Industries de la mode

Top PDF Industries de la mode:

Les industries du luxe : des industries de patrimoines ?

Les industries du luxe : des industries de patrimoines ?

et d’établir une relation fonctionnelle entre ces inputs et le produit. La notion de création introduit au contraire l’idée selon laquelle l’on ne connaît pas exactement la liste des inputs, leurs caractéristiques et leur mode d’opération. L’activité de transformation est singulière et non générique. Et cette singularité peut concerner le produit (créativité produit), le management (créativité managériale) ou les institutions (créativité institutionnelle). Dès lors, on ne peut évaluer l’effet des autres outputs indépendamment de la présence de patrimoines. Dans les industries créatives, la création se fait généralement en s’inspirant d’un patrimoine ou en s’appuyant sur les acquis qu’il transmet. Picasso explique qu’il n’aurait jamais réalisé son œuvre sans Cézanne, mais aussi sans Puvis de Chavanne, sans Poussin et Ingres, sans Vélasquez et sans la peinture italienne. Quand Lagerfeld « reprend » la création de Chanel, son premier acte est de passer six mois à s’imprégner du patrimoine de la maison, non pour faire du Coco Chanel bis mais pour s’en inspirer en créant un Leur différence de nature avec les marchandises est encore affaiblie quand Marshall fait du mode de formation
En savoir plus

16 En savoir plus

Les réformes des industries électriques et gazières en Europe

Les réformes des industries électriques et gazières en Europe

• L A CONTRACTUALISATION COMME FACTEUR DE RÉDUCTION DE L ’ INCERTITUDE L’une des solutions à la volatilité croissante et à l’imperfection des marchés à terme est de proposer aux acteurs des contrats de long terme. Il s’agit de partager le risque prix de l’électricité qui, aujourd’hui, incombe uniquement au consommateur. Néanmoins, ils doivent avoir un pouvoir de négociation suffisant pour y parvenir. Sur des marchés qui intrinsèquement sont les plus volatils parmi les marchés de matières premières, les investisseurs ont besoin de garanties de débouchés et de prix dans le cadre de contrats de long terme. Ceci est en train de se réaliser en Finlande où trois industriels papetiers (propriétaires du second producteur électrique) s’engagent dans un nouveau projet de réacteur nucléaire afin de garantir leur approvision- nement de long terme et ainsi limiter leur risque. En effet, nulle part les gros acheteurs industriels, soumis au risque des affaires, ou les distributeurs électriques, qui n’ont plus de débouchés garantis, ne peuvent bénéficier de tels contrats. Avec ce mode contractuel, les papetiers valorisent un profil
En savoir plus

90 En savoir plus

Travelling salesman problem et ordonnancement dans les industries des produits frais

Travelling salesman problem et ordonnancement dans les industries des produits frais

Le cas étudié est une entreprise de fabrication des pâtes à tarte et à gâteau prêtes à l’emploi, ces produits font partie du rayon traiteur frais libre-service en grandes et moyennes surfaces. Le mode de production est sur stock, ce qui rend les produits finis disponibles immédiatement pour les clients et réduit donc le délai de livraison aux seuls temps de préparation des commandes et de transport. Les produits sont fabriqués en série. Comme dans toutes les entreprises agroalimentaires proposant des produits frais, il faut tenir compte de la date limite de consommation. Dans le cas étudié, les produits ont une DLC courte (de l’ordre d’un mois). Toutes les références sont produites régulièrement avec une rotation des stocks d’environ une semaine.
En savoir plus

15 En savoir plus

Le poids économique des Industries culturelles et créatives en Wallonie et à Bruxelles

