Hochelaga-Maisonneuve (Montréal Québec)

Top PDF Hochelaga-Maisonneuve (Montréal Québec):

Évaluation de l'accessibilité à l'alimentation dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve.

Évaluation de l'accessibilité à l'alimentation dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve.

Le CAP s'est basé sur une liste de catégories pour classer les magasIns d'alimentation dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve. On y trouve généralement une circulaire [r]

88 En savoir plus

Portrait socioéconomique du territoire du Centre local d’emploi d’Hochelaga-Maisonneuve.

Portrait socioéconomique du territoire du Centre local d’emploi d’Hochelaga-Maisonneuve.

L ES CLIENTÈLES SPÉCIFIQUES Femmes Un peu plus de la moitié des résidants du territoire du CLE d’Hochelaga-Maisonneuve sont des femmes. Comparativement à l’ensemble de la population de 15 ans et plus, ces dernières sont pratiquement aussi scolarisées : elles sont un peu plus fréquemment sans diplôme, mais elles affichent toutefois une proportion égale de personnes ayant une formation universitaire. Elles sont moins présentes sur le marché du travail; leur taux de chômage est cependant légèrement inférieur à celui de l’ensemble de la population active (7,7% contre 8,1%). Les femmes ne représentent que 37,4% des prestataires de l’assurance-emploi (moyenne de 2007). Par contre, en mars 2007, elles forment 50% des prestataires de la solidarité sociale et 46,5% de ceux de l’aide sociale; et surtout, elles constituent 90,3% des chefs de famille monoparentale prestataires à l’aide sociale.
En savoir plus

43 En savoir plus

Gouvernance coopérative et développement local : Caisse Desjardins Préfontaine-Orléans et collectivité locale (Hochelaga-Maisonneuve)

Gouvernance coopérative et développement local : Caisse Desjardins Préfontaine-Orléans et collectivité locale (Hochelaga-Maisonneuve)

Depuis cette époque, la réalité économique du quartier et des caisses a agi comme « un rouleau compresseur inéluctable » et donné lieu à une série de fusions de caisses qui, de l’avis du directeur, n’ont pas été des « processus volontaires ». Il note que la fusion n’est pas un passage obligé pour toutes les caisses Desjardins. Il en veut pour exemple les caisses du quartier Mercier-est (Tétreaultville), voisin d’Hochelaga-Maisonneuve, qui sont rentables, détiennent chacune un actif supérieur à 50 millions de dollars et s’impliquent bien dans leur milieu; aucune fusion relative à l’une ou l’autre de celles-ci « n’est dans l’air ». Il souligne, par ailleurs, qu’une fusion qui a pour effet de regrouper plusieurs caisses en une seule, sous la gouverne d’un seul directeur général, et qui offre des centres de service correspondant aux besoins de la collectivité, peut avoir des répercussions bénéfiques pour le milieu. La condition essentielle pour cela est que la fusion soit pensée selon une logique de territoire, cohérente avec l’historique du quartier, et qu’elle soit dès lors « campée dans un milieu géographiquement identifié ». Il résulte du processus une caisse plus forte, qui constitue « un meilleur levier économique pour le
En savoir plus

96 En savoir plus

Inégalités en santé et vie de quartier : le sentiment d'appartenance comme déterminant de la santé chez des femmes vivant dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve

Inégalités en santé et vie de quartier : le sentiment d'appartenance comme déterminant de la santé chez des femmes vivant dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve

