conseillers en insertion

Top PDF conseillers en insertion:

Regards sur les pratiques des conseillers en insertion face à la crise

Regards sur les pratiques des conseillers en insertion face à la crise

partager, de se voir dans les bureaux, alors que là on n’a pas forcément trop le temps ou c’est par mail ». Il trouve que dans son métier il a moins de liberté qu’auparavant, « Avant on avait plus de marge de manœuvre qu’aujourd’hui je pense ». Il évoque le manque de reconnaissance « y a pas de reconnaissance, ni financière, ni symbolique ». Il fait les choses pour la personne qu’il accompagne et non pour faire plaisir aux commanditaires ou à la direction. Concernant les changements liés aux pratiques, le travail administratif est plus important, il le fait soit entre midi et deux, soit en dehors de son temps de travail, il a été amené à plus se déplacer. Pour lui, « le rôle de conseiller tend à devenir un rôle d’agent administratif ». Pour faire de la recherche de partenaires, il nous informe que : « maintenant je vis avec les partenaires qui sont déjà ancrés de Cépière formation, et euh je me sers systématiquement des personnes que j’ai eu en entretien et qui sont en emploi maintenant pour faire personne relais donc je me sers de ces personnes là ou d’autres personnes parce que j’ai pas le temps de faire de la prospection ou de prendre des contacts ». Il évoque aussi les difficultés dans ses diverses activités « remplir en direct IODAS, répondre aux questions etc.. une demi heure c’est pas possible voilà et enchainer les rendez-vous c’est pas possible non plus, gérer les absences, le téléphone, les mails, gérer les collègues qui viennent poser une question ». Un des changements positifs pour lui a été d’avoir un bureau individuel alors que la plupart des conseillers sont dans des bureaux collectifs. Il évoque très rapidement le changement du contexte économique et social « il y avait pas cette période de non emploi, euh je ne dis pas que la période était plus propice » « les demandes des bénéficiaires ont changé », « l’évolution du public qui est de plus en plus ben euh exigeants et diplômés ». Par ailleurs, il soulève les problèmes de communication avec les dirigeants « on nous écoute mais on nous entend pas, il faut parfois arriver à des comportements extrêmes pour se faire entendre, pour qu’ils prennent conscience qu’il y a quelque chose qui ne va pas ». L’idéal pour lui ce serait d’avoir une semaine « sans embuches…des candidats ponctuels, que l’informatique marche correctement, qu’il n’y ait pas de problèmes divers et variés, des impondérables parce qu’on gère ça aussi, les suspensions, les ceci, les cela, les gens agressifs », « que les collègues soient contents d’aller au boulot ».
En savoir plus

135 En savoir plus

L'entretien individuel : quelles compétences sont mobilisées
par les conseillers en insertion professionnelle ?

L'entretien individuel : quelles compétences sont mobilisées par les conseillers en insertion professionnelle ?

de résultat est le côté administratif, les conseillers doivent faire de nombreux comptes rendus à l'organisme commanditaire. Nous avons pu noter lors de nos entrevus que les conseillers n'ont pas conscience de la structure de leur entretiens. Lorsque nous leur avons demandé : « Pouvez-vous me donner les grandes étapes d'un entretien ? », deux des trois conseillers ont répondu qu'il n'y avait pas vraiment d'étape. Or lors du visionnage des vidéos nous avons pu dégager plusieurs phases comme: l'accueil, le retour sur ce qui a été exécuté entre les deux rendez-vous, le sujet de l'entretien, la synthèse de celui-ci, l'énoncé du programme de la fois suivante, et la prise d'un nouveau rendez-vous. Cette constatation peut nous laisser penser qu'il est difficile de lister les compétences que mettent en œuvre les conseillers lors d'un entretien puisque eux même n'ont pas conscience de la multitude de leurs actions. Le seul qui nous a listé ces étapes de façon claire est le conseiller qui a un statut de coordinateur nous pouvons donc nous demander si le statut a un impact sur la façon de penser et de travailler ? De plus le fait que ces entretiens soient structurés afin que l'accompagnement atteigne ses objectifs peut laisser entrevoir une notion de temporalité, puisqu'il faut être efficace dans le temps impartit d'un entretien mais aussi construire ses entretiens pour qu'il y ait une ligne conductrice d'un entretien à l'autre et que le processus d'accompagnement se mettent en place.
En savoir plus

86 En savoir plus

L'entretien individuel : quelles compétences sont mobilisées par les conseillers en insertion professionnelle ?

