Champ de bataille

Top PDF Champ de bataille:

Les enjeux de la numérisation du champ de bataille

Les enjeux de la numérisation du champ de bataille

à partir d’études de cas et de retours d’expérience. Ce faisant, il entend éclairer les enjeux sous plusieurs dimensions : individuelles et organisationnelles, opérationnelles aussi bien que stratégiques. Ainsi, il est nécessaire de penser ce processus dans un contexte global à partir d’une grille d’analyse sociotechnique. De fait, il n’est pas possible de réfléchir aux enjeux des technologies sur le champ de bataille sans prendre en compte le contexte humain, à la fois politique et social, dans lequel elles s’insèrent tant en amont qu’en aval. Au niveau politique, les représentations des décideurs, tant vis-à-vis des technologies que vis-à-vis des besoins opérationnels des armées, et les relations qu’ils entretiennent avec les acteurs industriels, peuvent ainsi fortement influer sur les politiques de « technologisation » et les programmes mis en place. Au niveau social, les pratiques des utilisateurs, soldats et officiers, sont également importantes à prendre en considération car elles peuvent avoir des impacts forts sur l’effectivité de ces nouveaux instruments sur le terrain. En effet, au-delà des questions d’ergonomie qui sont souvent prises en compte par les industriels, la réception et l’usage de ces outils dépend aussi de la manière dont ils ont été présentés et introduits dans les routines et les procédures des agents. L’outil peut sembler très pertinent dans ces caractéristiques techniques, mais faire l’objet d’un rejet (manque de formation des agents, changement d’habitudes mal acceptées, stress face aux transformations opérationnelles, etc.) qui rende son usage in fine handicapant sur le terrain. Enfin, la sociologie des sciences, avec en particulier la formulation de la notion d’acteur-réseau, nous invite à considérer l’introduction de ces technologies, au travers de l’ensemble de la chaîne d’acteurs, industriels, politiques et militaires, qui la rend possible, la conforte ou la critique. Ces outils techniques, objets de controverses éthiques ou scientifiques, de débats, relevant d’intérêts divers (économiques, stratégiques, politiques, etc.), modifient en profondeur les relations entre les acteurs de cette chaîne (relations public/privé, mode de fonctionnement au sein des organisations, entre autres).
En savoir plus

20 En savoir plus

Dieux de la force, dieux de la victoire : quand les dieux envahissent le champ de bataille entre Orient et Occident.

Dieux de la force, dieux de la victoire : quand les dieux envahissent le champ de bataille entre Orient et Occident.

quand les dieux envahissent le champ de bataille entre Orient et Occident 1 Guerre et religion dans le monde punique (pp. 147 - 166) du rec alphabétique recoupe l’épitclèse d’un Apollon honoré Amyclées en Laconie ais l’ad ectif Ἀ ῖ est connu aussi en Crète, Ar os, Corinthe, comme ethnique, comme épithète référée aussi d’autres divinités, et comme nom de mois tant donné le fait que la documentation chypriote provient la fois du milieu rec et phénicien, nombreuses ont été les tentatives d’identifier l’épicentre d’o la forme Ἀ ῖ est née et s’est répandue toutes rencontrant des difficultés d’ordre chronolo ique ou éo raphique, ou les deux la fois La question plus ur ente semble tre la paternité de la forme est elle recque ou sémitique Aucune des hypothèses avancées s’avère satisfaisante Le dossier des attestations de mkl Chypre se complète par deux autres occurrences relevées ition une fois mkl est le premier élément composant un anthroponyme qui pourrait tre restitué comme mkl‘ zr « ikal a aidé », apparaissant dans l’inscription de dédicace d’un récipient en marbre, trouvé sur la colline de atsalos et remontant vraisemblablement la période de rè ne de ilkyaton ( 9 av C l’autre, il appara t deux reprises, une fois sur chacune des deux faces de l’inscription peinte sur une tablette d’alb tre, connue comme les « comptes du temple d’Astarté », trouvée sur la colline de amboula et remontant au premier quart du e s av C n l’occurrence, il est question
En savoir plus

