Facteurs de risque individuels

Top PDF Facteurs de risque individuels:

Facteurs de risque individuels de l'épuisement professionnel : validation du questionnaire style personnel au travail

Facteurs de risque individuels de l'épuisement professionnel : validation du questionnaire style personnel au travail

Objectif 5 : Amélioration de la prédiction des dimensions du MBI-GS par le 16PF Le dernier objectif consistait à vérifier si certains facteurs du 16PF pouvaient améliorer la prédiction des trois dimensions de l’épuisement professionnel après avoir tenu compte des facteurs du SPT, afin d’évaluer si ce dernier semble être relativement complet et inclure les principaux facteurs de risque individuels de l’épuisement professionnel. Des régressions multiples hiérarchiques ont été réalisées, à raison d’une pour chaque dimension de l’épuisement professionnel, après avoir contrôlé pour le genre en ce qui a trait à la dimension Exténuation et pour le nombre de semaines de vacances annuelles en lien avec la dimension Cynisme. Ainsi, pour chacune des régressions, les variables socio-démographiques à contrôler ont été entrées dans une première étape, suivies des six facteurs du SPT dans une seconde étape, suivant la méthode appelée entrée, puis des 16 facteurs du 16PF dans une troisième et dernière étape, suivant la méthode nommée pas à pas,. Avant de réaliser les régressions, les données extrêmes multivariées ont été vérifiées à l’aide de trois indices : le test de Cook, le test du Bras de levier et le test des résidus studentisés. Les critères recommandés par Howell (1998) ont été utilisés et ont donné lieu au retrait de deux participants pour la dimension Exténuation, d’un participant pour la dimension Cynisme et de quatre participants pour la dimension Sentiment d’inefficacité.
En savoir plus

201 En savoir plus

Inégalités socio-spatiales de risque d'accident en tant que piéton: un cumul de facteurs individuels et contextuels?

Inégalités socio-spatiales de risque d'accident en tant que piéton: un cumul de facteurs individuels et contextuels?

CONCLUSION Cette étude a mis en évidence un cumul de facteurs individuels et contextuels pour comprendre le risque d’accident piéton. En effet, au niveau individuel, le risque d'accident piéton est accru pour les femmes, les moins de 18 ans et les plus de 80 ans, les chômeurs et les personnes sans emploi. Au niveau contextuel, quand ils sont impliqués dans un accident, les habitants de quartiers défavorisés le sont davantage en tant que piéton que les habitants des quartiers favorisés. Cette différence entre quartiers n'est pas le simple reflet de la structure par âge ou par sexe de la population ni de sa composition sociale. En effet, après ajustement sur la structure démographique et sociale de la population, les habitants d’IRIS défavorisés ont un risque 1,5 fois plus élevé d’être impliqué en tant que piéton quand ils ont un accident. Des caractéristiques de l’environnement résidentiel sont également associées à un plus fort risque d’accident piéton : la forte présence de logements en immeubles collectifs et une sur- occupation des logements dans l’IRIS de résidence sont associés à un fort risque d’accident piéton. En revanche, aucune association n'a été mise en évidence avec l'intensité du trafic routier dans le quartier de résidence.
En savoir plus

16 En savoir plus

Inégalités d’exposition au risque routier à l’adolescence. Facteurs de risque socio-économiques individuels et contextuels

Inégalités d’exposition au risque routier à l’adolescence. Facteurs de risque socio-économiques individuels et contextuels

Conclusion Cette AFCM offre une représentation des caractéristiques dominantes concernant les aspects du risque routier explorés : modes de déplacements utilisés et intensités d’usage, facteurs socioéconomiques contextuels et individuels, variables de comportements et d’attitudes en lien avec le risque. L’étape suivante consistera à mesurer l’effet propre de ces différents facteurs, à la fois sur les pratiques modales et sur le fait d’avoir été accidenté ou non, et à mettre en évidence comment ces facteurs interagissent entre eux. Le lien entre pratiques modales et caractéristiques de la zone d’habitation n’est pas apparu très clairement dans cette analyse exploratoire, il s’agira de mieux l’appréhender par des approches multi-niveaux. L’objectif final est de permettre aux pouvoirs publics de mieux cibler les actions de prévention sur les populations ou environnements à risque. Références bibliographiques
En savoir plus

