Jeunes élèves

Top PDF Jeunes élèves:

Les jeunes élèves et les images du Web

Les jeunes élèves et les images du Web

usagers la considèrent permet de redéfinir en partie la notion de « besoin d’images ». Dans ce cas, il ne s’agit plus seulement pour l’usager de déterminer l’information visuelle dont il a besoin, mais aussi de savoir quel type de rapports il entend entretenir avec l’image, s’il projette de la considérer comme une source d’information ou comme un objet, et ce en fonction de ces objectifs et de la situation qui le pousse à chercher cette image. Une étude en particulier, celle de Lundh et Alexandersson, permet d'appuyer ce constat, puisque à l'issu d'une observation empirique les deux auteurs ont montré que l'activité de recherche d'image était essentiellement considéré, chez les jeunes élèves, comme une activité ludique façonnée par l'hypothèse que les images sont avant tout des objets décoratifs, et non des informations. Ce qui mène d'ailleurs certains participants de l'enquête à distinguer clairement la recherche d'image de la recherche d'informations proprement dite (Lundh & Alexandersson, 2012).
En savoir plus

76 En savoir plus

Les tableaux à double entrée dans les écrits scientifiques des jeunes élèves

Les tableaux à double entrée dans les écrits scientifiques des jeunes élèves

2. LES JEUNES ÉLÈVES FACE À DES TABLEAUX À COMPLÉTER Pour remplir les cases d’un tableau déjà structuré, les élèves doivent comprendre la logique qui a présidé à sa construction et se dégager de leurs propres conceptions pour entrer dans un cadre prédéfini et ce, quel que soit le type de tableau proposé. Souvent, la tentation est forte de proposer aux élèves un cadre spatialement économique, susceptible de condenser un maximum d’informations. Les tableaux peuvent alors contenir trop d’implicites et s’avérer en fin de compte peu pertinents que ce soit pour repérer des informations, permettre des comparaisons ou favoriser la mémorisation.
En savoir plus

22 En savoir plus

Conceptualisation du vivant dans le cadre d’une démarche d’investigation scientifique chez de jeunes élèves du cycle 1 primaire : le rôle de l’habillage de la situation

Conceptualisation du vivant dans le cadre d’une démarche d’investigation scientifique chez de jeunes élèves du cycle 1 primaire : le rôle de l’habillage de la situation

pensée enfantine constituent des obstacles épistémologiques (Bachelard, 1993/1938) à la construction du savoir scientifique. Leur dépassement nécessite de construire les conditions d’une entrée des jeunes élèves dans la culture scientifique (Grancher, Lhoste, & Schneeberger, 2015). Une des modalités de cette acculturation consiste à engager les élèves dans des démarches d’enquête les conduisant à construire un rapport problématisé au savoir. Mais le recours à de telles démarches en classe n’est pas une chose triviale comme le mettent en évidence plusieurs travaux (ex. : Anderson, 2007; Barman, 2002; Calmettes, 2010; Hayes, 2002; Marlot & Morge, 2016; Windschitl, 2004). Dans la phase initiale de mise en œuvre de notre CDP, un entretien d’explicitation (Martinez, 1997; Vermersch, 2019) intégrant un dispositif méthodologique de photolangage mené auprès d’une dizaine d’enseignants du primaire a mis en évidence que les formes d’investigation adoptées en classe par ces enseignants sur la thématique du vivant relevaient essentiellement du tâtonnement expérimental, parfois de la familiarisation pratique (Coquidé, 2007) ou de modalités qui maintiennent les élèves – dans le meilleur des cas – dans un registre de formulation que l’on peut assimiler à celui des objets et des évènements selon le modèle de la théorie des deux mondes (Tiberghien, 1994). Marquées par une absence d’articulation entre la problématisation et la conceptualisation, ces formes d’investigation présentent un faible potentiel pour la production de savoirs raisonnés (Orange, 2005). Ces résultats convergent avec d’autres travaux réalisés antérieurement. Par exemple, l’étude de Roy (2018a) réalisée auprès d’une vingtaine d’enseignants fribourgeois du primaire et du secondaire a montré que ceux-ci témoignent d’une compréhension partielle de la DIS. La phase de problématisation poserait des défis particuliers. En effet, le point de départ de cette démarche consiste fréquemment à proposer aux élèves une question à investiguer plutôt que de leur poser une situation problématisante permettant de faire émerger des questions fécondes 1
En savoir plus

