compréhension de la parole

Top PDF compréhension de la parole:

Des Réseaux de Neurones avec Mécanisme d’Attention pour la Compréhension de la Parole

Des Réseaux de Neurones avec Mécanisme d’Attention pour la Compréhension de la Parole

RÉSUMÉ L’étude porte sur l’apport d’un réseau de neurones récurrent (Recurrent Neural Network - RNN) bidirectionnel encodeur/décodeur avec mécanisme d’attention pour une tâche de compré- hension de la parole. Les premières expériences faites sur le corpus ATIS confirment la qualité du système RNN état de l’art utilisé pour cet article, en comparant les résultats obtenus à ceux récemment publiés dans la littérature. Des expériences supplémentaires montrent que les RNNs avec mécanisme d’attention obtiennent de meilleures performances que les RNNs récemment proposés pour la tâche d’étiquetage en concepts sémantiques. Sur le corpus MEDIA, un corpus français état de l’art pour la compréhension dédié à la réservation d’hôtel et aux informations touristiques, les expériences montrent qu’un RNN bidirectionnel atteint une f-mesure de 79,51 tandis que le même système intégrant le mécanisme d’attention permet d’atteindre une f-mesure de 80,27.
Show more

10 Read more

Troubles cognitifs chez les patients acouphéniques chroniques : attention et compréhension de la parole

Troubles cognitifs chez les patients acouphéniques chroniques : attention et compréhension de la parole

En modalité auditive : Le Paced Auditory Serial Addition Task dit PASAT (Naegele et Mazza, 2013) évalue les capacités d’attention soutenue et de mémoire de travail. 2.2.3. Évaluation objective de l’intelligibilité dans le bruit Dans la plupart des études (Ivansic et al., 2017) les patients acouphéniques expriment des difficultés de compréhension de la parole dans le bruit même quand leurs capacités auditives périphériques sont intègres. Il a donc été choisi de tester les patients dans le bruit afin de solliciter leur attention auditive et ainsi leurs compétences centrales. Deux tests ont été retenus pour plusieurs raisons ; tout d’abord pour leur complémentarité : l’un propose des chiffres en liste fermée et l’autre des phrases en liste ouverte mettant en jeu la mémoire auditive et la suppléance mentale ; de plus, leurs passations sont rapides et peuvent être passées en champ libre. Enfin, ces tests étaient disponibles au sein du service.
Show more

31 Read more

Pépite | Segmentation lexicale de la parole et compréhension en aphasie : quels liens ? Etude comportementale auprès de patients cérébrolésés en phase aiguë

Pépite | Segmentation lexicale de la parole et compréhension en aphasie : quels liens ? Etude comportementale auprès de patients cérébrolésés en phase aiguë

Toutefois, Ivanova et al. expliquent que le lien entre mémoire de travail et langage est différent selon le type d'aphasie. Dans l'aphasie non fluente, la mémoire de travail joue un rôle dans la compréhension alors que cette relation n'est pas significative dans l'aphasie fluente. Le déficit en mémoire de travail est considéré comme une source (mais non exclusive) des difficultés de compréhension dans l'aphasie non fluente. Selon Luria (1973, 1980), Benson et al. (1996) et Ardila (2010), les individus avec aphasie non fluente ont des difficultés dans le séquençage des informations, que ce soit au niveau syllabique, lexical ou syntaxique (Luria, 1973, 1980 ; Benson et al., 1996 ; Ardila, 2010 ; cités par Ivanova et al., 2015). Il est nécessaire de maintenir en mémoire tampon les représentations linguistiques activées afin de les manipuler et de les agencer correctement. Par contre, dans l'aphasie fluente, un déficit lexical/sémantique serait l'origine principale du trouble de compréhension. Le déficit mnésique jouerait un rôle secondaire. Les difficultés résideraient donc dans la récupération des éléments corrects et l'inhibition des compétiteurs. Selon Ivanova et al., la mémoire de travail jouerait un rôle très limité dans les processus de sélection et d'inhibition lexicale. Il n'y aurait donc pas de lien entre déficit en mémoire de travail et difficultés de compréhension du langage chez les patients fluents.
Show more

91 Read more

Une méthode d’évaluation de la compréhension orale par choix d’image : application à de la parole dégradée par simulation de la presbyacousie

Une méthode d’évaluation de la compréhension orale par choix d’image : application à de la parole dégradée par simulation de la presbyacousie

