isoformes a et b

Top PDF isoformes a et b:

Etude de la régulation et de la fonction des deux isoformes A et B de Pax5 : oncogène majeur de la lignée B

Etude de la régulation et de la fonction des deux isoformes A et B de Pax5 : oncogène majeur de la lignée B

Through the targeting of lineage antigen-negative bone marrow cells for retroviral transduction in vitro, we successfully generated TCR retrogenic mice displaying an appropriate intrathy[r]

286 Read more

Comparaison des mécanismes de régulation des isoformes a et b des récepteurs 5-HT4

Comparaison des mécanismes de régulation des isoformes a et b des récepteurs 5-HT4

a. Selon le sexe La dépression peut affecter aussi bien les hommes que les femmes, mais avec différentes fréquences. Entre 10 à 25 % des femmes en sont touchées, soit environ deux fois le pourcentage d’hommes (1 homme sur 10 contre 1 femme sur 5) (Kessler, Merikangas, & Wang, 2007). Cette incidence élevée chez les femmes peut s’expliquer par de nombreux facteurs psychologiques et environnementaux que les femmes ne perçoivent pas comme les hommes, tels que les abus physiques et sexuels, certains événements stressants de la vie, les relations de couple, les maladies, les morts, les discriminations, la pauvreté. Les femmes perçoivent aussi des changements que les hommes ne connaissent pas, tels que les dérèglements hormonaux lors des menstruations, des grossesses, du postpartum, de la pré- ménopause et ménopause, ainsi qu’à la suite d’une fausse-couche (Keita, 2007). Les expériences de tomographie par émission de positrons (TEP) ont reporté que le taux de synthèse de sérotonine chez les hommes est plus élevé de 52 % de celui des femmes (Nishizawa et al., 1997), ce qui peu être un facteur pertinent de l’incidence moins élevée de dépression majeur unipolaire. Par conséquent, les femmes sont plus susceptibles à vivre une phase de dépression au cours de leur vie. Selon Statistique Canada, le taux élevé de dépression est associé significativement à l’accroissement de risque de maladie cardiaque chez la femme. En ce qui concerne les hommes, les symptômes de dépression sont souvent masqués par des sentiments de colère et de découragement.
Show more

129 Read more

Caractérisation de l'expression des isoformes du DCIR dans l'infection par le VIH-1

Caractérisation de l'expression des isoformes du DCIR dans l'infection par le VIH-1

27 à sa liaison avec un glycane, l’ITIM est alors déphosphorylé. Ainsi, l’effet inhibiteur du DCIR découlerait de son état de repos en condition basale, tandis que cette inhibition par le DCIR serait levée lors de la liaison, au CRD du DCIR, d’un de ses ligands (224, 250, 317). Il se pourrait que le DCIR soit présent dans une région de la cellule pauvre en phosphatases et que, lorsqu’il est activé, il soit déplacé vers un endroit riche en phosphatases, menant donc à la déphosphorylation de son ITIM (250). Cependant, l’interaction entre l’ITIM du DCIR et des PTP comme SHP-1 et SHP-2 ne mène pas nécessairement à l’inhibition de l’activation cellulaire (250, 278). En effet, le recrutement de SHP-2 à l’ITIM phosphorylé du DCIR non activé pourrait permettre l’activation cellulaire, tandis que la déphosphorylation de l’ITIM pourrait, à la suite de l’activation du DCIR, avoir un effet inhibiteur cellulaire (224, 250, 317). De plus, la phosphorylation de l’ITIM avec ou sans activation du DCIR par un ligand peut dépendre du type cellulaire sur lequel le récepteur est exprimé et aussi du ligand qui l’active (250, 278). Finalement, la N-glycosylation du CRD pourrait aussi déterminer l’activité inhibitrice ou activatrice du DCIR (250). En effet, un site de N-glycosylation est situé dans le CRD du DCIR (asparagine de la position 185, Figure 8) à côté de son domaine de liaison aux hydrates de carbone (acides aminés 195 à 197, Figure 8). Il a été montré que cette glycosylation a une influence sur la liaison du DCIR aux hydrates de carbone, notamment l’antigène de Lewis b et le mannose 3. L’absence d’un glycane au site de N-glycosylation permettrait la liaison d’hydrates de carbone avec le CRD du DCIR, alors que la liaison d’un glycane au site de N-glycosylation entraverait la liaison du CRD avec des hydrates de carbone. Ce serait l’interaction en cis du glycane avec des protéines adjacentes ou l’encombrement stérique qui altèrerait cette liaison du CRD avec des hydrates de carbone. Ainsi, la N-glycosylation du DCIR pourrait affecter la force de liaison du DCIR avec ses ligands sans pour autant altérer sa spécificité (250).
Show more