28 En savoir plus

Le microenvironnement tumoral - Matrice nourricière, champ de bataille et cible thérapeutique des cancers

Le microenvironnement tumoral - Matrice nourricière, champ de bataille et cible thérapeutique des cancers

Le champ de bataille de la tumeur primitive Lorsqu’un cancer devient cliniquement détectable, il est déjà le produit d’interactions longues avec son microenvironnement qui vont marquer toute l’his- toire du patient et de sa maladie. Une forte réaction immunitaire Th1/CD8 cytotoxique mémoire contrôle la tumeur primitive, freine sa progression et son invasivité loco-régionale et l’essaimage métastatique. L’identifi- cation des caractéristiques de cette réaction bénéfique aux patients, particulièrement étudiée dans le cancer colorectal et qui est aussi la règle dans de nombreux cancers, a des impacts cliniques majeurs. Elle a permis d’établir un « immunoscore » qui représente le plus fort facteur pronostique prédisant la survie des patients [21] (  ), et elle représente l’ob-
En savoir plus

7 En savoir plus

La généalogie de l'espace comme "champ de bataille" dans le discours astropolitique américain : la stratégie de construction identitaire des États-Unis comme puissance stratégique globale

La généalogie de l'espace comme "champ de bataille" dans le discours astropolitique américain : la stratégie de construction identitaire des États-Unis comme puissance stratégique globale

Toutes les analyses, très nombreuses, qui ont fait le lien entre la situation actuelle de puissance des États-Unis avec l'ordre global disséqué et analysé par les auteur[r]

538 En savoir plus

L'interface politico-administrative au Québec : champ de bataille? : transmission stratégique de l'information dans les affaires d'État

L'interface politico-administrative au Québec : champ de bataille? : transmission stratégique de l'information dans les affaires d'État

encourageons la communauté scientifique oeuvrant en sciences sociales, à s’aventurer dans une pratique empirique à l’égard de ce champ de recherche victime, nous pen- sons, d’un trop grand formalisme. Le domaine d’étude profiterait vraisemblablement, et d’un nouvel effort théorique utilisant l’analyse formelle pour modéliser certains de nos résultats, et d’une appréciation empirique renouvelée permettant l’inférence grâce à des échantillons statistiquement représentatifs. Cette dernière procédure offrirait la possibilité de vérifier, en considérant une marge d’erreur et une p-valeur convention- nellement acceptées dans les tests statistiques en sciences sociales (c.-à-d. p ≤ 0.05), si un autre échantillon fonctionnarial sélectionné aléatoirement, reproduit des résultats analogues à ceux que nous avons proposés. Pour le cas qui nous intéresse, il est utile de rappeler que nos résultats ne sont pas présentés comme une fondation propice à l’agré- gation. Notre ancrage phénoménologique visait à évaluer la prévalence de la stratégie dans le comportement du haut fonctionnaire lorsque celui-ci est appelé à conseiller le politique quand ce dernier a explicitement sollicité l’aide de l’expert administra- tif. Considérant notre échantillon d’analyse, notre étude émet le constat que les hauts fonctionnaires ne peuvent pas être considérés comme pleinement stratégiques dans leur comportement institutionnel. La stratégie en organisation se traduit selon des pratiques spécifiques que nous devons évaluer séparément. En effet, le phénomène à l’étude per- drait vraisemblablement de sa complexité et de sa valeur s’il était opérationnalisé selon un seul indicateur s’entêtant à définir globalement la stratégie. Grâce à notre recension des écrits, nous avons pu proposer un modèle de mesure stratégique multifacette qui emprunte aux principales théories avancées dans la discipline. Nous avons testé empi- riquement chacune des conclusions théoriques inscrites dans notre guide d’entrevue et avons bien fait attention de ne pas compenser les résultats obtenus selon notre biais axiologique. Nous les avons exposés en ayant recours au traitement statistique fondé sur la fréquence et la co-occurrences des thèmes pour vérifier l’adéquation entre certaines des dimensions stratégiques que nous avons mobilisées. Nous avons complété par des extraits rigoureusement choisis pour démontrer la portée de certaines déclarations et exemplifier l’approche descriptive suggérée.
En savoir plus