6 Conclusions et perspectives Le test de compréhension proposé dans cette étude permet d’obtenir des scores cohérents avec les résultats obtenus par des tests plus classiques (répétition de mots ou de phrases) dans le domaine de l’audiométrie. Il se présente comme un test plus facile à mettre en oeuvre (pas besoin de faire répéter, pas besoin de transcrire les réponses, adapté à un public plus vaste) tout en se rapprochant d’une situation de communication réelle par l’utilisation de phrases et d’un contexte visuel. La complexité de la tâche (faire correspondre ce qui est entendu avec les indices trouvés dans les images) illustre une partie des difficultés rencontrées par les patients atteints de presbyacousie dans leur vie quotidienne. Les scores plus faibles en compréhension que dans les tests d’intelligibilité plus classiques permettent d’interroger le lien entre intelligibilité et compréhension. Dans notre cas, l’intelligibilité surestime la compréhension c’est-à-dire qu’au-delà d’une certaine dégradation, les scores d’intelligibilité ne permettent pas de savoir si le message a bien été compris. Ce résultat est à explorer davantage au regard des résultats contradictoires obtenus dans des études précédentes interrogeant également ce lien (cf. Fontan et al., 2015).
Show more

10 Read more

Simulation d'erreurs de reconnaissance automatique dans un cadre de compréhension de la parole

Simulation d'erreurs de reconnaissance automatique dans un cadre de compréhension de la parole

4.2 Apprentissage sans transcriptions automatiques Dans cette section, nous explorons le scénario dans lequel aucune donnée issue d’un SRAP n’est disponible pour entraîner le système de compréhension (DEV inclus). Cela peut devenir problématique lorsque le système de compréhension doit effectuer des phases de validation durant le processus d’apprentissage, ce qui est le cas des RNR-EDA. Les CRF pour leur part n’utilisent pas le DEV pendant l’entraînement (la configuration optimale n’est pas modifiée et les scores des CRF restent inchangés). Ainsi, les résultats visibles dans la table 2 ne concernent que les RNR-EDA.
Show more

10 Read more

Troubles du contrôle moteur de la parole : contribution de l'étude des dysarthries et dysphonies à la compréhension de la parole normale

Troubles du contrôle moteur de la parole : contribution de l'étude des dysarthries et dysphonies à la compréhension de la parole normale

1.3. Modélisation du contrôle moteur La modélisation neurologique du contrôle moteur de la parole emprunte beaucoup à celle de la motricité segmentaire. Les principales différences entre les deux modèles, i.e. les spécificités concernant la production de parole, intéressent deux points-clés : l’importance de la boucle cérébello-corticale et la zone bulbo-pontique abritant les noyaux-relais des voies motrices descendantes. En effet, si la boucle de régulation impliquant les NGC est d’une importance indéniable au niveau de la planification motrice, celle associant le cervelet revêt un intérêt non moins important lors de la production. Par ailleurs, la zone bulbo-pontique est le lieu où de nombreux relais moteurs s’établissent, notamment au niveau de la substance grise péri-aqueducale (partie de la formation réticulée), dont l’importance dans la production a clairement été montrée (Jurgens, 2002). Des représentations schématiques prenant en compte les diverses et complexes interconnexions tentent constamment de représenter de la manière la plus précise possible le contrôle moteur de la parole (pour exemple, Jurgens, 2002; Pinto & al., 2004; Weismer, 2007). Pour ce faire, les profils d'activation cérébrale observés en imagerie cérébrale fonctionnelle lors de paradigmes expérimentaux moteurs et langagiers (Petersen & al., 1988; Wise & al., 1999; Riecker & al., 2005), sont de fait à la base des modélisations du contrôle moteur de la parole, utiles à la compréhension de la physiopathologie des troubles moteurs de la parole.
Show more

15 Read more

La Parole de l’enfant en Justice. Parole sacrée ? … sacrée parole !

La Parole de l’enfant en Justice. Parole sacrée ? … sacrée parole !

Concrètement, pour ce qui touche le développement cognitif de l’enfant par exemple, il vaudra mieux éviter lorsqu’on interroge un petit enfant (6-7 ans) les questions très complexes dont la réponse nécessite des raisonnements abstraits, de même que les questions impliquant une appréhension du temps trop nuancée. Quant à l’appréciation des réponses, il ne faudra par exemple pas perdre de vue que si le petit enfant ne ment en principe pas intentionnellement, il peut parfois prendre un scénario fantaisiste pour la réalité, ou déformer celle-ci. L’interrogateur devra également être très prudent avec les termes de bien et de mal, le sens donné par les petits enfants à ces mots pouvant être différent de celui compris par les adultes. L’immaturité du processus de mémorisation chez les petits enfants, leur compréhension du monde, doivent également être prises en compte : certaines lacunes d’un témoignage d’enfant peuvent s’expliquer par ces éléments, sans que la valeur dudit témoignage ne soit remise en cause. Enfin, les personnes amenées à entendre des enfants dans le cadre de séparations conjugales devront toujours garder présente à l’esprit la grande suggestibilité des enfants, plus particulièrement en bas âge (suggestibilité par rapport à des événements survenus avant l’audition, jusqu’à la situation extrême d’aliénation parentale ; suggestibilité par rapport à la situation lors de l’audition, par exemple la disproportion entre interrogé et interrogateur).
Show more

141 Read more

L'album : un déclencheur de parole ?

