Maladie thrombo-embolique veineuse

Top PDF Maladie thrombo-embolique veineuse:

Risque de maladie thrombo-embolique veineuse : influence des activités glycosyltransferases A et B

Risque de maladie thrombo-embolique veineuse : influence des activités glycosyltransferases A et B

III. Relation maladie thrombo-embolique veineuse et groupe sanguin ABO(H) L ’implication du groupe sanguin ABO(H) dans la MTEV remonte à plus de cinquante ans. C ’est en 1969 que l’équipe de Jick décrivait , pour la première fois, une augmentation du risque thrombotique dans un groupe de patients non-O(H) présentant une TVP en cours de traitement anticoagulant en comparaison avec des donneurs de sang indemnes de MTEV 48 . Les résultats de cette étude pilote ont été par la suite confirmés par de nombreuses études et élargis à d ’autres catégories de patients. En 1995, Koster et al., ont pu observer dans une étude cas-témoins, un risque de TVP deux fois plus élevé chez les patients de groupes non- O(H) par rapport au groupe O(H) 49 . Ce risque était multiplié par un facteur quatre quand une mutation du facteur V Leiden se surajoutait 50-51 . Cette potentialisation du risque de TVP souligne le caractère complexe de la MTEV. En effet, la MTEV est une maladie multifactorielle, c ’est-à-dire que, son apparition et son évolution dépendent de facteurs génétiques, de facteurs environnementaux et de leurs interactions 3 .
En savoir plus

91 En savoir plus

Dépistage systématique extensif versus dépistage limité des cancers occultes chez les patients présentant une maladie thrombo-embolique veineuse non provoquée : revue systématique et méta-analyse des études randomisées

Dépistage systématique extensif versus dépistage limité des cancers occultes chez les patients présentant une maladie thrombo-embolique veineuse non provoquée : revue systématique et méta-analyse des études randomisées

2. Méthode 2.1. Critères de sélection des études : 2.1.1 Type d’études Nous avons inclus toutes les publications qui ont comparé une stratégie de dépistage limitée à une stratégie de dépistage extensive pour le diagnostic de cancers occultes chez les patients présentant une maladie thrombo-embolique veineuse non provoquée. Les études incluses étaient des essais contrôlés randomisés. Les études devaient avoir été publiées en anglais ou en français. Aucune restriction concernant l’année de publication, le type de publication ou le type de document disponible n’a été effectué.
En savoir plus

66 En savoir plus

Quel est le risque de développer une maladie veineuse thrombo-embolique dans les suites d’une hospitalisation pour une affection médicale aiguë ?

Quel est le risque de développer une maladie veineuse thrombo-embolique dans les suites d’une hospitalisation pour une affection médicale aiguë ?

12 «Primum non nocere »: Avant tout ne pas nuire, voici l’un des principaux préceptes de notre médecine basée sur les faits. Le principe est évident, mais sa mise en application est souvent complexe. Pour prendre des décisions médicales éclairées il nous faut des données statistiques fiables, c’est ainsi que nous pouvons espérer soigner au mieux et nuire le moins possible. Par exemple hospitaliser un patient pour une affection médicale aiguë semble faire augmenter le risque de développer une maladie veineuse thrombo-embolique (MVTE), mais peu de données statistiques contrôlées sont disponibles pour certifier que l’hospitalisation est un facteur de risque indépendant. C’est pourquoi les recommandations internationales restent encore floues pour désigner les patients les plus à risque dans ce cas. Des traitements anti-thrombotiques préventifs efficaces existent, mais pour ne pas exposer inutilement les patients aux effets indésirables de ces traitements (en premier lieu le risque hémorragique), il faut pouvoir distinguer les patients qui sont les plus à risque de développer une MVTE lors d’une hospitalisation et dont le bénéfice du traitement anti-thrombotique préventif est supérieur au risque de survenue d’effets indésirables.
En savoir plus

77 En savoir plus

Utilisation de statines et maladie veineuse thrombo-embolique : une étude cas-contrôle chez des patients âgés de 75 ans et plus

Utilisation de statines et maladie veineuse thrombo-embolique : une étude cas-contrôle chez des patients âgés de 75 ans et plus

