Modèle de gestion de changement

Top PDF Modèle de gestion de changement:

Définition d'un modèle de gestion du changement

Définition d'un modèle de gestion du changement

Nous considérons, sui te à notre ex périence, que le pouvoir et le leadership sont les deux principaux moyens do nt dispose le gestionnai- re pour permettre d'indu[r]

184 En savoir plus

Analyse de la gestion du changement dans l'implantation du développement durable en organisation

Analyse de la gestion du changement dans l'implantation du développement durable en organisation

39 second se concentre sur la raison. (Cadieux et Dion, 2012). Ainsi, cela explique la démarche complète d’implantation du DD incluant la gestion de changement de la part de BNQ 21000. Le référentiel BNQ 21000 est celui correspondant le plus au modèle de gestion de changement de Kotter. Par l’entremise de l’approche progressive de Cadieux et Dion (2012), BNQ 21000 saisit chacune des huit étapes de Kotter. En effet, le sentiment d’urgence est créé par l’engagement de la haute direction et BNQ 21000 recommande de mettre sur pied un comité de DD pour gérer la démarche et faire un plan d’action. Comme conseillé par Bareil (2004a), BNQ 21000 suggère aux organisations de réaliser un diagnostic comme condition à la réussite d’un changement. La détermination des enjeux prioritaires ainsi que le questionnaire rempli par les parties prenantes démontrent également le développement de la vision du changement de la part de l’organisation. De plus, le fait que BNQ 21000 vise un consensus et une communication multidirectionnelle dans son travail avec les parties prenantes donne une indication de son habileté à donner aux autres le pouvoir d’agir. Le référentiel mise sur l’engagement des destinataires, comme recommandé dans la théorie de gestion de changement. La priorisation des enjeux ainsi que la planification de la disponibilité des ressources facilitent également la production de victoires à court terme. De surcroît, la norme BNQ 21000 se base sur des formations et une approche d’amélioration continue pour persévérer dans la gestion du changement et dans l’atteinte de ses objectifs. Cette démarche d’amélioration continue se traduit par une autoévaluation à l’aide des grilles de maturité des enjeux de DD, réalisée un moment après l’élaboration de la démarche. Puis, pour démontrer la création d’une nouvelle culture, en plus de la publication d’un rapport, le référentiel met l’accent sur l’élaboration d’indicateurs de performance de DD dans le cadre d’un nouveau modèle d’affaires. Tous ces principes conseillés par BNQ 21000 centrés sur les destinataires font en sorte que ce référentiel considère le vécu humain.
En savoir plus

91 En savoir plus

2013 — La détection de changement au service de la gestion de catastrophe

2013 — La détection de changement au service de la gestion de catastrophe

de ce document qui traite des méthodes de détection de changements, car il y a un lien implicite entre plusieurs des techniques utilisées et la qualité du recalage des images utilisées pour l’analyse de changement. Vient compliquer un peu plus le fait que dans certains cas il y ait des erreurs de fidélité géométrique dans une image qui proviennent de la précision du modèle de déformation relié aux lentilles et de facteurs reliés au positionnement du satellite par rapport à la surface terrestre qui ne sont pas enregistrés par les systèmes de veille de la trajectoire. Ces défauts de représentation entrainent un léger décalage des lignes de balayage de l’imageur les unes par rapport aux autres (Ayoub et al., 2008) et (Leprince, Muse et Avouac, 2008). Ces légers décalages peuvent être corrigés, tout comme les déformations géométriques reliées aux lentilles, mais doivent être détectés pour qu’ils puissent être éliminés avant la production de l’image finale qui sera utilisée par les paliers d’analyse subséquents. Ces articles ne traitent que de certain satellites de résolution moyenne, mais il n’y a aucune preuve que ce phénomène n’affecte pas d’autres satellites existant à l’heure actuelle compliquant de la sorte la tâche de recalage des images qui est déjà un exercice complexe. Nous n’avons cependant pas trouvé d’articles traitant de ceci en ce qui concerne les imageurs à haute et à très haute résolution lors de nos recherches documentaires.
En savoir plus