7 En savoir plus

«Partir ou rester?» : évaluer les facteurs de risque individuels et situationnels afin de mieux intervenir auprès des jeunes qui fuguent des centres de réadaptation

«Partir ou rester?» : évaluer les facteurs de risque individuels et situationnels afin de mieux intervenir auprès des jeunes qui fuguent des centres de réadaptation

La violence intrafamiliale et l’abus sexuel ont rarement été identifiés comme des facteurs de risque par les interviewés. Quant aux intervenants qui ont participé à la démarche d’accord inter-juge, ils ont fait part de leur difficulté à colliger ces informations. Dans la littérature scientifique s'intéressant à la fugue du milieu familial, le lien entre les abus physiques et sexuels est démontré par plusieurs auteurs (ex. Chen, Tyler, Whitbeck et Hoyt, 2004; Hyde, 2005). Toutefois, les études réalisées dans les milieux de vie substituts obtiennent des résultats plus nuancés. Par exemple, Nesmith (2006) n’observe aucune différence entre l’absence non autorisée des jeunes et l’abus physique, tandis que Courtney et Zinn (2009) avancent que l’expérience d'un abus sexuel diminue le risque de fugue de 15%. Les résultats obtenus auprès de notre échantillon sont en cohérence avec ces auteurs. En effet, les jeunes n’ayant pas été victime d’abus sexuel ont fugué en plus grande proportion que les autres (57,8% contre 39,6%, Phi = -0,170, p<0,05) 51 . La prudence s’impose dans l’interprétation de ces résultats. En effet, ceux-ci s’appuient sur l’information détenue par les intervenants, notamment à partir du dossier du jeune. Or, il est possible que ce dernier n’ait pas divulgué certains abus vécus. L’information permettant une évaluation juste du facteur pouvant être incomplète, il importe
En savoir plus

221 En savoir plus

Profils de facteurs de risque individuels et organisationnels de l'épuisement professionnel clinique

Profils de facteurs de risque individuels et organisationnels de l'épuisement professionnel clinique

indications du manuel du MBI-GS Schaufeli, Maslach, Leiter, & Jackson, 1996, les points de rupture qui indiquent un niveau élevé d'épuisement professionnel sont un résultat supérieur ou [r]

195 En savoir plus

Facteurs de risque individuels et relationnels de l'insatisfaction par rapport à l'image corporelle à l'adolescence

Facteurs de risque individuels et relationnels de l'insatisfaction par rapport à l'image corporelle à l'adolescence

restreint d'études ayant examiné la question, une attention particulière sera portée dans le cadre de cette étude au sexe des adolescents ·comme facteur susceptible de modérer la [r]

76 En savoir plus

Précocité sexuelle et comportements sexuels à risque à l'adolescence : étude longitudinale des facteurs individuels, familiaux, dans le groupe d'amis et contextuels associés

Précocité sexuelle et comportements sexuels à risque à l'adolescence : étude longitudinale des facteurs individuels, familiaux, dans le groupe d'amis et contextuels associés

Elle propose un suivi de plusieurs échantillons d'adolescents provenant de contextes géographiques variés, à l'échelle régionale (i.e. urbain vs banlieusard) et internatio[r]

249 En savoir plus

Les facteurs de risque et de protection sociaux, individuels, organisationnels et hors travail au stress et à la détresse psychologique chez les avocats membres du Barreau du Québec

Les facteurs de risque et de protection sociaux, individuels, organisationnels et hors travail au stress et à la détresse psychologique chez les avocats membres du Barreau du Québec

