Fait divers

Top PDF Fait divers:

L'adversaire comme text médiane: le traitement du fait divers et la construction d'un royaume chez Carrère suivi du texte de création Filibuste

L'adversaire comme text médiane: le traitement du fait divers et la construction d'un royaume chez Carrère suivi du texte de création Filibuste

L’écriture de Je suis vivant et vous êtes morts précède et chevauche les meurtres commis par Jean-Claude Romand, celle de La classe de neige se fait alors qu’il a déjà contacté Romand pour lui proposer une rencontre afin d’écrire à son sujet. L’adversaire sera le livre qui mettra en lien ces deux textes et deviendra le moteur du combat mené entre la fiction et la réalité des œuvres qui suivent. La quatrième de couverture d’Il est avantageux d’avoir où aller invite le lecteur à lire ce recueil d’articles comme une autobiographie, puisque les articles, comme plusieurs autres de ses textes, font le lien entre Carrère, son narrateur-auteur et sa démarche d’écriture. L’adversaire se termine sur une prière lancée au ciel et le Royaume, à bien des égards est sa suite ou du moins sa réponse et le paroxysme de la portée du fait divers dans les œuvres de Carrère, près d’une décennie plus tard. Après De Sang-froid, Capote n’a plus jamais écrit un seul livre. Il a été détruit par son expérience d’écriture et Carrère, après L’adversaire, n’a plus écrit de fiction. Le «je» l’a peut-être sauvé de l’impasse dans laquelle s’est retrouvé Capote, mais a aussi transformé sa manière d’écrire. Avec le prologue du Royaume, on constate que Carrère n’en a pas réellement terminé avec L’adversaire, que son livre charnière a été son propre adversaire, pendant l’écriture, mais aussi après, puisqu’il ne peut cesser d’y faire référence et rien autour de lui ne semble décidé à le laisser oublier. Les coïncidences et les références d’un livre à l’autre, dont Carrère est à la fois
En savoir plus

121 En savoir plus

« Ensemble jusqu’à ce que la mort nous sépare ». La révélation par le fait divers du problème du féminicide en Italie

« Ensemble jusqu’à ce que la mort nous sépare ». La révélation par le fait divers du problème du féminicide en Italie

élément intéressant relevé lors de l’analyse est relatif au double discours – d’une part élogieux, de l’autre critique – concernant les institutions policière et judiciaire. L’analyse de discours d’articles de quotidiens a également permis de mettre en évidence d’autres questions qui mériteraient d’être creusées. La première concerne la tendance du fait divers à donner des leçons évoquée par Guérard et Lavender (1999, p.172). En effet, ces nouvelles sur des féminicides soulignent une série de comportements à adopter et d’autres à proscrire afin que les femmes se préservent du risque d’être victimes de féminicide. Dans notre corpus, nous avions repéré quelques unes de ces indications comme par exemple éviter de se disputer avec le conjoint ou compagnon, de le rendre jaloux ou encore de le tromper. Toutefois, notre corpus de documents étant restreint, ces indications étaient peu nombreuses et insuffisantes pour faire l’objet d’une analyse plus détaillée. Une autre question, davantage centrée sur le journalisme, s’intéresse au rôle des réseaux sociaux dans la pratique journalistique. Lors de l’analyse des photos des victimes et auteurs du crime, nous avons remarqué que certaines provenaient de réseaux sociaux comme Facebook (annexes 3, 12, 13 et 14). Dans certains cas, des statuts écrits par les victimes ou les auteurs du crime sur Facebook étaient cités dans les articles (annexes 3 et 12). En Italie, ce recours aux réseaux sociaux comme sources semble avoir gagné de l’importance ces dernières années et il est relativement courant que des journalistes de presse ou de téléjournaux illustrent leurs articles ou reportages par des photos tirées de Facebook, ou qu’ils décrivent la personnalité d’une victime ou de l’auteur d’un crime en faisant appel aux publications faites sur les réseaux sociaux. Cette pratique nous invite donc à nous interroger sur le traitement journalistique des données personnelles en lien avec les normes déontologiques de protection de l’individu et de la vie privée.
En savoir plus