330 En savoir plus

Gestion thermique des batteries Li-ion par l'utilisation de matériaux à changement de phase

Gestion thermique des batteries Li-ion par l'utilisation de matériaux à changement de phase

5. CONCLUSION Cette étude a permis d’évaluer et de comparer deux systèmes de gestion thermique pour un cycle de sollicitation précis. Le système avec un MCP est plus performant pour absorber les pics de puissance et limiter l’élévation de température, cependant il faut prévoir un système complémentaire pour le régénérer. En effet, avec une température ambiante fixée à 20°C on n’arrive pas à régénérer le MCP. Le refroidissement par air ne présente pas ce problème mais les températures obtenues sont plus élevées et le coût opératoire induit pourrait être plus conséquent. Une solution serait donc de coupler ces deux systèmes pour absorber les pics de puissance de la batterie avec le MCP et régénérer le MCP avec l’air. Ainsi, les coûts opératoires devraient être réduits et la gestion thermique devrait être toujours opérationnelle. Cependant aucune des deux solutions permettent d’atteindre l’objectif de 25°C en température maximale. Il faudrait donc revoir cet objectif ou améliorer la solution. Nous avons vu qu’au-delà de 2 mm d’épaisseur l’ajout de MCP n’est plus utile. Cela est peut être dû à la conductivité thermique du MCP qui est très faible. En modifiant cette conductivité thermique en ajoutant une mousse métallique par exemple une épaisseur de 3, 4 ou 5 mm de MCP pourrait diminuer la température maximale de la cellule. Par la suite, il serait aussi nécessaire d’effectuer une expérience correspondant à cette étude pour pouvoir valider le modèle et les résultats.
En savoir plus

6 En savoir plus

Les Compagnons du Devoir face au changement : un modèle de GRH valoriel sous tension

Les Compagnons du Devoir face au changement : un modèle de GRH valoriel sous tension

La présente communication s’intéresse précisément à la nature des activités de gestion des ressources humaines et à la manière dont elles se structurent au sein d’une organisation tout à fait spécifique, traditionnelle, et reconnue d’utilité publique par l’Etat : l’Association Ouvrière des Compagnons du Devoir du Tour de France (AOCDTF). En effet, si les organisations compagnonniques sont plutôt étudiées dans des perspectives historiques et sociologiques, elles le sont beaucoup moins sur le plan de la gestion et, en particulier, de la gestion des ressources humaines. Or, les quelques travaux qui se sont attachés le faire (Malloch et al., 2007 ; Brillet et Hulin, 2009) indiquent clairement que les organisations compagnonniques constituent des objets de recherche tout à fait intéressants du point de vue des pratiques et des processus de GRH, en raison notamment de leurs spécificités organisationnelles, historiques et culturelles.
En savoir plus

29 En savoir plus

Modèle de gestion des matières résiduelles pour les magasins d'alimentation

Modèle de gestion des matières résiduelles pour les magasins d'alimentation

Malgré tout, l’amélioration est toujours possible, mais les principales modifications relèvent de Metro en entier plutôt que l’établissement de Saint-Constant. Par exemple, des modifications peuvent être apportées à la conception des emballages. Ce changement a déjà été implanté chez Metro par le transfert des emballages en PVC rigides des bouillons concentrés de poulet, de bœuf et aux légumes de la marque privée de Metro vers des emballages en polytéréphtalate d’éthylène 100 % recyclables. Cette initiative a été mise en place en collaboration avec Éco entreprise Québec et son portail OptimEco.ca (OptimEco.ca, 2015). Ce type de modification ne réduit pas significativement la quantité de matières recyclables envoyées à l’enfouissement par l’établissement de Saint-Constant, puisqu’un produit peu périssable comme le bouillon n’est généralement pas jeté par les employés de Metro, mais augmente la quantité de matières recyclables détournées de l’élimination par le client. En 2013, de nouvelles barquettes de styromousse pour contenir les viandes ont aussi été distribuées dans les établissements de Metro. Celles-ci sont constituées à 25 % de produits recyclés, une première en Amérique du Nord (Metro, 2014). Ce type d’initiatives est aussi intéressant, mais ne permet pas de réduire la quantité de matières envoyées à l’enfouissement par l’établissement de Saint-Constant. Pour l’efficacité en gestion des matières résiduelles de chaque établissement, Metro aurait avantage à poursuivre davantage ses recherches afin d’éviter totalement la génération de matières peu recyclées par ses clients, comme les barquettes.
En savoir plus