13 En savoir plus

QUAND EMMA CASTELNUOVO RENCONTRA ALEXIS CLAUDE CLAIRAUT L'histoire d'un esprit novateur dans l'enseignement de la géométrie pour des jeunes élèves

QUAND EMMA CASTELNUOVO RENCONTRA ALEXIS CLAUDE CLAIRAUT L'histoire d'un esprit novateur dans l'enseignement de la géométrie pour des jeunes élèves

Emma Castelnuovo (1913-2014), enseignante italienne de mathématiques, dès les débuts de sa carrière, s’interroge sur les obstacles rencontrés par ses jeunes élèves lorsque le cours de géométrie a un caractère descriptif et statique (Castelnuovo, 1958). En 1948, elle publie la première édition de sa Geometria intuitiva, un manuel scolaire à l’intention d’élèves de onze à quatorze ans et de leurs enseignants. Source d’inspiration, l’ouvrage de Clairaut lui suggère la manière d’établir un ordre nouveau dans la programmation de son enseignement. Elle développe ainsi les idées fondatrices de sa nouvelle manière de faire apprendre à ses élèves la géométrie : en ajoutant un caractère concret et dynamique, les contenus de cette discipline sont développés en réponse à des problèmes.
En savoir plus

2 En savoir plus

La bilittératie chez les jeunes élèves allophones à Montréal : une réflexion en vue d’améliorer l’enseignement-apprentissage du français

La bilittératie chez les jeunes élèves allophones à Montréal : une réflexion en vue d’améliorer l’enseignement-apprentissage du français

abdel.hakim.touhmou@gmail.com Résumé: Le présent article poursuit un double objectif. Le premier est de rendre compte de l’importance du concept de bilittératie pour la recherche et la pratique en éducation. Le second est de susciter la réflexion sur les différents enjeux didactiques et pédagogiques liés à la bilittératie chez les jeunes élèves allophones à Montréal. À cet effet, deux modèles complémentaires qui font partie de la matrice théorique de notre projet de recherche seront abordés. Il s’agit du modèle de la compétence sous-jacente commune de Cummins (2008, 1991, 1981, 1979), ainsi que du modèle des continuums de Hornberger (2004, 2003). Le texte illustre la nécessité de reconsidérer la pratique d’enseignement du français – langue de scolarisation au Québec – vu la réalité sociolinguistique dans laquelle évoluent les élèves allophones.
En savoir plus

11 En savoir plus

Explorations et improvisations sonores à l'école maternelle : des moyens d'engager les jeunes élèves dans une démarche d'invention musicale ?

Explorations et improvisations sonores à l'école maternelle : des moyens d'engager les jeunes élèves dans une démarche d'invention musicale ?

moyens d'engager les jeunes élèves dans une démarche d'invention musicale ? Auteur : Lucas Toffaloni Résumé : Et si la création musicale n'était pas le seul apanage des musiciens expérimentés mais également possible pour de jeunes enfants ? Bien que les pratiques créatives en éducation musicale aient du mal à s'affirmer au sein des instructions officielles de 2008, les programmes de l'école maternelle de 2015 nous incitent à explorer ce champ pédagogique. Des chercheurs et pédagogues ont pu déceler en l'enfant des capacités relevant de l'invention et de la composition sonore. Si des expériences dans le domaine scientifique et pédagogique ont été réalisées, ce champ de réflexion reste peu exploré. Comment développer de telles capacités chez les élèves de maternelle ? Au travers de la mise en place d'une séquence pédagogique, ce travail propose d'amener des pistes de réflexions sur le sujet. Il s'avère que fournir aux élèves des occasions d'explorer des corps sonores et d'improviser favorise chez ces derniers l’apparition et l'organisation d'idées musicales. Néanmoins, le guidage de ces moments par les consignes et l'attention de l'enseignant, ainsi que la présence d'un support destiné à nourrir l'imagination des élèves semblent des conditions essentielles au développement de comportements d'invention musicale.
En savoir plus