77 En savoir plus

« L'affaire Marny », entre fait divers et fait social

« L'affaire Marny », entre fait divers et fait social

5 le chercheur un indicateur de nature à expliquer les mutations en cours au sein de sociétés en mouvement. Les répercussions de la médiatisation du fait divers sont tout d’abord très directes dans l’espace public. Durant les neuf jours de cavale de Marny suivant sa première évasion (le 10 octobre 1965), la population vit à l’écoute des faits et gestes du fugitif. Radios et journaux retracent la traque dans une atmosphère de suspense digne des plus grandes séries policières. Son arrestation musclée dans un quartier populaire foyalais qui déclenche trois jours d’émeutes est l’occasion de souligner cette interrogation longtemps publicisée par la presse et les médias : « Marny, héros ou bandit ? » 10 .
En savoir plus

8 En savoir plus

Fait-divers global et redéfinition du mythe. Approche fait-diversière du 11 septembre 2001

Fait-divers global et redéfinition du mythe. Approche fait-diversière du 11 septembre 2001

témoignerait de « quelque chose de défensif dans le refus de toute vision d’ensemble, dans une stratégie qui consiste à morceler une situation en éléments supposément étanches » (Dayan, p. 29). Quatre d’entre eux (Lelouch, Ouedraogo, Penn et Nair) restituent l’irruption de l’événement pour de simples « personnes privées » mises en scène dans leur quotidien. Chez Ouedraogo et Lelouch, c’est le déroulement narratif qui prime (mère malade et désargentée, séparation d’un couple) et le 11- septembre n’intervient que comme adjuvant (découverte de Ben Laden, pour la capture duquel une affiche promet 25 millions de dollars). Chez Lelouch et Penn, les images des attentats passent et repassent à la télévision 33 mais les personnages ne les voient pas et découvrent l’événement lorsque l’ami revient couvert de poussière ou que l’appartement s’illumine à la suite de l’effondrement des tours. L’histoire fictionnelle est rattachée à l’événement par des éléments clairement identifiables (tours, terroriste barbu, poussière). Cet effet se manifeste différemment dans le court-métrage de Nair, débutant par la mention « based on a true story » et retraçant la vie d’une famille d’origine indienne dont le fils, disparu le jour des attentats, est suspecté d’être un terroriste avant que l’on ne retrouve son corps et comprenne qu’il est décédé en secourant les victimes des attentats. « Je ne me suis jamais engagé politiquement, mais je me suis toujours engagé au sein de l’humain », explique Lelouch, ce qui pourrait caractériser ces trois courts-métrages faisant appel à un imaginaire commun qui seul nous permet de comprendre leur trame – l’événement étant envisagé comme fait-divers en ce sens que, « agissant à la marge du réel, comme fragment d’existence allégorique, [il] énonce une vérité qui résonne dans l’inconscient collectif » (Évrard p. 87).
En savoir plus

19 En savoir plus

Les frontières du journalisme à partir de l’étude de l’affaire Grégory Villemin : quand les journalistes sont pris dans le tourbillon du fait divers

Les frontières du journalisme à partir de l’étude de l’affaire Grégory Villemin : quand les journalistes sont pris dans le tourbillon du fait divers

Les frontières du journalisme à partir de l’étude de l’affaire Grégory Villemin : quand les journalistes sont pris dans le tourbillon du fait divers. Sciences de l’information et de la c[r]

40 En savoir plus

(Ré)inventer le réel : l'appropriation du fait divers dans la littérature française contemporaine d'après Un fait divers de François Bon et L'Adversaire d'Emmanuel Carrère

(Ré)inventer le réel : l'appropriation du fait divers dans la littérature française contemporaine d'après Un fait divers de François Bon et L'Adversaire d'Emmanuel Carrère

en 2010.. Comprendre en se mettant à la place d'autrui le chagrin qu'il éprouve n'implique pas qu'on le partage ou qu'on cherche à l'alléger 147 • » Bref, deux points pa[r]

111 En savoir plus

Vérité, véracité, sincérité : "fait divers" et nouvelle chez Vigneulles

Vérité, véracité, sincérité : "fait divers" et nouvelle chez Vigneulles

Par le biais d'une comparaison entre les faits divers tirés de la Chronique de Philippe de Vigneulles (1471-1525) et les récits qui forment le recueil des Cent Nouvelles nouvelles du mêm[r]

148 En savoir plus

Les divers problèmes de la causalité mentale : de Davidson à Kim

Les divers problèmes de la causalité mentale : de Davidson à Kim

MembFe dujurv.. Le présent mémoire a pour but d’évaluer deux théories de l’esprit contemporaines l’Anomie du mental de Donald Davidson et le Réalisationnisme physique de Jaegwon Kim. Ces[r]

56 En savoir plus

Comparaison de divers estimateurs pour la loi de poisson bivariée

Comparaison de divers estimateurs pour la loi de poisson bivariée

Dans cette méthode, la covariance entre les cieux variables aléatoires X et Y a été utilisée pour obtenir l’estimateur du paramètre )\3. Le choix de la covariance pour obtenir Ï’estimate[r]

109 En savoir plus

Que fait l’homoparentalité à la psychanalyse ?

