Convertisseur temps en numérique

Top PDF Convertisseur temps en numérique:

Réalisation d’un convertisseur temps-numérique pour une application de détection monophotonique

Réalisation d’un convertisseur temps-numérique pour une application de détection monophotonique

Les versions actuelles des scanners de Sherbrooke utilisent des photodiodes avalanches en mode linéaire comme transducteur optique. Dans le cadre de l’élaboration d’un scan- ner de troisième génération, une partie du groupe de recherche étudie l’utilisation de la détection monophotonique avec estampille temporelle pour la détection en tomographie d’émission par positrons. L’architecture proposée détecte les photons visibles émis dans un cristal scintillateur à l’aide d’une matrice de photodiodes avalanches opérées en mode Geiger et de circuits d’étouffement. Afin de maximiser la surface sensible, le détecteur est développé dans un assemblage innovant en trois dimensions composé de plusieurs gaufres de CMOS où la matrice de photodétecteurs est sur le dessus et les circuits électroniques de contrôle et de lecture sont répartis sur les deux gaufres inférieures comme illustré à la figure 1.1. Dans le but de mesurer le temps d’arrivée du premier photon visible dans le détecteur, l’impulsion électrique correspondant à cette première détection est transmise à un circuit produisant une estampille temporelle d’une grande précision, le convertisseur temps-numérique (TDC). La conception de ce circuit de mesure temporelle est l’objet principal du projet de recherche exposé dans ce mémoire.
En savoir plus

102 En savoir plus

Réalisation d'un convertisseur temps-numérique en CMOS 65 nm pour une intégration par pixel dans un module de comptage monophotonique

Réalisation d'un convertisseur temps-numérique en CMOS 65 nm pour une intégration par pixel dans un module de comptage monophotonique

RÉSUMÉ Les applications nécessitant une grande précision temporelle sont de plus en plus nom- breuses, notamment lorsqu'elles requièrent des mesures par temps de vol, c'est-à-dire de mesurer le temps de propagation de la lumière ou de particules. La télémétrie laser et cer- taines modalités d'imagerie médicale dont la tomographie d'émission par positrons (TEP) en sont des exemples. Ces applications requièrent l'attribution d'étampes temporelles aux photons détectés, tout en assurant une précision temporelle exceptionnelle. Le Groupe de Recherche en Appareillage Médical de Sherbrooke (GRAMS) développe des scanners TEP visant à intégrer des mesures par temps de vol pour améliorer le contraste des images. Pour ce faire, une partie du GRAMS (GRAMS3D) se concentre sur la réalisation de modules de comptage monophotoniques (MCMP) à grande précision temporelle pour intégrer les prochaines générations de scanners TEP. D'autres projets pourraient également se concré- tiser dans les prochaines années, dont l'intégration des MCMP du GRAMS dans le Grand Collisionneur de Hadrons (Large Hadron Collider, LHC) au CERN pour des expériences en physique des hautes énergies. Pour atteindre de tels niveaux de performances, le MCMP se compose d'une matrice de photodiodes à avalanche monophotoniques intégrée en 3D avec l'électronique frontale et l'électronique de traitement de l'information. Certains MCMP n'utilisent qu'un seul convertisseur temps-numérique (CTN) pour une matrice de pho- todétecteurs, limitant le nombre d'étampes temporelles disponibles en plus d'obtenir un temps de propagation diérent entre chacun des pixels et le CTN. Pour surpasser ces inconvénients, une autre approche consiste à intégrer un CTN à chacun des pixels. C'est dans cette perspective que le présent ouvrage se concentrera sur le CTN implanté dans chacun des pixels de 50 × 50 µm 2 du MCMP développé au GRAMS. Le CTN proposé est
En savoir plus

124 En savoir plus

Conception d'un convertisseur temps-numérique dédié aux applications de tomographie optique diffuse en technologie CMOS 130 nm

