Impact sur les jeunes consommateurs

Top PDF Impact sur les jeunes consommateurs:

L’impact des réseaux sociaux sur les jeunes consommateurs

L’impact des réseaux sociaux sur les jeunes consommateurs

L’internet est actuellement le plus grand réseau informatique sur notre planète. On peut l’appeler réseaux sociaux .l’internet ne se limite plus aux universités, aux industries et aux gouvernements. Aujourd’hui tout le monde l’utilise, car chaque particulier peut maintenant se joindre à ces réseaux sociaux. L’internet permet d’échanger les informations en toute liberté. En même temps, on observe le développement dynamique des réseaux sociaux qui deviennent plus populaires et plus utilisés. En conséquence, les entreprises introduisent les nouveaux outils de la promotion en sur les profitant des avantages donnés par les nouvelles technologies. L ’objectif de notre travaille de recherche est d’analyser l’impact des réseaux sociaux sur les comportements des jeunes consommateurs dans la société de l’information en nous basant sur les résultats de recherches empiriques réalisées par les étudiants de master 2 Didactique du français langue étrangère (FLE) : Français sur objectifs spécifiques (FOS).
En savoir plus

47 En savoir plus

Impact de l’âge sur les effets de la caféine sur la vigilance chez les sujets jeunes et d’âge moyen

Impact de l’âge sur les effets de la caféine sur la vigilance chez les sujets jeunes et d’âge moyen

il a été prouvé que la consommation de caféine pouvait modifier la structure du sommeil en augmentant le nombre d’éveils et en diminuant le sommeil lent, et ce, même chez les consommateurs modérés de caféine. (Drapeau et al., 2006; Carrier et al., 2009; Landolt et al., 2004; Landolt, Dijk, Gaus, & Borbély, 1995). Dans une étude longitudinale échelonnée sur 3 ans, Foley et ses collaborateurs ont établi que la bonne santé des personnes âgées de 65 ans et plus (donc sans maladies du cœur, apoplexie, cancer, diabète, fracture de la hanche, symptômes dépressifs, etc.) n’était pas corrélée avec l’avancement en âge, mais bien avec la qualité du sommeil (Foley, Monjan, Izmirlian, Hays, & Blazer, 1999; Foley, Monjan, Simonsick, Wallace, & Blazer, 1999). Ainsi, sachant que la caféine perturbe le sommeil, il est plausible de penser qu’une perturbation du sommeil répétée due à une consommation quotidienne de caféine pouvait, à long terme, provoquer un déclin plus rapide de la vitesse psychomotrice chez les personnes d’âge moyen consommatrices. Il serait possible de tester cette hypothèse en comparant certains indicateurs de bonne qualité de sommeil lors d’une série d’enregistrements polysomnographiques de nuit chez des sujets consommateurs réguliers et naïfs. Ainsi, une moins grande occurrence d’éveils en sommeil, une plus grande proportion de sommeil lent profond, une efficacité de sommeil plus élevée chez nos consommateurs naïfs versus réguliers pourraient corroborer cette hypothèse. Il serait également intéressant de vérifier si la qualité de sommeil de sujets consommateurs pourrait augmenter suite à un sevrage extensif de caféine se déroulant sur plusieurs semaines. De plus, advenant un changement dans les paramètres de sommeil, une comparaison des temps de réponse aux tests de vigilance psychomotrice pourrait être faite par la suite.
En savoir plus

160 En savoir plus

Médecin généraliste, cannabis, jeune patient : comment s’entendre ? Une étude qualitative auprès de jeunes consommateurs

Médecin généraliste, cannabis, jeune patient : comment s’entendre ? Une étude qualitative auprès de jeunes consommateurs

