Langage de représentation des connaissances

Top PDF Langage de représentation des connaissances:

L'amélioration de l'activité d'explicitation des besoins informationnels : la conception d'un langage de représentation des connaissances adapté aux spécificités des projets d'intelligence d'affaires

L'amélioration de l'activité d'explicitation des besoins informationnels : la conception d'un langage de représentation des connaissances adapté aux spécificités des projets d'intelligence d'affaires

La démonstration du langage de représentation de connaissances LILY donne des instanciations détaillées de l' utilisation du langage pour l' activité d' explicitation [r]

338 En savoir plus

Vers un langage graphique de représentation des connaissances sur les médicaments

Vers un langage graphique de représentation des connaissances sur les médicaments

Aujourd'hui les langages graphiques sont partout autour de nous, de la signalisation routière aux pictogrammes présents dans les gares en passant par les schémas utilisés [r]

78 En savoir plus

Représentation des Connaissances dans un Langage Visuel Typé : une Première Approche

Représentation des Connaissances dans un Langage Visuel Typé : une Première Approche

1 Introduction De nos jours, la transmission des idées passe principalement par la langue écrite. Comme tout langage, l’écriture doit répondre à une syntaxe et à des règles grammaticales précises. Par convention, et quelle que soit la langue utilisée, des mots composent des phrases et sont posés séquentiellement sur des lignes qui vont également guider l’œil lors de la lecture. Même si cela nous permet d’exprimer des idées complexes et subtiles, certaines représentations vont au-delà du mode linéaire et ajoutent une distribution spatiale à l’information, éventuellement sur un support interactif, ou via une approche combinant une vue globale et une vue détaillée. Pour aller au delà de l’utilisation du texte, il y a près d’un siècle, Otto Neurath (Neu- rath, 1936) a entrepris des recherches pour définir un langage graphique universel. Ce qui l’a conduit à Isotype (Système International de Typographie Picture Education). La sémiotique des pictogrammes était théorisée afin de définir une communication visuelle par des symboles graphiques compris par tous. Cette idée d’utiliser des images pour représenter et transmettre des informations a aussi été largement exploitée dans différents domaines. En effet, les picto- grammes sont des vecteurs d’information très efficaces qui sont utilisés dans les panneaux de signalisation routière par exemple. Selon Teboul (Teboul & Damier, 2017), les êtres humains ont la capacité de traduire immédiatement une forme graphique en un élément sémantique. De plus, la perception visuelle humaine est bien adaptée pour appréhender une situation, reconnaître un lieu et par extension une représentation graphique dans son ensemble. Notre cerveau est en effet particulièrement efficace pour traiter rapidement une information visuelle (on admet 1 souvent que 90% des informations qui arrivent au cerveau sont sous cette forme).
En savoir plus

17 En savoir plus

Représentation des Connaissances dans un Langage Visuel Typé : une Première Approche

Représentation des Connaissances dans un Langage Visuel Typé : une Première Approche

1 Introduction De nos jours, la transmission des idées passe principalement par la langue écrite. Comme tout langage, l’écriture doit répondre à une syntaxe et à des règles grammaticales précises. Par convention, et quelle que soit la langue utilisée, des mots composent des phrases et sont posés séquentiellement sur des lignes qui vont également guider l’œil lors de la lecture. Même si cela nous permet d’exprimer des idées complexes et subtiles, certaines représentations vont au-delà du mode linéaire et ajoutent une distribution spatiale à l’information, éventuellement sur un support interactif, ou via une approche combinant une vue globale et une vue détaillée. Pour aller au delà de l’utilisation du texte, il y a près d’un siècle, Otto Neurath (Neu- rath, 1936) a entrepris des recherches pour définir un langage graphique universel. Ce qui l’a conduit à Isotype (Système International de Typographie Picture Education). La sémiotique des pictogrammes était théorisée afin de définir une communication visuelle par des symboles graphiques compris par tous. Cette idée d’utiliser des images pour représenter et transmettre des informations a aussi été largement exploitée dans différents domaines. En effet, les picto- grammes sont des vecteurs d’information très efficaces qui sont utilisés dans les panneaux de signalisation routière par exemple. Selon Teboul (Teboul & Damier, 2017), les êtres humains ont la capacité de traduire immédiatement une forme graphique en un élément sémantique. De plus, la perception visuelle humaine est bien adaptée pour appréhender une situation, reconnaître un lieu et par extension une représentation graphique dans son ensemble. Notre cerveau est en effet particulièrement efficace pour traiter rapidement une information visuelle (on admet 1 souvent que 90% des informations qui arrivent au cerveau sont sous cette forme).
En savoir plus