Que fait l’homoparentalité à la psychanalyse ?

La position de l’analyste est celle d’un équilibriste : pris dans la subjectivité de son époque et tout à la fois au travail pour en analyser les points aveugles ; passeur d’une parole singulière et tout à la fois au travail pour s’inventer une posi- tion à la marge des discours courants, loin des visions du monde fantasmées – tel serait l’enseignement freudien. Peut- être que l’homoparentalité a fait vaciller l’équilibre de certains et révélé quelques points aveugles. « Ce qui pose problème, écrit Guy Hocquenghem, n’est pas le désir homosexuel, c’est la peur de l’homosexualité ; il faut expliquer pourquoi le mot seul déclenche les fuites et les haines. On s’interrogera donc sur la façon dont le monde hétérosexuel discourt et fantasme sur “l’homosexualité” 35 . »
En savoir plus

18 En savoir plus

Analyse comparative de la gestion de l'eau dans divers pays

Analyse comparative de la gestion de l'eau dans divers pays

Il faut donc couvrir les dépenses ou du moins, assurer un financement adéquat de façon efficiente, économiquement sensée mais aussi équitable. Nous avons déjà émis des doutes sur certains éléments : dans le cas de la consommation résidentielle, la tarification de l’eau au Québec nous semblerait inefficiente, économiquement insensée et inéquitable. Considérons ici seulement l’objectif d’un financement adéquat : il est tout à fait possible de couvrir entièrement les dépenses d’eau avec uniquement des revenus de tarification — bon nombre de services d’eau ailleurs dans le monde sont financés uniquement de cette façon. Ce serait d’ailleurs tout à fait possible au Québec, précisément parce que les coûts de revient sont relativement faibles. Mais il faut se rendre que. ailleurs dans le monde, les coûts sont souvent considérables et qu’une proportion considérable de services d’eau qui se finance par une tarification au volume doivent également recourir à des revenus autres (diverses formes de taxes), afin de ne pas afficher des tarifs prohibitifs. Ce qui nous renvoie aux problèmes de la sous-consommation des pauvres.
En savoir plus

68 En savoir plus

1936 comme parataxe de divers « succès totalitaires »

1936 comme parataxe de divers « succès totalitaires »

Introduction L’année 1936 offre maints avantages historiques, s’il s’agit de se restreindre à une période très courte pour procéder à quelque carottage comparatiste. Tout d’abord elle semble riche en événements politiques divers, des Jeux Olympiques de Berlin à la promulgation des congés payés en France, en passant par le durcissement soudain du régime de Staline ou la naissance de l’axe Rome-Berlin. Elle est également l’année de composition de nombreuses pièces qui ont fait date, en l’occurrence cette date. Si Musique pour cordes, percussions et célesta n’est pas connu de tout public, la pièce pourrait être la préférée de Boulez (et d’une certaine esthétique moderniste) pour ce qui concerne Bartók, en raison sans doute de son radicalisme total-chromatique d’inspiration viennoise. Le cinéaste britannique Stanley Kubrick, mélomane très averti, utilisera son troisième mouvement (parmi d’autres œuvres d’autres musiciens) pour l’illustration musicale de son film Shining (1980). Mais des pièces demeurées plus célèbres encore y furent composées, notamment les plus populaires de Prokofiev, Barber et Orff, respectivement Pierre et le loup et Roméo et Juliette du premier, L’Adagio for strings du second et Carmina Burana du troisième. D’autres années (bien d’autres) semblent moins généreuses en enfantements musicaux historiquement prometteurs. On articulera ce texte non par une stricte chronologie mais par une typologie des diverses politiques étatiques. On se demandera alors, si c’est possible, pourquoi ou comment les œuvres citées ci-dessus furent composées dans un contexte aussi politiquement multiple qu’historiquement unique.
En savoir plus