127 Read more

Les isoformes P1 et P2 du récepteur nucléaire HNF4α ont des fonctions différentes dans le cancer colorectal

Les isoformes P1 et P2 du récepteur nucléaire HNF4α ont des fonctions différentes dans le cancer colorectal

classes spécifiques P1 ou P2 a été inhibée chez les cellules cancéreuses colorectales Caco2/15 par infection de shARNs. Les gènes dont l’expression varie en fonction de HNF4α ou d’une classe spécifique d’isoformes ont été ensuite identifiés à partir des modifications dans le transcriptome des cellules quantifiées par RNA-seq. Ces gènes modulés ont été ensuite comparés aux gènes liés par HNF4α en ChIP-seq (Verzi et al., Dev. Cell, 2010) à l’aide du logiciel BETA. Les gènes prédits pour être régulés par HNF4α en ChIP-seq et retrouvés modulés avec les différents shARN ont été identifiés et classés selon leur probabilité d’être des cibles communes aux isoformes P1 et P2 ou spécifiques à l’une des classes d’isoformes. Les gènes ainsi identifiés comme cibles des isoformes P1 ou P2 ont été ensuite analysés par le logiciel d’interprétation biologique IPA pour identifier les fonctions biologiques qui leur sont associées. B) Conception des shARNs utilisés pour l’inhibition des isoformes de HNF4α. Un shARN ciblant la région 5’ spécifique à chaque classe d’isoformes a été conçu pour inhiber sélectivement l’expression des isoformes P1 ou P2 (shP1 et shP2 respectivement). Un troisième shARN ciblant une région interne commune à tous les isoformes de HNF4α a été utilisé comme contrôle. C) Méthode expérimentale pour l’identification de gènes cibles directs par infection transitoire. Les cellules Caco2/15 ensemencées à sous-confluence (sc) ont été infectées pendant une période de 48 heures avec les lentivirus shCtl, shP1, shP2 ou shHNF4. Après 48 heures, les virus ont été retirés par changement du milieu de culture. Les cellules ont été cultivées pour un autre 24 heures avant d’en extraire les ARNm. Au moment de l’extraction, les cellules Caco2/15 avaient atteint l’état de confluence depuis un jour permettant ainsi une expression similaire des isoformes P1 et P2 chez les cellules contrôles. D) Validation de l’inhibition spécifique des isoformes de HNF4α par infection transitoire des Caco2/15. Les protéines totales de cellules infectées selon la méthode exposée en C ont été analysées par immunobuvardage pour déterminer l’expression des isoformes de HNF4α. Les shARNs shP1 et shP2 permettent de réduire efficacement l’expression des isoformes P1 et P2 respectivement.
Show more

409 Read more

Rôles des isoformes p200CUX1 et p110CUX1 dans l'épithélium colique et dans la carcinogenèse colorectale

Rôles des isoformes p200CUX1 et p110CUX1 dans l'épithélium colique et dans la carcinogenèse colorectale