Conception d'un convertisseur temps-numérique dédié aux applications de tomographie optique diffuse en technologie CMOS 130 nm

par 32 chaînes d’acquisition électroniques indépendantes pour un traitement parallèle. La chaîne d’acquisition se compose d’un préamplificateur de charge (EG&G Quad ERA-3) permettant de convertir la charge issue des MCP-PMT en tension suivi d’un discriminateur à fraction constante (CFD – constant fraction discrimator, EG&G Model 935) présentant une excursion en temps de 50 ps et d’un analyseur de temps comprenant un TDC 16 bits (PTA, EG&G Model 9308-D) offrant une résolution de 1.2 ps ainsi qu’une précision de 25 ps. Le scanner présente une résolution temporelle totale de 125 ps, un temps d’acquisition de 10 minutes pour un scan complet et atteint une stabilisation thermique au bout de 12 heures. Il importe de mentionner que l’emploi de MCP-PMT est très avantageux pour les applications multicanales vu qu’ils offrent la possibilité de détecter et traiter simultanément plusieurs sources. Toutefois, les risques de diaphonie optique entre les différents canaux augmentent considérablement avec un tel arrangement. Il convient également de signaler que certaines améliorations ont été apportées à ce scanner notamment au niveau du taux de comptage et le temps mort en changeant sa chaîne d’acquisition par des cartes TCSPC-PCI (SPC-134 de Becker & Hickl, Berlin, Allemagne) [Jennions, 2008]. L’architecture du scanner MONSTIR a inspiré plusieurs groupes de recherche dont le groupe de TOD de l’Université Louis Pasteur de Strasbourg qui a développé un scanner assez similaire à 8 canaux de détection réadapté par après pour l’imagerie sur petit animal [Montcel, 2005]. Toutefois, l’approche de mesure par contact est peu convenable pour cette application et par conséquent, une approche de mesure sans contact est souhaitable.
En savoir plus

164 En savoir plus

Conception et implémentation d'un convertisseur temps numérique dans un ASIC en technologie CMOS 0,18 ?m, appliqué à la tomographie d'émission par positrons

Conception et implémentation d'un convertisseur temps numérique dans un ASIC en technologie CMOS 0,18 ?m, appliqué à la tomographie d'émission par positrons

Vu la taille des organes des petits animaux, presque 10 fois plus petite chez la souris, il est nécessaire d'utiliser un scanner avec une meilleure résolution spatiale par ra[r]

106 En savoir plus

Électronique d’un convertisseur photon-numérique 3D pour une résolution temporelle de 10 ps FWHM

Électronique d’un convertisseur photon-numérique 3D pour une résolution temporelle de 10 ps FWHM

Pour s’affranchir des problèmes de mésappariement, les deux PLL doivent contrôler direc- tement les deux oscillateurs présent dans les TDC de la matrice. Par contre, cela apporte un défi technique supplémentaire puisque la PLL nécessite un oscillateur activé alors que le TDC nécessite que son oscillateur soit arrêté pour démarrer une mesure de temps. En ajoutant un interrupteur à l’intérieur du filtre de boucle (Figure 6.18), il est possible d’avoir deux modes d’opérations en alternance : calibration de l’oscillateur avec la PLL et mesure avec le TDC. Ce type d’architecture existe déjà dans la littérature pour diminuer l’oscil- lation sur le noeud de contrôle une fois verrouillée [158, 163]. Dans le mode calibration, la PLL est directement connectée à l’oscillateur du TDC et elle fixe la tension de contrôle afin que l’oscillateur soit à la bonne fréquence. Durant cette période, le TDC ne peut pas effectuer de conversion ce qui crée un temps mort. Lorsque la PLL est verrouillée, l’inter- rupteur de boucle s’ouvre et le TDC est prêt à effectuer une mesure. Le filtre de boucle côté oscillateur garde la tension de contrôle à la bonne valeur. Le cycle de calibration doit être répété à une fréquence déterminée afin de compenser efficacement pour les variations de température et de tension d’alimentation. Afin de calibrer une matrice de TDC, cette solution nécessiterait de balayer toute la matrice pour calibrer individuellement chaque TDC.
En savoir plus

202 En savoir plus

Etude d'un convertisseur analogique-numérique <br />à très grande dynamique à base de portes logiques supraconductrices

Etude d'un convertisseur analogique-numérique <br />à très grande dynamique à base de portes logiques supraconductrices