Ce résultat diffère de ceux observés dans plusieurs études observationnelles, où le risque relatif de MVTE est diminué de 40 à 60% chez les usagers de statines (84)(80)(83). Pour Glynn et al., le risque relatif de MVTE était diminué de 35% chez les patients sous statine. Néanmoins, la population d’étude de l’essai JUPITER, conçue pour étudier l’effet des statines sur la prévention primaire des évènements vasculaires, était plus jeune et moins comorbide du fait de l’exclusion des patients ayant un antécédent de pathologie cardiovasculaire, de diabète ou de cancer (80). Dans l’étude cas-contrôle française, les patients étaient également plus jeunes (moyenne 68 ans) et en meilleure santé (83). Le poids de l’âge et des comorbidités, eux-mêmes facteurs de risque de maladie veineuse thrombo-embolique, pourrait expliquer qu’un effet favorable des statines soit retrouvé dans des populations relativement saines et s’efface avec l’âge et la multiplication des pathologies. Dans l’étude de Freeman basée sur la cohorte PROSPER, la population était âgée de 70 à 82 ans avec un profil de comorbidité plus proche de celui retrouvé dans notre étude (82). Les patients atteints de cancer n’étaient pas exclus et les néoplasies étaient significativement plus fréquentes chez les cas comparés aux contrôles. Les auteurs ne retrouvaient pas d’effet protecteur de la pravastatine comparé au placebo sur le risque veineux thrombo-embolique dans une population âgée et à risque vasculaire (HR 1,42 IC95% [0,80-2,52], p=0,23). Ce résultat n’était pas modifié après ajustement sur les cancers (82).
En savoir plus

67 En savoir plus

Identification de facteurs génétiques modulant deux phénotypes intermédiaires de la maladie thrombo-embolique veineuse : les taux de facteurs VIII et von Willebrand : Intérêt de l’utilisation de différentes approches de recherche pangénomique

Identification de facteurs génétiques modulant deux phénotypes intermédiaires de la maladie thrombo-embolique veineuse : les taux de facteurs VIII et von Willebrand : Intérêt de l’utilisation de différentes approches de recherche pangénomique

CYP4V2- rs13146272, 1,29 IC95 [1.10-1.49] pour SERPINC1-rs2227589 et 1,15 IC95 [1,01- 1,30] pour GP6-rs1613662. La première véritable GWAS sur la MTEV a été réalisée par l'équipe de David Trégouët en collaboration avec le groupe du Professeur Pierre-Emmanuel Morange (Hopital de la Timone, Marseille). Elle incluait 419 patients de moins 50 ans et 1228 témoins chez lesquels un panel d’environ 300 000 SNPs a été génotypé [71]. Les seules associations dont la significativité était inférieure à p=1.7 10 -7 (correspondant à la correction de Bonferroni pour test multiples, voir annexe pA7) étaient situées dans les gènes déjà connus F5 et ABO. L’étude avait une puissance proche de 100% de déceler toute association du même ordre que celle obtenue avec les polymorphismes d’ABO (OR=1,9 et fréquence de l’allèle mineur (MAF) proche de 0,5), à condition bien sûr que le polymorphisme fonctionnel fût en déséquilibre de liaison suffisamment fort avec l’un des SNPs du panel génotypé (voir annexe «déséquilibre de liaison» pA5). La puissance valait un peu plus de 60% pour déceler des associations du même ordre que celle obtenue pour les SNPs de F5 (OR=2,3 ; MAF<0,10). Elle était ainsi insuffisante pour détecter de faibles effets, à l’instar de ceux habituellement trouvés dans les études GWAS. En comparaison, une GWAS portant sur la maladie coronaire avait inclus près de 90 000 individus, auxquels s’ajoutaient 50 000 individus pour l'étude de réplication, afin de pouvoir déceler des OR d’environ 1.12 [72].
En savoir plus

247 En savoir plus

Sensibilité des codes diagnostiques saisis dans le cadre du programme de médicalisation des systèmes d'information pour l'identification des cas de maladie thrombo-embolique veineuse

Sensibilité des codes diagnostiques saisis dans le cadre du programme de médicalisation des systèmes d'information pour l'identification des cas de maladie thrombo-embolique veineuse

