Homme de Néandertal

Top PDF Homme de Néandertal:

CROISSANCE DENTAIRE CHEZ L'HOMME DE NÉANDERTAL -- ÉLABORATION D'UNE NOUVELLE MÉTHODE D'ESTIMATION DE LEUR ÂGE DENTAIRE

CROISSANCE DENTAIRE CHEZ L'HOMME DE NÉANDERTAL -- ÉLABORATION D'UNE NOUVELLE MÉTHODE D'ESTIMATION DE LEUR ÂGE DENTAIRE

JEAN GRANAT* ET JEAN-LOUIS HEIM ** RÉSUMÉ La dyschronie de croissance entre les dents permanentes des Néandertaliens et celles de l’Homme moderne que nous avons remarquée et étudiée n'a jamais été réellement quantifiée même par les autres auteurs qui l'ont aussi observée. La maturation dentaire est le moyen le plus utilisé pour estimer l'âge au décès des Néandertaliens, d'où son importance. Nous présentons ici une étude approfondie réalisée sur des dents lactéales et permanentes immatures de jeunes Néandertaliens, dont les résultats nous ont conduits à une élaboration plus scientifique d'un modèle de maturation dentaire de l'Homme de Néandertal permettant d'estimer l’âge dentaire de ce dernier directement, sans avoir recours aux tables de la chronologie dentaire moderne. Nous proposons deux méthodes, l'une nécessitant l'application de deux formules mathématiques, l'autre permettant, sur un tableau, d'estimer directement l'âge d'un Néandertalien d'après le degré de maturation des dents lactéales et permanentes.
En savoir plus

12 En savoir plus

Une anthropologie biologique de la disparition de l’homme de Néandertal : données récentes

Une anthropologie biologique de la disparition de l’homme de Néandertal : données récentes

3 La maladie de Paget, également appelée ostéite déformante, constitue une affection chronique des os caractérisée par leur façonnage anormal. « Jamais deux ours dans une même caverne » 1 Personne ne peut dire sérieusement quand l’homme de Néandertal a commencé à disparaître. La date de 38 000 ans avant notre ère (BP, before present) est par- fois proposée dans la littérature, mais elle n’a pas de réel fondement scientifiques, car les données archéolo- giques ne permettent pas de quantifier ni de caractéri- ser un tel événement. Cette date est plutôt en lien avec la supposée arrivée des espèces d’hommes modernes (Homo sapiens) en Europe… un événement dont la coïncidence, et encore plus la relation avec la dispari- tion de Néandertal, reste douteuse. Quant à cette dis- parition, il faut l’imaginer de façon hétérogène, comme une vague progressive et non comme un événement bru- tal, systématique, global [1-3] . Les derniers artefacts de cette espèce (industries moustériennes 2 tardives)
En savoir plus

4 En savoir plus

Chroniques génomiques - Néandertal et Homo sapiens : To meet, or not to meet?

Chroniques génomiques - Néandertal et Homo sapiens : To meet, or not to meet?

CHRONIQUES GÉNOMIQUES FORUM Depuis que le « buisson des hominidés » a été, au moins partiellement, appréhendé par l’anthropologie, la question des relations entre l’homme de Néander- tal et l’homme moderne (l’homme de Cro-Magnon, Homo sapiens, vous et moi en somme) a été largement débattue. Selon le modèle out of Africa générale- ment admis depuis la fin des années 1980, toutes les populations non Africaines descendent d’ancêtres communs ayant émigré vers - 90 000 ans depuis ce continent, où notre espèce est apparue il y a environ 200 000 ans. L’homme de Néandertal, qui a lui aussi une origine africaine mais a essentiellement vécu en Europe et au Moyen-Orient, est plus ancien : il remonte à 400 ou 500 000 ans, et ses derniers représentants, dont des vestiges ont été retrouvés en Espagne, ont disparu il y a 30 000 ans seulement. Sa morphologie plus robuste que celle de l’homme moderne, son faciès plus « simiesque » (bien que sa capacité crânienne ait été supérieure à la nôtre) et l’absence d’outils évo- lués l’ont fait considérer comme un hominidé primitif correspondant sans doute à une espèce différente de la nôtre et avec laquelle aucun croisement n’était possible. De fait, alors que ces deux représentants du genre Homo ont coexisté en Europe durant plusieurs dizaines de milliers d’années, seuls quelques cas douteux de fossiles pouvant correspondre à des mor- phologies intermédiaires ont été décrits. Lorsque les techniques de séquençage de l’ADN ont permis les pre- mières analyses d’ADN fossile, elles ont confirmé cette impression en montrant, grâce aux analyses de l’ADN mitochondrial, que Néandertal apparaissait très diffé- rent de l’homme moderne. Pourtant des résultats plus récents ont au contraire ouvert la possibilité qu’aient eu lieu des échanges entre ces deux populations, qu’en somme Néandertal et nous-mêmes représentions deux variétés au sein de la même espèce. Ces résultats ont été très discutés et, nous le verrons, présentent des aspects critiquables ; à l’occasion d’un tout récent article du groupe de Svante Pääbo (chaud défenseur de l’hypothèse de l’hybridation) [1] , je vais tenter de faire un point sur cette question.
En savoir plus

