Langue française Parlée Complétée (LPC)

Top PDF Langue française Parlée Complétée (LPC):

<i>Le Pirate Codeur</i>. Élaboration d'un matériel ludique visant à entraîner et automatiser le décodage de la Langue française Parlée Complétée (LPC) : à destination des enfants sourds ayant reçu une introduction tardive du code LPC

<i>Le Pirate Codeur</i>. Élaboration d'un matériel ludique visant à entraîner et automatiser le décodage de la Langue française Parlée Complétée (LPC) : à destination des enfants sourds ayant reçu une introduction tardive du code LPC

Élaboration d’un matériel ludique visant à entraîner et automa- tiser le décodage de la Langue française Parlée Complétée (LPC) : à destination des enfants sourds ayant reçu une introduc[r]

164 En savoir plus

L'apprentissage de la langue française parlée complétée par les enfants sourds d'âge scolaire : conception d'un loto LPC

L'apprentissage de la langue française parlée complétée par les enfants sourds d'âge scolaire : conception d'un loto LPC

! "(! le code LPC est donné de façon naturelle par les parents et permet de transmettre l’affectif du langage (Marthouret, 1994). De plus, Leybaert & Lechat (2001, voir détail de l’expérience partie précédente) ont montré que plus l’utilisation du code LPC est fréquente, meilleures seront les capacités de l’enfant pour reconnaître les rimes et développer les processus cognitifs nécessaires au développement du langage. Ainsi, de manière décroissante, le groupe exposé au code LPC à la maison et à l’école était plus performant que celui exposé au code à l’école et de manière irrégulière à la maison, qui était lui aussi meilleur que le groupe d’enfant bénéficiant du code LPC seulement à l’école. Périer, Charlier, Hage & Alegria (1988, in Leybaert, Charlier, Hage & Alegria, 1996) ont également étudié l’influence de la durée d’exposition au code LPC. Les enfants étaient exposés au code LPC soit à l’école et à la maison, soit à l’école seulement. Il faut noter que lors de leur étude, les enfants ayant du code à la maison étaient les seuls à y avoir été exposés précocement. Ils devaient identifier des phrases présentées en lecture labiale seule ou en Langue française Parlée Complétée. Ils devaient choisir parmi quatre dessins celui correspondant à la phrase donnée. Les phrases étaient classées selon trois niveaux de difficulté. Les plus difficiles comportaient de nombreuses ambigüités labiales (par ex. : pour la phrase « l’infirmière porte la poire », les dessins comportaient des mots proches sur les lèvres tels que « infirmière »/« fermière » et « poire »/« armoire »). Les auteurs arrivent aux mêmes résultats que Leybaert et Lechat (2001) : les enfants bénéficiant du code LPC à domicile ont des scores supérieurs aux élèves éduqués au code seulement à l’école. Il est donc très important que la famille s’implique dans la Langue française Parlée Complétée et l’utilise avec l’enfant.
En savoir plus

74 En savoir plus

ARTUS : calcul et tatouage audiovisuel des mouvements d'un personnage animé virtuel pour l'accessibilité d'émissions télévisuelles aux téléspectateurs sourds comprenant la Langue Française Parlée Complétée

ARTUS : calcul et tatouage audiovisuel des mouvements d'un personnage animé virtuel pour l'accessibilité d'émissions télévisuelles aux téléspectateurs sourds comprenant la Langue Française Parlée Complétée

