Genre policier

Top PDF Genre policier:

Les caractéristiques du genre policier

Les caractéristiques du genre policier

C'est grâce à ma lecture de l'œuvre de Christian Poslaniec et Christine Houyel s'intitulant Activités de lecture à partir de la littérature policière une fois de plus, que j'ai pu remarquer certaines particularités du genre policier. J'ai pu noter que dès la seconde moitié du XIXe siècle, deux éditeurs notamment, Hachette et Hetzel (le second sera racheté par le premier au début du XXe siècle) ont créé les premières collections destinées à la jeunesse. C'est dans un premier temps le genre « aventure » qui est dominant. Puis, le genre policier se greffe peu à peu à ce type de romans. Dans ces deux catégories, les enfants sont des héros; ce qui leur permet de se familiariser avec ce genre. Souvent, on donne aux enfants (groupe, bande...) le rôle d'enquêteur. On y voit apparaître systématiquement un contenu moraliste.
En savoir plus

67 En savoir plus

Lire et jouer pour comprendre le genre policier

Lire et jouer pour comprendre le genre policier

nous avons également pu observer que chez certains élèves, cela était compliqué de ne pas révéler à haute voix les éléments figurant sur leurs cartes. En effet, à cet âge-là, les élèves ont du mal à se contenir et veulent faire partager aux autres ce qu’ils ont en mains. L’émotion surpasse les règles du jeu. Ce comportement a été un frein pour l’un des groupes, pour qui nous avons dû recommencer une partie en insistant bien sur ce point. Ceci explique que ce groupe n'ait pu réaliser qu'une seule partie. En outre, cette dimension extérieure au jeu, ou tout du moins extérieure au contenu même du jeu, il semble important d'évoquer ce que les élèves ont fait en jouant. Chacun des participants possédait plusieurs cartes (avec des lieux, des personnages et des armes) ainsi qu'un carnet du détective. Étaient listés sur ce carnet les suspects, les armes et les lieux du délit. L'objectif du jeu consistait à retrouver le coupable, le lieu et l'objet qui a servi à commettre ce forfait. Le procédé même du jeu et les actions réalisées par le joueur n'ont pas d'aspect littéraire mais ils font écho tout de même aux enquêtes. En fait, le cadre et la stratégie mise en place par l’élève évoquent le genre policier. La stratégie consiste à opérer des déductions et des inductions comme le transcrit le carnet du détective. Les élèves rayent les suspects, les lieux et les armes dont ils apprennent au fur et à mesure du jeu, en émettant des hypothèses, qu'ils n'ont pas de lien avec le délit commis. Cette activité, par sa forme, se révèle proche de la stratégie évoquée dans la résolution des enquêtes choisies dans notre étude, c’est à dire des enquêtes par élimination de suspect. C'est donc cet aspect-là du jeu de type CLUEDO qui nous semble important et une synthèse collective a été réalisée après le jeu afin que les élèves puissent s'exprimer sur ce lien entre jeu et enquête.
En savoir plus

50 En savoir plus

L'anthropomorphisme comme facilitation d'entrée dans le genre policier

L'anthropomorphisme comme facilitation d'entrée dans le genre policier

(Cf. annexe 3 : Quelques classements élaborés par les élèves) Lors de cette étape, les élèves ont éprouvé de grandes difficultés à organiser leurs mots selon un classement : ils ne savaient pas comment les ordonner, les regrouper. J'ai ainsi remarqué en passant dans les quatre groupes formés que les élèves avaient tendance à recopier uniquement les différents mots proposés précédemment. Il a été nécessaire de préciser la consigne pour permettre aux élèves d'avancer dans l'établissement de leur classement. Les classements proposés reposent le plus souvent sur les lieux, les actions, les armes, les transports, les personnages … Lors de la mise en commun, après discussion avec les élèves, le critère de classement transport comprenant des termes comme la moto ou la voiture de police a été supprimé car les élèves se sont rendus compte que ces véhicules n'étaient pas spécifiques au genre policier. Comme évoqué précédemment, les élèves sont restés focalisés sur le thème de la police, avec le monde du policier puisque l'équipement complet a été cité. En outre, ils ont également pour la plupart cité comme référence le commissaire présent dans la série télévisée « Plus Belle La Vie ». Ils se sont alors appuyés sur les références qu'ils côtoient directement. J’ai pu constater que les élèves avaient d’assez bonnes représentations sur le genre mais disposaient de peu de vocabulaire. Il est à noter que même si lors de la phase de recherche en groupe de nouveaux termes sont apparus comme les crimes, les indices, une enquête. De nombreux termes comme assassinats, suspect, complice, un détective, un assassin, un homicide, un meurtre, etc … n'ont pas été mentionnés.
En savoir plus