L'entretien individuel : quelles compétences sont mobilisées par les conseillers en insertion professionnelle ?

de résultat est le côté administratif, les conseillers doivent faire de nombreux comptes rendus à l'organisme commanditaire. Nous avons pu noter lors de nos entrevus que les conseillers n'ont pas conscience de la structure de leur entretiens. Lorsque nous leur avons demandé : « Pouvez-vous me donner les grandes étapes d'un entretien ? », deux des trois conseillers ont répondu qu'il n'y avait pas vraiment d'étape. Or lors du visionnage des vidéos nous avons pu dégager plusieurs phases comme: l'accueil, le retour sur ce qui a été exécuté entre les deux rendez-vous, le sujet de l'entretien, la synthèse de celui-ci, l'énoncé du programme de la fois suivante, et la prise d'un nouveau rendez-vous. Cette constatation peut nous laisser penser qu'il est difficile de lister les compétences que mettent en œuvre les conseillers lors d'un entretien puisque eux même n'ont pas conscience de la multitude de leurs actions. Le seul qui nous a listé ces étapes de façon claire est le conseiller qui a un statut de coordinateur nous pouvons donc nous demander si le statut a un impact sur la façon de penser et de travailler ? De plus le fait que ces entretiens soient structurés afin que l'accompagnement atteigne ses objectifs peut laisser entrevoir une notion de temporalité, puisqu'il faut être efficace dans le temps impartit d'un entretien mais aussi construire ses entretiens pour qu'il y ait une ligne conductrice d'un entretien à l'autre et que le processus d'accompagnement se mettent en place.
En savoir plus

87 En savoir plus

Construire l'expérience professionnelle des jeunes : un enjeu pour les conseillers de Mission locale

Construire l'expérience professionnelle des jeunes : un enjeu pour les conseillers de Mission locale

En revanche, il n'est pas inscrit dans les pratiques des conseillers en insertion professionnelle de s'intéresser au réel du travail. Par habitude, et aussi par manque de connaissance de tous les métiers (il serait impossible pour eux de connaître les conditions de tous les métiers, dans tous les secteurs), le sujet n'est simplement pas une des préoccupations premières de leur activité. J'ai constaté que lorsqu'un conseiller propose à un jeune d'aller faire un stage par exemple, il est souvent incapable de définir à l'avance ce qu'il veut vraiment vérifier par ce stage, hormis la capacité qu'aura le jeune à s'adapter, à arriver à l'heure, à ne pas créer de conflit... Une conseillère m'a même fait remarquer une fois : « Mais je suis incapable de dire ce qu'un plombier peut bien lui faire faire ! » Quand il s'agit d'aller découvrir un métier, le jeune ne peut pas non plus dire, a priori, ce qu'il a envie de faire en entreprise. Il n'a qu'une idée vague de ce qu'est le métier et c'est justement la raison qui pousse le conseiller à l'envoyer se confronter au travail. Il est ironique de constater que l'activité du conseiller, toute entière dirigée vers l'idée de « trouver du travail » pour les jeunes, se détourne presque complètement de ce qu'il s'y passe, une fois en situation.
En savoir plus

119 En savoir plus

Insertion par l'activité économique : Renouer avec le travail, mais...

Insertion par l'activité économique : Renouer avec le travail, mais...