I. I NTRODUCTION Le projet ARTUS [9] a pour objectif d'insérer dans les émissions télévisées des informations imperceptibles permettant d'animer à la réception un personnage animé virtuel codant la Langue Française Parlée Complétée (LFPC). Dans le cadre de ce projet, financé par le Réseau National des Télécommunications (RNRT), les mouvements de ce personnage sont calculés à partir d’un télétexte pré-existant, codés et insérés de manière indélébile et imperceptible dans l’émission audiovisuelle originale en utilisant des techniques de tatouage. Le clone ARTUS est incrusté à la demande et à la réception dans l’émission télévisuelle tatouée (cf. Fig. 1). Alors que, dans le système télétexte actuel, l’information textuelle est transmise pendant les retours trames du balayage vidéo, cette procédure – par ailleurs gourmande en bande passante - est incompatible avec la généralisation d’une diffusion sous la forme de flux MPEG. En transmettant cette information (ou toute autre transformée : ici sa prononciation encodée par des gestes) par tatouage, elle peut suivre le chemin de diffusion, indépendamment du format de diffusion ou de stockage du signal (MPEG ou analogique) et sans traitement spécifique.
En savoir plus

7 En savoir plus

Mise en place d’un programme d’accompagnement destiné aux parents d’enfants sourds récemment formés à la Langue française Parlée Complétée (LfPC)

Mise en place d’un programme d’accompagnement destiné aux parents d’enfants sourds récemment formés à la Langue française Parlée Complétée (LfPC)

Souvent comparée à tort à la Langue des Signes Française (LSF) qui est, elle, une langue à part entière, la LfPC est selon Annie Dumont (2008) « une aide à la réception du langage par une technique de visualisation de la parole ». Alegria et al. (2007) parlent eux de «prothèse visuelle destinée à réduire les ambiguïtés de la lecture labiale». Elle est constituée de huit configurations de doigts pour représenter les consonnes et semi-consonnes, et cinq positions de la main autour du visage pour représenter les voyelles (voir annexe I). Le geste obtenu s'appelle une clé, et forme une syllabe, unité de base de la LfPC (Alis et Jubien 2009). L'information manuelle est complémentaire à celle lue sur les lèvres. Certaines clés peuvent correspondre à jusqu'à neuf syllabes si elles ne sont pas combinées à la lecture labiale.
En savoir plus

50 En savoir plus

Regards croisés sur l’intégration scolaire d’élèves sourds utilisant la langue parlée complétée: perceptions d’élèves, de parents et d’enseignants

Regards croisés sur l’intégration scolaire d’élèves sourds utilisant la langue parlée complétée: perceptions d’élèves, de parents et d’enseignants

78 Premier chapitre Toutefois, bien que la naissance de ce mode de communication et son utilisation en Europe remontent respectivement aux années 60 et 70 (Association nationale pour la promotion et le développement de la Langue française Parlée Complétée, 2010), la langue parlée complétée n’a commencé à faire l’objet d’un enseignement systématique que dans les années 90 au Québec (Bull et Garceau, 1997) et demeure encore méconnue dans l’enseignement au Québec (OPHQ, 2005). Pourtant, selon les auteurs consultés et mentionnés précédemment, les caractéristiques de la LPC semblent permettre des apprentissages qui se rapprochent davantage au mode d’apprentissage des élèves en classe ordinaire que des élèves sourds scolarisés en LSQ. Toutefois, bien qu’il y ait des données portant sur les avantages de l’utilisation de la LPC quant à l’apprentissage en classe, peu de données sont actuellement disponibles concernant l’influence de la langue parlée complétée sur les perceptions de l’intégration de ces élèves, et ce, tant chez les parents, les enseignants que les élèves eux-mêmes (Crain et LaSasso, 2010). D’ailleurs, Allen et Anderson (2010) soulignaient dans leur recherche comptant plus de 8300 élèves sourds, que seuls 28 individus utilisaient la LPC et que, le cas échéant, la trop faible prévalence de l’échantillon ne leur permettait pas d’effectuer des analyses quantitatives sur les facteurs influençant l’utilisation de ce mode de communication. Ainsi, il aurait été avantageux de procéder à des analyses qualitatives pour étudier cette population.
En savoir plus

