Dossier médical en santé au travail

Top PDF Dossier médical en santé au travail:

Pertinence des informations du dossier médical en fonction du profil des patients : évaluation de l'opinion des médecins généralistes

Pertinence des informations du dossier médical en fonction du profil des patients : évaluation de l'opinion des médecins généralistes

Les résultats de notre étude forment une base à l’élaboration d’auto-questionnaires. Ces auto-questionnaires auraient vocation à recueillir les informations de santé indispensables à une bonne prise en charge du patient. Comme précisé au début de ce travail, l’idéal serait un support numérique sous forme d’application ou de programme informatique qui recueillerait les informations et les transmettrait directement au dossier informatisé du patient. Ainsi, grâce à des arbres décisionnels et conditionnels, les questions posées au patient seraient adaptées aux réponses précédentes et donc au profil du patient. Comme démontré dans notre étude, le renseignement de l’âge ou de l’existence d’une ALD aurait comme effet de sélectionner les questions les plus pertinentes pour ce patient. De ce fait, les questionnaires seraient plus courts et plus efficaces.
En savoir plus

64 En savoir plus

État des lieux de l'utilisation du dossier médical partagé par les médecins généralistes de la Somme

État des lieux de l'utilisation du dossier médical partagé par les médecins généralistes de la Somme

Cependant, la mise en œuvre et la création du DMP représentent une charge de travail supplémentaire pour le médecin traitant, hors aucune rémunération particulière n’a été prévue. Selon le Docteur Claude Leicher, président du syndicat de médecins généralistes MG France, « tel qu'il existe aujourd'hui, [le DMP] n'est pas utilisé, et il n'apparaît pas utile dans notre pratique professionnelle au quotidien. ». Actuellement pour beaucoup de médecins, le DMP n’est qu’un doublon du dossier médical patient contenu dans chaque logiciel métier. La CPAM a mis en place dans les rémunérations sur objectifs de santé publique (ROSP), via le forfait structure, la valorisation d’avoir un logiciel DMP compatible, mais rien n’impose de l’utiliser.
En savoir plus

46 En savoir plus

Les freins au partage des connaissances du dossier médical : cas des établissements de santé en France

Les freins au partage des connaissances du dossier médical : cas des établissements de santé en France

Nous avons constaté aussi que les problèmes de partage de connaissances sont liés au dossier médical partagé. Cet outil, sur le plan théorique, est considéré comme un moyen qui favorise le partage au sein des établissements de santé. Mais, au contraire, cette technologie s’avère bloquer et freiner le partage, ainsi que toutes les initiatives tendant à intégrer le travail collaboratif. Dans ce qui suit, nous présentons les principaux problèmes liés à la technologie : (1) l’absence de communication entre les logiciels au niveau interne (2) et avec des intervenants extérieurs, (3) des modifications continues de l’outil après la mise en place, (4) un contenu pauvre et peu détaillé, (5) le fait que l’outil ne soit pas prévu pour intégrer certains actes médicaux, (6) ni pour recueillir une vraie réflexion, (7) et enfin que les personnels soignants ne sont pas formés à son utilisation.
En savoir plus

12 En savoir plus

Le dossier médical partagé à l'officine

Le dossier médical partagé à l'officine

En 2019, le DMP semble être un outil très prometteur, tant sur le plan de l’amélioration de la prise en charge du patient que dans la promotion de la collaboration des différents professionnels de santé qui l’entoure. Cette étude a permis de réaliser un état des lieux de la mise en place du DMP { l’officine après sa généralisation en novembre 2018. Il ressort de ce travail que les officinaux sont globalement motivés et enclins { proposer l’ouverture du DMP et { l’utiliser. Cependant, quelques obstacles tels que la difficulté d’accès au logiciel, le manque de temps face au patient au comptoir, … ont pu être relevés et constitueront { l’avenir des axes d’amélioration.
En savoir plus

95 En savoir plus

Le travail est-il toujours bon pour la santé ?