4 En savoir plus

L'exploitation de la peau par Néandertal ? Analyse des stries de dépouillement du faciès 2b des Pradelles (Charente)

L'exploitation de la peau par Néandertal ? Analyse des stries de dépouillement du faciès 2b des Pradelles (Charente)

1 Introduction La découverte de nouvelles espèces humaines est toujours un sujet de débats. Dans le cas de l’Homme de Néandertal, ses différences avec l’Homme anatomiquement moderne ont mené les premières études archéologiques à considérer les néandertaliens comme cognitivement inférieurs (Binford, 1988 ; Mellars et Stinger, 1989 ; Klein, 1995). Aujourd’hui, cette idée est largement dépassée grâce à de nombreux travaux qui ont contribué à prouver que ces derniers ne sont pas que des charognards, peu compétents dans les activités de chasse. Il a en effet été démontré que, doués d’anticipation et ayant des connaissances sur leur territoire (Brugal et David, 1993 ; Gaudzinski et Roebroeks, 2000 ; Villa et Roebroeks, 2014), ils étaient par exemple capables d’entreprendre la chasse d’animaux dangereux tels que les Bisons (e.g. Mauran [Farizy et al., 1994], La Quina [Henri-Martin, 1925], Coudoulous I [Brugal et al., 1996]) ou encore des chasses de masse sur de grands animaux comme le Renne (Les Pradelles [Costamagno et al., 2006], Jonzac [Airvaux et Bouchet, 1999], Salzgitter- Lebenstedt [Gaudzinski et Roebroeks, 2000], etc.). L’anatomie de Néandertal nécessitant un apport énergétique important, surtout en période froide ─ environ 4 300 kilocalories par jours pour une femme et 5 500 pour un homme selon Sorensen et Leonard (2001) −, il parait en effet peu probable que ces derniers se nourrissaient uniquement d’animaux morts naturellement ou chassés par d’autres prédateurs. Dans ce contexte, les études visant à comprendre les comportements des néandertaliens se sont multipliées dans les dernières décennies. C’est d’ailleurs dans cette volonté de comprendre les différentes stratégies d’exploitation des ressources animales entreprises par ces derniers que ce mémoire s’articule autour de la question de l’exploitation de la peau.
En savoir plus

116 En savoir plus

Néandertal et Afrique, le retour - Chroniques génomiques

Néandertal et Afrique, le retour - Chroniques génomiques

Un retour très probable La présence de ces séquences de type Néandertal dans l’ADN de l’homme moderne africain peut a priori être la conséquence de différents évènements : une hybridation directe entre Néander- taliens et Africains suite à la présence en Afrique d’hommes de Néandertal (ce qui serait en contradiction avec toutes les données archéologiques et paléontologiques existantes), un retour en Afrique d’Européens après qu’ils ont acquis des segments d’ADN néandertaliens dans leur génome (donc il y a quelques dizaines de milliers d’années au plus), ou encore une hybridation très ancienne entre l’homme de Néandertal et l’homme moderne, lors d’une première sortie d’Afrique bien antérieure à celle qui a eu lieu il y a 70 à 80 000 ans. Dans ce dernier cas, des segments d’ADN « moderne » auraient pu être intégrés dans le génome de l’homme de Néandertal et apparaître ultérieurement dans les comparaisons entre ADN de l’homme de Néandertal et celui des différents groupes humains actuels. Différentes simulations effectuées par les auteurs montrent que la seconde hypothèse est de loin la plus probable : ce serait donc le retour en Afrique d’hommes modernes issus des populations qui en étaient sorties précédemment, et qui s’étaient croi- sés avec les hommes de Néandertal, qui aurait introduit dans le génome des Africains ces 0,5 % de séquences néandertaliennes. Une fois de plus, on voit que l’histoire de l’humanité, comme la révèlent les études sur l’ADN ancien, est bien plus complexe et plus mouvante qu’on ne l’avait supposé. Cela continue d’ailleurs, puisque l’on semble trouver maintenant dans l’ADN humain la trace de mélanges avec des hominidés très anciens remontant à plus d’un million d’années [8]
En savoir plus

