Enteropathogenic Escherichia coli

Top PDF Enteropathogenic Escherichia coli:

Maternal milk contains antimicrobial factors that protect young rabbits from enteropathogenic Escherichia coli infection

Maternal milk contains antimicrobial factors that protect young rabbits from enteropathogenic Escherichia coli infection

Enteropathogenic Escherichia coli (EPEC) colibacillosis represents a major cause of lethal diarrhea in young children in developing countries. EPEC strains also infect numerous mammal species and represent a major economical problem in rabbit industry. Protection against this pathogen is a challenging goal both in humans and in other mammal species. Despite a good knowledge of the pathogenicity mechanisms of EPEC, the intrinsic and environmental factors that control the expression of EPEC virulence in mammals remain unknown. For instance, the exacerbated sensitivity of young mammals to EPEC infection is still unexplained. Our goal was to investigate if age or other factors, like milk consumption, could be determinants that trigger the disease. We used rabbits as an animal model to study the role of milk in the sensitivity to an EPEC infection. Weaned and suckling rabbits were orally inoculated with EPEC strain E22 (O103:H2:K ⴚ) at 28 days of age, and the evolution of the disease was investigated in the two groups. In addition, in order to better characterize the interactions between milk and EPEC, we determined in vitro bacterial growth and the abilities of EPEC cells to adhere to epithelial cells in the presence of milk. Our results demonstrate a protective role of milk in vivo in association with in vitro antibacterial activity. These effects are independent of the presence of specific anti-EPEC antibodies.
En savoir plus

8 En savoir plus

Study of polymorphisms in tir and eae genes of enterohemorrhagic and enteropathogenic Escherichia coli of serogroup O26

Study of polymorphisms in tir and eae genes of enterohemorrhagic and enteropathogenic Escherichia coli of serogroup O26

Study of polymorphisms in tir and eae genes of enterohemorragic and enteropathogenic Escherichia coli of serogroup O26. Marjorie Bardiau, Sabrina Labrozzo, Jacques G. Mainil Laboratory of Bacteriology, Department of Infectious Diseases, Faculty of Veterinary Medicine, University of Liège, B-4000 Liège, Belgium

1 En savoir plus

Study of polymorphisms in tir, eae and tccP2 genes in enterohaemorrhagic and enteropathogenic Escherichia coli of serogroup O26.

Study of polymorphisms in tir, eae and tccP2 genes in enterohaemorrhagic and enteropathogenic Escherichia coli of serogroup O26.

2. China B, Pirson V, Mainil J: Prevalence and molecular typing of attaching and effacing Escherichia coli among calf populations in Belgium. Vet Microbiol 1998, 63:249-259. 3. Wells JG, Davis BR, Wachsmuth IK, Riley LW, Remis RS, Sokolow R, Morris GK: Laboratory investigation of hemorrhagic colitis outbreaks associated with a rare Escherichia coli serotype. J Clin Microbiol 1983, 18:512-520. 4. Miyajima Y, Takahashi M, Eguchi H, Honma M, Tanahashi S, Matui Y,

7 En savoir plus

Interaction of enteropathogenic and Shiga toxin-producing Escherichia coli and porcine intestinal mucosa: role of intimin and Tir in adherence.

Interaction of enteropathogenic and Shiga toxin-producing Escherichia coli and porcine intestinal mucosa: role of intimin and Tir in adherence.

Received 28 February 2005/Returned for modification 7 April 2005/Accepted 20 April 2005 The ileal in vitro organ culture (IVOC) model using tissues originating from colostrum-deprived newborn piglets has proven to be an effective way to study the attaching and effacing (A/E) phenotype of porcine enteropathogenic Escherichia coli (EPEC) ex vivo. The aim of this study was to investigate the role of intimin subtype and Tir in the adherence of EPEC and Shiga-toxin-producing E. coli (STEC), isolated from different animal species, to porcine intestinal IVOC. Moreover, the role of intimin in Tir-independent adherence of the human EPEC strain E2348/69 was investigated using intimin and Tir-deficient derivatives. Our results demonstrated that A/E E. coli strains (AEEC) from various animal species and humans induce the A/E phenotype in porcine ileal IVOC and that intimin subtype influences intestinal adherence and tropism of AEEC strains. We also showed that a tir mutant of EPEC strain E2348/69 demonstrates close adherence to the epithelial cells of porcine ileal IVOC segments, with microvillous effacement but with no evidence of actin polymerization or pedestal formation, and that intimin seems to be involved in this phenotype. Overall, this study provides further evidence for the existence of one or more host-cell-encoded intimin receptor(s) in the pig gut.
En savoir plus