Au moment de l’enquête du CRÉDOC, en 1996, 78% des enquêtés travaillent ou ont travaillé depuis leur passage dans une structure d’insertion par l’activité écono­ mique (SIAE) alors qu[r]

4 En savoir plus

Les communautés de pratique copmposées de conseillers et intervenants en transmission d'entreprise : exploration du fonctionnement et des retombées

Les communautés de pratique copmposées de conseillers et intervenants en transmission d'entreprise : exploration du fonctionnement et des retombées

deuxième génération et 10 % passent le cap de la deuxième génération 5 . Nombreuses sont les recherches qui ont confirmés ces constats (Ibrahim et al, 2001 ; Davis et Harveston, 1998 ; Kets de Vries, 1993 ; Cadieux et Lorrain, 2002). Les facteurs de succès ne sont pas plus reluisants sur du côté des autres formes de transmission. Qui plus est, les entrepreneurs semblent mal appuyés dans la préparation et la réalisation de ce passage. Par exemple, les intervenants sur le terrain tels que les Centres de transfert d’entreprises (CTE) constatent que les dirigeants, pour de multiples raisons (les problèmes de résistance, procéder en dernier ressort à la vente ou à la cession de leur entreprise) ne sollicite pas d’appuis des intervenants extérieurs pour mener à bien leur projet de transfert ou de cession), ce qui peut paraître tout à fait paradoxal. La transmission d’entreprise implique deux facettes importantes. La première concerne le transfert de propriété et nécessite notamment l’implication d’avocats, de fiscalistes et de comptables. La seconde concerne le transfert de direction ; cette facette concerne l’identification du repreneur, le transfert de connaissances et du pouvoir de décision. Pour l’aider dans ce processus, l’entrepreneur pourra s’entourer de coach, de médiateur, de conseiller en ressources humaines, de psychologues, etc. On voit donc rapidement que la transmission est complexe et implique des conseillers et experts de différentes natures.
En savoir plus

125 En savoir plus

Les pratiques des conseillers et conseillères d'orientation du Québec en matière d'évaluation psychométrique dans les écoles secondaires

Les pratiques des conseillers et conseillères d'orientation du Québec en matière d'évaluation psychométrique dans les écoles secondaires

INTRODUCTION Au Québec, l’évaluation psychométrique est une activité professionnelle qui fait partie de la profession de conseiller d’orientation depuis ses débuts. En effet, les tests psychométriques sont des outils privilégiés en évaluation et contribuent largement au processus d’orientation (Anastasi et Urbina, 1997; Guédon, Savard, Le Corff et Yergeau, 2011; Urbina, 2004; Zunker, 1998). En outre, le Projet de loi 21 (Assemblée nationale du Québec, 2009; Office des professions du Québec, 2012) vient consolider l’importance de l’évaluation dans la pratique des conseillers et conseillères d’orientation en leur attribuant des activités professionnelles d’évaluation réservées. Par ailleurs, il est important de noter que l’usage professionnel des tests psychométriques comporte plusieurs facettes qui nécessitent une attention particulière afin d’éviter de porter préjudice aux individus et conserver la valeur des tests. Toutefois, bien qu’il apparaisse important de s’intéresser aux pratiques des conseillers et conseillères d’orientation en matière d’évaluation psychométrique, une recension des écrits scientifiques permet de constater qu’il n’existe aucune étude exhaustive sur la question qui permettrait d’obtenir une vision d’ensemble. Effectivement, seulement quelques recherches québécoises se sont intéressées, de manière marginale, à la pratique de certains sous-groupes de conseillers et conseillères d’orientation en matière d’évaluation psychométrique, se limitant à la description des tests utilisés (Boudrias, Pettersen, Longpré et Plunier, 2008; OCCOPPQ, 2004b, 2004c).
En savoir plus

170 En savoir plus

Pratiques de l'écrit et rapport à l'écrit de conseillères et conseillers d'orientation au coeur de la relation d'orientation

Pratiques de l'écrit et rapport à l'écrit de conseillères et conseillers d'orientation au coeur de la relation d'orientation

A Tissue de ce cadre, quatre objectifs sont etablis et visent, dans des organismes communautaires d'insertion sociale et professionnelle et dans le cadre d'interactions faisant appel a[r]