340 En savoir plus

Changements et variations quantifiables dans la langue française

Changements et variations quantifiables dans la langue française

distances se raccourcissent comme si le lexique tendait à se stabiliser. Certes l'orthographe s'est en effet figée dans la première moitié du XIXe siècle et les variantes d'un même mot ne peuvent plus contribuer à l'enrichissement fictif du vocabulaire. Mais ce ralentissement de la créativité, qui dépasse les questions d'orthographe, ne laisse pas de surprendre quand on est habitué à constater dans d'autres domaines l'accélération de l'histoire. Tout se passe comme si les écrivains se souciaient davantage d'exploiter le terrain conquis plutôt que de l'étendre. L'explication réside peut-être, au moins partiellement, dans la composition du corpus que l'on voulait représentatif du français littéraire et de la langue soutenue. L'évolution semblerait sans doute plus rapide si l'on avait fait appel au salon des refusés. Mais on peut penser aussi qu'un certain conservatisme préside au destin de la langue et qu'il est dû peut-être à la frilosité jalouse des usagers plutôt qu'aux directives officielles, comme le montre l'échec relatif de la dernière réforme de l'orthographe.
En savoir plus

24 En savoir plus

Bases neurales de la langue des signes française

Bases neurales de la langue des signes française

Équipe partenaire • UPRES-A 6065 DYALANG Dynamiques Socio-Langagières (Université de Rouen, IRED, 76281 Mont Saint Aignan Cedex) Résumé Signalétique Ce projet a pour objet l’étude, chez des sujets signeurs sourds et entendants, des réseaux neuraux impliqués dans le traitement de la Langue des Signes Française (LSF). Les travaux récents sur les bases neurales des langues signées se sont focalisés sur la comparaison de ces langues avec les langues orales lors de tâches de dénomination et de géné- ration et aucune étude n’a porté à ce jour sur la LSF. Bien qu’elles aient mis en évidence le partage d’un large réseau d’aires du langage, aucune d’entre elles n’a pris en compte un aspect linguistique inhérent à la langue des signes à savoir l’iconicité. Pourtant l’iconicité est un élément essentiel des langues signées qui a des répercussions sur le déve- loppement cognitif. Par exemple Cyril Courtin a montré que l’iconicité facilite les capacités de catégorisation des enfants sourds signeurs. Nous avons donc choisi d’entamer ce projet d’étude des bases neurales de la LSF par l’étude des corrélats neuraux de cette spécificité linguistique. Nous avons dans un premier temps évalué l’existence d’un effet de l’iconicité sur la dénomination chez l’adulte, en comparant des sujets traitant la langue orale et la langue des signes (Mémoire de DEA de Psychologie de Mélanie Dubois, Université Caen-Rouen). Les résultats montrent un effet significatif de l’iconicité de forme qui induit une facilitation de dénomination uniquement en langue des signes française. Aucun effet n’a été observé pour les items à iconicité fonctionnelle. À partir de ces résultats nous avons mis au point un paradigme de dénomination en Imagerie par Résonance magnétique fonctionnelle (IRMf ), les acquisi- tions en IRMf chez les sujets entendants signeurs natifs et monolingues débutant en décembre.
En savoir plus

5 En savoir plus

La variation régionale en langue des signes française

La variation régionale en langue des signes française

En voici un exemple, le signe HEUREUX. Dans les anciennes descriptions, « tourner les mains l’une dans l’autre » (Brouland, 1855), « comme si on se les lavait » (Blanchet, 1850), on reconnaît un geste usuel qui traduit un sentiment de satisfaction (fig. 4a). Ce geste n’est plus reconnaissable dans le signe parisien actuel, dans lequel les mains, animées d’un mouve- ment d’ouverture et de fermeture, n’entrent même plus en contact (fig. 4c). Seule l’existence d’une forme intermédiaire de province (Poitiers, Orléans, Nice, Marseille), dans laquelle chaque main frotte à tour de rôle le dos de l’autre (fig. 4b), apporte la preuve de la filiation en même temps qu’elle permet de comprendre le mécanisme de l’évolution : le geste emprunté a été profondément modifié en s’adaptant aux paramètres propres à la langue des signes, méca- nisme identique à celui qui, en langues vocales, adapte les mots empruntés à la phonologie de la langue emprunteuse. En France aujourd’hui, toute unité lexicale peut en effet être aisément décrite en termes de formes de la main (une trentaine de formes discontinues), d’emplacement, d’orientation de la paume et de mouvement, ce qui n’est pas le cas du geste étymon, dans lequel les mains prennent successivement, et sans solution de continuité, une multitude de formes et d’orientation : ce en quoi il est bien un geste, et non un signe.
En savoir plus