50 En savoir plus

Mise en place d'un dispositif d'apprentissage à distance pour de jeunes élèves nouvellement arrivés en France : adaptation et mise à niveau

Mise en place d'un dispositif d'apprentissage à distance pour de jeunes élèves nouvellement arrivés en France : adaptation et mise à niveau

Résumé du Mémoire Ce mémoire traite de la mise en place du site internet « Espace Elève » au sein du Casnav de Grenoble (Centre Académique pour la Scolarisation des Nouveaux Arrivants et des enfants du Voyage). Ce stage a eu lieu dans le cadre du Master deuxième année Dilipem de l'Université Stendhal. La problématique du mémoire s'interroge sur les éléments pédagogiques permettant d'élaborer un dispositif d'apprentissage à distance pour un public très spécifique : de jeunes élèves (11-15 ans) nouvellement arrivés en France (scolarisation en classes d'accueil) et ne parlant pas (ou peu) le français (public FLS et FLSco). Outre les aspects didactiques de cette question, le mémoire traitera également des aspects techniques liés à la mise en place de ce projet, à la création d'activités, et à la production de contenus pour le Casnav.
En savoir plus

94 En savoir plus

Les effets délétères du virilisme de jeunes élèves

Les effets délétères du virilisme de jeunes élèves

CHRONIQUE Les effets délétères du virilisme de jeunes élèves Le mot virilité, qui provient de vir, signifie homme, mais aussi, force, courage et vaillance (Corbin, Courtine et Vigarello, 2011). La virilité est traditionnellement associée à la puissance sexuelle, à la force physique, aux valeurs guerrières et à la domination sur les femmes. Les conduites de virilité procurent aux hommes le sentiment d’appartenir à l’identité masculine. La virilité demeure un enjeu risqué, car les hommes doivent la faire reconnaître par d’autres hommes (Badinter, 1992). Un homme n’est jamais définitivement assuré sur sa virilité. Elle n’est jamais acquise et doit continuellement être prouvée. En fait, l’inquiétude masculine est ontologique à l’égard de sa virilité. C’est pourquoi Pierre Bourdieu écrit : « Le privilège masculin est aussi un piège [car elle impose] à chaque homme le devoir d’affirmer […] sa virilité […] au nom de l’honneur, sous le regard du groupe viril, craignant de perdre la face, l’admiration du groupe » (1998, p. 27).
En savoir plus

5 En savoir plus

Analyse géographique et multiniveau de l'influence de l'environnement scolaire sur la pratique de l'activité physique de jeunes élèves du Québec

Analyse géographique et multiniveau de l'influence de l'environnement scolaire sur la pratique de l'activité physique de jeunes élèves du Québec

16 15 ans et le niveau de circulation automobile, la présence de parcs et d’espaces verts, la densité résidentielle et d'emplois dans des destinations d'intérêt pour les jeunes autour de leur école dans la ville de Boston. Utilisant un échantillon de 224 jeunes filles fréquentant une école défavorisée et à forte représentation afro- américaine, Hager et al. (2013) ont exploré l’association entre la pratique de l’activité physique et la densité de commerces d'alimentation, d'infrastructures reliées à l'activité physique et d'items que l’étude associe au désordre urbain (graffitis, fenêtres cassées, bâtiments abandonnés). L’étude conclut que le nombre de restaurants-minute et d'infrastructures sportives autour de l'école est associé positivement au nombre de minutes d’APMV pratiqué quotidiennement. L’étude émet l’hypothèse, également soulevée dans différentes études, que la présence de mixité et de densité commerciale peut constituer un facteur prédisant la pratique de l’activité physique en milieu urbain. Ainsi, les jeunes ayant accès à des destinations qui les intéressent dans le voisinage de leur école peuvent utiliser le transport actif pour s’y rendre et peuvent, dans certains cas, y pratiquer de l’activité physique, augmentant ainsi le volume total d’APMV pratiqué.
En savoir plus

131 En savoir plus

Favoriser le développement de l'autonomie de jeunes élèves en situation de résolution de problèmes mathématiques : une démarche de type recherche-action.

