Fosse cérébrale postérieure

Top PDF Fosse cérébrale postérieure:

Anatomie et radio-anatomie de la fosse cérébrale postérieure

Anatomie et radio-anatomie de la fosse cérébrale postérieure

N os connaissances sur l’anatomie descriptive et physiologique du système nerveux central, et en particulier la fosse cérébrale postérieure se sont élargies grâce au progrès de la recherche médicale. U ne bonne partie de ces progrès a été réalisée grâce à une maîtrise de l’embryologie humaine. Parallèlement l’imagerie médicale s’est enrichie par l’avènement de nouvelles techniques radiologiques : tomodensitométrie et résonance magnétique nucléaire ont révolutionné le protocole des explorations neuroradiologiques. Ils ont permis une étude précise des éléments anatomiques de la fosse cérébrale postérieure, et en particulier le tronc cérébral. Le pouvoir de résolution élevé de ces examens, et la possibilité de réaliser des coupes fines, multidirectionnelles, a permis de raffiner nos connaissances sur la radio anatomie normale du système nerveux central et de la fosse cérébrale postérieure en particulier.
En savoir plus

179 En savoir plus

Étude sur l’incidence des contraintes linguistiques, cognitives et exécutives dans les compétences en lecture des enfants atteints de tumeurs de la fosse cérébrale postérieure

Étude sur l’incidence des contraintes linguistiques, cognitives et exécutives dans les compétences en lecture des enfants atteints de tumeurs de la fosse cérébrale postérieure

5.3.2 Analyse des contraintes Les deux contraintes majeures retrouvées dans notre étude sont des contraintes des fonctions exécutives, ce qui est aussi retrouvé fréquemment dans la littérature. Ces troubles des fonctions exécutives retrouvés dans de nombreuses pathologies neurologiques sont mis en évidence dans la littérature, comme dans l’article de Deslandre et al., publié en 2004, qui affirme la présence de ce type de difficultés dans beaucoup de pathologies cérébrales, et plus précisément, d’après les propos de Er-Rafiqi et al. en 2017, dans les tumeurs cérébrales. Les résultats semblent également cohérents sur le plan anatomique, le cervelet jouant un rôle important dans le fonctionnement des fonctions exécutives, il se trouve particulièrement vulnérable en cas de tumeur de la fosse cérébrale postérieure (Borradori Tolsa et al., 2014; Deslandre et al., 2004; Heyder et al., 2004). Il est donc normal de retrouver des déficits dans ces fonctions chez les enfants de notre population.
En savoir plus

79 En savoir plus

Traitement des hydrocéphalies sur tumeurs de la fosse cérébrale postérieure : dérivation ventriculo-péritonéale versus ventriculo-cisternostomie

Traitement des hydrocéphalies sur tumeurs de la fosse cérébrale postérieure : dérivation ventriculo-péritonéale versus ventriculo-cisternostomie

- avaient besoin dans le premier mois du postopératoire de la mise en place d’un shunt de dérivation, car des cas d’hydrocéphalie postopératoire ont été observés. Abdollahzadeh- hosseini et al [1] ont effectué une étude à propos de 108 patients qui ont été admis pour hydrocéphalie secondaires aux processus de la fosse cérébrale postérieure dont 75% des patients étaient dérivé en préopératoire, au sein des patients restants 12,04% ont subi un drainage ventriculaire externe et 4,36% n’ont pas reçu de traitement primaire de leurs hydrocéphalie et dont 3% ont nécessité une dérivation postopératoire après l’exérèse de la tumeur, et les résultats de cette étude sont en faveur de ceux qui approuvent l’effet de shunt préopératoire afin de diminuer les complications postopératoires, c’est ainsi établi lorsque la tumeur est volumineuse ou lorsque le diagnostic de la tumeur est posé au stade de l’hydrocéphalie ou lorsque celle-ci est sévère . Dias et Albright [28] avaient trouvé que 27% des patients pris en charge pour des hydrocéphalies sur des tumeurs de la FCP, et qui n’ont pas été shunté initialement avaient besoin par la suite d’une dérivation de l’hydrocéphalie développée en postopératoire.
En savoir plus