Le travail est-il toujours bon pour la santé ?

citer que quelques exemples, environ 15 % des cancers du poumon chez les hommes sont occasionnés par une exposition professionnelle à l’amiante et 10 % de tous les cancers masculins par des expositions à des cancérogènes professionnels ; 3,5 % des infarctus du myocarde sont induits par le stress au travail, ce qui correspond pour la France à 3 400 à 4 000 cas chaque année ; environ 15 % des asthmes de l’adulte sont d’origine professionnelle. Les troubles musculo-squelettiques occasionnés par des contraintes biomécaniques sont la première cause d’arrêt

2 En savoir plus

La santé des femmes au travail en France

La santé des femmes au travail en France

15 travail peut être stable en terme de statut. S’accompagnant d’une absence d’investissement (Paugam, 2000), l’idée de précarité au travail devient pertinente pour aborder la question des risques au travail lorsqu’on considère l’approche d’Yves Clot ou celle de Danièle Linhart. En effet, selon Yves Clot cette situation marque un rapport particulier à l’activité de travail : le fait que le sujet est amputé du pouvoir d’agir, il subit alors un désœuvrement qui peut d’ailleurs se manifester dans une suractivité. On peut ainsi « être actif au travail sans se sentir actif » et dans ce cas nous dit Yves Clot la santé est en danger 18 . Une recherche concernant des médecins au Québec met également en évidence le fait que ceux-ci adoptent des stratégies pour lutter contre la masse de travail et de difficulté qui s’accumule (Maranda, 2008). L’hyperactivité n’est pas banale : elle joue ce rôle fonctionnel de bloquer la souffrance, les émotions, la pensée…en fait, l’hyperactivité est grisante, elle anesthésie la souffrance, elle agit comme une drogue, en faisant oublier les risques d’agir ainsi. En plus, elle est « payante » monétairement et apporte d’autres bénéfices symboliques telle une visibilité grandissante. L’activité qui passe sur le registre du « trop » (trop de responsabilités, trop de risques, trop d’intensités…) échappe ainsi aux médecins mais combien d’autres cadres sont-ils concernés par des contextes qui favorisent ainsi le surinvestissement ? Les organisations modernes apparaissent défaillantes (Linhart 2008, 2009). Elles ne fournissent pas aux salariés les ressources nécessaires pour effectuer leur activité. Ils doivent en conséquence bien souvent trouver eux-mêmes les solutions pour résoudre les problèmes sans toujours y parvenir.
En savoir plus

24 En savoir plus

Genre, santé au travail et environnement

Genre, santé au travail et environnement

beaucoup plus marqué pour les femmes que pour les hommes. Il existe en effet une hiérarchie dans les représentations des risques associées aux différents métiers (Chappert, 2016). Une attention plus grande est portée à la pénibilité du travail masculin associé à des efforts physiques intenses, port de charges lourdes, bruit... Par contre, les métiers majoritairement féminins sont la plupart du temps considérés comme plus faciles et moins dangereux. Cette vision est en contradiction avec la réalité de la pénibilité de nombreux métiers féminins (Messing 2014). C'est le cas de la surexposition des femmes au port répétitif de charges, concernant en particulier les infirmières, aides à domicile, caissières, ouvrières... autant de métiers où les charges dépassent souvent la norme du code du travail, soit vingt-cinq kilos. Les risques psychosociaux liés à l'organisation du travail sont plus fréquents dans les métiers féminins : postes peu qualifiés, manque d’autonomie, horaires atypiques, travail morcelé, tension psychologique, attitudes sexistes.... L'impact de ces risques sur la santé mentale n’est pas reconnu par l’Assurance maladie.
En savoir plus

18 En savoir plus

Réforme du système de santé et place du pharmacien en tant qu'acteur médical et politique

Réforme du système de santé et place du pharmacien en tant qu'acteur médical et politique

La parole est à Mme Delphine Bagarry, pour soutenir l’amendement n o 401. » Mme Delphine Bagarry . « Cet excellent amendement, adopté la semaine dernière en commission des affaires sociales, vise à permettre aux Français d’accéder plus facilement aux soins dont ils ont besoin en s’appuyant sur les compétences de chacun. Dans le cadre de protocoles conclus entre médecins et pharmaciens, ces derniers pourraient délivrer certains médicaments à prescription médicale obligatoire pour certaines pathologies. Cet amendement est raisonnable, car, dans un premier temps, il est prévu de procéder de manière expérimentale. Il est raisonné parce qu’il s’appuie sur des expériences réussies chez nos voisins, notamment en Suisse, et qu’il propose d’agir en faveur de la coopération entre les acteurs de santé dans le cadre du plan « ma santé 2022 ». Il est raisonnable, car, contrairement à ce qui a pu être dit, il ne transforme pas le pharmacien en médecin mais il permet, dans l’intérêt des patients, de faciliter la délivrance de certains médicaments. Certains professionnels de santé ont manifesté des inquiétudes à ce sujet mais, je le dis comme je le pense, si l’on veut libérer du temps médical, faciliter l’accès aux soins, il faut être capable de s’appuyer sur les compétences de tous les soignants.
En savoir plus