L'album : un déclencheur de parole ?

contexte : les mots-phrases. Vers 18 mois, il dispose d'environ 50 mots en production et de 100 à 150 mots en compréhension. Il associe vers 20 mois geste et langage en pointant et nommant un objet souvent désiré. Ce pointage des objets a été très présent chez les élèves pendant l'exploitation des albums. Ils ont en effet souvent associé le langage verbal au pointage de l'élément dont ils parlaient. Ainsi, plusieurs fois lors des séances, des élèves utilisaient des termes comme « ça »,« là »,« regarde », en s'appuyant sur le support visuel. Entre 18 et 24 mois, l'enfant combine deux mots pour exprimer un désir ou une possession. Il s'agit le plus souvent d'un nom et d'un verbe ou de deux noms. Il affirme également son désaccord par le « non ». Il est important de signaler qu'à ce stade, on appelle phrase, des associations de mots parfois mal articulés telles que « Encore ato » pour « Je veux encore du gâteau ». L'enfant a tendance à substituer des sons à d'autres, voire à en supprimer si la difficulté est trop grande ce que nous verrons dans les séances de langage durant lesquelles les feed-back concernant l'articulation des mots ont eu une place importante. Une grande partie des mots que je n'ai pas réussi à interpréter était d'ailleurs due à l'articulation approximative des élèves.
Show more

99 Read more

Le droit de la parole

Le droit de la parole

Dans le cadre du recueil de données et d'exploitation de corpus oraux, le consentement devrait tenir compte de l’adéquation au destinataire - les informations fournies, pour être comprises doivent être adaptées aux compétences de compréhension du destinataire -, et de l’explicitation des finalités de l’enquête - qui toutefois ne doivent pas renforcer le paradoxe de l'observateur en pointant l'objet de l'observation -. Le consentement devra préciser l'objet de la demande : les actions effectuées par les chercheurs dans le cadre du projet, les formats et les conditions de l’enregistrement, les conditions de diffusion des données et des résultats, les contextes de diffusion des données et des résultats 9 .
Show more

7 Read more

La parole sans douleur

La parole sans douleur

l’interlocuteur/trice la comprend; on maîtrise bien les deux langues et on se sert, soit du mot le plus adéquat pour exprimer sa pensée, soit du mot-outil dont on se sert habituellement dans un contexte de travail (vocabulaire spécialisé). Quel type de faute est acceptable dans la conversation courante? En français oral, la négation simple ne peut pas être comptée comme une faute. Les fautes de temps, l’emploi du présent pour le passé, sont des fautes graves sur le plan académique mais elles n’entravent pas forcément l’élocution ni la compréhension, elles sont simplement moins confortables pour la personne qui écoute. Certaines fautes ne sont commises que par les étrangers: par exemple, un anglophone ne dirait pas do mistakes alors que c’est une erreur courante en L2.
Show more

13 Read more

Le Christ, Parole créatrice

Le Christ, Parole créatrice

Une autre explication est envisageable à partir des traités de philosophies où le terme « ta. stoicei/a » désigne les éléments composants de l’univers : la terre, l'eau, l'air et le feu (et peut-être le ciel) (Timée 48b). Les philosophes grecs ont la conviction que, lorsque l’harmonie entre ces composants est brisée, alors apparaissent les tremblements de terre, les inondations, les tempêtes. Philon évoque les éléments qui composent l’univers et, si ces éléments semblent périr, à la vérité ils sont impérissables. La terre est liquéfiée et devient l'eau, l'eau s'évapore dans l'air et de l'air se transforme en feu (De Aeternitate Mundi 109- 110 ; Her 134). Il a fait observer que ces éléments pouvaient être personnifiés, par exemple par des esprits, ou avoir des noms de divinités (De Decalogo 53). En prolongement, les « éléments du monde » ont également été associés aux puissances astrales. Déjà, Platon parlait de la divinité des étoiles (Timée 40a-41a). Diogène Laërce utilise l’expression « ta. dwdeka stoicei/a » pour désigner les douze signes du zodiaque (Diogène Laërce 6,102). Il précise que le soleil, la lune et les étoiles sont des dieux car ils possèdent l'élément de chaleur, une caractéristique essentielle de la vie (Diogène Laërce 8,28). Il s’agit certainement d’un prolongement naturel de la compréhension des quatre éléments, les étoiles sont composées des éléments à la base de l’univers. Nous lisons en Sg 13,1-2 : « Oui, vains par nature tous les hommes en qui se trouvait l'ignorance de Dieu, qui, en partant des biens visibles, n'ont pas été capables de connaître Celui-qui-est, et qui, en considérant les œuvres, n'ont pas reconnu l'Artisan. Mais c'est le feu, ou le vent, ou l'air rapide, ou la voûte étoilée, ou l'eau impétueuse, ou les luminaires du ciel, qu'ils ont considérés comme des dieux, gouverneurs du monde! ». Interpréter les éléments du monde comme constitutifs de toutes choses revient à dire que les Colossiens sont soumis à des puissances célestes qui les dépassent.
Show more