151 En savoir plus

Apport de l'imagerie en coupe dans le diagnostic des tumeurs de la fosse cérébrale postérieure : A propos de 73 cas

Apport de l'imagerie en coupe dans le diagnostic des tumeurs de la fosse cérébrale postérieure : A propos de 73 cas

Les hémangioblastomes infratentoriels sont associés dans 72 % des cas à des anomalies de signal correspondant à des vaisseaux dilatés. Ces anomalies sont identifiées à la fois en T1 et en T2 sous forme d'images serpigineuses ou annulaires vides de signal, situées à la périphérie et au sein de la tumeur. Ces vaisseaux dilatés, qui ne sont pas mis en évidence par le scanner, correspondent à des artères nourricières ou à des veines de drainage. L’I.R.M. ne permet cependant pas de détecter les vaisseaux anormaux au sein des tumeurs inférieures à 1 cm au niveau de la fosse cérébrale postérieure. Pour augmenter la sensibilité de l'I.R.M. conventionnelle dans la visualisation de ces lésions vides de signal, on a recours soit aux séquences rapides en écho de gradient après injection de gadolinium en bolus, soit à l'angiographie par résonance magnétique qui possède une grande résolution spatiale suffisante pour détecter ces structures vasculaires [71].
En savoir plus

193 En savoir plus

Profil épidémiologique et prise en charge des tumeurs de la fosse cérébrale postérieure chez l'enfant de moins de 16 ans (2003-2010) Expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Profil épidémiologique et prise en charge des tumeurs de la fosse cérébrale postérieure chez l'enfant de moins de 16 ans (2003-2010) Expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

PROFIL EPIDEMIOLOGIQUE ET PRISE EN CHARGE DES TUMEURS DE LA FOSSE CEREBRALE POSTERIEURE CHEZ L’ENFANT DE MOINS DE 16 ANS 20032003-2010 EXPERIENCE DU SERVICE DE NEUROCHIRURGIE CHU MOHAMME[r]

162 En savoir plus

Prise en charge des tumeurs de la fosse cérébrale postérieure au CHU Mohamed VI

Prise en charge des tumeurs de la fosse cérébrale postérieure au CHU Mohamed VI

™ La voie sous occipitale médiane: (65, 76, figure 21) Cette voie autorise l’exploration du vermis, du quatrième ventricule, de la jonction bulbomédullaire, et de la partie interne des hémisphères cérébelleux. La position semi assise est la plus choisie. Pour avoir une bonne vue de l’endocrâne, on devrait fléchir au maximum la tête du patient afin de compenser l’obliquité de la tente du cervelet qui masque la partie supérieure et antérieure de la fosse postérieure, mais alors le danger est grand d’une gêne circulatoire dans les veines jugulaires. On se limite donc à une demiflexion de la tête puis on bascule la table vers l’avant, ce qui place la tente du cervelet dans un plan horizontal. (66)
En savoir plus

189 En savoir plus

Prise en charge neurochirurgicale des gliomes de bas grade de la fosse crbrale postrieure de l'enfant

Prise en charge neurochirurgicale des gliomes de bas grade de la fosse crbrale postrieure de l'enfant