88 En savoir plus

La gestion du résultat comptable autour d'un changement de dirigeant en France

La gestion du résultat comptable autour d'un changement de dirigeant en France

Situation ultérieure SIT 40,38% 40,38% 40,38% 40,38% 40,38% 40,38% Détention de stock-options OPT 72,3% 61,5% 61,5% 76,9% 78,8% 82,7% Taille TAIL 21,7 21,7 21,7 21,7 21,8 21,8 Endettement END 28,8% 29,5% 29,7% 29,2% 29,3% 26,4% Performance FTE 6,58% 5,96% 5,54% 7,30% 6,73% 7,37% AD est le montant des accruals discrétionnaires calculé à partir du modèle global, DEP est égal à 1 en cas de départ forcé, et à 0 sinon, SEP est égal à 0 si les organes de contrôle et de gestion sont séparés, 1 sinon, ADM est le pourcentage d’administrateurs indépendants dans le conseil de direction, ACT est le pourcentage de droits de vote détenu par les trois principaux actionnaires, DIR est le pourcentage de droits de vote détenu par le dirigeant, SIT est égal à 1 si le dirigeant conserve un poste d’administrateur après le changement, 0 sinon, OPT est égal à 1 si le dirigeant bénéficie d’options de souscription d’actions, 0 sinon, TAIL est le logarithme népérien du total de l’actif en début d’exercice, END est le rapport dettes financières long terme en fin d’exercice divisé par l’actif total en début d’exercice, FTE est le montant des flux de trésorerie d’exploitation de l’exercice divisé par l’actif total de début d’exercice.
En savoir plus

42 En savoir plus

Amélioration du processus de gestion des demandes de changement d'ingénierie dans le domaine de la construction

Amélioration du processus de gestion des demandes de changement d'ingénierie dans le domaine de la construction

extrait du modèle ARENA est présenté à la figure 5-2. Les processus commencent donc avec la création des ECs définis précédemment. Puis, des attributs sont assignés à chaque intrant pour permettre la récolte de données qui servira à établir les statistiques sur les temps de traitement subséquemment. Cette étape est nécessaire, car le logiciel calcule les temps moyens pour le processus global et pour chacune des étapes. Dans la situation présente, il faut indiquer pour chaque EC l’heure à laquelle il est introduit dans le processus pour pouvoir ensuite calculer les temps de traitement pour chacun des sections du processus (DCN et PCN). On y remarque que la séquence se poursuit avec des modules de processus (process) et de modules d’attente (delay). Les modules de processus correspondent donc au travail nécessaire pour effectuer la tâche définie pour une ressource en particulier. L’utilisation des modules d’attente sert à simuler l’indisponibilité aléatoire imputable aux ressources. En effet, on ne peut considérer que les tâches s’exécutent l’une après l’autre. Les modules d’attente viennent résoudre cette problématique en assignant des temps d’attentes selon des lois triangulaires. De manière générale, ces modules sont paramétrés avec des lois ayant des temps minimums faibles (quelques minutes), des temps probables de l’ordre de quelques heures et des temps maximums élevés (quelques jours). Ces distributions correspondent à la réalité, car parfois les étapes s’enchaînent presque instantanément, alors que normalement, les professionnels terminent le travail qu’ils sont en train d’effectuer et traitent aussi les situations urgentes en priorité. Le modèle se sert aussi de modules de décisions pour vérifier si les tâches pour un EC sont terminées. On les utilise aussi pour affecter des temps de traitements différents pour les départements d’ingénierie impliqués et celles qui ne le sont pas. La séquence impose donc que si quatre départements doivent documenter une modification dans le projet qui a un impact dans leur champ d’expertise, ceux-ci doivent exécuter leurs tâches avant que les autres départements n’interviennent. Des périodes sont aussi bloquées pour inclure les réunions hebdomadaires des acteurs impliqués dans le processus.
En savoir plus