(intervalle interquartile, 83,3 à 96,3; coefficient de corrélation intraclasse, 0,11; p=0,03) pour l’embolie pulmonaire, suggérant une variabilité de la qualité du codage pour cette dernière pathologie. La sensibilité des codes diagnostiques de la 10 ème révision de la CIM saisis dans le cadre du PMSI est satisfaisante pour l’identification des cas d’embolie pulmonaire. L’harmonisation des pratiques de codage entre les établissements permettrait leur utilisation en routine à des fins d’évaluation de la qualité de la prévention de cette pathologie. En revanche, l’utilisation des codes diagnostiques saisis dans le cadre du PMSI conduirait à omettre plus de quatre cas de thrombose veineuse profonde sur dix.
En savoir plus

39 En savoir plus

Paramètres prédictifs de la récidive et de la survenue d'une HTAP post-embolique après un premier épisode de maladie thrombo-embolique veineuse

Paramètres prédictifs de la récidive et de la survenue d'une HTAP post-embolique après un premier épisode de maladie thrombo-embolique veineuse

la recanalisation des artères pulmonaires et le temps avant d’obtenir une anticoagulation curative permet au caillot de s’organiser, de se fibroser et explique sa persistance à long terme. Bondermann et al 84 avaient présenté les groupes sanguins non O comme des facteurs de risque de développer une HTAP post-embolique avec un HR à 2,03 (IC 1,12-3,94). Nous avons collecté le groupe sanguin de tous les patients ayant développé cette pathologie qui étaient connus de l’établissement français du sang. Nous remarquons également que ces patients présentent plus volontiers un groupe sanguin non O que dans la population générale. Le groupe A+ s’est révélé plus fréquent (47% contre 36%) et à l’inverse les groupes O+ et O- moins fréquent dans notre population avec obstacle vasculaire persistant. Les groupes non O sont connus pour avoir sur-risque de MTEV du fait du taux plus important de facteur de Willebrand 90 , de facteur VIII 91 , sP-selectine et sICAM-1 92 . Cette physiopathologie pourrait expliquer en partie le risque d’HTAP post-embolique supérieur à la population générale.
En savoir plus

78 En savoir plus

La perception familiale du risque de la maladie veineuse thrombo-embolique : étude sur une cohorte de membres de familles au 1er degré de patients ayant eu une thrombose provoquée

La perception familiale du risque de la maladie veineuse thrombo-embolique : étude sur une cohorte de membres de familles au 1er degré de patients ayant eu une thrombose provoquée

En plus de vous proposer des conseils de prévention très simples, nous souhaiterions connaître votre perception des problèmes de phlébite et d’embolie pulmonaire, chez vous-même et chez vos proches, quelles sont les causes selon vous, quel a été l’impact psychologique. Cette approche est importante pour nous afin de mieux répondre à vos attentes en matière de prévention. En effet, le langage médical est parfois très technique et peu compréhensible et nous concevons que les explications que nous vous avons fournies ont été interprétées différemment par chacun d’entre vous. Notre objectif actuellement est donc de recueillir votre expérience de la maladie chez vous-même ou chez vos proches de manière à construire dans un deuxième temps un programme d’éducation à la prévention des phlébites et des embolies pulmonaires qui soit personnalisé et le plus compréhensible possible par vous-même. Ce travail de recueil de votre point de vue sera effectué par Mme Claudie Haxaire, chercheur au CNRS à l’université de Bretagne occidentale ainsi que 2 internes de médecine générale pour leur thèse de docteur en médecine, au cours d’un entretien d’environ 1 heure, le jour et à l’heure de votre choix, au centre d’investigation clinique au CHU de la Cavale Blanche voire à votre domicile si vous ne pouvez vous déplacez.
En savoir plus

344 En savoir plus

Prophylaxie de la maladie veineuse thromboembolique en post-partum : étude de pratique au CHU de Brest en 2013-2014

Prophylaxie de la maladie veineuse thromboembolique en post-partum : étude de pratique au CHU de Brest en 2013-2014

La maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) est l’une des premières causes de mortalité maternelle en Occident, soit 6 à 10 décès maternels par MTEV par an en France. Des études de population ont identifié les principaux facteurs de risque (FDR) de MTEV durant le post- partum (PP). Des recommandations de thromboprophylaxie du PP existent, en France (SFAR 2005) et à l'étranger, mais sans niveau scientifique de preuve fort et des différences de prise en charge existent. Notre étude concerne l’adéquation des pratiques aux recommandations de la SFAR chez 1835 femmes ayant accouché à BREST entre 2013 et 2014. Nous avons utilisé les données de l'étude HPP-IPF, cohorte prospective, avec consultation des dossiers hospitaliers. Nous avons exclu 4 femmes sous anticoagulants curatifs.
En savoir plus

