est temps d’arrêter les emprunts sur le capital futur et de décider aujourd’hui de l’avenir souhaité.
En savoir plus

117 En savoir plus

Croissance, concurrence et TIC

Croissance, concurrence et TIC

1.2 Les explications possibles pour une telle hausse sont diverses Cette croissance exceptionnelle des prix dans le secteur peut être expliquée soit par des effets d’offre hausse des coû[r]

183 En savoir plus

Show all 3501 documents...