Favoriser le développement de l'autonomie de jeunes élèves en situation de résolution de problèmes mathématiques : une démarche de type recherche-action.

À l’aide de notre cadre de référence et pour nous aider à concevoir un enseignement plus efficace au plan du développement de l’autonomie des élèves en résolution de problèmes, nous avon[r]

156 En savoir plus

Une analyse de l’utilisation d’outils de création numérique en expression graphique chez de jeunes élèves

Une analyse de l’utilisation d’outils de création numérique en expression graphique chez de jeunes élèves

! Un des objectifs de notre recherche est de mettre en évidence l’effet que produit l’utilisation d’une tablette graphique (variable indépendante manipulée) sur les performances de sujets à une épreuve de dessin standardisée (variable dépendante). Pour montrer l’impact de l’outil sur la réalisation, nous avons travaillé avec le même groupe d’élèves et la même consigne leur a été donnée. Les élèves devront chacun réaliser deux dessins avec des consignes identiques mais avec deux outils différents. Nous allons ainsi pouvoir comparer l’impact de l’outil sur leurs réalisations.
En savoir plus

12 En savoir plus

Améliorer l'autorégulation de jeunes élèves lors de l'apprentissage de la lecture

Améliorer l'autorégulation de jeunes élèves lors de l'apprentissage de la lecture

2 Thomas Sergent, 1 ` ere ann´ ee de th` ese Fig. 1. Sch´ ema de l’autor´ egulation. Traduit de Zimmerman [17] par Carr´ e [4] l’autor´ egulation mais ´ egalement au niveau de l’adaptation des exercices donn´ es. Nous nous int´ eressons plus particuli` erement ` a un public peu ´ etudi´ e, celui des enfants de 5 ` a 7 ans, dans le contexte original de l’apprentissage de la lecture via une application web existante proposant des exercices s’adaptant ` a leur niveau. On pourrait s’interroger sur la possibilit´ e pratique d’entraˆıner l’autor´ egulation chez de jeunes enfants. Cependant, Dignath et al. [6] ont effectu´ e une m´ eta- analyse de 30 ´ etudes sur les programmes de formation ` a l’autor´ egulation de l’apprentissage ` a l’´ ecole primaire montrant un effet positif significatif. De plus, Zheng [16] a montr´ e dans sa m´ eta-analyse que les ´ etayages d’autor´ egulation dans des environnements informatiques ont en g´ en´ eral un effet positif significatif non n´ egligeable. L’autor´ egulation est ´ egalement li´ ee au concept d’auto-efficacit´ e - la croyance qu’a un individu en sa capacit´ e de r´ ealiser une tˆ ache - de Bandura [3] au niveau de la phase d’anticipation et l’am´ elioration du sentiment d’auto-efficacit´ e est corr´ el´ ee avec une augmentation des gains d’apprentissage [9].
En savoir plus

9 En savoir plus

La résolution collaborative d'un problème informationnel par des jeunes élèves de 9 à 11 ans

La résolution collaborative d'un problème informationnel par des jeunes élèves de 9 à 11 ans

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

74 En savoir plus

Conseils de jeunes et participation : étude auprès des collectivités et de jeunes engagés

Conseils de jeunes et participation : étude auprès des collectivités et de jeunes engagés

Une parole politique bridée ? Si le conseil de jeunes est considéré par certains, comme par ce jeune homme ancien conseiller dans un CMJ, comme « un très beau dispositif pour responsabiliser les jeunes » et qui permet d’apprendre à devenir citoyen (« Être citoyen ce n'est pas quelque chose de naturel, ça s'apprend, et ça s'apprend dès le départ »), il est vu aussi comme un moyen de ne pas laisser toute la place aux adultes pour faire de la politique. Pourtant, l’expression politique au sein des conseils de jeunes, quel que soit leur niveau territorial, est loin d’aller de soi. En effet, lorsqu’ils se prononcent sur cette question, près de la moitié des jeunes dans l’enquête affirment qu’ils ont rarement ou jamais pu donner leur avis politique durant leur mandat : 48 % pour les jeunes au niveau communal, 61 % au niveau départemental, et 47% au niveau régional. 17 % des jeunes affirment en revanche qu’ils ont pu très souvent donner leur opinion politique. À la question qui a été posée aux jeunes de se situer sur une échelle politique allant de 0 (à gauche) à 10 (à droite), 23 % déclarent ne pas se retrouver dans cette classification. Parmi celles et ceux qui ont pu se situer, 47 % ont indiqué une valeur allant de 0 à 3 signifiant donc la tendance plutôt à gauche d’une bonne partie des jeunes ayant participé à l’enquête. Pour certains, le dispositif n’est pas fait pour exprimer ses opinions politiques, l’intérêt général doit primer sur les clivages politiques pouvant exister entre les jeunes ou entre les jeunes et le pouvoir local en place :
En savoir plus