119 En savoir plus

Waterloo, de l'attrait mythique à la déambulation profane sur le site de la bataille

Waterloo, de l'attrait mythique à la déambulation profane sur le site de la bataille

C'est éventuellement à partir de cet endroit bien identifié que les plus téméraires, les mieux renseignés, tous ceux qui ont du temps, partiront à la découverte des autres monuments du site. Mais il est peu probable qu'ils se déplacent tous au-delà du carrefour, à proximité de la Haie Sainte, ou qu'ils empruntent l'ancien chemin creux, qui mène à Hougoumont. La plupart des gens feront l'impasse sur Plancenoit, la Papelotte et le hameau de Smohain. Très peu d'entre eux tenteront la visite des musées périphériques qui regorgent pourtant de souvenirs. La focalisation sur le Lion et les alentours immédiats est un avatar de l'histoire et consacre d'une certaine façon le triomphe d'une masse -la Butte- sur l'environnement. Certes, l'endroit a été le théâtre de plusieurs épisodes tragiques de la bataille. Mais d'autres lieux, ailleurs sur le champ de bataille, l'ont été tout autant, voire davantage. La résistance des Anglais à Hougoumont, celle des Français dans le cimetière et l'église de Plancenoit, ou aux abords de la Belle Alliance, mériteraient un aménagement tout aussi digne que celui dont a bénéficié l'endroit où un prince fut blessé au bras.
En savoir plus

16 En savoir plus

Azincourt, de la campagne à la bataille

Azincourt, de la campagne à la bataille

question de savoir comment fut atteint ce paroxysme de violence que fut Azincourt et il s’interroge sur l’expérience sensorielle des combattants. Il invoque le rôle de la consommation d’alcool, fréquente avant toute bataille, le rôle euphorisant de la présence du prince au milieu de ses hommes pour les Anglais, le rôle de la religion et de la conviction de mener une guerre juste aux yeux de Dieu et celui de l’habitus de la violence de guerriers entraînés. Ces explications ne parviennent pas pour autant à rendre compte du vécu de la terreur, dans l’attente comme dans la mêlée, de la capacité à affronter avec bravoure les pluies de flèches ou les charges de cavalerie ou encore le fracas des armes et des cris désespérés. Les travaux de Keegan ont amené les historiens à se poser des questions nouvelles comme celles portant par exemple sur les rythmes du combat, sur la multiplicité des perceptions sur le champ de bataille, sur les chaînes de commandements ou sur les types de blessures infligées (fractures, lacérations, perforations). Nous avons essayé de les prendre en compte ici. Il n’est plus possible aujourd’hui, quand on fait de l’histoire militaire, de simplement disposer les unités comme dans un wargame car tout ne
En savoir plus

19 En savoir plus

Bataille, entre Kojève et Queneau: le désir et l'histoire

Bataille, entre Kojève et Queneau: le désir et l'histoire

Valentin Brû donne une image assez désolante, et néanmoins amusante, en tout cas décalée et inattendue, du Sage kojévien qui se caractérise, selon Kojève lui-même, par « la parfaite satisfaction accompagnée d’une plénitude de la conscience de soi » 32 . Or, si Brû semble effectivement pleinement satisfait et n’a manifestement plus rien à attendre de la vie et de ses aléas, surtout depuis qu’il a réalisé le voyage de ses rêves sur le champ de bataille d’Iéna où Hegel avait aperçu en 1807 l’Âme du monde, Napoléon, cette satisfaction confine le plus souvent à l’hébétude et à une profonde indifférence à l’égard de la réalité temporelle et historique – comme si, pour lui, le temps s’était effectivement arrêté et qu’il n’avait plus rien à désirer ni donc à attendre d’une Histoire vouée pour l’essentiel à la répétition sans fin du passé. La « sagesse » du soldat Brû correspond donc à cette plénitude paradoxale de la conscience de soi qui coïncide avec sa vacuité la plus totale : le Sage, parfaitement satisfait, est devenu comme étranger aux luttes qui mettent aux prises ses contemporains et dont il peut
En savoir plus