17 En savoir plus

La compréhension morphosyntaxique du langage dans les troubles du spectre autistique sans déficience intellectuelle : état des connaissances, analyse descriptive et perspectives de prise en charge

La compréhension morphosyntaxique du langage dans les troubles du spectre autistique sans déficience intellectuelle : état des connaissances, analyse descriptive et perspectives de prise en charge

 Le bootstrapping syntaxique : Barbara Landau et Lila Gleitman 12 partent du postulat inverse de Pinker en postulant que la syntaxe permet d’accéder au sens. En effet pour elles, la théorie du bootstraping sémantique peut fonctionner pour certains verbes mais pas pour tous. Certains verbes sont directement visualisables par l’action mais ce n’est pas le cas de tous. Si on prend l’exemple des verbes « regarder » et « voir », leur action est trop proche sémantiquement pour les distinguer par leur représentation réelle. Une étude a été menée aux Etats Unis et a démontré que ces deux verbes n’étaient pas utilisés dans le même contexte syntaxique par les mamans. Le premier est utilisé dans un contexte d’exclamative, d’impérative (look at that !) et le second plutôt dans un cotexte interrogatif (See ? that’s a dog). De plus le premier est suivi d’un COI alors que le second est suivi d’un COD. Ce serait donc la syntaxe qui permettrait au jeune enfant de saisir les différences imperceptibles concrètement entre les verbes.
En savoir plus

177 En savoir plus

Hypertextualité, construction du sens et représentation des connaissances.

Hypertextualité, construction du sens et représentation des connaissances.

3. Traitement du langage naturel Introduction Les recherches portant sur le langage naturel visent princi- palement à faciliter les interactions entre hommes et machines, au travers d’interfaces (IHM - Interface Homme Machine). Nous « parlons », nous « utilisons » des langages différents. Celui des hommes est complexe et supporte de nombreuses nuances, de nombreuses interprétations, dont les machines sont bien incapables. Les interfaces graphiques sont un exemple d’apport des recherches en IHM, il n’est plus indispensable d’apprendre les commandes de l’ordinateur, une représentation graphique des ressources utilisables est proposée à l’utilisateur, les manipulations avec la souris sont censées ou prétendues intuitives et donnent accès aux commandes dispo- nibles sur les ressources pointées. Il n’y a plus de commande cachée, tout est accessible « naturellement » en quelques clics de souris. Pourtant tout n’est pas si simple, le « bureau » symbolisé sur un écran d’ordinateur est vertical, un bureau réel est horizontal. Sur un « bureau » symbolisé il est possible de trouver, pêle-mêle, des documents, des applications (donc des objets virtuels, des verbes en quelque sorte), le disque dur de l’ordinateur et même quelquefois l’ordinateur lui-même. L’autre partie de l’interface se trouve donc dans le cerveau de l’utilisateur, c’est lui qui doit réinterpréter ses besoins pour les traduire en actions que l’ordinateur sera capable d’effectuer. Dans l’imaginaire populaire, le développement ultime de l’IHM c’est HAL 8
En savoir plus

653 En savoir plus

Humanités Numériques et Web Sémantique : du langage naturel à une représentation computationnelle structurée et sémantique des données

Humanités Numériques et Web Sémantique : du langage naturel à une représentation computationnelle structurée et sémantique des données

Notons que la notion d'exploitation de triplestores fait appel aux notions d'interrogation et d'exploration de graphe. Ainsi, l'interrogation de triplestores consiste à formuler une requête Sparql pré-formatée (formulaires généraux) ou libre (Endpoint Sparql) tandis que l'exploration de triplestores est une forme d'interrogation uniquement possible via des Endpoint Sparql qui permet aussi de découvrir différents chemins dans un graphe sémantique vers des données précises. En effet, plusieurs chemins peuvent permettre d'obtenir une même information dans un graphe (usage de diverses notions : raccourci, héritage, inverse, raffinement), sachant que ces chemins ne sont pas toujours tous renseignés. On peut donc écrire des requêtes Sparql pour découvrir si différents chemins vers une donnée précise existent ou pour connaitre les noeuds terminaux. L'exploration est donc importante pour s'approprier un triplestore spécifique. L'exploration permet aussi la comparaison de différents triplestores qui décrivent des données similaires (objets d'une même période historique, objets de même type, objets identiques) dans un contexte de LOD (Linked Open Data), par exemple. Ainsi, la comparaison de chemins assure une meilleure découverte des connaissances et augmente la correction ou l'enrichissement mutuel des connaissances des différents acteurs du LOD. Notre application web fournit un LOD pour ModRef ainsi qu'une liste de modèles de requêtes Sparql pour interroger, explorer et valider nos triplestores séparément ou ensemble. A plus long terme, l'objectif est d'intégrer d'autres LOD sur internet (Beek et al., 2016) (Daga et al., 2016) pour un partage, un échange et une découverte de nouvelles connaissances à plus grande échelle. Ainsi, le LOD doit améliorer la découverte de nouvelles connaissances, du fait de l'usage de formalismes, de langages de métadonnées, de thésaurus publiés, standardisés voire normalisés.
En savoir plus