12 En savoir plus

Prevalence of enteropathogenic (EPEC), enterohaemorrhagic (EHEC) and verotoxigenic (VTEC) Escherichia coli in the faeces of wild ruminants in Belgium

Prevalence of enteropathogenic (EPEC), enterohaemorrhagic (EHEC) and verotoxigenic (VTEC) Escherichia coli in the faeces of wild ruminants in Belgium

The aim of this study is to establish the prevalence of EHEC, VTEC and EPEC (enteropathogenic Escherichia coli) strains in wild ruminants in Belgium. Fecal samples were collected during the hunting season (from November to December) from 94 free-ranging cervids (Capreolus capreolus and Cervus elaphus). The faeces were inoculated onto Gassner agar plates and incubated for 18 hours at 37°C. Subsequently, three colonies per animal were transferred into LB broth and grown for 8 hours at 37°C. The DNA extraction was carried out by boiling to perform (i) a multiplex PCR targeting the eae, slt-I and slt-II genes; and (ii) on the positive isolates, PCRs for the O26, O103, O111, O145, and O157 (gang of five) serogroups and other virulence factors (bfp, saa, eibG and EHEC-hlyA genes).
En savoir plus

1 En savoir plus

Adhesive factor/rabbit 2, a new fimbrial adhesin and a virulence factor from Escherichia coli O103, a serogroup enteropathogenic for rabbits

Adhesive factor/rabbit 2, a new fimbrial adhesin and a virulence factor from Escherichia coli O103, a serogroup enteropathogenic for rabbits

Ve´te´rinaire, Ecole Nationale Ve´te´rinaire, F-31076 Toulouse Cedex 3, France Enteropathogenic Escherichia coli-like E. coli strains belonging to serovar O103:K ⴚ :H2 and rhamnose- negative biotypes are highly pathogenic diarrhea-inducing strains for weaned European rabbits. We describe here the cloning and sequencing of the major subunit gene of a new fimbrial adhesin, adhesive factor/rabbit 2 (AF/R2), which confers on these strains the ability to attach to rabbit enterocytes and to HeLa cells in a diffuse manner and which is associated with in vivo virulence. The chromosomal operon that encodes func- tional AF/R2 has been cloned from strain B10. The major subunit gene afr2G, as well as an adjacent open reading frame, afr2H, has been sequenced. The Afr2G protein shows homologies with FaeG and ClpG, which are the respective major subunits of fimbrial adhesin K88 (F4) and afimbrial adhesin CS31A. Plasmid carrying the operon transcomplements an AF/R2-negative Tn phoA mutant for its ability to express AF/R2. As a whole, AF/R2 is a new member of the E. coli K88 adhesin family which is associated with virulence and which may serve in the design of vaccines.
En savoir plus

5 En savoir plus

How is fosfomycin resistance developed in Escherichia coli?

How is fosfomycin resistance developed in Escherichia coli?

vitro. For instance, the substitution of cysteine with an aspartate residue at the position 115 using site-directed mutagenesis leads to fosfomycin resistance [3]. The in vitro overexpression of murA can also increase MICs of fosfomycin with a fitness cost significantly lower than that measured in permeability mutants (5% and 20%, respectively) [16]. While only two murA-mutant E. coli clinical isolates were reported in Japan [8], enhanced expression of murA contributing to fosfomycin resistance has not been reported yet in E. coli clinical isolates [2].