Tout d’abord, le cannabis occasionne des troubles mnésiques, de l’attention et de la coordination. Ils apparaissent dans les heures qui suivent l’usage, mais peuvent persister après le sevrage, avec parfois l’installation d’un syndrome « amotivationnel », caractérisé par une pauvreté idéative et une indifférence affective (22). De plus, il est démontré que débuter une consommation avant 18 ans peut entraîner une diminution du quotient intellectuel, proportionnellement à la précocité de l’initiation (22). Au niveau psychiatrique, une intoxication aiguë peut engendrer des symptômes psychotiques, comme des délires paranoïdes ou des syndromes de dépersonnalisation (angoisse avec déréalisation, étrangeté, insomnie…). Une psychose cannabique peut durer jusqu’à plusieurs semaines, et il arrive qu’elle corresponde à des symptômes inauguraux de pathologie chronique (23). Les études s’accordent sur l’implication du cannabis dans le développement et/ou l’aggravation d’une schizophrénie, en association avec d’autres facteurs (24)(25). Plusieurs hypothèses explicatives sont données, notamment l’existence de vulnérabilités communes, le fait que le cannabis démasque la maladie psychiatrique, ou qu’il soit une tentative d’automédication. Bien souvent, les difficultés observées dans ces pathologies duelles s'aggravent mutuellement. Enfin, une consommation chronique de cannabis peut être à l’origine de troubles anxieux et dépressifs (26). Tous ces troubles, induits à court et long terme, peuvent avoir un retentissement socio-professionnel ou scolaire majeur (moins bons résultats scolaires, revenus moins élevés, taux de chômage et recours aux systèmes d’aide sociale plus importants) (1). Ainsi, les consommations régulières de cannabis ont un impact sur l’avenir du consommateur, ses relations interpersonnelles, et plus globalement, sur sa qualité de vie.
En savoir plus

134 En savoir plus

Médecin généraliste, cannabis, jeune patient : comment s’entendre ? Une étude qualitative auprès de jeunes consommateurs

Médecin généraliste, cannabis, jeune patient : comment s’entendre ? Une étude qualitative auprès de jeunes consommateurs

Tout! d’abord,! le! cannabis! occasionne! des! troubles! mnésiques,! de! l’attention! et! de! la! coordination.!Ils!apparaissent!dans!les!heures!qui!suivent!l’usage,!mais!peuvent!persister!après! le! sevrage,! avec! parfois! l’installation! d’un! syndrome! «!amotivationnel!»,! caractérisé! par! une! pauvreté!idéative!et!une!indifférence!affective!(22).!De!plus,!il!est!démontré!que!débuter!une! consommation! avant! 18! ans! peut! entraîner! une! diminution! du! quotient! intellectuel,! proportionnellement!à!la!précocité!de!l’initiation!(22).!Au!niveau!psychiatrique,!une!intoxication! aiguë! peut! engendrer! des! symptômes! psychotiques,! comme! des! délires! paranoïdes! ou! des! syndromes! de! dépersonnalisation! (angoisse! avec! déréalisation,! étrangeté,! insomnie…).! Une! psychose!cannabique!peut!durer!jusqu’à!plusieurs!semaines,!et!il!arrive!qu’elle!corresponde!à! des! symptômes! inauguraux! de! pathologie! chronique! (23).! Les! études! s’accordent! sur! l’implication!du!cannabis!dans!le!développement!et/ou!l’aggravation!d’une!schizophrénie,!en! association! avec! d’autres! facteurs! (24)(25).! Plusieurs! hypothèses! explicatives! sont! données,! notamment!l’existence!de!vulnérabilités!communes,!le!fait!que!le!cannabis!démasque!la!maladie! psychiatrique,! ou! qu’il! soit! une! tentative! d’automédication.! Bien! souvent,! les! difficultés! observées! dans! ces! pathologies! duelles! s'aggravent! mutuellement.! Enfin,! une! consommation! chronique! de! cannabis! peut! être! à! l’origine! de! troubles! anxieux! et! dépressifs! (26).! Tous! ces! troubles,!induits!à!court!et!long!terme,!peuvent!avoir!un!retentissement!socioYprofessionnel!ou! scolaire! majeur! (moins! bons! résultats! scolaires,! revenus! moins! élevés,! taux! de! chômage! et! recours!aux!systèmes!d’aide!sociale!plus!importants)!(1).!Ainsi,!les!consommations!régulières!de! cannabis!ont!un!impact!sur!l’avenir!du!consommateur,!ses!relations!interpersonnelles,!et!plus! globalement,!sur!sa!qualité!de!vie.!!
En savoir plus

134 En savoir plus

Les suremballages, des emballages superflus pour les consommateurs ?