En guise d’introduction pour chacune des entrevues, le projet de recherche a été brièvement décrit (p. ex. : le contexte de l’étude, la problématique, les objectifs de l’étude, les modalités de participation, les risques encourus, etc.), puis la professeure- chercheuse ou l’étudiante-chercheuse ont lu avec chacun des participants le document écrit de consentement 14 libre et éclairé. Ce consentement incluait une clause donnant l’autorisation d’enregistrer l’entrevue avec un enregistreur vocal. Ce document a été signé par chacun des participants. Ces derniers avaient été préalablement informés par le courriel d’invitation envoyé plus tôt de la nécessité d’enregistrer l’entrevue au plan audio. Deux copies du formulaire de consentement ont été signées par chacun des participants, la directrice de recherche et l’étudiante-chercheuse afin de conserver une copie dans les archives du projet de recherche et d’offrir la seconde copie aux participants. Par conséquent, toutes les entrevues ont pu être enregistrées, permettant alors de procéder à la transcription intégrale de celles-ci en vue de l’analyse des données. Il est également à noter que les participants étaient entièrement libres de demander l’arrêt de l’entrevue, et ce, à n’importe quel moment, et qu’ils en ont été informés verbalement au début de l’entrevue de même que par écrit, dans le formulaire de consentement. L’enregistrement audio des entrevues a été privilégié contrairement à la prise de note en direct, car en plus de permettre aux chercheurs de rester concentrés sur les échanges avec les participants, cela permet également de transcrire l’intégralité de l’entrevue et d’en analyser le contenu le plus fidèlement possible en diminuant le risque d’interprétation et d’extrapolation. Également, une feuille 15 contenant les coordonnées du PAMBA, du CLSC de la région de chacun des participants de même que d’Urgence détresse a été remise à chaque participant advenant qu’ils aient besoin d’obtenir un soutien psychologique suite à l’entrevue.
En savoir plus

245 En savoir plus

Vitamine D : statut, polymorphismes génétiques, risque de cancer et modulation par des facteurs individuels

Vitamine D : statut, polymorphismes génétiques, risque de cancer et modulation par des facteurs individuels

D’autre part, dans les pays situés à des latitudes élevées, la vitamine D ne peut être synthétisée entre Octobre et Mars. Ainsi, hors prise de compléments alimentaires ou de médicaments à base de vitamine D, l’organisme dépend de ses réserves et des rares apports alimentaires pour maintenir un statut adéquat en vitamine D durant cette période. De fait, il est généralement observé que les concentrations en 25(OH)D diminuent au cours des mois d’hiver. Dans la Partie 1. II., nous avons montré que les individus pour lesquels le prélèvement sanguin avait été réalisé en fin d’hiver/début de printemps présentaient des concentrations plus faibles en 25(OH)D. Certaines hypothèses se basent même sur ces fluctuations saisonnières pour expliquer les relations délétères observées entre des concentrations en 25(OH)D élevées et le risque de cancer. En effet, d’importantes variations saisonnières du statut en vitamine D pourraient être à l’origine de perturbations de l’équilibre entre production et dégradation de la 1,25(OH)2D dans le sens d’une trop forte dégradation des 25(OH)D et 1,25(OH)2D [264, 265], ce qui pourrait induire des conséquences au niveau local, notamment pour la régulation cellulaire. Ainsi, même s’il a été montré qu’une seule mesure de la concentration en 25(OH)D pouvait être considérée comme appropriée dans le cadre d’études prospectives [228], il pourrait être pertinent d’étudier de manière plus poussée l’impact de l’amplitude des fluctuations saisonnières sur le risque de cancer ou d’autres maladies chroniques/états de santé à l’aide de mesures répétées de la concentration en 25(OH)D au cours des saisons.
En savoir plus

245 En savoir plus

Le lien entre les facteurs individuels, le port d’armes à feu et l’utilisation criminelle d’armes à feu

Le lien entre les facteurs individuels, le port d’armes à feu et l’utilisation criminelle d’armes à feu

1995, 2002; Tita et al., 2007). Par conséquent, plus de gens ont commencé à porter des armes à feu ce qui a entraîné une hausse des homicides par armes à feu (Blumstein, 1995, 2002). Cette hypothèse n’a toutefois pas été étudiée chez la population canadienne. Au Canada, une étude effectuée auprès de jeunes à risque à Montréal et à Toronto a révélé que la vente de drogues était liée à l’utilisation d’une arme à feu pour menacer ou tenter de nuire à quelqu’un (Butters, Sheptycki, Brochu et Erickson, 2011; Erickson et Butters, 2006). Ce résultat semblait uniquement significatif à Toronto. Par contre, l’implication dans le commerce du crack et/ou de cocaïne était liée de façon significative à l’utilisation d’armes à feu dans les deux villes (Butters et al., 2011; Erickson et Butters, 2006). Du côté des adultes, les résultats d’une étude menée au Québec sur les modes d’acquisition d’armes à feu illégales informent que les individus impliqués dans la vente de drogues se servent des armes à feu pour se protéger lors de trafic, mais pas nécessairement pour leur style de vie général (Morselli et al., 2010). Ainsi, rares sont les trafiquants qui portent régulièrement leur arme à feu sur eux lors d’activités routinières.
En savoir plus