65 En savoir plus

Homogénéité et hétérogénéité des membres du Mouvement des jeunes socialistes et des Jeunes populaires

Homogénéité et hétérogénéité des membres du Mouvement des jeunes socialistes et des Jeunes populaires

hors jeu socialement. » Ils sont ceux qui ressentent le plus fortement une situation de « moratoire », ce « nouvel âge de la vie », qui correspond à une évolution socio-historique des calendriers juvéniles : l’entrée dans la vie active, la décohabitation familiale et le mariage (ou, plus justement, la formation d’un couple). « Tous les seuils marquants qui séparent l’adolescence de l’âge adulte ont connu un diffèrement » (Galland, 1990), plus marqué encore chez les enfants des milieux les plus favorisés. Les travaux de Stéphane Beaud et Michel Pialoux sur les enfants d’ouvriers migrants (2003, 2005) ou de Nicolas Renahy sur des jeunes ruraux et populaires (2005) ont en effet souligné que ceux-ci sont, au contraire, davantage éloignés de cet « univers d’adolescence, au sens vrai, c’est-à-dire d’irresponsabilité provisoire » (Bourdieu 1978) qui caractérise la perception dominante de la « jeunesse ». Ainsi dans leur cas, le retardement de l’accès à un statut professionnel stable tient davantage au chômage, à l’occupation d’emplois précaires et à la multiplication des statuts d’attente qu’à la prolongation du statut d’étudiant. D’une certaine façon, nos enquêtés correspondent à la vision dominante de la « jeunesse », pourtant loin d’être universelle. Ils façonnent ainsi l’appropriation partisane de cette appréhension de la jeunesse, tout autant qu’ils sont modelés par elle.
En savoir plus

14 En savoir plus

L'inclusion scolaire des élèves à besoins éducatifs particuliers : les élèves allophones

L'inclusion scolaire des élèves à besoins éducatifs particuliers : les élèves allophones

10 Joce le Breton évoque le fait que dans certains cas les EBEP sont scolarisés dans des structures pédagogiques spéciales dites « classes relais » et bénéficient d’un dispositif d’aides appelé PPRE (Projets Personnalisés de Réussite Educative) qui a pour mission d’identifier et de répondre aux besoins éducatifs particuliers propres à chaque élève. Ceci implique alors, selon Karine Million-Fauré, la mise en place de pratiques pédagogiques répondant à la diversité des élèves (et adaptations spécifiques pour les allophones) : il s’agit de leur proposer un travail différent de celui demandé aux autres élèves de la classe, que ce soit lors des séances d’enseignement ou lors des séances d’évaluation, sans pour autant diminuer l’intérêt du travail. Ainsi, les méthodes s’adaptent au niveau, aux besoins linguistiques, aux stratégies cognitives et au profil psychologique de l’élève.
En savoir plus

32 En savoir plus

Forum Jeunes Chercheuses Jeunes Chercheurs : Actes de la 10e ́edition

Forum Jeunes Chercheuses Jeunes Chercheurs : Actes de la 10e ́edition

Sa thèse s’intègre dans le cadre du projet de recherche BISE2 (Business Information System for Energy and Environnement), et porte sur l’interprétation des événements dans un système d’[r]

52 En savoir plus

Forum Jeunes Chercheuses Jeunes Chercheurs : Actes de la 10e ́edition 

Forum Jeunes Chercheuses Jeunes Chercheurs : Actes de la 10e ́edition 

Sa thèse s’intègre dans le cadre du projet de recherche BISE2 (Business Information System for Energy and Environnement), et porte sur l’interprétation des événements dans un système d’[r]