90 En savoir plus

Le genre policier, une ressource narrative de A la recherche de Klingsor de Jorge Volpi

Le genre policier, une ressource narrative de A la recherche de Klingsor de Jorge Volpi

C’est  ici  que  se  trouve  l’autre  grande  divergence  narrative  entre  A  la  recherche  de   Klingsor  et  un  roman  policier  canonique  tel  que  Le  meurtre  de  Roger  Ackroyd.  En  effet,  le   roman  policier  peut  être  une  fiction  de  la  déduction  parce  que  tous  ses  éléments  n’ont   finalement   qu’un   seul   sens  :   celui   qu’énonce   le   détective.   A   la   recherche   de   Klingsor   introduit  un  dispositif  de  lecture  propre  au  policier,  rendant  impossible  par  la  suite  pour   le  lecteur  l’invalidation  de  certains  possibles  de  l’histoire  qu’il  vient  de  lire.  C’est  en  ce   sens   qu’il   confronte   le   lecteur   à   l’absence   de   prise   à   laquelle   se   sont   confrontés   les   pionniers  de  la  physique  quantique  et,  dans  une  autre  dimension,  à  l’absence  de  prise  de   la  raison  face  à  des  phénomènes  d’horreur  collective  tels  que  ceux  qui  se  sont  produits   sous  le  Troisième  Reich.  
En savoir plus

11 En savoir plus

S.S. Van Dine revisité : étude et subversion des règles constitutives du genre policier

S.S. Van Dine revisité : étude et subversion des règles constitutives du genre policier

Une fois de plus, Van Dine insiste sur la cohérence du texte et sur le respect de l'intelligence du lectorat. Le contrat de lecture implique que le lecteur puisse déduire la clé de l'éni[r]

189 En savoir plus

Le roman policier, vecteur de l'appropriation des textes par les élèves en difficulté en lecture

Le roman policier, vecteur de l'appropriation des textes par les élèves en difficulté en lecture

jeunesses. En 1986, l’histoire du genre policier connaît un véritable tournant et s’affirme avec la création de la collection « Souris Noire » aux éditions Syros. Depuis, tous les éditeurs ont créé leur collection. Les auteurs phares sont : Jean-Loup Craipeau Crime Caramels, Didier Daenincks Le chat de Tigali, Joseph Perigot Qui a tué Minou-Bonbon ?, Jean- Hugues Oppel Ippon. Le roman policier jeunesse a connu durant ces vingt dernières années une réelle attraction de la part du jeune public mais rencontre depuis peu un recul lié à
En savoir plus

100 En savoir plus

Expressions spécifiques désignant des comportements dans le roman policier

Expressions spécifiques désignant des comportements dans le roman policier

Conclusion Nous avons analysé, à travers ce travail de recherche, quatre expressions spécifiques qui désignent des comportements dans le roman policier (POL). D'habitude, en lisant un thriller, un lecteur s'attend à trouver des expressions désignant le crime, les comportements caractéristiques pour un assassin, liés à la tentative de meurtre ou bien au assassinat. Néanmoins, l'approche quantitative fondée sur des critères de fréquence et de récurrence permet de formuler des observations guidées par les données, qui ne correspondent pas toujours à nos suppositions (l'approche quantitative révèle un autre phénomène plus surprenant). Grâce à l'approche corpus-driven, adoptée par les chercheurs menant des études sur la phraséologie stéréotypée de textes littéraires contemporains en langue française, et aux résultats de leurs observations sur lesquelles nous nous sommes basée, nous pouvons constater que les récurrences stylistiques désignant les comportements spécifiques, lancer (jeter) un regard, hocher la tête, hausser les épaules sont plutôt inattendues. Néanmoins, ils sont très spécifiques pour le sous-genre policier.
En savoir plus

95 En savoir plus

Rôle de genre et drôle de genre. Edith Cresson Premier Ministre ou le mauvais genre en politique

Rôle de genre et drôle de genre. Edith Cresson Premier Ministre ou le mauvais genre en politique