être remplacé par la silice (SiO 2 ) 1 . La figure 4.1 montre les enchaînements de toutes les étapes du procédé à 10 niveaux. Dans le cas de la version simplifiée à 6 niveaux, la première étape après le dépôt de la tricouche NbN /Ta X N /NbN est la lithographie optique suivie par la gravure (R.I.E.) de la contre-électrode (niveau JONCT) pour la définition des jonctions. Cette étape est suivie par le dépôt de la tricouche isolante MgO /AlN/MgO par auto-alignement. Comme décrit dans la section 2.4, celle-ci est une étape critique du procédé. En e ffet la même résine durcie par la gravure définissant la taille des jonctions et réutilisée pour définir par lift-o ff l’isolant déposé par auto-alignement comme reporté dans la figure 4.2.a. En e ffet après 45 minutes dans un bain d’acétone avec des ultra-sons la résine, et donc l’isolant, couvre encore la contre-électrode de la jonction. Même avec des temps d’une heure et demie la résine persiste sur le wafer. Une solution employée a été d’aider le lift-o ff en frottant avec une chiffonnette (très doucement) la surface du wafer lorsque celui-ci est dans le bain d’acétone. Après 10 minutes on obtient le résultat reporté dans la figure 4.2.b. La résine (et donc l’isolant) est dégagée de la contre-électrode mais des résidus restent autour et ailleurs dans le wafer. Pour nettoyer complètement la surface on doit e ffectuer un délaquage (gravure R.I.E. de la résine) de 2 minutes environ, obtenant finalement une surface propre (voir la figure 4.2.c). C’est après cette étape et celle de lithographie optique que le wafer est introduit dans l’usineur ionique pour graver l’isolant auto-aligné et retrouver la surface de l’électrode de base de la jonction. Après la
En savoir plus

215 En savoir plus

Etude numérique de l'impact du filtrage optique sur les propriétés régénératives d'un convertisseur de longueur d'onde interférométrique en configuration différentielle

Etude numérique de l'impact du filtrage optique sur les propriétés régénératives d'un convertisseur de longueur d'onde interférométrique en configuration différentielle

la puissance du signal s’accordent avec celles mesurées expérimentalement sur un des SOA à notre disposition. Le SOA présente un gain petit-signal de 27,5 dB, une énergie de saturation de 0,5 pJ, un pic de gain à 1550 nm, une largeur à mi-hauteur du spectre de gain de 14 nm, un temps de récupération du gain (de 10% à 90% de sa compression) de 30 ps et un facteur de couplage phase-amplitude de 5. En sortie du SOA, nous obtenons la sonde modulée par la modulation croisée de gain dans le SOA. Ce signal présente une polarité inversée par rapport au signal de contrôle en entrée du SOA. Un filtre optique est placé en sortie du SOA et devant le DI pour rejeter le signal de contrôle et sélectionner le signal de la sonde modulée. Ce filtre est de type gaussien d’ordre 2 et possède une largeur à mi-hauteur de 3 nm. Sa longueur d’onde centrale ainsi que sa largeur sont variables ce qui permettront d’étudier l’impact du filtrage optique sur la qualité du signal converti. En traversant le DI, la sonde modulé en sortie du convertisseur est inversée pour retrouver la même polarité que le signal de contrôle initial. Le modèle utilisé pour le DI est présenté dans [1]. Pour cette étude, nous considérons des coupleurs parfaitement équilibrés dans la structure de DI. Le retard différentiel T ∆ est choisi inférieur au temps bit pour conserver le codage RZ OOK du signal. Le choix du déphasage ∆ ϕ introduit entre deux bras de l’interféromètre est détaillé dans la partie 3.
En savoir plus