Résumé L’isoforme p200CUXl est un répresseur transcriptionnel qui est clivé dans les NIH3T3 par la cathepsin L en isoforme pllO CUXl laquelle acquiert alors la capacité d ’activer la transcription des gènes cibles. Dans le système digestif, CUX1 est exprimé dans l’iléon et le côlon proximal chez la souris adulte. Aucun rôle dans le contexte de l’épithélium colique n’a été attribué à ce jour aux isoformes p200CUXl et p l 10CUX1. Le but de cette thèse a donc été d ’investiguer l’implication de p200CUXl et pl 10CUX1 dans l’épithélium colique ainsi que dans la carcinogenèse colorectale. Une étude différentielle par criblage de micropuces à ADN a permis d’identifier le gène PLZF comme cible transcriptionnelle de CUX1 dans le côlon. Une analyse informatique a prédit 15 sites de liaison potentiels pour CUX1 dans la portion 5’-UTR et dans une région de 776 p.b. du promoteur du gène PLZF. Des essais de gel de rétention et d’immunoprécipitation de la chromatine ont démontré une interaction de CUX1 avec certains sites prédits du gène PLZF in vitro et in vivo. Des essais transcriptionnels ont rapporté une diminution de deux fois de l’activité transcriptionnelle du promoteur du gène PLZF par CUX1. Les sites # 13, 14 et 15 du promoteur du gène PLZF ont été identifiés comme étant les sites préférentiellement liés par CUX1. Une analyse Western a permis d’établir un patron d’expression réciproque entre les cellules qui expriment CUX1 et celles qui expriment PLZF. Ces travaux ont également permis d’identifier un nouveau mécanisme intracellulaire impliqué dans la production de l’isoforme pllO CUXl. Un traitement des cellules 293T, T84 et Caco2/15 avec deux inhibiteurs du protéasome, soit le MG132 et le bortezomib, résulte en une diminution de l’expression de l’isoforme pllO CU Xl. Une rapide accumulation
Show more

172 Read more

Les rôles distincts des isoformes de myosine II non-musculaire dans des processus cellulaires impliquant le cytosquelette d'actine

Les rôles distincts des isoformes de myosine II non-musculaire dans des processus cellulaires impliquant le cytosquelette d'actine

II.2 Introduction Nonmuscle myosins class II are members of the large family of myosins. They are composed of two heavy chains (MHC), and of two essential and two regulatory light chains (MLC). Up to date, three isoforms of myosin II have been described, that correspond to three different heavy chains A, B and C respectively (Bresnick, 1999; Golomb et al., 2004). However, most biochemical and physiological data gathered are related to the isoforms A and B. These two isoforms share a general molecular organization and enzymatic activity, and their intracellular distribution partially overlaps (Bao et al., 2005; Kolega, 2003; Takahashi et al., 1992). Nevertheless, there is increasing experimental evidence that nonmuscle myosin II isoforms’ contractile and structural activities and distribution are differently regulated, and thus, that myosin II isoforms distinctively contribute to several cellular processes (Bao et al., 2005; Conti and Adelstein, 2008; Ivanov et al., 2004; Straussman et al., 2001). For instance, nonmuscle myosin IIA moves actin filaments faster than myosin IIB (Kelly et al., 1996), the assembly of myosin IIA and myosin IIB filaments is blocked by different kinases (Murakami et al., 2000) myosin IIA and IIB distribute differently in migrating endothelial cells (Kolega, 2006), myosin IIA is cleaved during apoptosis while myosin IIB is more resistant (Solinet and Vitale, 2008), myosin IIA but not myosin IIB promotes microtubule dynamics (Even-Ram et al., 2007), and the phosphorylation of myosin light chains in myosin IIA and IIB are differentially modulated by the Rho-dependent kinase (ROCK) (Sandquist et al., 2006).
Show more