Mais le portrait que livre Martin Peltier, aux lecteurs du Quotidien de Paris le 21mai 1991 – dans un article significativement intitulé « Une grande fille toute simple » – indique déjà les risques de cette « identité stratégique » au genre hybride : « …Après les volutes intriquées du parler vrai, voici avec Edith Cresson le parler droit, le parler de la ménagère. L’œil un peu lourd, le maquillage express, les manches toujours retroussées, la bouche grande ouverte, une grande fille toute simple […] Après l’ectoplasme le plus médiatique de France, la réalité charnelle d’Edith Cresson, ça change, ça repose, ça ravigote ! […] On a envie de lui tendre un bouquet garni. Elle ne nous fiche pas de complexes avec une dialectique au- dessus de nos moyens. On est tellement content qu’on versera volontiers un peu plus d’impôts. En saine économie, le sourire se paie aussi. […] Elle impose d’un coup son image de réalisme, son sens du concret ‘à la japonaise’[…] Avec E. Cresson, voici plus subtile encore : le style vraiment- un-peu-popote-pieds-sur-terre. Non plus la langue de bois, mais la langue de veau charcutière ». On l’aura sans doute compris : en jouant sur le registre d’une féminité à la fois virile et populaire, E. Cresson donne à voir « une personnalité doublement dérangeante » (L’événement du Jeudi, 5 juin 1991) . Elle incarne en tout cas une forme de féminité peu légitime socialement et donne du même coup prise à ses détracteurs. Une chose est certaine, c’est par la mise en scène de « sa » vulgarité que ces derniers tentent de la discréditer dans l’exercice de ses fonctions.
En savoir plus

21 En savoir plus

Le soutien organisationnel à la conciliation emploi-famille : Quelques observations dans le secteur policier au Québec

Le soutien organisationnel à la conciliation emploi-famille : Quelques observations dans le secteur policier au Québec

Le  rôle  médiateur  du  milieu  professionnel  et  de  l’employeur  semble  donc  bien  se  confirmer  avec  cette  recherche.  Cependant,  si  les  résultats  semblent  indiquer  un  meilleur soutien dans ce secteur que dans d’autres, et ces résultats sont statistiquement  valides  (Author),  nous  avons  voulu  creuser  un  peu  plus  les  résultats  de  l’analyse  statistique  et  approfondir  la  question  par  une  analyse  qualitative,  fondée  sur  des  entretiens  auprès  de  policiers  et  policières,  précisément  sur  la  question  du  soutien  organisationnel, essentiellement sous l’angle du  soutien offert par les supérieurs et par  les  collègues,  puisque  ces  deux  aspect  ont  été  mis  en  évidence  dans  divers  travaux  (Guérin  et  al.,  1997,  Families  and  Work  Institute,  1998)  comme  ayant  un  rôle  déterminant,  au‐delà  des  mesures  formelles  offertes  (congés  ou  autres),  qui  sont  évidemment  importantes  également.  Ainsi,  si  le  secteur  policier  dispose  d’une  bonne  convention  collective,  et  d’un  certain  nombre  de  mesures  intéressantes  pour  la  conciliation  (congés  importants  surtout),  les  horaires  par  poste  sur  24  heures  et  l’obligation  de  remplacement  peuvent  poser  des  défis  particuliers.  De  ce  fait,  nous  avons voulu voir comment le soutien des supérieurs et des collègues peut effectivement  faciliter  ou  au  contraire  rendre  plus  difficile  la  conciliation  des  responsabilités  professionnelles et des responsabilités familiales.  
En savoir plus

26 En savoir plus

Les aptitudes physiques essentielles au travail policier et le pourcentage de gras à la Gendarmerie Royale du Canada

Les aptitudes physiques essentielles au travail policier et le pourcentage de gras à la Gendarmerie Royale du Canada

Les 4 pages du document demandent les informations personnelles du participant, ensuite il y a le consentement de participer au TAPE , un formulaire de santé ain[r]

82 En savoir plus

Genre

Genre

construisent des hiérarchies de statut entre femmes mariées et femmes célibataires, ou entre femmes stériles et fécondes ; les discours justifiant l’autorité religieuse de certains hommes, les plus âgés par exemple, vont en exclure d’autres du pouvoir. L’expérience religieuse est souvent apprentissage d’un entresoi masculin ou féminin (même si la religion « entre hommes » a été moins étudiée du point de vue du genre, allant sans doute plus de soi pour la majorité des chercheurs). Hommes et femmes ne pratiquent pas toujours les mêmes religions : en Afrique, l’islam est plus masculin et les cultes de possession (rattachés ou non à l’islam) plus féminins. L’institution religieuse légitime plus ou moins la séparation des sexes, en lien avec le contexte politique : comme Mary Douglas l’a montré, un groupe s’estimant menacé (par l’immigration, par la colonisation, par la déchéance sociale…) va plus souvent imposer des règles strictes de séparation et d’endogamie (ainsi que des règles de commensalité plus strictes).
En savoir plus