90 En savoir plus

Impact du phénotype de la maladie veineuse thrombo-embolique (MVTE) sur le phénotype de la MVTE chez les membres de famille

Impact du phénotype de la maladie veineuse thrombo-embolique (MVTE) sur le phénotype de la MVTE chez les membres de famille

Résultats : 123 CI et 123 MDF au 1 er degré avec une MVTE antérieure ont été inclus. Une corrélation significative entre l’âge du CI et l’âge du MDF correspondant au diagnostic de MVTE a été mise en évidence (Coefficient de Corrélation Intra-classe (ICC)=0,37, p=0,045) ; en analyse de strate, cette corrélation était observée uniquement si l’âge du CI était inférieur à 47 ans (ICC=0,39, p=0,007). Il n’y avait pas de concordance entre la présentation clinique de la MVTE de type embolie pulmonaire (EP) ou thrombose veineuse profonde (TVP) chez les CI et chez leur MDF (coefficient kappa=0,055, p=0,53), ni entre le sexe des CI et celui de leur MDF (coefficient kappa=0,057, p=0,51). A l’inverse, il y a avait une concordance significative entre le caractère non provoqué ou provoqué de la MVTE chez les CI et leur MDF (coefficient kappa = 0,157, p = 0,023).
En savoir plus

61 En savoir plus

Traitement combiné séquentiel par bithérapie orale d'emblée et endartériéctomie pulmonaire dans l'hypertension pulmonaire thrombo-embolique chronique

Traitement combiné séquentiel par bithérapie orale d'emblée et endartériéctomie pulmonaire dans l'hypertension pulmonaire thrombo-embolique chronique

La maladie thromboembolique veineuse est fréquente avec au moins 500 cas pour 100000 habitants/an pour les plus de 80 ans aux USA. Un-tiers de ces évènements sont des embolies pulmonaires aiguës versus deux tiers de thromboses veineuses profondes.(22) Becattini et al. ont montré que seulement 0,8% des patients suivis après une EP développent une HTP TEC.(23) On estime que 0,5% à 1,5% des patients vont développer une HTP TEC après une EP aiguë. (24) Cependant, dans la littérature, cette incidence est plus élevée du fait d’un certain nombre de biais méthodologiques liés à l’absence d’évaluation systématique de la PAP lors des épisodes d’EP aiguë et/ou par l’utilisation de l’échocardiographie sans confirmation hémodynamique par cathétérisme cardiaque droit.
En savoir plus

85 En savoir plus

Utilisation de l'évérolimus en transplantation rénale‎ : impact sur la survenue de la maladie thrombo-embolique

Utilisation de l'évérolimus en transplantation rénale‎ : impact sur la survenue de la maladie thrombo-embolique

4 l’agrégation plaquettaire va se réaliser par libération de facteurs von-Willebrand des corps de Weibel-Palade, fixant les plaquettes aux récepteur GP-IB et liant les érythrocytes et monocytes au sous endothélium (adhésion plaquettaire). Ces derniers vont par la suite secréter du facteur tissulaire activant la voie extrinsèque. Par l’intermédiaire de p-selectine, les plaquettes vont changer alors de conformation, se dégranuler pour libérer des substances pro- agrégantes telles que de l’adénosine diphosphate, de la thrombine et du thromboxane-A2 (activation plaquettaire), activer le GPIIb - IIIa pour fixer le fibrinogène, formant ainsi le clou plaquettaire 8 . L’hémostase secondaire va ensuite avoir lieu pour former une chape fibrineuse par l’intermédiaire de la voie extrinsèque (activée par le facteur tissulaire) et la voie intrinsèque. En cas de stase veineuse, la thrombine normalement éliminée au niveau des capillaires pulmonaires va s’accumuler. L’hypoxie locale, secondaire à la désaturation rapide en hémoglobine, va libérer du facteur tissulaire, stimuler le relargage de facteur de von- Willebrand et favoriser l’expression de p-selectine. De nombreux facteurs de risque de MTEV ont ainsi été mis en évidence. Parmi ceux-ci, on retrouve l’alitement, l’inflammation, une chirurgie récente ou un traumatisme des membres inférieurs de moins de 3 mois, l’âge, une pathologie néoplasique en cours de traitement, un antécédent de MTEV ou d’insuffisance cardiaque congestive, une grossesse ou la prise d’une contraception oestroprogestative. Un antécédent de thrombophilie notamment un déficit en protéine C, S ou un déficit en antithrombine III, est un facteur de risque constitutionnel majeur 5 .
En savoir plus