280 Read more

Les 12 isoformes de HNF4α sont des régulateurs transcriptionnels distincts

Les 12 isoformes de HNF4α sont des régulateurs transcriptionnels distincts

97 discussion plus approfondie entourant ces isoformes est présentée plus loin dans ce chapitre. De plus, nous avons noté un impact fonctionnel associé au domaine F de certaines isoformes. Effectivement, il semble que la forme courte du domaine F, qui est présente chez α3, α6, α9 et α12, soit associée à une fonction transcriptionnelle réduite pour ces isoformes par rapport aux isoformes partageant le même domaine A/B. Par exemple, HNF4α3 entraîne la modulation de seulement 200 gènes, soit une réduction de plus de cinq fois du nombre total de gènes affectés par rapport aux isoformes α1 et α2. Très peu d’études s’étaient intéressées jusqu’à présent à caractériser les isoformes possédant cette forme plus courte du domaine F, puisqu’elles semblent être moins exprimées par rapport aux autres isoformes. L’activité transcriptionnelle de α3 a uniquement été évaluée dans le contexte d’essais luciférase et de retardement sur gel. HNF4α3 est un transactivateur environ deux fois plus fort pour le promoteur Hnf1α murin et le promoteur APOCIII humain comparativement à α1 et α2, respectivement (Huang et al., 2008 ; Suaud et al., 1999). Ces observations semblent à première vue contradictoires par rapport à l’activité transcriptionnelle réduite de α3 que nous rapportons dans ce projet. Toutefois, plusieurs facteurs peuvent expliquer ces différences. Ces études exprimaient les constructions des isoformes par surexpression, alors que le système d’expression Flp-In T-REx que nous avons utilisé permettait des niveaux d’expression beaucoup plus similaires à des niveaux endogènes de HNF4α retrouvés dans les lignées Caco-2/15 et HT-29 (données non présentées). Ainsi, nous avons noté que l’isoforme α3 était exprimée plus faiblement que les isoformes α1 et α2, alors que les études précédentes ne montraient pas de différences à ce niveau. L’expression plus faible de HNF4α dans notre modèle d’étude pourrait expliquer la réduction de son impact sur le transcriptome. L’analyse du transcriptome représente évidemment une vision globale de l’activité des isoformes, alors que les essais luciférases étaient limités à l’étude de quelques promoteurs seulement. Le contexte cellulaire n’était également pas le même dans ces différentes études. Pour toutes ces raisons, nous pouvons affirmer que notre étude transcriptomique est la première à démontrer que l’isoforme α3 a une activité transcriptionnelle réduite comparativement aux isoformes α1 et α2.
Show more

162 Read more

Détection, annotation fonctionnelle et régulation des isoformes de l'épissage alternatif associées au cancer de l'ovaire

Détection, annotation fonctionnelle et régulation des isoformes de l'épissage alternatif associées au cancer de l'ovaire

Figure 1 Laser capture microdissection (LCM) of normal and cancer ovarian tissues. (a) Shown are hematoxylin and eosin stain samples from Fallopian tubes, ovaries, and high- grade serous ovarian tumors visualized by light microscopy before and after dissection at lOx magnification. The limits of dissected tissues are indicated in green and the type of tissues examined is indicated on top. Dissected tissues with similar cell population in both normal and cancer samples were chosen for RNA extraction. Typically, dissected Fallopian tube epithelium was composed of 90% epithelial and 10% fibroblast cells; dissected cancer epithelium was composed of more than 95% epithelial and less than 5% fibroblast and other non epithelial cells (e.g. endothelial and inflammatory cells); dissected Fallopian tube stroma, dissected ovarian stroma and dissected tumor microenvironment was composed of 60-80 % fibroblast, 10-20% endothelial and 10-20% of inflammatory cells (see Materials and Methods for details) (b) The quality of the dissected tissues was assessed by examining the expression of established epithelial (e.g. CDH1 and DSP; left panels) and stromal (e.g. VIM and FN1, right panels) markers by quantitative RT-PCR. The global expression of the different markers was determined in the epithelium and stroma of four-paired normal Fallopian tube (upper panels) and nine paired high-grade serous ovarian cancer samples (bottom panels). Relative values were normalized to housekeeping genes as previously described 17 and the expression ratio (epithelium / stroma) was plotted as bar graph. The dashed line indicates the threshold separating stromal and epithelial expression levels. Detailed description (Supplementary Table 13) and individual expression values (Supplementary Table 14) of the dissected tissues are
Show more

