Dessalement d’eau

Top PDF Dessalement d’eau:

Modélisation et Simulation de Systèmes de Dessalement d’Eau de Mer par Osmose Inverse et Energies Renouvelables.

Modélisation et Simulation de Systèmes de Dessalement d’Eau de Mer par Osmose Inverse et Energies Renouvelables.

Page 40 Figure 3.6 : Les deux principales cascades utilisées dans le dessalement d’eau de mer. La figure 3.6 montre les deux principales configurations utilisées dans les installations de dessalement d'eau de mer [63-64]. Deux possibilités existent. Le dessalement à un seul passage en utilisant des membranes à taux de rejet élevé [63]. L'ajout d'un étage du côté du rétentat est nécessaire pour maximiser le taux de récupération, qui est de l’ordre de 50%. Le dessalement à deux passes peut être pratiqué comme une deuxième alternative [64]. La première membrane produit une eau saumâtre dont une partie est ensuite dessalée puis mélangée pour donner le produit désiré. Le rejet de la deuxième étape passe de nouveau à l'alimentation de la première étape. L'avantage du dessalement à deux passes est la récupération de l'énergie (pression) du concentrât.
En savoir plus

214 En savoir plus

DESSALEMENT D'EAU DE MER: OPTION INCONTOURNABLE POUR L'ALGERIE

DESSALEMENT D'EAU DE MER: OPTION INCONTOURNABLE POUR L'ALGERIE

Aujourd'hui, le coût du mètre cube d'eau dessalé produit peut être comparé aux coûts induits par les investissements classiques (barrages, stations de traitement d'eau, transfert d'eau sur des centaines de kilomètres). De plus, pour le dessalement a pour ressource inépuisable, par contre le second cas classique, il est tributaire du remplissage des barrages, ce qui n'est pas toujours le cas malheureusement.

6 En savoir plus

ETUDE LA STATION DE DESSALEMENT DE LA VILLE DE MOSTAGANEM

ETUDE LA STATION DE DESSALEMENT DE LA VILLE DE MOSTAGANEM

I - GENERALITES La production d’eau potable par dessalement a débuté dans les années 1950. Le dessalement de l’eau (également appelé dessalage ou désalinisation) est un processus qui permet d’obtenir de l’eau douce (potable) à partir d’une eau saumâtre ou salée (eau de mer notamment). Malgré le nom, il s’agit rarement de retirer les sels de l’eau, mais plutôt, à l’inverse, d’extraire de l’eau douce. Très généralement, il est plus simple et plus économique de rechercher des sources d'eau douce à traiter (eaux de surface, telles que lac et rivière, ou eau souterraine), que de dessaler l'eau de mer. Cependant, dans de nombreuses régions du monde, les sources d'eau douce sont inexistantes ou deviennent insuffisantes au regard de la croissance démographique ou de la production industrielle. Les avantages de l’utilisation d’eau de mer pour la production d’eau potable peuvent être évoques par rapport aux eaux de rivières par la moindre consommation de produits chimiques, une faible production de boues cependant le dessalement d’eau de mer présente également des inconvénients à savoir une consommation d’énergie élevée un cout d’opération du procédé élevé, un volume d’eau produite insuffisant comparé au volume d’eau de mer prélevé , la dégradation de l’environnement marin due à l’extraction r isque de dégâts en fonds marins au niveau de la faune et la flore et au rejet d’eau avec une quantité de sels très élevée . Le dessalement de l’eau de mer est un enjeu important pour l’avenir des régions arides. Il est possible de résoudre les problèmes de manque d’eau potable dans de nombreux pays. Dans le cas d’une utilisation pour la consommation humaine, le dessalement d’eau de mer est une technique aujourd’hui fiable et moins onéreuse que la technique dite de recyclage des eaux usées. Il devient même rentable dans d es pays développés ne manquant généralement pas d’eau, dans certaines situations spécifiques (par exemple des îles touristiques) [1].
En savoir plus

44 En savoir plus

« Concept et paramètres de traitement de l’eau de mer par la Station de Dessalement de Ténès »

« Concept et paramètres de traitement de l’eau de mer par la Station de Dessalement de Ténès »

I.9.Dessalement en Algérie Les ressources hydriques de l’Algérie restent limitées et l’accroissement rapide des besoins en eau potable ainsi qu’en eau pour l’irrigation et l’industrie a été fort et reste continu. Devant cette situation de fait, la volonté des hommes s’est appuyée sur les ressources de la science en faisant appel à la technologie du dessalement de l’eau de mer. Le dessalement se profile aujourd’hui comme une alternative crédible. Au total, le programme de dessalement de l’eau de mer prévoyait d’installer, à l’horizon 2019 et sur l’ensemble de la côte algérienne, 43 unités, tous modules confondus. Le procédé adopté par les stations de dessalement d’eau de mer est celui dit d’osmose inverse.
En savoir plus