81 En savoir plus

2014 Dossier Médical Personnel (DMP), enquête auprès de médecins généralistes sur leurs connaissances et leurs besoins de formation

2014 Dossier Médical Personnel (DMP), enquête auprès de médecins généralistes sur leurs connaissances et leurs besoins de formation

C’est dans ce contexte que m’a été proposé ce sujet de thèse dont l’objectif est d’évaluer les connaissances des médecins généralistes concernant le Dossier Médical Personnel et leurs be[r]

83 En savoir plus

Une mesure de la santé à l’âge du travail. Approche du travail par la santé à partir de l’enquête Événements de vie et santé

Une mesure de la santé à l’âge du travail. Approche du travail par la santé à partir de l’enquête Événements de vie et santé

malies de la normalité, et on y voit enfin l’autonomie relative de la santé physique et de la santé mentale. La seconde partie du rapport pousse plus loin l’analyse en cherchant à caractériser les différentes situations de santé possibles et en décrivant les caractéristiques des personnes concernées par une pluralité de variables. Pour ce faire, nous mobilisons une analyse des correspondances multiples (ACM) menée sur une sous-partie des enquêtés (les 18-65 ans), suivie d’un travail de typologie. Les neuf types de santé qui se dégagent de cette analyse dessinent trois grandes zones de santé : « bonne », « moyenne » et « mauvaise », qui concernent respectivement 54 %, 31 % et 14 % de l’ensemble des 18-65 ans. L’exploitation d’un large ensemble de variables permet de qualifier chacun de ces trois types et, surtout, objective les seuils qui les discriminent. La cartographie sur laquelle débouche l’analyse confirme la première exploitation des scores synthétiques et la précise. Elle montre qu’une large partie de la population en emploi doit faire avec des pathologies liées à la santé physique ou mentale, des limitations fonctionnelles, une santé qui n’est pas toujours perçue de manière favorable, etc. Plus précisément, si l’on re- groupe les types de santé moyenne (pour lesquels les troubles peuvent être substantiels) et celui de la mauvaise santé (dans lequel les pathologies sont les plus graves sur tous les plans de la santé examinés et tendent à se cumu- ler), quelque 45 % des 18-65 ans présentent un état de santé non indemne de « troubles », dont une grande majori- té est en emploi. À l’opposé, les meilleurs états de santé ne renvoient pas d’accords parfaits entre les différentes dimensions de la santé. On y décèle des dissonances : une bonne santé physique allant avec des troubles de la santé mentale ou réciproquement. Il n’y a donc pas une norme rigide de la santé au travail, mais plusieurs qui s’écartent, parfois nettement, de celle que dicterait une définition strictement biologique de la santé, limitée à la morbidité.
En savoir plus

80 En savoir plus

Évaluation d’une fiche de recueil des informations du dossier médical remplie par les patients à leur admission dans un service d’urgence

Évaluation d’une fiche de recueil des informations du dossier médical remplie par les patients à leur admission dans un service d’urgence

Afin de minimiser ce biais il aurait été possible de faire évaluer l’anamnèse du médecin par un observateur assistant à la consultation. L’évaluation de la différence d’information entre l’auto-questionnaire et l’entretien médical aurait été sans doute plus juste. Cependant ce type de recueil entraîne lui-même un biais car le médecin se sachant observé par un « évaluateur » a tendance à améliorer sa performance. D’un point de vue pragmatique on peut minimiser l’importance de ce biais lié à la présence de l’observateur dans la mesure ou il tend à améliorer la qualité des soins, ce qui devrait être l’objectif ultime de toute étude sur l’organisation et les procédures de soins.
En savoir plus

65 En savoir plus

La maîtrise des changements dans les industries de santé : médicament versus dispositif médical

La maîtrise des changements dans les industries de santé : médicament versus dispositif médical