129 En savoir plus

Les figures de la gestion du changement sociotechnique

Les figures de la gestion du changement sociotechnique

1.1. Les fondamentaux du modèle Le « modèle archétypique » proposé correspond à un travail de synthèse des recherches structurationnistes. Il ramène en fait les dynamiques sociales liées à l’usage des technolo- gies de l’information à trois cas extrêmes, lesquels serviront de point d’ancrage au modèle archétypique. Ces situations stylisées, les archétypes technologiques, sont des « états structurationnels, des configurations sociotechniques durables décrites au travers de di- mensions structurantes » (Vaujany, 2001b ; Vaujany, 2001c) . La première des situations archétypiques correspond à l’archétype neutre (N). Dans cette première configuration, soit le système n’est pas utilisé, soit il l’est, mais d’une façon qui reproduit et renforce largement les modes de fonctionnement de l’organisation. La technologie ne fait que se dissoudre dans des routines qui préexistaient à la mise en œuvre du nouveau système. La littérature structurationniste montre que cette première dynamique est largement domi- nante. Souvent, l’innovation technologique ne fait que s’« enkyster » dans les modes d’interaction habituels, même lorsqu’elle a été pensée de façon à encourager le change- ment. C’est le cas par exemple d’une application de gestion des ressources humaines sous intranet qui correspondait auparavant à une application Minitel. Les employés ont finale- ment utilisé l’outil de façon proche de l’ancien, en négligeant les nouvelles fonctionnalités et en continuant à utiliser, pour la gestion des congés payés, d’anciens circuits de validation (Vaujany, 2001c) . La seconde situation prend la forme de l’archétype régénéré (R). Les usages du nouvel outil ont alors un rôle régénérant pour le système social. L’organisation devient le terrain de véritables innovations sociales à l’usage. De nouvelles routines organisationnelles émergent en liaison directe avec la technologie. Un exemple typique est celui de la mise en œuvre d’un nouveau système de messagerie dans un service de recherche-développement. Les personnels impliqués ont alors élaboré de toutes nouvelles méthodes de recherche d’information, plus transversales. Ils ont commencé à communi- quer davantage avec des universités étrangères ainsi qu’avec d’autres centres de recherche du groupe. De nouvelles collaborations ont pu être lancées et le système de rôles du service a connu une évolution profonde (Vaujany, 1999) . La troisième situation, l’archétype
En savoir plus

22 En savoir plus

Contrôle impulsionnel appliqué à la gestion de changement de technologie dans une entreprise

Contrôle impulsionnel appliqué à la gestion de changement de technologie dans une entreprise

des fonctions f et c tandis que la deuxième suppose que la loi entre deux sauts est donnée par la loi du couple initial et assure des propriétés de continuité qui permettent d’éviter ces hypothèses 5 et 6 de [52]. Ces hypothèses 5 et 6 nous ont paru difficiles à vérifier dans un cadre concret : elles restreignent l’ensemble des probabilités de transition et placent le modèle dans un cadre étroit. Nous avons jugé plus réaliste de placer notre modèle markovien sous les propriétés mentionnées dans la définition 1.2.10. De plus, nos hypothèses 1 et 2 et le théorème de sélection mesurable [23, p. 85] ont permis de prouver l’existence d’un noyau borélien r ∗ réalisant le supremum de l’application mρ, mais aussi de donner
En savoir plus

156 En savoir plus

Estimation du modèle GARCH à changement de régimes et son utilité pour quantifier le risque de modèle dans les applications financières en actuariat