97 En savoir plus

La victimisation en milieu scolaire : une analyse des facteurs individuels, contextuels et environnementaux

La victimisation en milieu scolaire : une analyse des facteurs individuels, contextuels et environnementaux

En premier lieu, la réputation de la victime est une notion peu étudiée. Ce concept a de maintes fois était appliqué aux délinquants, mais pratiquement jamais aux individus ayant subi une victimisation. S’il est soutenu que la réputation criminelle est importante et qu’elle influe sur la poursuite de la carrière criminelle, il serait pertinent de se questionner sur la portée de la réputation chez les victimes, voire chez les victimes à répétition. En effet, la réputation qu’une victime acquière suite à sa réaction lors d’un épisode de violence peut engendrer des répercussions sur la probabilité d’être à nouveau victime. Petit (2011) défend l’idée qu’une fois qu’une réputation est établie, elle ne reste pas sans effet. Les impacts diffèrent, mais la réputation peut s’avérer être un avantage pour la personne étiquetée. Les résultats montrent que plus une victime se défend, moins elle risque d’être à nouveau la cible de violence. Ce penchant vers l’auto-défense peut engendrer une réputation d’invulnérabilité et influencer la décision de violence des délinquants. Ces victimes deviennent donc des cibles plus difficiles à attaquer, ce qui entre dans le calcul coûts/bénéfices des délinquants (Cornish & Clarke, 1986).
En savoir plus

108 En savoir plus

Sclérodermie et facteurs professionnels et de l'environnement : étude cas-témoins à partir des interrogatoires individuels

Sclérodermie et facteurs professionnels et de l'environnement : étude cas-témoins à partir des interrogatoires individuels

L'utilisation de formol a été incriminée comme potentiellement facteur de risque de sclérodermie dans la littérature (Rush 1986 cité par Silman 1996) mais aucune étude épid[r]

110 En savoir plus

Usage de la force policière au Québec : une analyse des facteurs individuels, situationnels et contextuels

Usage de la force policière au Québec : une analyse des facteurs individuels, situationnels et contextuels

de force plus élevés en raison du danger imminent (McCluskey et al, 2005; Paoline et al, 2004; Schuck, 2004; Terrill et al, 2008). Armes Bien qu’il puisse sembler évident que le fait de posséder une arme augmente les probabilités que le policier ait recours à la force, plusieurs travaux suggèrent des résultats mixtes (Crawford et al, 1998; Morabito et al, 1997; Terrill et al, 2003). D’une part, en ce qui concerne la présence d’arme à proximité des lieux, certains auteurs attribuent une relation significative entre cette caractéristique et l’utilisation de la force policière (Garner et al, 2002; McCluskey et al, 2005; Paoline et al, 2007; Sun et al, 2004; Worden, 1995). Certains auteurs précisent que les policiers sont plus enclins à faire un saut de niveaux dans l’échelle de continuum de la force en raison des indices de menaces imminentes et du danger potentiel lorsqu’ils sont confrontés aux individus détenant une arme (Garner et al, 2002; Sun et al, 2004; Terrill et al, 2002). D’autre part, Terrill et son Reisig (2003) remarquent, quant à eux, que l’impact significatif de l’arme sur le niveau de force policier divergent en fonction du sexe du policier (Terrill et al, 2003). Il apparait que les policières ne sont pas plus ou moins enclines à opter pour l’intervention verbale ou à la contrainte physique lorsque le suspect détient une arme, contrairement à leur collègue de sexe masculin. Cependant, les policiers sont plus susceptibles de recourir à la contrainte physique face aux individus brandissant une arme en raison du risque potentiel de victimisation que représente la continuation de l’action, le besoin d’assurer la justice et le maintien de l’autorité policière (Crawford et Burns, 2008).
En savoir plus

102 En savoir plus

Quels facteurs individuels peuvent prédire la charge vocale des enseignants ?