68 En savoir plus

Suivi du procède de dessalement et qualité physico-chimique de l'eau de mer dessalée par la station de –TENES-

Suivi du procède de dessalement et qualité physico-chimique de l'eau de mer dessalée par la station de –TENES-

La Chine a annoncé 1 million de m 3 /j d'eau de mer traitée en 2010 et jusqu'à 3 millions de m 3 /j en 2020. 60% des besoins en eau douce des pays du Golfe Persique sont satisfaits par le dessalement d'eau de mer. En Méditerranée, la production artificielle d’eau douce par dessalement d’eau de mer ou d’eau saumâtre souterraine a débuté d’abord dans des situations d’isolement insulaire (Malte, Baléares, Dalmatie, Chypre, Cyclades...), littorales (Libye) et désertiques (Algérie), et essaime aujourd’hui très rapidement tout autour de la Méditerranée. L’Algérie et l’Espagne ont clairement opté pour cette option pour résoudre leur problème de pénurie. A ce jour, la Méditerranée représente environ un quart du dessalement mondial. Vers 2030, la région pourrait approcher le chiffre du dessalement mondial actuel (soit environ de 30 à 40 millions de m3/j) [24].
En savoir plus

66 En savoir plus

Dessalement de l'eau de mer par congélation sur paroi froide : Aspect thermodynamique et influence des conditions opératoires

Dessalement de l'eau de mer par congélation sur paroi froide : Aspect thermodynamique et influence des conditions opératoires

INTRODUCTION GENERALE Si depuis plus d’un demi-siècle, le pétrole occupe une place prépondérante dans les rapports de force qui rythment l’économie et la politique mondiale, la problématique de la ressource en eau potable apparaît sur le devant de la scène depuis seulement quelques années. L’eau représente notre ressource naturelle la plus précieuse. L’eau potable est en effet un bien indispensable à la survie, pourtant sa disponibilité n’est pas assurée partout et la situation ne s’améliore pas dans la mesure où la population augmente en même temps que la pollution et le réchauffement climatique. Les données les plus récentes font état de pénurie d’eau douce pour près de 40 % de la population mondiale et une projection récente affirme que ce taux risque de croître à une valeur de 65 %. Les technologies de dessalement d’eau de mer sont identifiées comme l’un des moyens pour répondre à cette demande croissante, d’autant que 70% de la population mondiale vit à moins de 70 km des bordures maritimes.
En savoir plus

174 En savoir plus

Dessalement de l’eau de mer, UTE Desaladora de Ténès-Wilaya de Chlef  « Etude théorique »

Dessalement de l’eau de mer, UTE Desaladora de Ténès-Wilaya de Chlef « Etude théorique »

 Une importante demande en eau se situe à proximité de la cote ce qui réduit davantage les prix de revient d’eau [1] ;  L’un des grands avantages de dessalement d’eau de mer est la sécurisation de l’alimentation en eau (potable ou industrie) des différents consommateurs, car cette ressource n’obéit pas aux aléas climatiques et elle permet donc de produire d’une manière permanente les quantités voulues, des quantités journalières qui dépassent les 200000m 3 /j (station Kahrama à Oran 500 000m 3 /j)[1].
En savoir plus

63 En savoir plus

OPTIMISATION DES SYSTEMES DE DESSALEMENT PAR OSMOSE INVERSE : CONCEPTION, PARAMETRES DE FONCTIONNEMENT ET SIMULATION NUMERIQUE

OPTIMISATION DES SYSTEMES DE DESSALEMENT PAR OSMOSE INVERSE : CONCEPTION, PARAMETRES DE FONCTIONNEMENT ET SIMULATION NUMERIQUE

Un code d’optimisation –DESALTOP- a été développé pour permettre de bien concevoir les installation d’osmose inverse, dont le but est d’avoir la qualité exigée de l’eau dessalée, à un coût optimal (le plus réduit possible). Ce code qu’est constitué de trente neuf modules, permet de choisir la bonne conception et les paramètres convenables de fonctionnement, en respectant les différentes contraintes techniques et économiques. Il peut permettre aussi de bien choisir le type de la membrane convenable. En plus de l’optimisation, le code Desaltop est capable aussi de calculer des installations à conceptions et paramètres de fonctionnement imposés, de calculer le prix unitaire de l’eau dessalée, et les différents éléments de coût, ce qui lui attribue la qualité d’un élément de planification des moyens financiers liés au dessalement de l’eau de mer.
En savoir plus