51 En savoir plus

Les médiateurs de rue face aux "parlers jeunes" / des exemples de "parlers jeunes"

Les médiateurs de rue face aux "parlers jeunes" / des exemples de "parlers jeunes"

La géographie tourangelle se décline pour sa part en 21 quartiers répartis dans trois zones urbaines, Tours Sud, Tours Centre et Tours Nord 12 , et une périphérie ou « agglomération de Tours » comprenant 33 quartiers (avec les villes de St Pierre-des-Corps à l’Est et Joué les Tours au Sud). Les discours des médiateurs sont empreints de références à ces quartiers : à son quartier d’origine, au quartier où l’on habite, aux quartiers où l’on travaille, que l’on côtoie…. A partir des remarques éparses 13 sur les quartiers, des catégories émiques (Mondada, 2003) propres aux locuteurs, qui recomposent l’espace urbain, ont pu être isolées. Le schéma ci-dessous figure des échelles de valeurs sur lesquelles sont disposés les différents quartiers. La première flèche, à partir des discours évaluatifs des médiateurs, représente un classement des quartiers en fonction des façons de parler : de la gauche, les quartiers où les jeunes parlent le plus mal (où habitent des sauvages, qui parlent mal, qui utilisent des expressions qui ne veulent rien dire) vers la droite, où les jeunes parlent le moins mal (où habitent ceux qui ne
En savoir plus

37 En savoir plus

L’annualisation des ressources des jeunes adultes dans l’Enquête nationale sur les ressources des jeunes adultes

L’annualisation des ressources des jeunes adultes dans l’Enquête nationale sur les ressources des jeunes adultes

Diverses hypothèses ont été faites afin d’estimer les montants perçus pour le dernier trimestre de l’année, per- mettant de disposer d’un montant annuel. Les revenus du travail déclarés « au moment de l’enquête » corres- pondent aux activités effectuées la semaine précédant l’enquête (« semaine de référence »). L’extrapolation à l’ensemble du dernier trimestre est réalisée en fonction de la régularité ou non de ces activités, du type de contrat (en distinguant les stages rémunérés et l’apprentissage des autres activités rémunérées) ainsi que de leur durabilité estimée par les jeunes interrogés. Pour les activités occasionnelles ou les stages rémunérés que le jeune ne pense pas poursuivre dans les trois mois, seul le revenu déclaré pour le mois de l’enquête est pris en compte pour l’ensemble du dernier trimestre. Pour l’apprentissage, les activités rémunérées exercées régulière- ment tout au long de l’année et pour les stages rémunérés qui vont se prolonger dans les trois mois suivant l’interrogation, le salaire mensuel déclaré à l’enquête est supposé perçu sur l’ensemble du dernier trimestre 2014. Pour les prestations sociales, la situation du mois de l’enquête (le fait de percevoir un revenu social et son montant) est considérée comme stable sur tout le trimestre, compte tenu de la population concernée et des revenus sociaux dont les jeunes bénéficient le plus fréquemment (bourses d’études, allocations logement). Seules les allocations chômage sont traitées différemment. Ainsi, pour les jeunes considérés en fin de droits ou déclarant avoir un travail qui commencera plus tard, l’hypothèse est faite que le versement des allocations chômage s’arrête le mois de l’enquête et le montant perçu à ce moment n’est pas extrapolé au(x) mois restant(s). Les aides financières régulières (des parents ou d’autres personnes, hors conjoints éventuels) ne sont, elles, demandées qu’au moment de l’enquête. Or, elles sont très liées à la situation résidentielle des jeunes adultes (Castell et al., 2016b/c). Elles sont supposées stables sur toute l’année pour les jeunes n’ayant pas changé de situation résidentielle. Pour les jeunes ayant quitté le domicile parental (décohabitation) ou y étant retourné (recohabitation) en 2014, les aides régulières correspondant à la situation précédant la décohabitation ou la recohabitation sont imputées en fonction de leurs caractéristiques. Le mois du changement résidentiel n’étant pas connu dans l’enquête, des informations exogènes sont mobilisées.
En savoir plus

32 En savoir plus

Show all 3973 documents...