Le poids économique des Industries culturelles et créatives en Wallonie et à Bruxelles

position, avec des proportions supérieures à la moyenne nationale, viennent ensuite les livres et la presse (12%) et la mode (11%). En se basant sur la valeur ajoutée pour comparer les domaines on obtient à peu près la même image quant à l’importance relative des domaines. Signalons tout d’abord que la valeur ajoutée des ICC au niveau belge se situe pour le secteur à 15,6 milliards d’euros, soit environ 4,8% du PIB. Au niveau national, la part de valeur ajoutée la plus importante, comme pour l’emploi total, revient au domaine des livres et presse (17,8%) suivi de la publicité (13,8%), qui occupait la quatrième place au niveau de l’emploi total, et du design (12,4%) qui y était en deuxième position. Pour la Wallonie, les livres et presse (17%), le design (12,5%) et la mode (11,5%) occupent les parts les plus importantes avec en plus l’enseignement culturel (11,8%) qui figure aussi parmi les domaines les plus importants pour cette région. Pour Bruxelles, comme dans l’emploi total, ce sont l’audiovisuel (23,7%), la publicité (19,9%) et les livres et presse (12,9%) qui occupent les parts les plus importantes.
En savoir plus

70 En savoir plus

Quels territoires pertinents pour écologiser les industries qui misent sur le renouvelable ?

Quels territoires pertinents pour écologiser les industries qui misent sur le renouvelable ?

rurale. Le gouvernement de l’époque justifia sa décision en faisant « vibrer la corde nationaliste » (Mercier et Ritchot, 1997, p. 141). Seize ans plus tard, le gouvernement Lesage lançait une « révolution tranquille », affirmant le rôle prédominant de l’État dans la société québécoise, en vue d’assurer le bien-être des citoyens. Dans ce programme, la nationalisation de toute l’électricité, la création d’Hydro-Québec (HQ) et la construction des grands barrages hydroélectriques furent mis en scène comme une série d’exploits. Cependant les Cris et les Inuits contestèrent devant les tribunaux une intrusion « étrangère » et l’impact écologique des barrages sur leur mode de vie traditionnel. À cette époque, la compagnie nationale diffusait à la télévision un spot à la gloire du mode de vie moderne et de l’identité québécoise qui s’achevait par le slogan : « On est Hydro-Québécois » (Perron, 2003). L’étude plus approfondie des impacts des barrages et leur compensation financière permirent un compromis politique et judiciaire. La régulation de l’hydroélectricité combinait ainsi des objectifs productivistes, keynésiens et nationalistes : le contrôle public d’une « puissance bon marché » était censé donner une impulsion à la construction de la nation québécoise, favorisant à la fois l’industrialisation de la province et l’amélioration des conditions de vie.
En savoir plus

26 En savoir plus

Qui gouverne les industries? De l'élite métropolitaine aux élites sectorielles

Qui gouverne les industries? De l'élite métropolitaine aux élites sectorielles

Rappelons d’entrée de jeu que la question des élites industrielles est consubstantielle à la naissance de la sociologie « moderne » 1 des élites. En effet, Veblen tout d’abord mais ensuite Lynd, Schumpeter ou encore Burn- ham, dans leurs travaux respectifs sur le rôle des élites économiques dans le développement des sociétés capitalistes, ont pris au sérieux la question du poids des industriels sur le politique. Plus encore, Hunter et Mills en déve- loppant l’approche moniste ( i.e. élite unifiée et homogène) au niveau du gou- vernement local comme du gouvernement central, ont essayé de montrer méthodiquement (approche réputationnelle et positionnelle) l’étendue et la réalité du pouvoir de l’élite économique. Fort d’une démonstration historique et empirique de premier ordre, Dahl a inversé la problématique « Qui gou- verne ? » en montrant finement qu’à New Haven, si l’oligarchie socioécono- mique a monopolisé un temps le pouvoir politique, elle ne le détient plus dans l’Amérique des sixties. La modernisation, les crises économiques, tout comme le développement de la démocratie, ont conduit à la confirmation d’un mode de gouvernement pluraliste. Depuis ce moment fondateur, et ce de façon quasi-cyclique tout les dix ans, la controverse est réactivée autour de la ques- tion Who Rules America ? (Domhoff, 1998) ou encore Who’s Running Ame- rica ? (Dye, 1976) dont le but est de réaffirmer le poids des Corporations ou encore des firms sur le procès de gouvernement aux États-Unis en dénonçant les interconnexions supposées entre les dynasties familiales ( e.g. les Bush, Clinton, etc.) et le monde des grandes entreprises. Dans cette perspective, les policy planning groups constituent le creuset où la collusion des groupes so- ciaux dominants s’opère ( inputs) dans le but de formuler des politiques pu- bliques ajustées ( outputs).
En savoir plus