Les suremballages, des emballages superflus pour les consommateurs ?

rangement, ainsi que la destruction des « déchets ». Elle présente ainsi un intérêt pour comprendre l’univers (domestique, matériel...) dans lequel le suremballage s’insère. Enfin, d’un point de vue managérial, les résultats de notre recherche peuvent être utiles aux entreprises désireuses de mettre en place des politiques de réduction ou suppression des suremballages. En effet, il semble que celles-ci ne testent pas toujours l’impact de ces stratégies sur l’acceptabilité des produits par les consommateurs et ne regardent que leur effet sur les ventes 7 , qui peut également s’expliquer par d’autres facteurs. Ceci peut justifier les réticences de certaines entreprises à développer des stratégies de réduction des suremballages. Mieux comprendre les pratiques et comportements des consommateurs à l’égard de ces suremballages offre donc des pistes pour adapter les stratégies des industriels. Les enjeux pour ces derniers se situent à la fois au niveau de la communication et des produits eux-mêmes. Tout d’abord, le retrait du suremballage doit être expliqué, ce qui peut constituer une occasion de communiquer voire de se différencier. L’engagement écologique peut en effet être un argument de vente à destination de certains consommateurs de plus en plus soucieux de l’avenir de la planète. Par ailleurs, des implications concernant la politique de produit sont également à prendre en considération dans une perspective de suppression des suremballages. Ainsi, les entreprises doivent rassurer sur la qualité des produits non suremballés, revoir la manière de délivrer l’information, et proposer des packagings adaptés aux pratiques domestiques des consommateurs tout en restant attractifs. La prise en compte de ces diverses dimensions managériales constitue une voie de recherche intéressante, la manière de communiquer auprès des consommateurs étant amenée à évoluer du fait de la disparition du suremballage.
En savoir plus

19 En savoir plus

Perception des produits céréaliers par les jeunes consommateurs

Perception des produits céréaliers par les jeunes consommateurs

Ces différences s'inscrivent dans un contexte global de baisse de la consommation de produits non transformés et de hausse de la consommation de produits transformés qui s'explique par la recherche de commodité et de prix moins élevés dans les jeunes générations. Ces dernières

20 En savoir plus

Préférences des consommateurs de pêches et de nectarines

Préférences des consommateurs de pêches et de nectarines

Titre français : Préférences des consommateurs de pêches et de nectarines Titre anglais : Consumer preferences of peaches and nectarines Résumé : Afin de s’assurer que les variétés de pêches-nectarines présentes sur le marché et les nouvelles variétés qui possèdent une texture croquante à maturité correspondent aux attentes des consommateurs, il est nécessaire d’étudier leurs préférences. Pour cela, quinze variétés de pêches et de nectarines aux caractéristiques organoleptiques variées sont présentées en dégustation pour des tests descriptifs et consommateurs. Tout d’abord, les produits sont décrits à l’aide de onze descripteurs par un panel de juges entraînés sur la pêche et la nectarine au Ctifl de Bellegarde. Les variétés sont ensuite dégustées lors d’un test consommateur à Avignon, afin d’identifier les préférences du panel naïf. Les résultats montrent que d’une manière générale, les préférences des consommateurs s’orientent vers des produits sucrés, aromatiques et juteux. Des fruits moyennement sucrés, aromatiques et juteux peuvent aussi être appréciés par les consommateurs s’ils sont plutôt fermes et croquants. Les textures farineuses ne sont pas tolérées. Les nouvelles variétés croquantes ont été plutôt appréciées par le panel. Cependant, l’acidité et le croquant s’avèrent être des facteurs clivants dans l’appréciation des consommateurs. Une segmentation du panel en trois groupes avec des préférences différentes notamment vis-à-vis de ces critères, est observée.
En savoir plus