11 En savoir plus

Le cercle de lecture pour améliorer la compréhension du récit littéraire - L'exemple du récit policier

Le cercle de lecture pour améliorer la compréhension du récit littéraire - L'exemple du récit policier

narratif centré sur le crime, au sens juridique du terme, structuré en fonction de six éléments principaux (le crime, la victime, l'enquête, le coupable, le mobile, le mode opératoire) de telle sorte que la focalisation narrative se fasse sur l'un au moins des six éléments ». Ils ajoutent que c'est un genre narratif, c'est-à-dire qu'il raconte une histoire. Celle-ci a pour thème la loi. La loi est le motif en commun de tous les romans policiers. C'est pour cela que les romans policiers renvoient beaucoup plus le lecteur au réel que d'autres textes littéraires. Les auteurs insistent sur le fait que les six éléments exposés ci- dessus s'insèrent dans une société donnée, au premier ou à l'arrière plan. C'est la focalisation narrative qui met en lumière un élément plus qu'un autre et qui crée différents types de romans policiers. Je m'attacherai à définir plus en profondeur le roman à énigme. Celui-ci prend en compte les six éléments et la société est laissée à l'arrière-plan. Un crime est commis, il y a une victime et une enquête. L'identification du coupable est la finalité de l'enquête mais également du récit. Ce qui est intéressant est que dans le roman à énigme, « le lecteur réel est en concurrence permanente avec le détective fictionnel ». En effet, le lecteur veut deviner avant la fin qui a commis le crime et il se sert des indices du texte pour le faire, tout l'enjeu étant de ne pas tomber dans les pièges de l'auteur. Il faut à présent définir plus précisément ce qu'est le roman policier pour la jeunesse et son intérêt pour l'enseignement de la compréhension en lecture.
En savoir plus

86 En savoir plus

Faciliter la compréhension en explicitant les stratégies de lecture dans un roman policier en classe de CM2

Faciliter la compréhension en explicitant les stratégies de lecture dans un roman policier en classe de CM2

On a pu observer que le résumé aide les élèves à se concentrer sur les actions principales des chapitres et donc, dans un roman aussi court, à les assimiler pour mieux s’en souvenir de[r]

67 En savoir plus

L’exercice du jugement éthique en milieu policier québécois : origine d’un paradoxe

L’exercice du jugement éthique en milieu policier québécois : origine d’un paradoxe

Nous faisons l’hypothèse que deux conceptions différentes de la Raison pratique sont à l’œuvre dans le processus de gouvernance qui a présidé aux modifications survenues en milieu poli[r]

308 En savoir plus

Le cercle de lecture pour améliorer la compréhension du récit littéraire - L'exemple du récit policier

Le cercle de lecture pour améliorer la compréhension du récit littéraire - L'exemple du récit policier

narratif centré sur le crime, au sens juridique du terme, structuré en fonction de six éléments principaux (le crime, la victime, l'enquête, le coupable, le mobile, le mode opératoire) de telle sorte que la focalisation narrative se fasse sur l'un au moins des six éléments ». Ils ajoutent que c'est un genre narratif, c'est-à-dire qu'il raconte une histoire. Celle-ci a pour thème la loi. La loi est le motif en commun de tous les romans policiers. C'est pour cela que les romans policiers renvoient beaucoup plus le lecteur au réel que d'autres textes littéraires. Les auteurs insistent sur le fait que les six éléments exposés ci- dessus s'insèrent dans une société donnée, au premier ou à l'arrière plan. C'est la focalisation narrative qui met en lumière un élément plus qu'un autre et qui crée différents types de romans policiers. Je m'attacherai à définir plus en profondeur le roman à énigme. Celui-ci prend en compte les six éléments et la société est laissée à l'arrière-plan. Un crime est commis, il y a une victime et une enquête. L'identification du coupable est la finalité de l'enquête mais également du récit. Ce qui est intéressant est que dans le roman à énigme, « le lecteur réel est en concurrence permanente avec le détective fictionnel ». En effet, le lecteur veut deviner avant la fin qui a commis le crime et il se sert des indices du texte pour le faire, tout l'enjeu étant de ne pas tomber dans les pièges de l'auteur. Il faut à présent définir plus précisément ce qu'est le roman policier pour la jeunesse et son intérêt pour l'enseignement de la compréhension en lecture.
En savoir plus