11 En savoir plus

La contagion créative. Médias, industries, récits, communautés

La contagion créative. Médias, industries, récits, communautés

des promenades historiques dans le quartier et des publications tend à gonfler la promotion médiatique du quartier ainsi qu’à établir une cohérence dans son histoire, légitimant ainsi ses transformations actuelles. Outre cet effort de définition interne au quartier, au sens où il se définit de façon explicite et se donne une identité via des acteurs et des institutions propres à son territoire, il faut aussi en souligner une deuxième qui s’exerce plutôt depuis un point de vue extérieur. Il s’agit de la couverture médiatique, en partie internationale, des activités artistiques et culturelles du quartier. L’attention médiatique envers le Mile End devient particulièrement manifeste au début des années 2000 pour relater l’effervescence de la nouvelle scène musicale dont le groupe Godspeed you! Black emperor est le point de départ et l’effigie. Cette scène musicale du Mile End qui marquera le « son de Montréal » fait l’objet d’une couverture de presse internationale qui octroie une aura mystique au Mile End. Alors que les musiciens eux- mêmes, les membres du groupe à tout le moins, communiquent peu, voir pas du tout avec les médias, leur production musicale se retrouve dans des magazines et journaux d’ailleurs dont le Spin et le New York Times. Ces articles ne portent pas seulement sur le « son » de Montréal, mais aussi sur le mode de vie anarchiste de ces musiciens ancrés dans les restes industriels du Mile End. Après cette période particulièrement marquée d’étiquetage symbolique autour du territoire, la couverture médiatique des activités et productions artistiques se poursuit, s’intensifie et se transforme progressivement vers de la promotion touristique culturelle. Les lieux cultes de la créativité typiquement milendoise s’amassent dans des listes d’activités de manière à former des circuits de consommation culturelle. Ces recommandations ont culminé en 2016, vers la sacralisation du Mile End comme « quartier le plus cool au monde » par un blogue de voyages à la mode 138 , ce qui n’a pas manqué d’être
En savoir plus

247 En savoir plus

Externalisation de la maintenance et ses impacts sur la sécurité dans les industries de procédés

Externalisation de la maintenance et ses impacts sur la sécurité dans les industries de procédés

I.4.3 Sous-traitance et conditions de travail et de sécurité des employés La sous-traitance est devenue un puissant outil de gestion du travail, tout d’abord dans des fonctions annexes à la production, telles que le gardiennage, le nettoyage et la restauration. Très rapidement ce mode de gestion de la main d’œuvre s’est généralisé, devenant dans de nombreux secteurs d’activité la principale variable d’ajustement aux aléas de la conjoncture. Dans l’automobile ou l’aéronautique, les constructeurs ne gardent en interne que le montage des véhicules ou des avions. La fabrication des pièces est assurée par une myriade de sous- traitants, mis régulièrement en concurrence par des appels d’offres. Sur les sites des industries chimiques, pétrochimiques, métallurgiques et nucléaires, l’exécution des travaux de maintenance est assurée par des entreprises prestataires (Thébaud-Mony, 2007).
En savoir plus