229 En savoir plus

L’invention du moulin à eau

L’invention du moulin à eau

moulin (raḥā) rūmī ou à celle du « moulin vertical nouvellement inventé », et une roue dentée est comparée à celle qui se trouve dans un moulin à eau (raḥā l-māʾ). Pour M.J.T. Lewis, rūmī serait une traduction arabe de « byzantin » (= « romain ») et le moulin rūmī serait le moulin à roue horizontale. La région de Byzance est en effet reconnue au Moyen-Âge comme ayant beaucoup de mou- lins à eau et elle aurait été spécialisée dans le moulin à roue horizontale (fig. 4 page 46), ainsi que le reste de la Grèce et l’Asie Mineure. Ce moulin rūmī serait donc antérieur au « moulin vertical nouvellement inventé » et le territoire de Byzance, qui n’est pas très éloigné de Cabire, la ville de Mithridate, au bord de la mer Noire, aurait pu être le premier centre de production de moulins à eau dans l’Antiquité. Cela expliquerait pourquoi le palais de Mithridate est le pre- mier lieu connu pour l’implantation d’un moulin à eau. Le texte d’Apollonios de Perge (s’il s’agit bien de lui) pourrait même contenir le nom de l’inventeur : il est question en effet d’un « axe ʾabdar », mais « ʾabdar » ne veut rien dire, ni en grec ni en arabe. Ne s’agirait-il pas d’une mauvaise compréhension du nom propre d’origine sémitique « Abdaraxos », qui, d’après M.J.T. Lewis aurait été le successeur de Ctésibios au musée d’Alexandrie ¹⁸ ? L’attribution à Apollonios de Perge du traité sur « La construction d’un mécanisme de joueur de flûte », proposée par M.J.T. Lewis, est possible : nous ne connaissons le personnage que comme géomètre (l’auteur des célèbres Coniques), mais Vitruve le cite dans une liste de savants complets, « ceux à qui la nature a accordé tellement d’habi- leté, de pénétration et de mémoire qu’ils peuvent connaître à fond la géométrie, l’astronomie, la musique et toutes les autres disciplines » ¹⁹ ; surtout il le cite juste après Archytas de Tarente, célèbre philosophe pythagoricien, connu aussi pour s’être intéressé à la mécanique et avoir contruit une colombe volante en bois. Les trois seuls manuscrits originaux qui transmettent ce traité l’attribuent à Apollonios « le charpentier et géomètre », et al-Ǧazarī (fin XIIᵉ, début XIIIᵉ siècle p.C.), le seul auteur à faire allusion à cette œuvre dans la littérature arabe, parle d’un Apollonios « le charpentier, l’Indien (hindī) ». Or « charpentier » est une appellation grecque pour « mécanicien » et le hindī d’al-Ǧazarī pourrait
En savoir plus

29 En savoir plus

Le dessalement des pierres en œuvre

Le dessalement des pierres en œuvre

89 Le dessalement des pierres en œuvre C’est difficile de conclure après une journée aussi passion- nante, et puis toutes vos interventions aussi extraordinaire- ment intéressantes. C’est vrai que nous avons une population très inquiète parce que cela fait à peu près trente ans que nous avons des études sur ce tympan et qu’elle aimerait bien maintenant voir passer à la phase action. Moi aussi, j’aimerais bien cela. Mais, de tout ce qui a été nos échanges aujourd’hui, vos exposés, vos retours d’expérience, je crois qu’il faut être prudent. J’en ai retenu une notion de prudence qui me semble très impor- tante. J’ai fait une liste de points au fur et à mesure de vos interventions, qui vont peut-être ne pas être dans l’ordre, mais qui me semblent importants pour justement partir sur cette idée de prudence. J’ai relevé que l’important c’était bien le monument et que le choix du ou des traite- ments doit être fait dans cet esprit. Qu’il était indispensable de procéder au nettoyage préalable de l’élément et de veiller au traitement des abords de cet élément. Il faut effectuer des contrôles fréquents de l’état de l’élément au cours du dessalement. Il faut impérativement prévoir une période de surveillance et de suivi après le dessalement. Les méthodes de dessalement doivent être combinées, choisies suivant la taille des objets et la nature des matériaux utilisés. Plus les causes des désordres ont été étudiées et comprises, plus les actions de restauration seront efficaces et durables. À la suite des dessalements par bain, doivent être apposées des com- presses pendant la période de séchage. Tout cela pour dire qu’il faut bien étudier les causes, bien choisir les traitements et bien assurer le suivi. C’est facile à dire, plus difficile à mettre en œuvre. Le souci de la dépose aussi c’est quelque chose qui nous tient à cœur. C’est vrai que c’est un traumatisme pour tout le monde. Les exemples d’absence de repose, on en connaît tous, il y en a
En savoir plus