L’Article L5211-1 du CSP (transposition en droit français de la définition du dispositif médical de la Directive 93/42/CEE et du Règlement (UE) 2017/745 relatifs aux DM) définit le DM comme étant : « Tout instrument, appareil, équipement, matière, produit, à l'exception des produits d'origine humaine, ou autre article utilisé seul ou en association, y compris les accessoires et logiciels nécessaires au bon fonctionnement de celui-ci, destiné par le fabricant à être utilisé chez l'homme à des fins médicales et dont l'action principale voulue n'est pas obtenue par des moyens pharmacologiques ou immunologiques ni par métabolisme, mais dont la fonction peut être assistée par de tels moyens. Constitue également un dispositif médical le logiciel destiné par le fabricant à être utilisé spécifiquement à des fins diagnostiques ou thérapeutiques.
En savoir plus

136 En savoir plus

Les enjeux éthiques de l'édification d'un dossier de santé personnel autorégulé

Les enjeux éthiques de l'édification d'un dossier de santé personnel autorégulé

] Inforoute investit dans les initiatives de dossiers de santé électroniques (DES) et partage ensuite le savoir et l'expérience acquis avec les administrations, part[r]

219 En savoir plus

Audit d'amélioration des pratiques : de l'utilisation de "SOBEK", dossier médical professionnel partagé électronique de SOS Médecins Bordeaux

Audit d'amélioration des pratiques : de l'utilisation de "SOBEK", dossier médical professionnel partagé électronique de SOS Médecins Bordeaux

Le diagnostic est l’élément primordial du dossier médical à partir duquel est organisée la veille sanitaire [10], ainsi qu’une étape importante de la coordination des soins. En 2011, lorsque SOS MEDECINS BORDEAUX choisi SOBEK®, l’association rend obligatoire le renseignement du diagnostic dans tout dossier médical ouvert par un médecin. Sans quoi, il est impossible de « clôturer » un dossier médical. C’est alors une démarche novatrice, car elle permettra à l’association d’enregistrer un taux de codage diagnostic de 100%, alors qu’au niveau national, elle est, selon l’étude de l’InVS, de 66% en 2011 [10].
En savoir plus

74 En savoir plus

Pépite | Une utilisation partagée des données de santé : l'ambition du dossier médical partagé.

Pépite | Une utilisation partagée des données de santé : l'ambition du dossier médical partagé.

Le DMP apparaît comme potentiellement attentatoire au secret médical et au droit au respect de la vie privée. C’est pour ces motifs que le Conseil constitutionnel a été saisi. Dans sa décision en date du 12 août 2004, il rejette les critiques en remarquant que le DMP sera élaboré « dans le respect du secret médical » « qu’il résulte du renvoi à l’article L 1111-8 du Code de la santé publique que l’hébergement des données et la possibilité d’y accéder seront subordonnées au consentement de la personne concernée; que le traitement des données sera soumis au respect des dispositions de la loi du 6 janvier 1978 susvisée; que l’hébergeur devrait faire l’objet d’un agrément ; que l’accès au dossier par un professionnel de santé sera soumis à l’observation des règles déontologiques ainsi que des dispositions des articles L. 1110-4 et L1111-2 du Code de la santé publique, qui imposent notamment le respect de la vie privée et du secret des informations concernant le patient; que l’accès au dossier médical en dehors des cas prévus par la loi sera puni des peines prévues à l’articles 226-13 du Code pénal; que ces sanctions s’appliqueront sans préjudice des dispositions du Code pénal relatives aux « atteintes aux droits de la personne résultant des fichiers ou des traitements informatiques ». La position duConseil constitutionnel est claire, le respect du secret médical est observé dans le DMP et son informatisation n’y dérobe pas car elle respectera les conditions qui garantiront une sécurisation des données. 203
En savoir plus

91 En savoir plus

Santé et mobilité à Cuba : la fragmentation spatiale induite par l’industrie du tourisme médical

Santé et mobilité à Cuba : la fragmentation spatiale induite par l’industrie du tourisme médical