3 En savoir plus

Chine : la victoire ambiguë du Vieil homme

Chine : la victoire ambiguë du Vieil homme

Résumé Depuis la mort de Mao, le régime communiste a été contraint de reconnaître l'altérité du social et de laisser la société réoccuper une partie de l'espace qu'il avait précédemment neutralisé. L'analyse d'émeutes rurales dans les années 1958-1962 indique que la collectivité paysanne n'avait jamais rompu tous les ponts avec le pouvoir communiste. Dans les campagnes, l'innovation totalitaire a été plus réduite qu'on ne le croit souvent. Le corps à corps entre le pouvoir et la société rurale n'a jamais cessé. C'est le rapport de forces qui a évolué au profit de la collectivité villageoise, permettant au « Vieil homme » de réapparaître au grand jour. Mais ce dernier a été modifié par le temps, et la politique de modernisation du régime l'expose à de nouveaux et graves dangers.
En savoir plus

30 En savoir plus

Descartes et la question de la civilité: la philosophie de l'honnête homme

Descartes et la question de la civilité: la philosophie de l'honnête homme

Il est vrai que dans l’absolu on peut envisager un homme qui fasse dans un débat un raisonnement parfaitement correct et clair tout en hurlant sur son interlocuteur et en le traitant de la manière la plus incivile qui soit, avec la plus extrême arrogance. Le tyran le plus haïssable peut bien comprendre la démonstration du théorème de Pythagore et la restituer avec la plus grande clarté tout en menaçant du regard son public. Ce fait semble souligner l’hétérogénéité entre rationalité et civilité. La vérité et la rationalité concernent tout homme, quelles que soient ses dispositions sociales. Descartes lui-même traite parfois ses interlocuteurs avec un souverain mépris, même des personnes comme Beeckman qui lui ont appris beaucoup de choses. Mais la question est de savoir si des philosophes comme Descartes, Clauberg ou Locke ont une conception aussi restrictive du bon usage de la raison. Le fait est que bien souvent les esprits qui usent ainsi de violence sont ceux qui sentent en eux-mêmes la faiblesse de leurs propres raisons, sans nécessairement se l’avouer d’une manière sincère. Car quel besoin aurions-nous d’intimider l’autre ou de l’agresser si notre jugement jouit d’une justification solide, claire et rationnellement communicable? 244 Il est vrai que cette autre personne peut elle-même être imbue de préjugés tenaces qui l’aveuglent : dans ce cas, un philosophe comme Clauberg admet tout à fait la convenance d’un mode plus agressif de réfutation, même si, bien entendu, il ne s’agira nullement d’une violence caractérisée. Rappelons à cet égard que la douceur devient « servile » pour Aristote si quand il le convient, on ne sait pas se mettre en colère. Un autre fait peut être souligné. Dans le Livre IV du Cortegiano, Castiglione souligne que bien souvent les mauvais princes et les tyrans détestent la raison et la connaissance de la vérité car il leur semble que c’est un frein à leur pouvoir arbitraire, une chose qui s’impose à eux. Dans un autre
En savoir plus

510 En savoir plus

Perception multimodale de l'homme pour l'interaction Homme-Robot

Perception multimodale de l'homme pour l'interaction Homme-Robot

¶·¸ ¹º » º¼ ½· ¶ ¾ ` ERES doit donc ˆetre ´equip´e d’un certain nombre de capteurs ext´eroceptifs permettant une perception multimodale de l’environnement, soit aussi bien visuelle (position des objets, position de l’utilisateur, etc.) que sonore (interaction vocale avec l’utilisateur, bruits caract´eristiques de l’environnement, etc.). En effet, dans notre contexte, l’environnement n’est ´equip´e d’aucun capteur afin de faciliter l’installation du dispositif ` a domicile. Les capteurs sont tous embarqu´es sur le robot lui-mˆeme. Enfin, comme le robot se trouve dans la sph`ere priv´ee de la personne, il se doit de rester discret et de s’adapter au mode de communication de son utilisateur de mani`ere ` a ne pas ˆetre per¸cu comme une gˆene par ce dernier. Selon cette logique de discr´etion, il est n´ecessaire de d´eterminer une volont´e de communication de la part de l’utilisateur. En effet, en observant l’interaction homme- homme, nous constatons que lorsqu’une personne veut discuter avec une autre, elle commence par se rapprocher, s’oriente vers elle, puis initie la discussion. Dans la robotique en revanche, la plupart des sc´enarii d´ebutent directement par l’interaction sans prendre en compte ce processus pr´eliminaire. Cela constitue donc un premier verrou perceptuel ` a prendre en compte dans nos sc´enarii.
En savoir plus