Quels facteurs individuels peuvent prédire la charge vocale des enseignants ?

Conclusions : Sachant que l’élévation de F0 augmente les stress mécaniques liés à la vibration, les individus à risque de phonotraumatismes sont les femmes et particulièrement celles qui enseignent dans les niveaux inférieurs, ainsi que les enseignants auto-rapportant des plaintes vocales. La voix plus grave des

3 En savoir plus

Les facteurs individuels influençant l’affiliation des patients sans médecin de famille par l’entremise des listes d’attente centralisées.

Les facteurs individuels influençant l’affiliation des patients sans médecin de famille par l’entremise des listes d’attente centralisées.

Faculté de médecine et des sciences de la santé, Université de Sherbrooke, Québec, Canada, J1H 5N4 Le Canada présente l’un des plus faibles taux d’affiliation à un médecin de famille au sein des pays de l’OCDE. De cette problématique émerge une innovation canadienne : des listes d’attente centralisées pour faciliter l’affiliation des patients à un professionnel de première ligne. Ce mécanisme fut mis en place par 7 provinces canadiennes dans le but de diminuer la proportion de patients sans affiliation à un professionnel en première ligne. Pourtant, peu d’études ont été menées avant l’implantation de ces listes d’attente centralisées. Notre étude vise à explorer quels facteurs prédisposants, facilitants et de besoins influencent les délais d’attente d’affiliation aux médecins de famille pour les patients inscrits aux listes d’attente centralisées du Québec. Nous avons analysé les données de 129 547 patients de la base de données clinico-administrative (SIGACO) de 5 listes d’attente centralisées parmi les 93 implantées à l’échelle du Québec entre 2008 et 2015. Afin de savoir quels facteurs influencent l’affiliation au médecin de famille, des analyses de Cox ont été réalisées. Selon le modèle multivarié, les facteurs de besoins semblent avoir une grande influence sur le taux d’affiliation à un médecin de famille. En effet, les résultats obtenus démontrent notamment que les personnes atteintes de problématiques de santé mentale ont 5% plus de risque d’affiliation que les personnes en santé, c'est à dire ne présentant pas de maladies physiques et psychiatriques (HR 1,05 (IC 1,02-1,09). En comparaison, les gens souffrant de problèmes de santé physique auraient 17% plus de risque d’être affiliés que les personnes en santé (HR 1,17 (IC 1,13-1,20). En contrepartie, une personne présentant un portrait de comorbidité de maladies physique et psychiatrique a 17% moins de risque d’être affilié qu’une personne en santé (HR 0,85 (IC 0,81-0,89). L’étude conduite révèle donc des iniquités dans l’affiliation à un médecin de famille malgré le processus de liste d’attente centralisée, mis en place à ce jour, puisque les facteurs de besoins influencent l’affiliation à un médecin de famille. Ainsi, plusieurs efforts systémiques sont toujours nécessaires afin d’améliorer le processus actuellement mis en place.
En savoir plus

64 En savoir plus

Note de recherche pour le CNESCO sur les facteurs individuels et contextuels de la réussite dans l'enseignement supérieur en France

Note de recherche pour le CNESCO sur les facteurs individuels et contextuels de la réussite dans l'enseignement supérieur en France