259 En savoir plus

Signal detection using watermark insertion

Signal detection using watermark insertion

To set the system, the most important parameter is the insertion power α characterized by the ratio W SR defined in (1). This ratio should be as low as possible so that the insertion has the least influence on the useful transmitted signal. Typically, the simulation results show that a ratio of -15 dB does not degrade system performance (see Section 3). At the signal detection side in Fig. 2, the correlation between the received signal and the code used at the transmitter side is performed. Then the expectation operation in (5) is estimated. The correlation u[n] is computed using the matched filter of the code:
En savoir plus

6 En savoir plus

Des jeunesses discriminées au moment de leur insertion sociale

Des jeunesses discriminées au moment de leur insertion sociale

CHAPITRE 5. CONTEXTE INÉGALITAIRE, DISCRIMINATION ET AUTOCENSURE : LE CAS DE L’ACCÈS AUX STAGES ET À L’APPRENTISSAGE L’entrée dans la jeunesse que constitue l’adolescence peut s’appréhender comme l’antichambre de l’insertion ou comme le moment de la préparation : le stage de troisième puis l’orientation après le collège sont des premières étapes (plus ou moins décisives selon les jeunes) qui vont conditionner la suite de la trajectoire de formation professionnelle des jeunes. Les équipes de chercheurs ayant travaillé sur les testings ne manquent jamais de rappeler que le testing est une situation fictive, puisque dans la réalité, les ressources ou dossiers des individus ne sont pas les mêmes, que plusieurs personnes cumulent des identités stigmatisées et surtout qu’au-delà du fait que tous les individus n’accèdent pas aux mêmes offres et canaux de candidature, tous les individus ne vont pas postuler aux mêmes offres, aux mêmes formations. Cette dernière assertion vient poser la question non plus de la discrimination directe, mais de la discrimination indirecte, de l’autocensure, du plafond de verre ou de l’intériorisation de « systèmes d’infériorisation durables 40 ». S’intéresser aux expériences en amont de toute insertion professionnelle ou sociale en dehors de la famille est donc une manière de regarder les mécaniques et les liens entre discriminations, inégalités et stéréotypes. La volonté de remonter le temps nous invite à regarder dans un premier temps la question de l’accès à l’apprentissage ou au lycée professionnel, qui touche une grande partie de la population (402 900 apprentis et 665 800 lycéens professionnels en 2016) 41 puis d’observer encore en amont l’expérience vécue par l’ensemble d’une classe d’âge du stage d’observation en classe de troisième.
En savoir plus

84 En savoir plus

Insertion sociale, sociabilité et cycle de vie

Insertion sociale, sociabilité et cycle de vie

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

18 En savoir plus

INSERTION PAR LE LOGEMENT D'EUROPEENS ROMS SUR ANGERS

INSERTION PAR LE LOGEMENT D'EUROPEENS ROMS SUR ANGERS

À l’échelle nationale, les facteurs prioritaires de l’insertion des ressortissants européens varient selon les contextes locaux, comme en témoignent les différents projets et les différentes structures associatives. L’accès à l’emploi est souvent déterminant dans la mesure où il permet l’ouverture des droits sociaux et l’accès donc à un logement ou aux soins par exemple. De nombreuses associations spécialisées sont donc présentes sur ce champ d’action pour faciliter ou accompagner l’insertion professionnelle des ressortissants européens notamment comme peuvent le faire ACINA (Accueil Coopération Insertion pour les Nouveaux Arrivants) ou encore Les Enfants du Canal (au travers de Romcivique). Les comités locaux de soutien aux ressortissants européens roumains ou bulgares, même s’ils ne sont pas spécialisés dans l’insertion professionnelle mobilisent leurs réseaux locaux pour accompagner les adultes dans leur recherche d’emploi. Localement, des associations d’insertion par le travail sont présentes mais leur public n’est pas uniquement constitué d’étrangers ou de ressortissants européens. On peut ainsi citer Les Jardins de Cocagne.
En savoir plus

67 En savoir plus

Les effets de l’affectation des conseillers de Pôle emploi à des modalités de suivi et d’accompagnement différenciées

