fabrique de la stratégie

Top PDF fabrique de la stratégie:

La fabrique de la stratégie dans un  projet immobilier : Construire du sens sur la base de représentations visuelles

La fabrique de la stratégie dans un projet immobilier : Construire du sens sur la base de représentations visuelles

Les recherches qui s’inscrivent dans le courant de la fabrique de la stratégie (ou Stratégie-as- Practice) ont connu un fort essor au cours des dernières années. Ce courant aborde la stratégie comme quelque chose que les individus font au sein des organisations, plutôt que comme une propriété des organisations qui aurait des conséquences sur leur performance (Whittington, 2003). Le courant Strategy-as-Practice s’intéresse ainsi aux actions et aux interactions quotidiennes des individus ainsi qu’à leur contribution au à la formulation et au développement de la stratégie des organisations (Jarzabkowski et al., 2007). Ces individus n’occupent d’ailleurs pas forcément des fonctions de direction générale : la stratégie est également façonnée par des responsables de projets, des consultants, des middle managers, etc. Le programme de recherche véhiculé par le mouvement Strategy-as-Practice trouve souvent sa réalisation dans l’analyse des activités, des discours, et des outils qui contribuent au développement de la stratégie.
En savoir plus

30 En savoir plus

L’architecture de la mobilité comme fabrique de la ville, du paysage et du territoire : une stratégie intégrative de projet

L’architecture de la mobilité comme fabrique de la ville, du paysage et du territoire : une stratégie intégrative de projet

Ce que le groupement a découvert dès les premières commandes, c’était le “hachoir“ à projets qui était à l’œuvre. Le hachoir à projet, c’est le débit des projets d’ensemble - avancés par l’agence d’urbanisme (AGAM) ou d’autres concepteurs - en autant de projets techniques (circulation, voirie, transport en commun, espaces verts, éclairage, …) disjoints qui sont portés, chacun, par un service particulier. Ce hachoir est constitué des différents services de la ville et de la communauté urbaine. Ces services étant en concurrence envers les élus et n’étant en rien redevables d’une cohérence urbaine, il en résulte des réalisations spatialement désarticulées et souvent déphasées. Leur concurrence envers le pouvoir politique et les plans de carrière personnels des dirigeants ne facilite pas la circulation de l’information. Le hachoir est aussi constitué d’autres collectivités – région et département - des grands opérateurs que sont les SEM d’aménagement, la SNCF ou RFF. Ces différentes entités, propriétaires de portions du territoire, gestionnaires de certains objets (réseaux, voirie,plantation,…) n’ont pas vocation à travailler ensemble dans une logique de projet cohérente. Quand un projet d’ensemble leur est présenté par l’agence d’urbanisme, ces entités s’empressent de s’approprier une partie ou d’en refuser une autre : “je suis responsable de la voirie, la question du bâti sort de ma compétence,… !“ ; de faire valoir son point de vue “mes bus ne passeront pas par là.. !“ même si la cohérence du projet d’ensemble est mise en péril. Le hachoir à projets est donc cette machine bien huilée qui s’autonomise et se survit à elle-même. Notre position dans le système étant complètement décalée et sans enjeu particulier sinon le portage de projets cohérents, nous avons adopté des modalités de travail qui ont essayé de déjouer le hachoir à projet et remis les acteurs en synergie. En réalité, avec la volonté d’acteurs généreux de la DIFRA, nous avons développé une stratégie de projet qui, d’un projet à l’autre, s’est perfectionnée dans l’art d’intégrer différents points de vue et de reconstituer des logiques de projets quand elles avaient été perdues ou de les créer. Le bon de commande étant au profit de la DIFRA, les projets sont tous initiés par une question d’infrastructures. Leur origine niche dans une des lames du hachoir à projet communautaire. Notre objectif a été précisément d’élargir la question et de remettre l’infrastructure dans l’ensemble auquel elle participe, c’est-à-dire le territoire urbain et le projet urbain holistique que l’on doit lui consacrer. De projets d’infrastructures nous avons proposé des projets d’infrastructures urbaines et initié, quelquefois, des projets urbains.
En savoir plus