292 Read more

Les isoformes de PML et la réponse au TGF-β

Les isoformes de PML et la réponse au TGF-β

dans sa séquence de quatre motifs : un domaine RING finger, impliqué dans ses interactions avec d’autres protéines ; deux boîtes B (B box) ; et un domaine coiled-coil, responsable de sa multimérisation. Du fait d’épissages alternatifs entre les exons 4 et 9 à partir d’un gène unique, 7 isoformes principales de PML sont générées, dont 6 sont nucléaires (PMLI à PMLVI), possédant un motif NLS (nuclear localisation signal), et une, dénuée du motif NLS, cytoplasmique (PMLVII) (Figure 1) [4,5] . D’autres isoformes de PML pourraient également être exprimées par épissage alternatif des exons 4, 5 et 6. Dans la nomenclature de PML, des lettres peuvent être ajoutées pour indiquer la perte d’exons : « a » correspond aux isoformes sans l’exon 5, « b » aux isoformes sans les exons 5 et 6, et « c » aux isoformes sans les exons 4, 5 et 6. Les isoformes « b » et « c » sont cytoplasmiques car elles n’ont pas l’exon 6 qui contient le motif NLS
Show more

7 Read more

Contribution des isoformes de la myosine à l'obstruction respiratoire dans le souffle chez le cheval

Contribution des isoformes de la myosine à l'obstruction respiratoire dans le souffle chez le cheval

Multiple reaction monitoring (MRM) analysis Samples were analyzed on a ABSciex 5500QTRAP TM hybrid triple quadrupole/linear ion trap mass spectrometer equipped with an Eksigent nanoLC AS2 cHiPLC nanoflexcontrolled by Analyst 1.6 TM and with a nanospray ionization source. Mass spectrometry analysis was conducted in positive ion mode with an ion spray voltage of 2300 V. For each samples, 5 µL were injected. Peptides were desalted on a 200 µm x 6 mm chip trap column packed with ChromXP C18, 3 µm, (Eksigent part of ABSciex, Dublin, CA, USA) at 2 µL/min of Solvent A (formic 0.1%) then switched in line at a flow rate of 1000 nL/min on a 200 µm x 15 cm chip column packed with ChromXP C18, 3 µm (Eksigent part of ABSciex, Dublin, CA, USA) with a 16 min linear gradient from 5 to 25% of solvent B (ACN 0.1% FA), then a 2 min linear gradient from 25 to 80% B, followed by a 2 min linear gradient. Cycle time was 2.24 sec. Nebulizer gas was set to 8 (Gas1), curtain gas to 20 and heater to 150 °C. Preset values for declustering potential (Watanaveeradej et al., 2011) and collision energy (CE) were used. LC-MRM/MS analyses were performed using all the transitions from y and b ions with m/z greater than the precursor for each peptide. Quantification was done with MultiQuant 2.1 and based on the relative areas of the SIS and endogenous peptides. The MRM transition that gave the highest area counts was used for the quantitation, with the other transitions acting as qualifier transitions to confirm peptide retention times and the fragment ion ratios. A blank solvent injection was run between biological samples to prevent sample carryover on the high performance liquid chromatography (HPLC) column and the samples were injected in random order. Samples were analyzed in duplicate, i.e., two repeats of the same protein sample.
Show more

101 Read more

Analyse quantitative des isoformes méthylés et non-méthylés du globotriaosylcéramide par spectrométrie de masse en tandem pour la maladie de Fabry

Analyse quantitative des isoformes méthylés et non-méthylés du globotriaosylcéramide par spectrométrie de masse en tandem pour la maladie de Fabry