15 En savoir plus

L’autoroute ferroviaire alpine au cœur d’une bataille de sens

L’autoroute ferroviaire alpine au cœur d’une bataille de sens

plateforme.! Au! départ,! tous! ces! sites! étaient! au! nombre! d’une! dizaine! ;! ils! ont! progressivement! été! éliminés! pour! qu’il! n’en! reste! finalement! que! deux! :! un! site! sur! la! commune!de!Grenay!et!l’autre!à!proximité!d’Ambérieu,!au!niveau!du!camp!des!Fromenteaux.! Le!choix!de!ce!site!s’est!transformé!en!terrain!de!controverse!et!de!conflits,!dans!lequel!la! perspective!plus!générale!du!Lyon/Turin!s’est!engouffrée.!Les!paragraphes!précédents!ont! montré! l’existence! d’un! véritable! antagonisme! du! sens! donné! à! l’AFA! par! les! acteurs! en! fonction! de! leur! positionnement! par! rapport! au! Lyon/Turin.! Nous! avons! donc! montré! l’immiscion!du!projet!de!Lyon/Turin!dans!le!débat!les!conflits!autour!du!sens!qui!doit!être! donné! à! cette! autoroute! ferroviaire! alpine.! Nous! voudrions! prolonger! cette! réflexion! en! montrant!que!le!choix!du!site!d’implantation!de!l’AFA!allongée!est!devenu,!lui!aussi,!un!champ! de!bataille!où!s’affrontent!deux!camps!bien!identifiés!:!les!anti`!et!les!pro`Lyon/Turin.!!! !
En savoir plus

138 En savoir plus

La bataille d'Azincourt vue par les chroniqueurs anglais du XVe siècle

La bataille d'Azincourt vue par les chroniqueurs anglais du XVe siècle

L‟attitude irréfléchie, insensée des Français tranche avec le comportement calme et méthodique des Anglais. Les chroniqueurs montrent que tout le mérite en revient à Henry V, « þis worthi Prynce & King » (ms K k I 12 CUL) [ce noble Prince et Roi] qui sut à la fois encourager et réconforter ses hommes et combattre vaillamment en première ligne. Le roi agit ainsi en souverain digne et avisé et en remarquable chef de guerre. Le ms Cleoptra C iv des Chroniques de Londres citent le long discours du roi à ses hommes avant d‟engager le combat et tous les chroniqueurs notent que le souverain aurait affirmé qu‟il se battrait jusqu‟au bout car « he wolde raþere be ded þat day, in batayle or yn felde, þan be take of his enymys ; for he wolde nevir put þe rem of Engelond to no Rawnson for his persone » (ms K k I 12 CUL) [il préférait mourir en ce jour, au combat ou sur la champ de bataille, plutôt que d‟être fait prisonnier. Car il refusait que le royaume d‟Angleterre ait à payer une rançon pour sa personne]. Aussi, les chroniqueurs saluent-ils ses prouesses militaires : « and þe Kyng þat day full manfully faughte that same day, with his oune handys » (ms Harlian 53) [et le roi combattit de ses propres mains, ce jour-là, avec bravoure]. C‟est que le souverain, après avoir aperçu la multitude des troupes ennemies s‟en était remis à Dieu « with a meke hert and a gode spiryt » (ms K k I 12 CUL) [d‟un cœur humble et d‟un esprit ouvert]. Il avait ensuite galvanisé ses troupes en s‟adressant directement à eux et en leur recommandant de « be of gode chere, for þei schulde haue a fayre daye and a gracious victori, and þe bettir of al hir enymys » [se réjouir car la journée serait bonne et la victoire belle. Ils auraient le dessus sur leurs ennemis] et John Capgrave de conclure : « the kyng coumforted gretly his men, that thei schuld trost in God, for her cause was rithful » [le roi rassura grandement ses hommes leur disant d‟avoir confiance en Dieu car leur cause était légitime].
En savoir plus