4 En savoir plus

Convertisseur analogique-numérique large bande avec correction mixte

Convertisseur analogique-numérique large bande avec correction mixte

Introduction Générale L’accroissement du débit d’information à transmettre ne cesse de croître, qu’il s’agisse de canaux filaires ou de canaux hertziens. Les applications concernées par cet élargissement des bandes passantes sont nombreuses comme par exemple, la Télévision par câble ou par satellite, la vidéo à la demande via les plateformes de streaming, les liaisons internet point à point ou encore les stations de base pour réseau cellulaire. Pour que les utilisateurs d’un même quartier puissent utiliser plusieurs de ces applications en même temps, il est nécessaire d’avoir une infrastructure de réseau appropriée. Cependant, les derniers mètres de raccordement entre le Cable Modem Termination System (CMTS) (tête du réseau) et les habitations limitent les performances des dé- bits montants et descendants. En effet, bien que les données sortant du CMTS sont transmises dans des câbles optiques, il faut généralement passer par un convertis- seur optique/électrique pour atteindre les habitations qui sont souvent dépourvues de connexion optique. Les données sont donc transmises aux utilisateurs par un câble coaxial (75Ω) qui atténue fortement les hautes fréquences malgré la présence d’ampli- ficateur sur le réseau. Pour remédier à ce problème, les fournisseurs de réseau ont la possibilité de modifier les derniers mètres du réseau mais les coûts engendrés sont sou- vent trop importants. C’est pour cela qu’ils utilisent depuis les années 97 un nouveau standard de télécommunication développé par Cable Labs : le Data Over Cable Service Interface Specification (DOCSIS) (état-Unis et Asie) appelé Euro DOCSIS en Europe.
En savoir plus

231 En savoir plus

Utilisation de la reconfiguration dynamique des FPGA pour le contrôle précis et exact des délais dans les convertisseurs temps à numérique

Utilisation de la reconfiguration dynamique des FPGA pour le contrôle précis et exact des délais dans les convertisseurs temps à numérique

En 1997, ` a l’aube des premi` eres impl´ ementations de TDC sur FPGA, une ´ equipe de chercheurs de l’Universit´ e Militaire de Technologie de Pologne publie des r´ esultats d’une impl´ ementation offrant une r´ esolution de 200ps (voir Kalisz et al., 1997). Le FPGA utilis´ e du fabricant QuickLogic utilise une structure anti-fusible et est produit en technologie CMOS de 0,65µm, offrant un d´ elai minimal de 1,7ns pour une porte ! Il n’est ainsi peut-ˆ etre pas si surprenant que l’approche bas´ ee sur les lignes ` a d´ elais de type vernier ait ´ et´ e choisie. L’architecture de l’interpolateur propos´ e, illustr´ e en Figure 2.10, utilise la diff´ erence entre le d´ elai d’un tampon (buffer ) et le d´ elai d’un verrou (latch) afin d’obtenir la r´ esolution mentionn´ ee. Le temps mesur´ e par ce circuit est celui s´ eparant la mont´ e des signaux IN et EN*. Lorsque le signal IN devient haut, il se propage au travers des verrous qui sont initialement transparents, et pendant que le ’1’ logique se propage d’un verrou ` a l’autre, le verrou pr´ ec´ edent est r´ einitialis´ e. En parall` ele, lorsque le signal EN* devient haut, celui-ci se propage au travers des tampons de sorte ` a verrouiller les bistables D. Il en r´ esulte un mot dans lequel la posi- tion du ’1’ indique le d´ elai mesur´ e. Une caract´ eristique int´ eressante du convertisseur produit est que la non-lin´ earit´ e diff´ erentielle est restreinte ` a un intervalle de -0,47 `
En savoir plus

98 En savoir plus

2014 — Étude et simulation d'un convertisseur multiniveaux type PUC

2014 — Étude et simulation d'un convertisseur multiniveaux type PUC

- Simulateurs temps réel hybrides (Matériel en boucle / Hardware-In-the-Loop) : Ce genre de simulateurs est une combinaison des simulateurs numériques et analogiques car il comporte deux parties, une partie analogique représentée par une partie du système réel et une deuxième partie numérique qui contient le modèle numérique de ce qui reste du système. Prenant en exemple le cas de l’électronique de puissance, il devient possible de simuler un contrôleur avec un vrai système ou, au contraire, brancher un vrai contrôleur aux bornes d’un simulateur comportant un modèle d’un circuit de puissance. Ce type de simulateurs a l’avantage d’avoir la flexibilité et la sécurité des simulateurs numériques et le réalisme des simulateurs analogiques. La figure 76 montre les différentes combinaisons que peut offrir un simulateur hybride. Le premier schéma représente une expérimentation réelle entre un système et un contrôleur. Les deuxième et troisième schémas représentent des simulations purement numériques avec une différence pour le troisième modèle consistant à passer les signaux physiquement (par des fils électriques) entre le modèle du système et le modèle du contrôleur. La quatrième figure est celle d’une simulation hybride avec un modèle du système et un contrôleur réel. Enfin, le dernier est aussi une simulation hybride mais avec un système réel et un modèle du contrôleur.
En savoir plus