4 En savoir plus

Extension du langage de requêtes LISQL pour la représentation et l'exploration d'expressions mathématiques en RDF

Extension du langage de requêtes LISQL pour la représentation et l'exploration d'expressions mathématiques en RDF

IRISA, Université de Rennes 1 Campus de Beaulieu, 35042 Rennes cedex, France ferre@irisa.fr Résumé : Les expressions mathématiques comptent pour une part importante dans les connaissances humaines. Nous en proposons une représentation en RDF afin de pouvoir les intégrer aux autres connaissances dans le Web sémantique. Nous éten- dons ensuite le langage de description et d’interrogation LISQL afin de concilier des représentations non-ambiguës, des requêtes expressives et des notations naturelles et concises. Par exemple, la requête int(... ?X ˆ 2..., ?X) permet de trouver les intégrales en x dont le corps contient la sous-expression x 2 . Tout cela permet d’utiliser Sewelis, un système d’information logique pour le Web séman- tique, pour la représentation et l’exploration guidée d’expressions mathématiques. Ce guidage dispense les utilisateurs de maîtriser la syntaxe de LISQL et le vocabu- laire tout en leur garantissant des expressions bien formées et des résultats à leurs requêtes.
En savoir plus

17 En savoir plus

Acquisition et représentation de connaissances en musique

Acquisition et représentation de connaissances en musique

système de transcription (voir le chapitre III) utilisant des chaînes de symboles. 42 Les données ainsi collectées sont en principe exemptes d'erreurs. Une partie importante de ce savoir musical, qui avait échappé à l'attention des ethnographes, est engrammée dans des schémas d'improvisation transmis oralement. Le “système expert” que nous avons réalisé pour modéliser ce savoir (Bol Processor BP1) est basé sur un formalisme emprunté aux grammaires formelles et aux langages de formes (pattern languages). (Voir le chapitre IV) Nous avons dû résoudre, pour cette classe de langages formels, le problème du test d'appartenance (membership test) d'une chaîne arbitraire au langage engendré par une grammaire. Un algorithme déterministe imposant des restrictions sur le formalisme grammatical (un ordre partiel sur les règles, autrement dit une connaissance procédurale) est décrit au chapitre IV. D'autres caractéristiques du formalisme imposées par le contexte expérimental, comme la négation de contexte ou le contrôle stochastique des productions, sont présentées au chapitre V.
En savoir plus

204 En savoir plus

Représentation et traitement des connaissances en logique multivalente : cas d'une répartition non uniforme des degrés de vérité

Représentation et traitement des connaissances en logique multivalente : cas d'une répartition non uniforme des degrés de vérité

mais symboliques utilisant des mots du langage naturel. Ainsi, une variable linguistique (Figure 2.3) est une variable prenant ses valeurs dans un en- semble de termes linguistiques (Zadeh, 1975a). Ces derniers expriment les diff´erentes nuances, symbolis´ees par des mots, de l’information trait´ee. Un terme linguistique peut ˆetre interpr´et´e comme une ´etiquette d’un sous- ensemble flou sur les valeurs de la variable num´erique de base (Zadeh, 1975a). En d´ecrivant par exemple la superficie d’un logement, dire qu’elle est mi- nuscule est moins sp´ecifique que dire qu’elle fait 9m 2 . Ainsi minuscule est un terme linguistique de la variable surface ce qui est ´equivalent ` a la valeur num´erique 9m 2 mais dans un contexte moins informatif et moins pr´ecis. En effet, le mˆeme terme inclut un ensemble de valeurs num´eriques. Ainsi, chaque terme linguistique est associ´e ` a un sous-ensemble flou. La s´emantique de ces termes est donn´ee par la fonction d’appartenance (Bouchon-Meunier, 1995). D´ efinition 1 Un sous-ensemble flou A de l’ensemble de r´ef´erence X est d´efini par une fonction d’appartenance qui associe ` a chaque ´el´ement x de X le degr´e fA(x), compris entre 0 et 1, avec lequel x appartient ` a A :
En savoir plus