Estimation du modèle GARCH à changement de régimes et son utilité pour quantifier le risque de modèle dans les applications financières en actuariat

Le deuxi`eme volet de recherche de cette th`ese tire sa motivation de la crise financi`ere de la fin des ann´ees 2000 qui a r´esult´e en de nombreux ´echecs ins- titutionnels caus´es par une mauvaise ´evaluation des risques au sein de plusieurs compagnies financi`eres. Le chapitre 4 a r´ev´el´e que l’´evaluation des risques dans les fonds distincts est fortement d´ependante du choix du mod`ele ´econom´etrique. Bien que la litt´erature financi`ere a historiquement mis peu d’emphase sur le risque de mod`ele, ce risque est tr`es important puisque les vraies dynamiques des variables financi`eres sont inconnues et en constante ´evolution. Par exemple, Morini [139] affirme : « The fact that thousands of technical papers speak of very advanced models, and just a handful focus on model risk and how to manage it, is one of our problems ». Par cons´equent, il serait int´eressant de d´evelopper des m´etho- dologies pouvant incorporer ce risque dans l’´evaluation et la gestion des risques financiers. Barrieu et Scandolo [15], Cont [42] et Embrechts et al. [61] sont des articles r´ecents qui abordent cette probl´ematique.
En savoir plus

191 En savoir plus

Vers un modèle communicationnel de gestion des conflits relationnels

Vers un modèle communicationnel de gestion des conflits relationnels

( Tensions reliées à l'organisation 1 Effet de l'environnemenU Conditions qui précipitent la manifestation du 0 conflit 1 Normes, règles, procédures !Mécanismes de g[r]

227 En savoir plus

Un modèle hièrarchique pour la gestion de la topologie dans les applications MPI

Un modèle hièrarchique pour la gestion de la topologie dans les applications MPI

For instance, in the experiment we carried out using NTW24E5, our topology of communicators contains in level number 1, 2, 3, 4 and 5 respectively: 1 communicator of 4 processes correspo[r]

36 En savoir plus

Intégration de la gestion WBEM au sein du modèle OSI

Intégration de la gestion WBEM au sein du modèle OSI

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

65 En savoir plus

L'interculturalisme : le modèle québécois de gestion de la diversité culturelle

L'interculturalisme : le modèle québécois de gestion de la diversité culturelle

Le gouvernement fédéral ne partage pas celte représentation de la nation canadienne (le dualisme culturel) et le mode d'intégration l'accompagnant (l'intégration des[r]

127 En savoir plus

Les pratiques du contrôle de gestion face au changement

Les pratiques du contrôle de gestion face au changement

La comptabilité par activités aide à pallier aux faiblesses de ces méthodes en permettant le calcul d’un prix de revient plus fiable et plus approprié au nouveau contexte de production et de commercialisation. L’Activity Based Costing (ABC) est une méthode d’affectation des charges d’une entité (société, direction…) sur des activités (conception des produits, distribution, gestion des sinistres…) avant de répartir celles-ci sur des produits ou des marchés, permettant ainsi une affectation plus directe des coûts sur les produits. La mise en place de ce nouveau système pour l’élaboration d’un coût de revient à base d’activité répond à la perte d’homogénéité des centres d’analyse en se focalisant sur les différentes activités élémentaires, au lieu de prendre appui sur des centres de responsabilité [Gwenael Prouteau, 1994]. En évitant toute hiérarchie entre les activités, la comptabilité à base d’activité sous- tend une nouvelle conception de la création de la valeur au sein de l’entreprise. Elle se place dans une logique de gestion des coûts et non de répartition des charges, afin d’éviter les effets pervers qui naissent de la déformation de la structure traditionnelle de l’analyse des coûts.
En savoir plus

29 En savoir plus

Le modèle médiatique de la communication : un formalisme adapté au conformisme idéologique, inadapté au changement