130 En savoir plus

Fant-AS-STIC «Les temps du document numérique», AS-95 - RTP DOC STIC CNRS - Rapport d'activités

Fant-AS-STIC «Les temps du document numérique», AS-95 - RTP DOC STIC CNRS - Rapport d'activités

Par ailleurs, un corpus ne doit son existence qu’à l’activité dont il est la trace. Cela s’applique aussi bien aux collections d’œuvres picturales ou d’objets réunies par un amateur d’art (les collections Barnes, Winthrop, André Breton…) ou par un musée qu’aux liasses de documents liés à un projet d’ingénierie dans une entreprise, qu’aux archives d’un chercheur d’une équipe de recherche ou d’un collectionneur (la bibliothèque du Duc d’Aumale). Cette activité s’ancre nécessairement dans l’univers social auquel les acteurs appartiennent. Cet univers s’appréhende relativement au contexte dans lequel le corpus est exploité. Il peut se limiter à un nom de projet au sein d’une entreprise mais verra au cours du temps et des évolutions de l’entreprise la précision de son contexte s’enrichir (projet XXX, mené au sein de la division YYY à telle période). Cependant, certains corpus sont appelés à être exploités dans des sphères beaucoup plus larges que celles qui les ont produites, et la reconstruction du contexte socio-historique dans lequel ils furent construits s’avère indispensable comme préalable à leur interprétation.
En savoir plus

61 En savoir plus

Transfert de chaleur à échelles de temps et d'espace ultra-courtes : simulation numérique pour des nanofils et nanofilms de semiconducteur

Transfert de chaleur à échelles de temps et d'espace ultra-courtes : simulation numérique pour des nanofils et nanofilms de semiconducteur

Le d´eveloppement des nouvelles technologies entraˆıne une r´eduction consid´erable de la taille des syst`emes des composants. Afin de pr´edire leur comportement, il est n´ecessaire de connaˆıtre leurs propri´et´es physiques. Dans ce contexte, ce travail s’attache `a approfondir les connaissances des propri´et´es thermiques des semiconducteurs en effectuant des simulations num´eriques des transferts de chaleur dans des nanostructures. Les transferts de chaleur sont analys´es grˆace `a l’´equation de Boltzmann en utilisant la m´ethode des ordonn´ees discr`etes. Le comportement spectral des porteurs de chaleur, caract´eris´es par les phonons, est pris en compte `a travers leurs vitesses de d´eplacement et leurs temps de relaxation. Des r´esultats sont exploit´es en r´egime stationnaire afin d’´etablir les propri´et´es thermiques des composants. Il a ´et´e montr´e que la loi de Fourier d´ecrit correctement les transferts de chaleur dans les nanofils. En revanche, pour que cette loi soit valable dans les films `a temp´erature ambiante l’´epaisseur de ces structures doit ˆetre sup´erieure au microm`etre. Pour des plus petites ´epaisseurs, les transferts de chaleur par conduction pr´esente une forte composante balistique et ont un comportement analogue `a celui du rayonnement en milieu faiblement absorbant. Enfin, la prise en compte de la d´ependance spectrale a permis des ´etudes en r´egime instationnaire. Il est, ainsi, montr´e l’´evolution ther- mique dans les nanostructures aux ´echelles ultracourtes. On observe que la propagation de la chaleur par conduction dans les syst`emes balistiques pr´esente deux vagues, cons´equence de la diff´erence entre les vitesses propres aux polarisations des phonons.
En savoir plus