463 Read more

La parole comme geste: la conception antique de la parole efficace et ses implications dans le théâtre antique

La parole comme geste: la conception antique de la parole efficace et ses implications dans le théâtre antique

s'agit, à partir de ces scripts, de recomposer l'événement rituel, esthétique et civique que constituait la représentation d'une pièce de théâtre dans la Grèce classique. Dans ce domaine, quelques ouvrages ont influencé tout particulièrement notre approche du texte dramatique. Nous y ferons régulièrement référence dans le cadre de cette recherche, parce qu'ils éclairent une dimension particulière du théâtre grec qui fait écho à notre propre problématique. Ainsi, Oliver Taplin, à travers son ouvrage The stagecraft of Aeschylus, dans lequel il étudie la technique scénique d'Eschyle en fonction des entrées et sorties des acteurs, a influencé notre compréhension (élargie) du "geste" dans le théâtre grec. Claude Calame, s'intéressant aux marqueurs de l'énonciation dans Le récit en Grèce ancienne, a montré pour sa part que l'emploi des marqueurs de la deixis, autant que celui des masques, servait à la construction d'une figure d'énonciation spécifique. Nous avons intégré cette conception de la figure énonciative dans l'interprétation de la poésie pindarique comme des textes dramatiques. Enfin Anton Bierl, dans un ouvrage récent, a tenté de mettre au jour tous les éléments qui marquaient dans le texte théâtral, dans les parties chorales plus particulièrement, la marque d'une action rituelle en cours 40 . Ses conclusions nous ont aidé à comprendre la dimension rituelle du théâtre grec, de même qu'à analyser la nature et la fonction des éléments rituels inscrits dans le texte.
Show more

320 Read more

Parole de queerzine : archive_corps_technologie

Parole de queerzine : archive_corps_technologie

Fig. 7. Redocumentation sur Google + à partir du #queer 23 En marge du queer capté par la pensée universitaire et médiatique dominante, Parole de Queer donne la parole aux collectifs transpédégouines, aux sujets multiples de l’énonciation transféministe et queer, aux filles « plutôt King Kong que Kate Moss » selon les mots de Virginie Despentes (2010 : 11), plutôt « cyborg que déesse » selon l’expression de Donna Haraway (2007 : 82), à la communauté d’expert·e·s scientifiques de l’appareil de production des corps d’un nouveau genre. Le titre du blogzine lui-même – en insistant sur la « parole », c’est-à-dire sur la production de discours dans son lien aux corps et aux processus de subjectivation en tant que « nœuds générateurs matériels-sémiotiques » (Haraway 2007 : 134) – déplace la conception de l’énonciation du discours désincorporé vers la multiplicité des voix « encorporées, contraintes d’avoir un corps et un point de vue fini » (Haraway 2007 : 107), des « voix limitées » (Haraway 2007 : 127) des sujets situés.
Show more

16 Read more

Performativité et actes de parole

Performativité et actes de parole

relationnelles entre les agents engagés dans l'interaction discursive. Il s'agit ainsi de considérer que les droits et obligations nouveaux qui sont le type « d'états » créés par les actes de parole n'existent qu'en tant que, dans une relation d'interlocution donnant lieu à un acte de parole, le locuteur s'engage vis-à- vis de l'interlocuteur à faire ce qui est demandé par la défnition conventionnelle de l'acte de parole réalisé. L'état créé se ramène alors à une modifcation de la relation entre le locuteur et l'interlocuteur, qui prend une modalité déontique particulière. Ainsi, si je fais une promesse, je m'engage à l'égard de la personne à qui je m'adresse à tenir ma promesse, c'est-à-dire à faire, sauf circonstances atténuantes, ce que j'ai promis de faire. Or cette dimension d'engagement est générale et se retrouve dans tous les actes de parole. Ainsi, même une assertion réussie crée un état spécifque d'engagement : l'engagement à dire ce qui est, ou à dire vrai. Si j'affrme par exemple que le ciel est bleu, je suis engagé vis-à-vis de mon auditoire (potentiel) à dire ce qui est, c'est-à-dire le cas échéant à me justifer, à apporter des 25. Voir A. Reinach, « Die apriorischen Grundlagen des bürgerlichen Rechtes », Jahrbuch für Philosophie und
Show more