239 En savoir plus

L'enchantement au service des "industries culturelles" : le cas Apple

L'enchantement au service des "industries culturelles" : le cas Apple

A Z N A R M a r i n e – M é m o i r e M 1 M A C – 2 0 1 4 - 2 0 1 5 Page 14 elle est persistante. Aussi, semble-t-il que nous ne soyons pas acteurs de celles-ci : puisque nous nous en rendons compte rétrospectivement, elles ne peuvent être construites volontairement. L'auteur cite, à ce propos, la pensée de Ninio selon laquelle « l'illusion naît d'un constat » (p7) : l'individu qui, dans le ronronnement de la ville, croit entendre son nom, a réellement la sensation d'avoir entendu, physiquement, son nom. Cela témoigne, a priori, d'une certaine discontinuité entre perception sensible et interprétation du phénomène, dans un cadre de représentations donné. Cette discontinuité est gênante pour celui qui la subit car elle met en cause le concept de « savoir » : en effet, l'illusion se définit comme une discordance entre l'expérience sensible et un savoir associé. Cette discordance marque une rupture dans l'esprit, provoque une prise de conscience et un rejet de l'illusion – la victime se sent trompée par ses propres sens. Dans son ouvrage, Y. Citton écrit : « tant que ce savoir n'est pas constitué, je vis dans l'illusion sans la percevoir comme telle » (p8), c'est le même mécanisme que celui que met en place l'enfant à propos du feu (cf. supra). Puisqu'elles sont persistantes, il convient de noter qu'elles sont présentes à chaque étape de la vie de l'homme : que ce soit une impression fausse dans la rue, dans l'industrie du divertissement, au cœur de systèmes de représentations sociopolitique. L'homme semble vivre à travers les illusions. Par exemple, le concept de société est une illusion : on pourrait, effectivement, trouver une application concrète de cette société en étudiant les rassemblements humains, cependant, on ne pourrait toujours pas toucher littéralement la société. Le concept est abstrait, c'est un cadre structurel imaginaire qui pourtant semble être au cœur de notre mode de fonctionnement à plusieurs. Cette question des illusions est fondamentale, dans la pensée humaine, car elle semble être au fondement de l'interprétation de nos perceptions et, donc, de notre interprétation de la réalité. Or, si toute réalité est fondée sur un imaginaire, la nature du visible n'est potentiellement pas vraie. Ainsi, a-t-on pu remarquer que de Descartes (la perception est une illusion) à Baudrillard (hyperréalité et simulacre), le débat sur les illusions est un débat sur la réalité et sur la nature du visible.
En savoir plus

108 En savoir plus

Observation, Flexibilité et Structures Technologiques des Industries

Observation, Flexibilité et Structures Technologiques des Industries

6.2 R¶ ev¶ elation non coop¶ erative de l'information On considµere maintenant que le choix des ¯rmes de s'engager µa r¶ev¶eler ou non leur information est e®ectu¶e de fa»con non coop¶erative avant le choix technologique. Les ¯rmes ont le choix entre deux modes d'organisation : le premier rend le choix technologique observable tandis que le second permet de conserver ce choix secret. Ce mode d'organisation peut, par exemple, ^etre le choix d'un mode de ¯nancement : une ¯rme peut choisir de se ¯nancer par l'¶emission d'actions en bourse ce qui lui donne l'obligation l¶egale d'informer r¶eguliµerement ses actionnaires sur ses choix strat¶egiques ou de se ¯nancer auprµes d'un nombre restreint d'investisseurs importants (banques ou soci¶et¶es de capital risque), qui ne divulgueront pas les informations qui leur seront communiqu¶ees. Il peut aussi s'agir du choix du mode de °exibilit¶e : technologique (observable) ou organisationnelle (non observable).
En savoir plus

30 En savoir plus

Trois Essais sur les politiques publiques des industries culturelles

Trois Essais sur les politiques publiques des industries culturelles

D’autre part, je démontre ce que l’organisation industrielle peut apporter au champ de l’économie de la culture, non seulement dans le cadre de l’analyse des politiques publiques, dans l[r]

200 En savoir plus

L'intégration des industries de réseaux en Europe: régulation, marché et stratégie

L'intégration des industries de réseaux en Europe: régulation, marché et stratégie