à réduire les symptômes de la maladie sont disponibles. Deux classes de traitements sont donc offertes aux patients : ceux visant la cause de la maladie et ceux visant les conséquences de celle-ci. La thérapie enzymatique de remplacement (TER) est, à ce jour, le traitement le plus répandu et celui montrant les meilleurs résultats ( Hollak et Weinreb, 2015) . Le patient reçoit, par infusion, une enzyme recombinante afin que celle-ci puisse aller exercer la fonction habituelle de l’enzyme déficiente. La première TER a été développée vers les années 1990 pour la maladie de Gaucher ( Barton et al., 1991) . Actuellement, celle-ci est disponible pour la maladie de Fabry, la maladie de Pompe, la maladie de Gaucher et les MPS de type I, II, IVA et VI ( Hendriksz et al., 2014; Parenti et al., 2015) . Elle est actuellement en essai clinique pour, entre autres, la leucodystrophie métachromatique, les mucopolysaccharidoses de type VII et IIIA et la déficience en acide lipase (Cox et Cachon- Gonzalez, 2012; Parenti et al., 2015) . Puisque les protéines recombinantes sont de grosses molécules et qu’elles ne diffusent pas passivement à travers les membranes et dans certains tissus, comme le cerveau, des études sont encore effectuées pour optimiser la biodisponibilité et la diffusion de ces protéines (Parenti et al., 2015). Les patients présentent parfois une réponse immunologique contre ces molécules, ce qui peut limiter l’efficacité de la TER et mener à la cessation de la prise de la TER pour le patient (Parenti
Show more

118 Read more

On the Complexity of A/B Testing

On the Complexity of A/B Testing

In Figure 2 , we consider two bandit models: the ’easy’ one is N (0.5, 0.25) ⊗ N (0, 0.25), κ = 8 (left) and the ’difficult’ one is N (0.01, 0.25) ⊗ N (0, 0.25), κ = 20000 (right). In the fixed-budget setting, stars (’*’) report the probability of error p n (ν) as a function of n. In the fixed- confidence setting, we plot both the empirical probability of error by circles (’O’) and the specified maximal error probability δ by crosses (’X’) as a function of the empirical average of the running times. Note the logarithmic scale used for the probabilities on the y-axis. All results are averaged on N = 10 6 independent Monte Carlo replications. For comparison purposes, a plain line represents the theoretical rate x 7→ exp(−x/κ) which is a straight line on the log scale.
Show more

24 Read more

The H Lyman-<b>a</b> actinic flux in the middle atmosphere

The H Lyman-<b>a</b> actinic flux in the middle atmosphere

This causes the sharp absorption feature near the line center seen at 90 km altitude and below. The spectral dependence of O 2 absorption causes the asymmetry of the line shape there. For large solar zenith angles, the spectrum already at 200 km starts with an absorption feature. This is caused in the high atmosphere by scattering photons to space. Due to the higher temperature there, this occurs in a wider spectral range. The double peaked spectrum at very low altitudes is caused by Lyman-α photons resonantly scattered in the high atmosphere downwards, therefore experiencing a smaller O 2
Show more

8 Read more

Rôles respectifs des isoformes de ferrédoxine-NADP-oxydoréductase dans la cyanobactérie Synechocystis sp. PCC 6803

Rôles respectifs des isoformes de ferrédoxine-NADP-oxydoréductase dans la cyanobactérie Synechocystis sp. PCC 6803

The biochemical and structural properties of cyanobacterial and plastid FNR are highly similar except that in most phyco- bilisome (PBS)-containing cyanobacteria, FNR contains an N-terminal domain whose sequence is similar to PBS-linker polypeptides (18). This extension is responsible for FNR L attachment to the PBS (18). The conventional PBS is composed of two substructures, the core and the rods. In Synechocystis sp. strain PCC6803 (hereafter named Synechocystis), the core is composed of allophycocyanin (AP) and each rod contains three phycocyanin (PC) discs. Different linkers are specifically responsible for each level of phycobiliprotein assembly and function to stabilize the PBS and optimize its absorption and energy transfer characteristics (19). FNR L has been shown to bind to the PBS rods but its precise binding site is still contro- versial (20 –22). Smaller FNR isoforms have been purified from several cyanobacteria and this was attributed to proteolytic degradation of the N-terminal domain (18, 23). However, it has been recently demonstrated that in Synechocystis the small iso- form (FNR S , ⬇34 kDa) results from an internal translation ini- tiation and not from proteolysis of the large isoform (24). The same authors proposed that FNR L functions as an NADP ⫹ reductase whereas FNR S is a better NADPH oxidase. More pre- cisely, FNR L was shown to support photoautotrophic growth in Synechocystis whereas it is the only isoform found in obligate * This work was supported in part by the Agence Nationale de la Recherche,
Show more