18 Read more

La parole comme acte

La parole comme acte

à-dire de l'idée que l'engagement dans la parole ne se tient pas dans la parole elle- même, mais plutôt dans un état ou un acte mental engageant, accompagnant l'énonciation. Mais comme le dit Austin : Personne ne niera, je pense, que ces mots [« Je promets »] doivent être prononcés « sérieusement », et de façon à être pris « au sérieux ». Cette remarque, quoique vague, est assez vraie en général ; il s'agit d'ailleurs là d'un solide lieu commun dans les discussions sur la portée d'une énonciation, quelle qu'elle soit. Je ne dois pas être en train de plaisanter, par exemple, ou d'écrire un poème. Mais il nous arrive souvent d'avoir l'impression que le sérieux des mots leur vient de ce qu'ils ont été prononcés seulement comme le signe extérieur et visible d'un acte intérieur et spirituel – signe commode dont le rôle serait de conserver les traces de l'acte ou d'en informer les autres. Dès lors, le pas est vite franchi qui mène à croire ou à supposer, sans s'en rendre compte, que dans bien des cas, l'énoncé extérieure est la description, vraie ou fausse, d'un événement intérieur. On trouvera l'expression classique de cette idée dans Hippolyte (v. 612), où Hippolyte dit [...] « Ma langue prêta serment mais pas mon coeur » (ou mon esprit ou quelque autre artiste dans les coulisses). C'est ainsi que « Je promets de » m'oblige : en enregistrant mon acceptation spirituelle de chaînes non moins spirituelles.
Show more

25 Read more

Un droit à la parole et à l'erreur

Un droit à la parole et à l'erreur

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

4 Read more

Porte-parole sans parole

Porte-parole sans parole

sociale [Defrasne, 1995]", ou plus exactement qu'elle le fait beaucoup plus sincèrement et efficacement que les autres formes d'engagement collectifs (politiques, syndicaux ou encore les pétitions). La principale dissemblance avec la parole syndicale, si cela en est vraiment une, ne porte donc pas sur les pratiques concrètes de ces deux formes de militantisme mais sur les exigences des animateurs à leur égard. Les journalistes et des adhérents eux-mêmes donnent plus d'importance aux phénomènes sociaux que ces actions associatives révèlent qu'à leur représentativité réelle. Ainsi, le distinguo opéré par la représentante d'une association défendant les femmes au travail utilise parfaitement cet atout supplémentaire : "On a beaucoup
Show more

16 Read more

L'autre parole des jeunes

L'autre parole des jeunes

Le deuxième versant qui peut manifester cette volonté émancipatrice est de maximiser l’impact réel de l’implication des jeunes. Loïc Blondiaux, à nouveau, propose une typologie utile en distinguant quatre niveaux d’implication des citoyens. Ils peuvent être simplement informés, sans plus, des décisions qui vont être prises. Ils peuvent être consultés, sans que cela engage l’autorité en charge de la décision. On peut leur proposer une concertation en bonne et due forme, le dernier mot restant néanmoins à l’autorité. Enfin, au sommet, il y a la co-décision : les participants reçoivent sous une forme ou une autre la garantie que leur parole sera prise en compte dans la décision finale. Dans tout processus de participation, c’est l’impact réel sur la décision qui détermine si le processus s’érode ou reste vivant. Rien
Show more

7 Read more

Tchekhov : la parole au féminin

Tchekhov : la parole au féminin

Des trois notions primordiales du théâtre de Tchekhov, à savoir l’action, le temps et l’espace, naissent ce qui nous semble être les fondements du jeu de l’acteur authentique, c’est-à-d[r]

223 Read more

Une catéchèse qui tient parole

Une catéchèse qui tient parole

Si le but définitif de la catéchèse est de mettre l'adulte en communion avec Jésus Christ, elle ne peut cependant pas se rendre maîtresse de cette dernière. Tout au plus, le[r]

153 Read more

Show all 1449 documents...