Les gliomes de bas grade de la fosse cérébrale postérieure sont des tumeurs fréquentes chez l’enfant. Du 1 ier janvier 2003 au 31 décembre 2011, 30 cas de gliomes de bas grade de la fosse cérébrale postérieure de l’enfant ont été pris en charge dans le service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech. Nous avons analysés les données épidémiologiques, cliniques, radiologiques, histologiques, thérapeutiques et évolutives. Notre objectif est de rapporter l’expérience du service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech dans la prise en charge de ces tumeurs. La fréquence de ces tumeurs était de 50% de l’ensemble des tumeurs de la fosse cérébrale postérieure de l’enfant, avec une atteinte élective du sexe masculin (66,66%) et un âge moyen de 8,3 ans. Le syndrome d’hypertension intracrânienne vient au premier plan sur le plan clinique (90%) suivi du syndrome cérébelleux (86,66%) et du syndrome pyramidal (40%). La tomodensitométrie (TDM) était réalisée chez tous les patients, associée à l’imagerie par résonance magnétique (IRM) dans 33,34% des cas, la localisation médiane était la plus fréquente (90%). L’examen anatomopathologique a permis le diagnostic histologique pour notre série. Le type histologique le plus fréquent était l’astrocytome de bas grade (73,34%), suivi de l’épendymome de bas grade (20%). L’exérèse chirurgicale complète était réalisée dans 80% des cas, l’exérèse partielle dans 16,67% des cas et la radiothérapie chez un seul patient. Globalement l’évolution était bonne avec une amélioration clinique dans 50% des cas, des complications dans 13,34% des cas, un décès en postopératoire et une récidive tumorale dans 20% des cas.
En savoir plus

163 En savoir plus

La prise en charge des tumeurs de la fosse crbrale posterieure au CHU Mohammed VI

La prise en charge des tumeurs de la fosse crbrale posterieure au CHU Mohammed VI

3.4. L’exérèse tumorale : L’exérèse tumorale est l’étape essentielle dans la prise en charge des tumeurs de la fosse cérébrale postérieure, aussi bien chez l’adulte que chez l’enfant. Elle doit être la plus complète possible, afin de débloquer la voie d'écoulement du LCR et de décomprimer le tronc cérébral [7]. Par ailleurs si dans notre série, une exérèse chirurgicale complète a été réalisée chez 71,15% des patients et qu’elle était subtotale ou partielle respectivement dans 19,23% et 7,69% des cas ; par contre dans celle de MORELLI [132], l’ablation chirurgicale était cotée totale ou subtotale chez 58,13% des malades tandis qu’elle était partielle dans 33,12%. De plus, 1,92% de nos patients avaient bénéficié d’une biopsie alors que cet acte opératoire a été fait 7 fois plus dans la série de MORELLI [132] avec 8,75%. D’après certains auteurs, une exérèse chirurgicale aussi complète que possible permettrait d’améliorer le pronostic vital grâce à l’éviction des récidives et des complications.
En savoir plus

168 En savoir plus

Warmeriville, La Fosse Pichet, un nouvel habitat rural palissadé hallstattien en Champagne

Warmeriville, La Fosse Pichet, un nouvel habitat rural palissadé hallstattien en Champagne