! ?E! neuvième siècle, les entreprises manufacturières commencent à s’y installer et le quartier se développe grâce au transport ferroviaire et maritime. À partir de 1840, la ville commence à s’urbaniser progressivement et de plus en plus d’entreprises s’y installent. En 1883, Hochelaga s’annexe à Montréal alors que Maisonneuve reste séparée. Cette dernière est en très grande croissance entre 1896 et 1915. En 1918, cette partie s’annexe aussi à Montréal puisqu’elle est très endettée. La crise économique de 1929 touche durement les usines, ainsi que la population ouvrière du quartier. Des projets de travaux publics, suivis, après la Deuxième Guerre mondiale, d’une industrie de la défense amènent une reprise économique jusque dans les années soixante. Entre 1961 et 1976, des infrastructures de transport forcent la destruction de milliers de logements et de bâtiments abritant des institutions. L’économie et la vie de quartier sont durement touchées par ces constructions ainsi que par le déplacement des capitaux et de la production vers Toronto. Plusieurs manufactures, ainsi que plusieurs résidents désertent le quartier pendant que de nouveaux groupes populaires font leur apparition. Alors que les activités du port ont été déplacées et que mille deux cents logements ont été détruits pour construire une autoroute en bord de fleuve, ce quartier est en déclin. En effet, entre 1961 et 1986, cet arrondissement a perdu 42% de ces habitants (Germain et Rose, 2010). Au milieu des années soixante-dix, diverses infrastructures sont construites pour accueillir les Jeux olympiques de 1976 à Montréal. Aussi, le marché maraîcher « Maisonneuve » se développe dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix après avoir été fermé en 1962. Cette reprise des activités correspond à l’aménagement de nouveaux quartiers dans la partie nord d’Hochelaga-Maisonneuve. Aujourd’hui, les manufactures ont cédé leur place à l’industrie tertiaire. 6 En somme, il s’agit donc d’un ancien quartier ouvrier.
En savoir plus

144 En savoir plus

Portrait socioéconomique du territoire Hochelaga-Maisonneuve : Centre local d’emploi d’Hochelaga-Maisonneuve.

Portrait socioéconomique du territoire Hochelaga-Maisonneuve : Centre local d’emploi d’Hochelaga-Maisonneuve.

Sur le territoire Hochelaga-Maisonneuve, le taux d’activité des personnes issues des minorités visibles et nées au Canada est très semblable à celui de celles nées hors Canada (69% contre 69,4%), tout comme pour le taux d’emploi (58,2% contre 57,8%). Malgré ces taux très similaires, il convient de préciser que la grande majorité de celles nées au Canada sont âgées de moins de 29 ans, donc plus susceptibles d’être aux études. On remarque tout de même que le taux de chômage des hommes de 15 à 29 ans atteint 24,2% chez ceux nés au Canada, contre 19,5% pour ceux nés hors Canada. Les jeunes de 15 à 29 ans nés hors Canada s’en tirent d’ailleurs à peine mieux que les autres jeunes issus des minorités visibles du territoire Hochelaga-Maisonneuve, leur taux de chômage est à peine inférieur (18,9% contre 19,5%), mais il est supérieur à celui des jeunes issus des minorités visibles nés hors Canada de l’ensemble de l’île (17%). Ajoutons que l’écart entre le taux de chômage des jeunes hommes et des jeunes femmes est beaucoup plus prononcé chez les personnes issues des minorités visibles nées au Canada que pour celles nées hors Canada (10,2 points contre 1,1 point). En terminant, les effectifs limités (545 personnes) de la population active issue des minorités visibles née au Canada sur le territoire Hochelaga-Maisonneuve commandent la prudence dans l’interprétation des données. C’est pourquoi aucune analyse des hommes et femmes par groupe d’âge n’est réalisée.
En savoir plus

39 En savoir plus

La revitalisation urbaine des quartiers défavorisés de l’Île de Montréal à travers le programme de revitalisation urbaine intégrée : une 
étude de cas de la démarche d’Hochelaga-Maisonneuve

La revitalisation urbaine des quartiers défavorisés de l’Île de Montréal à travers le programme de revitalisation urbaine intégrée : une étude de cas de la démarche d’Hochelaga-Maisonneuve