10 En savoir plus

La bataille de Marseille. Débat architectural et agence d'urbanisme

La bataille de Marseille. Débat architectural et agence d'urbanisme

l’aménagement du territoire et des transports / Bureau de la recherche architecturale (BRA); Ministère de la recherche et de l’enseignement supérieur; Ecole nationale supérieure d’archit[r]

53 En savoir plus

Les écrivains combattants français et allemands et la bataille de la Somme

Les écrivains combattants français et allemands et la bataille de la Somme

Le passage de Botti est beaucoup plus confus et ambigu. On ne sait finalement pas s'il a vraiment tué l'Allemand. Mais là n'est pas pour nous ce qui est finalement important. Cet épisode raconté deux fois est révélateur de l'extrême brutalité, de la « brutalisation », souvent occultée, des assauts et aussi de la difficulté pour les combattants d'en rendre compte. La littérature apparaît donc comme un moyen de dire, même sans le dire de façon directe et claire, que l'on a tué et que l'on a vu la » mort de près » 21 . L'étude croisée de textes littéraires nous permet donc à un premier niveau d'analyser la manière dont a été vécu un événement, en l'occurrence la Bataille de la Somme. Elle nous permet également de mettre à jour l'ambiguïté fondamentale du texte littéraire en tant que témoignage. En fait, en racontant, le témoin écrivain donne paradoxalement une forme littéraire à ce qu'il a vécu pour le rendre intelligible ; il utilise une forme artificielle pour dire une vérité. Mais non content de lui donner une forme, il lui donne aussi un sens. À un autre niveau, cette étude croisée permet d'étudier ce qu'après coup la Bataille de la Somme est devenue dans la littérature.
En savoir plus

16 En savoir plus

Écrire le divin : Georges Bataille face aux textes mystiques

Écrire le divin : Georges Bataille face aux textes mystiques

Justifiant sa prise de parole, il déclare que le sort du monde est en jeu, ce monde qui «limite ses désirs à dormir»; que sa lettre est une manière de vouloir «le moment de l’éveil»; et [r]

108 En savoir plus

La bataille épique dans la Chanson de Roland et la Chanson de Guillaume /

La bataille épique dans la Chanson de Roland et la Chanson de Guillaume /

Le déroulement de la bataille nous paratt théoriqu~ ment imprévisible, par èontre l'issue reste inéluctable.. Les chrétiens par~contre sont des vainqueurs en puissan[r]

108 En savoir plus

Se préparer dès maintenant à la prochaine bataille des retraites

Se préparer dès maintenant à la prochaine bataille des retraites

Se préparer dès maintenant à la prochaine bataille des retraites Dominique Taddéi En matière de retraites, malgré l’apparence des mots, la meilleure défense, c’est l’attaque ! Or, suivant un procédé rôdé depuis le début des années 90, les tenants du libéralisme financier préparent leur prochain mauvais coup pour le lendemain des élections, par un mélange relativement subtil de demi vérités et de solutions d’apparent bon sens, qui masquent d’intolérables régressions sociales. Sur fond d’arguments catastrophistes - il s’agirait de « sauver les retraites » -, le rapport du Conseil d’orientation des retraites (COR), qui vient de sortir [1], nous livre son triptyque typiquement réactionnaire, en ce qu’il menace d’aggraver les inégalités sociales.
En savoir plus

3 En savoir plus

<em>L’Afrique</em> de Pétrarque et la bataille des lettres à la Renaissance

<em>L’Afrique</em> de Pétrarque et la bataille des lettres à la Renaissance

Pétrarque entreprend de concilier les différents objectifs des disciplines du trivium humaniste — philosophie morale (discipline qui s’appuie aussi bien sur les textes d’h[r]

15 En savoir plus

Tutoriel sur la programmation python bataille navale

Tutoriel sur la programmation python bataille navale

1) Faire tourner ce programme "à la main" sans utiliser Python et indiquer tous les affichages obtenus dans un tableau avec 10 colonnes et une ligne pour i,une ligne pour l[i], u[r]

36 En savoir plus

Georges Bataille et les paradoxes de l'échange interrompu.