44 En savoir plus

La contraception progestative non combinée et le risque d’évènements thrombo-emboliques veineux. Revue systématique de la littérature

La contraception progestative non combinée et le risque d’évènements thrombo-emboliques veineux. Revue systématique de la littérature

Sur les périodes 1994-1995 et 1996-1998, ont été incluses 600 et 1200 témoins respectivement. La population témoin a été augmentée afin de permettre une plus grande puissance dans les groupes les plus jeunes. Les deux groupes recevaient le même questionnaire qui comprenait des questions notamment sur la contraception utilisée (au moment du diagnostic de thrombose pour les cas), la durée d’utilisation, le délai depuis la dernière prise chez les anciennes utilisatrices, habitudes concernant le tabac (jamais, ancienne fumeuses, 1-10/j, 11-20/j, >20/j, hypertension traitée, hypertension gravidique, grossesses en cours ou anciennes, accident vasculaire cérébral ischémique, thrombose veineuse profonde, infarctus du myocarde, hyperlipidémie, diabète, maladie cardiaque, chirurgie récente, varices veineuses, taille, poids, histoire familiale de thrombose, séquelles d’évènements thrombo-embolique, durée des études, type de test diagnostic utilisé pour le diagnostic de thrombose, traitement anticoagulant, et une zone de commentaire libre sur un facteur potentiellement impliqué selon les patientes.
En savoir plus

77 En savoir plus

Pépite | La prise en charge de l’insuffisance veineuse à l’officine

Pépite | La prise en charge de l’insuffisance veineuse à l’officine

Contre indiqué chez les personnes porteuses d’implant électronique (pacemaker, défibrillateur cardiaque automatique), dans le cadre d’une thrombose veineuse profonde et lors d’une grossesse. Essai clinique randomisé : l’étude a été réalisée sur 22 patients atteint d’une insuffisance veineuse chronique de classification C2-C4. Ils ont utilisé l’appareil 30 minutes par jour durant 6 semaines. Les paramètres étudiés étaient le débit veineux (étudié par échographie doppler), le volume des membres et la qualité de vie (mesuré au départ et à +6 semaines)
En savoir plus

163 En savoir plus

Activité physique et insuffisance veineuse : de la physiopathologie au conseil à l'officine

Activité physique et insuffisance veineuse : de la physiopathologie au conseil à l'officine

Comme vu précédemment, la pratique physique peut être un facteur favorisant mais aussi aggravant de l’insuffisance veineuse. En effet, selon le sport, les caractéristiques physiologiques peuvent être délétères chez un sujet ayant une pathologie veineuse. En revanche, il faut retenir qu’aucun sport n’est véritablement interdit, à condition qu’il soit réalisé avec précaution et sans excès. Une activité physique pratiquée régulièrement, même si ce n’est pas la plus favorable pour les veines, sera toujours plus bénéfique que la sédentarité ou un sport « idéal » réalisé que trop rarement. Le sujet peut aussi varier ses activités : s’accorder une discipline « plaisir » et une autre en compensation, bénéfique pour sa pathologie. Une liste non exhaustive des différents sports va être présentée dans le tableau suivant afin de récapituler les différentes pratiques sportives conseillées et déconseillées. (14)
En savoir plus

146 En savoir plus

Prescription du bilan de thrombophilie en présence d’une maladie thromboembolique veineuse et conséquences thérapeutiques : évaluation des pratiques en médecine générale (région Languedoc-Roussillon)

Prescription du bilan de thrombophilie en présence d’une maladie thromboembolique veineuse et conséquences thérapeutiques : évaluation des pratiques en médecine générale (région Languedoc-Roussillon)