214 En savoir plus

La machine abstraite KGRAM et son langage GRAAL pour l'interrogation de graphes de connaissances

La machine abstraite KGRAM et son langage GRAAL pour l'interrogation de graphes de connaissances

1. Introduction Dans cet article nous présentons la machine abstraite KGRAM (acronyme pour Knowledge Graph Abstract Machine) et son langage GRAAL (acronyme pour GRAph Abstract query Language) pour l’interrogation de graphes de connaissances quel- conques. KGRAM et GRAAL sont le résultat d’un travail d’abstraction que nous avons mené afin de proposer une solution générique au problème de l’interrogation de graphes orientés étiquetés et plus particulièrement de graphes de connaissances de différents modèles. Ce travail apporte un élément de réponse dans les enjeux actuels importants, liés à la multiplicité des langages de représentation des connaissances qui coexistent. Avec GRAAL et KGRAM, nous proposons d’unifier les mécanismes de raisonnement pour interroger des bases de connaissances de différents modèles. Pour ce faire, nous avons identifié des primitives abstraites de haut niveau qui constituent les expressions du langage GRAAL et les interfaces que manipule KGRAM. De fait, KGRAM est conçue comme un interprète de GRAAL et ne manipule que des inter- faces aussi bien pour ses structures de données que pour ses opérations de graphes.
En savoir plus

16 En savoir plus

ARTheque - STEF - ENS Cachan | Le rôle d'explicitation des connaissances intuitives joué par le langage Logo

ARTheque - STEF - ENS Cachan | Le rôle d'explicitation des connaissances intuitives joué par le langage Logo

Le sujet a appliqué l'idée d'incrémentation à l'angle parce qu'il te- nait à ce que la spirale s'écarte de plus en plus en partant du centre, Or, augmenter l'angle ne signifie pas AUGMEN[r]

7 En savoir plus

Représentation et propagation de connaissances imprécises et incertaines: Application à l'évaluation des risques liés aux sites et sols pollués.

Représentation et propagation de connaissances imprécises et incertaines: Application à l'évaluation des risques liés aux sites et sols pollués.

Cette approche permet d’obtenir des r´esultats pr´ecis sur les probabilit´es de d´epassement de seuil mais cette pr´ecision peut ˆetre jug´ee arbitraire dans le sens o` u l’on ne dispose[r]

199 En savoir plus

Le préservatif féminin en 2016‎ : connaissances et représentation de 286 étudiants amiénois de 18 à 25 ans

Le préservatif féminin en 2016‎ : connaissances et représentation de 286 étudiants amiénois de 18 à 25 ans

On remarque, qu’il y a certains jeunes qui pensent à tort que le fait d’être homosexuel les protège d’une exposition aux IST et/ou au VIH. Cela montre un manque de connaissances, car bien qu’ils soient protégés sur le versant contraceptif, ils ne le sont pas contre les IST/VIH. Il faut continuer à faire des interventions auprès des jeunes et de bien expliquer quels sont les moyens qui permettent de se protéger contre une grossesse uniquement et ceux qui offrent une double protection (protection contre les grossesses et contre les IST/VIH).

55 En savoir plus

Méthodologie d'ingénierie des connaissances pour la représentation des définitions lexicographiques dans le cadre de la théorie Sens-Texte

Méthodologie d'ingénierie des connaissances pour la représentation des définitions lexicographiques dans le cadre de la théorie Sens-Texte

Cependant, il est nécessaire d’aboutir à une structuration aussi formelle que pos- sible des définitions lexicographiques pour les applications en TALN, comme le justifie Wanner (2003). C’est pourquoi nous nous intéressons à la conceptualisation originel- lement privilégiée dans la TST, qui présente les définitions lexicographiques sous la forme d’une représentation sémantique qui encode le sens de l’unité lexicale définie (Mel’ˇcuk et al., 1995). Par exemple la figure 1 représente la définition de PEIGNE B.2.D .

17 En savoir plus

La parole en déroute : défaut du langage et représentation dans Madame Bovary et L'Éducation sentimentale de Gustave Flaubert

La parole en déroute : défaut du langage et représentation dans Madame Bovary et L'Éducation sentimentale de Gustave Flaubert

Chez Flaubert , l ' ironique rejoint ainsi l'onir i que pour faire de l'apparition du sublime au sein de la parole intérieure cet infini en creux ou s'engouffre jusqu'au [r]

133 En savoir plus

Pépite | Troubles de la pragmatique et troubles spécifiques du langage oral : quels liens ? : état des lieux des connaissances à ce jour