21 En savoir plus

Le statut de la langue française à Ain Bessam

Le statut de la langue française à Ain Bessam

 Les habitants d’Ain Bessam attribueraient une valeur inférieure à la langue française par rapport à l’arabe. Afin d’accomplir cette étude nous avons mobilisé une démarche méthodologique qui se base sur la distribution d’un questionnaire sur une population diversifiée dans la région d’Ain Bessam. Le questionnaire se compose de douze questions qui permettront d’appréhender la conception et l’attitude des locuteurs vis-à-vis de la langue française. L’enquête visera une population de statut, de sexe et d’âge différents, ce choix de diversifier la population ciblée a pour objectif de rendre notre échantillon le plus représentatif que possible de la population d’Ain Bessam. En effet, la discussion dégagée de cette enquête est sensée d’être représentative et généralisable sur la population de la région.
En savoir plus

52 En savoir plus

La périphrase en interprétation en langue des signes française

La périphrase en interprétation en langue des signes française

27 2. Résultats et discussions Ce corpus permet de mettre en relief ce qu’implique le recours à la tactique de la périphrase dans une situation d’interprétation. Dix périphrases ont été décomptées. Il est intéressant de voir que cette tactique interprétative a été utilisée de façon égale face à des termes issus de domaines inédits ou sur des concepts non spécialisés. D’ailleurs, dans sa recherche, Sophie Hirschi a elle aussi noté cette particularité dans l’interprétation en langue des signes française (Pointurier-Pournin, 2014 : 170).
En savoir plus

64 En savoir plus

L'analyse statistique du Trésor de la Langue Française

L'analyse statistique du Trésor de la Langue Française

CŒUR , de la VERTU , de la BEAUTÉ , du BONHEUR ... Nous disposons ainsi d’un millier de courbes dont le défilé rapide laisse à l’image rétinienne, comme dans la lanterne magique, le mouvement de la langue. Mais il est souvent aussi intéressant de faire un arrêt sur l’image et d’étudier les oppositions internes qui agitent un même mot et dont les lignes de force ne sont pas toujours parallèles. Il arrive qu’un mot change de registre, qu’il acquière ou qu’il perde des connotations poétiques, ou techniques. On voit ainsi que le genre poétique résiste mieux que les autres genres à la désaffection qui frappe l’HOMME comme à la promotion dont bénéficient les CHOSES .
En savoir plus

16 En savoir plus

Bibliographie indicative de travaux de langue française

Bibliographie indicative de travaux de langue française

FORTIER C. (2003). Une pédagogie coranique. Modes de transmission des savoirs islamiques (Mauritanie). Cahiers d’études africaines, 169-170: 235-260. GEFFRAY C. (1990). Ni père ni mère. Critique de la parenté: le cas makhuwa. Paris: Seuil. GÉLARD M.-L. (2003). De la naissance au septième jour. Rituels féminins et temps suspendu (sud-est marocain). Ethnologie Française 1(33): 131-139.