Les effets de l’affectation des conseillers de Pôle emploi à des modalités de suivi et d’accompagnement différenciées

Pour cela, on suit, entre 2011 et 2014, un panel d’environ 11 000 conseillers de Pôle emploi. A partir de 2013, ces conseillers se répartissent entre les trois MSA de la nouvelle offre de service. On analyse comment évoluent les taux de placement relatifs des trois groupes de conseillers ainsi constitués. Le premier résultat à pre- mière vue paradoxal est que la spécialisation dans l’accompagnement renforcé (ou guidé) s’accompagne, malgré l’allégement des portefeuilles, d’une baisse des taux de placement par rapport à ceux des conseillers affectés à la modalité « suivi » . Une partie de cet effet s’explique par le fait que les demandeurs d’emploi alors accom- pagnés ont des caractéristiques moins favorables, reflétées dans un taux de retour en emploi prédit plus faible. Cependant, même après avoir contrôlé cet effet de composition des portefeuilles avec les nombreuses variables dont on dispose, l’ef- fet apparent du passage en accompagnement renforcé demeure négatif. On conclut que les demandeurs d’emploi en accompagnement renforcé présentent également des caractéristiques inobservées défavorables, et que c’est la somme de l’effet de la réduction des tailles de portefeuille (effet selon toute vraisemblance positif) et de cet effet de composition non contrôlé (négatif) qui est négative. Les données
En savoir plus

69 En savoir plus

Insertion d’un BHNS dans un site contraint

Insertion d’un BHNS dans un site contraint

Nous avons noté que le fait d’implanter le système du BHNS rue de Versailles au Chesnay nécessitait d’être examiné de près. Sur le plan de la méthode, le fait qu’il s’agisse d’un mode de transport routier ne devait d’aucune manière porter préjudice à l’analyse système de ce mode ni aux choix de son insertion urbaine. Ainsi, les critères du système gagnent à être analysés de façon rigoureuse. En effet, les objectifs premiers tels que la volonté de créer un axe de transport structurant de l’agglomération, le souci d’obtenir une vitesse commerciale élevée, une fréquence élevée avec des véhicules de grande capacité ne sont réalisables que si l’ensemble des exigences du projet est efficacement orienté vers ces objectifs. Il est important de souligner que ceux-ci entrainent des développements se rapprochant davantage du système tramway moderne que du bus classique (priorité des véhicules au niveau des feux tricolores, un site propre intégral, des équipements en station, une accessibilité de plain-pied, etc.)
En savoir plus

110 En savoir plus

Les théories et approches du développement de carrière mobilisées par les conseillères et les conseillers d’orientation du Québec dans leur pratique

Les théories et approches du développement de carrière mobilisées par les conseillères et les conseillers d’orientation du Québec dans leur pratique

En raison d’un désir de se centrer davantage sur l’intervention auprès de la cliente ou du client et de prendre en compte l’influence des facteurs personnels et émotionnels, l’approche psychométrique est de fait mise de côté, et ce, au profit du counseling non directif de Rogers (issu de l’approche humaniste en psychologie) (OCCOPPQ, 2001). À l’époque, la Corporation des conseillers d’orientation professionnelle du Québec (CCOPQ) percevait le counseling comme « un moyen privilégié d’établir et de maintenir une relation d’aide avec les clients » (L’Allier, Tétreau et Erpicum, 1981, p. 46). Ainsi, au cours des années 65 à 80, les interventions individuelles et de groupe ainsi que les rencontres d’information scolaire et professionnelle ont été privilégiées tandis que l’utilisation de tests psychométriques a diminué (L’Allier, Tétreau et Erpicum, 1981). Dès lors, l’orientation professionnelle n’était plus considérée uniquement comme un processus de décision rationnel, mais comme une démarche impliquant l’ensemble de la personne au moyen du counseling (OCCOPPQ, 2001).
En savoir plus

174 En savoir plus

Démarche d’accompagnement de conseillers pédagogiques et de professionnels à la consultation d’une commission scolaire du Québec

Démarche d’accompagnement de conseillers pédagogiques et de professionnels à la consultation d’une commission scolaire du Québec