Il n’y a pas beaucoup d’études scientifiques ou de données publiques sur le programme de revitalisation urbaine intégrée à Montréal, la plupart des données que nous avons récoltées nous viennent de l’ouvrage collaboratif « Revitalisation urbaine et concertation de quartier » dirigé par Gilles Sénécal. Cet ouvrage que nous avons cité plus haut et que nous citons à de multiples reprises est intéressant, car plusieurs chercheurs et acteurs du milieu communautaire ont participé à l’écriture du présent ouvrage, ce qui donne du poids à son contenu. Ce livre est composé de chapitres rédigés par des auteurs, qui nous montrent que le programme RUI soulève une diversité de points de vue. Il y a par exemple le coordinateur de la démarche RUI de Hochelaga-Maisonneuve, qui écrit un chapitre sur la démarche qu’il coordonne, ou encore, Geneviève Breault et Véronique Houle, organisatrice communautaire et membre du conseil d’administration de l’Association des locataires de Villeray, un comité logement, qui fait une critique de la revitalisation urbaine de ce quartier montréalais. En plus de cet ouvrage, ont été publiées quelques études portant directement sur le programme RUI ou certains de ses aspects comme la concertation, la mixité sociale, la participation citoyenne, l’intervention sociale territoriale, ou encore la lutte contre la pauvreté (Divay et Séguin, 2004; Sénécal et col., 2008; Germain et rose, 2010; Gaudreau, 2011; Caillouette et coll., 2013). C’est l’ensemble de ces publications qui compose notre corpus bibliographique sur le programme RUI.
En savoir plus

100 En savoir plus

Portrait socioéconomique du territoire du Centre local d'emploi d'Hochelaga-Maisonneuve

Portrait socioéconomique du territoire du Centre local d'emploi d'Hochelaga-Maisonneuve

Sexe et niveau de compétence – La distribution de destination des déplacements varie passablement selon le sexe et les niveaux de compétence. La proportion des personnes travaillant sur le territoire du CLE change selon le niveau de compétence exigé par le poste occupé, passant de 16,1% pour le personnel intermédiaire à 22,5% pour le personnel cadre et personnel de gestion. D’autre part, les femmes sont légèrement plus nombreuses que les hommes à travailler sur le territoire du CLE d’Hochelaga-Maisonneuve (18,8% des femmes contre 17,3% des hommes). L’écart est très marqué chez les personnes occupant un poste de niveau élémentaire (31,2% contre 15,2%) et s’inverse pour celles ayant un poste professionnel (16,3% contre 19,1%) ou de cadre et de personnel de gestion (19,9% contre 23,5%). Dans pratiquement tous les cas, le territoire du CLE occupe le second rang et celui du Plateau- Mont-Royal, le premier rang. Ajoutons que les hommes dont l’emploi requiert des compétences de niveau technique et spécialisé ont le plus souvent un emploi sans lieu de travail fixe ou localisé à l’extérieur du Québec (15,8% contre 7% pour les femmes).
En savoir plus

44 En savoir plus

Pour une gentrification socialement acceptable le cas d'Hochelaga-Maisonneuve à Montréal et Madeleine-Champ-de-Mars à Nantes

Pour une gentrification socialement acceptable le cas d'Hochelaga-Maisonneuve à Montréal et Madeleine-Champ-de-Mars à Nantes

ferroviaire et le développement portuaire sont les bases de l’installation des entreprises manufacturières à Hochelaga, un village fondé en 1870. 6.1.2. Entre industrialisation et désindustrialisation L’industrialisation commence à apparaître sur Hochelaga dès 1874. La ville d’Hochelaga est née en 1883. Son annexion à la ville de Montréal a lieu la même année pour faciliter son urbanisation et accroître son industrialisation. En même temps que l’annexion d’Hochelaga à Montréal, un groupe de propriétaires inspirés par le mouvement City Beautiful décide de développer une cité industrielle modèle à l’est d’Hochelaga. C’est ainsi que la ville de Maisonneuve est née (Héritage Montréal, 2008). La croissance exceptionnelle de Maisonneuve entre 1896 et 1915 lui donne le nom de la « Pittsburgh du Canada ». Cette ville devient le cinquième centre industriel du Canada en offrant une exemption d’impôt et des subventions aux entreprises qui s'y installent pour une vingtaine d’années. Les principales industries sont dans les domaines de la chaussure, du textile, des tanneries, des abattoirs, du tabac, de l’alimentation et de l’industrie navale. Le paysage sensoriel d’Hochelaga- Maisonneuve est caractérisé à cette époque par les cloches des églises et les sirènes d’usines, aussi bien que par les odeurs de la biscuiterie et de la levure.
En savoir plus

332 En savoir plus

Synthèse des portraits socioéconomiques des territoires de CLE de l’île de Montréal : CLE d’Hochelaga-Maisonneuve.