188 En savoir plus

2008 — Convertisseur de puissance à entrée universelle à faibles pertes

2008 — Convertisseur de puissance à entrée universelle à faibles pertes

La figure 4.37 montre le circuit de contrôle et les régulateurs de tension d'entrée de la charge et le courant de l'inductance de sortie de convertisseur à base de rUCC2818. Ce Circuit [r]

174 En savoir plus

L'apport du traitement des données-temps issues d'un stylo numérique pour l'analyse de tests d'évaluation

L'apport du traitement des données-temps issues d'un stylo numérique pour l'analyse de tests d'évaluation

Conclusion et perspectives Dans cette expérience, nous avons traité les données- temps issues de stylos numériques utilisés par les répondants à des tests d’évaluation de compétence en tableur. Ces données constituaient une trace du processus mis en œuvre par les répondants pour produire leurs réponses. Notre objectif était de proposer des retraitements de ces données qui facilitent leur exploitation et des représentations visuelles qui aident à leur analyse. Ces représentations visuelles seraient dépendantes de l’objectif de l’analyse.
En savoir plus

7 En savoir plus

Caractérisation numérique et anisotrope du temps de dégel du bois par la méthode hybride des éléments finis 3D

Caractérisation numérique et anisotrope du temps de dégel du bois par la méthode hybride des éléments finis 3D

2.1 Milieu continu isotrope 2.1.1 Transfert de chaleur avec changement de phase Dans les milieux physiques, les transferts de chaleur sont la conséquence, en général, de trois mécanismes : la conduction, le rayonnement et la convection. En conséquence, le calcul des champs de température ne peut se faire que par un couplage de ces trois modes de transfert et la réponse transitoire en température est alors donnée par la résolution de l'équation de la chaleur. Toutefois, lorsque le milieu subi un changement de phase (liquide et solide), la résolution numérique est plus délicate à cause de la présence d’une ou plusieurs frontières communes aux phases solide et liquide (région de fusion). En général, pour ce type de problème, on trouve deux approches : résoudre les équations d’énergie pour chacune des phases liquide et solide en tenant compte de la frontière mobile (interface solide-liquide) ou utiliser une approche en termes d’enthalpie, qui à notre avis, est plus appropriée au problème de changement de phase. Effectivement, la fonction enthalpie est physique et est bien définie autant pour la phase solide que liquide.
En savoir plus

104 En savoir plus

Commande directe d'un convertisseur multicellulaire : résultats exp erimentaux

Commande directe d'un convertisseur multicellulaire : résultats exp erimentaux

qui repr´esente le niveau de sortie (tension) du convertis- seur multicellulaire. 3. COMMANDE DIRECTE La commande MLI permet un contrˆ ole effectif des tensions internes, mais seulement dans les cas de nombre premier de cellules B´ethoux (2005). De plus, cette technique est bas´ee sur la mod´elisation ` a valeurs moyennes, ce qui favorise les ´evolutions lentes. Il est pr´ef´erable d’avoir une technique de commande valide pour n’importe quel nombre de cellules, permettant en mˆeme temps une convergence plus rapide. Avant de pr´esenter cette commande, une ´etude de com- mandabilit´e sera abord´ee.
En savoir plus

7 En savoir plus

Conception, réalisation et test d'une maquette de convertisseur Modulaire Multiniveaux

Conception, réalisation et test d'une maquette de convertisseur Modulaire Multiniveaux

2. D IMENSIONNEMENT DE LA PARTIE PUISSANCE 2.1. Niveaux de tension et de puissances Le prototype MMC doit être dimensionné en tension et puissance de manière adéquate pour qu’il puisse s’interfacer avec le démonstrateur DC existant dans le laboratoire. Ce démonstrateur est un réseau maillé à 5 terminaux (MTDC) comme le présente la figure 2 [13]. Ce dernier a été développé au L2EP en partenariat avec RTE lors du projet Européen Twenties. Ce démonstrateur est constitué d’une partie simulation temps réel (partie en bleu) émulant les parcs éoliens off-shore ainsi que le réseau AC et d’une seconde partie physique représentant un réseau à courant continu constitué de 15km de câbles basse tension DC, de deux convertisseur deux niveaux. L’interfaçage entre la partie simulée et physique se fait à l’aide de deux amplificateurs AC connectés aux onduleurs et de trois amplificateurs DC.
En savoir plus

8 En savoir plus

Conception silencieuse d'une inductance de lissage associée à un convertisseur MLI.