Longtemps considérées comme des services publics administrés totalement ou partiellement par les États (Chevalier, 1999), ces industries connaissent depuis plus de vingt ans une phase de transition qui vise à y introduire des mécanismes de marché. Encore fortement empreintes du poids des États et des réglementations, l’environnement « non-marché 1 » y occupe un espace stratégique particulièrement important (Baron, 1995 ; Dumez & Jeunemaître, 2004b). Dans ce contexte, la thèse défendue est la suivante : les industries de réseaux et leurs participants produisent des situations stratégiques singulières, caractérisées par de fortes instabilités de marché et de régulation, et nécessitant des successions de cadrages et d’actions stratégiques à court terme. Afin d’appuyer cette proposition, nous développons des concepts et des outils d’analyse destinés à la compréhension et à la maîtrise de ces situations instables. Ce travail de thèse s’adresse donc en premier lieu au monde académique, qui y trouvera une nouvelle approche des problèmes posés par les industries de réseaux, mais aussi au monde industriel, qui doit les résoudre au quotidien.
En savoir plus

288 En savoir plus

Les présentations de soi au croisement des industries culturelles et des industries créatives, dans un contexte de reconfigurations de la sphère médiatique : le cas de la mise en portrait et du storytelling dans la presse magazine

Les présentations de soi au croisement des industries culturelles et des industries créatives, dans un contexte de reconfigurations de la sphère médiatique : le cas de la mise en portrait et du storytelling dans la presse magazine

C’est la présence d’acteurs tels que les photographes et illustrateurs – dont le métier est souvent plutôt considéré du côté de la création – qui nous laissait supposer que la présentation de soi pourrait se placer en partie du côté des industries créatives. Nous avions déjà noté qu’à l’origine la photographie peut-être considérée en tant qu’industrie créative et il en va de même pour les activités d’illustration. Ces activités créatrices sont encore à l’œuvre aujourd’hui bien qu’elles aient connu certaines mutations. Elles ne reflètent plus vraiment l’unicité et la non-reproductibilité (ou quasi non-reproductibilité) que nous aurions pu attribuer aux peintures, aux premières photographies, elles semblent à présent reliées aux industries culturelles, au moins dans le cas des présentations de soi de la presse magazine. Néanmoins, nous y retrouvons toujours une certaine rareté. En effet les activités créatives (photographies, illustrations, etc.) conservent une dimension unique, originale dans la mesure où quel que soit le nombre de copies, à l’origine il y a une idée unique, une création originale sortie tout droit de l’esprit du créateur. Cela rejoint l’idée de Nadine Toussaint-Desmoulins lorsqu’elle souligne le fait que « les produits médiatiques sont tous des prototypes, c’est-à- dire des modèles uniques que l’on va dans certains cas physiquement dupliquer : tirages de presse, enregistrements sur support d’émission. » 31
En savoir plus

109 En savoir plus

Broyage dans les industries agroalimentaires

Broyage dans les industries agroalimentaires

Cependant, on utilise souvent le broyage comme un moyen de séparer les constituants de nature histologique différente que contient un organe ou une graine. C'est, par exemple, le cas des graines de céréales, dont on souhaite séparer l'albumen du germe et des enveloppes. La relative fragilité de ce type de matériau explique la grande importance qu’ont dans ces industries les appareils dont le principe repose sur un écrasement c’est-à-dire essentiellement les appareils à cylindres. Qu’ils soient lisses ou cannelés, on les retrouve dans de nombreuses industries à commencer bien sûr par celles des céréales mais aussi celle des oléagineux, du café, de la chicorée,..... Leur réglage est souvent d’une extrême finesse et requiert un important savoir-faire. Le résultat de cette opération est une population de particules hétérogènes non seulement en taille mais également en densité et en composition car issues de diverses provenances au sein de la graine. Il faudra donc mettre en œuvre d'autres opérations permettant de séparer ces particules sur ces critères.
En savoir plus