151 Read more

Sur les solutions friables de l'équation a+b=c

Sur les solutions friables de l'équation a+b=c

Abstract. — In a recent paper [5], Lagarias and Soundararajan study the y-smooth solutions to the equation a + b = c. Under the Generalised Riemann Hypothesis, they obtain an estimate for the number of those solutions weighted by a compactly supported smooth function, as well as a lower bound for the number of bounded unweighted solutions. In this paper, we aim to prove a more precise estimate for the number of weighted solutions that is valid when y is relatively large with respect to x, so as to connect our estimate with the one obtained by La Bretèche and Granville in a recent work [2]. We also prove the conjectured upper bound for the number of bounded unweighted solutions, thus obtaining its exact asymptotic behaviour.
Show more

21 Read more

Expression et caractérisation du récepteur hypophysaire de rat du facteur de libération de l'hormone de croissance ainsi que de ses isoformes

Expression et caractérisation du récepteur hypophysaire de rat du facteur de libération de l'hormone de croissance ainsi que de ses isoformes

Trois formes du GHRH-R ont été décrites dans l’hypophyse de rat: une forme de 423 acides aminés (aa) qui constitue un récepteur fonctionnel et à haute affinité pour le GHRH (récepteur na[r]

167 Read more

B-1-Le courant électrique a un sens

B-1-Le courant électrique a un sens

On sait que les deux bornes du générateur sont différentes (il y a un pôle + et un pôle -). C’est cette différence qui entraîne la circulation du courant électrique. • A dicter : A l’extérieur d’un générateur, le courant électrique circule (en continuité) de la borne + à la borne -.

1 Read more

Caractérisation des isoformes de la protéine SPAM1 (Sperm Adhesion Molecule 1) et identification de ses partenaires d'interactions dans les spermatozoïdes

Caractérisation des isoformes de la protéine SPAM1 (Sperm Adhesion Molecule 1) et identification de ses partenaires d'interactions dans les spermatozoïdes

post-traductionnelle, telle qu’un clivage protéolytique en C-terminal ou la glycosylation. La glycosylation est exclue de cette première possibilité, car la déglycosylation ne mène pas à la reconnaissance de l’isoforme courte par l’anticorps C-terminal, tel que discuté ci-haut. Une deuxième possibilité est que l’anticorps N-terminal reconnaît une protéine similaire. Le Chapitre 3 discute de l’identification de la présence d’une homologue de SPAM1, ici nommée PH-20. Plusieurs homologues de la protéine hyaluronidase existent, non seulement chez le taureau, mais aussi chez les espèces murines, humaines et autres. En outre, des informations contradictoires existent concernant la fonction des différentes homologues des hyaluronidases. Par exemple, certaines études concluent que SPAM1 est nécessaire pour la digestion du cumulus oophorus (Kimura et al., 2009), alors que d’autres déterminent que SPAM1 est non obligatoire pour la fécondation (Kang et al., 2010) et d’autres encore trouvent qu’une autre hyaluronidase, HYAL5 serait responsable de la pénétration du cumulus (Kim et al., 2005). Chez la souris, une étude a déterminé que la protéine HYAL2 a un rôle redondant pour l’hydrolyse de l’acide hyaluronique dans le cumulus oophorus (Modelski et al., 2014). Étant donné que les domaines N-terminaux de PH-20 et SPAM1 sont très similaires (72,1% d’identité et 90,3% de similarité), il est probable que PH-20 ait une capacité d’hydrolyse de l’acide hyaluronique. Le domaine C- terminal de PH-20, bien que semblable à celui de SPAM1 comporte tout de même des différences au niveau de la séquence (62,5% d’identité et 80,4% de similarité). Il reste à déterminer si les domaines de PH-20 ont des fonctions similaires à ceux de SPAM1. Si l’anticorps N-terminal reconnaît bel et bien l’homologue PH-20, il est très important de la caractériser afin d’élucider son rôle, parmi les nombreuses hyaluronidases. Ceci nous permettra de déterminer si PH-20 possède un rôle redondant ou plutôt un rôle particulier qui pourra nous aider à mieux comprendre la fonction des différentes hyaluronidases dans les interactions entre les gamètes.
Show more