25 En savoir plus

Il fait couvre-feu

Il fait couvre-feu

L’arbitraire absolu se légitime du fait qu’il prend la forme de la fatalité. Comment faire pour continuer à vivre dans une immense prison, faire autre chose que manger et dormir, essayer de trouver un horizon et surtout garder la volonté de trouver un sens à ses journées ? Car ce rythme qui a maintenant tout l’air saisonnier, on a l’impression de s’habituer mais la fatigue s’accumule, s’accumule, pèse, pèse… On voudrait sortir dans la rue sans avoir peur constamment (l’une des joies des « levées » est que l’on peut marcher dans la rue sans être sous état de tension permanente. Enfin en principe), et c’est surtout le manque de perspectives qui est insupportable. Devant les fenêtres s’étend une ville morte, déserte où on n’entend que les tirs et l’appel à la prière. (Et je ne parle même pas des maisons qui n’ont pas de fenêtres). Combien de temps cela va-t-il encore durer.
En savoir plus

4 En savoir plus

L'évaluation du fait technique

L'évaluation du fait technique

L’évaluation comme mode privilégié de connaissance de la technocratie « info-com » fait partie de ce processus. Et la question environnementale a mis ce mode au centre du débat. Au lien de s’interroger sur l’éthique de l’élevage par exemple ce sont des chiffres que l’on va sortir pour définir la distance minimale entre les poules, les porcs ou les vaches en stabulation, les chambres d’agriculture vont proposer une utilisation raisonnée des pesticides ou engrais à partir de données sur la chimie des produits, etc. Ni les animaux ni la nature végétale ne sont pris en compte dans leur authenticité, et je dirai même leur « réalité subjective ». L’évaluation fondée sur la recherche obsessionnelle de la mesure nous enferme dans le monde techno-scientifique qui se trouve à l’extrême opposé de celui du chamane. Elle participe à la fabrication de la modernité dans toute sa puissance aliénante, elle fait partie des instruments de connaissance, ou plutôt de la panoplie du prêt-à-penser, de l’hypersauvage contemporain.
En savoir plus

11 En savoir plus

Quel effet cela fait, de mordre dans un citron?

Quel effet cela fait, de mordre dans un citron?

Introduction  aux  théories  représentationnelles  de  l’esprit  (Paris,  Vrin,  2016)  dresse  un  état   des  lieux  des  controverses  liées  à  cette  question  à  travers  huit  textes  contemporains  de   philosophie  de  l’esprit. « Jadis, personne ne s’intéressait au problème de la conscience, sauf quelques philosophes. À présent, c’est le dernier cri ». – « Quel est donc le problème ? », demande Helen. Ralph a un petit rire. « Le fait que vous soyez un être conscient n’a rien qui vous étonne ou vous intrigue ? – Pas vraiment. Le contenu de ma conscience, oui, bien sûr. Les sentiments, les sensations, les souvenirs. Ils posent tout un tas de questions. Est-ce de cela que vous parlez ? – Disons qu’ils en font partie. Dans notre langage, nous les nommons qualia. – Qualia ? – Le caractère spécifique de nos perceptions subjectives du monde, telles que l’odeur du café ou la saveur de l’ananas. Elles sont indubitables mais très difficiles à décrire. Personne n’est encore parvenu à les expliquer. Il n’a même jamais été prouvé qu’elles existent réellement » 1 .
En savoir plus

3 En savoir plus

La migration des agriculteurs français outre Atlantique : fait anecdotique ou fait socio-économique ?

La migration des agriculteurs français outre Atlantique : fait anecdotique ou fait socio-économique ?

S'efforçant de mettre à profit le décalage des prix fonciers entre l'Europe et l'Amérique, ce mouvement peut sous certaines conditions intégrer de nouveaux espaces à l'agriculture. Citer ce document / Cite this document : Charvet Jean-paul, Rey Violette. La migration des agriculteurs français outre Atlantique : fait anecdotique ou fait socio- économique ?. In: Économie rurale. N°135, 1980. pp. 44-49;

7 En savoir plus

Quels sont les enjeux de l'enseignement du « fait colonial » ?

Quels sont les enjeux de l'enseignement du « fait colonial » ?