La Fosse Pichet : Saint-Gibrien « Au-dessus du Vieux Pont », Isles-sur-Suippe « Les Fontaines », Bazancourt-Pomacle « La Large Eau », Bezannes « La Bergerie », Germinon « Rue du Tirage » et Juniville « Ponsiaux ». Dans notre cas les fondations de la palissade consistent en une étroite tranchée large de 0,35 à 0,40 m et profonde de 0,20 à 0,28 m. Les sondages effectués sur les deux tronçons dans le but de trouver les alignements de trous de poteau individuels que l’on était en droit d’attendre sur ce type d’aménagement n’ont rien donné, comme l’ont déjà constaté, sur l’ensemble des sites identiques, V. Desbrosse et V. Riquier (Desbrosse et Riquier 2012, p. 9). Une particularité de la palissade de La Fosse Pichet est son tracé curviligne, comme on peut l’observer sur les sites de Saint-Germain-la-ville « Le Bas de La Voie Priée », Germinon « Rue du Tirage »; cette particularité concerne le 10% des enclos dont le plan n’est pas quadrangulaire (Desbrosse et Riquier 2012, p. 9). La présence des deux petits greniers sur quatre poteaux s’inscrit dans une tendance générale qui voit la proportion des petits bâtiments sur quatre poteaux augmenter au détriment des plus grands, confirmant ainsi le caractère rural de ce type d’établissement (Desbrosse et Riquier 2012, p. 15-16). Ceci est confirmé par la présence du seul silo (silo 2028) ayant livré des restes de graines carbonisées, situé entre ces deux bâtiments. On peut voir dans cette organisation une volonté de mettre à l›abri les récoltes derrière une enceinte palissadée. Un autre élément à relever est le contraste existant entre la palissade simplement aménagée et le caractère monumental et complexe de l’entrée : un porche sur quatre poteaux porteurs avec peut-être une plate-forme surélevée, une charpente et une toiture le surmontant, une porte à double battants venant fermer l’accès. V. Riquier définit trois fonctions pour ce type d’entrée: économique, militaire et symbolique (Riquier 2010, p. 32). A La Fosse Pichet, la fonction économique est envisageable, l’entrée servant à gérer le cheptel et sa circulation; les trous de poteau surnuméraires participaient peut-être à ce système de triage et de sélection des animaux (chicane ou entonnoir). Par contre, au vu de la configuration du terrain et de la simple palissade, la fonction militaire, nous parait peu probable. La troisième interprétation qui consiste à attribuer à ce type d’entrée monumentale une fonction symbolique en y voyant une affirmation du pouvoir, une marque de propriété de la part des bâtisseurs, est intéressante et peut tout à fait s’appliquer à La Fosse Pichet.
En savoir plus

7 En savoir plus

Implantation fixée à la sclère versus clippée à la face postérieure de l'iris : étude comparative

Implantation fixée à la sclère versus clippée à la face postérieure de l'iris : étude comparative

Elle représente l’intervention chirurgicale la plus pratiquée au monde. En France, près de 800 000 personnes sont opérées chaque année. L’extraction chirurgicale du cristallin est en général suivie par la mise en place d’un implant intraoculaire de chambre postérieure dans le sac capsulaire. Néanmoins, ce support d’implantation peut faire défaut lorsque la chirurgie se complique (rupture capsulaire, désinsertion zonulaire), mais également lors de traumatisme ou d’ectopie du cristallin comme dans la maladie de Marfan. Dans ces différents cas, un plan capsulaire antérieur peut parfois être conservé permettant la mise en place d’un implant de sulcus.
En savoir plus

112 En savoir plus

Asymétrie cérébrale et traitement de l'ironie

Asymétrie cérébrale et traitement de l'ironie

De plus, si on mesure les temps de réponse’, cela devrait être automatiquement plus long lors du traitement d’une ironie, par exemple, puisque le contexte induisant le sens non littéral [r]

76 En savoir plus

Description du principe de latéralisation cérébrale et de cohérence cérébrale, et discussion autour des mécanismes de la prise de décision

Description du principe de latéralisation cérébrale et de cohérence cérébrale, et discussion autour des mécanismes de la prise de décision

Jusqu’à présent les mécanismes évoqués pour expliquer et comprendre la fonction de cohérence cérébrale ont été étudiés et liés au cortex cérébral. Cependant d’autres résultats expérimentaux illustrent que le liage des évènements n’est pas cortical mais plutôt thalamocortical (LLINAS R., PARE D (1991)). Alain Berthoz a fait une énumèration les pathologies de la prise de décision (BERTHOZ A. (2008)). La première pathologie considérée est la commissurotomie inter hémisphérique, qui supprime les informations transmises par le corps calleux, décrite par Sperry. Les patients ont alors des difficultés dans certains processus de décision mais J. Sergent montre que certains sont capables de prendre des décisions dans des tâches cognitives de haut niveau. Elle propose qu’en réalité les deux hémisphères puissent dialoguer par l’intermédiaire de voies sous-corticales. La coordination entre les aires corticales est en effet réalisée par des relais thalamiques et non par des voies cortico-corticales. Des scientifiques de l'Institut de neurosciences cognitives et intégratives d'Aquitaine (INCIA, CNRS/Université de Bordeaux) ont découvert qu'une zone du cerveau située dans le thalamus joue également un rôle capital dans la mise en œuvre d’aptitudes évoluées dans les prises de décision. Menés chez le rat, ces travaux sont publiés le 23 septembre 2015 dans The Journal of Neuroscience (ALCARAZ F., MARCHAND A.R, VIDAL E., GUILLOU A., FAUGERE A., COUTUREAU E., WOLFF M. (2015)).
En savoir plus