236 En savoir plus

Le "best-seller" : la fabrique du succès

Le "best-seller" : la fabrique du succès

de départ, dans la survie d’une jeune maison d’édition littéraire : plus elle peut investir et attendre, plus elle a de chances d’accéder à la notoriété et de se constituer un catalogue. Comment dès lors résoudre ce “paradoxe des Industries culturelles” ? Tout simplement en développant une stratégie éditoriale qui tienne compte de cet état de fait, qui prenne en compte le problème que pose la combinaison de ces deux temporalités, comme c’est le cas avec ce que j’appellerai la “loi de Diderot” que le philosophe français a formulé dans sa Lettre sur le commerce de la librairie : “Un fonds de librairie est la possession d’un nombre plus ou moins considérable de livres propres à différents états de la société et assortis de manière que la vente sûre et lente des uns, compensée avec avantage par la vente sûre et rapide des autres, facilite l’accroissement de la première possession.” Nous retrouvons ici les principes qui sont au fondement de l’édition moderne : la diversité (il s’agit de publier des livres “propres à différents états de la société”) et de combiner deux courbes de vente (ventes “lentes” et “rapides”). De cette manière, on résoud effectivement le “paradoxe des industries culturelles” : les ventes “rapides” permettent un retour sur investissement et donc de nouveaux investissements dans des livres qui connaîtront le succès de façon plus éloignée dans le temps.
En savoir plus

12 En savoir plus

La fabrique publique de la smart city parisienne

La fabrique publique de la smart city parisienne

souvent la ville à une marchandise à échelles adaptables, en écartant les visions alternatives et en renforçant les systèmes sociopolitiques existants 9 . Face aux succès initiaux de ce concept de smart city auprès des collectivités territoriales, la Mairie de Paris a progressivement développé un regard critique vis-à-vis des solutions numériques produites par les grandes firmes de l’industrie informatique. La motivation principale de ce choix est tout d’abord liée à la difficile intégration de solutions propriétaires à l’intérieur de services informatiques municipaux open source. De plus, cette prise de distance va de pair avec la nécessité de mieux définir les besoins et les moyens municipaux. La collectivité a ainsi progressivement écarté les solutions numériques dites « clés en main », pour privilégier d’abord l’acculturation de ses agents publics et la définition de sa propre vision et stratégie de mise en œuvre de la smart city.
En savoir plus

24 En savoir plus

La fabrique de programmes de recherche incitatifs innovants

La fabrique de programmes de recherche incitatifs innovants

2. L’analyse des politiques publiques et l’approche par les instruments Différents courants dans la littérature s’intéressent aux modalités d’étude d’une politique publique. Si notre objectif n’est pas d’analyser la politique de recherche et d’innovation française actuelle, mais bien l’un des instruments qu’elle met en œuvre, identifier les concepts clés et les logiques sous-jacentes nous permet de mieux appréhender notre objet de recherche dans son environnement. Pour Muller (2009), l’analyse des politiques publiques est traditionnellement fondée sur les concepts de la théorie des organisations (les acteurs, la stratégie, le pouvoir et le système d’action organisée), sur la bureaucratie au sens que lui donne Weber (1971), c’est-à-dire l’organisation des moyens en fonction des fins (rationalité des actions), et enfin, sur une dernière approche qui consiste à interroger la performance de l’action publique. Par ailleurs, May (1991) fait le constat que les politiques publiques sont généralement analysées sous l’angle des instruments (nous verrons que cela n’est pas nécessairement vrai pour la littérature française), en particulier sur les alternatives à disposition des gouvernements pour construire la politique publique (« policy design »). Mais il souligne que pour bien construire une politique publique, il faut prendre en compte l’adéquation entre le contenu de la politique et le contexte dans lequel elle sera mise en œuvre. A l’époque ce courant d’analyse était émergent. Parmi les différentes fondations de l’analyse des politiques il en est une qui nous intéresse particulièrement puisqu’elle met en avant la question de l’efficacité de l’action publique, comme nous l’avons mentionné plus haut. En effet l’efficacité de l’action publique joue un rôle primordial dans le choix de la mise en œuvre de l’instrument qui fait l’objet de nos recherches puisqu’elle a donné naissance à un nouveau paradigme gestionnaire, celui du nouveau management public. De ce fait, comprendre la philosophie de ce courant apparait pertinent pour en même temps appréhender celle associée à notre objet d’étude.
En savoir plus