23 et les problèmes économiques auxquels faisaient face le pays à cette époque, la commercialisation des soins de santé est devenue un moyen de financer le système de santé. Un réseau de cliniques médicales internationales profite alors de l’ouverture économique initiée par l’instauration de la Période spéciale et commence à se développer à Cuba. Toutefois, en parallèle à cette industrie aux tendances capitalistes, Cuba offre toujours dans ses installations des services médicaux gratuits aux ressortissants de certains de ses partenaires diplomatiques. Ces ententes s’inscrivent dans un discours similaire à celui qui sous-tend l’internationalisme médical cubain. Ainsi, alors que certains patients doivent payer pour recevoir une attention médicale à Cuba, d’autres reçoivent ces soins gratuitement. Ceci ajoute une seconde dimension au paradoxe du tourisme médical à Cuba : si dans le cadre des missions médicales internationales, le gouvernement cubain fait preuve de solidarité en proposant des services de santé gratuits à l’ensemble des pays dans le besoin, peu importe leur allégeance politique, l’industrie du tourisme médical semble discriminer certaines populations au profit de leurs partenaires politiques. Par exemple, l’établissement de l’Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA) expose une volonté d’offrir aux pays d’Amérique latine l’opportunité de se développer en proposant un discours contre-hégémonique dénonçant les relations impérialistes. En présentant un « modèle d’intégration régionale » (Artaraz, 2012, traduction libre, p. 31) misant sur « l’avantage collaboratif plutôt que le principe hégémonique d’avantage compétitif » (traduction libre, p. 31) , elle propose une coopération interétatique axée sur « l’internationalisation des services médicaux et de l’éducation » (Yaffe, 2009, traduction libre, p. 152). Cuba et le Venezuela représentent en quelques sortes les deux piliers de l’ALBA ; le Venezuela fournit le capital financier et Cuba subvient aux besoins en capital humain. Les deux pays collaborent alors afin d’assurer un accès équitable aux soins de santé pour l’ensemble des États qui ont intégré l’ALBA. Depuis le début des années 2000, donc, Cuba accueille gratuitement sur l’île plusieurs Vénézuéliens qui requièrent des traitements médicaux (Azicri, 2009).
En savoir plus

140 En savoir plus

Droit du travail et généralisation de la complémentaire santé

Droit du travail et généralisation de la complémentaire santé

§2. Le transfert d’entreprise 64 - Principe du concours de régimes. La modification de la situation juridique de l’employeur vise en pratique la situation du transfert d’entreprise. Dans cette situation, les mécanismes propres au droit du travail rencontrent des obstacles dus à la spécificité de la relation triangulaire qui unit le salarié-assuré, l’employeur-souscripteur et l’assureur. En matière de retraite complémentaire, l’application de l’article L. 2261-14 du Code du travail a été définitivement écartée. Il en va différemment en matière de complémentaire santé. Néanmoins, l’application de cet article, dans l’hypothèse d’un transfert d’entreprise, est entravée par certaines particularités de la protection sociale complémentaire d’entreprise. La situation sera plus ou moins complexe en fonction des régimes existants au sein des sociétés concernées par l’opération de transfert. Ainsi, si aucun accord collectif n’existait au sein de l’entreprise transférée, le régime institué par accord collectif au sein de la société absorbante a vocation à s’appliquer aux salariés de l’entreprise absorbée du simple fait de la reprise des contrats de travail 119 . A contrario, si l’entreprise absorbée était la seule à bénéficier d’un régime de frais de santé, le maintien du régime existant au sein de la nouvelle entité ne pose pas de difficultés. Il suffit d’engager de nouvelles négociations au sein de l’entreprise absorbante pour étendre ce régime à l’ensemble des salariés de la nouvelle entité. En pratique, ces deux hypothèses ont vocation à disparaître dès lors que l’ensemble des entreprises du secteur privé seront couvertes par un accord collectif ou un acte unilatéral instituant une couverture « frais de santé » collective et obligatoire, au plus tard le 1 er janvier 2016, en application de la loi du 1 er janvier 2016. Les véritables obstacles se rencontrent en cas de conflit de normes collectives, c’est-à-dire lorsque l’entreprise cédante et l’entreprise cessionnaire avaient chacune mis en place une complémentaire santé par accord collectif au bénéfice de leurs salariés.
En savoir plus