9 En savoir plus

Caractérisation de PRT, la nouvelle toxine RTX chez escherichia coli

Caractérisation de PRT, la nouvelle toxine RTX chez escherichia coli

109 La figure 22 montre le gel SDS-PAGE de la protéine colorée au bleu de Coomassie. Nous observons une bande entre 85 et 100 kDa, ce qui semble correspondre à la protéine recherchée. La bande fut ensuite découpée et séquencée afin de s’assurer de l’identité de la protéine. Une deuxième bande est observable à 30 kDa et celle-ci correspond à la protéine conférant la résistance à l’ampicilline, marqueur de sélection du plasmide dans lequel le système prtCABD est cloné. Cette bande est aussi présente dans un extrait du surnageant provenant d’une souche d’E. coli ayant le même plasmide, mais sans insertion. De plus, l’analyse de la séquence du marqueur de résistance indique que la protéine de résistance devrait avoir une masse moléculaire de 31.6 kDa, ce qui correspond à ce qui est observable sur le gel de la figure 22 ( Altschul et al., 1990 ) La figure 23 montre le résultat du séquençage. Les peptides en rouges possèdent une identité à 100% avec la séquence de PrtA, tandis que les peptides en noires ont quelques différences avec la séquence de PrtA. Avec la similarité élevée des peptides, il est possible de conclure que la protéine isolée correspond à la toxine PrtA.
En savoir plus

184 En savoir plus

Étude d'un variant de la toxine STb produite par Escherichia coli

Étude d'un variant de la toxine STb produite par Escherichia coli

spécifiquement, la niche d’E. coli est localisée dans la couche de mucus du colon chez les mammifères. E. coli entre dès lors en compétition avec d’autres membres de la flore intestinale, prévenant ainsi l’adhérence et la colonisation de bactéries pathogènes, et ainsi devenir une des bactéries commensales anaérobies facultatives de la flore intestinale. Les mécanismes par lesquels E. coli parvient à coloniser aussi efficacement l’intestin ne sont toujours pas bien caractérisés (Kaper et al., 2004). Pendant près d’un demi-siècle, E. coli a été exclusivement considérée comme un microorganisme commensal. Cependant, il s’est avéré qu’E. coli était capable d’être un pathogène humain et animal. En effet, certaines souches se sont adaptées et ont acquis des facteurs de virulence spécifiques qui leur permettent de coloniser de nouvelles niches et de survivre, tout en causant diverses pathologies tels des gastro- entérites, infections urinaires, méningites, ou septicémies. De plus, E. coli est un pathogène important dans l’industrie agricole, surtout chez les jeunes animaux.
En savoir plus

113 En savoir plus

Caractérisation de paa, un nouveau facteur de virulence chez Escherichia coli

Caractérisation de paa, un nouveau facteur de virulence chez Escherichia coli

suggèrent que Paa serait impliqué dans la régulation de l’expression des protéines sécrétées dépendantes du système de sécrétion de type trois (SSTT) puisque ces protéines sont produites[r]

147 En savoir plus

2017 — Inactivation de la bactérie Escherichia coli dans l'eau par le jus de citron

2017 — Inactivation de la bactérie Escherichia coli dans l'eau par le jus de citron

D’autres alternatives aux traitements chimiques de l’eau existent dans le monde. L’efficacité des huiles essentielles en tant que désinfectants a été démontrée par quelques auteurs. Après avoir réalisé des tests avec et sans huile essentielle de citron à la même température de 60°C, Espina et al. (2012) ont observé que la présence de l’huile essentielle de citron a permis de réduire le temps requis pour inactiver la bactérie E. coli dans du jus de pomme. Aussi, l’utilisation de huile essentielle d’origan a permis de réduire le nombre de coliformes présent dans 100 mL d’eau usée à un niveau non détectable (Winward et al., 2008).
En savoir plus

70 En savoir plus

Influence du microbiote intestinal sur le métabolisme et la virulence des Escherichia coli entérohémorragiques

Influence du microbiote intestinal sur le métabolisme et la virulence des Escherichia coli entérohémorragiques