Le modèle médiatique de la communication : un formalisme adapté au conformisme idéologique, inadapté au changement

positionnement idéologique des cibles, mais lorsque l’idéologie en cause est, d’un point de vue socio-cognitif, une épistémo-idéologie, théoriquement cette détermination ne saurait être qu’idiosyncrasique. — On peut supposer qu’avec une cible particularisée, en l’occurrence ici : prônant un libéralisme économique socialement identifié comme « ultra » (soit : un groupe orthodoxe pro-normatif), les deux premières hypothèses doivent être strictement inversées. Les deux dernières en revanche n’ont pas lieu d’être remises en cause. On obtiendrait alors la hiérarchie suivante : 1. C-Rat ; 2 et 3. inchangé ; 4. A-Rat. En effet pour une telle cible, les contenus idéologiques conformes n’ont pas le même statut socio-cognitif : idéologie et non pas épistémo-idéologie, le libéralisme ici suppose l’adhésion, et ce faisant, la constitution d’un groupe potentiellement identifiable comme minorité active. Que cette minorité ait plus de ressources, donc plus d’emprise, que d’autres, ou que sa visibilité sociale soit moindre, n’empêche en rien son opposition à une majorité – ce qui précisément la définit comme minorité. Or le modèle médiatique de la communication construit une cible de masse, idéologiquement flottante. Pour la minorité considérée, il est donc probable que le discours conforme rationnel soit préféré (bien que non nécessairement privilégié pour une diffusion de masse, bien évidemment) au discours conforme médiatique. Quant au message qui, dans notre recherche, a le statut alternatif, il devrait être traité comme relevant d’un positionnement idéologique conforme – en ce qu’il repose sur certaines valeurs collectivement affirmées (dans les registres de l’écologie et de l’humanisme). Cela dit si ce discours n’est pas perçu, sur le plan idéologique, comme alternatif, il le demeure néanmoins sur un plan opératoire, en mettant plus ou moins en cause l’activité quotidienne des gens. Mais cette alternative peut être jugée novatrice ou réactionnaire. Et, associé à une mise en scène rationnelle, tout propos préalalement identifié comme conforme (sur la base de son titre, par exemple 8 ), amène peut-
En savoir plus

27 En savoir plus

Un modèle biniveau pour la gestion du revenu dans l'industrie des médias

Un modèle biniveau pour la gestion du revenu dans l'industrie des médias

- D´ ecisions sur les quantit´ es : Doit-on accepter ou rejeter une offre d’achat ; comment allouer la capacit´e `a diff´erents segments ou produits. La gestion du revenu remporta un franc succ`es aupr`es des compagnies a´eriennes. Cette pratique a pris une telle ampleur dans le transport a´erien, que les compagnies n’ayant pas choisi de l’adopter ont fait faillite. En effet son utilit´e dans le secteur a´erien permet aux compagnies de d´eterminer le prix de leurs billets d’avion ainsi que leur allocation, tout en maximisant leurs revenus. Les billets d’avion sont des produits p´erissables et la capacit´e des avions est limit´ee ; ainsi la d´etermination du prix des places, la segmentation du march´e et l’allocation de la capacit´e de l’avion jouent un rˆole pr´epond´erant dans la g´en´eration des revenus par l’entreprise. Cˆot´e
En savoir plus

111 En savoir plus

Le bureau des projets et la gestion du changement

Le bureau des projets et la gestion du changement

accompagnement pilotage. Pari s: Dunod. Le Petit Larousse illustr é. Paris: Éd ition s Larousse. Veronica Hope Hailey. St rat égies du changement. Paris: Village Mondial. Proc[r]

109 En savoir plus

En quête de légitimité : la gestion du changement organisationnel comme processus de légitimation

En quête de légitimité : la gestion du changement organisationnel comme processus de légitimation

centaines d’officiers, répartis dans tous les escadrons de l’armée de l’air canadienne. Une fois formés, ces personnels sont capables de mettre en place un processus permettant d’engager un changement de pratique par la création de mesures correctives. En trois ans, le programme a permis de créer un réseau d’acteurs incarnant les activités du centre au sein des différentes unités

41 En savoir plus

Show all 9059 documents...