477 En savoir plus

« Les politiques migratoires restrictives : une fabrique de harraga »

« Les politiques migratoires restrictives : une fabrique de harraga »

cipale d’émigration régulière reste le regroupe- ment familial, les procédures se sont complexifiées et il y a moins d’hommes algériens isolés dans les pays de destination. Le pendant logique de ce type de migration, la stratégie matrimoniale, reste peu mobilisé. Selon Ali Bensaâd, la majo- rité des enfants d’immigrés algériens n’optent pas pour un mariage “au pays”. Plus de la moitié des hommes et un tiers des femmes algériennes épousent des non-Maghrébins. Par ailleurs, parmi ceux qui épousent des Maghrébins (et non exclu- sivement des Algériens), beaucoup choisissent des Maghrébins déjà établis en France 12 . Le regroupe-
En savoir plus

10 En savoir plus

RELIRE LA FABRIQUE D’ÉPINGLES

RELIRE LA FABRIQUE D’ÉPINGLES

Le travail entre les ouvriers, fussent-ils spécialisés dans une tâche précise, ne comporte pas de contremaître, pas de directeur, ni d’investis- seurs sous une forme quelconque. de même, Smith ne parle jamais de la structure capitalistique qui pourrait sous-tendre la fabrique d’épingles. de telle sorte que le texte lu aujourd’hui, ou celui qui fut lu par Pierre-Joseph Proudhon (qui fut un grand lecteur des premiers chapitres de la r.n.), peut laisser supposer que le discours de Smith peut être utilisé également dans le cadre d’une coopérative de production.

25 En savoir plus

La fabrique de l’anthropologie : terrains, individus, écritures

La fabrique de l’anthropologie : terrains, individus, écritures

La société pourrait alors être comparée à un être vivant dont les éléments, chacun suivant sa nature, remplissent différentes fonctions" (ibid. Cette surprenante [r]

25 En savoir plus

La fabrique des normes temporelles du travail

La fabrique des normes temporelles du travail

La menace du chômage et les difficultés liées à l’emploi Chez ce constructeur automobile, comme dans d’autres cas, la question du chômage a été à l’origine de la réduction de la durée du travail, mais elle a aussi motivé l’introduction de la flexibilité. À plusieurs reprises, des licenciements ont été évités et de nouveaux salariés embauchés. Bien que la réduction de la durée de travail ait été spectaculaire, des concessions salariales ont rendu difficile l’acceptation des accords. La menace persistante du chômage depuis les années 1970 a contribué à modifier les normes temporelles, à faire accepter la perte de revenu, mais elle a aussi conduit à un vécu plus problématique des temps de travail, lié notamment à une variablité croissante des emplois du temps des salariés. Si les organisations syndicales ont été en Allemagne et en France partie prenante de la fabrique des normes du temps des marchés, le spectre des licenciements les a conduites à adopter une position défensive qui vise d’abord à préserver l’emploi. Dans une recherche récente sur les cadres (2008-2010) 9 , nous avons montré que la peur de perdre son emploi, les restructurations ou le changement d’emploi forcé étaient des facteurs de mal-être au travail. Sans vouloir généraliser ce constat à l’ensemble de notre échantillon (une centaine d’entretiens dans sept entreprises et administrations), la parole de nos interlocuteurs montre que les temporalités au travail et les accords collectifs négociés ne peuvent pas être traités indépendamment des menaces qui pèsent sur l’emploi. C’est ainsi que certains de nos interlocuteurs considèrent les menaces sur l’emploi comme une incitation permanente au résultat ou comme une source de stress 10 .
En savoir plus