Synthèse des portraits socioéconomiques des territoires de CLE de l’île de Montréal : CLE d’Hochelaga-Maisonneuve.

• Une croissance du nombre de personnes vivant seules : la part des personnes vivant seules s’est accrue de 5,9% depuis 2001 sur le territoire du CLE d’Hochelaga-Maisonneuve (contre 4,6% pour l’île). Cette part est, en 2006, passablement plus grande que pour l’île (21,1% contre 17,4%). • Une croissance importante du revenu médian : entre 2000 et 2005, le revenu total médian des femmes a crû de 20,7% et celui des hommes de 15,6% sur le territoire du CLE d’Hochelaga-Maisonneuve (contre respectivement 15,6% et 6,7% sur l’île). Il en résulte qu’en 2005, le revenu total médian des personnes de 15 ans et plus dépasse de peu celui de l’île (22 392 $ contre 22 212 $).
En savoir plus

6 En savoir plus

Il était une fois dans un HLM... 
Portrait de l’intervention communautaire dans quatre HLM de type « plan d’ensemble » de l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve

Il était une fois dans un HLM... Portrait de l’intervention communautaire dans quatre HLM de type « plan d’ensemble » de l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve

Introduction L’histoire racontée dans les pages qui suivent est celle de la mise en place de quatre centres de jeunes en plein cœur de HLM dits, « plans d’ensemble », dans l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, il y a une quinzaine d’années. Ces quatre centres faisaient partie, avec celui créé dans Ahuntsic 1 , d’expériences pilotes conçues pour répondre à « des besoins et des demandes du milieu », pour utiliser une expression consacrée, tournant autour de problèmes de sécurité dans des ensembles de HLM de taille importante. Mais il s’agissait aussi, et peut-être surtout, de trouver un dispositif de gestion sociale dans des milieux sociaux de plus en plus fragiles, dans un contexte institutionnel relativement contraignant. Le « développement social » ne faisait alors pas partie des mandats confiés par la SHQ à l’OMHM dont la responsabilité principale était d’abord de bien gérer les immeubles à loyer modique et de sélectionner leurs locataires. Or, une série de lois et règlements étaient en train de modifier substantiellement le peuplement des HLM, et ce, à peu près au même moment où la démographie de Montréal connaissait de profondes transformations se répercutant parfois de manière inattendue sur les listes d’attente de l’OMHM. Les HLM, et tout particulièrement les plans d’ensemble, devenaient ainsi des milieux de vie condensant une série de problématiques sociales, ce qui ne pouvait manquer de se traduire par de sérieux défis de cohabitation, et donc, à l’occasion, par des dérapages dans ces modes de cohabitation, tant à l’intérieur des plans d’ensemble que dans leurs interfaces avec les quartiers environnants. Il fallait donc agir et cette action devait être locale 2 . Compte tenu des mandats limités de la SHQ en la matière (et a fortiori des OMH), les milieux locaux tant institutionnels (Ville, CLSC, YMCA, etc.) que communautaires allaient être mis à contribution. Mais l’initiative reposait d’abord sur les bonnes volontés de quelques intervenants institutionnels qui ont ni plus ni moins « bricolé » des projets de centres de jeunes, qui, après bien des péripéties, ont fini par déboucher sur des interventions structurées relativement efficaces. Mais en dépit de leurs succès qui
En savoir plus

133 En savoir plus

Portrait socioéconomique du territoire du Centre local d’emploi Hochelaga-Maisonneuve

Portrait socioéconomique du territoire du Centre local d’emploi Hochelaga-Maisonneuve