85 En savoir plus

Bon genre et mauvais genre

Bon genre et mauvais genre

Richard Brautigan Pour aborder une nouvelle, on peut demander aux élèves de la lire avant la classe. L’exploitation est cependant difficile si tout le monde ne l’a pas fait. Une bonne solution consiste à choisir des nouvelles suffisamment courtes pour être lues en classe, soit par l’enseignant-e soit en utilisant un enregistrement. Bien que la nouvelle ne soit pas un genre oral, cette lecture à voix haute présente certains avantages: tout le monde lit au même rythme, une bonne lecture donne certaines indications sur le sens, elle présente aussi la prononciation correcte des mots. On s’aperçoit, si l’on fait ensuite travailler la lecture, qu’il y a peu d’erreurs de prononciation. La relecture, en laboratoire, permet de s’imprégner du texte.
En savoir plus

9 En savoir plus

Réseaux sociaux et renseignement policier : Facebook, quel apport pour les données policières ?

Réseaux sociaux et renseignement policier : Facebook, quel apport pour les données policières ?

Cependant, l’influence due au fait d’être motards est cohérente avec la littérature. Les motards criminalisés sont réputés être un groupe influent et maintiennent une certaine réputation (Barker, 2014 ; Lauchs, Bain et Bell, 2015). Il n’est toutefois pas anodin que de tels individus soient présents sur Internet et occupent une position influente au sein du réseau. Cela va à l’encontre des résultats de précédentes recherches affirmant que des groupes tels que les Hells Angels n’existeraient en ligne qu’en tant que chapitres ou groupes (Décary-Hétu et Morselli, 2011 ; Morselli et Décary-Hétu, 2013). Ils seraient désormais présents en tant qu’individus sur les médias sociaux. Leur position influente sur Facebook mérite attention. Le bassin large de délinquants potentiels (Bouchard et Westlake, 2016) permettrait à une telle organisation de procéder en ligne de la même manière que dans le monde réel, c'est-à-dire d’être connectée à des individus non criminalisés ou des entreprises légales pour mieux isoler le cœur du réseau (Morselli, 2009). Devant cette prise de risque de s’afficher en ligne, la question se pose de savoir si une position influente se reflète dans le monde réel. Il n’en reste pas moins que cela représente une source d’information pertinente en matière de renseignement policier.
En savoir plus

96 En savoir plus

Facebook comme outil de renseignement policier : analyse d'un réseau de motards criminels

Facebook comme outil de renseignement policier : analyse d'un réseau de motards criminels

12 police. La littérature démontre également le fait que les groupes de motards criminels font usage de nouvelles technologies, notamment par leur présence sur les sites de médias sociaux tels que Facebook (Décary-Hétu & Morselli, 2011; Freyne, 2017). Parallèlement, il existe une demande grandissante des enquêteurs à l’égard des analystes de scruter les sites des médias sociaux – principalement Facebook – afin d’obtenir des informations sur les individus impliqués dans leurs dossiers. Les corps policiers pourraient bénéficier de l’utilisation des technologies afin de mieux connaître et contrôler les groupes criminels que sont les motards. Toutefois, la littérature présente peu de recherches sur la perspective de réseau appliquée exclusivement aux motards criminels. Bien que plusieurs auteurs se soient intéressés à l’analyse de réseaux dans les sciences sociales, peu s’y attardent en profondeur en ce qui a trait aux motards criminels (McNally & Alston, 2006 ; Morselli, 2009). La littérature portant sur l’utilisation des technologies par les motards criminels, ou plus spécifiquement, sur leur utilisation des sites de médias sociaux, est également rare. Décary- Hétu et Morselli (2011) se sont intéressés à la présence des Hells Angels sur les sites de médias sociaux. Cependant, ces auteurs abordent l’existence du groupe de motards criminels sur les médias sociaux sous la bannière des Hells Angels, soit en tant qu’organisation, mais ne traitent pas de la présence de profils individuels des membres et associés du groupe sur ces sites. Également, les auteurs se penchent sur la présence de groupes du crime organisé sur les sites de médias sociaux, sans pour autant se questionner sur l’apport de ces technologies et de leur utilisation par les groupes criminels pour le renseignement policier. L’étude de Freyne (2017) est l’une des rares qui s’intéresse à l’existence, sur le plan individuel, de membres de groupes de motards criminels sur le média social Facebook et de son impact sur les services de police. Ainsi, le fait de se pencher sur la présence et le réseau social des membres et associés d’un groupe de motards criminels sur Facebook possède un caractère novateur et générera de nouvelles connaissances dans le domaine de la criminologie.
En savoir plus