17 En savoir plus

Le rôle du cimetière dans la fabrique urbaine

Le rôle du cimetière dans la fabrique urbaine

dut vendre des terrains pour financer ces importants travaux d’agrandissement et d’embellissement (L EFEVRE -P ONTALIS 1888 : 22-23 et 143-152). En 1543, un texte autorisa le déplacement des sépultures des cimetières du flanc nord et du parvis pour " bailler lesdites places à faire maison au plus offrant [...]20 ". Dans ce texte, la fabrique précise qu’elle désire se débarrasser de ces cimetières d’autant plus que ceux-ci sont souvent profanés et quasi habités du fait de la proximité du marché21. Une partie du cimetière fut transférée dans un lieu où la fabrique de Saint-Maclou avait acheté une grande portion de terre située en dehors des fossés de la ville à proximité d’une ancienne maladrerie (T ROU 1977 : 152). En 1587, Noël Taillepied signale que les places du marché sont “de grandeur assez amples et au milieu d’icelle, depuis cinquante années, on a fait édifier plusieurs maisons”, ces maisons doivent rentes à Saint-Maclou car elles sont édifiées sur son ancien cimetière22. Ces constructions pourraient être celles réalisées à la suite de l’autorisation de 1543. Lors des fouilles archéologiques, un hiatus dans les inhumations a été décelé entre la fin XV e , et le début du XVI e s. (L EBRUN ET H OLE 2011). Mais au XVII e s., la fabrique reprit les inhumations dans
En savoir plus

22 En savoir plus

Une industrie nouvelle en zone rurale : de la fabrique d’une main-d’œuvre à la fabrique de destins sociaux territorialisés ?

Une industrie nouvelle en zone rurale : de la fabrique d’une main-d’œuvre à la fabrique de destins sociaux territorialisés ?

3 Là comme ailleurs pour les paysans du Béarn des années 1960, c’est le constat des diffi- cultés apparues dans la reproduction des positions sociales qui donne à voir les ressorts de la configuration d’équilibre valant antérieurement (Bourdieu, 1989). observations menées à l’occasion d’un travail de recherche concernant l’implanta- tion d’une industrie nouvelle en zone rurale dans les années 1950. L’établissement étudié est le plus ancien site industriel du nucléaire en France, situé au nord-est du Gard, chargé principalement d’extraire du plutonium par des procédés passant là du stade du laboratoire au prototype industriel. En « fabriquant » une main- d’œuvre adaptée à ces besoins spécifiques, le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) construit non seulement une ville où installer cette main-d’œuvre, mais il fabrique aussi un destin social territorialisé aux différentes composantes de cette main-d’œuvre, c’est-à-dire une série de positions sociales qui non seulement n’ont de sens que dans cet espace mais qui lui doivent aussi certaines de leurs dimen- sions, consubstantielles de l’histoire qui s’y accumule. Cela se fait sans que les acteurs perçoivent explicitement la contingence de ce lien, au point qu’ils sont par- fois surpris de la « reproduction interdite » 3 de leur position sociale pour leur des-
En savoir plus

23 En savoir plus

La fabrique du transmissible : archives, patrimoine et identités

La fabrique du transmissible : archives, patrimoine et identités

L’usage de repérages spatiotemporels, les outils de géolocalisation, les espaces ludiques (pour enfant et pour adulte) sont autant de moyens d’attirer de nouveaux [r]