129 En savoir plus

Le féminin ou la liberté du semblant : le « pèse-homme »

Le féminin ou la liberté du semblant : le « pèse-homme »

Quand nul ne croit plus en cet homme-là, elle se porte candidate pour lui accorder (sa) créance, en privé comme à la face du monde. Preuve que si « les femmes ne croient pas à leur fantasme », comme ose l’avancer Freud, elles s’activent pour croire au réel. Façon d’idéaliser le déchet en tenant à bout de bras ce « bras cassé » de la vie auquel elle tient lieu d’orthopédie – tel le petit délinquant rééduqué par « la bourgeoise », qui le fait renoncer aux « bêtises ». Contre-choix à enjeu œdipien, le raté étant choisi au nez et à la barbe d’un père de poids, qui lui voyait un tout autre parti et se trouve ainsi correctement bafoué dans son idéal. Qu’on se souvienne du défi magnifique- ment résumé par Ovide du choix de l’homme au-delà du père par la fille : « Parmi tous, choisis en un, à condition qu’en tous, ce ne soit l’un 12 » (Ex omnibus unum elige, dum ne sit in omnibus unus). Mais de l’ensemble de tous
En savoir plus

17 En savoir plus

Nouveau dispositif dans la fabrication du dernier homme

Nouveau dispositif dans la fabrication du dernier homme

Il y a bien un point où ceux qui accueillent le livre électronique avec faveur ont raison, c’est en présentant son prochain triomphe comme inéluctable. La lecture suivie d’un livre suppose un sujet pourvu lui-même d’une certaine continuité, de plus en plus problématique au fur et à mesure que l’attitude consumériste s’empare des moindres instants de l’existence, et en particulier des moments de loisir. Günther Anders, il y a plus d’un demi-siècle, avait déjà parfaitement décrit le phénomène. « Dans la deuxième de ses Méditations, Descartes remarquait qu’il était impossible de “concevoir la moitié d’aucune âme”. Aujourd’hui, une âme coupée en deux est un phénomène quotidien. C’est même le trait le plus caractéristique de l’homme contemporain, tout au moins dans ses loisirs, que son penchant à se livrer à deux ou plusieurs occupations disparates en même temps . L’homme qui prend un bain de soleil, par exemple, fait bronzer son dos pendant que ses yeux parcourent un magazine, que ses oreilles suivent un match et que ses mâchoires mastiquent un chewing-gum. Cette figure d’homme orchestre passif et de paresseux hyperactif est un phénomène quotidien et international. Le fait qu’elle aille de soi et qu’on l’accepte comme normale ne la rend pourtant pas inintéressante. Elle mérite au contraire quelques éclaircissements. Si l’on demandait à cet homme qui prend un bain de soleil en quoi consiste “proprement” son occupation, il serait bien en peine de répondre. Car cette question sur quelque chose qui lui serait “propre” repose déjà sur un présupposé erroné, à savoir qu’il serait encore le sujet de cette occupation et de cette détente. Si l’on peut encore ici parler de “sujet”, au singulier ou au pluriel, c’est seulement à propos de ses organes : ses yeux qui s’attardent sur leurs images, ses oreilles qui écoutent leur match, sa mâchoire qui mastique son chewing-gum ; bref son identité est tellement destructurée que si l’on partait à la recherche de “lui-même”, on partirait à la recherche d’un objet qui n’existe pas. Il n’est pas seulement dispersé (comme précédemment)
En savoir plus