137 Read more

Measurement of the ratio of branching fractions B(B+c→J/ψK+)/B(B+c→J/ψπ+)

Measurement of the ratio of branching fractions B(B+c→J/ψK+)/B(B+c→J/ψπ+)

A. Satta 25 , D.M. Saunders 47 , D. Savrina 32,33 , S. Schael 9 , M. Schellenberg 10 , M. Schiller 39 , H. Schindler 39 , M. Schlupp 10 , M. Schmelling 11 , T. Schmelzer 10 , B. Schmidt 39 , O. Schneider 40 , A. Schopper 39 , K. Schubert 10 , M. Schubiger 40 , M.-H. Schune 7 , R. Schwemmer 39 , B. Sciascia 19 , A. Sciubba 26,k , A. Semennikov 32 , A. Sergi 46 , N. Serra 41 , J. Serrano 6 , L. Sestini 23 , P. Seyfert 21 , M. Shapkin 36 , I. Shapoval 17,44,g , Y. Shcheglov 31 , T. Shears 53 , L. Shekhtman 35 , V. Shevchenko 66 , A. Shires 10 , B.G. Siddi 17 , R. Silva Coutinho 41 , L. Silva de Oliveira 2 , G. Simi 23,o , S. Simone 14,d , M. Sirendi 48 , N. Skidmore 47 , T. Skwarnicki 60 , E. Smith 54 , I.T. Smith 51 , J. Smith 48 , M. Smith 55 , H. Snoek 42 , M.D. Sokoloff 58 , F.J.P. Soler 52 , D. Souza 47 , B. Souza De Paula 2 , B. Spaan 10 , P. Spradlin 52 , S. Sridharan 39 , F. Stagni 39 , M. Stahl 12 , S. Stahl 39 , P. Stefko 40 , S. Stefkova 54 , O. Steinkamp 41 , S. Stemmle 12 , O. Stenyakin 36 , S. Stevenson 56 , S. Stoica 30 , S. Stone 60 , B. Storaci 41 , S. Stracka 24,t , M. Straticiuc 30 , U. Straumann 41 , L. Sun 58 , W. Sutcliffe 54 , K. Swientek 28 , V. Syropoulos 43 , M. Szczekowski 29 , T. Szumlak 28 , S. T’Jampens 4 ,
Show more

16 Read more

A bird's eye view on human B cells.

A bird's eye view on human B cells.

be to preserve the pre-immune repertoire from the holes of negative selection. Included in this scheme is the fact that immune responses to non-protein antigens will only raise germ-line antibodies responses. In the GALT models all types of affinities will emerge from the primary repertoire and in fact most de novo produced B cells will die in the GALT and only around 5% will migrate to the periphery. Immune responses to proteins antigens will still be improved by an additional diversification step in germinal centers by hypermutation and/or gene conversion. Immune responses to T-independent antigens on the other hand will theoretically generate high affinity responses with mutated antibodies. In human the T- independent responses represent a paradox since they are by definition against non- protein antigens and therefore germinal center-independent. Strikingly, antibodies raised by T-independent vaccines such as bacterial capsular polysaccharides are usually mutated and, to explain this paradox, it is proposed the rather unlikely scenario that these bacterial polysaccharides in each vaccine preparation may be coated with bacterial proteins that would drive them into a T-dependent hypermutation process in germinal centers 18
Show more

15 Read more

Show all 10000 documents...