113 En savoir plus

Les élus dans la fabrique de l'action publique locale

Les élus dans la fabrique de l'action publique locale

La contrainte liée au caractère généraliste de l’activité politique rend particulièrement importante la capacité à compenser ce handicap par l’acquisition ou la valorisation de ressources spécifiques. C’est pourquoi, pour comprendre la participation différenciée des élus à la fabrique de l’action publique, il est nécessaire de prendre en compte l’ensemble des ressources savantes et techniques dont ils disposent, leur capacité à reconvertir des compétences acquises dans d’autres espaces mais aussi leur capacité à développer des stratégies de spécialisation dans le cadre de leur activité d’élu. Trouver des relais, se constituer un entourage susceptible de prendre en charge une partie de l’activité est un premier moyen pour un élu de garder une place de choix dans la construction des choix publics. Si l’on en croit Jacques de Maillard, sur des questions comme celles de la sécurité, d’étroites collaborations se nouent parfois entre le maire et son directeur de cabinet ou le secrétaire général, qui permettent au premier de garder une maîtrise du dossier. De la même façon, la capacité des élus à recruter et à s’associer des acteurs clefs dans la négociation et l’animation des politiques (les chargés de mission) va leur donner des marges de manœuvre. Il arrive cependant que ces relais techniques « échappent aux élus », comme c’est le cas avec le chargé de mission sécurité des Mureaux après 2001, qui développe une action autonome, mobilisant ses propres réseaux, hors du contrôle du maire. Au-delà de ce cas particulier, l’exemple des questions de sécurité et de prévention de la délinquance souligne aussi que la participation des élus à certains forums professionnels est freinée par des techniciens qui entendent préserver leur domaine de compétence. Ainsi, malgré
En savoir plus

18 En savoir plus

La fabrique des discriminations

La fabrique des discriminations

Dans le sillage de la prolifique littérature américaine sur les discriminations dans l’emploi et la mise en œuvre de la législation antidiscriminatoire par les entreprises [r]

12 En savoir plus

La voix dans le jeu vidéo. Qui la fabrique et avec quels enjeux ?

La voix dans le jeu vidéo. Qui la fabrique et avec quels enjeux ?

lus en plus dans le jeu vidéo (pour les studios qui en ont les moyens), et permet aux comédiens de prêter à la fois leurs gestes et leur voix aux personnages Un acteur qui fait de [r]

122 En savoir plus

VU D’AILLEURS : LA FABRIQUE POPULAIRE DE LA VILLE

VU D’AILLEURS : LA FABRIQUE POPULAIRE DE LA VILLE

(...) Carlos M. est actuellement concierge d’un immeuble d’apparte- ments dans le nord de Bogotá. C’est la deuxième fois qu’il fabrique sa maison de ses propres mains, avec des matériaux de recyclage (bidons métalliques, bois) et achetés (tuiles en zinc), sans fenêtres. D’abord sur un terrain « d’invasion » (occupé sans aucune règle ni démarche), puis en achetant par quotas une parcelle à un « urbanisateur » pirate, « propriétaire » d’un terrain (illégal) dans l’arrondissement de Ciudad Bolívar, la plus grande concentration d’habitat populaire et informel au sud de la capitale. Aujourd’hui, le lotissement où il habite a été à moitié légalisé, mais vers l’arrière de sa maison, hélas, laissant les autres habitants de la pente dans l’illégalité.
En savoir plus

13 En savoir plus

Fabrique urbaine

Fabrique urbaine

Hélène Noizet, « Fabrique urbaine », dans Jacques Lévy, Michel Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, 2 e édition, Belin, 2013, p. 389-391. Urban manufacturing, Hersterllung des Städtischen Processus par lequel l’interaction* entre société urbaine et ville*, dans sa réalité matérielle*, espaces* et territoires*, produit un urbain* spécifique en perpétuelle transformation.