11 En savoir plus

Le principe "un homme, une voix" dans les sociétés coopératives

Le principe "un homme, une voix" dans les sociétés coopératives

152 Les exemples de ce genre de paroles ou d’actes ne manquent pas ; ces derniers et dernières étant malheureusement encore extrêmement fréquents de nos jours. Dernier exemple retentissant en date, l’affaire entre guillemets du « Tweet » de V. TRIERWEILER (12 juin 2012), où comment une femme, ou plutôt une compagne dans le cas présent, ne peut avoir, pour une ou des raisons que nous ignorons mais qui en tout état de cause ne nous regarde pas, une opinion différente de son compagnon, ce dernier fût-il Président de la République, sans que cela n’entraîne des commentaires pour le moins désobligeants à l’égard des femmes. Certes il convient de souligner que V. TRIERWEILER n’était pas à l’époque « madame tout le monde » et malgré le fait qu’elle n’était pas élue et qu’elle n’avait donc de compte à rendre à personne ce qu’elle disait, et elle en était parfaitement consciente, avait un poids politique. Néanmoins à l’occasion de cette « affaire » très rares sont les commentateurs qui ont mis en avant la liberté de choix d’une personne qui avant d’être la première dame de France n’en demeurait pas moins un être humain qui avait le droit de penser et de dire ce qu’elle avait envie. On était plutôt proche du, voire carrément dans le « Un homme qui n’arrive pas à tenir sa femme, ne peut pas tenir un pays ». À titre d’exemple de ces propos ahurissants prononcés face caméra, en toute connaissance de cause, et qui sont donc bien la traduction verbale de la pensée de son auteur (pour des raisons de courtoisie envers ce dernier nous tairons le nom de cet homme politique) voilà ce que l’on a pu entendre, « Quand on le voit dans sa vie privée on n’a pas l’impression qu’il tape sur la table il ferait mieux de taper sur la table à la maison et un peu moins chez MERKEL » ; le chemin est encore long…
En savoir plus

483 En savoir plus

UN HOMME EST PASSÉ. PIERRE MARION ET LA DGSE

UN HOMME EST PASSÉ. PIERRE MARION ET LA DGSE

Cette histoire devait permettre au directeur général du Sdece de prendre conscience des limites du soutien présidentiel. Dans l‟affaire tchadienne, il fut systématiquement mis en doute. Sur la capacité du Service d‟informer le gouvernement, sur ses capacités d‟action en Afrique, sur l‟autorité de Marion sur ses hommes. Grossouvre diligenta, forcément sur demande présidentielle, une enquête sur l‟affaire. Pour plus de confidentialité, son choix se porta sur le chef de l‟état-major particulier de François Mitterrand, le général de corps aérien Jean Saulnier. Marion ne fut pas mis au courant des résultats de cette révision de ses actes. Mais il en déduisit qu‟il ne bénéficiait plus de la confiance nécessaire du chef de l‟Etat pour mener à bien sa mission. Tout ce que ce dernier lui avait promis le 10 juin précédant n‟était que du vent. Conscient de ce lâchage ultime, il ne songea pas immédiatement à démissionner. L‟homme était seulement sonné. Les attaques de Deferre, en janvier suivant, les activités du conseiller Afrique de l‟Elysée, Guy Penne ou Jean-Christophe Mitterrand, au printemps 1982, achevèrent de le décourager. Sa rencontre avec le président, à la fin du même mois, le détermina à quitter ses fonctions.
En savoir plus

11 En savoir plus

De la bibliothèque de « l’honnête homme » à celle Du Gallicanaute

De la bibliothèque de « l’honnête homme » à celle Du Gallicanaute

lancée dans les années 1990 dans la perspec- tive de créer une bibliothèque numérique de « l’honnête homme », encyclopédique et raison- née, Gallica a ouvert en 1997 avec 20 000 titres et visait un objectif de 100 000 titres : éditions consacrées par la postérité dans toutes les dis- ciplines ; textes présentant les contextes culturel et scientifique des grandes œuvres ; documents connexes pour l’étude et la recherche, comme les périodiques et les ouvrages de référence. une nouvelle version est mise en ligne en 2000, avec les premiers parcours thématiques struc- turés au sein des collections numérisées. en 2004, la première charte documentaire pré-
En savoir plus

13 En savoir plus

Homme, femme, individualité, liberté, égalité

Homme, femme, individualité, liberté, égalité

* sur la 3° composante (l'autonomie économique), on ne peut pas en dire autant, même dans nos sociétés « développées » : non seulement plus de femmes que d'hommes sont absents du marc[r]