156 du galactose en réponse au Neu5Ac et au GlcNAc peut apporter des réponses quant aux stratégies nutritionnelles d’E. coli dans l’intestin. Si on se réfère à la Figure 2 et à l’étude de Robbe et al. [208], on peut s’apercevoir que la mucine intestinale humaine est constituée en grande partie de GlcNAc, de Neu5Ac et de galactose. La mucine intestinale est également largement fucosylée et sulfatée (Figure 2) [208]. De plus, l’étude de Robbe et al. [208] identifie un gradient décroissant de fucose et à l’opposé un gradient croissant de Neu5Ac associé à la mucine intestinale humaine de l’iléum vers le rectum. Ainsi, selon le modèle proposé en Figure 4, il est tout à fait envisageable que E. coli exploite le Neu5Ac et le GlcNAc, relâchés de la mucine intestinale par les bactéries symbiotiques pour co-métaboliser le GlcNAc et le galactose. De plus, le catabolisme du Neu5Ac inhibe l’activité du répresseur NanR ce qui lève la répression des gènes nan requis pour le catabolisme du Neu5Ac (Figure 4). Plusieurs travaux ont mis en évidence le co-métabolisme des sucres dérivés de la mucine par E. coli. Les E. coli commensales et pathogènes sont capables de co-métaboliser jusqu’à 9 sucres dérivés de la mucine en priorisant le co-métabolisme du GlcNAc et du galactose [7]. Le GlcNAc, le galactose et le Neu5Ac sont présents dans le BSIC et sont consommés par la souche EHEC O157:H7 EDL933, lui conférant un avantage compétitif par rapport aux bactéries endogènes du bovin [5]. L’ensemble de ces observations nous laisse suggérer que NagC joue un rôle central dans le métabolisme d’E. coli en interaction avec les composés issus de la mucine. Renforçant cette hypothèse, nous avons démontré que NagC contrôlait négativement l’expression du gène z2210 d’EDL933 codant pour une sulfatase (Annexe 1, Figure 1). La mucine intestinale étant hautement sulfatée (Figure 2) [208], cela suggère que NagC contrôle également l’acquisition du sulfate par E.
En savoir plus

248 En savoir plus

Études in vivo du riborégulateur lysine chez Escherichia coli

Études in vivo du riborégulateur lysine chez Escherichia coli

En effet, en présence de TPP, le site de liaison des ribosomes et le codon de départ sont séquestrés dans la tige formée dans la plateforme d'expression du riborégulateur thiC affect[r]

185 En savoir plus

Études des mécanismes de régulation du riborégulateur lysine chez Escherichia coli

Études des mécanismes de régulation du riborégulateur lysine chez Escherichia coli

se fait décrocher par une autre protéine. L’élongation peut être influencée par plusieurs facteurs tels que la vitesse d’incorporation de nucléotides, les sites de pauses ainsi que la longueur du gène à transcrire. Parfois, il peut aussi y avoir des atténuateurs de la transcription ayant un effet dépendant des conditions cellulaires lors de la transcription (Griffiths et al., 2008). L’atténuateur le plus connu chez E. coli est sans doute l’opéron tryptophane. Le principe est le suivant : lorsqu’il y a une concentration élevée de tryptophane dans la cellule bactérienne, il y a la formation d’une tige boucle formant du même coup un terminateur de transcription. Ceci permet d’arrêter la production du tryptophane. Lorsque le niveau de tryptophane redescend, il y a un stalling du ribosome ce qui rend possible la formation d’une tige permettant que la transcription suive son cours (Yanofsky, 1981).
En savoir plus

100 En savoir plus

Profil d'antibiorésistance des souches escherichia coli chez le poulet de chair

Profil d'antibiorésistance des souches escherichia coli chez le poulet de chair

Résumé du PFE : sous titre : Profil d'antibiorésistance des souches escherichia coli chez le poulet de chair Résumé : Le maintien de l’équilibre de la flore digestive est un soutien important pour la santé de la volaille en raison de sa sensibilité, surtout, aux maladies bactériennes. Les antibiotiques, traitement de choix pour ces infections, peuvent présenter un risque de sélection de l’antibiorésistance. L’objectif de cette étude est de rechercher et de dénombrer les Escherichia coli chez le poulet de chair et d’évaluer leur d’antibiorésistance vis-à-vis de 12 molécules d’antibiotique. Les analyses bactériologiques ont été réalisées par des méthodes microbiologiques AFNOR et ISO. Ce travail a été effectué à partir de 36 écouvillons, qui ont servi à obtenir des fientes au niveau du cloaque des animaux et préparer 14 pools de deux élevages dans la région de BBA. Le profil de l’antibiorésistance de 45 souches d’E. coli isolées et identifiées a été réalisé par l’antibiogramme selon la méthode de diffusion de disques sur gélose Muller Hinton selon les normes du NCLLS recommandées par l’OMS et la standardisation à l’échelle nationale en médecine humaine et vétérinaire. Nos résultats ont montré une évolution de la flore colibacillaire un peu basse avec un faible taux d’E. coli par rapport aux taux cités dans certains travaux de recherche. Ceci indique une utilisation arbitraire, abusive et anarchique des antibactériens. En effet, la résistance des souches a été multiple pour les différentes molécules d’antibiotiques. Les conséquences mises en évidence signalent la nécessité d’éviter la surmédicalisation, notamment en antibiotique au risque de troubler la flore digestive encore plus et d’augmenter la résistance des cellules bactériennes avec les transferts génétiques, de plus il clairement décrit dans plusieurs études que cette résistance est souvent associée génétiquement a divers caractères de virulence. Aussi, il faut donner un régime alimentaire adapté avec des alternatifs aux antimicrobiens et faire appel à un antibiogramme systématiquement en cas d’infection par les colibacilles afin de prescrire la molécule de choix.
En savoir plus