97 En savoir plus

Effets cliniques de la neurostimulation tibiale postérieure sur les troubles vésico-sphinctériens dans l’atrophie multisystématisée

Effets cliniques de la neurostimulation tibiale postérieure sur les troubles vésico-sphinctériens dans l’atrophie multisystématisée

Effets cliniques de la stimulation tibiale postérieure Cette étude met en évidence des effets positifs de la neurostimulation tibiale postérieure sur les signes cliniques d’hyperactivité vésicale chez les patients porteurs d’AMS. Cette constatation va dans le même sens que les études réalisées dans des populations différentes. Dans la méta-analyse de 2015, il est rapporté une amélioration des données du calendrier mictionnel (nombre de mictions, de fuites, d’urgenturies et de nycturie / 24 heures) (77). Dans notre étude, les données du calendrier mictionnel ne sont pas statistiquement significatives quand elles sont prises individuellement. En revanche, le sous score USP « hyperactivité vésicale » qui regroupe les données du calendrier mictionnel mais aussi la notion d’urgenturie et d’incontinence par urgenturie, s’améliore bel et bien, ce qui suggère un manque de puissance de cette étude.
En savoir plus

68 En savoir plus

Perte sensorielle et réorganisation cérébrale

Perte sensorielle et réorganisation cérébrale

Dans notre étude, les participants sourds (ayant tous perdu l’audi- tion après l’acquisition du langage) furent répartis en deux groupes selon leur capacité à reconnaître le langage à l’aide de l’implant cochléaire. Des stimulus visuels en mouvement étaient présentés à l’ensemble des participants. Lors de cette tâche, les personnes du premier groupe, celles capables de reconnaître le langage à l’aide de l’implant (performants), présentaient des réponses corticales similaires à celles obtenues chez des sujets entendants, c’est-à- dire une activité cérébrale restreinte aux aires visuelles. Or, pour les personnes du second groupe, celles incapables de reconnaître le langage avec l’implant (non performants), l’activité cérébrale était nettement plus faible dans les aires visuelles et était distribuée plus antérieurement, notamment dans les zones auditives, témoignant ainsi du recrutement de ces aires. Ces résultats corroborent l’idée selon laquelle les difficultés à bénéficier de l’implant cochléaire seraient en partie attribuables à la plasticité qui fait suite à l’appa- rition de la surdité [25]. Ainsi, chez les individus non performants, les aires auditives sont recrutées pour traiter l’information visuelle
En savoir plus

6 En savoir plus

Imagerie cérébrale du  cerveau bilingue

Imagerie cérébrale du cerveau bilingue

[PAU 00] ont étudié la lecture chez des volontaires italiens et anglais, et ont ob- servé des patterns d’activations différents en fonction de la langue maternelle. Les sujets lisaient des mots ou des pseudo-mots, tout en étant scannés par TEP. Alors que l’orthographe de l’italien est très régulière, celle de l’anglais est notoirement com- plexe. Les Italiens montraient une activation plus importante que les Anglais dans la zone du planum temporale gauche, une région régulièrement associée aux processus phonologiques. Les Anglais montraient, eux, des activations plus importantes dans la région inféro-temporale postérieure et la partie antérieure du gyrus frontal inférieur. Cette étude démontre que des caractéristiques de l’orthographe de la langue maternelle ont un impact sur les activations cérébrales lors de la lecture. En fait, il serait passion- nant de savoir ce que des bilingues italiens/anglais active lorsqu’ils lisent chacune de ces deux langues.
En savoir plus