95 En savoir plus

Les violences policières en procès. Mort d’Amine Bentounsi : la condamnation exceptionnelle du policier Saboundjian

Les violences policières en procès. Mort d’Amine Bentounsi : la condamnation exceptionnelle du policier Saboundjian

En faisant référence au Code de déontologie de la police, c’est un « manque de discernement » quant à l’usage de la violence physique de la part d’un fonctionnaire de police qui conduit, selon le parquet, à une « faute profes- sionnelle » et qui motive une demande de condamnation. Le président du tribunal relève à plusieurs reprises que des témoins déclarent avoir vu Damien Saboundjian « l’air blême » ou « livide » pendant les faits. Durant les auditions, des experts psychiatres, les magistrates et magistrats insistent sur le décalage entre la fonction d’un policier et les « difficultés à gérer des situations stressantes » auxquelles ces expertises concluent. Or, les manques de « discernement » et de « maîtrise du sang-froid » apparaissent, pour l’institution policière, comme une faute devant être sanctionnée (Moreau de Bellaing, 2015) et comme l’une des conditions de la condamnation d’un membre de la police (Codaccioni, 2018). Et c’est sur ces manquements que l’avocat général insiste lorsqu’il interroge Damien Saboundjian au sujet des notes que ce dernier a obtenues. L’avocat relève le fait que le policier était bien noté en « courage, maîtrise et sang-froid » de 2008 à 2010, mais qu’il « régresse » à partir de 2011, avant de conclure : « il y a des appréciations qui ne sont pas celles d’un excellent policier. Pourquoi on vous a régressé sur courage, maîtrise et sang-froid ? ». Le magistrat fait un lien entre la baisse des notes du policier et les faits qui lui sont reprochés. C’est ici l’image du « bon » policier en tant que fonctionnaire « bon élève » qui est remis en question. L’avocat général opère à une « singularisation de la faute » (Moreau de Bellaing, 2015 : 115) et condamne plus une « [in]capacité à se comporter en professionnel » (Moreau de Bellaing, 2009 : 118) qu’un acte criminel.
En savoir plus

22 En savoir plus

Pour une sémiotique indigène du genre: écrire le genre en contexte postcolonial

Pour une sémiotique indigène du genre: écrire le genre en contexte postcolonial

De nombreux exemples littéraires en Inde témoignent à la fois de la récurrence de la convocation des racines culturelles, des références à l’archéologie des figures (du genre, par exemple), et de la multiplicité de ces racines et de ces figures qui apparaissent sous forme de représentations hybrides. Le roman Lila (1990) du romancier et essayiste hindi Krishna Baldev Vaid nourrit-il la représentation du féminin de figures multiples : Sita l’épouse docile, la colérique déesse Durga, mais également Laila, figure de l’amour fou issue de la tradition poétique arabo-persane 13 , rappellent la variété des sources au cœur de l’imaginaire indien. De même, la diversité de ces figures vient contredire la représentation stéréotypée de la docile femme du Tiers-Monde, qui se charge, chez Vaid comme chez d’autres, de figures transgressives : le personnage de Lila, dans le roman éponyme, s’incarne moins en femme docile qu’en femme érotique ou furieuse à travers la convocation des figures de Laila ou Durga. D’autre part, les nouvelles du romancier et nouvelliste de langue ourdou Saadat Hasan Manto (1912-1955) fourmillent-elles de personnages féminins marginaux et sulfureux, filles « légères » ou prostituées, qui viennent symboliquement faire vaciller le surinvestissement nationaliste dans le corps féminin comme métaphore de la nation, caractéristique des années 1935-1950. « Dans ce pays tout plein d’histoires, Moi aussi je suis une histoire », écrit le poète hindi Kedarnath Singh (2007 : 61), témoignant là de la position du sujet indien au cœur d’un réseau culturel complexe, saturé d’une variété de représentations et de mythologies,
En savoir plus

18 En savoir plus

Show all 1131 documents...