108 En savoir plus

Eau et environnement

Eau et environnement

L’atelier avait pour objectif de traduire en thématiques de recherche les préoccupations des collectivités locales sur le thème « Eau et environnement ». Il a été l’occasion d’une bonne mobilisation des chercheurs et des collectivités locales. Parmi les chercheurs, l’Ifremer a été particulièrement bien représenté et, parmi les col‑ lectivités locales ou les institutions hors recherche, il en a été de même de la province Sud, des services de la Nouvelle‑Calédonie et de la province Nord.

10 En savoir plus

Eau et gouvernance

Eau et gouvernance

40 ‑ Au fil de l’eau, Nouméa 2019 Depuis plus d’une vingtaine d’années, les recherches et les études sur l’eau se sont centrées sur l’amélioration de la connaissance de la ressource en eau douce, tant d’un point de vue quantitatif que qualitatif. Pour autant, peu de recherches portent sur les enjeux et les modes de gouvernance de cette ressource. Travailler sur la gouver‑ nance de l’eau en Nouvelle‑Calédonie semble d’autant plus nécessaire que cette dernière connaît une réparti‑ tion des compétences complexe et originale, à travers ses différentes institutions, articulée à une réglementation encore en cours de construction et pas totalement adap‑ tée aux pratiques des Calédoniens. De plus, l’organisation institutionnelle diffère en fonction du statut foncier des terres, les terres coutumières étant notamment exclues du domaine fluvial de la Nouvelle‑Calédonie.
En savoir plus

10 En savoir plus

Analyse thermo-économique d'un système de dessalement par thermocompression de vapeur et conception de l'éjecteur

Analyse thermo-économique d'un système de dessalement par thermocompression de vapeur et conception de l'éjecteur

Il convient actuellement de préciser sans en débattre que la croissance économique et sociale du monde moderne dépend de l’approvisionnement durable en énergie et en eau. Cependant, face à la croissance exponentielle de la population mondiale et à la forte industrialisation la capacité des nations à fournir l’énergie et l'eau à la fois propres et à coût abordable est à l’heure sérieusement contestée par un certain nombre de questions. Tout d’abord, la limitation ou parfois même la diminution des ressources utilisables par suite de pollution ensuite, leur inégale répartition sur la planète et enfin l’interdépendance entre les deux ressources : énergie et eau. De plus, les préoccupations sur l’énergie et l’eau diffèrent d’un continent à un autre, d’un pays à un autre et également d’une activité à une autre. Dans certains pays la situation est parfois préoccupante à l’exemple de l’Inde où l’eau s’épuise et les lacs disparaissent alors que le continent africain se caractérise par sa très faible ressource en énergie fossile ou presque inexistante dans cette région. Ils s’y ajoutent également les contraintes liées à la disponibilité de l’eau avec des précipitations rares, mais surtout aléatoires souvent avec des déserts et les zones subarides qui n’ont que peu ou pas d’eau. L’interdépendance entre les deux s’explique par le fait que la production d'énergie nécessite de grandes quantités d'eau alors que le traitement et la distribution de l'eau sont tous aussi dépendants de l'énergie à faible coût et facilement accessible.
En savoir plus

217 En savoir plus

Étude de la corrosion d’une calandre en 316L d’un condenseur d’une unité de dessalement

Étude de la corrosion d’une calandre en 316L d’un condenseur d’une unité de dessalement

Fig IV.4Dégrillage de l’eau de mer Fig IV.5filtre rotatif b-Electro-Chloration : L’unité d’électro-chloration à pour objet la production de chlore destiné à désinfecter les micro-organismes qui sont responsables de bouchages de tuyauteries et de corrosions de type bactérien, et d’empêcher le développement des substances marines vivantes telles que les moules pouvant se proliférer et causant un bouchage ou une obstruction au niveau des échangeurs à eau de mer. Son principe est basé sur l’électrolyse de l’eau de mer ; avec production de chlore ou d’hypochlorite de sodium « NaClO » et injection dans le bassin d’eau de mer.
En savoir plus