Pépite | Troubles de la pragmatique et troubles spécifiques du langage oral : quels liens ? : état des lieux des connaissances à ce jour

conversationnelle avec un adulte. Il en ressort que les enfants avec un TSLO avaient obtenu des résultats significativement plus faibles que les deux groupes d'enfants contrôles sur le plan syntaxique, mais que leurs capacités pragmatiques étaient préservées. De plus, les résultats vont dans le sens d'une approche modulaire du langage et montrent que les compétences pragmatiques et syntaxiques se développent de façon indépendante. Hupet (1996) évoque un développement asymétrique du langage. Plusieurs études ont démontré que les compétences communicatives s'acquièrent très tôt dans le développement, avant la compétence linguistique. De plus, là encore, il est prouvé que certains enfants communiquent très bien malgré leurs troubles structurels du langage. Bishop et Adams (2000) confirment également que certains enfants avec un TSLO peuvent présenter des troubles grammaticaux mais pas pragmatiques. Ainsi, le développement asymétrique des compétences langagières montre qu'elles sont relativement indépendantes l'une de l'autre.
En savoir plus

36 En savoir plus

Effet des pratiques et des connaissances sur la représentation sociale d'un objet : application à l'hygiène hospitalière

Effet des pratiques et des connaissances sur la représentation sociale d'un objet : application à l'hygiène hospitalière

L’effet des pratiques professionnelles a été largement mis en évidence sur la profession des infirmières. Guimelli et Jacobi 1990 ; Guimelli et Rouquette, 1992 ; Guimelli, 1994 montrent grâce à l’utilisation de la méthode des Schèmes Cognitifs de Base (Rouquette, 1990 ; Guimel- li et Rouquette, 1992 ; Rouquette 1994) que chez les infirmières qui ont mis en place des pra- tiques nouvelles spécifiques du rôle propre de l’infirmière, comparativement à celles qui sont restées dans des pratiques traditionnelles (application des prescriptions du médecin), la repré- sentation du travail diffère radicalement. Cela se traduit par des différences au niveau de la structure de la représentation, l’item rôle propre est central dans la représentation des infir- mières ayant mis en œuvre les pratiques nouvelles, sa valence est significativement plus im- portante. Par ailleurs, le bloc relatif au rôle propre est valorisé.
En savoir plus

29 En savoir plus

Expression de problème, Explicitation de connaissances ou de solutions nouvelles, Représentation graphique d'information : un triptyque clé pour l'étudiant en Intelligence Economique

Expression de problème, Explicitation de connaissances ou de solutions nouvelles, Représentation graphique d'information : un triptyque clé pour l'étudiant en Intelligence Economique

Dans cet article nous défendons l’importance de la formation de l’étudiant en IE pour qu’il dispose des meilleures armes pour bien exprimer et comprendre un problème informationnel qui pourra lui être formulé. Nous faisons le lien avec d’autres outils que nous avons employé pour proposer des solutions pour l’aide à l’expression de problème entre personnes. Parmi ces derniers, nous abordons plus particulièrement l’apport de connaissances pour l’explicitation de connaissances développée en Gestion des Connaissances et l’aide à l’Innovation via des méthodes de créativité. Ensuite, nous appuyons l’intérêt pour l’étudiant en IE de connaissances en visualisation d’informations ou représentations graphiques de connaissances pour l’aide à l’explicitation de problème de manière statique ou dynamique comme le cas d’une war-room. Enfin, nous terminerons par un retour d’expérience pratique de l’ensemble de ces éléments contribuant au moins à l’aide à l’expression de problèmes et de connaissances.
En savoir plus

9 En savoir plus

Les connaissances des mères : du niveau de développement linguistique de leur enfant, et de leur propre niveau de langage lorsqu'elles s'adressent à leur enfant (aspects morpho-syntaniques)

Les connaissances des mères : du niveau de développement linguistique de leur enfant, et de leur propre niveau de langage lorsqu'elles s'adressent à leur enfant (aspects morpho-syntaniques)

à procéder ensuite aux enregistrements a été retenue, essentiellement parce qu'elle nous semblait comporter de moindres risques, dan* la mesu­ re justement où cette infiluence des questionnaires ne touchait en rien les productions linguistiques de Venfiant. Par ailleurs, les mères, même sous VInfiluence récente du questionnaire, ne pouvaient tout de même pas changer de manière marquée le langage qu'elles adressent ha­ bituellement à leur enfiant, au risque de voir s'éteindre tout dialogue avec lui. Une telle perfiormance, si elle était réalisée, constituerait un remarquable tour de fiorce de la part de ces mères.
En savoir plus

74 En savoir plus

Show all 4339 documents...