55 En savoir plus

Consommateurs et préférences de consommation en 1996

Consommateurs et préférences de consommation en 1996

Les produits verts : pour vendre plus cher Pas du tout d’accord 30.8 Diplôme le plus élevé de enquêté CAP ou BEP ou équivalent 31.3 Incité à l’achat si la forme du produit vous plaît Ass[r]

190 En savoir plus

La nouvelle sensibilité des consommateurs aux prix

La nouvelle sensibilité des consommateurs aux prix

Elasticité forte aux prix Dans un contexte d’inflation relativement faible (2% par an) pour les produits subissant une forte hausse, constate-t-on une baisse des ventes ? Si la plupart des actes d’achat reposent sur une nécessité, les choix des consommateurs n’en restent pas moins guidés, plus ou moins directement, par des "motivations" telles que le prix. Le "prix" est la valeur d’échange des produits, c’est même une de leurs caractéristiques les plus directement visibles par le consommateur qui guide souvent leur choix, mais c’est aussi et surtout l’élément premier qui permet au système économique marchand de fonctionner. La meilleure façon de mesurer l’effet du prix (réduit à sa dimension monétaire (Simon, 1989 79 )) sur la demande est de calculer l’élasticité aux prix. Les concepts d’élasticité tiennent une place importante dans les méthodes d’évaluation des liens entre les prix et la demande. L’objectif étant de mesurer comment les quantités vendues vont fluctuer si le prix est augmenté de 10%. Ces relations prix-demande peuvent être établies soit de manière globale, soit par une approche individuelle des consommateurs. Dans la première voie que nous avons choisie, en raison de la disponibilité des données, la mesure privilégiée est l’élasticité calculée à partir de données du marché.
En savoir plus

197 En savoir plus

Les limites du libre arbitre des consommateurs

Les limites du libre arbitre des consommateurs

D’un point de vue managérial, il est intéressant de noter que le libre arbitre des consommateurs est une question d’intérêt public depuis au moins la publication du livre The hidden persuaders de Vance Packard (1957). Devant le peu de recherches sur la question, le modèle proposé devrait inciter les praticiens à se questionner sur les conséquences de leurs pratiques sur le libre arbitre des consommateurs. Plutôt que de vendre à tout prix, en exploitant les faiblesses socio- psychologiques des individus par des techniques de marketing de plus en plus sophistiquées, les professionnels du marketing devraient faciliter l’exercice du libre arbitre consommateuriste. Ainsi, on s’approcherait davantage des promesses du libre marché d’améliorer la vie des gens. Les gestionnaires publics, quant à eux, pourraient aborder et évaluer l’importance des problèmes de la consommation en termes de libre arbitre du consommateur, et prendre des mesures pour le maintenir le plus élevé possible.
En savoir plus

10 En savoir plus

Les consommateurs trouvent les prix "injustes"

Les consommateurs trouvent les prix "injustes"

Les réactions mettent en évidence l’ambivalence des attitudes des consommateurs à l’égard de ce type d’offres. Près de deux Français sur trois considèrent qu’il s’agit d’une « bonne affaire ». Mais ils sont aussi 72 % à se demander si le prix habituel du produit, objet de la promotion, est bien un « prix juste ». De façon cohé- rente, 67 % sont amenés à s’interroger sur le niveau des marges habituelle- ment pratiquées sur la vente de ce produit.