59 En savoir plus

L’invention du moulin à eau

L’invention du moulin à eau

en Macédoine, au II e  siècle apr. J.-C., et d’une corporation de meuniers à Hiérapolis en Phrygie, vers 200 apr. J.-C. 28 . Les deux grandes installations minotières connues pour le monde romain, celle du Janicule à Rome et celle de Barbegal dans le sud de la France, ont aussi vu leur datation remonter dans le temps. Cela montre que le moulin à eau fut vite adopté pour les productions de masse : les capacités de ces installations avec des moulins à eau dépassaient très largement celles qui étaient offertes par les installations avec des moulins manœuvrés par des hommes ou des animaux (ce que l’on appelle « les moulins à sang »). La meunerie de Barbegal est installée sur la pente d’un vallon au nord-est d’Arles, sur la branche d’un aqueduc alimentant cette ville (fig. 5). Cet ensemble important, de 61 m sur 20, est composé de deux séries parallèles de huit moulins. On estime sa production à 4,5 tonnes de farine par jour, ce qui permet d’assurer une
En savoir plus

17 En savoir plus

Eau et risques environnementaux

Eau et risques environnementaux

première et 6 km 3 pour la deuxième). Différents risques de pollution existent : thermique, organique, microbienne, radioactive, chimique. La pollution thermique concerne essentiellement les eaux superficielles. Elle est causée principalement par l’activité industrielle, particulièrement la production d’énergie. D’une part les retenues d’eau destinées à l’hydroélectricité contribuent à l’augmentation de la température moyenne de la ressource, d’autre part les centrales thermiques restituent au milieu une eau beaucoup plus chaude que celle qu’elles prélèvent. Certes cela influe peu sur la potabilité de l’eau mais l’impact sur l’environnement faunistique et floristique est évident.
En savoir plus

5 En savoir plus

Méthodologie d'aménagement de la ressource eau.

Méthodologie d'aménagement de la ressource eau.

Les extrants du système simulé étant très volumineux (plusieurs varia- bles et valeurs journalières), il est nécessaire d'effectuer une analyse statistique afin de [r]

156 En savoir plus

Analyse de fréquence des équivalents en eau

Analyse de fréquence des équivalents en eau

Lois choisies pour représenter les équivalents en eau à la fin du mois de février des bassins versants .... Statistiques descriptives des séries des équivalents en eau de l[r]

166 En savoir plus

Instrumentation d’une Fusée à Eau

Instrumentation d’une Fusée à Eau

La propulsion d’une fusée à eau est basée sur le principe d’action-réaction : de la matière doit être éjectée violemment d’un conteneur, dans le sens opposé au déplacement souhaité. C’est par ce même principe qu’une fusée comme Ariane est propulsée. Dans les fusées à eau, la matière éjectée est de l’eau, le moyen pour l’éjecter est de l’air sous pression et le conteneur (la fusée proprement dite) est une bouteille en plastique. Ainsi, plus la pression de l’air dans la fusée est importante, plus l’eau est éjectée rapidement, et donc plus la force de poussée est grande.
En savoir plus

6 En savoir plus

Les interactions entre eau douce et eau marine : étude des risques potentiels et modalités de gestion

Les interactions entre eau douce et eau marine : étude des risques potentiels et modalités de gestion

Il reste cependant de cette énumération le constat d’une grande absente, en l’occurrence la transcription de ces solidarités à l’échelle des documents de gestion. Certes, à l’heure actuel- le, le SAGE du delta de l’Aa vient juste d’ache- ver la phase d’état des lieux, et il est donc trop tôt pour évaluer la pertinence des actions qui seront entreprises. On peut cependant d’ores et déjà remarquer que cette nécessité de prendre en compte l’existence des interactions entre eaux continentales et marines est bien présente à l’esprit des décideurs. En témoigne la prise en compte de concepts, par le SMCO, évocateurs : l’existence d’une masse d’eau de transition « qui se situe à proximité des embouchures de ri- vière, partiellement salines, fondamentalement in- fluencée par des courants d'eau douce : sur notre bassin, ces masses sont les ports de Calais et Dun- kerque, et fortement modifiées. Une « masse d'eau côtière » se situe sur une largeur d'un mille marin, jusqu'à la limite extérieure d'une eau de transition : sur notre littoral, deux masses s’étendent entre Malo et Cap Gris Nez et de la frontière belge à Malo » (SMCO, 2005 : 30).
En savoir plus

18 En savoir plus

Show all 567 documents...