130 En savoir plus

Pénibilité au travail et santé des seniors en Europe

Pénibilité au travail et santé des seniors en Europe

 En l’espace d’une trentaine d’années, les conditions de production et l’organisa- tion du travail ont fortement évolué dans les pays développés. Les travailleurs sont aujourd’hui soumis à de nouvelles exi- gences dues aux évolutions du marché du travail (maintien d’un taux de chômage élevé, augmentation de la précarité de l’emploi…), des processus productifs et des relations entre les entreprises (aug- mentation de la contrainte internationale, du recours à la sous-traitance…). Cette nouvelle donne s’est traduite par une in- tensification du travail, de fortes contrain- tes de rythme, une plus grande polyvalen- ce… Parallèlement à cette transformation du travail, la pénibilité et les problèmes de santé d’origine professionnelle se sont accrus dans tous les secteurs d’activité (Askenazy, 2004). La pénibilité physique n’a pas disparu, bien que les emplois du secteur primaire - souvent assimilés à de fortes contraintes de travail - se soient ra- réfiés. La répétitivité des gestes et le port de charges lourdes, par exemple, progres- sent. La pénibilité psychologique s’est également développée. Le stress au travail serait ainsi responsable d’une part crois- sante des problèmes de santé d’origine professionnelle.
En savoir plus

6 En savoir plus

La simulation de situations professionnelles authentiques : une adaptation du modèle médical en Techniques de travail social

La simulation de situations professionnelles authentiques : une adaptation du modèle médical en Techniques de travail social

Au niveau professionnel, l’élaboration et la mise en place du projet d’innovation fût enrichissante. Nous avons développé des collaborations permettant de réaliser ce projet qui fût de longue haleine; sa mise en place se déroulant sur toute la session. Tout d’abord, la collaboration avec l’enseignante du cours a favorisé des échanges sur le cadre théorique du milieu médical et sur les façons d’adapter ce cadre au travail social. Ces échanges furent professionnellement stimulants tout en permettant l’enrichissement des connaissances. La collaboration s’est également réalisée avec des personnes extérieures au département soit une experte en simulation en soins infirmiers et un technicien en travail social. Notre direction des études nous a de plus appuyé en nous fournissant un soutien technique et financier. Le fait également de former des actrices et acteurs, de les sensibiliser aux apprentissages des élèves et même de les soutenir dans leur jeu a ajouté au plaisir puisque ce type de collaboration n’est pas fréquente en enseignement. Ces collaborations sont d’autant plus pertinentes que, la mise en place de la pédagogie par simulation, il est reconnu dans le milieu médical, nécessite une grande collaboration d’équipe.
En savoir plus

166 En savoir plus

La collaboration interprofessionnelle dans les équipes de santé au travail

La collaboration interprofessionnelle dans les équipes de santé au travail

57 une société. Ce sens commun est une logique qui est incarnée chez les individus et non empruntée (Coulon, 1996 : 47-48). En d’autres termes, les acteurs sociaux ont la capacité d’appréhender et d’analyser les faits sociaux au même titre que les sociologues professionnels. Ils ne sont donc pas des « idiots culturels » qui agissent en fonction de déterminismes quelconques. Et il n’y a pas de différence entre la connaissance pratique et la connaissance savante (De Luze, 1997 : 19-21). Pour Garfinkel, cet idiot culturel « produit des traits stables de la société en se conformant à des alternatives d’action préétablies et légitimes fournies par la culture commune » (2007 : 137). Il n’existe pas en réalité. Pour conclure sur l’idée de la marchandisation du travail, puisque le travailleur n’est pas un idiot culturel, il comprend très bien ce que l’employeur exige de lui, comme il comprend l’ensemble des autres pressions qu’il subit. Au final, c’est le travailleur qui décide, dans l’accomplissement pratique de ses gestes quotidiens, dans son activité de travail, ce qui fait sens pour lui et le compromis qui sera réellement fait. Une marchandise comme les autres n’a certes pas cette indépendance obstinée de pensée. En définitive, comme nous venons de le voir, les relations industrielles sont marquées par de nombreux courants. Dans le cadre de nos recherches, c’est la théorie de la régulation sociale qui nous permet de mieux comprendre et analyser le travail des ÉSAT. Cependant, si la théorie de la régulation sociale constitue notre ontologie, autrement dit nos préjugés ou nos préconceptions, c’est réellement l’ergonomie de l’activité qui en constitue l’épistémologie, c’est-à-dire qui nous permet de produire des connaissances scientifiques. Dans les prochaines pages, nous détaillerons cette discipline plus en profondeur.
En savoir plus

307 En savoir plus

Show all 7442 documents...