Face aux nombreuses demandes d’accompagnement tant de la part des enseignants que des gestionnaires, les conseillers pédagogiques et plusieurs professionnels à la consultation de la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île ont senti le besoin de se doter d’une démarche d’accompagnement simple, accessible, efficace et qui s’appuie sur la recherche récente en éducation. La démarche d’accompagnement proposée aux conseillers pédagogiques et aux professionnels à la consultation est issue d’un modèle d’accompagnement développé dans le cadre d’une recherche-action-formation réalisée à la CSPI en collaboration avec l’Université de Sherbrooke.
En savoir plus

4 En savoir plus

Insertion tardive du contenu sémantique des traits fonctionnels

Insertion tardive du contenu sémantique des traits fonctionnels

(51) La dénotation ‘Num’, obtenue par insertion sur le nœud {i}, est égale à une fonction de type <N, NumP>, c’est-à-dire une fonction demandant un argument de type N et renvoyant un output d’un certain type, que j’appelle ici NumP pour simplifier, bien qu’il ne s’agit pas d’une projection de Num au sens classique du terme. La dénotation ‘Nchat’ est quant à elle obtenue par insertion lexicale sur le noeud j. Comme ces deux dénotations sont insérées sur des nœuds sœurs, cette configuration est interprétée comme l’instruction de les combiner par application, et comme ‘Nchat’ fait partie du domaine de la fonction ‘Num’, l’opération est en mesure de fournir un output. La dénotation de l’arbre en (51) devient donc ‘Num(Nchat)’, de type NumP. Si en revanche les dénotations étaient telles qu’il est impossible d’appliquer l’une à l’autre, alors l’opération ne serait pas en mesure de renvoyer un output et la dérivation échouerait.
En savoir plus

72 En savoir plus

Orientation, formations, insertion : quel avenir pour l'enseignement professionnel ?

Orientation, formations, insertion : quel avenir pour l'enseignement professionnel ?

Selon que les employeurs privilégient une coordination par le marché ou par des dispositifs institutionnels, on distinguera des ‘Liberal Market Economies’ (LMEs) et des ‘Coor[r]

65 En savoir plus

Nouveaux opérateurs privés du service public de l'emploi : les pratiques des conseillers sont-elles novatrices ?

Nouveaux opérateurs privés du service public de l'emploi : les pratiques des conseillers sont-elles novatrices ?

mobilisation des subjectivités, mais sont amenés à y faire face différemment en fonction de leur cadre organisationnel. 3- 1- OPP Intérim : une activation fondée sur l’écoute Les conseillers d’OPP Intérim avaient en moyenne 60 chômeurs dans leur portefeuille, qu’ils rencontraient en entretien individuel d’une heure, toutes les semaines. Cet accompagnement vers l’emploi s’étalant sur douze mois, une certaine proximité s’est progressivement installée entre la plupart des chômeurs et les conseillères, et ce d’autant que les premières étapes de l’aide à la recherche d’emploi démarrent classiquement par la réalisation d’un bilan, c’est-à-dire un récit du parcours professionnel et personnel qui servira de base à l’élaboration d’un projet « réaliste et réalisable », selon une formulation bien connue des conseillers 10 . Cette offre d’écoute et de disponibilité a souvent été appréciée par les chômeurs qui après une période d’isolement ont pu trouver une oreille attentive et déverser une part de leurs souffrances, plaintes, récriminations et parfois agressivité. Les conseillères ont de ce fait été émotionnellement mises à l’épreuve :
En savoir plus

20 En savoir plus

Le savoir professionnel des conseillers pédagogiques québécois des ordres primaire et secondaire : analyse descriptive

Le savoir professionnel des conseillers pédagogiques québécois des ordres primaire et secondaire : analyse descriptive

(a) Non (b) Oui — Indiquez le nombre: 17. Direction des services éducatifs g. Combien de temps consacrez-vous dans une semaine à vos déplacements pour votre travail? 20. En fonction de v[r]

224 En savoir plus

Show all 317 documents...