75 P es iptio d’u e e he he de FBR e présence de MTEV en médecine générale : 55% (n=63) ont répondu prescrire une recherche de FBR devant un MTEV, soit plus de la moitié des médecins généralistes, alors que les 45% restants (n=52) préfèrent, pour plus des ¾ d e t e eu , adresser directement le patient à un spécialiste (médecin vasculaire, hématologue ou interniste). Le quart restant jugeait ce bilan inutile à leur prise en charge ou pas assez informé. Une thèse de 2015 portant sur la pratique clinique des médecins généralistes concernant la prescription du bilan étiologique dans la maladie thromboembolique veineuse en région Midi-Pyrénées comportait quant à elle 28% de médecins prescripteurs et % d e vois hez u spécialiste (38). Cette proportion importante de prescription dans notre échantillon peut cependant être biaisée par le fait que seuls les médecins les plus intéressés par notre sujet ont répondu à notre enquête.
En savoir plus

122 En savoir plus

Platelets, Thrombo-Inflammation, and Cancer: Collaborating With the Enemy

Platelets, Thrombo-Inflammation, and Cancer: Collaborating With the Enemy

The activation of platelets by cancer cells may also contribute to metastasis and cancer progression by stimulating deep venous thrombosis and neutrophil extracellular trap formations (N[r]

8 En savoir plus

Thrombose veineuse rénale :  un cas didactique

Thrombose veineuse rénale : un cas didactique

grossesse prolongée révèle une grande incidence d’infarctus placentaires, de calcifications, de thromboses intervillositaires, de dépôts de fibrine périvillositaires, de thromboses artérielles et d’endartérite artérielle. On peut craindre que ces altérations concernent aussi le foetus. Il est également décrit une diminution de la perfusion foetale, avec de possibles signes de déshydratation, facteur de risque de thrombose veineuse.

1 En savoir plus

Complications thrombo-emboliques du traumatisé crânien grave‎ : intérêt de la thromboélastométrie

Complications thrombo-emboliques du traumatisé crânien grave‎ : intérêt de la thromboélastométrie

. Dans notre cohorte, le délai médian d’introduction d’une prophylaxie a été de 6 jours, toutes thérapeutiques confondues : 6,5 jours pour la thrombo-prophylaxie médicamenteuse et 9 jours pour la mise en place d’un filtre cave prophylactique de l’embolie pulmonaire. Ce délai peut sembler long mais est lié aux habitudes de suivi scannographique des patients (Admission, H24 puis J7, en dehors d’évènements cliniques intercurrents). D’autre part, l’initiation relativement tardive de l’anticoagulation préventive de notre population peut s’expliquer par l’évolution des habitudes de prescription entre les 1 e patients et les derniers
En savoir plus

71 En savoir plus

Tolérance des anticoagulants oraux directs dans le traitement de la fibrillation atriale non valvulaire et la maladie thromboembolique veineuse chez les sujets âgés de plus de 80 ans

Tolérance des anticoagulants oraux directs dans le traitement de la fibrillation atriale non valvulaire et la maladie thromboembolique veineuse chez les sujets âgés de plus de 80 ans

Marseille a montré que l’anticoagulation au long cours ne semblait pas avoir d’impact négatif sur la qualité de vie (QV) des personnes âgées (76). Mais il semblerait surtout d’après les auteurs, que les 28 patients traités par AOD (âge moyen 80,3 ± 7,1) avaient une meilleure QV que ceux sous AVK. La dépendance fonctionnelle, ainsi que la démence, l’ATCD de chute et la dénutrition n’étaient pas à négliger non plus dans notre étude. Cela confirme les constations rapportées par les études menées par De Breucker et al. (77) et Sanchez-Barba et al. (78) sur les raisons de la sous anticoagulation des sujets âgés : les fragilités gériatriques (démence, malnutrition, dépendance fonctionnelle, risque de chute) et la dépression n’expliquaient pas la sous-prescription d’anticoagulation orale chez les personnes âgées. En revanche, une prescription d’AAP constituait un frein à l’initiation d’une anticoagulation. Souvent ces patients sont ceux qui ont le risque embolique le plus élevé malgré un risque hémorragique réel.
En savoir plus

94 En savoir plus

Show all 1524 documents...