4 En savoir plus

Les consommateurs sont moins sensibles aux promotions

Les consommateurs sont moins sensibles aux promotions

En 2005, cette catégorie était presqu’aussi importante (14 % des consommateurs) mais constituée de ménages plus modestes. Le digital constitue un atout pratique attirant des profils plus aisés dans la chasse aux promotions. À l’opposé des individus pris dans le jeu de la consommation se trouvent des consommateurs quali- fiés de « stratèges économes » et d’autres non intéressés ou « désimpliqués ». Ceux-ci n’ont pas d’appétence pour la consommation, qu’ils réduisent au strict minimum. Ils ne consomment pas de façon stratégique, ne cherchent pas les bons plans ni le meilleur rapport qualité prix.
En savoir plus

4 En savoir plus

Les consommateurs : entre attentes et pratiques

Les consommateurs : entre attentes et pratiques

Nouvelles attentes de consom-acteurs conscients de l’impact de leurs choix alimentaires sur le.. développement durable ?..[r]

45 En savoir plus

Impact des antipsychotiques à action prolongée sur l’évolution des jeunes adultes présentant un premier épisode psychotique

Impact des antipsychotiques à action prolongée sur l’évolution des jeunes adultes présentant un premier épisode psychotique

En outre, des raisons méthodologiques peuvent expliquer que les méta-analyses ne donnent pas toujours des résultats concluants, car la validité de ces dernières est compromise par un certain nombre de biais qui peuvent potentiellement augmenter ou réduire une éventuelle supériorité des APAP. En effet, une source de biais en méta-analyse est la présence d’informations sources potentiellement biaisées des essais inclus dans la méta-analyse. Par exemple, certaines méta- analyses incluent des ERC qui ne détaillent pas les méthodes de randomisation et de dissimu- lation de l’allocation du traitement 104,108 , ces dernières étant des sources connues de biais 190 . De plus, une trop courte durée des essais cliniques inclus dans les méta-analyses est un facteur potentiel de biais, surtout quand l’issue d’intérêt est le taux de rechute 25 . Pour finir, les trois méta-analyses mentionnées ci-haut 103,104,108 incluent des études publiées sur une période de plus de 30 ans, amenant inévitablement une hétérogénéité chez les participants, les contextes cliniques et sociaux, les méthodologies, les définitions de rechute, les interventions autres que la médication, les molécules utilisées, ainsi qu’un biais de publication. Effectivement, les an- ciennes études négatives peuvent ne pas avoir été publiées, biais fréquemment rencontré 104 . Par ailleurs, la grande majorité des études n’ont pas porté spécifiquement sur les PEP. Ainsi, quoique ces méta-analyses suggèrent en général que les APAP soient supérieurs aux APPO chez les individus souffrant de schizophrénie, elles nous éclairent peu sur l’impact des APAP sur l’évolution des jeunes adultes en début de maladie psychotique, donc sur la pertinence de la prescription précoce d’AP injectables. Afin de répondre à cette question, une revue systématique de la littérature a été faite en suivant les lignes directrices de Preferred Reporting Items for Systematic Reviews and Meta-Analyses (PRISMA) 132 .
En savoir plus

121 En savoir plus

Quelles innovations commerciales au regard des attentes des consommateurs ?

Quelles innovations commerciales au regard des attentes des consommateurs ?

- les attentes bien exploitées par les distributeurs qui vont même au-delà : « les nouvelles technologies » (avec la prudence nécessaire pour ce critère, comme expliqué dans la note insérée sous le graphique). Les travaux récents menés au CRÉDOC témoignent d’attentes plus fortes en matière de « fabriqué en France ou localement », mais aussi de désintermédiation, d’achat de produits de ’seconde vie’ (développement des plate- formes d’achats d’occasion, location…) et de ‘coproduc- tion’ (participation à l’élaboration d’un produit dans le but de réduire les coûts). Or, visiblement, les enseignes ex- ploitent encore trop peu ces attentes au regard de l’importance que les consommateurs leur accordent.
En savoir plus

7 En savoir plus

Comment réagissent les consommateurs face aux promotions ?