En Inde, le sujet de la colonisation est peu revenu dans les discussions avec les Indiens, peut-être parce que je suis Française, et non Anglaise, ou parce que le contexte ne s’y prêtait pas. En Argentine, nous en avons beaucoup parlé, mais cela est hors de propos ici. Lorsque j’ai décidé de passer le CRPE, je m’intéressais donc déjà au fait colonial et aux débats qu’il suscite depuis une dizaine d’années dans la société française. Beaucoup des personnes avec qui j’ai eu l’occasion d’aborder la question estiment qu’elle n’est pas ou peu traitée durant le cursus scolaire. 2 . Il y a donc un écart entre les attentes sociales et la réalité de l’enseignement. Pour Benoît Falaize, « la colonisation a toujours fait partie des programmes de l’Ecole Publique. Dire qu’on n’enseignait pas la colonisation, c’est faux. La question, c’est comment on l’enseignait. » En projetant de devenir enseignante moi-même, en m’intéressant donc aux programmes et à leur évolution dans le temps et en rencontrant et échangeant avec des enseignants, certains m’ont confié que beaucoup de collègues de REP/REP+ hésitaient à aborder ce thème par crainte de « créer un climat de violence dans leur classe ». A l’inverse, d’autres pensent au contraire qu’il est nécessaire d’aborder la question et d’ouvrir le débat.
En savoir plus

49 En savoir plus

Que fait la participation pour le développement durable

Que fait la participation pour le développement durable

voisins proches qui protestent contre les nuisances supposées. Mais comment argumenter ce refus face à une institution publique qui peut s’appuyer sur la légitimité politique du programme régional d’épuration des eaux et sur les arguments techniques qui font valoir la meilleure localisation possible en termes de compromis entre coût et efficacité ? Au départ les riverains sont isolés, ils cherchent des alliés. Ce sont des associations de protection de la réserve naturelle proche, des défenseurs du paysage de cette vallée encore préservée dans une région très urbanisée, ce sont aussi des comités de quartiers qui y voient une occasion de questionner les politiques locales… Une coalition se forme et de nouveaux arguments s’ajoutent. Car, quand elle se fait un allié, l’association de riverains doit adapter son argumentation Le discours se transforme: les nuisances locales ne peuvent plus être simplement contestées sur le modèle du « nimby » car la station d’épuration ne peut être refusée dans son principe si on veut avoir le soutien de la fédération régionale des associations d’environnement. Un tel refus ferait peser la menace d’une localisation dans un autre quartier et déplacerait simplement les nuisances ailleurs, ce qui les priverait du soutien des autres quartiers. Il faut donc des arguments qui vont au-delà des nuisances locales, des arguments capables de mobiliser un groupe plus large. Elargir par association la coalition de départ impose une argumentation plus générale, plus civique peut-on dire.
En savoir plus

13 En savoir plus

La Responsabilité du fait de l’intelligence artificielle

La Responsabilité du fait de l’intelligence artificielle

artificielle. ». Archives de philosophie du droit. n°55, 2012, p.207 Le scepticisme de certains à l’égard de l’IA ne doit donc pas les conduire à l’approximation. L’avocat Philippe Veber va ainsi à 21 notre sens trop vite lorsqu’il affirme que « Le piège majeur est de confondre autonomie et automatisme. À ce jour, aucun robot ne dispose d’une réelle autonomie dans la prise de décision mais est guidé ou dirigé par une succession d’automatismes qui le place dans une position ou une posture autonome. » (P. VEBER. « Robotique et responsabilité: le choix de l’illusion ou du pragmatisme ? ». Décideurs. n°163, 2014, p.20). Cette phrase symbolise bien la difficulté qu’a l’homme à se représenter l’autonomie sans la volonté. Pourtant à en suivre la définition du Larousse selon laquelle l’autonomie est le « caractère de quelque chose qui fonctionne ou évolue indépendamment d’autre chose », il est certain qu’il existe des machines autonomes en ce sens que leurs gestes, paroles, et décisions sont déterminées en temps réel par leur logiciel interne, et non pilotées par un agent humain. Il n’y a pas de raison d’opposer a priori automation et autonomie : l’automation relève de l’analyse des moyens, l’autonomie relève de l’analyse du résultat. Il n’en va d’ailleurs pas forcément différemment pour l’homme. Dans le sens courant, on appellera autonome la personne qui, de facto, peut se mouvoir ou décider sans l’assistance effective d’autrui (à l’inverse, par exemple, d’une personne tétraplégique dans le coma). Cela n’est pas pour autant incompatible avec les théories des philosophes matérialistes qui peuvent soutenir que l’homme ne fait, au fond, qu’obéir à des lois qui le prédéterminent : les lois de la génétique, de la physique, de la biologie, ainsi que le corps normatif résultant de son éducation, et de réflexes résultant de son environnement social.
En savoir plus

64 En savoir plus

Le fait urbain en Europe

Le fait urbain en Europe

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

18 En savoir plus

Show all 554 documents...