6 En savoir plus

Raisonnement sur le contexte et les croyances pour l'interaction homme-robot

Raisonnement sur le contexte et les croyances pour l'interaction homme-robot

Cependant, nos travaux portent principalement sur l’aspect "représentation" du premier niveau décrit par Ensley et sur les connaissances et les modèles mentaux constituant le second niveau plutôt que sur la "perception" à proprement parler. Ainsi, notre système n’effectue pas de traitement de données brutes comme le trai- tement d’images mais utilise les sorties de tels logiciels (par exemple le nom et la position des objets). Nous utilisons une approche modulaire où chaque module partage une représentation tridimensionnelle du monde. Cette représentation est utilisée pour le calcul de divers faits et primitives concernant notamment les re- lations spatiales, la cinématique et l’état des divers éléments de l’environnement. Une valeur de "confiance" est associée à chaque fait, permettant ainsi le raisonne- ment probabiliste. Différents modules peuvent donc utiliser différentes techniques d’évaluation de la situation, probabiliste ou basé sur des règles expertes. Notre infrastructure pour l’évaluation de la situation comporte également certaines spéci- ficités telles des raisonnements "top-down" permettant de pallier certains manques liés à la perception. Notre étude ne concerne pas la fusion des données capteurs (voir chapitre 25 du livre [Siciliano 2008]) ni les différentes méthodes permettant de réaliser la perception à proprement parlée des divers éléments de l’environnement, cependant, afin de donner un contexte à notre étude, nous présenterons brièvement certaines de ces méthodes. En effet, nos travaux sur l’estimation de la situation pour l’interaction homme-robot se concentrent sur les processus de plus haut ni- veau, à savoir l’agrégation et l’interprétation contextuelle des données issues de la perception pour évaluer la situation.
En savoir plus

199 En savoir plus

EXPOSITION : De Néandertal à Cro Magnon en Velay

EXPOSITION : De Néandertal à Cro Magnon en Velay

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

18 En savoir plus

Polycopié de cours de la matière Interface Homme Machine

Polycopié de cours de la matière Interface Homme Machine

Conclusion générale 70 Conclusion générale Les interfaces homme-machine sont d'une grande importance quant à la réussite du produit. Elles doivent être pensées dès l’étape de conception. Une IHM s’inscrit toujours dans un certain contexte d’utilisation qui peut être plus ou moins spécialisé. Un design organisé et centré sur l’utilisateur présent de multiples avantages tels que la réduction des coûts de formation, une maintenance réduite, un soutien à la clientèle très réduit, ainsi qu’une amélioration de la productivité des utilisateurs. Il s’agit alors d’un domaine fondamentalement interdisciplinaire qui touche à plusieurs enjeux sociétaux majeurs.
En savoir plus

74 En savoir plus

Composants autocontrôlés pour les services d'interaction homme- machine

Composants autocontrôlés pour les services d'interaction homme- machine

Composants autocontrôlés pour les services d’interaction homme-machine IHM’17, 29 Août – 1 er Septembre 2017, Poitiers, France 1 INTRODUCTION Le cloud computing et l’internet du futur promettent un nouvel écosystème où tout serait “as a service”, accessible et connectable partout et à tout moment. Chacun pouvant obtenir une composition de services répondant à ses besoins. Les architectes migrent vers l’architecture orientée service (en anglais : Service Oriented Architecture, SOA). Nous sommes dans l’ère des services et le micro-service est au cœur de l’architecture. Les applications sont maintenant construites comme des compositions de micro-services [ 6 , 5 , 8 ] intégrant de plus en plus de fonctionnalités y compris celle de l’interaction homme-machine. Notre positionnement consiste à répondre aux questions suivantes :
En savoir plus

11 En savoir plus

Guide ergonomique de conception des interfaces homme-machine

Guide ergonomique de conception des interfaces homme-machine

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

95 En savoir plus

Coopération homme-machine pour l'ordonnancement sous incertitudes

Coopération homme-machine pour l'ordonnancement sous incertitudes

Par contre, la supériorité d’un système homme-machine sur une machine seule semble tout de même avérée dans un contexte d’ordonnancement industriel. Une qualité propre à l’humain est alors primordiale : sa capacité à négocier le relâche- ment de contraintes. En effet, une machine va travailler sur un modèle purement théorique, et sera donc limitée par ce modèle. L’humain peut modifier ce problème, pour le rendre plus simple à résoudre. Cette modification du problème peut être réalisée de différentes façons : par négociation avec les autres entités de l’entreprise (reculer une date de livraison, modifier le processus de fabrication d’un produit, sous-traiter une partie de la production, etc.) ; ou par relaxation de contraintes du modèle (par exemple commencer une opération avant sa date de début au plus tôt).
En savoir plus

139 En savoir plus

Show all 186 documents...