2 En savoir plus

Escherichia coli HdeB is an acid-stress chaperone.

Escherichia coli HdeB is an acid-stress chaperone.

phenotype at neutral pH, suggesting that HdeA and HdeB are not involved in protein solubilization at. 401[r]

24 En savoir plus

Etude d'antibiorésistance des souches escherichia coli responsable de la colibacillose aviaire

Etude d'antibiorésistance des souches escherichia coli responsable de la colibacillose aviaire

La colibacillose est l’une des plus importantes causes de pertes économiques dans le secteur avicole. Elle est d’origine bactérienne, due à Escherichia coli, constitue un des problèmes majeurs chez la volaille et entraine des taux de mortalité considérable. Cette maladie affecte essentiellement les élevages de poulets de chair et constitue aussi l’un des motifs de saisie les plus fréquents à l’abattoir. C’est dans ce contexte que nous avons abordé ce sujet, qui a concerné dans un premier temps l’identification et l’isolement d’E.coli chez le poulet de chair présentant des lésions de suspicion de colibacillose et a concerné dans un seconds temps l’étude du profil de résistance des souches isolées aux antibiotiques à l’aide d’un antibiogramme effectué selon la méthode de diffusion de disques sur gélose Muller Hinton. Cette étude, réalisée à partir de 36 prélèvements de foie et de rate, a permis d’isoler et d’identifier 23 souches d’E.coli, et d’établir chez ces bactéries un profil de sensibilité et de résistance à 12 antibiotiques utilisées en médecine vétérinaire en Algérie. Les résultats montrent un taux de 64% de colibacillose et une résistance des E.coli aux antibiotiques multiple et élevée, 100% résistants à l’Ampicilline, l’érythromycine, et cephalotine 95,65% pour l’Amoxicilline, Amoxicilline et acide clavulanique, nitrofuranthoide, et tétracycline, 82,61% Stréptomycine et trimethoprimesulfaméthoxazol, 69,56% neomycine, 52,18% chlormphénicol 0% colistine. Ces résultats peuvent être expliqués par l'utilisation abusive et anarchique des antibiotiques. En conséquence, les résistances mises en évidence montrent l’utilité d’un examen bactériologique conjoint à la prescription afin de pouvoir adapter le traitement en cas de résistance d’E.coli aux antibiotiques choisis.
En savoir plus

2 En savoir plus

Escherichia coli, de la colonisation oropharyngée à l'infection pulmonaire : épidémiologie et physiopathologie

Escherichia coli, de la colonisation oropharyngée à l'infection pulmonaire : épidémiologie et physiopathologie

  Caractéristiques  génomiques   La   grande   diversité   génétique   d’E.   coli   est   l’une   des   explications   au   polymorphisme   des   situations   de   rencontre   avec   cette   bactérie.  Nous   verrons   effectivement   plus   bas   son   caractère   ubiquitaire,   sa   présence   dans   l’environnement,   ou   comme   commensal   ou   pathogène  chez  l’homme  ou  l’animal.  C’est  l’une  des  espèces  bactériennes  les  plus  étudiées   et   les   mieux   connues.   La   plasticité   du   génome   d’E.   coli   résulte   du   gain   ou   de   la   perte   de   gènes  et  d’un  taux  élevé  de  recombinaisons  génétiques  au  sein  de  cette  espèce  [140,  141].   Compte  tenu  de  l’échange  important  des  informations  génétiques  entre  bactéries,  le  «  core-­‐ génome  »,  l’ensemble  des  gènes  partagés  par  toutes  les  souches,  est  limité,    mais  le  génome   variable   (gènes   flexibles,   reflet   de   l’adaptation   de   la   souche)   est   grand.   L’organisation   du   génome   d’E.   coli   comporte   effectivement   un   «  core-­‐génome  »   de   2200   gènes   et   un   pan-­‐ génome  de  13000  à  18000  gènes.  Ce  pan-­‐génome  peut  être  assimilé  à  un  réservoir  de  gènes,   dans   lequel   les   souches   puisent   ou   déposent   des   gènes,   par   transfert   horizontal   selon   les   contraintes   environnementales.   L’intervention   de   plasmides,   bactériophages,   intégrons   ou   transposons   permettent   ces   transferts   de   gènes   et   le   brassage   de   ces   informations   génétiques  [140,  141].
En savoir plus