14 En savoir plus

Chronique Pays de langue française (1972)

Chronique Pays de langue française (1972)

Cette lettre est écrite sur le dernier folio d'une Bible du XII e siècle (manuscrit de la Bibliothèque Mazarine).. Amiet, Un nouveau témoin du Pontifical Romain du XII' siècle.[r]

5 En savoir plus

Chronique Pays de langue française (1970)

Chronique Pays de langue française (1970)

Étude sur les différents traités de Saint Bernard, parus dans le tome III des oeuvres de Saint Bernard : leur valeur littéraire es t certaine : plan clair et rigoureux, épilogues soigneu[r]

8 En savoir plus

Les difficultés d’apprentissage de la langue française dans la ville de Mostaganem

Les difficultés d’apprentissage de la langue française dans la ville de Mostaganem

Cette question porte sur la prise de parole, l’enseignant affirme que la prise de parole présente un sérieux problème. Il a déclaré que les groupes des apprenants dans la classe sont hétérogène, il y’a des élèves fort mais surtout des élèves faibles : il pense c’est une conséquence de l’entourage social et familial et aussi le système d’évaluations prévu dans le programme d’enseignement n’est pas adapté, aussi les acquisitions linguistiques ne sont pas satisfaites. En fait, les élèves éprouvent beaucoup de difficultés lorsqu’ils s’expriment en français parce que ce n’est pas leur langue maternels ce qui influé sur la mal participation de ce dernier. Ils ont des problèmes de base et par conséquent l’élève n’a pas confiance en soi et a peur de se tromper.
En savoir plus

40 En savoir plus

L’intégration et le rôle des TIC dans la didactique de la langue française

L’intégration et le rôle des TIC dans la didactique de la langue française

C’est particulièrement vrai dans trois types d’activités qui sont aussi parmi les plus fréquents pour un enseignant :utilisation d’outils bureautiques ( traitement de texte, tableur [r]

52 En savoir plus

L'exploitation des données de l'Institut National de la langue française

L'exploitation des données de l'Institut National de la langue française

l'Institut National de la langue française n'ont pas cru qu'il fallait par purisme exagéré refuser l'entrée du temple aux fidèles qui se pressaient derrière les grilles de Nancy et dont on pouvait espérer l'indulgence du- rant cette phase de transition. Ils avaient aussi le souci de ne point trop se laisser distancer par les avancées technologiques. Car si la réalisation d'une base de données suppose des données exactes et copieuses, elle exige aussi une grande rigueur dans la fabrication des logiciels à mettre en oeuvre et il convenait dans ce domaine d'acquérir l'expérience et de parvenir à la puissance, à la fiabilité, à la rapidité et à la convivialité né- cessaires. Et ces qualités ne peuvent être trouvées et prouvées que par des essais en grandeur réelle. Or le talent de l'ingénieur à qui on doit le lo- giciel STELLA a fait de ce coup d'essai un coup de maître. Les spécialistes de la programmation s'accordent sur ce point avec les utilisateurs.
En savoir plus

19 En savoir plus

La langue française est vivante et, elle aussi, suit la mode !

La langue française est vivante et, elle aussi, suit la mode !

Et dans le droit fil des constantes mutations de ce secteur, la langue elle aussi ne cesse d’évoluer : elle joue, s’enrichit, emprunte, afin de nommer toutes les nouveautés qui voient le jour. Le vocabulaire de la mode est le reflet de son temps.

9 En savoir plus

Les emprunts à l'anglais médical dans la langue française contemporaine

Les emprunts à l'anglais médical dans la langue française contemporaine

Dans le cadre de cette étude, nous nous fonderons sur la typologie de l’emprunt lexical de l’OQLF (Loubier) de 2003, que nous avons adaptée pour plus de clarté.. Notons que l’élaboration[r]

399 En savoir plus

Les arabismes du français selon le Trésor de la Langue française

Les arabismes du français selon le Trésor de la Langue française

Panorama historique des contacts entre monde arabophone et monde francophone...14.. Les premiers temps de l'Islam; les premiers échanges commerciaux15 3.[r]

4 En savoir plus

Show all 2699 documents...