Depuis plus de quarante ans, les recherches françaises sur le parcours des étudiants ont essentiellement porté sur le système universitaire. Les premiers travaux mettent l’accent sur les inégalités sociales de réussite et plus particulièrement sur le rôle exercé par le capital culturel et linguistique des étudiants (Bourdieu & Passeron, 1964). Ainsi, pour ces auteurs, l’Université remplit principalement une fonction de sélection des individus et de transmission de la culture légitime et dominante que possèdent les « héritiers » (étudiants d’origine sociale aisée). L’Université permet, selon eux, la reproduction de la hiérarchie des classes et des structures sociales, en masquant l’origine sociale de l’inégalité des performances scolaires et en les naturalisant à travers une idéologie du don. Cette approche a été fortement contestée par certains sociologues (Boudon, 1973) et certains économistes (Levy-Garboua, 1976) qui considèrent que les inégalités sociales de réussite résultent essentiellement des comportements différenciés des étudiants. Ils appréhendent différemment, selon qu’ils sont d’origine sociale aisée ou défavorisée, les coûts, les risques et les bénéfices des études. Les étudiants d’origine populaire sont plus sensibles au risque d’échouer que les enfants de cadres supérieurs (Duru & Mingat, 1988). Désormais, les travaux sur les étudiants portent davantage sur leurs « manières d’étudier » (Lahire, 1997 ; Fernex et Lima, 2016), leur rapport aux études, leur adaptation et leur intégration au sein de l’Université. Alain Coulon (1997) considère notamment que la réussite des étudiants passe par l’adaptation au fonctionnement de l’Université, par l’apprentissage des méthodes universitaires et enfin par l’acquisition d’une relative maîtrise des règles universitaires. Toutefois, tous ces travaux ont implicitement considéré que les constats que l’on pouvait porter sur les étudiants étaient valides quel que soit leur lieu d’étude. C’est seulement depuis quelques années que la dimension locale et territoriale est introduite dans les recherches (Felouzis, 2001). Enfin sont apparus depuis une dizaine d’année de nouvelles problématiques, en particulier celle du « décrochage » et de l’abandon des études (Beaupère et Boudesseul, 2009), dans un contexte économique où la sortie de l’enseignement supérieur sans diplôme entraîne de plus en plus des difficultés d’insertion professionnelle. Après cette brève revue de la littérature, il convient de revenir dans un premier temps sur ce que recouvrent l’échec, la réussite et l’abandon des études avant d’examiner plus finement les facteurs individuels et contextuels à l’origine des parcours différenciés des étudiants.
En savoir plus

6 En savoir plus

Facteurs individuels, relationnels et systémiques liés à l'adaptation des membres de familles recomposées avec des adolescents

Facteurs individuels, relationnels et systémiques liés à l'adaptation des membres de familles recomposées avec des adolescents

La question principale qui guide ce travail de recherche est quels sont les facteurs qui influencent F’ adaptation des membres de familles recomposées avec des adolescents? Cette questio[r]

227 En savoir plus

Associations entre les facteurs environnementaux, individuels et l'obésité chez les personnes âgées vivant à Montréal

Associations entre les facteurs environnementaux, individuels et l'obésité chez les personnes âgées vivant à Montréal

À cet effet, une recension des écrits a été effectuée à partir de quatre bases de données (Medline, CINAHL, AgeLine, et Psyclnfo) à l'aide des mots clés suivant : older, aging, senior,[r]

109 En savoir plus

FACTEURS DE RISQUE NUTRITIONNEL DE CANCER DU SEIN

FACTEURS DE RISQUE NUTRITIONNEL DE CANCER DU SEIN

En Algérie la première place revient au cancer du sein chez la femme ou au cancer des poumons chez l’homme (OMS ,2014). Le cancer du sein est une pathologie multifactorielle mettant en évidence des facteurs génétiques environnementaux et nutritionnels (Kaur, 2000). Il a été confirmé qu’il atteint les femmes à des âges différents (Asselah, 2007). De nos jours, plusieurs facteurs étiologiques du cancer mammaire sont reconnus, mais, aucun facteur n’a pu être directement impliqué dans son étiopathologénie à l’exception de la transmission héréditaire de certains gènes de prédisposition. Les progrès scientifiques ont déjà réussi à établir une longue liste de facteurs de risques suspects pour ce cancer, parmi lesquels on trouve : l’âge, qui est proportionnellement lié à la maladie pour le sexe les femmes sont les plus touchées ; le mode de vie aussi représente un facteur de risque très important ; il est fortement lié à la maladie.
En savoir plus

68 En savoir plus

Obstacles au développement de carrière d'institutrices au Burkina Faso : facteurs individuels, socioculturels et institutionnels

Obstacles au développement de carrière d'institutrices au Burkina Faso : facteurs individuels, socioculturels et institutionnels

Fatiha. Pour leur patience, ils ont été une grande inspiration pour moi, loin de mon pays!.. .<)BLÉ:MATIQUE ---~-5 1.1 Féminisation du corps enseignant et sous-représentation des [r]

186 En savoir plus

Show all 4327 documents...