35 En savoir plus

Labour, industries and the politics of immigration

Labour, industries and the politics of immigration

persist as long as industries relying upon traditional production methods remain important national actors. Moreover, assuming that everything else remains the same, governments will keep having incentives to admit migrants with lower levels of education. This type of projection appears to contradict the common wisdom that Canadian immigration policies are strongly biased toward the selection of skilled migrants, notably after the implemen- tation of the point system in 1967. However, the findings of this dissertation suggest a different interpretation: point systems and other selection mechanisms matter politically, not only to boost the absolute proportion of skilled immigrants, but more importantly to customize policies in response to the needs of industries. The findings of Chapter 3 bring support to the view that temporary workers have played an important role in addressing industry needs during the past decades. As mentioned at the end of that chapter, sev- eral initiatives have been implemented to facilitate the issuance of temporary work visas for specific types of unskilled workers in Canada (Abbott and Beach, 2011; CIC, 2012a). The theory introduced in this dissertation helps to explain the motivations behind the admission of unskilled immigrants, and suggests that future policies will continue in that direction, unless major exogenous shocks interfere with the industry mix.
En savoir plus

185 En savoir plus

Le Secteur Des Industries Manufacturières En Algérie : Variations Annelles De La Production

Le Secteur Des Industries Manufacturières En Algérie : Variations Annelles De La Production

Entre autre, les industries manufacturières affichent une stagnation de la production et ce, après des baisses constatées en 2010 et 2011 (respectivement -5,4% et -1,2%). Et comme le signalait l’O.N.S, [2012], les hydrocarbures ont ainsi affiché des variations négatives avec des taux plus ou moins importants et ce, depuis l’année 2008. Les quatre trimestres de l’année 2012 se caractérisent par des baisses, la plus importante (-12,1%) est enregistrée au troisième. Les Mines et carrières observent la même tendance et ce, sur trois années consécutives. Pour ce secteur, le taux relevé en 2012 se situe à -5,6% avec des baisses importantes au premier et au troisième trimestre (respectivement -11% et -9,4%).
En savoir plus

16 En savoir plus

Nouvelles technologies et industries graphiques en France (1975-1985)

Nouvelles technologies et industries graphiques en France (1975-1985)

GrSce 3 la digitalisation des donn6es, la photogravure a suivi une 6volution comparable 3 celle de la photocomposition, avec la mise en place de syst§mes oQ le scanner n'est pl[r]

58 En savoir plus

Management par la qualité et garanties du développement des industries du médicament

Management par la qualité et garanties du développement des industries du médicament

Pour être commercialisé, tout médicament fabriqué industriellement doit faire l'objet d'une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM).La décision de mise sur le marché d'un [r]

94 En savoir plus

Vers un modèle économique de reconversion des industries liées à la défense

Vers un modèle économique de reconversion des industries liées à la défense

Dans le cadre de la reconversion d’une industrie d’armement, le problème est parfois encore plus difficile à résoudre car les équipements existants peuvent ne plus avoir l’efficaci[r]

16 En savoir plus

La gouvernance dans les industries fondées sur la science Le cas des biotechnologies du Québec

La gouvernance dans les industries fondées sur la science Le cas des biotechnologies du Québec

Dans une conférence récente à l’université Concordia en octobre 2006 à Montréal, Oliver E. Williamson prend la mesure de l’importance de cette question de la délégation en confessant qu’il l’a largement sous-estimée. Elle se montre omniprésente sur notre terrain des industries fondées sur la science mais nous pensons qu’elle l’est à bien des égards aussi dans les univers d’activités plus classiques dès lors que sont en jeu les multiples facettes politiques et stratégiques du développement de l’entreprise. Nous voudrions aussi souligner, ce qu’O. Williamson n’aborde pas directement, que la délégation, qui se présente comme une solution pour accéder à certaines expertises est aussi un problème. Elle est elle-même dans le jeu des régulations comme les diverses pratiques de gouvernance identifiées le dévoilent. A nouveau l’interprétation régulationniste s’impose avec ses ingrédients : dimension systémique des phénomènes, incertitude créée ou manipulée par les acteurs, échanges négociés de comportement ou relations de pouvoir dans les jeux qui se jouent, régulation de contrôle et régulation autonome au cœur de la vie organisationnelle elle-même toujours rencontre de régulations quel que soit le niveau auquel on raisonne. En d’autres mots, il n’existe pas de tiers neutre, la délégation est elle-même jeu de régulations.
En savoir plus

29 En savoir plus

Show all 1698 documents...