Conception silencieuse d'une inductance de lissage associée à un convertisseur MLI.

SYMPOSIUM DE GENIE ELECTRIQUE (SGE’16) : EF-EPF-MGE 2016, GRENOBLE, FRANCE Conception silencieuse d’une inductance de lissage associée à un convertisseur MLI. M. Rossi 1 , B. Iamamura 1 , M. Hecquet 1 , V. Lanfranchi 2 , S. Recorbet 3 , F. Tridon 4 1 L2EP, Laboratoire d’Electrotechnique et d’Electronique de Puissance de Lille, Ecole Centrale de Lille, Villeneuve-d’Ascq, France 2 LEC, Laboratoire Electromécanique EA1006, Sorbonne Universités, Université de Technologie de Compiègne, Compiègne, France

3 En savoir plus

Conception silencieuse d'une inductance de lissage associée à un convertisseur MLI.

Conception silencieuse d'une inductance de lissage associée à un convertisseur MLI.

Δ (1) Cette relation ne considère que la colonne et suppose que les effets de magnétostriction et l’effet de Maxwell (forces situées au niveau des entrefers) sont en opposition. A partir de cette relation, on peut par exemple en augmentant la hauteur de colonne avoir une contribution de la composante magnétostrictive plus importante (partie 1 de l’équation liée à la courbe λ B ). On peut aussi pour une longueur de fer donnée augmentée l’effet de Maxwell (second terme) et réduire ainsi le déplacement et par conséquent atténuer les vibrations. Dans l’article [12], une validation numérique était fournie mais par des mesures expérimentales pour valider les tendances.
En savoir plus

7 En savoir plus

Évolutions des temporalités des apprentissages en régime numérique : Les figures de réagencement du temps social de l’école et les formats de connaissance

Évolutions des temporalités des apprentissages en régime numérique : Les figures de réagencement du temps social de l’école et les formats de connaissance

rôles et des actions vers un but pédagogique convergent, reposant sur les postures d’enseignant et d’élève. Ce format interactionnel n’est cependant pas figé et se construit dans le cours de l’action, selon les règles d’une grammaire qui façonne les discours et distribue la parole entre l’enseignant et les élèves à travers la temporalité de l'enchaînement des tours de parole. C’est aussi ce qu’on retrouve dans la théorie de l’action conjointe en didactique. Le plus souvent, l’enseignant tient un rôle de pivot et intervient presque systématiquement pour faire le lien, approuver, reformuler, ou corriger les interventions et connaissances produites par les élèves. Cette asymétrie dans l’interaction entre l’enseignant et les élèves caractérise alors le format qui conduit le groupe social de la classe à co-construire et à stabiliser un savoir. Le format des activités peut ainsi être observé comme étant structuré par le déroulement temporel des tours de parole qui permettent de construire les apprentissages dans la classe. Avec les technologies numériques, ces formats sont remodelés, puisque le temps de l’interaction est distendu et alternatif, dans la formation à distance par exemple. Par voie de conséquence, les modalités de partage de la parole sont à la fois figées par le dispositif technique, modifiables par ce même dispositif, métamorphosables par le passage à un autre dispositif non scolaire, mais relié aux activités scolaires (les réseaux socio-numériques par exemple, ou le dispositif du forum). Les enseignants au lycée et à l’université savent ainsi que le temps d’échange autour des apprentissages en présence ou sur les plateformes de formation à distance s’étend sur des plateformes comme Facebook sur lesquelles ils ne sont pas souvent conviés. Ce temps leur échappe, comme les formats de connaissance qui s’y recréent éventuellement, à partir des formats de communication imposés par les plateformes en question. Sur les forums, la parole de l’expert est mise sur le même plan que celle du novice, et les expertises peuvent se construire au fil du temps. Le format des interactions agit sur les temporalités qui distribuent des activités d’apprentissage.
En savoir plus

17 En savoir plus

Show all 4624 documents...