150 En savoir plus

Biosynthèse hétérologue de l’Orange Carotenoid Protein chez Escherichia coli

Biosynthèse hétérologue de l’Orange Carotenoid Protein chez Escherichia coli

1-2 Plasmides portant les gènes nécessaires à la conversion du β-carotène en échinenone, canthaxanthine ou zéaxanthine dans Escherichia coli Chez Synechocystis PCC 6803 et Arthrospira PCC 7345, l’OCP lie le caroténoïde 3’hydroxyechinenone. Des études ont démontré qu’il est très difficile d’obtenir ce caroténoïde chez E.coli puisque les gènes impliqués dans sa synthèse sont aussi impliqués dans de voies de synthèse d’autres caroténoïdes (Makino et al., 2008b). Nous avons alors décidé de synthétiser trois autres caroténoïdes dans la cellule : l’échinenone, la zéaxanthine et la canthaxanthine. Nous savons que l’OCP de Synechocystis est capable de lier l’echinenone. Cette OCP possède les même propriétés de photoactivation et de quenching de fluorescence des phycobilisomes que l’OCP liant le 3’ hydroxyechinenone (C Punginelli et al., 2009 ; Wilson et al., 2010). Nous savons aussi que l’OCP de Synechocystis est capable de lier la zéaxanthine. Mais cette OCP n’est pas photoactive et elle est incapable d’induire le quenching de fluorescence des phycobilisomes (C Punginelli et al., 2009). Par contre elle est un très bon quencher de l’oxygène singulet (Sedoud et al., 2014). D’autre part, rien n’était connu à propos de l’OCP d'Anabaena ; nous savions uniquement que les cellules d’Anabaena synthétisent la canthaxanthine. Nous ne savions pas si les OCPs pourraient lier la canthaxanthine dans la cellule et si ces OCPs seraient photoactives. Mais nous supposions que les groupements carbonyles présents sur les deux cycles du squelette carboné de la canthaxanthine pourraient permettre la stabilisation de la fixation du caroténoïde dans l’OCP et sa photoactivité.
En savoir plus

272 En savoir plus

Intestinal pathogenic escherichia coli: Insights for vaccine development

Intestinal pathogenic escherichia coli: Insights for vaccine development

Polysaccharide-Based Vaccines Polysaccharides in conjugate vaccine against Haemophilus influenzae type b, pneumococcal and meningococcal bacteremia and meningitis have been successfully used for vaccine development. E. coli isolates produce two serotype-specific surface polysaccharides, namely lipopolysaccharide (LPS) O antigen and capsular polysaccharide K antigen. Variations in structures of these polysaccharides give rise to ∼170 different O antigens and ∼80 K antigens ( Whitfield, 2006 ). Immunization with an O-specific polysaccharide of E. coli O157:H7, showed a significant increase of IgG against LPS. E. coli O157:H7 O- specific polysaccharide conjugated to recombinant exotoxin A of P. aeruginosa (O157-rEPA) administered to 2- to 5-year-old children showed that there was a >4-fold increase of IgG in serum after the first week of immunization. Serum anti-LPS IgG increased >8-fold at week 6 and 20-fold at week 26, when there was no difference among groups receiving one dose or two doses, but levels were >4-fold higher than in the pre-immune sera. The serum samples had antibacterial activity correlated with the IgG anti-LPS antibody titer. More importantly, vaccinated children showed mild to non-collateral reactions to the vaccine. This prospective vaccine seems to be a good candidate because of its safety and immune reactivity ( Konadu et al., 1994, 1998, 1999; Ahmed et al., 2006 ).
En savoir plus

18 En savoir plus

Show all 634 documents...