4 En savoir plus

La fabrique à créativité

La fabrique à créativité

J’ai choisi de centrer mon propos autour de deux familles d’applications proposées par la RMN- Grand Palais qui sont spécifiquement orientées autour de la pratique photographique. La première catégorie propose des guides de visite, parfois sous la forme de modules ludiques de prises de vue avec des vignettes sur le thème de l’exposition 5 . Conçues et standardisées à l’aide d’un logiciel d’édition de contenus de type CMS 6 , ces applications offrent à l’utilisateur final 7 l’opportunité d’avoir un outil- logiciel unifié d’intégration de contenus multimédias, de modules ludiques de type mini-jeux ou prises de vue, mais également de récolte, d’agrégation et de visualisation de données et métriques de visite. La deuxième catégorie, appelée « Fabrique… » par la RMN-Grand Palais, est exclusivement dédiée à la prise de vue et à la retouche de l’image. Ces applications, sans équivalent dans une autre institution culturelle française, proposent au visiteur de retoucher ses images, avec des effets stylistiques et des filtres censés imiter la démarche artistique exposée 8 . Par exemple, l’application Atelier Picasso propose à ses utilisateurs de transformer leurs propres images avec les filtres « Cubisme analytique », « Cubisme des années 30 » ou « Période bleue ».
En savoir plus

19 En savoir plus

DM-Fabrique

DM-Fabrique

Ce qu’il faut retenir de ces propos c’est que ce ne sont pas les parties dans leur individualité qui importent, mais la relation des composantes entre elles donc l’ensemble qu’elles constituent. Si l’on transpose cette idée à mon environnement de La Fabrique, lorsque je détermine une ligne de construction, il s’agit d’un paramètre, mais il n’a rien d’intéressant en soi. Ce qui l’est, par contre, c’est sa relation avec d’autres lignes, puisqu’à partir de ce moment le sens se dévoile. De plus, l’important n’est pas de tout représenter intégralement, mais plutôt de saisir les éléments qui caractérisent le lieu.
En savoir plus

44 En savoir plus

De l'utilisation des SDN pour améliorer la fabrique de TouIX

De l'utilisation des SDN pour améliorer la fabrique de TouIX

Au début de la campagne de test, seuls les commutateurs Pica8 intégraient de façon matérielle un agent Open vSwitch, faisant du commutateur Pica8 P-3290 le choix naturel pour TouSIX. Il a été décidé de faire reposer TouSIX sur le commutateur logiciel le plus largement utilisé dans le monde, de plus avec un niveau de performance similaire à celui de solutions hardware. Toutefois, la dernière version du système PicOS au début de la campagne de test ne permettait pas d’installer des règles mentionnant le champ ipv6 nd. Cette option est requise pour mettre en œuvre les mécanismes d’Umbrella sur le trafic IPv6 (cf. section 5.1). De plus, le système logiciel PicOS vidait entièrement la table de flux lors de reboots matériels, ou lorsque la connexion avec le contrôleur était perdue. En collaboration avec Pica8, ces problèmes ont pu être résolus, et ont conduit à une nouvelle version de PicOS, i.e., 2.6. La période de tests a duré quelques mois, et la version de la nouvelle fabrique a pu être installée. Les commutateurs Pica8 fonctionnant en mode Open vSwitch ont été placés au dessus des commutateurs Cisco. Les commutateurs Pica8 servent pour le plan de données, et les Cisco ont été conservés pour transporter le trafic du plan de contrôle. Grâce aux nouveaux commutateurs, la bande passante a été augmentée d’un facteur 2 ou 3 entre les commutateurs de bordure. De plus, la connexion entre TLS00 et Cogent a été améliorée avec le mécanisme d’agrégation de liens (Link AGgregation, LAG). Les câbles des membres ont été migrés des commutateurs Cisco vers les Pica8, avec seulement quelques secondes d’interruption de service pour chaque membre. Les commutateurs Pica8 ont été configurés pour ne pas vider la table des flux lorsque l’agent OF perd sa connexion avec le contrôleur OF. Le contrôleur n’est cependant plus le point de faiblesse du réseau grâce à la forte séparation entre les plans de contrôle et de données. Le déploiement en cours repose sur Ryu [18], le contrôleur open- source des NTT Labs, alors qu’on attend de pouvoir évaluer le contrôleur ONOS de ON.Labs [30] et son parallélisme. D’autre part, les développeurs utilisent l’API REST Pica8 pour communiquer avec une interface graphique (GUI : Graphical User Interface), qui simplifie beaucoup les tâches opérationnelles classiques.
En savoir plus

30 En savoir plus

Show all 1195 documents...