Le tableau précédent permet de comparer les principaux indicateurs économiques qui découlent des données du recensement de 2001 à ceux du recensement de 1996. On constate premièrement que la population de 15 ans et plus sur le territoire du CLE Hochelaga-Maisonneuve a crû plus rapidement qu’à Montréal (3,5 % comparativement à 2,3 %). De même, la population active et le nombre de personnes occupées ont connu une croissance beaucoup plus rapide qu’à Montréal (11,8 % contre 6,8 % et 16,6 % contre 11,7 %). Parallèlement, les taux d’activité et d’emploi se sont nettement améliorés (respectivement de 4,5 et 6,2 points) alors que pour la même période, les taux d’activité et d’emploi pour Montréal ne croissaient que de 2,6 et 4,8 points.
En savoir plus

23 En savoir plus

Caractéristiques sociodémographiques et socioéconomiques du centre local d’emploi : fiche synthèse Hochelaga-Maisonneuve.

Caractéristiques sociodémographiques et socioéconomiques du centre local d’emploi : fiche synthèse Hochelaga-Maisonneuve.

Les femmes Les femmes composent en 1996 un peu plus de la moitié de la population d’Hochelaga-Maisonneuve, comme dans 15 des 17 CLE de l’île de Montréal. Elles sont toutefois légèrement sous- représentées dans la population active. Elles sont à peine moins scolarisées que la population en général. Moins actives sur le marché du travail, elles ont un taux de chômage un peu moins élevé en 1996 et sont moins souvent prestataires de l’assurance- emploi en mars 2000, comparativement à leur importance dans l’ensemble de la population en 1996. Elles ne sont toutefois pas plus souvent prestataires de l’assistance-emploi. Dans leur dernier emploi, les femmes prestataires de l’assurance-emploi faisaient plus souvent partie du personnel intermédiaire et moins souvent du personnel technique ou spécialisé que l’ensemble des prestataires.
En savoir plus

18 En savoir plus

Cohabitation entre les activités résidentielles et prostitutionnelles du quartier Hochelaga-Maisonneuve

Cohabitation entre les activités résidentielles et prostitutionnelles du quartier Hochelaga-Maisonneuve

Il va sans dire que ces objectifs représentent des défis de taille. Selon les données démographiques et socio-économiques (2006-2011; RUI H-M) il y a une décroissance de la population allant jusqu’à 8%, particulièrement entre les rues Adam et Notre-Dame. L’équipe de la RUI d’Hochelaga-Maisonneuve indique que malgré plusieurs projets communautaires et quelques 40 nouveaux logements, le secteur a peine à attirer de nouveaux habitants et commerçants. Cet état de quasi-abandon sur l’artère Sainte-Catherine Est engendrerait un plus grand sentiment d’insécurité. C’est pourquoi, selon les principaux enjeux présentés par le coordonnateur de la RUI, les efforts de revitalisation autour de la rue Sainte-Catherine Est y sont prioritaires : des projets commerciaux, communautaires et résidentiels devront y voir le jour. À ce titre, la réhabilitation du cadre bâti résidentiel et commercial est prise en compte. Nous sommes tout de même en voix de nous questionner sur les effets qu’auront ces objectifs de revitalisation sur les populations marginalisées qui occupent le secteur, s’ils voient le jour. Certains moyens d’action proposés concernent l’augmentation de la densité résidentielle à l'ouest de Bourbonnière ainsi que la stimulation du développement commercial en attirant de nouveaux commerçants. Il ne serait pas étonnant de voir l’émergence de conflits d’appropriation de certains lieux jonchant la rue Sainte-Catherine. De plus, il n’est pas impossible que des promoteurs immobiliers, peu soucieux de la revitalisation intégrée, investissent massivement dans le secteur, au cours des prochaines années. Ce qui aurait inévitablement des impacts importants sur les pratiques et les modes de vie de populations marginalisées telles que les travailleuses du sexe du secteur.
En savoir plus

118 En savoir plus

Dénombrement, localisation et évolution de la copropriété dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve

Dénombrement, localisation et évolution de la copropriété dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve

La copropriété divise : la progression d’un mode de propriété au cœur d’Hochelaga-Maisonneuve La question initiale posée, à l’origine de cette étude, rappelons-le, était de dénombrer et localiser les copropriétés. Commençons par les copropriétés divises dont le repérage est facilité par l’introduction d’un code, depuis 2003, qui les distingue des autres types de propriété. Dans le tableau 8, nous les distinguons par catégorie de bâtiment. Les copropriétés divises se concentrent dans les immeubles de type multiplex, soit 42% de la distribution dans les immeubles de 4 à 11 logements, 43% dans les 12 logements et plus toutes catégories confondues. On note que les duplex et les triplex comptent pour 12% (1% seulement de duplex). Les multiplex de 12 logements et plus et de 3 étages et moins sans commerce, en copropriété divise, sont plus nombreux dans la partie Maisonneuve.
En savoir plus

42 En savoir plus

Synthèse des portraits socioéconomiques des territoires de CLE de l’île de Montréal : territoire Hochelaga-Maisonneuve.

Synthèse des portraits socioéconomiques des territoires de CLE de l’île de Montréal : territoire Hochelaga-Maisonneuve.

Ce document constitue une synthèse du Portrait socioéconomique du territoire Hochelaga-Maisonneuve du Centre local d’emploi d’Hochelaga- Maisonneuve. Ce portrait contient des informations, définitions, notes et avertissements qu’il pourrait être souhaitable de consulter afin de prendre connaissance des particularités de certains thèmes d’analyse, groupes statistiques ou variables étudiées. p arTiculariTés du TerriToire par rapporT à l ’ île de m onTréal

6 En savoir plus

Portrait socioéconomique du territoire Mercier : Centre local d’emploi d’Hochelaga-Maisonneuve.

Portrait socioéconomique du territoire Mercier : Centre local d’emploi d’Hochelaga-Maisonneuve.

La croissance des effectifs entre 2001 et 2006 est toutefois beaucoup plus forte que sur l’île, tant pour les personnes nées hors Canada que celles issues de minorités visibles (respe[r]

39 En savoir plus

Bon goût pour peu de sous - Prévention du diabète de type 2 chez les prédiabétiques dans le secteur d'Hochelaga-Maisonneuve

Bon goût pour peu de sous - Prévention du diabète de type 2 chez les prédiabétiques dans le secteur d'Hochelaga-Maisonneuve

Le bœuf haché peut être changé par une autre viande hachée (porc, dinde, poulet ou mélange de ces viandes), au goût. Dans une grande poêle, faire dorer le bœuf à feu moyen vif. Placer l[r]

33 En savoir plus

Où est Charly? : les jeunes en rupture scolaire dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve et leur rapport à l'espace

Où est Charly? : les jeunes en rupture scolaire dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve et leur rapport à l'espace

S'inspirer des éléments de réponses à cette question pourrait mener à des mesures formatives additionnelles, destinées aux jeunes en rupture avec le système scolaire, afin de leur [r]

221 En savoir plus

Analyse qualitative de patterns d'endettement et comportements économiques de recours au crédit de 24 ménages à faibles revenus du Quartier Hochelaga-Maisonneuve

Analyse qualitative de patterns d'endettement et comportements économiques de recours au crédit de 24 ménages à faibles revenus du Quartier Hochelaga-Maisonneuve

Cependant, si au plan de l'analyse globale on dispose plus facilement de données pour analyser la situation d'endettement des canadiens, les analyses plus restrein[r]

199 En savoir plus

Incidences de la relation entre le lieu d'appartenance (Hochelaga-Maisonneuve) et les acteurs-participants dans la réalisation d'une création théâtrale multimédia

Incidences de la relation entre le lieu d'appartenance (Hochelaga-Maisonneuve) et les acteurs-participants dans la réalisation d'une création théâtrale multimédia

Dans le même souffle, merci aussi à Robert Loisel (MA, création littéraire) de m'avoir dirigé vers Jacques Attali pour comprendre L 'Homme nomade (2003) qu'est de[r]

149 En savoir plus

Show all 34 documents...