Comment réagissent les consommateurs face aux promotions ?

Comment a évolué sur les deux dernières décennies la relation à la qualité pour les consommateurs français ? N°327 (2015) G. TAVOULARIS - P. HÉBEL - M. BILLMANN - C. LELARGE Situations de vulnérabilité énergétique, pratiques de sobriété énergétique : un point sur la situation des ménages

47 En savoir plus

Intégration socioprofessionnelle des jeunes par l’engagement
impact du service civique sur le parcours des volontaires à unis-cité

Intégration socioprofessionnelle des jeunes par l’engagement impact du service civique sur le parcours des volontaires à unis-cité

Présente dans plus de soixante-dix villes en France, Unis-Cité a mobilisé 28 000 jeunes âgés entre 16 et 25 ans et jusqu’à 30 ans pour ceux en situation de handicap. Ses 380 salariés investissent le territoire national pour répondre aux différents enjeux sociaux et environnementaux. Ce travail se fait en étroite collaboration avec les acteurs locaux et se présente sous la forme de missions à temps plein pour une période de huit mois. Elles portent sur la protection de l’environnement, la valorisation des liens intergénérationnels, la lutte contre les discriminations, l’inclusion des personnes bénéficiaires de la protection internationale, etc. En contrepartie, les volontaires perçoivent une indemnité de 580 euros environ (prise en charge par l’État et l’organisme d’accueil), d’un soutien individualisé dans l’élaboration de leur projet d’avenir et d’une ouverture à la citoyenneté. Considéré comme une opportunité pour les jeunes de construire leurs parcours d’insertion sociale et professionnelle (Talleu, 2019), le service civique permet de développer et/ou d’acquérir de nouvelles compétences. Selon Marie Trellu-Kane, il a une « utilité sociale réelle […] pour les jeunes, quels que soient leurs parcours antérieurs » par le biais de missions qu’ils effectuent.
En savoir plus

82 En savoir plus

Les biais attentionnels envers l’alcool chez les « petits consommateurs » vs « gros consommateurs » dans un environnement virtuel

Les biais attentionnels envers l’alcool chez les « petits consommateurs » vs « gros consommateurs » dans un environnement virtuel

 Aucune corrélation significative n’a été́ mise en avant entre le nombre de zooms effectués et le score à la VAS ni chez les gros consommateurs ni chez les petits consommateurs.  La RV semble permettre de mesurer les biais attentionnels mais il faudrait poursuivre les recherches afin de s’assurer que ce sont bien des biais attentionnels qui sont mesurés.  Limites ? • Subjectivité de l’évaluation des biais attentionnels chez les participants • Habituation à la RV dans un autre environnement

1 En savoir plus

Les sans-papiers, des consommateurs pas comme les autres

Les sans-papiers, des consommateurs pas comme les autres

Ces données sont particulièrement riches concernant 13 672 immigrés résidant en Lombardie entre 2004 et 2007. Les clandestins, qui représentent 13 % de l’échantillon 6 et proviennent de plus de 100 pays différents, sont en moyenne un peu plus jeunes que les immigrés en situation régulière. Leur niveau d’éducation et la répartition hommes/femmes sont comparables. La structure des ménages est, en revanche, très différente : les clandestins sont plus souvent célibataires, ont moins souvent des enfants, et parmi ceux qui ont une famille, nombreux sont ceux qui ont laissé leur épouse (59 %) ou leurs enfants (84 %) dans leur pays d’origine. 8 % sont sans emploi, contre 4 % chez les immigrés réguliers.
En savoir plus

5 En savoir plus

Résumé automatique des commentaires de consommateurs

Résumé automatique des commentaires de consommateurs

Pour découvrir cet ensemble de mots, nous avons utilisé la différence entre les fréquences de termes dans un corpus général (Hansard) et dans notre corpus de commentaires (fL).. Hansard [r]

97 En savoir plus

Show all 8489 documents...