16 En savoir plus

Textualité dramatique et polyphonie conversationnelle dans la pièce « Quelqu’un va venir » de Jean Fosse

Textualité dramatique et polyphonie conversationnelle dans la pièce « Quelqu’un va venir » de Jean Fosse

1- Le discours théâtral est complexe par le fonctionnement même de son système de l’énonciation (personnages, polyphonie, structure dialogique, relation énonciate[r]

115 En savoir plus

Note sur un dépôt de gazelles dans une fosse Uruk d´El Kowm 2 - Caracol (Syrie)

Note sur un dépôt de gazelles dans une fosse Uruk d´El Kowm 2 - Caracol (Syrie)

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

7 En savoir plus

Restauration d’un sol forestier dégradé à l’aide de boues de fosse septique déshydratées

Restauration d’un sol forestier dégradé à l’aide de boues de fosse septique déshydratées

Application of Sewage Sludge and Biosolids. The effects of clay, organic matter and time on adsorption and plant uptake of cadmium added to the soil. Status ofthe World's [r]

131 En savoir plus

Restauration d'un sol forestier dégradé à l'aide de boues de fosse septique déshydratées

Restauration d'un sol forestier dégradé à l'aide de boues de fosse septique déshydratées

L'épandage de boues de fosse septique municipales riches en matière organique constitue donc une alternative intéressante pour rétablir les services écologiques du [r]

129 En savoir plus

Méthode heuristique d’optimisation stochastique de la planification minière et positionnement des résidus miniers dans la fosse

Méthode heuristique d’optimisation stochastique de la planification minière et positionnement des résidus miniers dans la fosse

précisément la séquence d’extraction de ces blocs qui doit être optimisée pour maximiser la valeur présente nette du projet tout en respectant des contraintes opérationnelles (réserves, accessibilité, continuité spatiale de l’extraction, etc.) et d’objectifs de production (tonnages, teneurs moyennes, etc.). Les contraintes habituelles prises en compte dans les MIP pour la planification à long terme de mines à ciel ouvert sont : les contraintes de réserves (un bloc ne peut être extrait qu’une fois au plus); les contraintes de précédence (extraction préalable des blocs directement sus-jacents à un bloc donné); les contraintes de capacité, de quantités en tonnages, d’heures, etc.; les contraintes de mélanges (teneur moyenne du minerai sur une période); ou encore une continuité spatiale de l’extraction pour une exploitation réalisable en pratique avec les équipements disponibles (une pelle mécanique ne peut, par exemple, être déplacée facilement au sein de la fosse pour des questions de coûts de transport et de durée de l’opération). À chaque bloc est attribué un ensemble de caractéristiques, certaines sont linéaires : tonnages, temps de transport; d’autres sont non linéaires (ou non additives) : typiquement les teneurs ou les taux de récupération dans certains cas. Les méthodes conventionnelles sont dites déterministes puisqu’elles ne considèrent qu’une représentation unique du gisement déterminée à partir d’une méthode d’estimation. En effet, l’information géologique est obtenue à partir de données de forage qui sont très onéreux et ainsi d’une disposition éparse dans le gisement. Sur l’ensemble du modèle de blocs, seulement un nombre très limité de blocs sont traversés par un forage et les caractéristiques doivent alors être interpolées. Les méthodes d’estimation, telles que le krigeage ou l’inverse de la distance, moyennent spatialement les données en minimisant par exemple la variance d’estimation pour le krigeage. La représentation du gisement étant unique, ces informations sont considérées certaines (sans incertitude) par l’optimiseur qui cherchera à maximiser la valeur présente nette de la production à partir de ces données.
En savoir plus

94 En savoir plus

Show all 379 documents...