Georges Bataille et les paradoxes de l'échange interrompu.

et engagement. Paris, La Découverte, 1988. Francis Marmande, Georges Bataille politique, Lyon, P.U.L, 1985. 8 « Le travail exige une conduite où le calcul de l'effort, rapporté à l'activité productive, est constant. Il existe une conduite raisonnable, où les mouvements tumultueux qui se délivrent dans la fête, et, généralement, dans le jeu, ne sont pas de mise. Si nous ne pouvions réfréner ces mouvements, nous ne serions pas susceptibles de travail, mais le travail introduit justement la raison de les réfréner. Ces mouvements donnent à ceux qui leur cèdent une satisfaction immédiate: le travail au contraire promet à ceux qui les dominent un profit ultérieur, dont l'intérêt ne peut être discuté, sinon du point de vue du moment présent (...). Il est arbitraire, sans doute, de toujours opposer le détachement, qui est à la base du travail, à des mouvements tumultueux dont la nécessité n'est pas constante. Le travail commencé crée néanmoins une possibilité de répondre à ces sollicitations immédiates, qui peuvent nous rendre indifférents à des résultats souhaitables, mais dont l'intérêt ne touche que le temps ultérieur. La plupart du temps, le travail est l'affaire d'une collectivité, et la collectivité doit s'opposer, dans le temps réservé au travail, à ces mouvements d'excès contagieux, dans lesquels rien n'existe plus que l'abandon immédiat à l'excès. C'est-à-dire la violence. Aussi bien la collectivité humaine, en partie consacrée au travail, se définit-elle par des interdits, sans lesquels elle ne serait pas devenue ce monde du travail, qu'elle est essentiellement ». G. Bataille, L’Érotisme, 1957, 10-18, pp. 46-47.
En savoir plus

17 En savoir plus

Histoire de l'oeil de Georges Bataille : une écriture sans sublimation ?

Histoire de l'oeil de Georges Bataille : une écriture sans sublimation ?

L’étayage illustre de son double mouvement (d’opposition et de relation) les relèves d’Histoire de l’oeil. Chaque fois que le récit de Bataille répète la scène primitive en l’aggravant, [r]

133 En savoir plus

La trahison chez Georges Bataille : l'homme souverain et la littérature

La trahison chez Georges Bataille : l'homme souverain et la littérature

« Jeol-dai-seong (절대성, 絶對性 ) », qui signifie le « caractère d’être absolu ». Cependant, comme celui-ci peut provoquer la confusion entre l’absolu et la souveraineté, d’autres termes ont été récemment proposés par les chercheurs : « Ji-go-seong (지고성, 至高性) », signifiant le « caractère d’être extrêmement haut, d’être le plus suprême » ; « Jeol-dai-kwon (절대권, 絶對權 ) » signifiant « l’autorité absolue » ; et « Jou-kwon-seong (주권성, 主權性) » qui indique le « caractère d’être maître », voire dans le domaine politique, impliquant « le droit, l’autorité d’un individu en tant que maître de soi-même ». Or, nous jugeons que ces deux mots ne sont pas moins insatisfaisants. Quant à « Ji-go-seong », certes, on peut dire que la souveraineté désigne un endroit extrêmement haut. En effet, Bataille, place le Mal au sommet et le Bien à la base, et fait coïncider le Mal avec la souveraineté. 83 Pourtant, il ne faut pas oublier que Bataille
En savoir plus

336 En savoir plus

Show all 866 documents...